Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Francisco Javier Monclús Fraga, Exposiciones internacionales y urbanismo, El proyecto Expo Zaragoza 2008

(2006), éditions UPC (Universitat Politécnica de Cataluña), 214 p.
Jean-Bernard Castet
p. 135
Bibliographical reference

Francisco Javier Monclús Fraga, (2006), Exposiciones internacionales y urbanismo, El proyecto Expo Zaragoza 2008, éditions UPC (Universitat Politécnica de Cataluña), 214 p.

Index terms

Geographical index :

Espagne, Saragosse
Top of page

Full text

1Suite à l’exposition internationale « Aichi 2005 » et dans la perspective de « Zarragoza 2008 », F. J. Monclús Fraga, architecte saragossais, nous propose une synthèse historique et prospective du lien entre exposition et urbanisme. Cet ouvrage interdisciplinaire attire l’attention du lecteur sur les complémentarités ou les divergences qui peuvent exister entre l’urbaniste et l’architecte.

2« Si le nouveau siècle se traduit en interdépendances », comme le précise dans la préface de l’ouvrage, Vicente González Loscertales, le Secrétaire général du Bureau International des Expositions (BIE) (p.9), les ponts de nos cités, de nos métropoles et de nos nouveaux réseaux sont le pendant de cette nouvelle complémentarité à rechercher entre des disciplines parfois discordantes. Pour faire ville, si tel est bien aujourd’hui notre objectif, rien de tel qu’analyser ensemble ces « laboratoires » ( p.15) que sont les métropoles, accomplies ou en devenir, ayant accueilli il y a quelques décennies ou plus récemment une exposition internationale ou un autre type de grand évènement.

3Jouant la carte des ruptures, F. J. Montclús Fraga, nous propose un voyage dans les trois cycles historiques des expositions internationales (1ère partie) : si l’architecte ressent, entre les charnières historiques de 1851 (Londres) et de 1929 (Séville), le passage de l’éphémère au durable, c’est l’urbaniste qui analyse la période allant de 1933 (Chicago) à 1985 (Tsukuba) comme celle de cette modernité qui provoque un bousculement radical des perspectives. Mais c’est surtout grâce à l’avènement de la globalisation et de la postmodernité que surgit, selon lui, cet « urbanisme stratégique » relié à « l’économie culturelle » (p.97) notamment analysé par Patrick le Galès dans Le retour des villes européennes et qui marque la consécration du « marketing urbain » depuis Paris (1989) jusqu’à Saragosse (2008). Cette première partie peut apparaître comme un prétexte à la présentation du projet « Expo Zarragoza 2008 » (2e partie) dont l’auteur est l’un des promoteurs. Le projet est d’abord habilement exposé à travers l’analyse de son insertion dans un environnement urbanistique en pleine mutation (réaménagement des rives de l’Ebre, construction d’une gare AVE, réhabilitation de quartiers centraux délabrés, …). Mais c’est certainement la seconde section qui présente le plus d’originalité, associant ce qui n’est pas moins qu’un « méta-projet » urbanistique (p.147) à la « singularité » (p.161) des projets architecturaux les plus audacieux. Tout ceci pour aboutir à une troisième section qui fait du projet le catalyseur ou peut être la matrice d’autres ambitions sur la Saragosse d’aujourd’hui et de projections sur la Saragosse de demain. Car selon F. J. Montclús Fraga tout converge vers cet aboutissement que semble constituer le projet « Expo Zarragoza 2008 ». Renonçant aux considérations faisant des expositions des « lieux de l’éphémère » (Michel Perthuison), il met en avant la durabilité d’un projet ayant pleinement intégré la dimension « post-Expo » (p.186). Néanmoins, son argumentation se trouve fragilisée par l’absence de mise en perspective de la ville dans son environnement national et européen. Car cette Saragosse moderne et conquérante qui, selon les instigateurs du projet, devrait voir se multiplier les créations d’entreprises de haute technologie et les échanges internationaux, pourrait demain comme aujourd’hui se voir concurrencée par les métropoles accomplies et équidistantes que sont Barcelone, Madrid, voire Bilbao.

4Mais, même s’il est indispensable de rêver la ville, il est également nécessaire de la penser dans sa globalité. Et c’est cette seconde faiblesse que pointe l’auteur lui-même en guise de prologue : « sans projets de villes clairs et solides, les potentialités des expos ne peuvent pas être pleinement exploitées » (p.195). Ce qu’il ne précise pas, c’est que le projet souffre justement d’un déficit de coordination entre des acteurs d’un présent magnifié et des acteurs plongés dans ce réel « gluant » selon la terminologie de surréalistes tels que Louis Aragon. Le projet de pôle d’activités de haute technologie « Milla Digital » en est un exemple : ses 200 000 m2 de bureaux s’ajoutent de manière anarchique aux 160 000 m2 prévus pour la reconversion du site de l’Expo, ce qui pourrait, à terme, conduire à un excès d’offre et à une pénalisante chute des prix de l’immobilier de la ville de Saragosse.

5Donc, si l’analyse est souvent fine et juste, le propos reste parfois trop partisan, comme si finalement, le promoteur de l’exposition du début du xxie siècle devait, à l’instar de celui du xixe tout faire pour attirer les regards, comme si le passage de la modernité à la postmodernité se traduisait plus par les continuités que par les ruptures proposées par F. J. Montclús Fraga. Cette espérance urbaine d’une opportunité à saisir, d’un instant à magnifier pour cristalliser en un même évènement le passé et le futur serait l’un des éléments de cette continuité. L’ouvrage crée des ponts entre des disciplines mais il pêche à fantasmer certains ponts vers le futur, comme si le nouveau territoire, conquis par l’Expo et situé de l’autre côté de l’Ebre, était ce nouveau front pionnier à conquérir pour faire de Saragosse une véritable métropole de rang européen. On n’est pas loin des fantasmagories urbanistiques des années 1970 d’ailleurs citées dans l’ouvrage démontrant la proximité entre l’architecte et l’urbaniste.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Bernard Castet, « Francisco Javier Monclús Fraga, Exposiciones internacionales y urbanismo, El proyecto Expo Zaragoza 2008 », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2008, connection on 30 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/2869

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page