Skip to navigation – Site map

Sainte-Victoire et Alpilles, vers une gestion intégrée des terres agricoles dans les grands sites naturels ?

Sainte-Victoire and the Alpilles: towards an integrated management of agricultural lands in large natural areas
Coline Perrin
p. 19-28

Abstracts

This article shows the disregard that agriculture has had within the large natural areas by comparing the measures taken to protect Saint-Victoire and the Alpilles and the consequences of that for the two communes of Puyloubier and Eygalières. Whereas an integrated management plan would increase the value of both the natural site and the farms, pressures in favor of urban development have opposed it. Whereas protection has taken shape in the natural areas, the management of agricultural land has depended on the local actors. Large natural areas protect few agricultural lands.

Top of page

Full text

1Parmi les espaces périurbains non-construits, les grands sites naturels suscitent des mesures de protection. Ils devraient donc mieux résister à l’urbanisation. Cette dynamique influe-t-elle aussi les terres agricoles proches ? En comparant la construction historique des massifs de la Sainte-Victoire et des Alpilles comme grand site naturel, nous montrerons les jeux d’acteurs locaux ayant empêché l’intégration des terres agricoles dans les dispositifs de protection après avoir précisé les avantages et les objectifs d’une gestion intégrée.

2Cette étude portera plus particulièrement sur deux communes : Eygalières sur le versant nord des Alpilles, juste à l’est de Saint-Rémy-de-Provence, et Puyloubier au sud de la Sainte-Victoire (fig. 1). Comptant chacune moins de 2000 habitants, ces communes sont situées sur le piémont de massifs fortement valorisés, sans être pour autant les plus attractives de ces massifs. Elles sont assez proches des villes d’Avignon et de Cavaillon pour Eygalières, d’Aix-en-Provence pour Puyloubier. La pression foncière urbaine se combine donc à l’attraction touristique liée au site.

Fig. 1 - Localisation des communes étudiées

Fig. 1 - Localisation des communes étudiées

1. La gestion intégrée des espaces agricoles aux grands sites offre une valorisation réciproque

1.1. Les terres agricoles participent à la valeur du site naturel

  • 1 - Contrats Territoriaux d’Exploitation.

3Dans ou à proximité d’un grand site naturel, les terres cultivées ont souvent un intérêt environnemental, paysager et patrimonial. La Sainte-Victoire et les Alpilles sont deux massifs sensibles au risque d’incendie et leur fréquentation est interdite pendant la période estivale. Un viticulteur d’Eygalières a récemment obtenu une subvention du Conseil Général pour défricher et planter des vignes sur le piémont des Alpilles, formant une zone tampon naturelle entre la route et la forêt facilitant le travail de l’ONF sur la commune voisine d’Orgon. Par ailleurs, l’entretien des oliveraies au sud du village (fig. 2) permettrait d’absorber le ruissellement descendant du massif et d’éviter les inondations fréquentes dans la zone pavillonnaire. À Puyloubier, plusieurs agriculteurs ont profité du dispositif des CTE1 pour acquérir des machines de curage des cours d’eau et éviter l’inondation des vignes.

Fig. 2 - Coupes de l’occupation du sol à Puyloubier et à Eygalières en 2004

Fig. 2 - Coupes de l’occupation du sol à Puyloubier et à Eygalières en 2004

(Sources : IGN et terrain. Réalisation C.Perrin, 2005)

4Il existe aussi une complémentarité paysagère entre le massif naturel et les terres agricoles. Depuis les pentes ou le sommet du massif, le regard porte sur les terres agricoles du piémont (photo 1). De même, de l’extérieur, les meilleures vues sur le massif comprennent souvent les terres agricoles qui l’entourent. À Eygalières, le piton rocheux dominant le village permet autant une vue sur la plaine du Comtat au nord, avec ses alignements de cyprès cachant les serres en plastique et les maisons, qu’un panorama sur la chaîne des Alpilles au sud, mais les oliveraies résiduelles ne cachent pas ici les nombreuses constructions du piémont (photo 2).

Photo 1 - Depuis le versant de la Sainte-Victoire vers le sud, la commune de Puyloubier constitue un panorama de qualité : vignes et champs de céréales, entrecoupés de bois, sont préservés de l’urbanisation diffuse

Photo 1 - Depuis le versant de la Sainte-Victoire vers le sud, la commune de Puyloubier constitue un panorama de qualité : vignes et champs de céréales, entrecoupés de bois, sont préservés de l’urbanisation diffuse

(cliché : C. Perrin, juin 2004).

Photo 2 - Depuis le piton rocheux du village d’Eygalières vers le nord, la zone pavillonnaire s’est étendue depuis les années 1960 en direction du piémont des Alpilles. Dans les interstices, on distingue des oliveraies sous forme de parcelles enclavées et d’ornement dans les jardins privés

Photo 2 - Depuis le piton rocheux du village d’Eygalières vers le nord, la zone pavillonnaire s’est étendue depuis les années 1960 en direction du piémont des Alpilles. Dans les interstices, on distingue des oliveraies sous forme de parcelles enclavées et d’ornement dans les jardins privés

(cliché : C. Perrin, janvier 2005).

5Comme l’illustrent des tableaux de Van Gogh dans les Alpilles (Champ de blé avec cyprès à la Haute Galline près d’Eygalières par exemple), les terres agricoles font enfin partie du patrimoine historique et culturel des grands sites naturels. Elles constituent souvent le premier plan du tableau, indissociable du massif ainsi mis en valeur en arrière-plan. Pour Frédéric Mistral, « la chaîne des Alpilles, [est] ceinturée d’oliviers comme un massif de roches grecques ». La Sainte-Victoire aussi se détache sur les tableaux de Cézanne d’un paysage ouvert au premier plan, champs cultivés ou pâturages. Longtemps envahis par la friche et la forêt secondaire, les épierrements et le tracé des terrains de parcours ovins sont parfois réapparus après l’incendie de 1989 (Courtot, 1992).

