Skip to navigation – Site map
Érosion, enjeux et aménagements

Évolution du trait de côte de Tabarka-Bouterfess, nord-ouest de la Tunisie

Shoreline changes at Tabarka-Bouterfess bay, northwest Tunisia
Nabila Halouani, François Sabatier, Moncef Gueddari and Jules Fleury
p. 131-137

Abstracts

Between the Tabarka harbour to the west, and the Borj Arif rocky cap to the east, the Tabarka-Bouterfess sandy coastline (northwest Tunisia) displays a typical beach bay morphology. The wadi El Kébir and the wadi Bouterfess deliver sands to this bay. In this paper we describe the sedimentary dynamics of this coastline by historical shoreline changes (1963-1989-2001) and longitudinal grain sizes (swash zone) analyses. The harbour dike, built in 1985, controls the shoreline changes between 1963 to 1989. The dike increases wave diffraction, leading to shoreline erosion in the center of the bay and shoreline accretion in the western part. The role of the dams on the reduced sediment content of the wadis is also discussed. We conclude with the impact of the artificial structures influencing Tabarka-Bouterfess bay constrained to reach a new equilibrium in modifying the position of its coastline.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Tunisie, Tabarka
Top of page

Full text

1 - Introduction

1Encore à l’état naturel il y a quelques décennies, le littoral nord-tunisien connaît aujourd’hui une urbanisation et un aménagement croissants par des extensions ou créations portuaires et le développement de stations balnéaires. Ce littoral, où se succèdent des pointements rocheux qui délimitent des baies sableuses, est naturellement alimenté par des sédiments transportés durant les crues de nombreux oueds. Ces derniers ont subi des aménagements (barrages, digues, calibrage...) qui modifient les équilibres naturels en se traduisant notamment par une diminution des apports sédimentaires aux plages. Le littoral de la baie de Tabarka, au N.O. de la Tunisie, est caractéristique de cette évolution avec une extension portuaire réalisée en 1985 et plusieurs infrastructures balnéaires développées sur le cordon dunaire et en bordure des deux oueds qui alimentent cette baie. Ces infrastructures contribuent à modifier les équilibres naturels et se traduisent par une augmentation du recul du rivage dans ce secteur (Paskoff, 1992 ; Oueslati, 1994). Par exemple, dans la partie centrale de la baie, la plage d’El Morjène, sur laquelle est bâti le complexe touristique de Montazeh Tabarka (Boukaaba, 1997), présente des signes de démaigrissement rapide. En effet, d’une part, la dune bordière est souvent taillée en falaise et les fonds marins sont devenus de plus en plus profonds après la construction du nouveau port (Jlassi, 1993). D’autre part, l’épave de l’Auvergne qui était accolée au rivage en 1885 se trouve maintenant à une quarantaine de mètres de la côte (Paskoff, 1985) (Fig. 1). Cependant, aucune étude quantitative n’a été proposée jusqu’à présent, l’évolution du littoral de Tabarka étant essentiellement étudiée à travers des rapports d’études (BCEOM/STUDI, 1981; HP, 1995) ou des travaux universitaires tunisiens (Mahrsi, 1987; Jlassi, 1993 ; Boukaaba, 1997).

2Dans cet article nous essayons de préciser les dynamiques sédimentaires du littoral de Tabarka au moyen d’une analyse diachronique des variations de la position du rivage entre 1963 et 2001 et d’une analyse de l’organisation granulométrique des sédiments des plages. Le rôle des aménagements déjà anciens (port de Montazeh Tabarka) ou plus récents (barrages El Kébir et El Moula) est intégré à l’analyse.

Fig. 1 - Plage d’El Morjène. La flèche et le rond signalent l’épave de l’Auvergne.
El Morjène beach. The arrow and the circle indicate the Auvergne wreak position.

Fig. 1 - Plage d’El Morjène. La flèche et le rond signalent l’épave de l’Auvergne.El Morjène beach. The arrow and the circle indicate the Auvergne wreak position.

