Skip to navigation – Site map

Le massif des Calanques (Marseille–Cassis) et la Pointe des Châteaux (Saint-François, Guadeloupe).

Périmètres d’intervention et mesures de protection sur deux grands sites littoraux périurbains
The Calanques Massif (Marseille-Cassis) and the Pointe des Châteaux (Saint-François, Guadeloupe)
Marie Goiffon and Jean-Noël CONSALES
p. 29-35

Abstracts

As important coastal sites on the urban fringe, the Calanques Massif and the Pointe des Châteaux benefit from the same measures of protection. Numerous pressures that weigh on these remarkable natural spaces tend to be limited in the latter. The steps undertaken in the Calanques Massif move up from a local to national scale, whereas the one put in place in the Pointe des Chateaux move down from the national to the local scale. Differences among local societies in carrying out the interventionist project explain this divergence.

Top of page

Author's notes

Nous tenons ici à remercier Madeleine Barbier (Présidente de l’UCL), Luc Legendre (DIREN Guadeloupe) et Jean-Louis Millo (Directeur du GIP des Calanques) pour la sollicitude dont ils ont fait preuve à notre égard.

Full text

Introduction

1Le massif des Calanques, situé entre Marseille et Cassis, ainsi que la Pointe des Châteaux, sis à la périphérie de la commune de Saint-François en Guadeloupe, sont deux grands sites littoraux périurbains. Ces deux derniers adjectifs suffisent, à eux seuls, à dévoiler les multiples pressions qui ont pu s’exercer et qui s’exercent encore, dans une certaine mesure, sur ces espaces remarquables. Bien que très différents, ces sites demeurent comparables. Ils partagent, en effet, quelques caractéristiques communes. Tous deux ont :

  • des valeurs naturelles notables. Ce sont deux ensembles calcaires qui ont été façonnés en fonction de facteurs géologiques et climatiques particuliers. Ils possèdent aujourd’hui une richesse faunistique et floristique importante, marquée par de nombreuses espèces endémiques et par une grande biodiversité ;

  • des valeurs paysagères évidentes. Les Calanques se présentent comme des falaises calcaires monumentales tombant dans la mer Méditerranée et la Pointe des Châteaux apparaît comme presqu’île, également calcaire, dont le littoral est ponctué d’îlots inhabités (îlet Kahouanne) ;

  • des valeurs culturelles et sociales indéniables. Depuis longtemps, ces sites représentent des espaces récréatifs et des territoires d’appropriations sociales diverses tant pour les Marseillais que pour les habitants de la commune de Saint-François ;

  • des valeurs touristiques, enfin, qui se révèlent à travers le seul chiffre de fréquentation des sites. Chaque année, près d’un million de visiteurs, dont 65% sont des Marseillais, fréquentent le massif des Calanques, tandis 500 000 personnes côtoient la Pointe des Châteaux.

2Mais au delà de ces seuls caractères, ces deux grands sites relèvent de la même logique d’intervention, à savoir protéger ces espaces littoraux remarquables de l’urbanisation et de la pression foncière d’une part, ainsi que du tourisme et de la fréquentation excessive d’autre part. Force est alors de constater que si ces objectifs de gestion restent analogues, leur temporalité d’exécution n’est pas la même. Malgré l’utilisation d’outils réglementaires similaires, le processus d’intervention associé au massif des Calanques est beaucoup plus ancien que celui mis en œuvre à la Pointe des Châteaux. Les démarches demeurent, par ailleurs, antithétiques, l’une étant plutôt ascendante (des intervenants locaux vers les instances nationales) dans le cas des Calanques, l’autre étant plutôt descendante (des instances nationales vers les intervenants locaux) dans le cas de la Pointe des Châteaux.

