Skip to navigation – Site map
Renouveler la ville-port

Les sites des expositions de Séville, Lisbonne et Saragosse : de l’éphémère au durable ?

The Exposition Sites of Seville, Lisbon, and Zaragoza: from the Ephemeral to the Enduring?
Jean-Bernard Castet
p. 103-107

Abstracts

The exposition of Seville (1992), Lisbon (1998), and Zaragoza (2008) have induced waterfront development of land that had been abandoned or unused. These events encouraged the transfer from industrial port functions to tertiary activities. However, in spite of the growing realization of the long time needed in the general organization of this type of event, the questions of durability of the installations put into place and of the continuity of the model of development tied to expositions remain unresolved.

Top of page

Full text

1Points de contact avec un fleuve, une mer ou un océan, les fronts de mer (waterfronts) ont connu ces dernières années de véritables transformations associées à la régénération urbaine. Ces mutations sont étroitement liées au contexte socio-économique, marqué par la consécration de l’économie de marché, la mondialisation croissante des économies et l’homogénéisation des modes de vie. Or, « il est peu contestable que les friches portuaires, parce que proches de l’eau, occupent des lieux hautement valorisables dans la logique contemporaine des forces du marché » (Chaline, 1994). De nouveaux enjeux sont dès lors associés à ces transformations des fronts de mers : il s’agit de les reconvertir, de les requalifier, voire de les réinvestir pour les associer au processus de métropolisation et en faire des espaces dynamiques leur permettant de s’inscrire dans un contexte de « concurrence interurbaine » (Le Galés, 2003).

2Redynamiser les fronts de mer peut passer par la célébration d’un grand évènement. Dès les années 1980, plusieurs villes portuaires de la péninsule ibérique sont sélectionnées par le Bureau International des Expositions (BIE) pour organiser une exposition internationale ou universelle. L’eau y tient une place centrale, à la fois en terme de localisation des expositions et en tant que thème de travail. Des ports ou des berges sont ainsi choisis pour accueillir les expositions de Séville en 1992, Lisbonne en 1998 et Saragosse en 2008.

3Les fronts de mersont aujourd’huides espaces en pleine mutation permettant souvent de mettre en scène plus que de produire. Il reste cependant à savoir dans quelle mesure la transformation de ces fronts de merrelève de la scénarisation pure liée à un « urbanisme de communication » (Lacaze, 1990) ou si elle s’avère capable d’inscrire les territoires dans des stratégies de long terme leur permettant de devenir de nouveaux lieux urbains attractifs.

4Pour apporter des éléments de réponse à cette question, les trois temps des expositions de Séville, Lisbonne et Saragosse (tableau 1) méritent d’être analysés : le temps de la projection des fronts de mers (1), celui de leur mise en scène (2) et enfin, celui des bilans de court et de long terme (3).

Tableau 1

Expositions

Thèmes de l’exposition

Taille des sites

Dates de l’exposition

Nombre de visiteurs

  Exposition Universelle de Séville  

  « L’ère des découvertes »  

  40 ha  

  Du 20/04/1992 au 12/10/1992  

  42 millions  

  Exposition Spécialisée de Lisbonne  

  « Les Océans, un héritage pour notre futur »  

  50 ha  

  Du 22/05/1998 au 30/09/1998  

  10 millions  

  Exposition Internationale de Saragosse  

  « L’eau et le développement durable »  

  25 ha  

  Du 14/06/2008 au 14/09/2008  

  5,65 millions   

1 - Projeter : des fronts de mer à aménager ou à reconvertir

5La préparation d’une exposition passe par les phases de candidature, de sélection et de réalisation d’un projet conçu quelques années auparavant. C’est le temps de la projection d’un nouveau front de mer à bâtir ou à recréer.

1.1 - Séville et Saragosse : la logique du front pionnier

  • 1  Loi 27/1992 du 24 novembre 1992 relative aux ports d’État et à la Marine marchande.

