Skip to navigation – Site map

Introduction

Jacques Daligaux and Claudine Durbiano
p. 5-6

Full text

1Il peut paraître paradoxal dans un programme de recherche sur les « Dynamiques métropolitaines » de s’intéresser aux grands sites naturels, par définition non urbanisés. À cela, deux raisons essentielles.

2Les aires métropolitaines dans leur extension et leur étalement sans cesse croissant englobent de plus en plus d’espaces « naturels ». Pour certaines d’entre elles, la notoriété de leurs paysages est devenue emblématique de la ville-centre depuis parfois très longtemps. Elle est utilisée abondamment dans la compétition territoriale que se livrent les aires métropolitaines pour attirer les investisseurs et les cadres. Il en est ainsi par exemple du pôle de microélectronique de Rousset/Aix-en-Provence qui est le plus souvent présenté sur fond de montagne de la Sainte-Victoire.

3Ces grands sites naturels sont au cœur des politiques de protection paysagère et environnementale. Or, les métropoles méditerranéennes, souvent littorales, connaissent des dynamiques spatiales vigoureuses combinant des processus de périurbanisation bien connus avec l’attractivité des rivages méditerranéens pour la villégiature, d’autant qu’ils sont proches des régions émettrices de touristes. Cela se traduit par l’exacerbation des convoitises sur les sites naturels où se superposent les mesures de protection, mais aussi par l’émergence de nouvelles modalités d’urbanisation, notamment dans le sud de l’Espagne. Les grands sites naturels des aires métropolitaines constituent donc des laboratoires d’étude particulièrement significatifs pour mesurer l’efficacité des politiques paysagères et environnementales et leurs effets sur le développement urbain.

4À ce stade, on doit s’interroger sur la notion de grand site naturel. L’approche géographique qui englobe des dimensions diverses est indispensable mais elle bute sur la contestation récurrente du qualificatif de « naturel » et laisse de nombreuses questions en suspens. Le grand site doit-il avoir une superficie minimale, qui le distingue du monument naturel (Rocher de Roquebrune dans le Var) ? Si sa valeur scientifique ou son utilisation sociale peuvent être appréciées, comment qualifier son intérêt paysager ou patrimonial ? Dans les zones densément urbanisées, la « grandeur » peut-elle relever de la rareté en tant qu’espace non construit ou bien encore de l’intérêt en tant « qu’infrastructure verte » (chaîne de l’Étoile ou plateau de l’Arbois dans l’agglomération d’Aix-Marseille, zones humides de la baie de Cadix) ? S’il offre en général une cohérence topographique (massifs de la Sainte-Victoire ou de l’Estérel, Calanques de Marseille, Camargue, ou delta du Guadalquivir), où sont ses limites ? Doit-il forcément jouir d’une forte notoriété et subir les effets d’une forte fréquentation ? Enfin, le grand site doit-il avoir une « âme », forgée par une forte charge émotionnelle, religieuse (péninsule athonite), sociale (cabanons de Beauduc en Camargue) ou autre ?

5Bien que les politiques nationales et européennes aient fait des sites naturels, depuis les années soixante-dix, un élément incontournable de la planification stratégique quels que soient la nature juridique, l’échelle et le maître d’œuvre du document, le droit ne donne pas davantage de réponse précise. En France, la loi du 2 mai 1930, instaurant les sites inscrits et les sites classés, constitue un outil de protection remarquable mais s’applique sans autre précision aux sites « dont la conservation présente, au point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque, un intérêt général ». Quant aux grandes lois relatives à la protection de la Nature (1976), des Paysages (1984), de la Montagne (1985) ou du Littoral (1986), elles ne se hasardent pas à définir ce qu’elles demandent de protéger. Pas plus que ne le font les textes législatifs ou réglementaires qui imposent, dans les documents de planification du droit du sol, de préserver les sites naturels, les milieux écologiques et/ou les paysages de qualité. Quant aux Opérations Grands Sites, structures de gestions initiées par le ministère de l’Environnement, elles concernent des espaces dont la nature et l’échelle varient très fortement, de la montagne Sainte-Victoire au Pont du Gard pour les régions méditerranéennes françaises.