1. La superposition des périmètres d’intervention : des sites remarquables protégés

1.1. Le massif des Calanques : une démarche ascendante

• La protection du massif des Calanques : une genèse ancienne

3Au sud de Marseille et jusqu’à Cassis s’étend le massif des Calanques, puissant ensemble calcaire de 16 km de longueur et de 3 km de largeur en moyenne. Ce site est exceptionnel à bien des égards. Pour Madeleine Barbier, présidente de l’association Union Calanques Littoral, celui-ci se caractérise, avant tout autre chose, par la beauté unique de ses paysages : « ici, le littoral est creusé de profonds canyons, appelés Calanques, taillés dans le calcaire dur, bordés de falaises d’une blancheur éclatante, parmi les plus hautes de France, avec quelques pins intrépides s’accrochant à la pente. Ce sont des vallées ennoyées lors de la remontée des eaux, à la fin de la dernière glaciation. Dans l’intérieur du massif, le relief est marqué par des plateaux bosselés, arides, ciselés de lapiés, balayés par les vents, creusés de vallons secs tortueux et encaissés, d’où pointent des crêtes et des aiguilles ». Mais, M. Barbier souligne aussi les richesses naturelles et surtout culturelles du site : « des vestiges importants montrent que le massif a été occupé par l’homme au moins depuis la dernière glaciation du Quaternaire. La grotte Cosquer, découverte à la fin des années 1980, permet de remonter jusqu’à –18 000 ans, lorsque le niveau de la mer était de 130 m. Elle est ornée de nombreuses peintures et gravures rupestres, comparables à celles de Lascaux. D’autres grottes et abris sous roche montrent des traces d’occupation humaine ancienne (grotte Rolland, pointe Cacaou). Des vestiges de l’époque gréco-romaine sont également recensés. À l’est de l’archipel du Riou, le gisement archéologique du Grand Congloué, datant xiiie siècle avant J.-C., a été mis à jour en 1952 par une équipe du commandant Cousteau. C’est ici qu’est née l’archéologie sous-marine. Depuis, treize autres épaves ont été découvertes dans ce secteur. Il reste encore des vestiges d’une occupation humaine plus récente, tels qu’une chapelle médiévale à Saint-Michel d’Eau Douce, des bergeries, des fours à chaux temporaires, des édifices liés à la fabrication du charbon, des fortifications pour la surveillance et la défense, ainsi que des puits, des citernes et des cabanons ».

4Il est vrai que, jusqu’au xixe siècle, le massif des Calanques est le siège d’une vie agropastorale traditionnelle, marquée par la présence de quelques hameaux, fermes et bergeries épars. Par ailleurs, quelques ressources naturelles du site sont exploitées. Des charbonnières (fabrication de charbon de bois), des fours à chaux temporaires et des abris de chasse jouxtent ainsi les petits ports de pêche qui jalonnent le littoral. Mais au cours du xixe siècle, pour les besoins du développement industriel marseillais, de nombreuses usines polluantes (usines de fabrication de plomb, de soude, d’acides) sont installées dans le massif placé sous le vent dominant. Au même moment, quelques entreprises commencent à exploiter industriellement le site. Des carrières et des sablières sont ouvertes et des fours à chaux industriels sont construits. Enfin, certaines calanques sont peu à peu colonisées par des habitations abusives : les cabanons. Face à cette détérioration progressive du massif, certains notables issus de la bourgeoisie marseillaise se font entendre, dès la fin du xixe siècle, pour appeler à un plus grand respect du site. Bientôt relayées par les prises de position de deux associations, la section marseillaise du Club Alpin Français et les Excursionnistes Marseillais, ces prises de positions marquent le fondement de l’action en faveur de la protection des Calanques.

5Dès 1897, la forêt de la Gardiole est achetée par l’État, au titre de la loi du 4 avril 1882, dite loi de « restauration des terrains en montagne », premier véritable texte juridique français en faveur de la conservation de la nature. La protection du massif est donc ancienne. Elle s’appuie sur une démarche ascendante, déterminée par une participation constante de la société civile aux débats, notamment par l’intermédiaire d’associations de défenseurs et d’usagers des Calanques. Cet engagement appuyé des représentants de la société civile se révèle particulièrement dans la chronologie d’intervention sur le site. Celle-ci se subdivise en trois phases.