6À Séville, l’organisation de l’Exposition universelle de 1992 est d’emblée présentée comme une célébration de l’histoire portuaire de la ville dans la mesure où le thème de l’exposition, « l’Ere des découvertes », fait référence à la célébration des cinq cents ans de la découverte des Amériques par Christophe Colomb, parti de Huelva en 1492. Il est aussi question du passé glorieux de la ville et du monopole éphémère mais prospère de la Casa de la Contratación dans son commerce avec les Indes. Pour autant, l’exposition, nécessitant une surface de 40 ha, ne pouvait être située sur le port lui-même. Le gigantisme de l’évènement incitait à la création de l’île de la Cartuja dont les travaux justifiaient la création de cinq ponts (dont deux à proximité du port) et la déviation du Guadalquivir, permettant ainsi de protéger la ville des inondations dont elle avait souffert dans les années 1960. Le projet relève donc plus des logiques du front pionnier que de la régénération d’un espace portuaire. Néanmoins, le plan d’organisation de la ville pour l’exposition, daté de 1987, témoigne de la volonté de repenser l’intégration du port dans la ville (suppression des lignes ferroviaires parallèles au fleuve, construction du parc de l’Alamillo, etc.) et d’améliorer sa gouvernance (création de l’Autorité Portuaire de Séville prévue pour 1993, suite à la loi de 19921). Mais, si le port constitue l’un des enjeux officiels du projet, le noyau central reste ailleurs : l’attention majeure est portée sur la Cartuja.

7À Saragosse, au centre d’un Aragon semi aride, l’Ebre a une place prépondérante et constitue depuis des siècles un enjeu de pouvoir. C’est en ce sens que le thème « L’eau et le développement durable » a retenu l’attention du BIE sur une ville de dimension régionale et à l’attractivité limitée. D’envergure contenue (25 ha), l’exposition prend place sur le méandre de Ranillas, terrain quasiment vierge situé à 2,5 kilomètres du centre ville et relié à ce dernier par un nouveau pont. L’idée de l’exposition a surgi en écho à un autre projet : celui de réaménager les abords du fleuve en plein centre ville, face au méandre. Ce projet « Rives de l’Ebre », présenté dès février 2001, répondait ainsi à une véritable urgence : le site était à l’abandon et l’ensemble de la ville avait été pensé pour tourner le dos au fleuve. Cependant, si cette réhabilitation était nécessaire dans la perspective de présenter des rives attractives à proximité du site « Expo 2008 », les efforts majeurs se sont portés sur le site de l’événement lui-même. Comme à Séville, l’opération a donc permis d’investir un nouvel espace et de limiter la dégradation du site plutôt que de réaménager des espaces industriels délaissés.

1.2 - Lisbonne : la reconversion d’une friche portuaire

8En revanche, le cas de Lisbonne est une authentique opération de régénération urbaine rendue nécessaire par l’état catastrophique dans lequel se trouvait l’immense front de mer situé sur les bords du Tage. Le port de Lisbonne est effectivement l’un des plus actifs de la côte Atlantique européenne, d’autant que la ville compte plusieurs ports secondaires (Belem, Saint Amaro, …). Il a lui aussi servi de prétexte à l’exposition de 1998 dans la mesure où elle visait à célébrer le cinq centième anniversaire de la découverte des Indes par Vasco de Gama et à lancer un vaste débat public sur le thème de la protection des océans. Mais, cette fois, le port constitue le véritable pivot du projet. Le site choisi est celui de l’ancienne zone industrielle de l’est de Lisbonne. Il s’agit du front fluvial situé à proximité du quai des Olivais construit dans les années 1930 et destiné au montage d’hydravions. L’espace était abandonné (dépôt pour les conteneurs vides, aire portuaire contaminée) et il convenait de favoriser la fermeture ou la relocalisation d’installations industrielles dangereuses et contaminatrices pour l’environnement (une raffinerie de pétrole et des citernes de gazole, un abattoir, un dépurateur, une décharge, un arsenal de matériel de guerre, …). La présence de cette friche industrielle créait des difficultés pour la progression de l’habitat dans la zone. L’exposition, installée sur un site de 50 ha, devait ainsi permettre d’engager les plus vastes travaux entrepris depuis le marquis de Pombal, suite au tremblement de terre de 1755. Les deux objectifs principaux étaient la réhabilitation des docks et l’édification d’un des plus grands ponts d’Europe, le pont Vasco de Gama (12 km). L’évènement était alors pensé en lien direct avec le réaménagement du front de meret, au-delà, réorientait l’ensemble de la ville vers l’est.

2 - Montrer : se jeter à l’eau

9À Saragosse, comme à Séville et à Lisbonne, les expositions sont avant tout des vitrines nationales et internationales permettant de mettre à l’honneur les thèmes porteurs de l’eau et du développement durable.

