Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Jean-Christophe Bureau, La politique agricole commune

Paris, La Découverte, 2007, 121 p.
Coline Perrin
p. 107
Bibliographical reference

Jean-Christophe Bureau, La politique agricole commune, Paris, La Découverte, 2007, 121 p.

Full text

1Souvent accusée d’être une grosse machine bureaucratique, d’engloutir près de la moitié du budget européen et de profiter surtout aux plus gros producteurs, la PAC souffre surtout d’être mal connue. En peu de pages, cet ouvrage synthétique présente la politique agricole commune, ses paradoxes passés et les réformes mises en œuvre depuis le début des années 1990. Il fait le point sur les évolutions les plus récentes. L’approche de type économique, ponctuée de nombreuses références bibliographiques récentes, permet à la fois de préciser et d’évaluer l’efficacité des dispositifs présentés, tout en laissant au lecteur la liberté de porter son propre jugement sur les nombreuses critiques adressées à la PAC.

2L’auteur retrace d’abord l’histoire de la PAC et de ses institutions. Il explique comment la PAC a été un des piliers de la construction européenne, précise les objectifs du FEOGA, son efficacité pour assurer l’autosuffisance alimentaire, sa remise en cause dans les années 1980, les réformes de 1992 et de l’Agenda 2000. Il décrit ensuite le fonctionnement actuel de la PAC, de son budget et des organisations de marché (OCM). Il explique notamment le système des droits à paiement unique (DPU) transférables. Il compare les mécanismes économiques de la PAC (garantie des prix, subventions à l’exportation, quotas, gel de terre, aides directes…) et montre la difficulté des différentes formes d’intervention de l’Etat. Dans cette évaluation, le découplage des aides et de la production apparaît comme la moins mauvaise des politiques. L’auteur traite aussi des fonctions non-marchandes de la PAC, le « second pilier » qui s’affirme depuis 10 ans autour de l’aménagement du territoire, de l’orientation vers la qualité des produits et de la protection de l’environnement. Evoquant d’abord l’impact partiellement négatif de la PAC sur l’environnement, l’auteur souligne ensuite les externalités positives de l’agriculture, les valeurs non marchandes regroupées sous le terme de multifonctionnalité. L’auteur souligne le bilan modeste des mesures agri-environnementales mises en place depuis 1992, l’ambition de la réforme de 2003 et de l’écoconditionnalité des aides. L’auteur aborde pour terminer les relations de la PAC avec les pays tiers. Démontant l’idée d’une « forteresse agricole » européenne, il explique les accords d’échange spécifiques avec différents groupes de pays en développement et les négociations de l’OMC. Les barrières varient donc selon les partenaires.

3Même réformée, passée de 80 à 40 % du budget européen entre 1970 et 2004, la PAC est encore mise en cause en interne par de nombreux membres de l’Union européenne, tant pour son coût, que pour l’insuffisance de son orientation environnementale, ses effets en matière de redistribution des revenus ou ses rapports aux pays en voie de développement. Concluant ainsi sur le constat d’une image irrémédiablement ternie, l’auteur annonce les changements à venir d’ici 2013 : une PAC moins agricole, à la politique plus modeste, recentrée sur le second pilier. La clarté de l’exposé, l’absence de parti pris, la concision de l’ouvrage permettent au lecteur de mettre à jour ses connaissances et d’acquérir une vision globale et historique de la PAC, bien utile pour comprendre les débats actuels.

Top of page

References

Electronic reference

Coline Perrin, « Jean-Christophe Bureau, La politique agricole commune », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2007, connection on 20 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/120

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page