• Les trois phases d’intervention dans le massif des Calanques

- La première phase : des classements anciens et ponctuels

6Cette phase correspond à des classements ponctuels qui interviennent dès la promulgation de la loi du 2 mai 1930. Cette dernière, organise la protection des monuments naturels et des sites dont les caractères spécifiques relèvent de l’intérêt général. Elle comprend deux niveaux de servitude :

  • le « site classé » qui détermine des ensembles dont la valeur patrimoniale justifie une politique rigoureuse de préservation ;

  • le « site inscrit », plus souple, qui détermine des ensembles dont le maintien de la qualité suscite une certaine surveillance.

7La mobilisation des associations est à l’origine des premiers classements. Après s’être opposées à l’extension de la carrière Solvay à Port Miou (néanmoins ouverte en 1913), puis à un projet similaire dans la calanque d’En Vau (en 1922), 102 associations se regroupent, en 1923, au sein du Comité de Défense des Calanques. À partir de 1930, celui-ci a pour objectif d’obtenir le classement du massif, en pratiquant notamment une pression constante sur les élus locaux. Grâce à son dynamisme, quelques sites ponctuels particulièrement menacés sont classés. Il s’agit de la forêt domaniale de la Gardiole, en 1934, et des calanques d’En Vau et de Port Pin en 1936.

- La deuxième phase d’intervention : la protection massive face à l’urbanisation des Trente Glorieuses

8Durant cette période, la protection des Calanques devient plus massive, eu égard à la poussée urbaine marseillaise. Le massif est, en effet, touché par :

  • plusieurs projets routiers avortés, entre 1953 et 1967 ;

  • un projet interrompu de palais des congrès de 8000 places sur le plateau de l’Homme Mort en 1959 ;

  • le lancement de trois procédures ZAC, dont la ZAC du Baou de Sormiou en 1972, qui prévoit la construction de 3000 logements privés, finalement réduits à 630 habitations ;

  • un projet de construction de 147 logements à Luminy, bientôt abandonné par la municipalité.

9Face à ces projets d’envergure, les partisans de la protection du site se mobilisent, en se rassemblant en 1965 au sein d’une seule et même entité : le Comité pour la défense des Sites Naturels. Le COSINA agit auprès des collectivités territoriales, en les incitant à une politique d’achat de parcelles, dans le but d’obtenir plus facilement leur classement. Ainsi, la nécessité de mettre en place une véritable zone de protection dans les Calanques devient de plus en plus évidente. Les associations rassemblées au sein du COSINA vont donc agir et faire pression pour obtenir le classement de l’ensemble du massif, qui est placé en site inscrit depuis 1959. Le classement définitif intervient en 1975, pour la zone terrestre, et en 1976 pour la zone maritime. Au total, 5463 ha sont classés, dont 2349 ha sont des terrains privés (soit 43%) et 3114 ha sont des terrains publics (soit 57%), acquis notamment grâce à une politique de préemption du Conseil Général, entamée en 1961.

- La troisième phase : vers le lancement du Groupement d’intérêt public des Calanques

10Cette phase correspond aux années 1980 et 1990. Avec les classements des années 1970, les Calanques semblent protégées de la pression foncière. Durant les années 1980, la logique d’intervention va donc se tourner vers la gestion globale et notamment environnementale. Un périmètre ZNIEFF de type 2 (concernant des grands ensembles remarquables) est prescrit à titre de recommandation. Il n’a aucune valeur opérante. Le site est également désigné au titre du réseau Natura 2000, en application des directives européennes Habitat et Oiseaux.

11Mais, l’illusion de la pression foncière disparue ne dure qu’un temps. En 1992, un projet municipal prévoit une urbanisation partielle des Calanques, par l’intermédiaire de la révision du POS de Marseille. S’en suit une forte mobilisation des associations qui réussissent à faire retirer le POS, le 24 mai 1993. Fort de cette réussite, un nouveau regroupement d’associations naît : l’Union Calanques Littoral (UCL), dont l’objectif principal est d’œuvrer en faveur de la création d’un parc national pour les Calanques. Lors de sa visite à Marseille, le 1er septembre 1994, le ministre Michel Barnier annonce la création prochaine d’une instance de coordination visant à la gestion globale du massif. La mise en place d’un syndicat mixte est, pendant un temps, envisagée, puis rejetée car elle ne permet pas l’association directe de structures privées et de représentants de la société civile. Finalement, en 1997, les acteurs locaux (représentants de l’État, des collectivités locales et des associations) optent pour un Groupement d’Intérêt Public. Le 27 décembre 1999, le GIP des Calanques est constitué, en associant :

  • des représentants de l’État (Office national des forêts, Conservatoire du Littoral, Electricité de France, DIREN) ;

  • des collectivités territoriales (Conseil Régional, Conseil Général, Ville de Marseille, Ville de Cassis) ;

  • des représentants des associations de propriétaires privés du site classé des Calanques ;

  • des représentants des associations pour la protection du site classé des Calanques ;

  • des représentants des associations de professionnels, notamment de la mer (pêcheurs, bateliers, etc.)

