Skip to navigation – Site map
Érosion, enjeux et aménagements

Construire en zone à risques, le cas de la Calère à Oran

Construction in hazard zones: the example of la Calère at Oran, Algeria
Ammara Bekkouche
p. 139-143

Abstracts

The topography of Oran is characteristic of a Mediterranean environment, namely an abrupt ravine fringed by a plateau which reaches a maximum altitude of 110m. This morphological peculiarity is subject to seismic hazards which have limited construction and forced industry to respect certain norms in order to minimise dangers. Resultant costs have influenced construction decisions. Present debate has attempted to incorporate durable development and ecology in the urbanisation process. Even if in theory groups have reached consensus on this development path, these are translated by differences in conception choices. The main objective is to reduce the natural risk without derogating from economic realities.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Algérie, Oran
Top of page

Full text

1 - Introduction

1La Calère était un ancien quartier de pêcheurs au centre historique d’Oran (Merlin, 1963) qu’il a fallu démolir en 1980 suite à l’effondrement de quelques habitations et à son état de vétusté quasi général. Le site, face au port, sur un terrain escarpé d’une superficie de quatre hectares environ, présente des contraintes morphologiques particulières pour sa reconstruction en dépit de ses potentialités paysagères et patrimoniales. L’élaboration du projet architectural a nécessité une analyse géotechnique qui a confirmé l’existence d’une faille et précisé les épaisseurs variables des remblais ainsi que la présence d’eau (rapport SOCOTEC EXPORT, 1986). Ces informations ont été communiquées aux différentes institutions et bureaux d’études intéressés, après le lancement d’un concours d’idées international. De quelle manière ces difficultés influent-elles sur la programmation et sur la conception urbanistique et architecturale? Ce questionnement qui s’inscrit dans une réflexion globale relative au concept de développement durable, vise à redéfinir des démarches d’aménagement attentives aux pratiques sociales et culturelles typiques du littoral algérien et s’assurer de la prise en charge des contraintes naturelles dans l’acte de bâtir.

Fig. 1 : Le site de la Calère à Oran. Élaboré à partir de la carte néotectonique de l’ouest algérien
The site of Calere at Oran. Drawn using the neotectonic map for western Algeria

Fig. 1 : Le site de la Calère à Oran. Élaboré à partir de la carte néotectonique de l’ouest algérienThe site of Calere at Oran. Drawn using the neotectonic map for western Algeria

Document cartographique publié dans le rapport SOCOTEC EXPORT, op.cit.
D’après Y. Gourinard, B. Fenet, J. Delteil, P. Guardia, J. M. Auzende et al., J. C. Vidal, G. Thomas, J. Fourniguet et al., H. Philip et M. Meghraoui
Cartographic data published in SOCOTEC EXPORT. After Y. Gourinard, B. Fenet, J. Delteil, P. Guardia, J. M. Auzende and J. C. Vidal, G. Thomas, J. Fourniguet et al., H. Philip and M. Meghraoui

2 - Évaluation des risques dans la ville méditerranéenne

2L’acte de construire a de tout temps comporté des risques dont la responsabilité partagée a donné lieu à l’élaboration de normes soumises à une réglementation spécifique aux dangers mis en cause. Il incombe pour une part aux concepteurs, architectes et ingénieurs dont le projet d’exécution est examiné par un ensemble de spécialistes institutionnalisés pour le contrôle de la conformité aux règles établies. En théorie, le risque dans la construction est présenté à deux niveaux de conception articulant les échelles architecturale et urbanistique.

3S’agissant du littoral méditerranéen, certaines de ses caractéristiques mènent à considérer les dommages relatifs à l’eau (assainissement, zone inondable, ruissellement, nappe phréatique) et aux séismes, nécessitant des procédés appropriés d’aménagement et de prévention. Mais, si à l’égard de l’eau l’histoire nous apprend que des savoir-faire collectifs ont été développés, il en est autrement du caractère aléatoire du séisme dont l’étude est confiée aux ingénieurs spécialistes. Le paysage des zones d’habitat urbain nouvelles (ZHUN) réalisées en Algérie dans les années 70, reflète visiblement leur contribution qui s’est matérialisée par la construction en

