Skip to navigation – Site map

Fleuves et frontières en Roumanie

Rivers and Borders in Romania
Emmanuel Bioteau, Juliette Cristescu, Bénédicte Michalon and Emmanuelle Boulineau
p. 5-16

Abstracts

Some aspects of river borders in a new EU member State.
Romania has recently entered the EU. Some of its borders represent the limits of a wide space of free movement, and others mark out the extension of the Schengen space within the EU. Studying the river borders in Romania adds to our understanding of the stakes of the border opening/closing interplay. It questions the fluvial nature of these borders, their transnational mobilities management and policies. The Romanian river borders are seen through four interlinked aspects : river borders’ geopolitical dimension, cross-border cooperation mechanisms, management of the transbordering and domestic traffic, transnational management of water ressources.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 01 January 2010.

  • 1 « Rapport spécial n°4/2006 relatif aux projets d’investissement dans le cadre de Phare, en Bulgarie (...)
  • 2 Précisons que Roumanie et Bulgarie ne sont pas à ce jour membres de l’espace Schengen.

1L’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne (UE) au 1er janvier 2007 réactive la réflexion sur les frontières en Europe. Le pays se situe en position de charnière entre l’UE, dont il est désormais membre, et les pays extérieurs (Ukraine, Moldavie, Serbie, mais aussi les côtes de la Mer Noire)1. Tandis que certaines frontières roumaines sont appelées à ne plus contraindre la mobilité au sein de l’UE, d’autres segments frontaliers deviennent des limites externes du territoire communautaire où les contrôles se renforcent. La Roumanie est aussi au contact de l’espace Schengen par la Hongrie, dans l’attente de la ratification de l’accord2. Enfin, elle jouxte la Bulgarie, nouveau pays membre de l’UE avec lequel les relations bilatérales ont longtemps été réduites. Ces trois contextes frontaliers mettent en jeu des fonctions, des enjeux et des devenirs différenciés des frontières roumaines.

2En outre, le principe de cohésion européenne met au défi la Roumanie de coopérer, d’une part, avec ses voisins pour effacer peu à peu ces discontinuités intra-communautaires, d’autre part, de réduire les disparités régionales avec son voisinage, et avec l’UE par la suite, selon l’objectif de convergence. Cela induit une nouvelle vision de l’enveloppe frontalière roumaine peu de temps après l’ébranlement de 1989 qui avait fait sauter les verrous d’un pays fortement marqué par la fermeture et le repli sur soi. Les Républiques socialistes ont le plus souvent réduit au strict minimum leurs relations et limité le nombre et la capacité des infrastructures permettant les connexions transfrontalières. La question frontalière se pose donc avec une acuité toute particulière en Roumanie.

3Notre approche par les frontières fluviales se justifie tout d’abord par une réalité géographique. Les deux tiers des frontières roumaines s’appuient sur des cours d’eau : le Danube au sud, le Prut à l’est (fig. 1). Le segment frontalier sur le Danube entre la Roumanie et la Bulgarie constitue par ailleurs la plus longue frontière fluviale en Europe. Au total, les frontières fluviales et maritimes de la Roumanie (si l’on ajoute la Mer Noire) couvrent 2 065 km sur un ensemble de 3 150 km de frontières. La problématique fluviale permet de raisonner sur un étonnant paradoxe. Au fleuve est communément associée l’idée de frontière naturelle, nette et linéaire. Or, les cours d’eau frontaliers constituent à la fois des biens communs à préserver et à valoriser, et des contraintes communes en matière de franchissement ou de risques d’inondation, par exemple. Leur présence peut servir l’émergence d’un dialogue durable entre régions frontalières. En nous consacrant à l’étude des fleuves faisant frontières en Roumanie, nous engageons aussi une réflexion sur les rapports transfrontaliers au cœur de l’Europe.

Fig. 1 – Frontières terrestres, maritimes et fluviales en Roumanie

Fig. 1 – Frontières terrestres, maritimes et fluviales en Roumanie

Source : N. Popa, 2000, actualisé

DAO / P. Pentsch

4Les réflexions proposées ici entrecroisent différents regards de chercheurs portant sur le devenir des espaces frontaliers d’Europe centrale et orientale. Partant des constats de chacun(e), une intuition commune s’est fait jour, qui motive la recherche d’un dialogue collectif autour de la thématique des fleuves frontières. Autour d’eux prennent forme des processus ambivalents qui, s’ils ne sont pas propres aux frontières fluviales, sont renforcés par la concomitance de ces deux objets géographiques. Le fleuve frontière cristallise aussi bien une crispation identitaire que le besoin profond d’altérité, un contrôle accru des frontières qu’une quête d’ouverture. L’exploitation de la ressource en eau fait contrepoids à l’émergence d’un dialogue transnational pour sa préservation.

5Quatre aspects des frontières fluviales de Roumanie sont abordés ici. En tant que nouvel État membre de l’UE, ses frontières s’inscrivent dans la nouvelle donne géopolitique européenne issue de l’élargissement vers l’est. Cette question essentielle à la compréhension du devenir des frontières extérieures de l’UE est traitée initialement. Il en découle un besoin de coopération entre États voisins en raison de l’exigence d’un meilleur contrôle des frontières et d’une plus grande facilité pour le franchissement de ces fleuves frontières. Coopérations transfrontalières et aménagements feront respectivement l’objet des deuxième et troisième parties. Enfin, une dernière partie sera consacrée à l’évaluation des besoins conjoints de protection environnementale et d’une gestion coordonnée de la ressource en eau. La recherche d’une réponse à ces besoins préfigure ce que peut être le devenir des coopérations transnationales en Europe centrale et orientale. Elle engage un jeu complexe entre acteurs : UE, États, collectivités territoriales, habitants.

1 - Diversité des enjeux géopolitiques autour des fleuves-frontières roumains

6L’élargissement à l’est de l’Union européenne place la Roumanie en position d’interface entre l’espace communautaire et les pays voisins. Les frontières roumaines se trouvent donc investies de nouvelles fonctions, selon qu’elles marquent les limites externes de l’UE ou qu’elles bornent les États-membres d’un espace européen à construire. Cela s’accompagne d’enjeux géopolitiques différents dans les dynamiques frontalières roumaines. Mais, pour les saisir, il faut aussi comprendre les dynamiques spatiales internes des États. Deux portraits de fleuves-frontières, le Prut, entre Roumanie et Moldavie, et le Danube, entre Roumanie et Bulgarie, guident notre propos.

