Skip to navigation – Site map

Si loin si proche : le Vésuve et ses environs

So far so near: Vesuvius and its surroundings
Brice Gruet
p. 53-63

Abstracts

La Somma-Vesuvius is a volcanic massif as famous as it is complex in its relationship with the rest of Campania. This article broaches this complexity in environment, tourism and territory, three aspects which come back to the themes of natural hazards, tourism, and agricultural development. Presence of hazards has certainly moulded customs and practices over the centuries, but the rise of tourism has brought a notable change in its image. The recent creation of the Vesuvius Park has brought together local agricultural initiatives. However, in a region marked by a recent and uncontrolled urban growth, antagonisms and development contrasts have complicated their implementation.

Top of page

Full text

  • 1 - Je tiens à remercier ici Rosella Nave, de l’Osservatorio Vesuviano, Adriana Nave, du Parc Nationa (...)

1Le Vésuve est, de l’aveu des Napolitains eux-mêmes, le volcan probablement le plus fameux du monde. C’est aussi l’un des plus étudiés, d’autant plus qu’il se trouve dans une région fortement peuplée et depuis une haute antiquité. C’est l’une des raisons pour lesquelles la documentation disponible est plus qu’abondante, même si tous les thèmes relatifs au volcan ne sont ni représentés de façon égale, ni toujours étudiés autant qu’ils le devraient. Cependant, je voudrais essayer de présenter de la façon la plus simple possible, les différents enjeux et les caractéristiques d’un territoire singulier à maints égards1 (fig. 1 = Pl VI h.t.).

  • 2 - Le Parco Nazionale del Vesuvio est dirigé par un conseil et un président. Celui-ci, depuis peu, d (...)

2Dans la très longue histoire du territoire campanien, ancienne Campania felix chère à Pline l’Ancien, la création du Parco Nazionale del Vesuvio en 1995 apparaît comme un élément extrêmement récent et les actuels gestionnaires du parc se sont donné pour tâche d’intégrer le plus fortement possible le parc dans son contexte régional. Cela passe bien entendu par la mise en place de tout un arsenal communicationnel. Or, c’est souvent dans les messages adressés au plus grand nombre qu’apparaissent des traits révélateurs de tendances profondes à l’œuvre dans un espace donné. J’aimerais donc partir du plus accessible, c’est-à-dire du logo du parc et du slogan choisi par son actuel président, Amilcare Troiano(2), parce qu’ils me semblent symptomatiques de la situation paradoxale du Vésuve dans la région métropolitaine de Naples.

Fig. 1 - Image satellitaire de la région de Naples.

Fig. 1 - Image satellitaire de la région de Naples.

En rouge, le couvert végétal. Au centre, l’édifice volcanique du Somma-Vésuve.

Cliché réalisé le 26 septembre 2000 par le satellite ASTER. Source : NASA

Un logo et un slogan pour qui, pour quoi ?

3Dans toutes les publications distribuées par le parc apparaît le slogan suivant : Un volcano da rispettare, una montagna da amare (un volcan à respecter, une montagne à aimer), et son logo illustre la plupart des documents, en particulier le site web du parc (fig. 2 = Pl. VI h.t.).

Fig. 2 - Logotype du parc national du Vésuve.

Fig. 2 - Logotype du parc national du Vésuve.

Source : Ente Parco Nazionale del Vesuvio.

4Ces deux messages ne manquent pas de soulever plusieurs paradoxes. Respecter un volcan, c’est une manière pour le moins étonnante de considérer une entité géomorphologique qui elle ne respecte pas spécialement les habitants de la région lorsqu’il y a éruption, au contraire. Et il y a déjà un début de personnification dans cette formule puisque respecter signifie à la fois respecter certes un lieu, c’est-à-dire éviter de le dégrader, mais cela signifie aussi respecter un personnage ombrageux, susceptible d’entrer en colère, ou doté d’une certaine autorité. De nombreux textes, parfois très anciens, ont recours à cette analogie entre les colères humaines et celles de la terre (ou du ciel, c’est selon). Le retournement entre le volcan à respecter et la population censée le faire est donc assez troublant.