4béton selon le procédé de préfabrication lourde. L’urgence de répondre à des besoins en logements et la prise en compte du facteur séisme justifient, pour une part, une telle production. C’est cette attribution à la sphère des ingénieurs en génie civil qui est actuellement critiquée, mettant en cause l’indigence de la production architecturale du fait de sa soumission à une géoscience. « En moins de deux siècles…, les ingénieurs ont imposé à l’architecture des critères d’évaluation basés beaucoup plus sur un processus de construction que sur un consensus portant sur l’apparence du résultat bâti » (Deswarte-Rosa et Lemoine, 1979).

  • 1 « Les experts de différentes disciplines confondues, ne cessent d’attirer l’attention sur ce problè (...)
  • 2 Loi 03 d’octobre 2003 relative à la protection de l’environnement et du développement durable. Loi (...)

5Depuis, les architectes sont de plus en plus nombreux à s’exprimer pour reconquérir leur rôle de maîtres d’œuvre. L’Ordre des architectes naît en 1995 et annonce ses objectifs pour une meilleure définition des problèmes intégrant de nouvelles procédures dans l’organisation de l’espace urbain1. L’idée en est que la ville étant le produit d’accumulation d’efforts collectifs, il s’agit de réduire la vulnérabilité des constructions pour les futures générations et d’assurer, aussi, un cadre de vie propre à la culture méditerranéenne. Le legs se comprend par rapport aux valeurs matérielle et immatérielle pour prévenir les menaces dues aux aléas naturels et à un certain appauvrissement culturel. A cet effet, des lois et règlements2 donnent une assise juridique définissant les relations entre les différents acteurs. Mais une des causes du problème en Algérie, qui dispose pourtant d’une réglementation appropriée, est que «l’application des études de vulnérabilité à l’occupation du sol s’est heurtée bien souvent au refus de changement qu’opposent certains individus par leur méconnaissance du risque»1. Il a fallu la double tragédie de l’inondation de Bab el Oued en 2001 et du séisme de Boumerdes-Alger en 2003, pour que la considération du risque devienne une préoccupation centrale dans les discours. Bien que le danger soit latent, ces situations ont révélé la nature des insuffisances dans le processus d’urbanisation. Elles renvoient en partie à des formes de négligence dans le respect des normes et à des défauts de coordination entre les gestionnaires, les autorités locales et le citoyen car… « si la gestion est réservée à des spécialistes, la prévention devrait être l’affaire de tous »1.

3 - Examen du risque : intentions et réalité

  • 3 Le séisme de Boumerdes a révélé qu’un grand nombre des bâtisses effondrées n’avaient pas été présen (...)

6Par-delà les études portant sur les plans d’aménagement urbain en Algérie, la mise en place de nouvelles consignes d’intervention a fait l’objet de réajustements de la législation régissant les procédures financières. Plusieurs maires se sont exprimés au sujet de l’inefficacité du code communal qui limiterait leurs prérogatives de décision dans la gestion de la ville. En fait, la qualité des textes de loi ne suffit pas pour être suivie d’application compte tenu de l’absence de formation et de sensibilisation aux problèmes. La demande en logements est importante et les opérations de construction sont toujours subordonnées à l’urgence. Dans cette hâte, des mesures d’exonération sont décrétées pour encourager les entreprises du bâtiment, mais elles s’accompagnent d’insuffisances flagrantes à la réception du produit. A posteriori, en cas de constat de déficience, chaque corps de métier plaide sa cause en s’appuyant sur les règlements propres à son domaine. Pour les architectes et les ingénieurs, les faiblesses sont à imputer au choix des promoteurs dans le secteur de la construction. C’est ainsi que le critère administratif de solvabilité de l’entreprise prime sur celui de la technicité et du professionnalisme3.

  • 4 L’Ordre des Architectes Algériens, le Collège National des Experts Algériens, la Fédération Nationa (...)