1.1 - Le Prut, une frontière nationale
et européenne en construction

7L’exemple du Prut, entre Roumanie et Moldavie, illustre les crispations géopolitiques et identitaires associées à un fleuve frontière. À partir de 1991, la frontière de la Moldavie avec la Roumanie s’ouvre et les relations transfrontalières reprennent entre les deux pays. Mais, si le Prut sépare deux États bien distincts, nombreux sont les éléments qui témoignent de relations à la fois étroites et ambivalentes.

8Du côté moldave, la politique étrangère menée vis-à-vis de la Roumanie vise avant tout à écarter la question d’une éventuelle réunification (Tomescu-Hatto, 2004). Cette démarche, clairement formulée à partir de 1994 et maintenue dans le temps, s’appuie sur une politique intérieure tournée vers la promotion d’une identité moldave, distincte de l’identité roumaine (Demian, 2004). À partir de 2001, la politique culturelle de Vladimir Voronin engendre un conflit diplomatique et entraîne un déclin des échanges économiques entre les deux pays.

9Du côté roumain, de nombreuses initiatives ont été prises au cours des années 1990 pour favoriser le développement de liens étroits entre les deux pays (Tomescu-Hatto, 2005). D’abord, la Roumanie est le premier État à reconnaître l’indépendance de la Moldavie en août 1991. Puis, la décision est prise d’accorder la citoyenneté roumaine aux Moldaves dont les parents ou grands-parents sont nés dans les territoires bessarabiens rattachés à la Grande Roumanie jusqu’au 28 juin 1940. Cette décision s’appuie sur l’idée, répandue chez les responsables politiques roumains, que les Moldaves font partie de la nation roumaine, définie en termes ethniques, et qu’à ce titre il est légitime de leur attribuer la citoyenneté. Cette politique de soutien à la Moldavie n’a pas été, comme on le constate, tout à fait exempte d’arrières-pensées : si la réunification n’a jamais été officiellement réclamée par les autorités roumaines, il est certain que les deux États ont des visions divergentes des identités nationales et de la légitimité de l’État moldave.

10L’entrée en jeu de l’UE complexifie ces relations, dans un contexte déjà tendu. Les interventions européennes sont particulièrement sensibles sur deux plans : la coopération transfrontalière et les relations de voisinage d’une part; la circulation d’un côté de la frontière à l’autre, d’autre part.

  • 3 Source : Commission des Communautés Européennes, L’Europe élargie. Voisinage : un nouveau cadre pou (...)
  • 4 Cet acronyme désigne l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux front (...)

11Les réformes sur les frontières de la Moldavie s’inscrivent dans un premier volet de l’action européenne, celui de la politique de voisinage. L’objectif est de créer une ceinture d’« États amis » au sud et à l’est de l’Union. Il faut développer des relations économiques et politiques étroites avec eux, sans pour autant que cela aboutisse à une adhésion (Guild, 2005). Des mesures sont prises pour prévenir la constitution de lignes de rupture trop fortes entre les nouveaux États membres et leurs voisins3. Parmi les actions engagées ou envisagées, nous pouvons citer pour exemple : un régime spécial de visa pour les travailleurs frontaliers ; l’ouverture de nouveaux consulats des pays d’Europe centrale et orientale dans la Communauté des États Indépendants, notamment dans les villes frontalières ou proches des frontières; l’ouverture de nouveaux points de passage frontaliers. Néanmoins, l’injonction de sécurité aux frontières orientales et méridionales de l’UE reste forte. La nécessité d’un rapprochement avec les États voisins coexiste avec le maintien de mesures de prévention contre les menaces diverses supposées en provenir. Dans cet objectif, l’agence Frontex4 est fondée à la fin de l’année 2004.

12Le second volet d’intervention de l’Union européenne sur la frontière du Prut concerne la circulation des hommes et des biens. Dès la chute des régimes communistes, les pays d’Europe centrale et orientale et de l’ancienne Union soviétique passent des « accords simplifiés » sur le franchissement des frontières, qui autorisent la mobilité des résidents sur la base d’une simple carte d’identité. Or, ces accords ont été remis en cause dès l’amorce des négociations pour l’adhésion à l’UE. En avril 1998, la Commission recommande en effet aux États candidats d’y mettre un terme (Moore, 2004). Par ailleurs, en contrepartie de la levée de l’obligation de visa Schengen pour les Roumains – le 1er janvier 2002 – la Roumanie se voit contrainte de durcir les conditions d’entrée sur son territoire pour les Moldaves.

13Le renforcement des contrôles, doublé de l’introduction au 1er janvier 2007 d’un visa obligatoire pour les ressortissants moldaves désireux de se rendre en Roumanie, est tel que l’expression «mur du Prut» est de plus en plus employée.

14L’action de l’Union européenne à la frontière entre la Roumanie et la Moldavie vient s’emboîter dans des dynamiques territoriales préexistantes, de type centre-périphérie. Les espaces proches de la frontière sont des périphéries des territoires roumain et moldave (Popescu, 2006). Dans un pays comme dans l’autre, ils sont distants des centres économiques et politiques, auxquels ils sont mal reliés.

15En outre, il existe des déséquilibres d’une rive du Prut à l’autre. La rive roumaine est organisée autour de quelques centres urbains importants (Iaşi, Galaţi, Brăila, Tulcea) qui font défaut en République de Moldavie. Ils concentrent les industries et les services qui diversifient l’économie régionale, alors que les industries lourdes développées en Moldavie à l’époque soviétique sont principalement localisées dans l’est du pays (Tiraspol, Tighina/Bender) et dans les villes de Chişinău et Bălţi (Matei, 2005).

  • 5 Le programme TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of Independent States), destiné aux me (...)

16Enfin, le versant roumain de la frontière bénéficie des fonds européens depuis que la Roumanie a commencé à négocier son adhésion. Si la République de Moldavie en reçoit aussi depuis les années 1990, notamment grâce aux programmes de coopération transfrontalière du type TACIS5, l’implication politique et financière de l’UE accroît les inégalités territoriales autour de la frontière roumano-moldave.

1.2 - Le Danube, d’une frontière externe inter-étatique à une frontière interne de l’Europe

17Si l’on s’intéresse au Danube, il nous faut cette fois considérer un enjeu géopolitique autre, car ce fleuve repose sur une frontière dont l’ouverture doit être aujourd’hui stimulée dans le cadre de la construction territoriale européenne, afin d’effacer les effets de barrières intra-communautaires. La frontière sur le Danube entre Roumanie et Bulgarie s’inscrit dans le double mouvement d’abaissement des frontières et d’intégration accrue des espaces dans la dynamique européenne. On pourrait penser que ce repère frontalier stable, internationalisé depuis longtemps, élevé en symbole d’une culture européenne, remplit sans difficulté ces attentes, mais au regard des dynamiques spatiales actuelles cela n’a rien d’une évidence.