5Aimer la montagne, voilà une autre formule étrange, tout au moins si l’on prend cette phrase sur le long terme. En effet, pendant longtemps, la montagne a été un repoussoir, un type de lieu éventuellement à exploiter, mais certainement pas à apprécier sur un plan strictement esthétique. Cette sensibilité est une donnée relativement neuve dans notre culture, et cela mérite d’être souligné.

6La question de la nature du paysage volcanique se pose donc avec force, et c’est là qu’intervient le logo du parc. Cette silhouette à peine esquissée rappelle pour tout Italien le profil si caractéristique du Somma-Vésuve, avec ses deux arrondis majestueux. Mais, dernier paradoxe, cette silhouette si fameuse n’est visible que depuis Naples, et encore depuis un point bien précis de la ville, en général le Pausilippe, un lieu élevé. L’affection des Napolitains pour « leur » volcan est en tout cas toute récente elle aussi et toute relative, car elle tient en bonne partie à l’accalmie du volcan depuis peu. Mais c’est un fait, le volcan est reconnu de loin, depuis la ville qu’il menace le moins, alors que la silhouette du Somma-Vésuve change complètement lorsque l’on s’en rapproche. C’est pourtant ce profil vu de Naples, lorsqu’on arrive par le nord, qui a été choisi pour représenter le parc. Les touristes ne viennent-ils pas de loin justement pour voir cela ?

7Ces trois assertions nous placent donc devant trois ensembles thématiques en forte interaction les uns avec les autres, mais elles me permettent de distribuer ainsi le sens de ma progression : d’abord, le problème de la raison de la présence humaine si forte auprès d’un volcan situé au cœur d’une région marquée par une très forte sismicité. La logique voudrait que la région restât déserte, mais la réalité contredit totalement cette logique : la région de Naples est une aire métropolitaine très densément peuplée. Ensuite, le paysage du Vésuve, si célèbre et si présent, recouvre des enjeux à la fois esthétiques et historiques très importants qui contribuent à créer une très forte identité locale. Enfin, la création du parc a relancé et en même temps cristallisé les diverses tendances à l’œuvre depuis des décennies voire des siècles et elle a aussi aiguisé les oppositions, les rivalités et les contradictions de cette région.

1. La Campanie, un territoire en suspens

1.1. Pourquoi une région métropolitaine ici ?

8La Campanie est l’une des régions d’Europe anthropisées depuis le plus longtemps, car les traces d’occupation remontent au moins jusqu’à l’Épipaléolithique, voire au-delà. Autrement dit, l’ancienneté du peuplement fait de ce territoire, a priori si dangereux, un foyer de peuplement majeur de l’aire méditerranéenne. On peut alors légitimement se demander pourquoi et surtout comment une aire soumise à autant d’aléas volcano-sismiques peut en même temps connaître un peuplement si important, si continu et si ancien (fig. 3 = Pl. VI h.t.).

Fig. 3 - Carte montrant l’occurrence des événements sismiques dans la région de Naples

Fig. 3 - Carte montrant l’occurrence des événements sismiques dans la région de Naples

On voit bien que Naples est littéralement entourée de deux zones extrêmement actives : le Vésuve et les Champs Phlégréens.

Source : Sistema Informativo Sismotettonico della Regione Campania, Osservatorio Vesuviano.

  • 3 - Les sols sont en effet riches en potasse.

9La réponse vient en partie du sol : les terres agricoles de Campanie sont réputées depuis l’Antiquité pour leur fertilité, et les textes de Pline l’Ancien l’attestent, tout comme ceux d’autres auteurs tel Strabon. Et cette fertilité provient en bonne partie du complexe volcanique du Somma-Vésuve3. On trouve là par conséquent un lien inextricable entre population, territoire, fertilité et danger. Ce n’est pas une situation inédite à la surface du globe, mais on peut considérer que la région napolitaine l’illustre de manière exemplaire.