7Par ailleurs, en vue d’améliorer la maîtrise du savoir-faire, l’Etat initie un certain nombre de structures de réflexion, de soutien aux groupements associatifs et d’offres de formations spécialisées. Au registre de la réflexion, le Conseil National Economique et Social (CNES) qui regroupe des spécialistes de différentes disciplines, propose à l’étude les points estimés prioritaires pour minimiser les dommages endurés par la société. Conjointement, plusieurs conseils locaux chapeautés par le Conseil National du Cadre Bâti (CNCB) tentent d’instaurer une conduite pour la prise en charge des problèmes urbains en général4.

  • 5 Le Comité d’Initiative et de Vigilance Citoyenne (CIVIC), le Mouvement de la Société Oranaise (MSO) (...)
  • 6 A titre d’essai, un nouveau procédé de bâtiment sur isolateurs parasismiques a été introduit à Aïn (...)
  • 7 Arrêté du 20 juillet 2005 relatif aux diplômes de spécialisation et d’approfondissement en architec (...)
  • 8 Deux magistères ont été soutenus au département d’architecture, Université des Sciences et de la Te (...)

8 Au titre des unions professionnelles5, de plus en plus d’analyses s’accordent à relever les hiatus dans la chaîne de production de la construction et le manque de qualification de la main-d’œuvre. Quant au citoyen, il se manifeste à travers les associations ou la presse diffusant des témoignages et critiques susceptibles d’attirer l’attention des autorités locales. Parmi les nombreuses interpellations sur les modalités de gestion, d’aucuns s’interrogent sur la participation de l’élite aux problèmes de la ville. Pour le moins, les universitaires s’activeraient à travers les programmes nationaux de recherche initiés par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique6. Le lien avec la communauté scientifique étrangère permet ainsi l’échange d’expériences, notamment pour ce qui concerne les risques. Dans ce domaine, la prise de conscience de la nécessité de consolider leur formation relative aux séismes est tout à fait récente. En France par exemple7, les offres de formation s’appliquent à intégrer les critères de vulnérabilité dans la démarche conceptuelle. Elles s’adressent en outre, aux architectes qui souhaitent s’initier aux concepts d’aménagement durable, de gestion des crises et de la reconstruction. Il s’ensuit une spécialisation pour la prise en compte des risques majeurs dans le processus de conception urbanistique et architecturale. Ces formations pour les architectes n’existent pas encore en Algérie, mais des initiatives individuelles manifestent de l’intérêt vis-à-vis de ces questions8 et donnent à espérer une probable évolution de ce sujet.

4 - Le risque en milieu urbain : quelle avancée en Algérie ?

9Depuis les conférences internationales d’Istanbul (1996) et de Johannesburg (2002), qui étayent les déclarations sur les problèmes de la ville, de nombreuses définitions sont émises pour que soient intégrées celles issues du concept de développement durable. Les changements à introduire tentent d’associer les enjeux de « good governance » au devoir de transparence. Parmi les séries de recommandations orientant les actions sur le terrain, le développement d’une terminologie suggère d’autres types de comportements et de méthodes d’intervention urbaine. Dans le cadre des opérations touchant le bâti ancien, les formules de régénération ou de renouvellement se substituent à celle de rénovation qui ignorait les paramètres historiques et socioculturels

  • 9 Cette rencontre donna lieu à la publication d’un document intitulé « Environnement de l’agglomérati (...)

10La ville algérienne, faisant face à d’importantes questions d’expansion et d’administration, s’inscrit dans cette logique pour apporter des solutions à l’état de précarité du cadre bâti et répondre aux besoins en logement. C’est ainsi que l’Algérie s’étant déclaréepartie prenante de cette approche novatrice en matière d’aménagement urbain, Oran a participé en 1993 à la conférence de Tokyo sur «la gestion des grandes villes». Dans ce prolongement, la municipalité d’Oran organisa un audit international autour des thèmes de la pollution et de la gestion des risques naturels9. Réunissant des responsables politiques et des experts, la rencontre a permis d’aborder les problèmes environnementaux ainsi que les efforts entrepris par les acteurs locaux pour surmonter les difficultés du vécu au quotidien. Plusieurs approches ont été examinées selon des critères visant à identifier et évaluer les contextes morphologiques et socio-économiques. Celui de la pauvreté, notamment, y est signalé comme aggravant les facteurs de risque en général. Dès lors, quelques actions ont été engagées en priorité pour la résorption de l’habitat précaire, abandonnant aux spécialistes et aux études techniques le problème spécifique du risque sismique.