18Certes, le Danube est une frontière politique ancienne, un phénomène suffisamment rare dans cette partie de l’Europe pour être souligné. Depuis le limes romain jusqu’aux premiers États modernes nés au XIXe siècle, le Danube a régulièrement marqué les limites des entités politiques. Il constitue donc un segment de la frontière roumano-bulgare stable, même si, localement, au début du XXe siècle, les îles étaient encore âprement disputées entre Roumains et Bulgares au gré de la divagation du fleuve et donc du thalweg, repère communément admis pour fixer la frontière.

19Citons ici Yordan Raditchkov (2001), auteur bulgare, qui rapporte dans sa nouvelle Sur l’eau que « les conflits étaient particulièrement vifs à propos des îles : si le thalweg passait au nord d’une île, elle devenait sur l’heure bulgare et les habitants des villages voisins se précipitaient en barques ou en plates, pour y couper les saules et les peupliers et y faucher le foin. Les Roumains protestaient, ils rappliquaient de leurs villages […]. Mais voilà qu’avant que le conflit n’ait pu être réglé, le Danube modifiait son cours, le thalweg se rabattait vers notre rive et les Roumains triomphants s’emparaient de leur île avec des haches pour y couper la forêt. ».

20Mais cette frontière s’est fermée sous les régimes socialistes. Le repli sur soi pour construire les identités nationales à l’intérieur de frontières plutôt étanches a marqué les constructions étatiques est-européennes (Rey, 1989). Les tropismes économiques ont eu tendance à se détourner de l’axe danubien. La Bulgarie s’est tournée davantage vers l’URSS, la Roumanie a développé plus tardivement les pôles urbains et économiques sur sa rive danubienne. Ces choix politiques se marquent encore dans le déficit d’infrastructures, comme en témoigne l’unique pont actuel pour franchir le Danube entre les deux pays : le « Pont de l’Amitié », reliant Giurgiu (Roumanie) à Ruse (Bulgarie) construit en 1954.

21Le fleuve est aussi une des principales voies navigables d’Europe, avec le Rhin. Il est à ce titre reconnu très tôt comme un fleuve international pour l’Europe, bien avant le Rhin. Il est ainsi géré par la Commission Internationale du Danube (CID), dont les origines remontent à 1856. Ce caractère international est renforcé par sa situation exceptionnelle dans l’espace européen : le cours du Danube s’étend désormais en grande majorité dans l’Union européenne, adoptant une direction est-ouest unique pour un fleuve européen de cette envergure. Mais il reste désormais à réactiver le trafic sur le fleuve, après les conflits yougoslaves et l’effondrement des structures économiques issues de la période socialiste.

22Par ailleurs, le segment frontalier sur le Danube entre la Roumanie et la Bulgarie apparaît comme une périphérie aux échelles nationales. Côté bulgare, les régions qui bordent le Danube sont très déprimées d’un point de vue démographique, la corne du nord-ouest dans la région de Vidin accuse un des déficits démographiques les plus aigus de Bulgarie (Boulineau, 2004). L’essentiel de la croissance économique du pays se concentre sur la Mer Noire et sur l’axe de la Maritsa, par Sofia et Plovdiv notamment. Côté roumain, la population riveraine du Danube accuse un profil démographique vieilli et des bilans naturels et migratoires négatifs (Rey, Groza, Patroescu, 2007). Sur le plan économique, la stratégie de développement des régions danubiennes concerne le cours plus en aval, là où le fleuve pénètre entièrement le territoire national avec l’interface sur la Mer Noire en pleine expansion.

2 - Les cours d’eau, traits d’union dans les dispositifs de coopérations transfrontalières

Fig.2 - Le Banat et les territoires environnants

Fig.2 - Le Banat et les territoires environnants
  • 6 Le terme « eurorégion » n’a rien d’officiel dans le langage juridique de l’Union européenne. Il rec (...)

23Dans le contexte des coopérations transfrontalières, les fleuves et rivières faisant frontière peuvent alors être considérés, au pire, comme des obstacles à franchir ou, au mieux, comme des lieux et liens communs permettant l’émergence d’un dialogue transnational. Dans cette optique, le cas de la construction de l’eurorégion DKMT (Danube Kris Mureş Tisza)6entre Roumanie, Hongrie et Serbie apporte de nombreux éléments. Cette eurorégion doit sa dénomination aux quatre principaux fleuveset rivières qui irriguent son territoire et est souvent dénommée le « Territoire des 4 rivières ». Cet exemple renseigne sur deux aspects du rapport entre fleuves et frontières :

  • sur le passage, par les acteurs transfrontaliers, d’une réflexion sur la frontière à une réflexion sur l’espace transfrontalier, d’une part,

  • et d’autre part, sur le caractère fédérateur du fleuve, en tant qu’objet d’identification d’un territoire.

  • 7 En l’occurrence, un découpage imposé à la Hongrie par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale (...)

24L’eurorégion DKMT regroupe des territoires qui ont connu un découpage imposé depuis l’extérieur7. Comment, sur ces bases, fonder un territoire fonctionnel ? Et comment garantir une stabilité à long terme à un espace somme toute divisé entre des protagonistes aux regards différenciés ?

25Cette eurorégion se compose dans sa quasi-totalité d’une vaste plaine – partie méridionale du bassin pannonien, avec pour seul relief une partie des monts Apuseni en Roumanie – drainée par un important réseau hydrographique. Ce réseau représente 26 % des voies navigables internes et 61,5 % des canaux d’Europe centrale et du Sud-Est. L’utilisation des noms de fleuves dans la terminologie européenne est plus neutre que la référence à la région historique du Banat. Cette référence renvoie à une région homogène, reconnue sur le plan historique, porteuse de sens pour ses habitants et leurs concitoyens. Mais le Banat est peu connu en Europe, d’où le choix d’une dénomination à partir des fleuves et rivières qui bornent et irriguent le territoire de cette eurorégion. Cela permet une reconnaissance extérieure plus aisée, par la référence explicite à la toponymie fluviale plus connue en Europe. Le dénominateur DKMT se surimpose par un jeu complexe à la référence faite au Banat dont l’eurorégion reproduit et élargit le territoire optimal (fig. 3).

Fig. 3 - Le Banat, province historique recomposée dans l’eurorégion DKMT.

Fig. 3 - Le Banat, province historique recomposée dans l’eurorégion DKMT.