2.1 - L’eau dans tous ses états

10« Une exposition internationale est une célébration éminemment culturelle et humaniste. Ce n’est pas un parc thématique, ce n’est pas un congrès, ce n’est pas une feria. C’est une célébration suprême de diplomatie publique ouverte à tous les citoyens. » (Pellicer, 2008). Les fronts de mer sont ainsi amenés à se mettre en scène pour devenir les lieux de célébration éphémères du développement durable. Et ce concept apparaît comme porteur : 40 millions de visiteurs se sont pressés du 20 avril au 12 octobre 1992 pour visiter l’exposition universelle de Séville où étaient expérimentées de nouvelles techniques de climatisation et de condensation sur les bords du Guadalquivir. Dix millions de personnes se sont également déplacées à Lisbonne du 22 mai au 30 septembre 1998 pour se rendre compte des effets désastreux de la pollution océanique. Enfin, sept millions de personnes sont attendues à Saragosse pour poursuivre cette réflexion sur le développement durable à proximité de l’Èbre. Le développement durable, thème à la mode depuis la Conférence de Rio de 1992, sert ainsi de prétexte à l’aménagement des nombreux fronts de mers oubliés.

11Ces événements sonnent le glas de leurs anciennes fonctions industrialo-portuaires en exposant aux yeux de tous leurs limites (dégradation de l’environnement, manque d’attractivité économique…) et en mettant en avant la nécessité de les transformer pour les adapter aux modes de vie actuels (développement des sites culturels, commerciaux ou des espaces de loisirs,…). Les thèmes et les messages adressés au public lors de ces événements démontrent la volonté de pérenniser de nouveaux usages sur des espaces en reconversion. Le front de mer devient un lieu de théâtre où se côtoient parfois violemment fantômes du passé et visions d’avenir, dans un manichéisme parfois troublant et révélateur d’une véritable catharsis collective, visant à passer brutalement de l’archaïsme à la modernité ; non sans déconnexion possible avec le réel.

2.2 - Le bec dans l’eau ?

12Toutefois, ces célébrations, ces quasi-représentations théâtrales, permettent-elles véritablement de trouver de nouveaux usages pour ces sites jusqu’alors délaissés ou méconnus ? Bien avant l’ère du marketing urbain, des auteurs tels que Claude Chaline s’étaient posé cette question : « Il était également intéressant, dans l’inventaire des nouvelles frontières de la ville vers l’eau, de distinguer ce qui relève du décor, du placage et de la mise en scène, de ce qui, par ses qualités fonctionnelles ou esthétiques, sert non seulement l’objectif initial de sa réalisation, mais se révèle aussi porteur d’autres potentialités comme il a souvent été de la dialectique du bâti et des usagers. » L’autre interrogation d’ordre plus théorique qu’empirique est celle de la pertinence de la distinction entre le « hard » de l’activité portuaire et le « soft » des fonctions immatérielles constituant le tertiaire portuaire (SEASSARO, 1993). Dans quelle mesure l’histoire contemporaine des waterfronts de la péninsule ibérique, ayant servi de théâtre à des expositions de grande ampleur, permet-elle de valider cette évolution pressentie du « hard » vers le « soft » ?

3 – Évaluer : de l’éphémère au durable ?

13Le choix de trois expositions internationales ou universelles s’étalant sur une dizaine d’années permet de dresser un bilan à propos de leurs impacts sur le long terme. À Séville (1992) et Lisbonne (1998), l’absence de véritables analyses rend l’interprétation des retombées de l’évènement sur ces fronts de mer relativement délicate. Néanmoins, trois types d’impacts peuvent être recensés et quelques pistes méritent d’être esquissées.

3. 1- L’impact sur l’aménagement du front de mer

14À Séville et Lisbonne, une décennie après le grand évènement, le constat en termes de réutilisation et de pérennisation des infrastructures est pour le moins nuancé. L’absence de bilan institutionnel est, à cet égard, particulièrement révélatrice : le BIE, les États ou l’Union européenne, qui comptaient parmi les principaux investisseurs, n’ont pas estimé nécessaire de lancer un audit externe qui permette une réflexion prospective sur les expositions futures. Seuls quelques universitaires (à Lisbonne plus qu’à Séville) et de rares institutions locales (Junte d’Andalousie) se sont penchés sur ces questions de manière fragmentaire, disparate et souvent peu objective. Or, il est nécessaire de dépasser les réflexions partisanes pour analyser l’apport réel du grand évènement et déterminer quels outils permettraient de pallier les difficultés rencontrées.