  • 4 - Source : ISTAT, 2001.
  • 5 - Idem.

10La région métropolitaine de Naples compte 3 059 196 habitants, derrière Rome (3 700 424) et Milan (3 707 210(4)). Cependant, les densités font ressortir des contrastes beaucoup plus spectaculaires : si on considère les villes seules, Naples connaît une densité de 8 566 hab/km2, beaucoup plus forte par conséquent que celles de Milan (6 900) ou Rome bien sûr (1 981). Avec les provinces, le contraste éclate avec encore plus de force : la province de Naples a une densité de 3 154 hab/km2, contre 1 868 pour Milan et 691 pour Rome5. Le bâti dans la province de Naples est particulièrement dense alors qu’il s’agit d’une région les plus dangereuses au monde en terme de sismicité. Mais il semblerait que ce problème n’ait jamais suffi à décourager l’implantation humaine dans ces parages, tout au contraire : dès la fin de la République, le golfe de Naples est connu pour être un lieu de villégiature très apprécié de l’élite romaine et la plaine est elle-même réputée pour la qualité et la variété de ses productions agricoles.

  • 6 - C’est-à-dire le découpage du sol selon des règles cadastrales précises.

11La centuriation(6), est du reste mise en œuvre très tôt dans la région, mais elle reste localisée autour du Vésuve : les fortes pentes découragent en général les entreprises d’arpentage et ce sont donc les plaines qui vont d’abord être découpées en lot. Cependant, comme nous le verrons par la suite, la viticulture sur les flancs du Somma-Vésuve remonte à l’Antiquité. Les qualités pédoclimatiques exceptionnelles couplées à un attrait certain du lieu semblent donc avoir été toujours assez forts pour garantir un peuplement continuel de la région, mais la situation actuelle est préoccupante car en cas de réveil du Vésuve ou encore de séisme violent, le désastre sur les plans humain et matériel serait épouvantable.

1.2. Les imparfaites mémoires du danger

12On peut alors se demander de quelle façon les populations locales se sont accommodées de ces aléas destructeurs. J’ai eu l’occasion, dans une autre étude (Gruet, 2003), d’aborder ce problème, et je voudrais simplement ici rappeler brièvement les conclusions : les sociétés anciennes ont toujours, semble-t-il, opéré une sorte de calcul entre le danger encouru et le bénéfice potentiel engendré par une situation donnée. C’est-à-dire que les populations de la Campanie ont toujours voulu d’abord profiter de la qualité du site, de ses sols, de l’ensoleillement. La catastrophe engendrée par un séisme (a priori ubiquitaire) ou une éruption volcanique (et ici non seulement le Somma-Vésuve, mais aussi les Champs Phlégréens sont à prendre en considération…), a toujours été tempérée par ce calcul collectif du risque, empreint d’un très fort pragmatisme et d’une attitude face à la mort radicalement différente de la nôtre. Si un événement catastrophique peut affecter partiellement une génération, (par exemple Pompéi), le bénéfice général qu’en tirent beaucoup d’autres générations semble suffisant pour assurer une présence continuelle sur le sol campanien et même vésuvien.

13Depuis une vingtaine d’années, la notion de risque a totalement bouleversé la perception du danger chez les populations locales, et cette altération n’est pas sans lien avec la montée en puissance des concepts de principe de précaution, de sécurité, et de contrôle accru des dangers multiples liés au simple fait de vivre sur terre. La Protection Civile italienne a ainsi délimité la « zona rossa » afin de mieux évaluer et connaître les risques encourus par les populations locales.

