Skip to navigation – Site map

Le Parc naturel régional de Portofino en Ligurie

The regional natural park of Portofino
Mauro Spotorno
p. 47-52

Abstracts

The promontory of Portofino forms a rectangle, which reaches down to the Ligurian Sea on a 13-km coastal stretch. The culminating point of the ridge is Mt. Portofino (610 m). The eastern part of the park is under the direct influence of metropolitan Genoa, whereas the western part attracts mainly national and international tourists. Its protection since 1935 helps to explain why the Riviera real-estate boom spared the peninsula. The Portofino park proposal in 1995, then created in 2003, manifested the contradictions and difficulties of managing a natural site in the face of local opposition.

Top of page

Full text

Introduction

1La structure spatiale et les paysages sont des produits de l’histoire issus de combinaisons multiples de facteurs variables dans le temps et l’espace et marqués par des discontinuités. L’étude de leurs dynamiques doit donc intégrer, selon une approche systémique, les caractéristiques structurelles et fonctionnelles des réseaux matériels et immatériels sous-jacents à leur élaboration ainsi que les processus historiques, culturels et sociaux qui leur ont donné un sens.

2Les paysages de la Ligurie offrent une série de contrastes particulièrement importants non seulement entre le littoral et l’arrière-pays mais aussi à l’intérieur de chacune de ces zones. En effet, il est possible d’observer parfois la remontée des paysages littoraux ou du piémont dans des moyennes et hautes vallées de la Ligurie occidentale avec des structures agraires liées à l’olivier, ou au contraire la descente des paysages submontagneux jusqu’à la côte avec le châtaignier qui souvent se mélange avec l’olivier (Quaini, 1972). Le promontoire de Portofino correspond à l’une des zones où ce phénomème se manifeste particulièrement. Son patrimoine paysager complexe est le résultat d’un processus plurimillénaire de territorialisation avec des rythmes irréguliers comprenant de longues phases de stases, de soudaines accélérations et des changements brusques que l’on peut qualifier de « bifurcations ». C’est sans doute une phase de « bifurcation » que le promontoire de Portofino est actuellement en train de traverser. Relativement préservé en raison de sa situation géographique, il est partagé entre une partie orientale sous l’attraction de la métropole gênoise et une partie occidentale davantage sous l’influence du tourisme national et international. Le projet de Parc naturel régional de Portofino en 1995 puis sa création en 2003 ont mis en évidence les contradictions et les difficultés de gestion d’un grand site face à l’opposition de la population locale et une fréquentation touristique de masse.

1. La construction des paysages de la presqu’île de Portofino

3Le promontoire de Portofino forme un quadrilatère qui s’avance dans la mer de Ligurie avec un développement côtier de 13 km. Le point culminant de la dorsale atteint 610 mètres au mont Portofino. L’action érosive de la mer s’est exercée différemment selon les types de formation rencontrés. L’érosion marine a agi profondément sur les alternances de calcaires marneux, d’argilites, de marnes et de grès du versant nord entre la Punta Chiappa, le mont Portofino et la Punta della Cervera qui s’étendent de la partie occidentale à la partie orientale de la côte. Les conglomérats de la côte méridionale ont mieux résisté et forment des surplombs. La côte orientale, moins abrupte, se caractérise par une couverture détritique pluvio-colluviale et des amas d’éboulis, en grande partie aménagés en terrasses et cultivés (Brandolini, 1991). La position et l’orographie du promontoire de Portofino influencent son climat et sa végétation avec deux zones distinctes mais imbriquées : l’une typiquement méditerranéenne, avec un été chaud et un hiver doux sur une grande partie du versant méridional ; l’autre avec des températures hivernales plus basses, des précipitations plus abondantes sur le versant septentrional et avec de profondes digitations sur le versant méridional (Brandolini, 1991). Ainsi, on rencontre en des lieux très proches des essences de la forêt mixte mésophile, du maquis et de la garrigue méditerranéenne, ainsi le thym (tymus vulgaris), le pin d’Alep (pinus halepensis), l’arbousier (arbutus unedo), la lentisque (pistascia lentiscus), le charme noir (ostrya carpinifolia), le frêne (fraxinus ornus) et le châtaignier (castenea sativa). Si les conditions naturelles ont été prédisposantes, l’action de l’homme a été fondamentale.

