Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

M. El Faïz, Les maîtres de l’eau. Histoire de l’hydraulique arabe

Actes Sud, Arles, 363 p., 28 euros.
Philippe Dugot
p. 145-146
Bibliographical reference

M. El Faïz, (2005), Les maîtres de l’eau. Histoire de l’hydraulique arabe, Actes Sud, Arles, 363 p., 28 euros.

Full text

1L’eau dans la région méditerranéenne et ses marges moyen-orientales, sans être absente, ne se livre pas sans efforts. L’ancienneté et la permanence des inventions et des travaux pour amener l’eau au moment et à l’endroit où son besoin se fait sentir est un souci pratiquement constant depuis le néolithique. Pour illustrer cette réalité, l’apport de l’hydraulique arabe ne bénéficie que de trop rapides évocations. C’est l’objet de cet ouvrage que de lever quelque peu le voile sur ce sujet.

2Ouvrage historique, l’auteur adopte logiquement un plan chronologique où, après avoir rappelé les origines mésopotamiennes amendées par l’héritage hellénistique de l’hydraulique arabe, il concentre son propos, dans les deux parties suivantes, sur les réalisations et les acteurs propres à celle-ci. Il identifie d’abord un âge d’or de l’hydraulique arabo-musulmane allant du IXe au XIIe siècle. Il évoque par exemple la « révolution des norias » indispensables pour comprendre la « révolution agricole arabe méridionale » sans laquelle il est impossible de concevoir l’essor et les fastes urbains de cette société. Parmi les différents ingénieurs et savants cités, on peut extraire Al Karajî (m. en 1019) qui a publié le premier ouvrage spécifiquement dédié à la science des eaux ; il participa notamment au perfectionnement et au développement de l’antique pratique des qanâts. Au delà d’une production technique, Al Karajî aborda les aspects législatifs inhérents à la question de l’eau dans les pays d’irrigation. On peut ainsi mettre à son crédit le souci de codifier l’institution d’un périmètre de protection, le harîm, pour garantir l’approvisionnement des qanâts. Il ressort également de son travail un pragmatisme par rapport aux textes religieux, rappel toujours utile à l’époque actuelle où certains voudraient se servir des atours de la religion pour figer la dynamique sociale : « j’ai rapporté tout ce que la loi islamique prescrit au sujet du harîm ; car il est préférable de s’en tenir à elle, là où il n’y a pas d’autre règle. Mais il se pourrait qu’elle ne suffise pas toujours et qu’on doive tenir compte de l’extrême variété des roches ». Al Jazarî, qui publie en 1206 le « Livre des procédés ingénieux », bénéficie également d’une attention méritée.

3Du XIIIe au XVIIIe siècle, l’impression d’inventivité de ce monde s’estompe et le sentiment d’un déclin, ponctué seulement de quelques renaissances et réalisations, s’impose. Si, au tout début du XVIe siècle, on doit mentionner Taqî Al-Dîn qui inventa notamment différents modèles de pompes, à partir de ce moment, plus aucun perfectionnement notable n’est recensé. Pis, avec les travaux de Ammad Al-Damanhûrî (1696-1778), consignés dans le « livre de la source de la vie au sujet de la science de l’exploitation des eaux », on retourne à une métaphysique de l’eau. Renouant avec les conceptions aristotéliciennes les plus erronées, la pensée de Al-Damanhûrî est plus proche d’une théologie de l’eau que d’une science de l’eau, reflet d’un raidissement culturel plus général ; c’est d’ailleurs à ce titre, que selon M. El Faïz « il intéresse l’historien […] par le témoignage qu’il peut apporter sur le déclin du savoir hydraulique arabe au XVIIIe siècle ». Le XIXe siècle clôt l’aventure ; l’hydraulique moderne, celle issue de la révolution industrielle européenne, prend définitivement le pas.