  • 10 L’expression est empruntée à D. Teixera, in « L’urbain dans tous ses états », (Collectif), 1998.

11Il convient de s’interroger sur les capacités de gestion de ces difficultés. L’examen du quartier de la Calère est symptomatique du niveau de conscience et de sens commun que révèle le projet de son aménagement. Quelles démarches sont entreprises suite aux orientations définies par le cahier des charges? Quelles solutions sont proposées, relativement aux différents types de risque et à la localisation d’un site historique à considérer comme un lieu emblématique de la ville et non une simple opération immobilière10.

5 - Le quartier de La Calère, risques et potentialités

12Parmi les types de risques naturels, ceux spécifiques à Oran relèvent des contextes géomorphologiques propres au littoral méditerranéen. Situé au centre historique, face au port, le site de la Calère occupe une aire accidentée de quatre hectares environ. Traversé par une faille active, cet ancien village de pêcheurs fut démoli suite au danger qu’il représentait. Il figure parmi les projets de reconstruction de la ville.

  • 11 Le projet d’occupation des lieux depuis leur démolition, a fait l’objet de plusieurs propositions s (...)

13La première difficulté apparente est la topographie ravinée et pentue de la bande côtière où se localise le bassin versant de la Calère au pied du Djebel Murdjadjou. A cette contrainte s’ajoute la présence d’une faille active, les éboulements rocheux, la question du ruissellement des eaux et une épaisse couche de remblais. Autant d’éléments dissuasifs, si ce n’est que l’endroit offre une opportunité foncière très convoitée11.

14Le contexte géomorphologique n’a donc rien de singulier à Oran. Le projet de reconstruction du quartier de la Calère conjugue des préoccupations historiques et patrimoniales. Pour cette raison, le Plan Directeur d’Aménagement Urbain (PDAU), élaboré en 1997, recommande d’affecter la zone à des activités touristiques avec jardin public. Suite à cette orientation générale, des études d’aménagement ont été commandées mais les résultats ont été estimés insuffisants compte tenu des objectifs de développement préconisés par les décideurs. L’ambition se voulait être à la mesure de l’ouverture de l’Algérie au marché mondial, tout en valorisant son identité contemporaine.

  • 12 Le cahier des charges demande de tenir compte:
    - des contraintes du site….qui tiennent essentielleme (...)

15Dans cette perspective, un concours d’idées fut lancé. Le cahier des charges met en exergue autant les particularités historiques et paysagères du site que les menaces dues à l’existence d’une faille et des risques liés à l’écoulement des eaux. Au-delà de quelques mentions se rapportant à l’accessibilité et à la fonctionnalité12, les études géotechniques commandées par le maître de l’ouvrage émettent des recommandations concernant l’implantation des constructions et la profondeur des fondations. Il y est signalé aussi la question du ruissellement, la présence de sources et d’écoulements souterrains. Une description détaillée rappelle les dégâts qu’occasionnent les entailles dues au ravinement anarchique dont les effets nuisent à la stabilité des pentes et des ouvrages. Cet aspect est décrit avec insistance: « La connaissance des écoulements, de leurs origines et de leurs cheminements est indispensable pour prévenir des instabilités. La reconnaissance géotechnique ne peut ignorer ces phénomènes. Ces remarques ont pour but d’attirer l’attention sur un problème particulièrement grave; l’aménagement à long terme du site en dépend » (rapport SOCOTEC EXPORT, 1986).

16L’examen des différentes propositions pour la Calère, permet de rendre compte des réponses apportées aux problèmes des risques naturels et d’apprécier les logiques d’aménagement. Quelle leçon retenir de cette expérience ?

6 - Représentations urbanistique et architecturale dans les propositions d’aménagement de la Calère.