4L’organisation du territoire remonte à la structure politique et militaire préromaine centrée sur les établissements des tribus ligures de Camogli et d’Uscio ainsi que sur la voie de communication reliant Camogli à Chiavari en passant derrière le promontoire. Mais jusqu’au xviiie siècle, une grande partie du transport de marchandises se faisait par cabotage d’où l’importance de petits ports bien protégés des vents dominants comme celui de Portofino. À cela s’ajoutent des installations militaires ou monastiques comme San Fruttuoso et San Gerolamo della Cervera pour contrôler les principales voies de communications, terrestres ou maritimes, qui pouvaient échapper au contrôle de Gênes (moins de 30 km). Néanmoins, la presqu’île de Portofino est restée relativement à l’écart des axes routiers de Chiavari à Gênes, d’où une meilleure préservation des paysages hérités par rapport au reste de l’aire métropolitaine dans laquelle elle se trouve aujourd’hui insérée.

5C’est vraisemblablement l’évêque de Gênes, Giovanni II, qui a installé, à la fin du xe siècle, la communauté de moines bénédictins à San Fruttuoso di Capodimonte suite à une phase de « reprise générale de la vie économique, sociale et religieuse de la ville » (Maiolino, 1979). Ils auraient construit des terrasses et développé la culture de l’olivier. La mise en valeur du promontoire fut alors subordonnée aux intérêts de l’abbaye bénédictine puis à ceux de la puissante famille gênoise des d’Oria, propriétaire à partir du xvie siècle. Ainsi, jusqu’au xixe siècle, sur la plus grande partie du mont Portofino, l’organisation spatiale féodale a été maintenue, excepté sur la propriété de Gerolamo Gnecco à Punta Chiappa. À proximité de l’abbaye et du hameau de San Fruttuoso étaient regroupés les jardins potagers, l’oliveraie et la vigne pour la consommation de la communauté monastique et des paysans employés aux travaux agricoles. Les versants du nord-est, issus de la désagrégation des argilites, des calcaires et des grès ont été aménagés en terrasses et plantés en oliviers. Ceux qui débouchaient dans la Cala dell’Oro étaient occupés par des pâturages pour les ovins. Les besoins en piquets ou tuteurs pour les cultures maraîchères et la vigne entraînèrent une sélection en faveur des espèces ayant une capacité de reproduction rapide comme le charme noir, le châtaignier et le frêne. Ce sont « les mêmes espèces que l’on trouve aujourd’hui dans les dépressions orientées à l’est et à l’ouest, généralement proches de la mer mais caractérisées par un climat frais et humide. Si l’abandon actuel persistait, le chêne vert, souverain déchu d’une grande partie de la côte ligure, recommencerait avec le temps à se répandre, réaffirmant, avec orgueil, son droit à dominer les lieux proches de la mer » (Martini, 1999, p.138).

6En dehors de cet espace, une agriculture dite de « villa », caractéristique de l’Est gênois, fondée sur la promiscuité entre l’habitat et les cultures s’imposa rapidement. Comme le notait Viviani, au début du xixe siècle, « loin de voir des maisons dans des villages, comme il est partout d’habitude, on voit un nombre prodigieux de maisons disséminées, presqu’à égale distance entre elles... chaque maison est l’habitation d’une famille qui a autour d’elle son propre terrain... (Quaini, 1972). En 1798-99, une enquête relevait que les productions étaient « l’huile, le vin, les fruits, quelques mûriers, les semences… [et que généralement] tout était mélangé dans la même bande de terrain » (Quaini, 1972). Cette organisation foncière se différencie de celle qui prédominait dans les autres territoires gênois, avec la diffusion précoce du minifundium, comme dans le sud-ouest ligure avec la monoculture de l’olivier ou les Cinque Terre avec la prépondérance de la vigne.