2 - Présentation du site

3La baie de Tabarka-Bouterfess, est située à l’extrême nord-ouest de la Tunisie (Fig. 2). La morphologie de ce littoral correspond à une plage sableuse large de plusieurs décamètres à l’extrémité ouest, de 50 m dans la partie centrale en érosion où la dune bordière est souvent taillée en falaise et de 80 m dans la partie est de la baie. Sur ce dernier secteur, la plage est interrompue par 7 pointements rocheux d’une dizaine de mètres de large, qui s’étendent en mer jusqu’à – 2 m environ. Ce substrat rocheux perturbe la dérive littorale sans être suffisamment profond pour bloquer totalement le transit sédimentaire. Plus à l’est, l’embouchure de l’oued de Bouterfess s’appuie sur une avancée rocheuse de 150 m de large qui s’étend elle aussi en mer jusqu’à -2 m environ. Entre ce dernier pointement rocheux et la falaise de Cap de Borj Arif, sur 300 m environ, se trouve la dernière plage de la baie de Tabarka, la plage est de Bouterfess. Les dunes bordières sont discontinues et atteignent 4 m de haut, tandis qu’en arrière de cette première ligne de dunes, un large champ de dunes (barkhanes), fixées depuis 1987, apparaît dans la partie centrale de la baie en relation directe avec les forts vents de mer qui affectent le nord-ouest de la Tunisie. La partie sous-marine présente des barres d’avant-côte festonnées, dont la morphologie classerait ce littoral en “rythmic bar and beach” ou en “transverse bar and rip” selon la terminologie de Wright et Short (1984). La bathymétrie de la côte présente une pente de 1,6 % entre 0 et 5 m et de 2 % entre -5 et -20 m. Les apports sableux proviennent des bassins versants à pentes fortes du relief montagneux de Kroumirie, convoyés jusqu’à la mer principalement par l’oued El Kébir au fond de la baie et l’oued Bouterfess à l’extrémité est. Sur l’oued El Kébir, 10 km au sud de Tabarka, le barrage d’El Kébir a été construit en 2002, et sur l’oued Bouterfess, 13 km à l’est de Tabarka, le barrage d’El Moula a été construit en 2003. Ces barrages n’ayant pas été mis en eau durant la période d’étude de cet article, il devient alors difficile d’estimer si leur construction a eu une influence sur la charge grossière transportée par les oueds.

4La faible amplitude de la marée sur la zone d’étude, comprise entre 45 et 60 cm (HP, 1994), ne se traduit pas par des courants de marée faibles et classe la baie de Tabarka en côte où la houle joue le rôle majeur sur la morphodynamique des plages. Les vents les plus fréquents et les plus forts de la zone d’étude ont une direction NW et les houles les plus actives sur les plages sont logiquement issues du même secteur (Fig. 2). Des enregistrements de la houle au nord du port de Tabarka par une profondeur de -20 m entre 1971 et 1980 indiquent que les houles significatives de tempêtes annuelles sont hautes de 5,60 m tandis que les houles décennales atteignent 7.80 m (HP, 1995).

5À la côte, les transits littoraux liés à la dérive littorale ont été étudiés par Paskoff (1985), Jlassi (1993) et Oueslati (1994). Les houles de secteur O. et N.O. subissent une réfraction et une diffraction, causées par l’île de Tabarka, qui se traduisent par un transit littoral dirigé vers la digue (est-ouest) et vers le cap gréseux (ouest-est) à partir d’un point de divergence localisé approximativement au niveau de l’oued El Kébir. Les houles de nord arrivent de manière quasi frontale dans la baie, ce qui n’induit pas de transit littoral significatif, hormis aux extrémités du secteur d’étude (plage du port à l’ouest et plage proche de l’oued de Bouterfess à l’est). Les houles de secteur N.E. et E. induisent un transit vers l’Ouest, sans divergence de direction. Les directions dominantes et secondaires des transits littoraux n’ont pas encore été véritablement définies et quantifiées sur le site d’étude, même si une organisation générale est proposée par Jlassi (1993). À travers l’analyse des variations de la position du rivage et de la granulométrie de la zone du jet de rive, nous tenterons donc d’apporter des éléments sur la direction du transit sédimentaire.

6Fig. 2 - Présentation du littoral de Tabarka-Bouterfess (Nord Ouest de la Tunisie).
Tabarka-Bouterfess (NW of Tunisia) location.