DAO / P. Pentsch

26Ce lien entre un territoire de partenariat, une histoire partagée, la reconnaissance d’un dénominateur commun et d’une identité commune renforce chez les habitants la volonté de coopérer. L’eurorégion est régulièrement citée en exemple pour sa fonctionnalité et son activité en Roumanie (Ilies, 2004 ; Popa, 2006).

27Mais le choix de son nom repose sur des fleuves qui, ici, ne font pas frontière, pour aucun des États considérés. L’originalité de cet exemple tient au fait que la présence des fleuves, le partage de leurs cours et donc des contraintes qui accompagnent leurs débits ou leur gestion environnementale, a servi d’élément fédérateur à la coopération transfrontalière. Des questions communes se posent aux acteurs des différents pays : problèmes de franchissement de ces fleuves, gestion des inondations, manque d’eau l’été, pollutions, etc.

28Concrètement, les réalisations de l’eurorégion DKMT au sujet des fleuves et rivières sont somme toute assez réduites. Le principal apport de cette coopération repose à ce jour sur l’instauration d’un dialogue commun entre les agences de l’eau des différents États coopérateurs : Roumanie, Hongrie et Serbie. Ce dialogue vise à réduire le risque d’inondation, par le biais d’une transmission d’informations relatives aux ouvertures/fermetures de vannes et aux travaux entrepris sur les endiguements de rivières. Un projet a par ailleurs émergé dès la création de l’eurorégion, sans être suivi d’effets pour le moment : la reconstitution d’un vaste réseau de navigation entre les principaux fleuves et rivières de l’eurorégion qui s’appuie sur des canaux de navigation créés au temps de l’empire austro-hongrois. Ces canaux doivent être réhabilités et calibrés pour répondre aux besoins actuels. Sur ce second point, force est de reconnaître que seul un dialogue a été amorcé.

29L’intérêt de cet exemple, si on le compare à d’autres initiatives de regroupement eurorégional en Europe centrale et orientale, est de ne pas reposer uniquement sur l’attrait des financements européens. La plupart des réalisations recensées à ce jour, en matière de transport, ou d’éducation, s’appuient sur des fonds PHARE ou sur des co-financements émanant du Conseil de l’Europe ; toutefois, cette eurorégion promeut par ses actions l’idée d’un devenir commun aux régions frontalières. Ces mêmes actions, initialement portées par les populations magyares (Bioteau, 2005), sont aujourd’hui discutées collectivement par l’ensemble des élus des territoires partenaires, ainsi que par la société civile locale, invitée dans les statuts juridiques de l’association à prendre part aux réflexions stratégiques de DKMT. Ainsi, des mouvements syndicaux, des associations écologistes, culturelles, etc., les chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture des différents judets (départements roumains), megye (comtés hongrois) et okruzi (districts) de Voïvodine serbe, sont admis à émettre des propositions quant aux actions à venir. Le Plan stratégique de l’eurorégion DKMT prévoit ainsi des partenariats verticaux (entre l’UE, les États, les territoires sous-nationaux et l’échelon local) mais aussi des partenariats horizontaux, pensés dès l’origine comme devant s’appuyer sur la participation des partenaires économiques, sociaux et culturels du territoire (Kulcsar et al., 2000).

30Une enquête menée en 2004 met cependant à jour les limites de ce fonctionnement (Bioteau, 2005, p. 152-160). Le Plan stratégique se veut intégrateur de la société civile, sans que de réels moyens financiers et techniques soient mobilisés dans ce sens, faute de budgets et d’une réelle volonté politique. Aux yeux de nombreuses associations locales, en Roumanie comme en Hongrie, l’eurorégion DKMT s’apparente à une coquille vide dont la gouvernance doit être réformée afin qu’une réelle participation puisse être obtenue. Un nouveau protocole de coopération a été signé le 21 novembre 2007 ; ses apports ne peuvent être à ce jour vérifiés. À priori, l’eurorégion s’organise aujourd’hui autour d’un bureau permanent localisé à Szeged, et relie différents groupes de travail incluant élus et représentants de la société civile.

31Ce cas a été choisi, car il est fréquemment mis en avant comme l’expérience de coopération transfrontalière la plus aboutie de Roumanie (Ilies, 2004 ; Popa, 2006). La coopération ne porte pas sur un projet unique, mais bien sur plusieurs initiatives menées de front : en matière de transport, d’animation culturelle, d’éducation, de préservation des ressources. Les dimensions territoriales de cette eurorégion sont toutefois un handicap non surmonté à ce jour, à la différence des expériences développées entre Roumanie et Bulgarie : là, les projets portent principalement sur l’objectif de réalisation de ponts sur le Danube, ou d’amélioration des partenariats économiques à l’appui d’un bac préexistant. Dans un entretien accordé en 2004, un représentant de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Csongrad (Szeged) indique que les actions les plus efficientes portent, dans le cadre de l’eurorégion DKMT, sur des partenariats entre, respectivement, Csongrad et Timiş, et Bekes et Arad : soit chaque fois entre deux départements frontaliers, l’un roumain et l’autre hongrois. Les autres territoires coopérants semblent ne pas bénéficier ni s’engager dans le partenariat eurorégional (Bioteau, 2005).

32Les eurorégions constituées entre des territoires roumains et bulgares sont ainsi toutes adossées au Danube ; celles avec la Moldavie ou l’Ukraine s’appuient, elles, sur le Prut, voire sur la Mer Noire (fig. 4). Dans tous les cas, les constats qui peuvent être dressés au sujet de ces coopérations transfrontalières renvoient aux mêmes conclusions. Le fleuve ou l’élément maritime sert de dénominateur commun à l’association territoriale ainsi composée. Mais, d’une manière générale, la coopération transfrontalière accorde encore peu de place aux cours d’eau. Les raisons en sont multiples. À première vue, la coopération transfrontalière n’en est qu’à ses prémices : il faut d’abord consolider les relations entre acteurs territoriaux avant de penser des projets de développement, dont une gestion commune des ressources en eau et des fleuves en particulier.

Fig. 4 - Les associations eurorégionales en Roumanie (d’après Ilies, 2003).

Fig. 4 - Les associations eurorégionales en Roumanie (d’après Ilies, 2003).

Source : Les eurorégions en Roumanie (en 2004 d’après Akexandry ILIES : România. Euroregiuni, figure 6 (carte, données 2003, p. 38)

DAO / P. Pentsch

3 - Les cours d’eau frontaliers roumains : problèmes de franchissement et de circulation transfrontalière

33Les politiques européennes des transports sur le continent développent de grands axes et promeuvent notamment les grands aménagements. Ces priorités affichées dans de vastes plans de programmation médiatisés se heurtent cependant aux réalités observées sur le terrain : déficit et obsolescence des équipements, modalités des contrôles pour assurer la fluidité ou la surveillance des flux à repenser. Là encore, les frontières fluviales sont des cas emblématiques.

