Skip to navigation – Site map

In memoriam

Rachel Rodrigues-Malta (1965-2008)
Jean-Pierre Frey
p. 7-8

Full text

1Née le 15 décembre 1965, Rachel nous a quitté fin octobre de façon aussi brutale qu’inattendue, à la suite d’une rupture d’anévrisme. Nous garderons d’elle le sourire enjoué qu’elle continuait à arborer même dans l’anxiété ou l’adversité, ainsi que l’allant dont elle faisait preuve en toute circonstance. Son regard d’une acuité malicieuse nous avait éclairé depuis près de 20 ans sur un sujet qui lui tenait particulièrement à cœur : les relations entre les villes et les ports. Elle a pris le large sans crier gare en laissant un grand vide dans les divers lieux où elle a eu l’occasion d’accoster ou de s’amarrer plus durablement.

2Maître de Conférences depuis 1999 puis Professeur depuis 2006 à l’UFR des sciences géographiques et de l’aménagement à l’université Aix-Marseille I, elle était responsable de la spécialité « design urbain/urbanisme durable et projet territorial » du master « Urbanisme et Aménagement » des universités Aix-Marseille I, II et III.

3Urbaniste jetant un pont entre l’Architecture et la Géographie, elle avait eu l’occasion de travailler en 1989-1990 sous la direction de Jean-Pierre Épron à l’Institut Français d’Architecture sur les archives du ministère de la Reconstruction alors qu’elle engageait ses études de DEA à l’Institut d’Urbanisme de Paris. Son mémoire soutenu en 1990 sous la direction de Jacques Malézieux fut consacré à ce qui deviendra son sujet de prédilection : La ville et le port. Stratégie du réaménagement des espaces portuaires abandonnés ou en voie d’abandon. Cas de la Nouvelle-Orléans, Londres et Dunkerque.

4Boursière au centre d’études et de recherches sur l’Italie méridionale (CERIM) en 1992-1993 et de l’École française de Rome de 1994 à 1996, elle participera au programme de recherche sur l’évolution de la relation ville-port à Naples sous la direction de B. Gravagnuolo au département d’Histoire urbaine de la faculté d’Architecture de l’université Federico II de Naples, tout en poursuivant son doctorat à l’Institut d’Urbanisme de Paris au sein du Ledalor sous la direction de Claude Chaline. Elle soutiendra le 9 janvier 1996 une thèse intitulée La ville et le port. Le réaménagement des espaces portuaires délaissés. Les cas de Gênes, Naples et Trieste quiobtint la mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité. Le cap était résolument mis vers la Méditerranée, notamment en vertu d’un programme permettant de mettre en œuvre un observatoire européen sur les grandes opérations de régénération urbaine dans le cadre d’un programme PICASSO associant l’Institut d’urbanisme de Paris et l’université polytechnique de Madrid. Elle était depuis 1997 chercheuse associée au laboratoire GRAI (Groupe de recherche infrastructures et architecture) de l’école d’Architecture de Versailles et eut l’occasion de travailler en 1997 à l’agence d’architecture et d’urbanisme de Jean-Paul Viguier pour contribuer à l’élaboration du Concept development Plan de la ville nouvelle de Bandar Nusajaya, dans l’État de Johor en Malaisie. Mais c’est sans doute surtout l’obtention de son allocation post-doctorale « Marie Curie » de la DG XII de la Commission Européenne, lui ayant permis de développer au sein du département Urbanisme et Aménagement de la faculté d’Architecture de l’université polytechnique de Madrid une recherche sur « Les grandes opérations de régénération urbaine en Espagne » qui devait résolument lui permettre d’asseoir sa renommée internationale. Elle portait sur les principales opérations mises en oeuvre à Madrid, Barcelone et Bilbao.

5Nommée maître de conférence en Urbanisme et Aménagement à l’UFR des sciences géographiques et de l’aménagement, université Aix-Marseille I, Aix-en-Provence, elle devait rejoindre le laboratoire CNRS-TELEMME 6570 (Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale-Méditerranée) où elle s’occupera notamment du programme Villes et territoires méditerranéens au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. Membre fondateur du Réseau des Chercheurs sur les Villes Portuaires (RCVP) en 1995, elle en assurera la coordination générale de 2000 à 2003. Elle participera à partir de 2003, auprès de l’équipe Villes d’interfaces portuaires du GDR Libergéo de Paris 1, au programme de recherche IRSIT sur L’analyse comparative des villes portuaires européennes (performance technique, rayonnement économique, mutations politiques, sociales et urbaines) associant des chercheurs du CIRTAI (université du Havre), de la Maison de la géographie (Montpellier), du Libergeo (Paris I) et de son UMR TELEMME. Elle avait également engagé avec Claude Prelorenzo un inventaire de l’Architecture et de l’urbanisme des villes portuaires en France.

6Après une habilitation à diriger des recherches (HDR) intitulée Refaire la ville au temps présent soutenue à l’institut d’Urbanisme de l’université de Grenoble sous la direction de Rémy Baudoui, elle fut nommée professeur dans son établissement en 2006. Elle continuait à travailler contre vents et marées sur les projets des zones urbano-portuaires de Naples, Gênes, sur le programme Euroméditerranée de Marseille, mais aussi sur d’autres villes de l’Europe du Sud comme Barcelone, Bilbao ou Valence. Coordinateur expert thématique du projet « Groupe de travail SUDEST » (Développement durable des villes de mer) et du Programme d’Initiative Communautaire URBACT I  (2006-2007), puis coordinateur expert thématique du projet Réseaux thématiques CTUR (croisière et patrimoine urbain portuaire comme moteur du développement économique, social et physique environnemental) du Programme opérationnel de coopération européenne territoriale URBACT II (2007-2013), elle n’eut de cesse d’élargir ses investigations à de nouveaux horizons.

7Ses investigations récentes témoignent, si l’on en doutait, de son ouverture sur un espace devenu monde. Ses travaux déjà nombreux et l’ambition qu’elle avait souvent manifesté d’enrichir ses approches en travaillant de plus en plus non seulement sur une Méditerranée comportant aussi une rive sud, mais aussi, bien au-delà, sur l’Europe du Nord et l’Asie fera sans nul doute des émules qui sauront prendre le relais. Le monde ponctué de ports d’attache qu’elle avait à cœur de découvrir et de comprendre pour mieux en faire partager la dureté et les métamorphoses, mais aussi le charme de ses invitations au voyage, ont convaincu la communauté scientifique de l’intérêt que présentent les équipements portuaires selon diverses facettes constamment renouvelées dans le champ d’un urbanisme riche de ses multiples apports.

8Jean-Pierre Frey, le 31 octobre 2008

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Frey, « In memoriam », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2010, connection on 24 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/2663 ; DOI : 10.4000/mediterranee.2663

Top of page

About the author

Jean-Pierre Frey

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page