Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

C. Durbiano et Ph. Moustier ss dir., Les terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance. Provence-Alpes-Côte d’Azur, France, Europe méditerranéenne, Campagnes et terroirs de Provence et des Alpes du sud

(2007), Actes du colloque international sur les terroirs. 236 p.
Jean-Noël CONSALES
p. 136
Bibliographical reference

C. Durbiano et Ph. Moustier ss dir.(2007), Les terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance. Provence-Alpes-Côte d’Azur, France, Europe méditerranéenne, Campagnes et terroirs de Provence et des Alpes du sud, Actes du colloque international sur les terroirs. 236 p.

Full text

1C’est du 9 au 12 mai 2007 que s’est tenu, en différents sites de Provence et des Alpes du Sud (Aix-en-Provence, Hyères-les-Palmiers, Digne-les-Bains, etc.), le colloque international intitulé « Les terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance. Provence-Alpes-Côte d’Azur, France, Europe méditerranéenne ». Établi sur un partenariat large (association » Campagnes et terroirs de Provence et des Alpes du Sud, UMR TELEMME, INAO, organisations professionnelles agricoles, collectivités territoriales, Terres de Provence) et rassemblant un grand nombre de chercheurs et de professionnels spécialistes de la question, cette rencontre a donné lieu à deux publications. Conformément à la ligne éditoriale de la revue, le numéro 109 de Méditerranée, rassemble essentiellement les contributions centrées sur les espaces méditerranéens. Les actes du colloque international sur les terroirs, ici présentés, réunissent, quant à eux, des textes aux horizons géographiques plus épars. Publié en décembre 2007, sous la codirection de Claudine Durbiano (professeur émérite de Géographie à l’université de Provence) et Philippe Moustier (PRAG à l’IUT de Digne), l’ouvrage ainsi réalisé se propose d’évaluer « le caractère opérationnel du terroir dans un contexte où les indications géographiques constituent un enjeu crucial face aux nouvelles attentes des consommateurs et à la globalisation des marchés où sa légitimité internationale est parfois mise en cause » (Durbiano, p.7). À cet égard, la première partie démontre que le terroir s’érige en véritable outil du développement durable. Hier péjorative et surannée, cette notion représente aujourd’hui un argument économique de taille (Pitte, p.19). Dès lors, ses dimensions sociales, médiatiques et promotionnelles rendent ses acceptions de plus en plus nombreuses et complexes. Ainsi, Philippe Roudié rappelle-t-il comment, en raison de glissements sémantiques successifs, le mot terroir dépasse désormais le simple cadre de la qualification positive d’espaces et de produits agricoles pour apprécier, de manière tout aussi bienveillante, des territoires à dominante rurale « car le mot terre reste toujours sous-jacent » (Roudié, p.15). Menacée par des représentations souvent galvaudées, la notion de terroir doit s’émanciper des définitions dichotomiques traditionnelles séparant les approches « naturalistes » des approches « humanistes pluralistes » (Roudié, p.16). À ce titre, la proposition de définition opérationnelle faite par un groupe de travail INRA-INAO mérite l’attention : « un terroir est un espace géographique délimité, dans lequel une communauté humaine, construit au cours de son histoire un savoir collectif de production, fondé sur un système d’interactions entre un milieu physique et biologique, et un ensemble de facteurs humains. Les itinéraires socio-techniques ainsi mis en jeu, révèlent une originalité, confèrent une typicité et aboutissent à une réputation, pour un bien originaire de cet espace géographique » (p.29). Plus qu’une synthèse de visions généralement tranchées, cette proposition fait force d’argumentaire en faveur des terroirs, tant dans le cadre de l’application de la loi d’orientation agricole de 2006 (Laville, p.33) que dans celui, beaucoup plus ténu, des négociations de l’OMC. Elle démontre, en effet, que loin de perdre son avance en la matière, la France dispose de solides atouts pour relever le défi de la mondialisation (Pitte, p.25). La pertinence de ces réflexions générales apparaît au regard des contributions rassemblées dans la seconde partie de l’ouvrage, consacrée à un produit indissociable de la notion de terroir : le vin. Fondée sur des exemples variés (vins de Cahors, de Bergerac, de Bourgogne, du Jura, d’Alsace, du Ventoux, du Douro au Portugal, etc.), celle-ci démontre, qu’au-delà d’éléments physiques et agronomiques indéniables, les terroirs viticoles reposent sur la combinaison de facteurs humains, sociaux, culturels, politiques, économiques et commerciaux. La plupart des auteurs soulignent d’ailleurs l’apport des travaux du géographe Roger Dion, grand partisan de l’approche « humaniste » (ROUDIÉ, p.16) de la vigne et du vin. Se pose alors la question du devenir de ces terroirs viticoles à l’heure de l’émergence des vins du Nouveau Monde. Parmi les réponses envisagées par les auteurs, figure bien évidemment le renforcement de la qualité liée à l’origine et de ses indicateurs. Quelques communications montrent également que la viticulture de terroir, lorsqu’elle se fixe pour objectif le respect de l’environnement (Boulanger-Fassier, p.77), peut devenir non seulement un vecteur du développement local durable (Schirmer, p.89), mais encore un outil de valorisation de paysages de qualité. Force est cependant de constater que la piste touristique liée à la dimension paysagère des terroirs viticoles reste, pour l’instant en Europe, balbutiante (Lignon-Darmaillac, p.105). La troisième et dernière partie de ces actes se centre les terroirs non viticoles. Ces « autres terroirs » (terroirs d’élevages à viande, terroirs fromagers, etc.) ne concernent pas seulement des produits agroalimentaires, comme en témoigne l’article de René Lhenaff sur l’AOC « huile essentielle de lavande de Haute Provence » (p.123). Ceux-ci bénéficient, néanmoins, de dynamiques comparables à celles décrites pour les terroirs viticoles. Le développement de leurs dénominations géographiques participe autant de la diversification qualitative de la production agricole (Durbiano, p.9) que d’une certainepatrimonialisation des territoires productifs. Monique Poulot montre, par exemple, comment, en Ile‑de‑France, ce processus conduit à considérer l’agriculture comme un outil de l’aménagement du territoire métropolitain et à formuler des projets agri-urbains. Au final, l’ensemble de l’ouvrage met en exergue le rôle fondamental de médiation que peut jouer la Géographie Rurale entre le monde de la recherche, les professionnels et la société civile, en matière de terroirs. Car, loin d’être cantonnés aux seuls débats de spécialistes, ces derniers s’érigent désormais en véritable question de société.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Noël CONSALES, « C. Durbiano et Ph. Moustier ss dir., Les terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance. Provence-Alpes-Côte d’Azur, France, Europe méditerranéenne, Campagnes et terroirs de Provence et des Alpes du sud », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2008, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/2870

Top of page

About the author

Jean-Noël CONSALES

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page