Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

J. Burnouf (ss la dir. de) et Ph. Leveau eds., Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture

2004, Publication du Comité des études historiques et scientifiques (Archéologie et Histoire de l’Art, n°19), Paris, 493 p.
Mireille Provansal
p. 135-136
Bibliographical reference

J. Burnouf (ss la dir. de) et Ph. Leveau eds., (2004), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Publication du Comité des études historiques et scientifiques (Archéologie et Histoire de l’Art, n°19), Paris, 493 p.

Full text

1Cet ouvrage rassemble les communications présentées lors du colloque Pratiques sociales et hydro-systèmes fluviaux, lacustres et palustres, des sociétés pré-industrielles, organisé à Aix-en-Provence en avril 2002. Il constitue le volet « sciences historiques » d’une recherche pluridisciplinaire qui avait donné lieu à une première publication coordonnée par les « naturalistes » (Les fleuves ont une histoire, sous la dir. de J.P. Bravard et M. Magny, ed. Errance, 2002). Ces deux ouvrages, complémentaires, rendent compte des programmes « Environnement, Vie et Sociétés » (PEVS) lancés par le CNRS en 1999 sur la thématique des milieux fluviaux et des marais.

2Le principe du colloque est de présenter des études de cas sur les relations complexes que les sociétés ont entretenues avec les milieux humides : 36 communications, encadrées par une présentation et une conclusion rédigées par J. Burnouf et Ph. Leveau, rendent compte de la richesse des travaux réalisés actuellement par les historiens sur cette question. Les textes sont répartis en 3 chapitres thématiques (Les sources de la connaissance, l’exploitation des milieux humides, la gestion des espaces hydrauliques et la question du risque), qui abordent les périodes de l’Antiquité au xixe siècle et traitent de la plupart des grands bassins hydrographiques français (Seine, Loire, Rhône, Garonne).

3Le premier chapitre (Les sources de la connaissance et leur mise en œuvre, perspectives critiques), avec 12 communications, aborde une question méthodologique propre aux historiens.et souvent méconnue, ou trop rapidement écartée par les « naturalistes » : la déconstruction critique des données, écrites ou cartographiques, dont l’utilisation ne peut jamais être immédiate. Prudence, donc, dans les reconstitutions paléogéographiques des tracés et des dynamiques fluviales à partir de cartes anciennes (en particulier la carte de Cassini, une des plus utilisée par les géographes)! Une première partie (Sources écrites, textes et cartes anciennes) insiste sur la fiabilité ou « l’échelle de sincérité » de l’information, à partir des sources archivistiques du ixe au xviiie siècle, sur la Gironde, la Vire et la Loire. Une seconde partie (Sources archéologiques et géoarchéologiques) démontre la nécessité d’une pratique interdisciplinaire, en faisant état des recherches très abouties réalisées dans les Ardennes, les bassins de l’Allier et du Rhône. Le développement de nouveaux paradigmes (le champ d’inondation comme « levier » de l’occupation territoriale, le concept de « société hydraulique ») et la critique de catégories fourre-tout (les « remblais ») en rendent la lecture très intéressante. Enfin, une troisième partie (Croisements de sources) insiste sur l’apport du croisement des méthodes sur quelques sites « phares » de la recherche récente (Limagne, Bretagne, vallée de la Loire à Tours, delta du Lez), où se construit progressivement un langage commun entre historiens et naturalistes.

4Le second chapitre (L’exploitation des milieux humides : la biodiversité et les conflits d’usages, 13 communications) est divisé en quatre parties. C’est le thème sur lequel la production scientifique récente est la plus abondante et la pluridisciplinarité la mieux mise en œuvre, démontrant que, dès l’Antiquité, mais surtout à partir du Moyen Age, les sociétés ont exploité et artificialisé tous les cours d’eau et les milieux humides. La première partie (La pêche) pose d’ailleurs d’emblée la question de la biodiversité et d’une nouvelle approche du système socio-biologique. Elle fait un état des recherches, encore disparates et difficiles pour les périodes les plus anciennes. La seconde partie (Exploitation agricole du milieu palustre) présente quatre sites, trois dans le bassin du Rhône (marais arlésien, Camargue, basse Isère), un dans celui de la Seine. Elle souligne la grande diversité de la mise en valeur des milieux humides, exploités comme tels ou artificialisés. Le bassin de la Seine donne lieu à une tentative séduisante de systémisation quantifiée. Le site du Vernai en basse Isère fait l’objet d’une remarquable et très complète monographie sur une villa romaine et son terroir entre le iiie siècle av. J.-C. et la fin du haut Moyen Age. La troisième partie (Conflits d’usage) souligne les logiques concurrentes, économiques, sociales et politiques, qui déterminent la gestion de quelques bassins fluviaux, dans la longue durée historique ou au cours des derniers siècles. La quatrième partie (Les utilisations pour le transport et l’énergie) démontre les incidences de ces activités sur l’environnement : aménagements hydrauliques liés au flottage du bois (dans le Morvan), aux moulins (en particulier les moulins à papier de Corbeil-Essonne) et à la batellerie traditionnelle.

5Le troisième chapitre (La gestion des espaces hydrauliques et la question du risque) réunit 11 communications, regroupées en 2 parties (Gestion des espaces hydrauliques et Les sites à risques). Il aborde les questions très actuelles de la gestion patrimoniale du Domaine Public Fluvial ou du rôle respectif du pouvoir central et des autorités locales dans les aménagements hydrauliques. Le poids conjugué de l’économie de marché, de la concurrence, des interventions de l’État et des innovations techniques est très finement analysé au travers de l’histoire récente de la Camargue. La question du risque, de sa variabilité « intrinsèque » et de son vécu, est illustrée dans les Pyrénées occidentales, sur le Rhône (haut Rhône, Caderousse, Ernaginum), en basse Durance, sur le Gardon et le Vidourle. On retiendra, là encore, de remarquables études de géoarchéologie sur des sites prestigieux comme Ambrussum et le Pont du Gard. Elles démontrent la grande adaptabilité des sociétés du passé par rapport au risque d’inondation et leur capacité à se protéger. J. Burnouf et Ph. Leveau soulignent en conclusion ce que cette mise en perspective peut apporter de dédramatisation par rapport à la vision actuelle des risques hydrauliques : toutes les recherches montrent le caractère « opportuniste » des comportements des sociétés vis-à-vis des milieux naturels, relativisant la vulnérabilité face à l’aléa.

6Au-delà, la lecture de ces textes souligne clairement les causalités multiples, hors des déterminismes naturels ou sociaux, qui conditionnent le fonctionnement et l’histoire de « l’anthroposystème ». Ce que la recherche met en évidence, ce sont les co-évolutions emboîtées et simultanées des systèmes sociaux et physiques, affectées de « boucles de rétro-action » et de résiliences réciproques. La pluri-disciplinarité a visiblement fait du chemin depuis les années 1980. On sort de la lecture de cet ouvrage, enrichi et plein de questions nouvelles.

Top of page

References

Electronic reference

Mireille Provansal, « J. Burnouf (ss la dir. de) et Ph. Leveau eds., Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture », Méditerranée [Online], 104 | 2005, Online since 27 January 2009, connection on 26 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/1622

Top of page

About the author

Mireille Provansal

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page