Skip to navigation – Site map

Avant-propos

Christophe Morhange
p. 5-6

Full text

1Ce numéro de la revue Méditerranée concrétise 10 ans de collaboration scientifique entre les chercheurs de l’université d’Aix-Marseille, du Centre Jean Bérard et de l’université Federico II de Naples. La thématique du numéro traite de la géoarchéologie de la péninsule italienne. En effet, depuis la préhistoire, l’impact des sociétés humaines a été déterminant dans l’évolution des paysages et des modelés de la péninsule surtout à partir de la colonisation grecque à l’époque archaïque. Ce numéro fait suite au colloque international de Salerno qui s’est déroulé en septembre 2007 et a traité du thème « People/environment relationships from the mesolithic to the middle ages : recent geo-archeological findings in Southern Italy ». Trois langues véhiculaires ont été utilisées, l’anglais, le français et l’italien. Tous les résultats présentés sont inédits et de nombreuses données sont importantes et doivent intéresser un public averti en Italie comme en France. Une courte introduction en l’honneur du professeur Aldo Cinque (université de Naples) rappelle le cursus de ce géomorphologue talentueux, précurseur dans bien des domaines.

Un premier thème aborde la question des littoraux

2Quatre publications traitent des fouilles archéologiques récentes et des paléo-environnements des ports antiques de Naples et des îles environnantes. Les articles de Carsana, Amato et collaborateurs sont complémentaires. Ils proposent une lecture croisée des découvertes archéologiques spectaculaires du littoral napolitain. Le paysage a été reconstitué à partir de données archéologiques et sédimentologiques lors des travaux d’aménagement des stations du métro. Le tracé des anciennes lignes de rivage a pu être précisé ainsi que la localisation du port gréco-romain sous la place Municipio. Comme l’illustre la page 1 de couverture, la découverte d’épaves et de nombreuses structures portuaires permet de reconstituer l’histoire du port antique. L’article de Putignano et collaborateurs traite d’une étude géomorphologique et archéologique au large des îles de Vivara et de Procida. Cette recherche sous-marine a permis de mettre en évidence plusieurs paléo-lignes de rivage jusqu’à 20 m de profondeur, suggérant des paliers de stabilisation dans la remontée du niveau marin relatif. Ce travail montre aussi que la zone d’étude a subi environ 15m de subsidence discontinue au cours des derniers 4000 ans. Deux articles traitent ensuite de la question de la mobilité de l’environnement des ports de Rome. L’article de Bellotti et collaborateurs présente les résultats d’une étude sédimentologique et géophysique qui précise la géométrie des structures du complexe portuaire de nos jours complètement colmaté de sédiments. Le bassin de Claude était protégé par deux môles incurvés délimitant une vaste passe donnant sur la mer ouverte. Le bassin présentait une colonne d’eau d’environ 5 à 7 m et a été colmaté en grande partie durant le Moyen Âge par des apports sédimentaires d’origine marine et fluviale. L’article de Goiran et collaborateurs précise que le niveau marin se positionnait 80cm sous le zéro biologique actuel aux iiie / ve s. après J.-C. et que la colonne d’eau était de 7m à l’entrée du bassin de Trajan. L’article de Bottari et collaborateurs aborde la difficile question de la localisation des ports antiques « oubliés », avec le cas de Tindari en Sicile. Des sources historiques témoignent en effet d’une activité portuaire florissante de cette ville antique et mentionnent un port sans préciser sa localisation. Les auteurs présentent leurs premiers résultats sur les indices de localisation du port antique. Ils ont identifié des paléo-rivages qui permettent de mettre en évidence un abri côtier bien protégé des vents dominants au sud-ouest du Cap Tindari. En Calabre, Stanley et Bernasconi présentent l’évolution de trois villes gréco-romaines (Sybaris-Thuri-Copia) superposées dans un contexte deltaïque menaçant et caractérisé par une progradation importante à l’époque historique. Ces trois villes ont été successivement localisées le long du littoral du golfe de Tarente. Leur importance a diminué du fait de l’éloignement naturel du littoral et de leur enclavement progressif qui a abouti à une accessibilité réduite et au déclin des activités portuaires et commerciales. Ces différents articles traduisent l’importance du contexte géomorphologique et le rôle majeur des contraintes naturelles dans l’évolution pluri-séculaire des villes antiques. Les sites archéologiques littoraux sont remarquables pour les informations croisées qu’ils fournissent. La collaboration pluri-disciplinaire, impliquant une lecture serrée des stratigraphies, des étagements biologiques et des vestiges archéologiques, y apparaît indispensable. La mobilité des rivages et la « course à la mer » des bassins portuaires reflète bien les difficultés inégales auxquelles les hommes ont été confrontés et la maîtrise qu’ils ont pu avoir des milieux.