12Structure à durée de vie limitée (8 ans), le GIP des Calanques doit, par ailleurs, préparer l’avènement d’un outil de gestion et de protection durable : le parc national.

1.2. La Pointe des Châteaux : une démarche descendante

13Située à l’extrême sud-est de la Grande Terre, « la Pointe des Châteaux, se présente comme un ensemble géomorphologique exceptionnel, formant une presqu’île de 32 km de linéaire côtier. La région de Saint-François appartient à une zone de plateaux calcaires, troués de vallées à fond plat. Le rivage sud se compose d’anses plates largement ouvertes sur la mer : anse de Saint-François, anse du Mancenillier, anse Kahouanne. Le rivage septentrional est formé de cordons de sable blanc qui transforment les séries de lagons en salines. Le rivage nord-est, exposé aux vents dominants, les alizés, est plus escarpé. Il est façonné par l’érosion éolienne et marine formant des sortes de calanques, comme la baie Olive ou l’anse à l’Eau » (L. Legendre, DIREN Guadeloupe).

14Malgré l’utilisation d’outils réglementaires en grande partie similaires, la politique d’intervention sur le site de la Pointe des Châteaux est différente de celle mise en place dans le massif des Calanques. En effet, elle n’intervient que tardivement (à partir de 1986 et de la loi Littoral) et reste déterminée par une logique descendante. Deux organismes d’État, le Conservatoire du Littoral et la DIREN sont les acteurs principaux de la protection du site.

• L’héritage historique des cinquante pas géométriques : le morcellement d’une réserve foncière littorale

15Jusqu’à l’instauration de la loi Littoral, seuls les « cinquante pas géométriques » ont une valeur réglementaire sur le site de la Pointe des Châteaux. Ils sont un legs historique, hérité de l’époque coloniale et opérant dans tous les départements domiens insulaires. Ils correspondent à une ancienne réserve foncière et militaire, rattachée, au fil du temps et des contextes politico-économiques, aux domaines publics ou privés de l’État. Durant le xixe siècle, des concessions courantes sont, cependant, réalisées par l’État, tandis que la loi de domanialité publique est assouplie. Des titres de propriétés définis et incommutables sont délivrés sur les terrains bâtis et des concessions irrévocables sont octroyées sur les terrains non-bâtis. Ces pratiques ont pour conséquence d’affaiblir la protection littorale, liée à la spécificité des cinquante pas géométriques. De fait, cette réserve foncière disparaît progressivement dans les bourgs pendant que, sur le littoral, les propriétaires l’occupent illégalement. Les cinquante pas géométriques sont alors squattérisés et l’urbanisation littorale se développe, soit sous forme dense dans les bourgs, soit sous forme diffuse sur les espaces naturels.

16En 1946, la départementalisation marque un changement de statut, lié à l’évolution de l’utilisation du littoral. La réserve des cinquante pas géométriques passe du domaine public au domaine privé de l’État. Le littoral domien devient, alors, entre 1955 et 1986, un véritable enjeu de développement économique et touristique. Toutefois, les cinquante pas géométriques restent à l’écart du champ d’application de la loi de 1963, relative au Domaine public maritime. À cause de cette spécificité foncière, la gestion du littoral guadeloupéen enregistre un « retard » de vingt ans par rapport aux littoraux métropolitains.

17Aujourd’hui, les cinquante pas géométriques correspondent à une bande littorale de 81,20 mètres, relevant du Domaine public maritime (inaliénable et imprescriptible). Sa gestion est assurée par le Conservatoire du Littoral et sa mise en valeur est transférée à l’Office national des forêts pour les zones classées en Forêts domaniales littorales (zones boisées, espaces naturels).