6Suite à la baisse de l’activité agricole et à la multiplication des maisons individuelles avec jardins, certaines communes révisent, comme le Tholonet, leurs objectifs d’urbanisme pour maintenir la qualité du site combinant « une “nature” cultivée au premier plan, disparue ou en cours de disparition avec la fermeture du paysage, et une nature “sauvage” en arrière plan, tout en l’adaptant aux usages actuels et à la pression touristique (accessibilité, parkings, etc.) » (Durbiano, 2003). Les grands sites naturels répondent ainsi à la double demande sociale de nature des citadins. Les cultures de piémont, vignes ou oliviers dans les deux massifs étudiés, correspondent au stéréotype d’une campagne « bucolique et pastorale », la campagne des paysans recherchée par nostalgie de la belle époque de « l’harmonie rêvée de la société avec la nature, avec elle-même ». Le massif lui-même répond à la demande de grande nature, née de l’esthétique du sublime du xviiie siècle. Cette nature, « sauvage et lointaine (…) d’où l’homme et ses marques sont absents » doit toutefois rester facilement accessible. Il s’agit de « “s’ensauvager”, certes, mais avec un confort de citadin » (Lüginbuhl, 1995).

7À la Sainte-Victoire comme dans les Alpilles, les terres agricoles sont complémentaires du massif lui-même tant du point de vue de l’environnement que des paysages et du patrimoine. L’intégration de l’agriculture à la gestion du site le valoriserait et diversifierait l’offre de nature qu’il constitue pour les touristes. En retour, le grand site améliore parfois la rentabilité des exploitations agricoles proches.

1.2. Les grands sites naturels peuvent valoriser l’agriculture

8La présence d’un grand site apporte au territoire une visibilité plus grande et une hausse de la fréquentation. Ces deux aspects peuvent être valorisés économiquement par les agriculteurs (fig. 3).

Fig. 3 - Exploitation possible du contexte de grand site naturel par les agriculteurs

Fig. 3 - Exploitation possible du contexte de grand site naturel par les agriculteurs

Réalisation C. Perrin, 2005

• Utiliser la visibilité du site pour promouvoir les produits du terroir

9La visibilité du site peut être utilisée pour promouvoir les produits du terroir et leur apporter une plus-value complémentaire, une « rente territoriale » (Lacroix, Mollard, Pecqueur, 1998).

10À Puyloubier, la viticulture bénéficie d’une telle rente grâce à la montagne Sainte-Victoire.

11Les neuf caves particulières vendent non seulement du vin mais aussi le domaine viticole lui-même et le paysage qui l’entoure. L’une d’elle appartient à l’ancien président de l’INAO, également propriétaire à Châteauneuf-du-Pape. Pour lui, le lieu d’implantation d’un domaine, « sa géographie », définie par « son terroir viticole, son paysage et son accessibilité », constitue ici l’essentiel de la plus-value du vin. On remarque la prise en compte de trois échelles :

  • la parcelle, les qualités agronomiques du sol ;

  • le site, l’environnement local. Ce propriétaire dit avoir choisi d’ouvrir un caveau de vente directe à Puyloubier à cause du panorama sur la Sainte-Victoire et de l’absence d’urbanisation des espaces agricoles ;

  • la situation par rapport aux marchés et aux réseaux de transport. Une situation périurbaine apporte une excellente accessibilité pour les clients et pour les camions acheminant le vin sur Marseille pour l’exportation.

12Une localisation proche d’un grand site naturel dans une aire métropolisée est donc avantageuse.

13Pour récupérer pleinement la rente territoriale, l’idéal est de lier le nom du site au produit. Un domaine de Puyloubier qui avait fait une Cuvée Sainte-Victoire a toutefois dû retirer ses bouteilles de la vente, seul un classement en appellation d’origine permettant de faire figurer dans le nom d’un produit une origine géographique.

  • 2 - Puyloubier, Trets, Rousset, Peynier et Châteauneuf-le-Rouge dans les Bouches-du-Rhône, Pourrières (...)

14La coopérative de Puyloubier est l’une des plus prospères de la région depuis sa récente modernisation. Elle compte 130 coopérateurs dont une cinquantaine de gros apporteurs. La Cave des Vignerons Sainte-Victoire a participé activement au projet de sous-appellation AOC pour le bassin viticole du Haut Val de l’Arc. Dès 1992 l’association des Vignerons Sainte-Victoire a été créée sur l’initiative d’un domaine de la commune limitrophe de Trets. En 2004, elle réunissait cinq caves coopératives et 23 domaines répartis sur sept communes2 lorsqu’elle a obtenu l’accord final de l’INAO. Au sein des Côtes de Provence aux volumes de production importants, l’AOC Sainte-Victoire devrait constituer une niche haut de gamme par une démarche qualité et l’augmentation de la rente territoriale.

15Le Maire veut enfin modifier le nom de sa commune en « Puyloubier-Sainte-Victoire ». Son village n’est pas le plus attractif du grand site. Vauvenargues, avec la bastide de Picasso, ou le Tholonet, avec Cézanne, sont les deux portes d’entrée sur le massif. Plus éloignée, ne bénéficiant pas d’un patrimoine historique et culturel équivalent, la commune de Puyloubier cherche cependant à récupérer l’image de la montagne pour valoriser son territoire. La municipalité accompagne la démarche AOC des viticulteurs et participe à la promotion du vin sur son site Internet et lors des manifestations communales. L’objectif est de lier le grand site naturel, la viticulture et la commune de Puyloubier dans l’esprit des consommateurs.