17A l’instar des interventions d’aménagement en milieu urbain ancien, celle de La Calère à Oran est une tâche complexe. Schématiquement, la démarche s’inscrit dans une recherche d’utilisation d’un terrain libre. Elle repose sur l’analyse de l’état actuel du site visant à établir un bilan, puis à élaborer une grille des fonctions à pourvoir. La procédure est classique, mais la nécessité d’une vision moderne impose des exigences environnementales et culturelles. Selon cette approche, les besoins à envisager ne sont plus seulement matériels. « A la différence… des biens matériels, le moteur de la production, pour les biens immatériels, n’est pas le profit mais l’intérêt général » (Saint Marc, 1971). Conformément à cet esprit, une hypothèse d’aménagement est avancée: celle d’une réflexion intégrant la dimension écologique et patrimoniale dans la conception urbanistique et architecturale.

  • 13 L’examen des offres par un jury pluridisciplinaire, a fait l’objet d’un procès-verbal synthétisant (...)

18En réponse au concours d’idées, sept propositions ont été soumises à l’appréciation d’un jury local présidé par le Wali d’Oran. L’examen des offres13 montre que les risques dus à l’eau et à la faille ne figurent pas comme une question fondamentale dans la conception du projet. Prioritairement sont introduites d’une part, les composantes relatives à l’image d’articulation du projet à la ville, de composition spatiale et de typologie architecturale (monumentalité, façade maritime…), d’ouverture visuelle sur la mer, de désenclavement du quartier…D’autre part, le mobile économique justifie une densification importante du site, afin de rentabiliser l’investissement. A l’évidence, les motivations qui ont conduit à opter pour cette solution, ont mésestimé le fait que la limitation de l’urbanisation et de la densité de population est une recommandation à observer en cas de danger sismique. Cet aspect puise ses fondements dans les recommandations suivantes: « Le droit effectif à la nature…. implique un renversement des priorités de l’aménagement du territoire dont les sept clés nouvelles devraient être désormais: dédensifier, démocratiser, préserver, végétaliser, embellir, épanouir, au lieu de concentrer, urbaniser, privilégier, rentabiliser, minéraliser, banaliser, enrichir » (Saint Marc, 1971).

19Une proposition cependant se singularise en mentionnant qu’un drainage des eaux de surface, le dégagement d’une bande non constructible au pied de la falaise, la réalisation d’un parc minéral sous forme de murs de soutènement en gabions pour stabiliser le terrain, la récupération des eaux de ruissellement et leur utilisation.

20Ce constat, à travers le cas de la Calère, soulève la question de savoir à partir de quel moment dans le processus de conception d’un projet faut-il inclure le paramètre du risque naturel ? Il est vrai qu’au niveau de l’esquisse, seuls sont sollicités les choix des partis architecturaux. Pour autant, l’actualité suggère une démarche qui renverse la problématique de la prise en compte du risque naturel. Elle préconise d’intégrer les aléas naturels dès le départ comme un élément de conception et non comme une contrainte technique suite à un projet déjà élaboré. L’expérience de la Calère présente les signes d’une attitude à revoir afin que le projet à réaliser soit véritablement le résultat d’un travail pluridisciplinaire. Elle requiert dans ce cadre une forme de coproduction entre l’architecte et les autres disciplines impliquées. « L’art et la technique doivent coopérer, retrouvant ainsi leur sens commun, leur tekhnê » (Philippe Nobel, 2000). Tel est en définitive, l’enseignement à retenir pour que les rapports de partenariat dans l’acte de construire ne se réduisent pas à de simples juxtapositions des responsabilités et, par conséquent, ne relèguent pas le problème central du risque à une simple question de construction à renforcer.

7 - Conclusion

  • 14 16/6/05, Décrets exécutifs modifiant ceux de 1991 fixant les procédures d’élaboration et d’approbat (...)

21Le problème de la prise en compte du risque naturel dans l’acte de bâtir en milieu urbain méditerranéen, renvoie à considérer certaines spécificités morphologiques et culturelles. L’observation du cas de la reconstruction du site de la Calère à Oran, a montré les limites d’une pratique conceptuelle qui n’intègre pas le risque naturel dans la conception en amont du projet. Malgré les efforts d’organisation d’un concours d’idées, l’aménagement de La Calère reste en attente d’une réflexion qui sache composer avec la nature des dangers qui la caractérisent. Il appartient aux études de se référer aux textes de lois visant à adapter la réglementation régissant les instruments d’urbanisme aux exigences de prévention contre les risques sismiques14.