6Nous avancerons donc, au croisement de la géographie et du droit, un essai de définition : « Peut être perçu comme grand site naturel un espace préservé de l’urbanisation, dont la perception paysagère, la richesse écologique, la reconnaissance patrimoniale, la rareté ou l’utilité sociale appellent des mesures de protection et de gestion qui garantissent son intégrité ou imposent une évolution réversible de ses diverses composantes ». Cette approche est certes imparfaite, mais elle offre trois avantages : celui de ne pas restreindre l’acception à quelques sites emblématiques, celui d’élargir considérablement la notion de réversibilité jusqu’alors réservée à certains équipements, celui enfin d’imposer aux gestionnaires du territoire une obligation de moyens.

7La majorité des articles de ce numéro concernent des sites littoraux où les politiques de protection, de développement et de gestion se heurtent à la confrontation des acteurs, aux conflits qui en résultent et aux démarches différenciées qui en découlent avec l’utilisation des mêmes outils de protection.

8Les cabanes de Beauduc en Camargue (P. Minvielle) constituent un grand site original entre nature et culture. La gestion, assurée par des associations, expression du « vivre ensemble » de la culture « cabanière » des littoraux méditerranéens, est confrontée à la puissance publique qui fait appliquer la loi littoral dont les termes imprécis transforment les juges en arbitre de la gestion territoriale. J.N. Consalès et M. Goiffon comparent les démarches différenciées de l’application des mesures de protection sur deux sites littoraux, les Calanques de Marseille et la Pointe des Châteaux à la Guadeloupe, en fonction de l’implication des populations locales. De la même façon, C. Perrin constate que, si la proximité de grands sites naturels influe peu sur la protection des zones agricoles proches, les communes de Puyloubier et d’Eygalières ont mis en oeuvre des démarches distinctes : protection souple issue de la contractualisation avec les acteurs locaux pour la première, utilisation des dispositifs imposés par l’État pour la seconde.

9Dans l’aire métropolitaine génoise, M. Spotorno étudie le conflit entre la population locale et la Région ligure intervenu lors de la création du parc naturel régional de Portofino en 2003. L’aire de protection déjà ancienne (1935) a été considérablement réduite. En revanche, dans le golfe de Cadix (N. Baron-Yelles), la vigueur de la dynamique métropolitaine, accompagnée du désenclavement autoroutier et ferroviaire, va de pair avec la mise en place d’un réseau des zones humides protégées depuis l’adhésion à l’Union européenne. Ce réseau sert à maîtriser la spéculation foncière et à diversifier l’offre touristique. Il induit de nouvelles formes urbaines avec des îlots de nature au sein du continuum urbain, sans que soit véritablement exclu un rôle de réserve foncière. En Algérie, l’urbanisation non maîtrisée est illustrée par l’étude du site de Rechgoun (T. Ghobani). Une loi littoral a été promulguée en 2002. Elle rappelle son homologue français, mais il est trop tôt pour en mesurer les effets.

10Trois grands sites présentent un caractère unique à des titres divers :

  • Le Vésuve, volcan inséré dans l’agglomération de Naples peuplée de plus de trois millions d’habitants alors qu’il s’agit d’une des régions les plus dangereuses du monde. Il est érigé en parc naturel national en 1995 et en réserve mondiale de biosphère en 1997. La culture et la nature s’épaulent mutuellement pour la protection du site déjà très fortement touché par l’urbanisation (B. Gruet).

  • Le mont Triglav, symbole de la nation slovène, au carrefour de trois États. Il possède une identité très forte construite à partir d’une conflictualité historique récurrente devenue aujourd’hui le support de la réussite commerciale du site (A. Barthes).

  • La Péninsule athonite au caractère exceptionnel face aux littoraux grecs forts dégradés par une intense urbanisation avec des centaines de milliers de constructions illicites. La préservation de la nature y est le résultat de la conception orthodoxe du rapport à la nature inscrite dans la règle monastique. Elle a été classée, en 1988, patrimoine mondial de l’humanité au titre des biens naturels et culturels (R. Darques).

Top of page

References

Electronic reference

Jacques Daligaux and Claudine Durbiano, « Introduction », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 29 September 2008, connection on 27 May 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/334 ; DOI : 10.4000/mediterranee.334

Top of page

About the authors

Jacques Daligaux

Maître de conférences, UMR TELEMME, Université de Provence, Aix-en-Provence

By this author

Claudine Durbiano

Professeur, UMR TELEMME, Université de Provence, Aix-en-Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page