3.1 - Danube-Kris-Mureş-Tisza, une eurorégion sans axe de transport performant

  • 8 La circulation est ici entendue comme l’ensemble des matériels facilitant la mobilité des biens et (...)

34Au sein de l’eurorégion DKMT, les fleuves et rivières n’ont pas connu d’aménagements récents permettant une circulation8 transfrontalière, en raison des différentes tensions qui se sont exprimées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : fermeture des frontières entre États socialistes, conflits yougoslaves, caractère périphérique des régions frontalières évoqué précédemment. Toute volonté actuelle de coopération transfrontalière nécessite une amélioration des conditions de circulation.

35Prenons l’exemple de la circulation ferroviaire. En 2007, dans la petite ville roumaine de Jimbolia9 (fig. 5), poste frontière routier et ferroviaire avec la Serbie, ont été célébrés les 150 ans de la voie ferrée reliant Timişoara (Roumanie) à Szeged (Hongrie) via Kikinda (Serbie). Pourtant, cette ligne fonctionne avec maintes difficultés. Le trafic sur ce tronçon est extrêmement réduit, car soumis à un intense contrôle douanier à Jimbolia et à l’entrée en Hongrie depuis la Serbie, et faute d’un entretien régulier du réseau : depuis la gare de Jimbolia jusqu’à l’entrée en Serbie, les infrastructures n’ont plus été entretenues depuis plus de 15 ans. Qui plus est, ce tronçon n’est pas électrifié et il faut compter près d’une heure de trajet pour rallier la gare de Jimbolia au départ de Timişoara, les deux villes étant distantes d’une quarantaine de kilomètres. Le tronçon restant, entre Kikinda et Szeged, se trouve dans un état général guère plus satisfaisant. La portion de ligne reliant Timişoara et la Roumanie n’est pas électrifiée. Surtout, le train franchit à Szeged un pont ancien et non adapté au transit de chargements lourds. En l’absence d’une liaison ferroviaire directe entre Timişoara et Szeged, faute d’un pont ferroviaire sur le Mureş entre Roumanie et Hongrie, la ligne passant par la Serbie devient un enjeu stratégique pour le développement de l’ensemble de l’eurorégion. À ce jour, différents projets son pensés conjointement afin de réhabiliter la liaison ferroviaire via Kikinda : renforcement du pont sur le Mureş à Szeged, électrification de la ligne en Serbie et en Roumanie, mise aux normes du système de régulation du trafic ferroviaire, création d’un poste de contrôle modernisé (et conjoint) à Jimbolia et à la frontière serbo-hongroise qui permette un contrôle commun des passeports entre les douanes des différents pays.

Fig. 5 - La petite ville de Jimbolia, les canaux navigables et la voie ferrée transfrontalière entre Roumanie, Serbie et Hongrie (eurorégion DKMT).

Fig. 5 - La petite ville de Jimbolia, les canaux navigables et la voie ferrée transfrontalière entre Roumanie, Serbie et Hongrie (eurorégion DKMT).

Sources : Cartes p. 24-25 et 26 : Euro-Trio, Revista euroregiunii Dunare-Cris-Mures-Tisa editata în limbile maghiara, romana si sârba.
(Euro-Trio. Revue de l’eurorégion DKMT, éditée en langues hongroise, roumain et serbe), 2002
« Cele trei frontiere sunt deschise din nou (les trois frontières sont de nouveau ouvertes) »

DAO / P. Pentsch

3.2 - Le déficit des points de franchissement sur le Danube

36Sur le Danube, les problèmes de franchissement et de circulation fluviale sont nombreux, en raison de son débit irrégulier, de ses méandres divagants et de son cours fait de défilés et de plaines d’inondation. Le déficit des points de franchissement en fait une discontinuité forte entre la Roumanie et la Bulgarie que la politique de coopération transfrontalière stimulée par l’Union européenne cherche à pallier.

37Les grands chantiers des régimes socialistes ont marqué l’aménagement du fleuve par de grandes entreprises techniques. La construction du barrage des Portes de Fer entre la Roumanie et la Yougoslavie en 1972 a permis, entre autres, d’améliorer les conditions de navigation (fig. 6). Autre grand chantier, le pont de l’Amitié qui franchit le fleuve entre Giurgiu (Roumanie) et Ruse (Bulgarie) depuis 1954 porte un nom symbolique, mais il reste le seul point fixe de passage sur cette frontière fluviale. Ces aménagements sont aujourd’hui insuffisants, voire obsolètes, pour développer des axes de communication méridiens en Europe centrale et orientale. L’héritage de la fermeture socialiste marque encore l’organisation spatiale des relations roumano-bulgares.

Fig. 6 - Les écluses du barrage des Portes de Fer (Roumanie, Serbie).

Fig. 6 - Les écluses du barrage des Portes de Fer (Roumanie, Serbie).

Cliché : E. Boulineau, 2001.

38Actuellement, seuls un pont et 3 bacs permettent de franchir le Danube le long des 470 km de frontière entre la Roumanie et la Bulgarie (fig. 1). Deux projets de bacs sont en discussion et des réaménagements sont prévus pour le transport de camions ou la modernisation de débarcadères. Les travaux du deuxième pont (routier et ferroviaire) sur le Danube ont été inaugurés sur la rive bulgare en mai 2007 pour une ouverture prévue en 2013. Ce pont devrait relier à terme les villes de Calafat (Roumanie) et Vidin (Bulgarie). D’autres projets de ponts sont en discussion entre les villes de Beket et Orjahovo, Turnu Măgurele et Nikopol, ou Călăraşi et Silistra. Les initiatives locales sont souvent à l’origine de ces projets susceptibles d’ouvrir les perspectives de développement économique. Cela dit, les nombreux projets entrent aussi en concurrence entre eux, montrant ainsi la difficile émergence de coordination des politiques tant à l’échelle nationale qu’entre régions, départements et communes.

39La discussion sur l’emplacement du second pont sur le Danube a bien montré ces stratégies différentes : les Roumains souhaitaient un pont davantage proche de Bucarest pour renforcer la dynamique de la capitale et celle des débouchés danubiens sur la Mer noire. Les Bulgares préféraient un pont plus à l’ouest, afin de stimuler le développement d’une région nord-ouest en crise, dans l’optique aussi de renforcer les échanges avec la Serbie. C’est la seconde proposition qui a été retenue par les financeurs européens.