3 - Matériels et méthodes

7L’évolution spatio-temporelle de trait de côte a été étudiée par Système d’Information Géographique (SIG) à partir de photographies aériennes prises dans les années 1963 (échelle : 1/25.000), 1989 (échelle 1/25.000) et 2001. Les photographies aériennes de 1963 et 1989 ont été géoréférencées sous ARCMAP-GIS dans la projection UTM Zone N32, Datum Carthage et ont été assemblées afin d’obtenir des mosaïques couvrant l’ensemble de la zone d’étude. La campagne de 2001 était déjà référencée sous forme d’ortho-photos par le Ministère de l’Agriculture Tunisien, sans que nous ayons cependant d’indications sur la marge d’erreur de ce document. Par conséquent, la marge d’erreur de notre base de données est calculée en analysant les variations de la position du rivage sur le secteur rocheux stable. L’erreur moyenne est de 6,2 m avec un écart type de 4,5 m. En considérant que la répartition de cette erreur est gaussienne, nous évaluons donc l’erreur de positionnement du rivage à +/- 9 m, soit deux fois l’écart-type, afin d’estimer la position du rivage avec une fiabilité de 95 %. Nous rappelons que déterminer l’erreur à partir de deux écarts-types est statistiquement robuste mais présente aussi l’inconvénient de définir une marge d’erreur relativement importante.

8L’analyse de la mobilité du trait de côte a été faite à l’aide de l’extension d’ARCVIEW, DSAS (Digital Shoreline Analysis System) conçue par Thieler et al. (2005). Une ligne de référence virtuelle a été dessinée à terre parallèlement aux lignes de rivage afin de servir de base pour la création de 114 transects perpendiculaires équidistants de 50 m le long du littoral. Sur ces transects, le taux moyen de changement de rivage est automatiquement calculé par le module DSAS.

9Des prélèvements de sables au niveau du jet de rive ont été réalisés sur 18 points en mai 2006 au niveau des transects 6, 19, 23, 26, 30, 33, 37, 43, 46, 49, 54, 79, 81, 84, 87, 90, 95 et 98. Les échantillons sont analysés selon les méthodes classiques de la granulométrie, afin d’évaluer les indices statistiques généralement utilisés pour décrire la granulométrie des sédiments. Seul le grain moyen (Folk et Ward, 1957) est présenté dans cet article. Les résultats sont organisés spatialement le long du rivage, afin de rechercher si les variations de la taille des sédiments indiquent d’éventuelles relations avec les variations du rivage.

4 - Résultats

4.1 - Variations du rivage par transects et par périodes

10Entre 1963 et 1989, le rivage situé entre le port de Tabarka et l’embouchure de l’oued El Kébir (transects 2 à 19) avance de 25 à 160 m, soit une vitesse de 0,9 à 6m/an (Fig. 3). Dans la partie centrale de la baie, la plage d’El Morjène (transects 20 à 68) sur laquelle est bâti le complexe touristique de Montazeh Tabarka (Boukaaba, 1997), présente des signes de démaigrissement rapide. Le recul de trait de côte au niveau de cette plage atteint 5 à 69 m avec des vitesses de recul variant de 0,2 à 2,7m/an. La plage de l’hôtel Golf beach (transects 69 à 78) est relativement stable, mais ces valeurs sont majoritairement comprises dans la marge d’erreur. À l’est, la plage de Bouterfess (transects 79 à 114), montre une avancée de 14 à 56 m soit une vitesse annuelle de 0,4 à 2,2m/an. Dans le détail, ce n’est pas l’embouchure de l’oued qui avance mais plutôt les secteurs limitrophes.

11Entre 1989 et 2001, les mouvements du rivage sont majoritairement inclus dans la marge d’erreur des mesures (+/- 0,8m/an). À l’ouest, la plage d’El Corniche, connaît un recul du trait de côte de 1 à 22 m, soit une vitesse de 0,1 à 1,8m/an (Fig. 3). La partie centrale de la baie de Tabarka, la plage El Morjène, montrerait plutôt une avancée du trait de côte de 1,5 à 27,6 m pour des vitesses annuelles de 0,13 à 2,3 m. Au delà de cette zone, les secteurs à l’est ne montrent pas de variations significatives.

Fig. 3 - Variations du rivage et de la granulométrie le long du littoral de Tabarka.
Shoreline changes and grain size distribution along the Tabarka bay.