16Le grand site de la Sainte-Victoire apporte ainsi, par son paysage, sa charge culturelle élitiste et sa renommée, une promotion facile pour le vin de Puyloubier, tant en cave particulière qu’en coopérative. La plupart des viticulteurs profitent de cette bonne rentabilité pour s’agrandir par l’achat ou la plantation de vignes. La dynamique viticole exploite pleinement les potentialités de valorisation agricole du grand site naturel et conduit à la préservation intégrale des terres cultivées (photo 1).

17À Eygalières, les produits du terroir manquent au contraire de reconnaissance.

18Les oléiculteurs n’ont pas choisi de valoriser eux-mêmes leur production par la vente directe ou l’élaboration de produits dérivés plus rentables (olives cassées, tapenade). Tous apportent leurs olives à triturer au sud des Alpilles (dans les grosses communes productrices de Mouriès et Maussane notamment). Les petits oléiculteurs, nombreux, récoltent dans un objectif d’auto-consommation. Les deux gros oléiculteurs ont la majorité de leurs oliveraies en vergers haute densité. Un classement en AOC Vallée des Baux est donc impossible. Ce manque de valorisation de l’oléiculture pourrait évoluer car on note une augmentation régulière des surfaces cultivées.

19La viticulture recherche davantage la plus-value liée au site des Alpilles, mais elle n’y parvient pas toujours. À Eygalières, les vignes ont presque disparu depuis la Seconde Guerre mondiale et il n’y a plus de cave coopérative. Parmi les trois caves particulières, la plus rentable appartient à un ancien maraîcher qui a su profiter des primes pour se reconvertir. Il se positionne sur le bas de gamme en vendant essentiellement du vin de pays, pour moitié en vrac. Les deux autres domaines appartiennent à des étrangers qui ont en revanche misé sur les aménités du site. La rentabilité de ces « danseuses » reste toutefois incertaine car le prix de vente élevé du vin, même augmenté par la rente territoriale, ne compense pas toujours l’investissement initial : les deux domaines étaient à vendre en 2004 pour 9 à 13 millions d’euros. De plus, les parcelles viticoles d’Eygalières sont classées « Coteaux d’Aix-en-Provence » et ne bénéficient pas de la sous-appellation plus réputée AOC Vallée des Baux, qui s’arrête à Saint-Rémy-de-Provence.

20Hormis ces deux caves particulières, les agriculteurs d’Eygalières ne cherchent donc pas à valoriser les produits du terroir par l’image des Alpilles. La plupart sont des maraîchers qui ne reconnaissent pas les oléiculteurs et les viticulteurs comme de véritables exploitants agricoles. Ils dénient tout avenir à ces cultures sèches qu’ils ont eux-mêmes abandonnées dans les années 1950 pour exploiter de manière intensive la zone irriguée du Comtat. Représentant une agriculture productiviste découplée du terroir et forte consommatrice d’intrants, ils ne peuvent pas utiliser le site des Alpilles pour valoriser leurs produits et empêchent l’émergence d’une stratégie collective en ce sens sur la commune.

21Si les exploitations d’Eygalières utilisent peu l’image et la visibilité du grand site naturel pour vendre leurs produits agricoles, en revanche, elles misent sur la fréquentation touristique induite pour développer de nouvelles activités.

• Utiliser la fréquentation pour diversifier les activités

22Comme Puyloubier par rapport à la Sainte-Victoire, Eygalières n’est pas la porte d’entrée du massif des Alpilles. Les touristes vont d’abord aux Baux-de-Provence et à Saint-Rémy. Mais le charme du vieux village a attiré à Eygalières de nombreux résidents secondaires connus, issus du show business ou du monde politique. Les agriculteurs exploitent cette image élitiste pour développer l’agritourisme.

23De nombreux maraîchers compensent la rentabilité aléatoire des produits agricoles par la gestion de chambres d’hôtes. N’ayant plus besoin d’une grande superficie cultivable, ils laissent certaines terres en friches et cessent d’employer de la main-d’œuvre agricole. S’ils n’ont pas de repreneur assuré, ils montent des stratégies immobilières visant à valoriser leur patrimoine foncier. Ainsi, un hangar agricole dont la construction a été autorisée pour les besoins de l’exploitation peut se transformer en chambres d’hôtes puis en habitation permanente, louée ou vendue.

  • 3 - La loi d’orientation agricole du 8 juillet 1999 reconnaît à l’agriculteur, à côté de sa fonction (...)

24Les espaces agricoles d’Eygalières comptent également deux campings, deux centres équestres et trois hôtels de charme. Ces activités sont en accord avec la loi de 1999 encourageant la multifonctionnalité de l’agriculture3. Elles sont désormais autorisées par le règlement d’urbanisme dans les zones agricoles (NC). À Eygalières, cela s’est traduit lors de la révision du POS en 2001 par la création de sous-zones agricoles (notées b et c sur la fig. 4) avec des droits à construire spécifiques (jusqu’à 600 m2 de surface habitable pour les zones agricoles destinées aux activités hôtelières).

25La fréquentation touristique liée au grand site naturel encourage ici une gestion souple du zonage agricole. Alors que le règlement d’urbanisme impose normalement que la diversification n’ouvre de droits à construire que si elle constitue un complément de l’exploitation agricole, on observe plutôt à Eygalières des conversions avec abandon du maraîchage, moins rentable que ces nouvelles activités. La renommée du site permet en effet de proposer des prix élevés (environ 75 € la nuit en chambre d’hôte pour 2 personnes), d’autant plus que la demande pour ce type d’hébergement est croissante. Cette diversification est donc ambivalente mais accélère aussi la disparition de certaines terres agricoles (fig. 3).