• La loi Littoral : première étape d’intervention sur le site de la Pointe des Châteaux

18L’application de la loi Littoral, dès 1986, marque l’avènement d’une réelle politique d’intervention sur le site de la Pointe des Châteaux, bien que celle-ci n’inclut pas de protection spécifique sur la réserve des cinquante pas géométriques. En 1987, le Conservatoire du Littoral commence à acquérir des terrains. Dix hectares sont rapidement achetés. Ce sont des parcelles ceinturées par la forêt domaniale de gestion ONF et situées en continuité de la réserve des îles de Petite Terre. Elles composent une unité paysagère, offrant un panorama exceptionnel sur l’île de la Désirade. Elles possèdent un écosystème diversifié, fragile et menacé à court terme (landes, salines, falaises ayant l’allure de « remparts ruinés »).

19Dans les années 1990, la DIREN entreprend quelques classements en Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique sur le site de la Pointe des Châteaux. Ces dispositions juridiques mettent en valeur des portions de territoire, participant au maintien des grands équilibres ou constituant le milieu de vie d’espaces rares, caractéristiques du patrimoine naturel régional. Les ZNIEFF se subdivisent en deux types. La ZNIEFF de type 1 se définit par la présence d’espèces ou d’association d’espèces rares sur des superficies limitées. La ZNIEFF de type 2 concerne de grands ensembles naturels riches et peu modifiés aux potentialités biologiques importantes. Contrairement au massif des Calanques, ces mesures réglementaires sont effectives sur le site de la Pointe des Châteaux.

20En 1996, la loi sur l’Aménagement et la Protection des cinquante pas géométriques encourage à la fois la mise en valeur et le maintien de cette réserve patrimoniale. Ainsi, tandis que les espaces urbanisés ou mités sont concédés au marché privé, les zones naturelles sont placées sous l’égide du Conservatoire du Littoral. L’ensemble est soumis à la gestion commune d’une structure publique à durée de vie limitée : l’Agence des cinquante pas géométriques. Dans ce contexte, seules l’appréciation et l’interprétation de la loi régissent l’urbanisation diffuse. Pour contrer les effets néfastes de cette situation, une partie de la Pointe des Châteaux passe, en 1997, en site classé. Cependant, en 2001, le Schéma d’Aménagement Régional détermine, par l’intermédiaire de l’article L146-6 du code de l’urbanisme, la possibilité de réaliser des aménagements légers sans fondations sur des espaces naturels et culturels remarquables, dans le cadre d’activités traditionnelles liées à la présence de la mer. La presqu’île de la Pointe des Châteaux est alors envisagée comme le siège de projets de développement touristique durable.

2. Bilan et perspectives des interventions

21Le massif des Calanques et la Pointe des Châteaux sont deux sites remarquables, bénéficiant de mesures de protection strictes (fig. 1 et 2 = PL. V h.t.). Ils suscitent néanmoins des démarches opposées. Dans une perspective commune de durabilité, ils font aujourd’hui l’objet de projets de nature différente : un parc national de 2e génération pour les Calanques et une opération grand site pour la Pointe des Châteaux.

2.1. Le massif des Calanques : un site patrimonial

• Un site sous haute surveillance

22Aujourd’hui les Calanques apparaissent comme un véritable grand site naturel au sein duquel se démarquent notamment 21 espèces végétales protégées et 22 espèces animales en voie de disparition. Les oiseaux du massif comptent 21 espèces protégées par la loi et 10 espèces en voie de disparition. À ce bilan terrestre, il convient encore d’ajouter de nombreuses espèces marines remarquables et protégées.

23Désormais, le site classé semble à l’écart de la pression foncière, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le relief réduit considérablement les possibilités d’urbanisation. D’autre part, grâce à la politique d’acquisition et de préemption des collectivités territoriales, près de 90 % des terrains appartiennent au domaine public. Cet état de fait limite forcément les spéculations foncières. En outre, la société locale reconnaît la valeur patrimoniale du site et fait office de garde-fou à l’urbanisation. Enfin, les représentants de la société civile et des associations de protection des Calanques participent à la gestion directe du massif, au travers du GIP.