7À la fin du xixe siècle, un processus de profondes transformations est amorcé avec la dissolution de la grande propriété, sa transformation en une myriade de microfonds et la naissance du tourisme littoral, en particulier à Santa Margherita. Déjà à la fin du xviie siècle, Santa Margherita était devenue un lieu de villégiature pour de nombreuses familles gênoises, grâce à la douceur du climat et au charme des paysages. La renommée de la localité s’étend avec l’élargissement du cercle des familles nobles et aisées qui la fréquentaient. Mais c’est la liaison ferroviaire avec Gênes, intervenue en 1868, qui ouvrit la riviera orientale au tourisme de luxe, comme sur la riviera occidentale et la Côte d’Azur. Les premières résidences anglaises de villégiature apparaissent alors, comme celle des Herbert, des Brown, construites à Portofino et Paraggi, celle du riche entrepreneur gênois Guiseppe Costa, ainsi que les premiers luxueux hôtels comme le Splendido et l’hôtel de Portofino Vetta (Brandolini, 1991). Avec villas et grands hôtels, le tourisme de luxe transforme radicalement le paysage. Toutefois, malgré l’apparente ressemblance avec ce qui se passait sur la riviera occidentale, les touristes de la riviera orientale, bien qu’appartenant aux classes sociales élevées, étaient rarement d’origine aristocratique. C’étaient des bourgeois ou des commerçants italiens devenus riches durant la première phase de l’industrialisation, à la suite de l’unification italienne et de l’ouverture du canal de Suez, avec quelques familles allemandes, belges et suisses qui participaient au développement de la banque et de l’industrie italienne (Ugolini, 1996). Les transformations du paysage se poursuivent après la Première Guerre mondiale avec la construction de villas de style éclectique comme la villa Odero à Portofino ou la villa Florio-Sartori. Après la Deuxième Guerre mondiale, le tourisme de masse s’installe. Il est lié à la motorisation générale et à la construction des autoroutes reliant la côte aux centres urbains et industriels de la plaine padane. Les villas et les habitations plurifamiliales résidentielles prolifèrent. Toutefois, cette transformation touche essentiellement les communes de Camogli et de Santa Margherita, car la loi de 1935, créant l’organisme autonome du mont Portofino pour sauvegarder l’intégrité du paysage, a protégé la plus grande partie de la presqu’île de la fièvre immobilière.

2. Dynamiques socio-économiques de la presqu’île de Portofino

8La population du promontoire de Portofino est concentrée sur les marges septentrionales, à Camogli (5 516 habitants) et Santa Margherita (10 405 habitants) (tabl. 1). La presqu’île elle-même est très peu peuplée. Portofino ne regroupe que 529 habitants, Paraggi, 16 habitants et San Fruttuoso, petite fraction de Camogli, constituée de quelques maisons de pêcheurs et de l’abbaye bénédictine, n’a que 39 habitants. On l’atteint par bâteau ou par des sentiers raides. Avec les localités de Nozarego (22 habitants), Mortola (55 habitants) et l’habitat dispersé des zones de terrasses couvertes de vignes et d’oliviers des versants occidentaux et orientaux, on compte environ 1 200 habitants. Partout la dynamique démographique est négative, à l’image de celle de toute la Ligurie, avec un vieillissement prononcé de la population. Entre 1971 et 2001, la population de Camogli a diminué de 23,9 %  , celle de Santa Margherita de 11,7 %  et celle de Portofino de 41 %  .

Tabl. 1 - Évolution de la population entre 1861 et 2001

Communes

1861

1881

1901

1921

1951

1971

1991

2001

Camogli

8 224

10 325

8 854

7 662

9 046

7 253

6 033

5 516

Portofino

1 293

1 266

951

1 079

1 053

896

608

529

S.Margherita

7 245

8 620

7 259

8 750

10 755

11 787

11 077

10 405

Total

16 762

20 211

17 064

17 491

20 854

19 936

17 718

16 450

(Source : ISTAT)

9Au delà de ces caractéristiques communes, la population active des trois communes différe (tabl. 2). À Portofino, les actifs du secteur commercial et touristique représentent près de la moitié des actifs, tandis qu’à Santa Margherita ils n’en représentent qu’un peu plus d’un tiers et à Camogli à peine plus d’un quart. La part plus importante des femmes dans la population active à Portofino s’explique par l’importance des activités de service liées à la présence du tourisme de luxe. Quant au poids des actifs âgés de plus de 55 ans, près de deux fois supérieur à celui des autres communes, il est en relation également avec l’importance du secteur hôtelier et des services aux personnes.

Tabl. 2 - Structure de la population active ( %  des actifs selon l’âge)

Communes

14/24 ans

25/44 ans

45/55 ans

+ de 55 ans

Camogli

0,97

22,96

52,52

13,54

Portofino

1,19

20,55

53,75

24,51

S.Margherita

2,10

24,53

58,31

15,06

Total

1,70

23,86

59,52

14,92

(Source : ISTAT)

10Les migrations pendulaires vers Portofino et Santa Margherita illustrent également le poids de l’activité touristique (tabl. 3).