26À Puyloubier au contraire, les exploitations développent rarement des activités complémentaires. D’une part, elles sont pleinement engagées dans la dynamique viticole, d’autre part de telles activités ne seraient pas aussi rentables : certaines chambres d’hôtes souffrent actuellement d’un manque de fréquentation. Plus qu’un lieu de séjour, la commune est un lieu de départ pour des excursions à la journée : randonnée, escalade ou parapente, des loisirs peu rémunérateurs pour la commune.

27La mise en valeur intégrale de la zone agricole par la viticulture la préserve efficacement contre l’urbanisation, mais la monoculture est risquée. Si la rentabilité du vin baissait, une diversification des productions et des activités permettrait un meilleur maintien des exploitations. L’idéal serait le développement d’un « panier de biens » et de services de qualité territoriale se renforçant mutuellement et valorisant les qualités spécifiques de ce territoire (Mollard, Pecqueur, 2003). La commune est cependant une échelle trop restreinte pour développer une telle stratégie.

28Réintégrer les terres agricoles dans la logique grand site permet ainsi une synergie, une valorisation croisée du massif naturel et de l’agriculture. Le grand site naturel peut être utilisé comme à Puyloubier pour promouvoir les produits du terroir et comme à Eygalières pour diversifier les activités des exploitations.

29On notera toute l’ambiguïté du terme de gestion concernant les espaces agricoles périurbains : dans les deux cas évoqués ici, le site contribue à la rentabilité des exploitations, mais pas toujours au maintien des terres agricoles (fig. 3). Les objectifs d’une bonne gestion varient : s’agit-il de maintenir des exploitations agricoles ou des terres cultivées ? De répondre à la demande de nature, d’espace de détente et de loisirs, des populations citadines proches ? Ou encore d’empêcher l’urbanisation grâce aux mesures de protection liées aux grands sites naturels ?

Fig. 4 - POS et périmètres de protection des sites à Eygalières en 1984 et 2004

Fig. 4 - POS et périmètres de protection des sites à Eygalières en 1984 et 2004

On remarquera la stabilité du zonage de POS depuis 20 ans.
Sources : cartes IGN, archives municipales, DIREN. Réalisation C.Perrin, 2005

Fig. 5 - POS et périmètres de protection des sites à Puyloubier en 1983 et 2004

Fig. 5 - POS et périmètres de protection des sites à Puyloubier en 1983 et 2004

On remarquera la disparition des zones NB en 2004 et la superposition des différents zonages Natura 2000, réduisant la lisibilité du dispositif.
Sources : cartes IGN, archives municipales, DIREN. Réalisation C.Perrin, 2005.

2. La protection des espaces agricoles limitée par les revendications locales : une gestion intégrée difficile

30Hors du contexte de site, la constructibilité des terres agricoles est encadrée par les documents locaux d’urbanisme. Dans les Alpilles, comme sur le massif de la Sainte-Victoire, des mesures de protection ont été prises dès les années 1960 pour protéger le grand site naturel. En quoi ces mesures touchent-elles les terres agricoles ? Limitent-elles davantage que les plans d’occupation des sols (POS) l’urbanisation ou certaines pratiques sur ces terres ?

2.1. Les années 1960 : les premiers documents d’urbanisme et l’inventaire des sites

31À Eygalières, face à l’essor du maraîchage et suite au gel de 1956, les oliveraies étaient considérées comme peu rentables : le Plan d’urbanisme directeur de 1971 a ouvert une vaste zone (42 ha) à l’urbanisation dense autour du vieux village de 6 hectares et une deuxième couronne à l’habitat diffus. Surdimensionné dans les années 1960, ce potentiel constructible a répondu aux besoins de croissance de la commune jusqu’à aujourd’hui et a contribué à la disparition des oliveraies.

32En 1965, l’ensemble de la chaîne des Alpilles a par ailleurs été inscrit à l’inventaire des sites (loi de 1930). À Eygalières, le site s’arrête en haut du piémont (fig. 4). Les quelques domaines viticoles de l’intérieur du massif doivent donc faire une déclaration auprès de l’Architecte des Bâtiments de France pour toute modification de l’état des lieux.

33À Puyloubier, un Plan sommaire d’urbanisme a été approuvé en 1971. La zone urbaine y est plus restreinte qu’à Eygalières, mais de très nombreux espaces agricoles, dispersés cette fois, ont été ouverts à l’habitat diffus.

34En 1964, le sommet de la montagne Sainte-Victoire a été classé à l’inventaire des sites, mais il ne comprenait aucune terre agricole. Analysant la « genèse d’un haut-lieu », P.-A. Vidal-Naquet (1992) remarque qu’aucun projet d’ensemble n’est parvenu à s’imposer sur l’ensemble du massif des années 1950 aux années 1970, malgré l’intérêt croissant des citadins pour la Sainte-Victoire. Il note seulement des classements ponctuels du patrimoine bâti et l’acquisition de certains terrains par le Conseil Général.

35Dans les années 1960, l’agriculture était essentiellement conçue comme productive, pas encore comme patrimoniale, et la gestion des terres agricoles a été laissée aux agriculteurs, sous contrainte des premiers documents d’urbanisme. Les dispositifs de protection des sites ne s’y sont intéressés que dans la décennie suivante.