24Malgré cette protection, les Calanques relèvent encore d’enjeux d’aménagement multiples. De nombreuses menaces pèsent sur le milieu naturel, tant terrestre que marin, notamment en raison de la surfréquentation du site, des usages de tourisme et de loisirs peu respectueux de l’environnement, des rejets en mer et des risques d’incendies. De plus, comme le précise la présidente de l’UCL : « si le site classé est protégé par son statut, l’attrait du massif est tel que des constructions illicites voient le jour. En limite de site, l’urbanisation croissante se traduit par une densification du bâti alors que le code de l’urbanisme prévoit une coupure d’urbanisation. Cette pression urbaine induit une série de dégradations portant atteinte à la qualité du massif comme des décharges sauvage et des départs de feu ».

• Vers un parc national de deuxième génération.

25L’une des missions du GIP consiste alors à préparer un outil de gestion durable du massif. Deux solutions sont envisagées. La première consiste dans la création d’un syndicat mixte regroupant les collectivités territoriales locales dont les prérogatives sont importantes. Dans ce scénario, l’État reste à l’écart de la gestion directe du site et les mesures de protection se font au coup par coup. Peu probable, cette perspective d’action est surtout défendue par la municipalité de Marseille qui souhaiterait rester maître de ses Calanques. La seconde solution, plus plausible, réside dans la création d’un parc national de deuxième génération, organisme décentralisé, à forte participation locale.

26Cette structure a quatre objectifs principaux :

  • intégrer le développement durable, notamment dans sa dimension culturelle et sa mission d’accueil du public ;

  • mettre en relation le cœur du parc, constitué par le site classé du massif des Calanques, avec sa périphérie, délimitée par le périmètre d’attraction du site et par l’adhésion volontaire des collectivités ;

  • renforcer le rôle des élus locaux, en modifiant la composition traditionnelle du conseil d’administration du parc national (40% d’élus, 30% de fonctionnaires, 30% de personnes qualifiées) ;

  • renforcer le rôle de la société civile, en assurant la création d’un comité de développement durable, parallèlement au conseil scientifique du parc. Ce comité doit rassembler les acteurs socio-économiques et les représentants des usagers.

27Cette perspective, qui a l’avantage de regrouper la gestion du site dans une seule et même structure, séduit la grande majorité des intervenants du GIP. Elle permet en effet, aux représentants de l’État et de la société civile de conserver toutes leurs prérogatives. Cependant, la loi concernant les parcs nationaux de 2e génération n’est pas encore votée. L’avenir de la protection des Calanques reste donc soumis aux décisions de l’Assemblée Nationale. Néanmoins, le transfert de gestion de l’État aux élus régionaux suscite, d’ores et déjà, de vives interrogations au sein des associations de défense des Calanques.

2.2. La Pointe des Châteaux : un site touristique convoité

• Un espace toujours menacé

28Malgré les mesures d’intervention pour rattraper le retard de protection, les problèmes fonciers demeurent sur la Pointe des Châteaux. La densification dans les zones urbanisées et l’extension du bâti sur les espaces naturels littoraux perdurent. Ces processus accentuent le mitage paysager de la frange côtière. En fait, loin de figer l’occupation du sol, les périmètres d’intervention jouent un rôle d’attraction pour l’urbanisation diffuse. Les résidences secondaires et les établissements touristiques se développent en bordure des sites inscrits et classés. L’amélioration de la desserte sur l’ensemble de la presqu’île accroît encore l’impact du bâti sur le non-construit et génère une surfréquentation touristique. Les conséquences environnementales de cette anthropisation incontrôlée révèlent les dysfonctionnements de la gestion actuelle. Celle-ci est rendue particulièrement difficile par :

  • les chevauchements de périmètres d’intervention ;

  • la multiplicité des acteurs ;

  • les problèmes d’adaptation des mesures réglementaires nationales aux spécificités locales (cinquante pas géométriques) ;

  • le déséquilibre de la répartition foncière entre les terrains publics et les terrains privés (35-65%), laissant peu de marge de manœuvre à l’intervention de l’État ;

  • la complexité des pratiques locales concernant l’espace public (squattérisation).

