Navigation – Plan du site

110 | 2008
Bulgarie-Roumanie

Les nouveaux horizons de l'Union Européenne
Bulgaria-Romania: the new Balkan boundaries of the European Union
Sous la direction de Régis Darques et Olivier Deslondes
Couverture n°110
Informations sur cette image
136 p.
ISBN 978-2-85399-720-1

L’intégration européenne de la Roumanie et de la Bulgarie au 1er janvier 2007 est un événement étonnant dans le contexte balkanique des deux dernières décennies. Par cette entrée fracassante dans l’Union, après un demi-siècle de socialisme et dix-huit années de « transition » mouvementées, ces deux pays limitrophes de la mer Noire donnent l’impression d’échapper enfin à un long purgatoire pour accéder à la cour des « grands ». Un trait est ainsi tiré sur le passé et des populations avides de changement voient s’éclaircir leurs horizons futurs.
Les enjeux frontaliers restent au cœur de la géographie balkanique. Sur ce point, l’intégration européenne aboutit à une situation très paradoxale : tandis qu’à l’ouest les recompositions yougoslaves des années 1990 et 2000 ont été irrésistiblement guidées par une logique de fragmentation, Bulgarie et Roumanie sont parvenues à éviter toute dispute sur leurs frontières respectives. Les Balkans voient ainsi quasi-simultanément s’affronter deux logiques contradictoires : l’émiettement yougoslave associé à l’émergence de nouvelles zones de souveraineté, et l’affaiblissement simultané, plus à l’est, de tronçons frontaliers relativement anciens et stables, conformément aux objectifs d’ouverture de l’espace européen. L’intégration de la Grèce en 1981 n’avait en rien modifié l’isolement du pays face à la Turquie, la Yougoslavie, l’Albanie et la Bulgarie voisines. L’élargissement de 2007 induit au contraire une révolution silencieuse dans la région : après deux siècles de combats pour imposer leur indépendance, faire valoir leurs souverainetés nationales et définir des périmètres frontaliers solides, les États balkaniques entrent dans une nouvelle ère de leur gestion politique et territoriale. Ils renouent avec une liberté de circuler qui n’avait pas été connue depuis un siècle… sous l’Empire ottoman.