Tabl. 3 - Migrations pendulaires

Vers

De

Camogli

Chiavari

Portofino

Rapallo

S.Margherita

Autres

Total

Camogli

0

34

4

142

73

1 172

1 425

Chiavari

39

0

10

345

87

4 786

5 267

Portofino

0

7

0

23

25

30

85

Rapallo

98

356

80

0

767

2 853

4 154

S.Margherita

56

115

96

646

0

981

1 894

Autres

490

6 867

22

1 574

412

0

9 365

Total

683

7 379

212

2 730

1 364

9 822

22 190

(Source : ILRES)

11L’activité agricole n’a plus de rôle significatif pour l’économie locale. Les 302 exploitations n’occupent qu’une superficie totale de 403 hectares pour 217 hectares de SAU. La superficie moyenne des exploitations est donc de 1,34 hectare alors que pour la province elle est de 5,56 hectares. L’olivier est la culture dominante suivie de la vigne et des cultures maraîchères (tabl. 4).

Tabl. 4 - Exploitations et SAU

Nbre d’exploit.

Surface agricole totale

Surface agricole moyenne

S A U moyenne

S A U

Camogli

77

63,73

0,83

38,94

0,51

Portofino

28

114,62

4,09

20,32

0,73

S.Margherita

197

225,05

1,14

158,23

0,80

Total

302

403,4

1,34

217,49

0,72

(Source : ISTAT)

12Les trois communes de la presqu’île de Portofino ne forment pas une entité socio-économique homogène. Portofino et Santa Margherita sont des communes essentiellement touristiques tandis que Camogli, totalement dans l’orbite gênoise, est, surtout pour la péninsule, un centre d’échanges entre les divers modes de transport (routier, maritime et ferré...) permettant d’accéder aux sites touristiques.

3. Le parc et la réorganisation territoriale du promontoire de Portofino

13Depuis 1935, 1036 hectares bénéficiaient d’un régime particulier de tutelle avec l’organisme autonome du mont Portofino. Il s’agissait de protéger le paysage du risque possible de dégradation, conséquence de l’éventuelle ouverture d’une route côtière qui n’a jamais été réalisée. Dans le contexte de l’entre-deux-guerres, voué surtout à la sauvegarde ponctuelle des éléments paysagers et culturels les plus remarquables et dont la loi Bottai (1939) constitue le meilleur exemple, il ne fait aucun doute que l’organisme autonome du mont de Portofino a évité, dans la partie la plus méridionale du promontoire, la spéculation foncière et immobilière qui a sévi entre Santa Margherita et Rappalo et que l’on a appelé « rappalisation ».

14Au début des années 1970, les Régions à statut ordinaire acquièrent les prérogatives relatives à l’environnement et au territoire et vers la fin de la décennie, avec la progression de la prise de conscience environnentale, les initiatives législatives pour la protection des zones les plus intéressantes sur un plan environnemental se multiplient. Ainsi, la Région ligure approuve en 1977 la L.R. n°40 qui identifie 15 « systèmes » territoriaux susceptibles d’être protégés, parmi lesquels le mont Portofino. Elle prévoit également la suppression de l’organisme autonome du mont Portofino et le transfert des compétences à la Région. Neuf ans plus tard, avec la L.R. n° 32 de 1986, l’organisme régional du mont Portofino est créé. Il prend en compte deux zones d’intérêt environnemental : une « zone parc » avec une protection drastique et une « zone cadre » avec une protection plus souple. Dix ans plus tard, la Région de Ligurie, avec la L.R. n° 12 du 22 février 1995, prévoyait, dans le cadre d’une réorganisation des zones protégées, l’institution du parc naturel régional de Portofino. Son entrée en fonction était subordonnée à l’approbation du plan du parc par la Communauté des communes concernées et de la Région. La forte opposition des populations locales à la mise en service du parc aboutit, à la suite d’un conflit long et tendu, à la contraction de l’aire du parc qui passa des 4650 hectares prévus à 1055 hectares correspondant à l’aire de protection créée en 1935.

15Le plan approuvé en 2003 prévoit des zones caractérisées par différents objectifs de protection/développement aux réglementations différentes (fig. 1) :

  • A - La réserve intégrale de 58,68 hectares (6 % de la superficie du parc).

  • B - La « réserve à orientation naturaliste » (B1) et la « réserve à orientation forestière » (B2) qui s’étendent respectivement sur 355,47 hectares et 242,2 ha, soit plus de la moitié de la superficie du parc. Il s’agit dans ces zones d’« orienter scientifiquement l’évolution et la requalification des milieux naturels, sauvegardant la biodiversité » (normes exécutives du plan du parc).

  • C – La zone de protection qui comprend les collines occupées par l’agriculture même si l’activité agricole est aujourd’hui abandonnée (C1) et les secteurs de villas et jardins (C2).