• Vers une « Opération Grand Site »

29Malgré les spécificités locales, les gestionnaires demeurent les mêmes que sur le reste du territoire français : ONF, Conservatoire du Littoral, collectivités territoriales, DIREN. Depuis 2000, ceux-ci prennent conscience du danger de la privatisation du littoral, dans un contexte de développement urbain et touristique pesant. À cet égard, ils proposent un projet d’Opération Grand Site (première Opération Grand Site dans les DOM) sur la Pointe des Châteaux.

30La procédure d’Opération Grand Site est initiée, en 1979, par la DATAR et la MERU (Mission pour l’environnement rural et urbain ).Cette mesure s’applique aux sites classés confrontés à un problème d’entretien ou de fréquentation touristique, nécessitant une intervention efficace. Selon L. Legendre, « l’OGS a quatre objectifs : restaurer la qualité paysagère d’un site, déterminer une politique d’entretien, identifier une structure responsable pour la mise en action des programmes de valorisation et surtout favoriser le développement local. Pour pouvoir bénéficier d’une telle démarche, un site doit réunir un certain nombre de conditions préalables. Il doit être classé. Il doit aussi être reconnu comme un espace d’intérêt national, c’est-à-dire comme un paysage remarquable, symbolique, à forte portée culturelle. Il est également soumis à des périodes de fréquentation excessive, risquant de lui faire perdre ses caractéristiques esthétiques, naturelles ou patrimoniales. Mais il doit avant tout faire l’objet d’une volonté de réhabilitation soutenue par un large consensus local ».

31L’étude préalable du projet Grand Site sur la Pointe des Châteaux, commanditée par l’ONF et financée en partie par la DIREN, met en évidence un potentiel de développement touristique durable. Ce projet repose sur l’engagement des collectivités territoriales. Il tend à susciter une prise de conscience patrimoniale de la population locale, jusqu’alors peu encline à jouer le jeu de la protection. À ce titre, il associe politique de sensibilisation à l’environnement et développement local. La démarche vise au réaménagement du site pour :

  • assurer sa protection et son entretien ;

  • démêler la complexité de gestion due au retard en matière d’intervention dans les DFA et à la difficulté d’application nette des lois, eu égard aux spécificités foncières, juridiques et culturelles locales ;

  • élaborer un « produit touristique » de qualité sans hypothéquer la biodiversité, en régulant les flux touristiques et en jugulant la surfréquentation ;

  • ménager des retombées économiques aux niveaux local et régional.

32Cependant, pour une partie de la population de Saint-François, cette initiative se présente comme un moyen de contrôle, une contrainte réglementaire supplémentaire, visant à réduire les pratiques locales (pique-nique en famille le dimanche, squattérisation des cinquante pas géométriques). Par conséquent, de fortes revendications s’élèvent contre le projet. D’autres le considèrent, au contraire, comme une opportunité économique. La perspective d’aménagement d’un village artisanal dans le quartier Kahouanne suscite, notamment, de vifs intérêts. Le rapport de force généré par les oppositions de ces deux clans fait émerger le poids de la société civile dans la réalisation de l’OGS. Mais, à l’heure actuelle, l’inertie relative des partisans du projet et le fort engagement de ses détracteurs conduisent à un ralentissement de la procédure d’élaboration. Cet état de fait accentue non seulement le pouvoir des représentants de l’État mais encore les effets de la démarche descendante. Opérantes depuis 2003, les réalisations d’aménagements de l’OGS restent faibles : seuls un escalier et une table d’orientation ont été construits.

33La démarche est donc inverse au processus de patrimonialisation des Calanques. Ici, la prise de conscience en matière d’environnement et de gestion des zones naturelles se fait par les représentants de l’État qui tentent de mobiliser la société civile par l’intermédiaire de microprojets. Il s’agit d’aboutir à un processus de développement local, s’appuyant sur les activités traditionnelles et artisanales (tourisme vert, culture et découverte). Cependant sur ce site, le chevauchement des périmètres, la multiplicité des acteurs et la mauvaise gestion des portions littorales favorisent encore une anthropisation spontanée non maîtrisée. Ce processus conduit à une dégradation de l’environnement, avant tout liée à la surfréquentation et au manque d’encadrement.