2.2. Années 1970 et 1980, échec des projets de Parcs et renforcement du classement des sites

36Un projet de Parc national a échoué à la Sainte-Victoire dans les années 1970 face aux réticences des élus locaux. En 1976, les maires de Beaurecueil, Saint-Antonin-sur-Bayon et Puyloubier ont aussi obtenu l’annulation du projet de classement de la face sud de la Sainte-Victoire et du Cengle. De nouveau, en 1981, un projet de classement de l’ensemble du site a provoqué la création d’une « association de défense intercommunale des droits et intérêts des propriétaires fonciers et exploitants agricoles de la région de la Sainte-Victoire ». L’Union des maires des Bouches-du-Rhône suggérait une protection réglementaire par les POS plutôt que par les lois de 1930 qui, selon eux, ne tenaient pas assez compte des intérêts locaux. Le classement finalement arrêté en 1983 a été, pour P.-A. Vidal-Naquet, le résultat d’un « mauvais compromis » ne satisfaisant ni les associations de défense, ni les propriétaires, ni les élus locaux qui ont même fait un recours en Conseil d’État pour obtenir une réduction des superficies classées.

37À Puyloubier, le nouveau site classé n’a finalement intégré que peu de terres agricoles : quelques vignes sur le haut du piémont avaient fait l’objet d’un conflit lors de l’élaboration du premier POS. En 1977, la municipalité souhaitait un classement NB (zone d’habitat diffus) et la DDA défendait un classement en zone agricole ou naturelle. Le classement à l’inventaire des sites de 1983 a rendu la portion finalement classée NB par le POS de 1981 (fig. 5) à peu près inconstructible, toute modification de l’état des lieux nécessitant une autorisation préfectorale ou ministérielle.

  • 4 - On notera aussi le classement en 1967 de la propriété où Jean-Moulin a été parachuté (1,9 ha sur (...)

38À Eygalières, un projet de construction a provoqué en 1978 la transformation du site de la Chapelle Saint-Sixte, inscrit depuis 1942, en site classé4. Cela a permis de préserver sur 13 hectares un paysage ouvert autour de la chapelle, avec des prés, des amandiers et des cyprès épars (photo 3).

Photo 3 - Vue depuis la Chapelle Saint-Sixte vers le village d’Eygalières, avec les Alpilles en arrière-plan.

Photo 3 - Vue depuis la Chapelle Saint-Sixte vers le village d’Eygalières, avec les Alpilles en arrière-plan.

Ce paysage ouvert a été préservé de l’urbanisation par un site inscrit en 1942, puis classé en 1978. Il a enfin été classé en cône de vue à conserver par la Directive paysagère. Les constructions récentes proches du village sont dissimulées par la végétation

(cliché : C. Perrin, janvier 2005).

39Dans les années 1980, un projet de Parc naturel régional avait été porté par des locaux relayés par des associations parisiennes (réunissant notamment des résidents secondaires). Perçu comme une mise sous cloche par une part des élus locaux et de la population il avait dû être abandonné.

40Dans les années 1970 et 1980, des projets de Parcs ont échoué sur les deux sites étudiés face à la réticence de certains locaux, mais les classements à l’inventaire des sites se sont renforcés. La hausse de l’attractivité des sites naturels et la pression croissante de l’urbanisation a engendré la montée des tensions entre groupe d’acteurs locaux :

  • Les agriculteurs, les chasseurs et certains propriétaires fonciers (souvent les mêmes personnes) étaient contre les mesures de protection liées aux sites. Ils fondaient leur légitimité sur l’antériorité de leur occupation de l’espace.

  • Les nouveaux résidents, les associations de défense du cadre de vie ou de la nature soutenaient les projets de protection des sites se disant porteuses de l’intérêt général contre les intérêts particuliers.

41Les élus locaux ont changé de camp selon l’opinion de leurs électeurs. Jusque dans les années 1980, les agriculteurs contrôlaient les conseils municipaux, les municipalités se sont donc généralement opposées aux dispositifs de protection. Seules les mesures imposées par l’État sont parvenues à s’imposer, mais les sites classés n’ont protégé efficacement que quelques espaces agricoles très restreints de l’urbanisation. Dans les années 1990, avec la domination progressive des nouveaux résidents, une nouvelle gestion des grands sites s’est mise en place, de manière différente sur la Sainte-Victoire et dans les Alpilles.

2.3. Années 1990, vers une meilleure protection des terres agricoles contre l’urbanisation ?

• L’État renforce la protection de la Sainte-Victoire, laissant à la commune de Puyloubier la gestion de ses terres agricoles

  • 5 - Communauté d’Agglomération du Pays d’Aix.

42L’incendie de 1989, où 75 % du site classé ont brûlé, a été l’occasion d’une relance des interventions de l’État sur le site de la Sainte-Victoire : un schéma directeur de réhabilitation et de mise en valeur a été élaboré, impliquant une structure de gestion pérenne. Après plusieurs formules, le Syndicat mixte départemental des massifs Concors Sainte-Victoire a été créé en 2000. Suite aux oppositions des agriculteurs, la municipalité de Puyloubier a refusé d’y adhérer, mais l’entrée de la CPA5 dans le dispositif en 2001 a permis au Maire d’y participer sans en porter la responsabilité politique. Dans un objectif de « développement local durable », le syndicat, financé à 50 % par le Conseil Général, à 39 % par le Conseil Régional et à 11 % par la CPA a pour missions :

    • 6 - Plan Intercommunal d’Aménagement Forestier

    la gestion des massifs forestiers pour la prévention des incendies (un PIDAF6 réglemente l’exploitation sylvicole et impose le débroussaillage) ;

  • la mise en valeur et la protection du patrimoine paysager, naturel et culturel (suivi de Natura 2000) ;

  • la gestion de la fréquentation (aménagement de parkings, de lieux d’accueil du public, etc.).

43En 2004, l’État a attribué au syndicat mixte le label « Grand Site de France » pour 6 ans renouvelables. Ce label vise la réhabilitation des sites prestigieux dégradés et soumis à une forte pression touristique (il y aurait environ un million de visiteurs chaque année à la Sainte-Victoire). De nouveau, l’État se fait le garant de l’intégrité du site en imposant un dispositif national d’exception.