Fig. 3 - Variations du rivage et de la granulométrie le long du littoral de Tabarka.Shoreline changes and grain size distribution along the Tabarka bay.

a) variations du rivage entre 1963, 1989 et 2001 ; b) variations annuelles du rivage entre 1989 et 2001 ; c) variations annuelles du rivage entre 1963 et 1989 ; d) variations de la granulométrie. Sur a, b, c et d, les ronds blancs localisent les embouchures des oueds.
a) shoreline positions in 1963, 1989 et 2001 ; b) annual shoreline changes between 1989 and 2001 ; c) annual shoreline changes in 1963 and in 1989 ; d) grain size variations. The white circles on a, b, c and d, show the wadis inlets.

4.2 - Répartition granulométrique longitudinale

12Les 18 échantillons de sédiments prélevés au niveau du jet de rive de la baie de Tabarka affichent un grain moyen qui varie entre 2,21 et 0,82 Φ, soit 0,57 et 0,22 mm (Fig. 3). De part et d’autre de la partie centrale de la baie de Tabarka (transect 54), une organisation spatiale se dessine. À l’ouest, vers la digue portuaire (entre les transects 53 et 7), la granulométrie diminue en passant de 1 à 2,21 Φ (0,50 à 0,22 mm) tandis que vers l’est (entre les transects 54 et 98), la granulométrie ne montre pas d’organisation spatiale évidente en variant de 1 à 0,97 phi (0,50 à 0,48 mm).

13Nous avons cherché une relation entre la granulométrie et les variations de la position du rivage (Fig. 4). Les avancées et les reculs du rivage entre 1989 et 2001 n’ont pu être utilisés compte tenu des trop faibles variations. Nous montrons une très bonne relation (r = 0.94 ; n = 10) entre évolution du rivage et granulométrie de la plage entre les transects 6 à 54. Depuis la partie centrale de la baie en érosion (El Morjène), la taille du sédiment décroît en direction du secteur en accrétion (El Corniche). Vers l’est, où le rivage ne montre pas de déplacements significatifs, il n’y a pas de corrélation significative (r = 0,31 ; n = 8) entre la granulométrie et les déplacements du rivage.

Fig. 4 - Corrélations grain moyen et déplacements du rivage (1963-1989).
Correlations between the grain size and the shoreline changes (1963-1989).

Fig. 4 - Corrélations grain moyen et déplacements du rivage (1963-1989).Correlations between the grain size and the shoreline changes (1963-1989).

Les ronds noirs représentent les échantillons entre les transects 6 et 54.
Les ronds blancs représentent les échantillons entre les transects 79 et 98.
The black circles describe samples between points 6 to 54.
The white circles describe samples between points 79 to 98.

5 - Discussion

5.1 - Organisation du transit littoral

14Entre 1963 et 1989, les variations de la ligne du rivage décrivent d’ouest en est une alternance de secteurs en avancée-recul-avancée-stablilité-avancée qui peuvent être interprétés en terme de cellules littorales. L’accrétion contre la digue portuaire (El Corniche) suggère un transit vers l’ouest depuis le centre de la baie. La partie en érosion (El Morjène) vient alimenter la plage El Corniche par un transport longitudinal des sédiments. La direction du transit sédimentaire vers l’ouest est confirmée par la morphologie du poulier de l’oued orientée vers l’ouest sur toutes les photographies aériennes. L’avancée du rivage à l’extrême est de la baie de Tabarka pourrait être reliée à un transit littoral dirigé vers l’est depuis la zone centrale en érosion (El Morjène). Là aussi, la présence d’une flèche d’embouchure, observée sur le terrain et les photographies aériennes sur la rive ouest de l’embouchure de l’oued de Bouterfess, témoigne d’un transit longitudinal vers l’est. Ce transit a repoussé l’embouchure de Bouterfess contre le pointement rocheux du Cap de Borj Arif. L’avancée du rivage, entre le transect 92 et 114, est donc à la fois causée par les apports sédimentaires de l’oued de Bouterfess et par la houle incidente qui redistribue et dépose les sédiments fluviatiles et ceux érodés sur la plage d’El Morjène. Entre ces deux secteurs, la plage de l’hôtel du Golf beach ne montre pas de variations du rivage, ce qui indiquerait un transport longitudinal à l’équilibre dans cette zone. Une absence de transit littoral est à exclure, car les houles de N.O. et surtout de N.E. qui arrivent obliquement à la cote induisent logiquement une dérive littorale dans ce secteur. Les pointements rocheux qui s’avancent en mer dans cette zone jouent probablement un rôle dans la stabilisation du rivage, mais la faiblesse des mouvements du trait de côte témoignerait aussi d’une zone de divergence de la dérive littorale. Ces deux paramètres agissent probablement conjointement sur cette partie de la baie.

