Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

P. Arnould et M. Hotyat, Eau et environnement. Tunisie et milieux méditerranéens

2003, ENS ed., Lyon, 208 p.
Jean-Louis Ballais
p. 137
Bibliographical reference

P. Arnould et M. Hotyat, Eau et environnement. Tunisie et milieux méditerranéens, (2003), ENS ed., Lyon, 208 p.

Index terms

Geographical index :

Tunisie
Top of page

Full text

1Cet ouvrage a été publié par ENS Editions à Lyon, en 2003. Il est constitué de 15 textes réunis par Paul Arnould et Micheline Hotyat, résultant des communications présentées à un colloque franco-tunisien tenu à Hammamet les 14 et 15 novembre 1998. L’édition est soignée, bien composée et l’iconographie, en noir et blanc, de qualité.

2Le titre ne recouvre pas réellement le contenu régional car, outre la Tunisie qui se taille légitimement la part du lion, les autres territoires sont réduits à un cas algérien et à un cas français, d’ailleurs plutôt subméditerranéen. Après un court avant-propos et une introduction plus étoffée, due aux « éditeurs », le recueil regroupe, comme c’est l’usage, des textes assez divers. Pierre Pagney propose quelques remarques générales sur l’eau et l’aridité à propos d’implantations paradoxales dans l’espace saharo-arabique. Latifa Hénia analyse les grandes sécheresses en Tunisie au cours de la dernière période séculaire et montre finement le rôle des facteurs socio-économiques. Habib Ben Boubaker, Zeineb Benzarti et Latifa Henia font un rappel utile d’éléments connus sur les ressources en eau de la Tunisie pour lesquels on peut regretter l’absence de comparaison avec des pays proches comme l’Algérie. Stanislas Wicherek rappelle les méthodes utilisées pour l’étude du ruissellement en insistant sur l’apport très nouveau de l’utilisation du Césium 137. Jean-Paul Bravard et Norbert Landon analysent très finement, à très grande échelle, les ajustements d’un torrent du Diois, le Bèz. Cette très grande échelle est également celle choisie par Amor Moktar Gammar et Monder Chaouach pour l’étude de la végétation et de l’espace sur les rives de la sebkha d’Essijoumi, dans l’agglomération tunisoise. Ali Hamza et Khaled Nouicer nous donnent un nouvel exemple intéressant de rapport entre l’occupation des terres et la dynamique érosive dans le Cap Bon. Paul Arnould livre d’intéressantes réflexions, historiques en particulier, à propos de la forêt artificielle de Dar Chichou et souhaite la promotion d’une géographie des désirs, des émotions et des sensations. Micheline Hotyat et Frédéric Liège font un rappel synthétique utile sur la fusion des données et les SIG.

3Certaines études sont de pures études statistiques et provoquent quelques difficultés de lecture par l’absence d’homogénéité des données ou par l’utilisation de valeurs seuils non explicitées ; d’autres sont de caractère économique, en particulier celle d’Abdallah Chérif sur le problème de l’eau en Tunisie nord-orientale.

4Au total, un recueil utile pour tous les géographes intéressés par la Tunisie.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Ballais, « P. Arnould et M. Hotyat, Eau et environnement. Tunisie et milieux méditerranéens », Méditerranée [Online], 104 | 2005, Online since 27 January 2009, connection on 18 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/1672

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page