Une deuxième section traite la spécificité des milieux continentaux et volcaniques

3Martini et collaborateurs présentent l’analyse des contenus faunistiques de différentes grottes préhistoriques mettant en évidence une exploitation humaine du milieu de type opportuniste à la transition Tardiglaciaire-Holocène. Les variations du climat, la diversité des contextes géomorphologiques et la mobilité du niveau de la mer ont fortement conditionné la distribution de la faune exploitable par l’Homme. Cinque et Robustelli analysent l’évolution de la couverture pyroclastique liée à l’éruption de 79AD qui a recouvert les Monti Lattari dans la presqu’île sorrentine à plus de 20km du Vésuve. Ces dépôts ont été rapidement érodés et ont induit une aggradation importante des fonds de vallée, la réactivation des cônes de déjection et la progradation des deltas. Ces impacts sont surtout liés à des versants raides et à l’érodibilité élevée des dépôts éoliens d’origine volcanique. Cette étude montre que les impacts des éruptions peuvent être catastrophiques même en périphérie non volcanique. Les travaux de Laforgia et collaborateurs décrivent des impacts spectaculaires de l’éruption d’Avellino sur l’occupation humaine en Campanie. Les auteurs ont retrouvé et fouillé un village détruit par l’éruption. Des milliers de traces de pas d’animaux et d’humains traduisent la fuite du village au moment de l’éruption. Pour la première fois, Fedele et collaborateurs ont établi un cadre stratigraphique de quelques sites paléolithiques et probablement mésolithiques de l’Apennin campanien dans la région d’Avellino. Jusqu’à présent, la connaissance du peuplement paléolithique dans les montagnes d’Italie du Sud était demeurée très modeste. Les auteurs montrent que la technologie lithique employée est liée à la proximité d’affleurements de schistes. Dans le cadre d’un programme pluridisciplinaire, un groupe important de chercheurs a étudié la cité antique de Pontecagnano (viie-iiie siècles avant J.-C.). L’étude paléo-environnementale présente les principales modifications du milieu induites par l’action anthropique au cours de l’antiquité. Pendant les autres périodes de l’Holocène, les variations climatiques et les impacts des éruptions volcaniques ont été déterminants. Plus à l’aval mais toujours dans la plaine du Sele, une étude géoarchéologique de la cité gréco-romaine de Paestum-Poseidonia, entreprise par Amato et collaborateurs, démontre que la majorité des activités humaines se sont localisées sur un plateau de travertin déposé principalement avant la fondation grecque. La répartition des travertins a eu des conséquences importantes sur l’occupation humaine de la plaine. Scarciglia et collaborateurs proposent ensuite l’étude des impacts d’origine anthropique et des forçages climatiques dans une grotte de Calabre occupée dès l’époque préhistorique. Le système est relativement « stable » durant l’optimum climatique holocène. En revanche, pendant le Néolithique final et l’âge des métaux, des variations rapides d’humidité et des processus géomorphologiques variés sont mis en évidence.

4Les lecteurs de ces quinze articles auront surtout découvert un panorama varié des sites d’Italie méridionale, du fait de la tenue du colloque à Salerno sur le thème des découvertes géoarchéologiques récentes en Italie du Sud. Les responsables scientifiques ont essayé de présenter d’autres sites comme celui du port de Rome afin d’illustrer un peu plus l’immense diversité et richesse des sites archéologiques et géomorphologiques de la péninsule italienne.

5Nous tenons enfin à remercier les nombreux relecteurs qui ont permis d’améliorer très sensiblement la qualité de cette publication tout particulièrement Cl. Albore-Livadie, P. Aucelli, G. Boetto, L. Brancaccio, Cl. Carrara, L. Cerchiai, A. Cinque, G. Di Pasquale, B. Giaccio, A. Hesnard, R. Isaia, J. Laborel, N. Macchioni, M. Magny, L. Minieri, G. Orombelli, M. Pasquinucci, P. Petrosino, M. Provansal, A. Rossi, C. Rosskopf, L. Sadori, N. Santangelo, A. Santoriello, R. Sardella, S. Stiros, G. Vecchio. Sans l’aide et le soutien du CNRS, des laboratoires TELEMME (UMR 6570), du CEREGE (UMR 6635) et du centre Jean Bérard (UMS1797), du programme européen ARCHEOMED et de l’université Federico II de Naples, ce numéro de la revue Méditerranée n’aurait pu voir le jour.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « Avant-propos », Méditerranée [Online], 112 | 2009, Online since 01 January 2009, connection on 30 June 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/2932

Top of page

About the author

Christophe Morhange

Université de Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page