15Entre 1989 et 2001, les variations du rivage sont souvent peu significatives. Par conséquent, il devient difficile d’interpréter les mouvements du trait de côte durant cette période. Le recul observé au niveau d’El Corniche pourrait témoigner d’une dérive secondaire dirigée vers l’est. Il est cependant extrêmement difficile de confirmer cette hypothèse (définie à partir de la géomorphologie) par les forçages météo-marins car il n’existe pas d’enregistrements de houles dans ce secteur durant cette époque. Cependant, l’accumulation contre la digue du port et les morphologies des embouchures sont des témoins fiables de la direction dominante des transits longitudinaux, et les directions suggérées durant l’intervalle 1989-2001 doivent donc s’interpréter comme des directions de moindre ampleur.

16La granulométrie confirmerait la direction dérive littorale dirigée vers le port depuis la partie centrale de la baie. Les prélèvements, qui ont été effectués en 2006, sont comparés à l’évolution du rivage à des périodes différentes, mais il n’existe pas d’analyses sédimentologiques antérieures qui auraient été réalisées durant l’analyse diachronique des variations du rivage que nous avons conduite dans cet article. La forte corrélation obtenue entre la granulométrie et les variations du rivage est aussi un argument pour décrire un transit littoral depuis la partie centrale de la baie vers l’Ouest (port de Tabarka). Cette méthode confirme les interprétations précédentes, mais elle n’est pas suffisante à elle seule pour décrire l’organisation du transit longitudinal (Masselink, 1992, 1993 ; Mac Laren, 1993).

5.2 - Influence du port

17L’engraissement de la plage d’El Corniche entre 1963 et 1989, est dû à la construction du nouveau port de Tabarka au cours de la période 1966-1970 (HP, 1995). En effet l’implantation du port a engendré des modifications notables, car cet ouvrage a fait obstacle au transport longitudinal du sédiment et a modifié la direction des vagues de secteur N.O. par diffraction entraînant l’érosion entre 1963 et 1989 de la plage d’El Morjène. L’engraissement et la forme arquée de la plage du secteur ouest sont dus à la rotation de la houle autour de l’extrémité  de cette jetée principale, qui se traduit par la modification de sa direction et le transfert de son énergie vers la zone protégée. Ce phénomène de diffraction entraîne la création d’un courant, qui ramène les sables depuis la plage d’El Morjène vers la plage d’El Corniche. De ce fait, le secteur ouest du littoral de la baie de Tabarka, protégé par la jetée principale du port, se comporte comme une « pompe », aspirant les sables du secteur est. Cependant, malgré une longueur de 557 m (BCEOM/STUDI,1981), la jetée sud-est n’a pas été suffisante pour empêcher les phénomènes d’ensablement dans les bassins du port, ce qui suggère que cette digue ne bloque pas totalement le transit littoral.

5.3 - Fonctionnement d’une plage de baie

18Entre 1989 et 2001, la plage d’El Corniche montre un léger recul qui témoigne de la fin des phénomènes d’adaptation de la ligne du rivage aux nouvelles contraintes physiques imposées par la digue. Après une évolution rapide de 1963 à 1989 durant laquelle les processus longitudinaux (dérive littorale) sont dominants par rapport aux processus transversaux (organisation du profil de plage, déplacement des barres…), le rivage se stabilise et le profil de plage se réorganise. Nous faisons l’hypothèse que les variations du rivage entre 1963 et 1989 sont liées au transit longitudinal dominant en raison de l’échelle temporelle pluri- annuelle de notre analyse, mais cette approche est réductrice car les plages de baie connaissent aussi des échanges sédimentaires importants dans le profil (cross-shore) (Short et Masselink, 1999). Ce phénomène de relative stabilisation du rivage est classique après la construction de digues portuaires; la baie de Tabarka n’échappe donc pas à ce mécanisme. La morphologie des barres suggère d’ailleurs la présence de courants de retour, mais, à ce stade préliminaire, nous n’avons pas encore assez d’éléments pour décrire plus finement les mécanismes sédimentaires cross-shore qui contrôlent l’évolution du littoral de la baie.