  • D – La zone de développement avec les marines et les hameaux ruraux (D1) sur 19,38 ha et les centres historiques (D2) sur 12,65 ha. L’objectif est de maintenir l’habitat dans le respect de la qualité, de l’identité paysagère et culturelle des lieux et d’assurer le développement des activités économiques (services, tourisme, artisanat...) compatibles avec les finalités du parc.

fig. 1 - Plan du parc naturel régional de Portofino

fig. 1 - Plan du parc naturel régional de Portofino

4. Des problèmes non résolus

16Un des principaux problèmes rencontrés est l’acceptation du parc par les acteurs locaux et leur participation à ses objectifs. Cette difficulté est commune à beaucoup de parcs naturels, mais ici elle a été renforcée par la lenteur de la procédure de constitution du parc et la complexité du cadre normatif. L’accent a été mis sur les aspects naturalistes sans toujours tenir compte des aspects économiques et culturels orientés vers un tourisme de nature différent de celui des zones protégées de montagne et sans se préoccuper des groupes d’acteurs sociaux du territoire. Or, la pression touristique sur cette bande côtière est un aspect essentiel qui induit la spécificité du parc.

17Sur le plan de l’accessibilité, la situation est apparemment contradictoire. Le parc est proche en distance/temps non seulement de la métropole gênoise, mais aussi des principaux centres émetteurs de touristes de l’Italie du Nord, de la Suisse et de l’Allemagne. Cependant, si Camogli et Santa Margherita sont desservis par le chemin de fer, la première est concernée presque exclusivement par des liaisons locales et la seconde n’est que rarement touchée par des liaisons ferroviaires à grande distance et grande vitesse (trains IC, EC et ES). Les sorties d’autoroute de Recco et Rapallo se situent à 10/13 km du départ des sentiers pédestres, si on excepte Portofino qui est desservi par la route. Mais au printemps et en été, les routes nationales qui relient le réseau autoroutier aux portes du parc sont complètement saturées et les aires de parking sont nettement sous dimensionnées. En haute saison, toutes les localités touristiques sont accessibles par bâteau. Mais malgré ces liaisons, l’accessibilité de la péninsule reste difficile. Un sondage indique que près d’un quart des personnes interrogées estiment l’accès au parc « coûteux et insuffisamment desservi par des autobus publics ». Cette carence arrive en première position des problèmes que connait le parc, suivi de l’absence de pistes cyclables (17 %  des personnes interrogées). Par ailleurs, l’importance du « parking sauvage » est incompatible avec la protection de la zone et perturbe les conditions de vie de la population résidente.

18La pression touristique sur le grand site naturel de la presqu’île de Portofino est considérable. Elle a été calculée à partir de quatre indicateurs : la pression exercée par les structures d’accueil (PA) et le nombre de nuitées touristiques (PT) par rapport à la surface de la commune, l’estimation du nombre maximal de touristes (1,8 touriste par chambre) (PMA) et le nombre de nuitées (PTR) par rapport à la population résidente. On constate que la moyenne des indicateurs des communes du parc est proche de celle de Menton (tabl. 5).

Tabl. 5 - Indices de pression touristique

PA

PT

PMA

PTR

Camogli

1,42

3,95

0,65

0,36

Portofino

1,70

4,19

1,64

1,31

S.Margherita

2,02

4,48

1,25

0,89

Total

1,80

4,28

1,08

0,74

Menton

1,96

4,43

1,10

0,75

PA : log (chambres / surface de la commune)
PT : log (nuitées / surface de la commune)
PMA log (chambres*1,8* 100  / population résidente)
PTR : log (nuitées * 100/ population résidente)

19Selon les sondages réalisés par le parc, Portofino reçoit environ 1 300 touristes par jour férié au printemps par voie maritime auxquels s’ajoutent un nombre encore plus élevé arrivant par la route en bus ou en voitures et des randonneurs provenant de San Fruttuoso. Les randonneurs convergent tous vers San Fruttuoso, si bien que certains jours on compte plusieurs milliers de personnes sur quelques hectares, ce qui pose des problèmes d’hygiène et de propreté des lieux.

20L’importance de la pression touristique nécessite la collaboration des divers acteurs sociaux pour la mise en oeuvre des objectifs infrastructurels prévus dans le plan selon une politique inspirée du WTO (World Tourism Organization) : «If a community has the right type of resources, it may be the opportunity to develop tourism which can bring substantial benefits to the community and its residents. To succeed, tourism in the community must be planned and managed to improve the quality of life of residents and to protect the local, natural and cultural environment. Protecting the environment and achieving successful tourism development are inseparable» (WTO, 1993, p. 3), mais qui n’a pas encore trouvé d’application.