22Un des aspects de la reconstruction de la Calère, a révélé par ailleurs l’absence en Algérie d’architectes formés pour intégrer ce paramètre dans l’élaboration d’une esquisse urbaine. Cela renvoie la réflexion à d’autres sphères de décision, notamment pour réviser les programmes d’enseignement. Vue sous cet angle, la démarche conceptuelle prend place dans un objectif de cohérence et de régénération urbaines basé sur le devoir d’une culture commune du risque, afin de surmonter les incompréhensions dues aux cloisonnements.

23« Donner à Oran une image moderne que les décideurs ne cessent de proclamer pour lui faire assumer un rôle de métropole dans le contexte international suscite un effort d’imagination en termes de compréhension culturelle du sens d’un bien commun. Cette tâche suppose le débat collectif entre citoyens et experts pour cerner au mieux la perception du projet face aux orientations du développement durable et du principe de précaution » (Larceneux et Boutelet, 2005).

Top of page

Bibliography

Larceneux A., Boutelet M., (dir), (2005), Le principe de précaution, colloque de Dijon, 4 juin 2004, Université de Bourgogne,
Programme de Recherche en Environnement, Éditions Universitaires de Dijon, Collection Sociétés, 126 p.

Bureau d’études techniques Socotec Export, (1986), Reconnaissance et études du risque sismique. Site de la Calère, Sid El Houari‑Oran, rapport, 187 p.

Deswarte S., Lemoine B., (1980), L’Architecture et les Ingénieurs, deux siècles de construction, éditions du Moniteur, Collection Architecture « les Hommes », 254 p.

El Watan, (2006), Supplément hebdomadaire, N° 3, 16 p.

Haumont N. (dir), (1998), L’urbain dans tous ses états. Faire, vivre et dire la ville, L’Harmattan, 396 p.

Lespès R., (1938), Oran, étude de géographie et d’histoire urbaines, coll. du Centenaire de l’Algérie, 1830-1930, Paris, Lib. Félix Alcan, 509 p.

Loubière A. (sous la dir.), (1998), Revue Urbanisme, Le magazine international de l’architecture et de la ville, N° 303, 98 p.

Merlin P., (1963), Les pêcheurs d’Oran et de Mers-el-Kébir, Méditerranée, 4, 3-4, p. 27-54.

Ministère Délégué auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, (2002), Programme National de Recherche, Construction et urbanisme, Alger, 19 p.

Nobel Ph., (2000),  Architecture d’Aujourd’hui, n° 329, juillet - août, p.20-25.

Saint Marc Ph., (1971), Socialisation de la nature, éditions Stock, 380p.

Top of page

Notes

1 « Les experts de différentes disciplines confondues, ne cessent d’attirer l’attention sur ce problème mal cadré et mal géré », entretien avec Mohamed Boubekeur, expert Risques Multiples, in El Watan, supplément hebdomadaire, 3, 19-25 Février 2006.

2 Loi 03 d’octobre 2003 relative à la protection de l’environnement et du développement durable. Loi 04-20 du 25 Décembre 2004 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable.

3 Le séisme de Boumerdes a révélé qu’un grand nombre des bâtisses effondrées n’avaient pas été présentées à l’approbation du Contrôle Technique de la Construction (CTC), la procédure n’étant pas obligatoire pour les habitations individuelles.

4 L’Ordre des Architectes Algériens, le Collège National des Experts Algériens, la Fédération Nationale du Bâtiment, la Confédération Nationale des Entreprises Algériennes, l’Union Nationale des Administrateurs des Biens Immobiliers…

5 Le Comité d’Initiative et de Vigilance Citoyenne (CIVIC), le Mouvement de la Société Oranaise (MSO), le Mouvement National de la Société Civile (MNSC)…

6 A titre d’essai, un nouveau procédé de bâtiment sur isolateurs parasismiques a été introduit à Aïn Defla, avec le laboratoire « Malaysian Rubber Board ». Il consiste à isoler la construction par du caoutchouc et de l’acier pour amortir les chocs.

