Skip to navigation – Site map

Aléas et risques naturels littoraux, le retour du catastrophisme ?

Coastal hazards: the return of catastrophism?
Christophe Morhange, Nick Marriner, François Sabatier and Claude Vella
p. 3-5

Full text

11. Depuis quelques années, la littérature géoarchéologique s’enrichit de nouvelles contributions parfois déterministes. Cette vision, souvent d’origine nord-américaine, d’une « vie en catastrophes » rencontre un écho favorable dans les médias et le public, qui risque de masquer les problèmes paléo-environnementaux majeurs rencontrés par les sociétés depuis la Préhistoire. Du mythe du déluge à l’affaire du Bosphore et à la recherche d’une inaccessible Atlantide..., ce retour du catastrophisme peut brouiller notre perception des enjeux réels entre les sociétés, leurs territoires et les environnements littoraux depuis le Néolithique. À l’échelle du millier d’années, nous avons essayé de présenter trois paramètres déterminants dans la mobilité des rivages à l’Holocène :
a. la variation relative du niveau de la mer avec les articles de Stanley sur le site archéologique de Kaulonia (Calabre), de Dalongeville et al. à Délos (Grèce) et de Porotov sur le littoral de la Mer Noire. La variation saccadée du niveau marin sur ces sites, géologiquement très différents, montre des paliers de stabilisation suggérant une montée du niveau marin relatif plus irrégulière que généralement admis;
b. la perception erronée des risques de submersion littorale dans l’Antiquité est traitée par Stiros. Par exemple, toutes les tentatives de percement des canaux de Corinthe et de Suez se sont soldées par des échecs. La principale raison est la surestimation, jusqu’à 10m (!), des différences de niveau marin de part et d’autre des isthmes, menaçant d’inonder les zones basses adjacentes. Ces deux canaux ne seront finalement percés qu’au XIXe siècle. Depuis leur ouverture, ils fonctionnent normalement et témoignent de l’absence notable de différences de niveau marin de part et d’autre des canaux;
c. les dépôts liés à des tsunamis étudiés dans la région de Leucade (Grèce) sont présentés par Vött. Ce travail novateur permet de préciser quelle est la vulnérabilité de ce secteur littoral. La méthodologie utilisée pourrait être appliquée judicieusement sur d’autres tronçons littoraux encore trop méconnus de Méditerranée méridionale. À la lecture de cette première partie, on pourra regretter qu’aucun des articles retenus ne traite de la question fondamentale de la progradation plurimillénaire des rivages. Il faut dire que ce thème est maintenant assez bien connu (Stanley et Warne, 1994) et qu’il avait été déjà largement abordé lors d’un numéro récent de la revue Méditerranée consacré à la géoarchéologie des littoraux (Morhange et al., 2005).

22. À l’échelle décennale, quels sont les principaux aléas qui affectent le trait de côte ? Nous avons sélectionné trois articles qui traitent des surcotes de tempêtes et des impacts de l’accélération de la montée du niveau marin. L’article d’Ullmann et al. met en relation les niveaux de tempêtes avec l’intensité et la direction des vents sur trois sites du golfe du Lion et démontre une lente augmentation depuis la moitié du XXe siècle. L’article de Pirazzoli et al. compare les niveaux marins extrêmes dans deux régions du nord de la Méditerranée (Adriatique septentrionale et golfe du Lion). Des niveaux extrêmes, estimés pour des temps de retour de 2, 10, 50 et 100 ans, sont proposés pour chaque site. L’objectif de l’article de Brunel et Sabatier est différent. Il s’agit de quantifier le rôle de la montée de la mer dans le recul du rivage et de proposer une analyse prévisionnelle de la position du trait de côte pour les plages de poche de Provence. Depuis la fin du XIXe siècle, toutes les plages sont en érosion avec un recul moyen de plus de 10m. La position de la ligne de rivage en 2100 est estimée en cumulant tendance historique et méthode d’inondation.
Sur les sites étudiés, la présence de falaises en arrière-plage limite la mobilité du profil. La largeur des plages devrait donc se réduire significativement, au point que certaines plages risquent de disparaître. Ces trois articles mettent en évidence les enjeux actuels et à venir en terme de protection de l’environnement littoral.