5.4 - Incertitudes sur les apports sédimentaires par les oueds

19Le bilan sédimentaire de la plage d’El Corniche (positif puis négatif) est aussi dépendant des apports de l’oued El Kébir, puisque l’embouchure se situe en amont dérive. À l’extrémité de la baie, le comportement des plages à proximité de l’oued Bouterfess décrit une évolution similaire : accrétion puis stabilité (érosion) du rivage avant et après 1989. Cette évolution est attribuable à une diminution des apports sédimentaires des oueds dont l’origine demeure difficilement appréciable. On peut d’abord envisager que la période 1989 à 2001 ait été marquée par des précipitations et des débits des oueds moins importants que durant la période 1963 à 1989 ; mais nous ne disposons pas de données sur ces oueds. De plus, la construction de barrages, qui coïncident avec un recul ou une stabilisation relative du littoral proche des embouchures, ne peut être ignorée, même si la mise en eau des barrages intervient en 2002 (oued El Kébir) et en 2003 (oued Bouterfess), soit une année après notre analyse des variations du rivage. Il est aussi probable que les travaux pour la construction des barrages (curages, extraction, recalibrage et blocage du lit des oueds) aient perturbé et diminué la charge sédimentaire en transit vers le littoral.

6 - Conclusion

20L’analyse des photographies aériennes du littoral de Tabarka Bouterfess couplée à l’étude granulométrique a permis de dresser un premier bilan sédimentaire de cette baie en mettant en évidence quatre secteurs aux comportements différents. Nous démontrons le rôle perturbateur de la digue portuaire sur les variations du rivage et supposons celui de la construction de barrages sur les oueds, qui réduisent probablement l’alimentation sédimentaire de cette baie. Après une période de fortes variations du rivage, entre 1963 et 1989, durant laquelle le trait de côte se réadapte suite à la construction du port de Tabarka, la période 1989 à 2001 n’indique pas de modifications importantes du rivage. Cette apparente stabilité est en réalité masquée par la marge d’incertitude de l’analyse par SIG. Les aménageurs de la baie de Tabarka-Bouterfess doivent donc rester vigilants quant aux problèmes d’érosion qui peuvent néanmoins persister, surtout suite à la mise en eau des barrages en 2002 et 2003, dont la première conséquence à attendre est une réduction considérable des apports sédimentaires au littoral. Ces résultats préliminaires permettent de souligner les difficultés et la complexité de l’aménagement de ce type de baie, des erreurs similaires mais plus importantes encore ayant été commises sur des sites comparables (Sedrati et Anthony, 2007).

Top of page

Bibliography

BCEOM/STUDI, (1981), Étude de l’extension des ports de pêche de Tabarka et Kelibia, problèmes de transit littoral et de sédimentation, 20 p. et ann.

Boukaaba M., (1997), Étude de la stabilité du littoral de Tabaarka-Zouaraa, mémoire DEA, Fac. Sc. Tunis, 115 p. 

Folk R.-L., Ward, W.-C., (1957), Brazos river bar : a study in the significance of grain size, Journal of Sedimentary Petrology, 27, 1, p. 3-26.

HP (Hidrothecnica Portugesa) (1995), Étude générale pour la protection du littoral tunisien, Rapport I-II-III-IV et V, Ministère de l’Équipement Tunisien, 300 p.

Jlassi F., (1993), Risques naturels et problèmes d’environnement à Tabarka et ses environs, Mémoire C. A. R. Fac. Sc. Hum. Tunis, 170  p. 

Mahrsi C., (1987), Contribution à l’étude sédimentologique et stratigraphique du flysh numidien de la Tunisie septentrionale, Mémoire DEA, Fac. Sc. Tunis, 137 p. 

Masselink G., (1992), Longshore variation of grain size distribution along the coast of the Rhône delta, Southern France: a test of the «Mc Laren model», Journal of Coastal Research, 8,2, p. 286291.

(1993), Reply of Mac Laren, p. Discussion, Journal of Coastal Research, 9, 4, p. 1142-1145.