4Au gré de ce parcours chronologique on en sait un peu plus sur le qanât et son ersatz maghrébin, la khettara, la sâqya marocaine – sorte de roue à godets -, les norias et autres « procédés ingénieux ». Surtout, par le biais de cette histoire de l’hydraulique, c’est toute l’histoire du monde arabe qui transpire, tant dans ses périodes fastes que dans ses phases d’ensommeillement et de déclin. À l’effacement du corps des ingénieurs hydrauliciens répond l’effacement du monde arabe. On entrevoit alors une société qui, loin d’être vaccinée contre le progrès et l’innovation technique, soutenait, dans l’hydraulique comme dans les autres branches des sciences et techniques, une démarche imprégnée d’utilitarisme. Comment expliquer son déclin et sa difficulté à se saisir par la suite de la modernité ? Ce n’est pas l’objet de cet ouvrage de répondre à cette question à laquelle, d’ailleurs, l’auteur ne consacre que quelques fugaces lignes en fin de volume. Le propos de M. El Faïz vise à mettre en lumière, par le biais de l’hydraulique, l’apport des arabes au corpus scientifique universel. Certes, on trouvera que l’héritage gréco-romain n’est de fait que très partiellement évoqué. Mais l’auteur se centre sur son sujet, l’hydraulique arabe, dont la place est mal connue, voire mésestimée. On reconnaît aisément aux Arabes le rôle de passeurs de savoirs développés par les civilisations antérieures, grecque mais aussi mésopotamienne et indienne. Pour aller dans le sens de l’auteur, rappelons le propos du mathématicien M. Chasles selon lequel c’était « là, à peu près la seule obligation que nous leurs ayons ». Sensiblement à la même époque, E. Renan n’était pas plus tendre, qualifiant même, dans une diatribe assassine contre l’Islam, les Arabes de « mauvais passeurs » d’une science grecque qui en serait sortie « frelatée ». Au-delà de ces jugements outranciers, on omet souvent l’existence d’une contribution originale des Arabes à l’avancée scientifique. Celle-ci est manifeste en matière d’hydraulique avec un corpus à la fois théorique et mécanique dont l’ampleur mérite bien le travail de M. El Faïz. Raison de plus pour abonder dans le sens de l’auteur qui, dans les dernières lignes de l’ouvrage, appelle à la sauvegarde de ce patrimoine souvent en danger. Sans doute doit-on rester davantage circonspect lorsque est abordé l’appoint de la civilisation arabo-musulmane dans les sciences et le réveil européen. S’il est incontestable, les filiations directes entre mécanique arabe et européenne sont plus difficiles à établir et surtout, l’essor européen renvoie à un substrat étiologique beaucoup plus profond que la simple domination mécanique.

5Le travail de Mohammed El Faïz constitue donc une pièce essentielle à qui veut donner une consistance historique à son approche de l’eau dans le bassin méditerranéen tant pour étayer la prégnance de la question que pour lire des paysages, urbains comme ruraux, disséquer la construction des territoires et en comprendre certaines des permanences. Ce livre est à conseiller à un large public, de l’universitaire en quête d’une portion de savoir supplémentaire, au touriste qui trouvera là une épaisseur didactique à même de mieux lui faire goûter ses pérégrinations syrienne, tunisienne ou marocaine. Celui qui s’intéresse à la Méditerranée d’aujourd’hui et de demain y appréciera, rayonnant en l’occurrence de la portion méridionale du bassin, le faste et la centralité qui ont pu caractériser cette mer. À la lumière de la situation actuelle du monde arabe, sans doute doit-on déplorer la paralysie de cette ingéniosité et de ce pragmatisme. Les intéressés seraient bien inspirés de méditer cet héritage, non pour idéaliser un passé révolu mais pour en extraire une leçon d’espoir quant à leur capacité propre à produire de l’innovation.

6C’est à l’aune de ces incontestables mérites que l’on peut émettre de sérieux regrets quant aux illustrations, moins pour ce qui est de leur qualité ou du fait que la couleur des originaux des machines d’Al Jazarî se perd dans un bien triste noir et blanc, que pour ce qui est de leur statut dans un ouvrage qui se veut didactique. D’une part celles-ci sont trop souvent non concordantes avec les exemples développés dans le texte, ce qui nourrit une légitime frustration. D’autre part, il est également quelque peu redondant et, finalement, sans grand intérêt d’avoir à contempler, sous différents angles certes, mais neuf fois le complexe de norias de Hama en Syrie ou près de dix fois le bassin circulaire de Kairouan en Tunisie. À titre de complément iconographique, on consultera donc avec profit l’ouvrage de Danielle Jacquart, L’épopée de la science arabe, paru dans la collection « Découvertes » de Gallimard en 2005.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Dugot, « M. El Faïz, Les maîtres de l’eau. Histoire de l’hydraulique arabe », Méditerranée [Online], 108 | 2007, Online since 01 January 2007, connection on 26 May 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/198

Top of page

About the author

Philippe Dugot

Département de Géographie - Université de Toulouse II - F 31000 TOULOUSE - dugot@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page