Top of page

Bibliography

Balletti F., (dir.), (2002), Portofino. Un parco come laboratorio di ricerca e progetto, Genova, De Ferrari & Devega.

Brandolini P., (1991), Osservazioni sul promontorio di Portofino nell’ambito dei « sistemi di aree di interesse nauturalistico-ambientale » in Liguria, Studi e Ricerche di Geografia, XIV, p. 121-138.

Brandolini P., (1995), Modificazioni della fascia costiera compresa tra Portofino e Zoagli (Liguria orientale) a seguito dello sviluppo turistico, Memorie Geografiche della Rivista Geografica Italiana, n.s. 1, p. 243-252.

Colla L., (2005), Sistemi turistici locali. Analisi delle risorse, strutture e organizzazione sul territorio, Savona, CCIAA - Savona.

Cortesogno L., Palenzona A., (1986), Le nostre Rocce. Le rocce della Liguria. Riconoscerle e capirne la storia, Genova, SAGEP.

Giuliani M.C., S. Margherita e Portofino. Appunti di geografia urbana, Annali di Ricerche e Studi di Geografia, XV, p. 216-247.

ILRES, (1994), Progetto Turismo 2000. Proposte per il Piano Turistico Regionale, (document de travail) Genova.

ILRES, (1996), Quadro di riferimento socio-economico dell’area protetta di Portofino, (document de travail), Genova.

Laboratorio Territoriale per l’Educazione Ambientale del Parco di Portofino, (2003), Progetto Monitoraggio dei visitatori nel Parco di Portofino. Modulo A, Ente Parco di Portofino.

Martini E., (1999), Tra l’Algeria e l’Austria, dans Regione Liguria, Ufficio Parchi e Aree Protette, Il libro dei parchi della Liguria, Genova, Regione Liguria, p.138.

Maiolino T. M., (1979), Diocesi di Genova, in Aa. Vv. Liguria monastica. Italia Benedettina, Vol.II, Centro Storico Benedettino Italiano, Cesena.

Mazzino E., (1959), La tutela del promontorio di Portofino, dans Actes du Colloque « Convenzione difesa paesaggio ligure », Chiavari, Az. Sogg. Tur.

Quaini M., (1972), Per la storia del paesaggio agrario in Liguria, Savona, CCIAA.

Regione Liguria, (1986), Il Piano paesistico del Monte di Portofino (1958), Urbanistica Informazioni, Dossier n° 2.

Regione Liguria, (1996), Ufficio parchi e riserve naturali, I riferimenti normativi (per il Parco del Monte di Portofino), Genova.

Regione Liguria, Dipartimento Pianificazione Territoriale e Paesistica Ambientale, Ufficio Parchi e Aree Protette, (2002), Dossier parco di Portofino, Genova.

Rota M. P., La copertura vegetale della Liguria costiera. Dalla antropizzazione alla rinaturalizzazione, in Aa. Vv. La Liguria e il mare, Publ. Ist. Sc. Geogr. Fac. Mag. Univ. Genova, XLV, p. 125-145.

Rotta A., (2002), Per una storia del territorio-parco, in F. Balletti (dir.), Portofino. Un parco come laboratorio di ricerca e progetto, Genova, De Ferrari & Devega.

Ugolini G.M., (1996), Turismo, valori ambientali e organizzazione del territorio: il caso della Liguria, Genova, Collana di studi dell’Istituto di Geografia Economica e di Economia dei Trasporti, Università di Genova.

Varani N., Spotorno M., Primi A., (2000), Turismo e metodologie di indagine quantitative. Studio comparato su Corsica, Costa Azzurra e Liguria, Memorie Geografiche della Rivista Geografica Italiana, n.s. 3, p. 79-148.

WTO, (1993), Sustainable Tourism Development: Guide for Local Planners, Madrid, WTO, p. 3.

Top of page

List of illustrations

Title fig. 1 - Plan du parc naturel régional de Portofino
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/342/img-1.png
File image/png, 24k
Top of page

References

Electronic reference

Mauro Spotorno, « Le Parc naturel régional de Portofino en Ligurie », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 01 October 2008, connection on 23 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/342 ; DOI : 10.4000/mediterranee.342

Top of page

About the author

Mauro Spotorno

Università degli studi di Genova (Italie) - DISS GELL.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page