44Les terres agricoles ne sont incluses dans ce dispositif que par l’intermédiaire de Natura 2000.

  • 7 - Zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique. La ZNIEFF 1 fait l’objet d’une p (...)
  • 8 - Zone importantes pour la conservation des oiseaux.

45Sur la montagne Sainte-Victoire, 29 000 hectares ont été intégrés dans ces périmètres environnementaux. À Puyloubier, on peut distinguer trois périmètres de ZNIEFF7 différents et un périmètre de ZICO(8), devenu une zone de protection spéciale justifiée notamment par la présence de l’aigle de Bonelli. Le site d’intérêt communautaire initialement prévu a été restreint sous la pression des agriculteurs et des chasseurs : son périmètre correspond aujourd’hui à celui du site classé en 1983 (fig. 5).

46Même si des associations peuvent s’appuyer sur Natura 2000 pour s’opposer à des projets d’aménagement, il ne s’agit pour l’instant que d’un inventaire scientifique devant favoriser de futures politiques de protection. Ces zonages environnementaux ne réglementent pas l’urbanisation. Les agriculteurs y sont cependant fermement opposés par crainte de futures contraintes.

47L’État renforce progressivement la protection du massif de la Sainte-Victoire, mais il laisse la gestion des terres agricoles aux communes : leur constructibilité n’est toujours limitée que par le zonage du plan d’occupation des sols. À Puyloubier, la concertation entre les viticulteurs réunis dans la cave coopérative et la mairie a récemment permis de protéger les espaces agricoles de l’urbanisation : depuis 1995, les zones NB, très nombreuses et éparses (fig. 5), ont toutes été reclassées en zones agricoles et naturelles, la municipalité anticipant ici sur la loi SRU (Perrin, à paraître). Le mitage, auparavant limité par de grandes superficies minimales constructibles en zone NB, est désormais impossible. En zone NC, les permis de construire ne sont accordés que s’ils répondent à un véritable besoin de l’exploitation agricole.

48Les terres agricoles de Puyloubier sont donc mieux protégées aujourd’hui, mais cela tient plus à la volonté municipale qu’à la proximité du grand site naturel. La contractualisation progressive sur le site des Alpilles traduit une démarche différente, intégrant davantage les collectivités locales à la protection du site.

• Les Alpilles vers la concertation ?

49Dans les années 1990, une nouvelle solidarité de massif émerge grâce aux projets successifs de directive paysagère et de Parc naturel régional.

  • 9 - loi 93-25 et décret du Conseil d’État n° 94-283 du 11 avril 1994.
  • 10 - L’Agence publique du massif des Alpilles - CIGALES (Conseil, Information, Gestion, des Alpilles e (...)

50Une directive paysagère a été proposée par l’État pour les Alpilles dès 1995. Il s’agit d’un outil de protection et de mise en valeur des paysages créé par la loi de 19939. Autour de l’Agence publique du massif des Alpilles(10), les Chambres consulaires, les services de l’État et les 16 communes concernées ont participé à l’élaboration. Grâce à cette concertation, les maires ont aussi pu limiter l’impact de la directive. Au nord des Alpilles, le périmètre devait s’arrêter à la route départementale RD 99. Cependant, les maires de Saint-Etienne-du-Grès et d’Eygalières souhaitaient une limite au Canal des Alpines. Alors que le premier a cédé après l’intervention directe du ministère, Eygalières est aujourd’hui la seule commune du versant nord dont la partie comtadine est exclue.

51Les directives comportent un petit versant réglementaire et des préconisations. Elles ne traitent pas du bâti, mais pourraient être invoquées pour empêcher des projets d’aménagement modifiant l’aspect du site. Le zonage réglementaire, essentiellement situé à l’intérieur du massif, inclut peu d’espaces agricoles.

  • Dans les paysages naturels remarquables reprenant globalement les zones ND des POS, toute construction est interdite, même les extensions. Suite à l’opposition de certains agriculteurs, une tolérance est prévue pour les exploitations incluses qui auraient besoin de bâtiments d’exploitation. Le maire d’Eygalières a émis une réserve lors de l’avis consultatif final : il prévoit un lotissement sur le piémont des Alpilles en limite de ce zonage. La DIREN a répondu en précisant que la cartographie au 1/50 000 (comportant de larges hachures) ne permettait pas une localisation à la parcelle, ce qui avait d’ailleurs été spécifié dans la directive à la demande du ministère de l’Écologie et du Développement Durable.

  • Les cônes de vue ont pour objectif de préserver certains panoramas. Trois ont ainsi été définis à Eygalières pour préserver la vue sur le village depuis les derniers espaces non-construits à proximité (par exemple autour de la chapelle Saint-Sixte, cf. photo 3).

  • Les zones visuellement sensibles imposent une réglementation de type agricole sur des zones non classées comme telles au POS. Depuis que deux de ces zones ont été délimitées sur le piémont d’Eygalières, la Mairie en a déjà reclassé une partie en zone agricole.

  • 11 - Schéma de cohérence territoriale et plans locaux d’urbanisme, devant remplacer les POS et les Sch (...)
  • 12 - Directive territoriale d’aménagement ; une DTA a été prescrite par l’État pour les Bouches-du-Rhô (...)

52Même si la directive paysagère s’impose aux SCOT et aux PLU11 dans un rapport de compatibilité (comme les DTA(12)), il appartient aux municipalités d’intégrer ces zonages dans leurs documents d’urbanisme. Les maires conservent donc une marge de manœuvre : d’un côté, le maire d’Eygalières s’est opposé avec les agriculteurs à certains aspects du classement ; de l’autre, il peut grâce à la directive défendre la protection voulue par les nouveaux résidents sans engager sa responsabilité politique. Il est même récemment allé au-delà en créant au sud du canal des Alpines une zone agricole de protection paysagère de 677 ha où toutes les constructions sont interdites, même celles à usage agricole (zone NCa sur la fig. 4). Le mitage du piémont devrait donc s’arrêter, si toutefois ce règlement de POS, qui a provoqué une forte opposition des agriculteurs et de la Chambre d’Agriculture, est véritablement appliqué.