  • 2  Données fournies par la société « Cartuja 93 ». Url : www.cartuja93.es

15On constate ainsi qu’à Séville, l’état actuel des aménagements du front de mer est contrasté, suivant que l’on se situe dans la partie publique ou dans la partie privée du site. La construction du technopôle privé Cartuja 93, qui a permis l’installation de près de 300 entreprises et la création de plus de 10 000 emplois2, a été fréquemment mise en avant pour dissimuler une gestion contrastée de la partie publique du site par la société Agesa. Il existe ainsi une certaine asymétrie entre les berges et jardins laissés à l’abandon sur les bords du Guadalquivir et les bâtisses pimpantes situées quelques centaines de mètres plus loin.

16À Lisbonne, les équipements sociaux et les espaces verts prévus sur le Tage dans les projets initiaux n’ont finalement pas vu le jour et ont été remplacés par des investissements économiquement rentables. Cependant, certains succès nuancent ce bilan : le Parc das Naçoes est aujourd’hui un centre commercial relativement populaire. Un parc de loisirs (l’océonarium, le musée des sciences, etc.) et un centre d’expositions ont également été édifiés. Ce site lisbonnais est devenu fréquentable et fréquenté en dépit d’une forte dimension répulsive dix ans auparavant.

3.2 - L’impact sur l’image de la ville

17Ce bilan positif en terme d’image est certainement le résultat le plus direct des expositions internationales et universelles. Dans un contexte de « concurrence interurbaine » (Le Galés, 2003), cet élément revêt une importance capitale. Toutefois, si ce constat sur Séville porte sur l’ensemble de la métropole, le cas lisbonnais semble plus révélateur, dans la mesure où l’exposition, centrée sur la thématique des océans et spatialement tournée vers le rivage, a contribué à redorer le blason du front de mer. Effectivement, « s’inquiéter à Lisbonne de la réhabilitation de la ville, ne peut guère être envisagé sans tenir compte des quelques 15 km de son front d’eau » (Larrouy Estevens, 1994). À Séville comme à Lisbonne, la mise en scène de ces espaces contribue à valider subjectivement leur statut de métropole européenne. Pour le port, le passage de fonctions industrielles à des fonctions tertiaires (sites commerciaux, espaces de loisirs,…) est pensé comme le symbole d’une véritable mutation.

3.3 - L’impact sur les dynamiques décisionnelles et sur les mobilisations collectives

18À Lisbonne plus qu’à Séville, l’entreprise publique Parque Expo a assuré sa renommée puisqu’elle a servi de référence pour le programme d’investissement communautaire « Polis », destiné aux grands projets d’infrastructures menés sur 18 villes portugaises. Ainsi, la politique de régénération urbaine liée à l’investissement en infrastructures ou à la revalorisation des usages du sol est devenue un élément important de la nouvelle politique urbanistique nationale. Mais ce processus tient insuffisamment compte des opportunités et spécificités de la région, de la ville et de ses quartiers (Roberts et Sykes, 1999). Le modèle de développement urbain est ainsi calqué sur des standards de développement du tertiaire et vise à attirer des entreprises de rang international, parfois sans lien direct avec les activités du territoire concerné.

19Mais comment ces nouveaux fronts de mer sont-ils utilisés et vécus par les populations locales ? Si Lisbonne est désormais l’une des métropoles européennes les mieux desservies en infrastructures routières par rapport à leur taille (trois niveaux de périphérique), les accès au site de l’Exposition restent insuffisants. À Séville, le parc de loisirs Isla Magica, construit sur le site de l’exposition, est en faillite. Il est peu attractif pour les Sévillans et les Andalous. À Saragosse, on s’oriente vers la création d’un parc scientifique et technologique, Tecnoebro pour attirer des fonctions tertiaires qualifiées sans prendre en compte la localisation géographique de Saragosse entre Barcelone et Madrid qui disposent déjà de parcs d’activités similaires. D’aucuns nuancent d’ores et déjà le bilan de ce parc qui devrait disposer de 160 000 mètres carrés de bureaux3, sans coordination avec les stratégies de la municipalité de Saragosse qui prévoit, elle aussi, l’édification en centre ville de grands édifices pour le tertiaire. Et pourtant, comme le précise l’un des initiateurs du projet, « il ne semble pas opportun de céder précipitamment aux demandes du marché même si cette option est compréhensible pour la présentation du bilan économique de l’exposition parce que c’est la stratégie à moyen et à long terme qui a presque toujours produit la meilleure rentabilité économique et sociale » (Montclus Fraga, 2006).