Mac Laren p., (1993), Discussion of : « Masselink, G., 1992, Longshore variation of grain size distribution along the coast of the Rhône delta, Southern France: a test of the “Mc Laren model”. Journal of Coastal Research, 8,2, 286-291, Journal of Coastal Research, 9, 4, p. 1136-1141.

Oueslati A., (1994), Les côtes de la Tunisie, recherches sur leur évolution au Quaternaire, doctorat ès-Sciences, F. L. S. H. T., 402 p.

Paskoff R., (1985), Géographie de l’environnement, problèmes d’utilisation des ressources et d’adaptation aux contraintes des milieux naturels, Publications de l’Université de Tunis, 227 p. 

Paskoff R., (1992), Eroding Tunisian beaches: Causes and mitigation, Bollettino di Geofisica Teorica ed Applicata, 10, 2-4, p. 85-91.

Sedrati M., Anthony E., (2007), A brief overview of plan-shape disequilibrium in embayed beaches: Tangier Bay (Morocco),  Méditerranée, ce volume.

Short A.-D., Masselink G., (1999), Embayed and structurally controlled beaches, in : Short, A.D. (eds) Handbook of Beach and Shoreface Morphodynamics, John Wiley & Sons, Chichester, p. 230-250.

Thieler E.-R., Himmelstoss E.-A., Zichichi J.-L., Miller T.-L., (2005), Digital Shoreline Analysis System (DSAS) version 3.0; An ArcGIS extension for calculating shoreline change. U.S. Geological Survey Open-File Report 2005-1304 (http://woodshole.er.usgs.gov/project-pages/dsas/).

Wright L.-D. Short A.-D., (1984), Morphodynamic variability of surf zones and beaches : a synthesis. Marine Geology, 56, p. 93-118.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Plage d’El Morjène. La flèche et le rond signalent l’épave de l’Auvergne.El Morjène beach. The arrow and the circle indicate the Auvergne wreak position.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/192/img-1.jpg
File image/jpeg, 52k
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/192/img-2.png
File image/png, 25k
Title Fig. 3 - Variations du rivage et de la granulométrie le long du littoral de Tabarka.Shoreline changes and grain size distribution along the Tabarka bay.
Caption a) variations du rivage entre 1963, 1989 et 2001 ; b) variations annuelles du rivage entre 1989 et 2001 ; c) variations annuelles du rivage entre 1963 et 1989 ; d) variations de la granulométrie. Sur a, b, c et d, les ronds blancs localisent les embouchures des oueds.a) shoreline positions in 1963, 1989 et 2001 ; b) annual shoreline changes between 1989 and 2001 ; c) annual shoreline changes in 1963 and in 1989 ; d) grain size variations. The white circles on a, b, c and d, show the wadis inlets.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/192/img-3.png
File image/png, 57k
Title Fig. 4 - Corrélations grain moyen et déplacements du rivage (1963-1989).Correlations between the grain size and the shoreline changes (1963-1989).
Caption Les ronds noirs représentent les échantillons entre les transects 6 et 54.Les ronds blancs représentent les échantillons entre les transects 79 et 98.The black circles describe samples between points 6 to 54.The white circles describe samples between points 79 to 98.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/192/img-4.png
File image/png, 13k
Top of page

References

Electronic reference

Nabila Halouani, François Sabatier, Moncef Gueddari and Jules Fleury, « Évolution du trait de côte de Tabarka-Bouterfess, nord-ouest de la Tunisie », Méditerranée [Online], 108 | 2007, Online since 01 January 2009, connection on 24 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/192 ; DOI : 10.4000/mediterranee.192

Top of page

About the authors

Nabila Halouani

Université de Tunis El Manar - Faculté des Sciences de Tunis - Département de Géologie - Campus Universitaire - 2092 Tunis, Tunisie - halouaninabila@yahoo.fr

François Sabatier

Université de Provence - CEREGE UMR 6635 CNRS - Europôle de L’Arbois – BP 80 - 13545 Aix-en-Provence Cedex 04, France

By this author

Moncef Gueddari

Université de Tunis El Manar - Faculté des Sciences de Tunis - Département de Géologie - Campus Universitaire - 2092 Tunis, Tunisie

Jules Fleury

CEREGE UMR 6635 CNRS - Europôle de L’Arbois – BP 80 - 13545 Aix-en-Provence cedex 04, France

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page