Conclusion 

34Mettre en parallèle le site remarquable des Calanques et celui de la Pointe des Châteaux revient à comparer des démarches de protection qui se fondent sur les mêmes enjeux, les mêmes outils réglementaires et les mêmes acteurs. Il s’agit en effet, de lutter contre la pression urbaine et la surfréquentation touristique, en utilisant des mesures de protection similaires (sites inscrits, sites classés, ZNIEFF, etc.). Dans les deux cas, les représentants de l’État (DIREN, Conservatoire du Littoral, ONF) et les collectivités territoriales sont mobilisés. Mais, c’est bien le positionnement de la société civile et de ses représentants (associations) qui détermine le sens de la logique d’intervention. Ainsi, le massif des Calanques obéit à une dynamique ascendante, dans laquelle les collectivités territoriales prennent en considération les revendications de la société civile. À l’inverse, la Pointe des Châteaux est régie par une dynamique descendante, dans laquelle l’État demeure le seul garant de la sauvegarde du patrimoine naturel. Cette opposition de logique induit des perspectives de gestion et d’aménagement différentes. Le projet de parc national de 2e génération pour le massif des Calanques s’inscrit dans un processus de sanctuarisation du site fortement ancré dans le local. L’opération Grand Site, proposée par les représentants de l’État sur la Pointe des Châteaux, concilie les attentes locales en terme de développement touristique et la nécessité de préservation de l’environnement.

35Malgré leurs apparentes oppositions, ces deux exemples mettent en exergue le poids d’un acteur souvent sous-estimé dans le débat sur la gestion des espaces naturels. Au delà du rapport État/élus locaux, cette dernière dépend fortement de l’implication de la société civile dans la réalisation des projets.

Top of page

Bibliography

Catanzano J., Thebaud O., (1995), Le littoral pour une régulation des conflits d’usage, Programme national d’océanographie côtière, IFREMER, Paris, 149 p.

Diren Guadeloupe, (2001), Dossiers Espaces protégés, 35 p.

Diren Guadeloupe, (2002), Étude préalable à l’aménagement de la Pointe des Châteaux, Commune de St-François, Opération Grand Site, 143 p.

Gouye R., (1998), Les cinquante pas géométriques, origine et histoire d’un mythe, Desormeaux, Fort-de-France, 61 p.

Labande F., (2004), La Protection des Calanques, in Sauver la Montagne, Ed. Olizane, Genève, p. 246-252.

Massena-Gourc G. et Cloarec J., (1994), La protection à l’épreuve de la diversité des usages. Le massif des Calanques, in Etudes rurales, Littoraux en perspective, n°133-134, Ed. EHESS, Paris, p. 149-162.

mountain wilderness et union calanques littoral, (2000), Le Groupement d’Intérêt Public, un tremplin pour le parc national des Calanques ? Le milieu associatif répond, Actes du colloque du 29 janvier 2000 organisé à Marseille, Mountain Wilderness et Union Calanques Littoral, Marseille, 81 p.

Top of page

Annex

périmètres d’intervention et mesures de protection de deux sites naturels

Fig. 1 - Le massif des Calanques de Marseille-Cassis

Fig. 1 - Le massif des Calanques de Marseille-Cassis

Fig. 2 - La Pointe des Châteaux à Saint-François (Guadeloupe)

Fig. 2 - La Pointe des Châteaux à Saint-François (Guadeloupe)
Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Le massif des Calanques de Marseille-Cassis
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/339/img-1.png
File image/png, 58k
Title Fig. 2 - La Pointe des Châteaux à Saint-François (Guadeloupe)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/339/img-2.png
File image/png, 56k
Top of page

References

Electronic reference

Marie Goiffon and Jean-Noël CONSALES, « Le massif des Calanques (Marseille–Cassis) et la Pointe des Châteaux (Saint-François, Guadeloupe). », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 30 September 2008, connection on 25 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/339 ; DOI : 10.4000/mediterranee.339

Top of page

About the authors

Marie Goiffon

UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence.

Jean-Noël CONSALES

UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page