53Comme la directive paysagère ne prévoit pas de structure pérenne pour le suivi des objectifs et l’évaluation, et qu’elle risque de ne jamais être approuvée, l’Agence Publique élabore actuellement un projet de Parc naturel régional.

54Le PNR ne renforce pas la protection juridique des espaces agricoles, ce n’est pas son but. Il s’agit d’un outil de développement local et touristique issu de l’initiative régionale, mettant l’accent sur la liberté des communes et le volontarisme. La charte en cours d’élaboration sur les Alpilles prévoit de faire la promotion des produits du parc par l’édition de dépliants comportant l’adresse d’agriculteurs partenaires. Cela peut conforter la dynamique croisée produit/terroir/territoire à l’échelle du massif et par exemple faire le lien pour la viticulture entre « AOC Coteaux d’Aix, AOC les Baux-de-Provence, Vins de Pays, domaines, caves, celliers, [qui] se côtoient sans coordination ni valorisation globale » comme le soulignait l’Agence du massif des Alpilles en 2000. Cette dernière deviendrait la structure de gestion du Parc, assurant en même temps le suivi de Natura 2000 et de la directive paysagère.

55Depuis 1995, un « système » de protections superposées s’est construit sur les Alpilles dans la concertation, permettant de faire aboutir aujourd’hui le projet de PNR qui avait échoué dans les années 1980. À Eygalières, la directive paysagère protège certains espaces agricoles du piémont de l’urbanisation et a favorisé la révision du POS en ce sens par la municipalité. Contrairement à Puyloubier, où la préservation des terres agricoles est devenue consensuelle sur la commune, la concertation émerge dans les Alpilles à l’échelle du massif tandis qu’à Eygalières, agriculteurs et nouveaux résidents s’opposent encore.

Conclusion

56Malgré la prise de conscience de l’intérêt patrimonial des terres agricoles dans les années 1990 (Mathieu, 1998), leur intégration au sein des grands sites naturels est incomplète. Les deux communes étudiées montrent qu’une gestion conjointe permettrait une valorisation réciproque du grand site et de l’agriculture. En revanche la proximité d’un grand site n’a qu’un impact limité contre l’urbanisation : les mesures de protection incluent rarement les espaces agricoles dans leurs périmètres. Face à l’opposition des agriculteurs, elles se focalisent sur les espaces naturels, sanctuarisés par la superposition des zonages, tandis que les espaces agricoles sont délaissés.

57Il est vrai que la structure privée et souvent morcelée du foncier agricole s’oppose aux espaces naturels du massif, plus souvent en domaine public (forêts communales et domaniales). Les agriculteurs, percevant mal les avantages du grand site, refusent les contraintes d’urbanisme qui pourraient être acceptées comme la contrepartie des possibilités de valorisation, et le garant de leur pérennité. Pour conserver leurs droits à construire, ils s’appuient notamment sur la défense de l’agriculture comme activité économique productrice de richesses et d’emploi, un argument inexistant pour les espaces naturels.

58À l’échelle du grand site, la gestion globale des espaces naturels progresse dans les années 1990. En revanche, il n’existe aucune gestion globale des terres agricoles. Leur devenir ne tient souvent pas compte du contexte de site : il dépend des stratégies foncières des propriétaires sur chaque parcelle, sous contrainte des documents locaux d’urbanisme (Perrin, 2004). Même à proximité des grands sites, les POS restent la principale limite à la construction des terres agricoles. Ils sont décidés par les acteurs locaux au sein des Conseils municipaux. Les nouveaux résidents prenant dans les années 1990 une place démographique et politique croissante par rapport aux agriculteurs, les terres agricoles sont mieux protégées.

59Va-t-on pour autant vers une gestion intégrée des terres agricoles au sein des grands sites naturels ? La démarche de l’Agence publique du massif des Alpilles fondée sur la participation nous semble plus à même d’y mener que les dispositifs imposés par l’État sur la Sainte-Victoire. On retrouve ici l’opposition classique entre la construction progressive d’une protection souple issue de la contractualisation avec les acteurs locaux et l’imposition par l’État d’un dispositif d’exception contraignant sur un périmètre plus limité.

Top of page

Bibliography

Courtot R., (1992), Sous la forêt secondaire, défrichements, pâturages et reboisements : deux exemples sur les plateaux entre Aix-en-Provence et la montagne Sainte-Victoire, Méditerranée, n°1.2–1992, n° spécial Sainte-Victoire, hommes et paysages, p. 81-92.

Durbiano C., (2003), De la marginalisation à la reconquête environnementale et patrimoniale des collines de l’aire métropolitaine marseillaise, Rives Nord Méditerranéennes, n°15, Aix-en-Provence, UMR 6570 TELEMME, septembre 2003,p. 41-52.

Lacroix A., Mollard A. et Pecqueur B., (1998), Politiques de développement et rente de qualité territoriale des produits alimentaires, Gestion des Territoires ruraux sensibles, Clermont-Ferrand, Colloque Cemagref-Engref des 27-28 avril 1998, 15 p.

Lüginbuhl Y., (1995), La demande sociale de nature et les espaces périurbains, in L’agriculture dans l’espace périurbain, des anciennes aux nouvelles fonctions, Bergerie Nationale de Rambouillet, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Actes de l’atelier de recherche des 10 et 11 mai 1995,p. 11-16.