3.3 - Les conséquences du renforcement
du contrôle sur le Prut

40L’ouverture de la frontière du Prut dès le début des années 1990 a immédiatement suscité l’apparition d’une circulation transfrontalière intense. Cette circulation à vocation surtout marchande est principalement orientée de la Moldavie vers la Roumanie. Elle structure l’espace riverain du Prut : par les relations sociales, économiques, voire politiques, qu’elle engendre, elle intègre les deux versants de la frontière et, ce faisant, elle participe à la consolidation d’un territoire transfrontalier.

41Depuis, la circulation transfrontalière a évolué, en trois temps. La première phase (ensemble des années 1990) correspond à un essor de la circulation transfrontalière, permettant les échanges de produits agricoles, un commerce de proximité, mais aussi la contrebande… La deuxième phase (fin des années 1990 - début 2000) amorce quant à elle un renforcement des contrôles à la frontière, afin de satisfaire principalement aux exigences de l’Union européenne. Enfin, une troisième phase (depuis le milieu des années 2000) voit la mise en place de nouvelles stratégies de circulation –notamment de biens– entre Roumanie et Moldavie : reprise des échanges dissimulés, contrebande par franchissement illégal du Prut.

42En dépit du soutien apporté par l’Europe aux États moldave et roumain dans le double cadre de l’élargissement et de la politique de voisinage, la consolidation de la frontière s’est déroulée de manière hésitante. En témoigne l’exemple de la construction d’un pont à hauteur de Rădăuţi-Prut (en Roumanie) et Lipcani (en Moldavie). Celui-ci devait remplacer un pont détruit par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Depuis, il n’y avait plus de point de passage routier à ce niveau de la frontière. La construction du pont a été rendue possible grâce à des financements du programme Phare, et a été lancée en février 2003 pour se terminer au début de l’année 2006. Mais, à l’heure actuelle, il n’est toujours pas utilisable à cause d’un problème de poste frontière en Roumanie.

4 - La gestion de la ressource en eau et des risques : un nécessaire débat frontalier

  • 10 En avril-mai 2005, ces inondations ont détruit aux alentours de 4 000 habitations et bâtiments de f (...)

43L’ensemble des fleuves et rivières évoqués jusqu’ici est concerné par la question de la gestion de la ressource en eau et des risques inhérents. Il s’ensuit l’émergence d’un dialogue transfrontalier ou, tout au moins, de questionnements à ce sujet. Ainsi, les inondations qui affectent le territoire du Banat chaque printemps depuis 2004 sont à l’origine d’une réflexion sur une gestion des ressources au travers de la coopération transfrontalière10. Les rivières qui irriguent cette région sont affluentes du Danube, lequel n’est jamais distant de plus d’une centaine de kilomètres. Toute crue sur ces rivières renforce les débits du Danube en un laps de temps très court, l’empêchant rapidement de prendre en charge les arrivées d’eaux nouvelles. La remontée des eaux affecte alors toute la région, phénomène renforcé par l’absence d’entretien des canaux d’irrigation agricole et de drainage dans une plaine du Banat aménagée par l’homme depuis le XVIIIe siècle sur une surface marécageuse. Les tensions naissantes entre pays –chacun rejetant sur l’autre la faute– ont trouvé réponse dans le dialogue eurorégional : toute action sur les débits et réservoirs d’eau est à présent communiquée au pays voisin.

44Un phénomène similaire d’incompréhension est décelable sur les rives du Prut. Les berges du fleuve, côté roumain, connaissent une très forte érosion depuis une vingtaine d’années, en amont du barrage Stânca-Costeşti. Celle-ci est provoquée par le bétonnage des rives moldaves voici une vingtaine d’années, alors que rien de similaire n’a été fait du côté roumain. L’érosion des berges roumaines pose entre autres le problème de la perte de terres agricoles et de pâturages et contribue au déplacement de la frontière vers l’ouest : l’organisme responsable (Apele Române) estime que la Roumanie a perdu de la sorte 20 000 m² de terres, au bénéfice de la Moldavie et de l’Ukraine (dans la partie nord de la frontière).

45Pour le Danube, la gestion roumaine du bassin a des répercussions sur l’ensemble des pays en aval, limitrophes ou traversés par le Danube ainsi que par ses nombreux affluents, dont beaucoup prennent leurs sources ou s’écoulent en Roumanie. La pollution récente de la Tisza au cyanure (janvier 2000) par l’exploitant d’un site aurifère du nord de la Roumanie a affecté agriculture et environnement en Roumanie mais aussi en Hongrie, par laquelle transitent ces fleuves, jusqu’à rejoindre le Danube et concerner les États danubiens dans leur ensemble. L’impact de la pollution prend donc une tournure européenne et ne concerne plus seulement la gestion d’une ressource en Roumanie.

46Hors de cette crise, le Danube est un fleuve pollué de façon continue. Sa pollution est essentiellement due à l’absence de systèmes d’assainissement et d’épuration efficaces tant pour les rejets des collectivités que des industries. Il en résulte que souvent la qualité des eaux du Danube lui-même, malgré une charge polluante plus forte, est meilleure que celle de ses affluents aux débits évidemment plus modestes. En revanche, des « points noirs » existent sur l’axe danubien lui-même à l’aval des grandes agglomérations dont les eaux usées ne sont pas ou peu épurées. Différents aménagements industriels sont aussi en cause. Durant la période socialiste, de par sa position périphérique, le Danube est alors propice à l’installation d’usines polluantes, tels le gigantesque complexe roumain de chimie des engrais (azote et phosphore) de Turnu Măgurele (fig. 7), ou bien la centrale bulgare de Kozlodui, de même technologie que celle de Tchernobyl. Quant aux pollutions diffuses, elles émanent surtout d’une agriculture productiviste, elle aussi peu soucieuse des problèmes environnementaux.

47Au problème de gestion de ces pollutions avérées s’ajoute celui des données environnementales des pays danubiens. La prise de conscience du besoin d’une gestion plus globale sur l’ensemble du bassin naît avec les changements politiques intervenus en Europe centrale et orientale à la fin des années 1980. En septembre 1991, les États danubiens, assistés par la communauté internationale et en particulier par l’Union européenne, réunis à Sofia, s’accordent pour mettre en place et développer le Programme Environnement du Bassin versant du Danube (EPDRB, Environmental Programme for the Danube River Basin). Une Convention pour la Protection du Danube (DRPC, Danube River Protection Convention) est signée fin juin 1994 à Sofia par l’ensemble des pays riverains du Danube et s’appuie pour la première fois sur une approche plus globale, qui prend en compte environnement, économie et cadre de vie 

Fig. 7 - L’usine de Turnu Măgurele vue de Nikopol, rive bulgare.