20Cette prise en compte du temps long de l’aménagement des fronts de mer, amorcée par le projet Expo Zarragoza, dans la poursuite de ce qui avait été entrepris à Lisbonne, a le mérite d’exister. Cependant, elle repose encore de manière trop systématique sur des présupposés de développement caricaturaux associés aux principes de l’économie de marché, sans prendre en compte les logiques identitaires des populations concernées.

Conclusion

21Parfois qualifiés de « territoires de l’éphémère » (Perthuison, 1982), les sites des dernières expositions sont pensés, depuis l’échec de la reconversion du site sévillan, dans l’optique de leur réutilisation. Cette évolution s’accompagne de mutations fonctionnelles des fronts de mer, qui passent d’une fonction industrialo-portuaire parfois délaissée à des fonctions tertiaires plus attractives dans un contexte de compétitivité des territoires.

22Cependant, la durabilité de ce type de site n’est pas assurée, tant à Lisbonne qu’à Saragosse. Il en est de même du modèle de réaménagement lié aux expositions, dans la mesure où les financements communautaires, qui permettaient autrefois la réalisation de travaux de vaste ampleur, se trouvent aujourd’hui réduits du fait des élargissements successifs.

Top of page

Bibliography

Sur le réaménagement des fronts de mer de la péninsule ibérique et les grands événements

Chaline C. (dir.), (1994), Ces ports qui créèrent des villes, Paris, L’Harmattan, 299 p.

Fitzpatrick D., Roberts P. et Sykes H.(1999), Urban regeneration, a handbook, London, Sage publication, 336 p.

Le Gales P., (2003), Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation gouvernement et gouvernance,Paris, Presses de Sciences Po, 454 p.

METROPOLIS, Rapport de la Commission 1, L’impact des grands événements sur le développement des métropoles, Séoul 27-31 mai 2002, 166 p.

Perthuison M. (1982), « Les territoires de l’éphémère », Urbanisme, 192, octobre, 5 p.

Puca (1992), « Grandes villes et ports de mer », Les annales de la recherche urbaine, n° 55-56.

Sallet-Lavorel H. et Lecroart P. (2002), « Quels sont les impacts des grands événements sur les métropoles ? », Cahier Espaces, 74, « Événements, tourisme et loisirs », 12 p.

Sur le front de mer de Séville

Balbotín de Ara T. (1991), Sevilla 1992, crónica de une transformación urbana, Sevilla Equipo 28, Gerencia de urbanismo, Ayuntamiento de Sevilla, 152 p.

Feria Toribio J. M. (1993), « El proceso de configuración de un espacio urbano estratégico : el área de la Cartuja en Sevilla », Estudios Geográficos, Madrid, num. 212, 32 p.

Sur le front de mer de Lisbonne

Cabral J., Rato B. (2001), El proyecto urbanístico de la Expo’98 de Lisboa : ¿ política urbanística nueva o antigua ?, Cuidad y territorio, estudios territoriales, vol. xxxiii, tercera época, num. 129, otoño, p. 493-508.

Sur le front de mer de Saragosse

Montlus Fraga F. J. (2006), Exposiciones internacionales y urbanismo, El proyecto Expo Zaragoza 2008, edición UPC (Universitat Politécnica de Cataluña), 214 p.

Sites Internet

Site du BIE : http://www.bie-paris.org/

Site de l’Expo « Zarragoza 2008 » : http://www.expozaragoza2008.es/

Site de Métropolis : http://www.metropolis.org/

Page consacrée à l’exposition Universelle de Séville : http://pageperso.aol.fr/exponaute/92

Top of page

Notes

1  Loi 27/1992 du 24 novembre 1992 relative aux ports d’État et à la Marine marchande.

2  Données fournies par la société « Cartuja 93 ». Url : www.cartuja93.es

3  Données fournies par société « Expo Zaragoza 2008 ». Url : www.expozaragoza2008.es.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Bernard Castet, « Les sites des expositions de Séville, Lisbonne et Saragosse : de l’éphémère au durable ? », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2010, connection on 16 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/2816 ; DOI : 10.4000/mediterranee.2816

Top of page

About the author

Jean-Bernard Castet

Doctorant, UMR TELEMME 6570, Université de Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page