33. La troisième partie de ce numéro présente une sélection de différents types d’évolution géomorphologique à des échelles spatio-temporelles et dans des contextes variés. Presque 10 ans après le numéro de Méditerranée consacré aux dynamiques naturelles et à la gestion des espaces littoraux (Suanez et al., 1999), on mesure le chemin parcouru. Cette section illustre la complexité des interactions entre les processus naturels et l’action des sociétés dans le fonctionnement et la gestion des littoraux. Elle présente à la fois des exemples d’érosion des plages, les enjeux et les aménagements mis en œuvre afin de stabiliser la ligne de rivage dans des contextes géomorphologiques très différents (Camargue, plages de galets de la Côte d’Azur, baies, degrés d’urbanisation variés…).

4L’article de Sabatier et al. tente de définir un modèle conceptuel de fonctionnement du transport éolien durant les tempêtes sur les plages de Camargue en érosion. Les vents de mer (tempêtes) induisent généralement des submersions marines qui stoppent le transit éolien susceptible d’alimenter les dunes. Ces submersions marines sont facilitées par la morphologie de la plage puisque la présence d’une bâche entre la berme et la dune facilite son inondation. Les auteurs insistent sur la faible capacité des vents de mer à alimenter en sable les dunes. Ces résultats sont confirmés sur le terrain, qui est caractérisé par l’absence de dunes en formation. En effet, les seules dunes actuellement bien développées correspondent à des secteurs où le bilan sédimentaire des plages est positif et où le rivage avance. Les secteurs en érosion ne peuvent donc pas être envisagés comme des protections contre les inondations de tempêtes sans des aménagements spécifiques.

5En contraste marqué avec le cas de la Camargue, l’article d’Anthony présente celui de la Côte d’Azur qui constitue l’archétype d’un littoral à forte densité de population. Les mécanismes de sédimentation au niveau de base sont contrôlés par des crues intenses sur le bassin-versant du Var, le plus important fournisseur de sédiments. L’empiètement d’infrastructures industrielles, administratives et de transport – dont un aéroport international – sur la basse vallée et le delta de ce fleuve, les expose à des risques récurrents majeurs de crues chargées de sédiments. Cette mise au point examine les façons dont l’environnement anthropique récent a exacerbé ces risques, et plaide en faveur d’une approche systémique dans leur perception et leur gestion.

6À plus grande échelle, la contribution de Cohen et Anthony étudie des mesures de largeur de plage le long de la plage de galets de Nice depuis 30 ans. L’analyse statistique des données montre peu de changements significatifs durant cette période, malgré des rechargements massifs en galets d’environ 600000m3. Cohen et Anthony suggèrent donc que ces rechargements sont nécessaires pour stabiliser les plages qui, sans eux, diminueraient par perte de galets vers l’avant-côte très pentue, dans un contexte d’arrêt des apports détritiques par le Var. L’élargissement de la plage et l’aplatissement de son profil en été, afin d’augmenter sa capacité d’accueil lors des très fortes fréquentations touristiques, pourraient favoriser la perte définitive des galets en les poussant vers le large et ainsi faciliter leur évacuation vers le fond par les tempêtes d’automne et d’hiver.

7Dans un contexte morpho-dynamique différent, l’article de Lambert et al. présente un système de drainage original de la plage sableuse d’Agay (Estérel). Ce système démontre son aptitude à remplacer efficacement les enrochements destinés à stabiliser le trait de côte, ainsi que les rechargements. Les résultats de l’investigation géophysique du fonctionnement du drainage mettent en évidence l’effet du rabattement de la nappe sur la stabilisation de la plage. Cet équipement semble donc susceptible de remplacer avantageusement les politiques de gestion « dures » du trait de côte sur les plages en érosion lente.

8À très grande échelle, l’article de Samat et al. met en évidence les impacts négatifs de la mise en place d’une digue frontale sur le budget sédimentaire des petits fonds marins. L’interprétation de profils bathymétriques saisonniers met en évidence un approfondissement des fonds en pied de l’ouvrage ainsi qu’une érosion accélérée qui aboutit à moyen terme au démantèlement paradoxal de l’équipement censé protéger le littoral de l’érosion.