Fig. 7 - L’usine de Turnu Măgurele vue de Nikopol, rive bulgare.

(Cliché: E. Boulineau, 1999)

Conclusion

Du fleuve frontière à la région frontière

48Nous percevons à travers les exemples précédents un changement progressif d’attitude sur les questions relatives à l’aménagement et à la gestion durable des espaces fluviaux. Les statuts et les fonctions des frontières évoluent et, par là même, les regards portés sur les fleuves. Mais l’ouverture doit coïncider avec l’octroi de facilités au franchissement de la barrière hydrographique.

49Au sein de l’UE, les frontières se diluent peu à peu. Elles restent des limites objectives à l’autorité des États, mais sont également appelées à n’être plus que des repères de différenciation territoriale à l’échelle européenne, et au sein des régions transfrontalières. À travers une gestion durable de la ressource fluviale et grâce à des aménagements pensés dans le cadre des coopérations transfrontalières, nos exemples montrent bien ce changement de regard.

50Hors de l’UE, en revanche, les frontières se renforcent. La question du devenir des espaces extérieurs se pose alors doublement. D’une part, une injonction à penser internationalement la gestion durable des fleuves semble se faire jour, qu’ils soient frontières ou non. D’autre part, le risque est grand de voir se former une Europe à deux faces : un espace de libre circulation et de libre échange d’un côté, celui d’une UE ouverte sur le monde, et de l’autre côté, des États –et leurs habitants– en marge de ce système ou en attente. Les fleuves frontières revêtiraient alors l’apparence d’un mur, fait dénoncé déjà depuis les rives du Prut, réduisant les régions riveraines au rôle d’espaces de transition marginalisés dans leur propre État (Moldavie, Ukraine, Serbie), mais aussi au sein de l’UE qui n’aurait que faire d’investir dans ses propres régions périphériques.

51Se pose enfin la question des incidences sociales du contrôle de ces fleuves qui sont certes des murs, mais sur lesquels la navigation reste possible malgré tout. Avec Frontex notamment, l’UE se dote d’un outil intéressant dans le cadre d’une politique pensée à l’échelle du monde et des circulations transnationales. En revanche, pour les habitants des rives frontalières, le fleuve autrefois synonyme de contact, de trait d’union des deux rives, devient barrière, brisant des relations ancestrales, et des économies locales émergentes.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Bioteau E., 2005, Des frontières et des hommes. Approche des recompositions territoriales frontalières. L’exemple de l’Ouest roumain, Thèse de Doctorat en Géographie, Université d’Angers, 415 p.

Boulineau E. (coord.), 2006, dossier « Le Danube dans les Balkans », Balkanologie, n°4 (à paraître en ligne).

Boulineau E., 2004, « Le déclin démographique bulgare. Bilan d’une décennie de transition post-socialiste », Espace,Populations, Sociétés, n° 3 ; pp. 545-558.

Centrul Român pentru Jurnalism de Investigaţie [CRJI, Centre Roumain du Journalisme d’Investigation], 2003, Reportage sur les frontières de la Roumanie, http://www.crji.org

Chelcea L., Radu C., Constantinescu L., 2005, « Informalizare şi instituţionalizare : geografia compărării şi pieţele agricole din două sectoare ale Bucureştiului », in Chelcea L., Mateescu O. (coord.), Economia informală în România: Pieţe, practici sociale şi transformări ale statului după 1989 [Economie informelle en Roumanie : marchés, pratiques sociales et transformations de l’Etat après 1989], Bucarest, Paideia.

Commission des Communautés Européennes, 2003, L’Europe élargie – Voisinage : un nouveau cadre pour les relations avec nos nouveaux voisins de l’Est et du Sud, Bruxelles.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Cristescu J., Muntele I., 2007, « Les conséquences humaines et territoriales du processus d’adhésion de la Roumanie à l’UE », L’information géographique, n°7767, pp.121-141.
DOI : 10.3917/lig.714.0121

Demian A. 2004, « Roumanité et moldavité en République de Moldavie. Lorsque culture et ethnicité renvoient à des logiques conflictuelles », La Nouvelle Alternative, vol.19, n°63, p.49-59.

Euro-Trio, Revista euroregiunii Dunare-Cris-Mures-Tisa, 2002, Cele trei frontiere sunt deschise din nou [Les trois frontières sont de nouveau ouvertes]

Foucher M., 2007, L’obsession des frontières, Paris, Fayard, 248 p.

Guild E., 2005, « What is a Neighbour ? Examining the EU Neighbourhood policy from the Perspective of Movements of Persons », Liberty and Security, http://www.libertysecurity.org

Hachi M., 2005, Modul de trai al populatiei Republicii Moldova [Le mode de vie de la population de République de Moldavie], Chişinău, Editura ASEM.

Humeau J.-B., 2000, « Régions frontalières et élargissement de l’Union européenne », p.39-45,in Regionalism and Integration. Culture, Space, Development. Regional Conference of Geography - Timişoara, Timişoara - Tübingen - Angers, 471 p.

Ilies A., 2004, România. Euroregiuni [Roumanie. Eurorégions], Oradea, Ed. Universitatii din Oradea, 218 p.

Institutul pentru Politice Publice Bucureşti, Institutul pentru Politice Publice Chişinău, 2002, Consolidation of Border Security and Regional Stability, Bucarest - Chişinău.

Institutul pentru Politice Publice Chişinău, 2004, Migration Policies in the Republic of Moldova, Chişinău.

Kulcsar L., et al., 2000, Strategiai terv – Plan strategic – Strategic Plan. Duna-Körös-Maros-Tisza Co-operation [Plan stratégique. Coopération Danube-Kris(Cris)-Mureş-Tisza], Pro Professione Kht., Budapest, édition trilingue (hongrois, roumain, anglais), 150 p.

Matei C. (éd), 2005, Impactul migraţiei populaţiei asupra situaţiei demografice din Republica Moldova [L’impact de la migration de la population sur la situation démographique de la République de Moldavie], Chişinău, Editura ASEM.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Michalon B., 2007, « La périphérie négociée. Pratiques quotidiennes et jeux d’acteurs autour des mobilités transfrontalières entre la Roumanie et la Moldavie », L’Espace Politique, n°2, pp.97-120. Nouvelle revue de géographie politique en ligne, accessible sur http://www.espacepolitique.org/
DOI : 10.4000/espacepolitique.902

Moore M., 2004, « Politiques migratoires émergentes en Europe centrale et orientale », Migrations Sociétés, vol.16, n°92.

Nagy, I., 2001, « Cross-Border Co-operation in the Border Region of the Southern Great Plain of Hungary », Pecs, Centre for Regional Studies Hungary, Discussion Papers, n°36, 72 p.