Mathieu N., (1998), La notion de rural et les rapports ville/campagne en France : les années quatre-vingt-dix, Economie Rurale, n° 247, p.11-20.

Mollard A. et Pecqueur B., (2003), Valoriser les qualités spécifiques des territoires : le « panier de biens » des Baronnies, Territoires, acteurs et agricultures en Rhône-Alpes, programme de recherches pour et sur le développement régional, novembre 2003, Lyon, Les résultats, n°2, 4 p.

Perrin C., (2004), Agriculteurs et AOC face à l’urbanisation. Les enjeux du foncier agricole dans trois communes des Bouches-du-Rhône : Eguilles, Eygalières et Puyloubier, DEA de géographie, Université de Provence, Aix-Marseille I, 178 p.

Perrin C., (à paraître), Faire campagne avec la vigne et l’olivier en Provence : un moyen de préserver les espaces agricoles périurbains ?, Communication au colloque « Faire campagne » organisé à Rennes les 17 et 18 mars 2005, UMR 6590 Espaces géographiques et sociétés, PUR, 14 p.

Vidal-Naquet P.-A., (1992), Genèse d’un haut lieu, Méditerranée, n°1.2–1992, n° spécial Sainte-Victoire, hommes et paysages, p.7-16.

Top of page

Notes

1 - Contrats Territoriaux d’Exploitation.

2 - Puyloubier, Trets, Rousset, Peynier et Châteauneuf-le-Rouge dans les Bouches-du-Rhône, Pourrières et Pourcieux dans le Var.

3 - La loi d’orientation agricole du 8 juillet 1999 reconnaît à l’agriculteur, à côté de sa fonction de production de denrées agricoles, des fonctions de services auprès des résidents ruraux, d’accueil sur l’exploitation (hébergement, activités de loisir) et une fonction environnementale.

4 - On notera aussi le classement en 1967 de la propriété où Jean-Moulin a été parachuté (1,9 ha sur le piémont).

5 - Communauté d’Agglomération du Pays d’Aix.

6 - Plan Intercommunal d’Aménagement Forestier

7 - Zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique. La ZNIEFF 1 fait l’objet d’une protection renforcée et concerne des espaces plus restreints que la ZNIEFF 2. La ZNIEFF géologique délimite ici les gisements d’œufs de dinosaures.

8 - Zone importantes pour la conservation des oiseaux.

9 - loi 93-25 et décret du Conseil d’État n° 94-283 du 11 avril 1994.

10 - L’Agence publique du massif des Alpilles - CIGALES (Conseil, Information, Gestion, des Alpilles et de ses Espaces Sensibles) est un établissement public comprenant les 16 communes du massif, le Conseil général des Bouches-du-Rhône et le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.

11 - Schéma de cohérence territoriale et plans locaux d’urbanisme, devant remplacer les POS et les Schémas directeurs depuis la loi SRU.

12 - Directive territoriale d’aménagement ; une DTA a été prescrite par l’État pour les Bouches-du-Rhône, mais elle n’a pas encore été approuvée.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation des communes étudiées
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-1.png
File image/png, 79k
Title Fig. 2 - Coupes de l’occupation du sol à Puyloubier et à Eygalières en 2004
Caption (Sources : IGN et terrain. Réalisation C.Perrin, 2005)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-2.png
File image/png, 23k
Title Photo 1 - Depuis le versant de la Sainte-Victoire vers le sud, la commune de Puyloubier constitue un panorama de qualité : vignes et champs de céréales, entrecoupés de bois, sont préservés de l’urbanisation diffuse
Credits (cliché : C. Perrin, juin 2004).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-3.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Photo 2 - Depuis le piton rocheux du village d’Eygalières vers le nord, la zone pavillonnaire s’est étendue depuis les années 1960 en direction du piémont des Alpilles. Dans les interstices, on distingue des oliveraies sous forme de parcelles enclavées et d’ornement dans les jardins privés
Credits (cliché : C. Perrin, janvier 2005).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-4.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 3 - Exploitation possible du contexte de grand site naturel par les agriculteurs
Caption Réalisation C. Perrin, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-5.png
File image/png, 13k
Title Fig. 4 - POS et périmètres de protection des sites à Eygalières en 1984 et 2004
Caption On remarquera la stabilité du zonage de POS depuis 20 ans.Sources : cartes IGN, archives municipales, DIREN. Réalisation C.Perrin, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-6.png
File image/png, 38k
Title Fig. 5 - POS et périmètres de protection des sites à Puyloubier en 1983 et 2004
Caption On remarquera la disparition des zones NB en 2004 et la superposition des différents zonages Natura 2000, réduisant la lisibilité du dispositif.Sources : cartes IGN, archives municipales, DIREN. Réalisation C.Perrin, 2005.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-7.png
File image/png, 29k
Title Photo 3 - Vue depuis la Chapelle Saint-Sixte vers le village d’Eygalières, avec les Alpilles en arrière-plan.
Caption Ce paysage ouvert a été préservé de l’urbanisation par un site inscrit en 1942, puis classé en 1978. Il a enfin été classé en cône de vue à conserver par la Directive paysagère. Les constructions récentes proches du village sont dissimulées par la végétation
Credits (cliché : C. Perrin, janvier 2005).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/338/img-8.jpg
File image/jpeg, 46k
Top of page

References

Electronic reference

Coline Perrin, « Sainte-Victoire et Alpilles, vers une gestion intégrée des terres agricoles dans les grands sites naturels ? », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 29 September 2008, connection on 26 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/338 ; DOI : 10.4000/mediterranee.338

Top of page

About the author

Coline Perrin

Allocataire de recherche à l’UMR Telemme 6570, MMSH, 5, rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13 094 Aix-en-Provence. coline.perrin@ens.fr.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page