9Par comparaison, l’article d’Halouani et al. décrit le littoral sableux de Tabarka-Bouterfess (nord-ouest de la Tunisie) dont la morphologie, à l’est du port de Tabarka, est caractéristique d’une plage de baie. Les dynamiques sédimentaires sont précisées au moyen d’une analyse diachronique des variations de la position du rivage depuis 1963 et d’une analyse des variations longitudinales de la granulométrie de la zone du jet de rive. Les variations du rivage mettent en évidence plusieurs secteurs aux comportements différents qui dépendent des dérives littorales. La construction d’une digue portuaire a modifié la propagation de la houle en induisant des diffractions. Les auteurs concluent au le rôle déstabilisateur des aménagements sur les dynamiques du littoral de la baie de Tabarka qui tend à un nouvel équilibre par ajustement de son rivage.

10Dans le même contexte, Sedrati et Anthony présentent la baie de Tanger (Maroc) caractérisée par un déséquilibre de la dérive littorale générée par la construction de jetées. La plage située à l’est a connu une importante érosion depuis une cinquantaine d’années à la suite de l’extension progressive de la jetée principale du port commercial à l’ouest de la baie. La perturbation du régime de houle en provenance de l’Atlantique (N.O.) a généré un déséquilibre dans la dérive littorale jusqu’ici équilibrée. La résolution des problèmes engendrés par de telles perturbations nécessite une approche claire de gestion intégrée de la côte.

11La dernière contribution de Bekkouche traite de la topographie et de la reconstruction d’un quartier historique du port d’Oran (Algérie) soumis à des risques sismiques. Les débats en cours se référent aux orientations formulées par les tenants du développement durable qui préconisent une démarche plus écologique en matière d’intervention urbaine. Mais si, au niveau théorique, ces intentions semblent faire consensus, elles se traduisent dans l’action par des différences qui relèvent de logiques propres à des choix de conception. L’objectif est de réduire le risque naturel sans déroger au principe de rentabilité économique.

12Ces études de cas sont de bons exemples des équilibres fragiles des littoraux méditerranéens aménagés par l’Homme. Elles montrent que les deux termes, dynamique naturelle et gestion du littoral, sont indissociables et soulignent la difficulté d’emboîter des échelles spatio-temporelles dans l’étude des variations du rivage. Ce numéro de Méditerranée illustre l’approche contemporaine de la géomorphologie des littoraux qui repose sur une compréhension globale des processus naturels et humains et qui permet d’aboutir à une nouvelle « philosophie des rivages ». Nous concluons sur la nécessité d’étudier successivement un objet à toutes les échelles spatio-temporelles à partir de plusieurs approches méthodologiques complémentaires (archives sédimentologiques, stocks sédimentaires hérités, mesures in situ, quantification théorique, modélisation…).

13Que les auteurs de ces articles si riches d’enseignement soient remerciés pour leurs contributions qui fournissent un bon échantillon des axes actuels de recherche en géomorphologie littorale. Nous renouvelons encore nos remerciements aux correcteurs qui ont bien voulu relire et commenter les manuscrits, particulièrement E. Anthony, M. Cote, A. Douguedroit, E. Fouache, J. Laborel, O. Lounnas, G. Mastronuzzi, V. Moron, F. Pons, M. Provansal et S. Suanez.

Top of page

Bibliography

Morhange C., Goiran J. P., Marriner N., (eds), (2005), Mediterranean coastline geoarchaeology, Environnements littoraux méditerranéens, Méditerranée, 104, 144 p.

Stanley J.-D. et Warne A. G., (1994), Worldwide initiation of Holocene marine deltas by deceleration of sea-level rise, Science, 265, p. 228-231.

Suanez S., Provansal M., Bruzzi C., (eds), (1999), Dynamiques naturelles et gestion des espaces littoraux, Méditerranée, 93, 88 p.

Top of page

Annex

Localisation des sites étudiés.
Location of studied sites.

Top of page

List of illustrations

URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/147/img-1.png
File image/png, 14k
Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, Nick Marriner, François Sabatier and Claude Vella, « Aléas et risques naturels littoraux, le retour du catastrophisme ? », Méditerranée [Online], 108 | 2007, Online since 01 January 2007, connection on 20 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/147 ; DOI : 10.4000/mediterranee.147

Top of page

About the authors

Christophe Morhange

By this author

Nick Marriner

By this author

François Sabatier

By this author

Claude Vella

Université Aix-Marseille I - CEREGE/CNRS/UMR 6635 - Europôle méditerranéen de l’Arbois - BP 80 13545 - Aix-en-Provence

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page