Popescu G., 2006, Transborder State Reterritorialization in Eastern Europe: the Lower Danube Euroregion, Tallahassee, Dissertation of The Florida State University.

Popa N., 2006, Frontiere, regiuni transfrontaliere si dezvoltare regionala in Europe mediana [Frontières, régions transfrontalières et développement régional en Europe médiane], Timişoara, EUV - Colectia Terra, 286 p.

Raditchkov Y., 2001 ; La barbe de bouc et autres nouvelles, traduction de Krasimir Kavaldjiev et Bernard Lory, Paris, L’esprit des péninsules, p. 7-8.

Rey V., 1989, « Le marquage du pouvoir des États d’Europe de l’Est : le phénomène de la frontière », in Radvanyi J. et Rey V. (coord), Régions et pouvoirs régionaux en Europe de l’Est et en URSS, Paris, Masson, pp. 11-18.

Rey V., Groza O., Ianos I., Patroescu M., 2007 (nouvelle édition), Atlas de la Roumanie, Paris, CNRS GDRE S4 - La Documentation française, 208 p.

Tomescu-Hatto O., 2004, « Romanian-Moldovan political and economic relations », Communication à la conférence Europe and the transition process in the Republic of Moldova, Munich, Südosteuropa-Gesellschaft, http://www.suedosteuropa-gesellschaft.com

Tomescu-Hatto O., 2005, Comment conjuguer l’élargissement de l’Union européenne et la sécurité de ses frontières ? Le chapitre roumano-moldave, Paris : Sciences Po, C.E.R.I., « Les études du C.E.R.I. », n°116.

Top of page

Notes

1 « Rapport spécial n°4/2006 relatif aux projets d’investissement dans le cadre de Phare, en Bulgarie et en Roumanie, accompagné des réponses de la Commission (2006/C 174/01) », Cour des comptes, Journal officiel de l’Union européenne : http://www.eca.europa.eu/audit_reports/special_reports/docs/2006/rs04_06fr.pdf

2 Précisons que Roumanie et Bulgarie ne sont pas à ce jour membres de l’espace Schengen.

3 Source : Commission des Communautés Européennes, L’Europe élargie. Voisinage : un nouveau cadre pour les relations avec nos nouveaux voisins de l’Est et du Sud, Bruxelles, 2003. 

4 Cet acronyme désigne l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne (règlement CE n° 2007/2004 du Conseil du 26 octobre 2004). Parmi ses principales missions figurent la la coopération opérationnelle entre États membres en matière de gestion des frontières extérieures, l’évaluation et l’analyse des risques frontaliers, l’assistance aux gardes frontières des nouveaux États membres, des apports techniques et des moyens de contrôle des franchissements illégaux. Source, et pour plus de renseignements : http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l33216.htm.

5 Le programme TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of Independent States), destiné aux membres de la Communauté des États Indépendants, a été lancé par la Commission européenne en 1991 afin d’y soutenir la transition politique et économique.

6 Le terme « eurorégion » n’a rien d’officiel dans le langage juridique de l’Union européenne. Il recouvre usuellement différentes formes de coopérations inter-territoriales transfrontalières, pouvant aller de l’assemblée de communes à celle de régions administratives. On en retrouve aujourd’hui sur la quasi-totalité des pourtours frontaliers internes et externes de l’Union européenne.

7 En l’occurrence, un découpage imposé à la Hongrie par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale, qui ne satisfait pas entièrement les revendications de la Roumanie. Ce découpage effectif fait suite à la signature du Traité de Trianon, le 4 juin 1920 (plus tard partiellement remodelé).

8 La circulation est ici entendue comme l’ensemble des matériels facilitant la mobilité des biens et des personnes.

9 Information extraite du site internet de la ville de Jimbolia (http://www.jimbolia.ro).

10 En avril-mai 2005, ces inondations ont détruit aux alentours de 4 000 habitations et bâtiments de ferme, et couvert une surface deplus de 117 000 ha. (Popa, 2006)

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Frontières terrestres, maritimes et fluviales en Roumanie
Caption Source : N. Popa, 2000, actualisé
Credits DAO / P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-1.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig.2 - Le Banat et les territoires environnants
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-2.jpg
File image/jpeg, 220k
Title Fig. 3 - Le Banat, province historique recomposée dans l’eurorégion DKMT.
Credits DAO / P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-3.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 4 - Les associations eurorégionales en Roumanie (d’après Ilies, 2003).
Caption Source : Les eurorégions en Roumanie (en 2004 d’après Akexandry ILIES : România. Euroregiuni, figure 6 (carte, données 2003, p. 38)
Credits DAO / P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-4.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 5 - La petite ville de Jimbolia, les canaux navigables et la voie ferrée transfrontalière entre Roumanie, Serbie et Hongrie (eurorégion DKMT).
Caption Sources : Cartes p. 24-25 et 26 : Euro-Trio, Revista euroregiunii Dunare-Cris-Mures-Tisa editata în limbile maghiara, romana si sârba.(Euro-Trio. Revue de l’eurorégion DKMT, éditée en langues hongroise, roumain et serbe), 2002« Cele trei frontiere sunt deschise din nou (les trois frontières sont de nouveau ouvertes) »
Credits DAO / P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-5.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Fig. 6 - Les écluses du barrage des Portes de Fer (Roumanie, Serbie).
Credits Cliché : E. Boulineau, 2001.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-6.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 7 - L’usine de Turnu Măgurele vue de Nikopol, rive bulgare.
Credits (Cliché: E. Boulineau, 1999)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/276/img-7.jpg
File image/jpeg, 123k
Top of page

References

Electronic reference

Emmanuel Bioteau, Juliette Cristescu, Bénédicte Michalon and Emmanuelle Boulineau, « Fleuves et frontières en Roumanie », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2010, connection on 25 October 2014. URL : http://mediterranee.revues.org/276

Top of page

About the authors

Emmanuel Bioteau

Maître de Conférences, UMR 6590 ESO-CARTA-ESO, Université d’Angers, emmanuel.bioteau@univ-angers.fr

Juliette Cristescu

Docteur en Géographie, UMR 6590 ESO-RESO,Université de Rennes, juliette.cristescu@univ-rennes2.fr

Bénédicte Michalon

Chargée de recherche, CNRS – UMR 5185 ADES, Pessac, b.michalon@ades.cnrs.fr

Emmanuelle Boulineau

Maître de Conférences, UMR 5600 EVS, Géophile, ENS LSH, Université de Lyon, Emmanuelle.Boulineau@ens-lsh.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page