7 Arrêté du 20 juillet 2005 relatif aux diplômes de spécialisation et d’approfondissement en architecture et patrimoine : « Le DSA mention « Architecture et patrimoine » est une formation ouverte aux architectes diplômés qui souhaitent se spécialiser dans la maîtrise des opérations liées au patrimoine architectural, urbain et paysager, en vue de sa conservation, sa restauration, sa mise en valeur et son usage dans la société contemporaine » in  J.O. n° 199 du 27/08/2005 texte numéro 62.

8 Deux magistères ont été soutenus au département d’architecture, Université des Sciences et de la Technologie Mohamed Boudiaf, Oran : 
- Senouci A., « Définition et évaluation des termes de référence du risque sismique dans le plan d’occupation des sols. L’exemple de l’Oranie »,   2004.
- Taïbi M., « Le séisme et l’architecture : entre exigences techniques et conception architecturale », 2005.

9 Cette rencontre donna lieu à la publication d’un document intitulé « Environnement de l’agglomération urbain. Pour une stratégie verte, 1993».

10 L’expression est empruntée à D. Teixera, in « L’urbain dans tous ses états », (Collectif), 1998.

11 Le projet d’occupation des lieux depuis leur démolition, a fait l’objet de plusieurs propositions sous forme de programmes et d’études d’aménagement. Toutes les tentatives se sont avérées vaines pour des questions d’ordre administratif et d’absence de coordination entre les différents acteurs. En premier, figuraient les propriétaires en attente d’indemnisation suite à leur déménagement pour cause de danger d’effondrement de quelques bâtisses.

12 Le cahier des charges demande de tenir compte:
- des contraintes du site….qui tiennent essentiellement à la stabilité du sol et au problème d’écoulement des eaux.
- des critères de créativité et de fonctionnalité selon la composante d’unicité du site, mixité des fonctions, considération de l’environnement et   articulation au vieux port, revalorisation du patrimoine, respect de la morphologie du terrain en mettant en valeur ses potentialités.

13 L’examen des offres par un jury pluridisciplinaire, a fait l’objet d’un procès-verbal synthétisant les principales remarques et conclusions, sous l’égide de la Direction de l’urbanisme et de l’habitat. Concours d’idées national et international « La Calère ». Études des offres. Rapport du groupe technique, Ministère de l’Habitat, Direction de l’urbanisme et de la construction, Wilaya d’Oran, 2001.

14 16/6/05, Décrets exécutifs modifiant ceux de 1991 fixant les procédures d’élaboration et d’approbation des PDAU (plan directeur d’aménagement et d’urbanisme) et des POS (plan d’occupation des sols) visant à adapter la réglementation régissant les instruments d’urbanisme aux exigences de prévention contre les risques sismiques de sorte à garantir le respect des normes sismiques de construction.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Le site de la Calère à Oran. Élaboré à partir de la carte néotectonique de l’ouest algérienThe site of Calere at Oran. Drawn using the neotectonic map for western Algeria
Credits Document cartographique publié dans le rapport SOCOTEC EXPORT, op.cit.D’après Y. Gourinard, B. Fenet, J. Delteil, P. Guardia, J. M. Auzende et al., J. C. Vidal, G. Thomas, J. Fourniguet et al., H. Philip et M. MeghraouiCartographic data published in SOCOTEC EXPORT. After Y. Gourinard, B. Fenet, J. Delteil, P. Guardia, J. M. Auzende and J. C. Vidal, G. Thomas, J. Fourniguet et al., H. Philip and M. Meghraoui
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/196/img-1.png
File image/png, 32k
Top of page

References

Electronic reference

Ammara Bekkouche, « Construire en zone à risques, le cas de la Calère à Oran », Méditerranée [Online], 108 | 2007, Online since 01 January 2009, connection on 24 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/196 ; DOI : 10.4000/mediterranee.196

Top of page

About the author

Ammara Bekkouche

Département d’architecture - Université des Sciences et de la Technologie Mohamed Boudiaf - Oran, Algérie - amara16_2000@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page