14Elle correspond à un habitat très dense et à des habitudes de vie peu soucieuses du « risque » représenté par les Champs Phlégréens ou le Somma-Vésuve, les vues les plus imprenables se trouvant sur les flancs-même des divers volcans de la région, et du Vésuve en particulier. On trouve donc nombre de villas parfois (souvent ?) construites dans des conditions de légalité douteuse en regard des dispositions de la Protection Civile, mais flatteuses pour leurs propriétaires. On estime à environ 600 000 la population vivant dans cette zone rouge, sachant qu’elle recouvre des localités peuplées depuis l’Antiquité et qui, pour les raisons évoquées précédemment, n’ont qu’un sentiment très diffus de la menace. Mélangé à une forme de fatalisme, cela aboutit au refus pur et simple de quitter les lieux.

15La tendance démographique des communes immédiatement en contact avec le volcan semble pourtant indiquer la volonté chez certains de quitter les zones les plus incertaines (tabl. 1). Mais la région a dû en réalité proposer une forte contrepartie financière, répartie entre les différentes communes circumvésuviennes.

Tabl. 1 - Population résidente dans les communes autour du Vésuve en 1991 et 2001

Communes

1991

2001

Boscoreale

29411

27618

Boscotrecase

11255

10638

Cercola

19356

18876

Ercolano

58254

56738

Massa di Somma

6036

5908

Ottaviano

23307

22670

Pollena Trocchia

13134

13326

Pompei

26143

25751

Portici

62106

60218

San Giorgio a Cremano

60357

50763

San Giuseppe Vesuviano

26838

24531

San Sebastiano al Vesuvio

10323

9849

Sant’Anastasia

28908

28023

Somma Vesuviana

32429

33261

Terzigno

15789

15870

Torre Annunziata

47659

48011

Torre del Greco

95665

90607

Trecase

9886

9179

Source : Istat. En gras, les communes qui ont vu leur population augmenter entre les deux recensements.

  • 7 - La gestion des détritus est semble-t-il contrôlée par la Camorra, pègre locale très puissante en (...)

16Ces dispositions se heurtent néanmoins à des habitudes anciennes plutôt oublieuses de la légalité en général : l’abusivismo, c’est-à-dire l’abusivisme, un comportement qui consiste à user de quelque chose (en l’occurrence, un espace donné), de manière illégale et qui est largement répandu dans la région (on estime à environ 45 000 les constructions ou implantations illégales dans le parc). Le parc du Vésuve a lui-même mis en place une politique de destruction de ces immeubles, carrières ou décharges 7 illégaux, mais les responsables du parc avouent ne même pas avoir les moyens financiers pour mener cette politique à bien. On s’en tient donc à des opérations exemplaires, en attendant d’éduquer la population à des pratiques plus respectueuses du droit et de l’environnement (tabl. 2).

Tabl. 2 - Tableau récapitulant les ordonnances émises par le Parc à l’encontre des abus commis entre 1997 et 2002

1997

1998

1999

2000

2001*

2002

Boscoreale

0

0

1

10

1

2

Boscotrecase

16

28

7

8

3

17

Ercolano

3

6

46

13

2

14

Massa di Somma

8

8

6

0

0

7

Ottaviano

3

9

10

8

10

7

Pollena- Trocchia

1

0

1

0

1

7

S.Anastasia

2

8

13

3

1

1

S.Giuseppe V.

4

11

10

2

0

6

S.Sebastiano al V.

3

5

12

1

1

4

Somma-Vesuviana

28

17

41

22

10

22

Terzigno

10

21

41

19

14

31

Torre del Greco

10

21

20

31

16

21

Trecase

1

0

6

5

8

14

TOTAL

89

134

214

122

67

143

*dernière ordonnance le 17 août.

Source : Ente Nazionale Parco del Vesuvio.

17Cette apparente indifférence des habitants des environs du Vésuve à se plier à une loi pourtant favorable à leur protection ne peut se comprendre me semble-t-il que dans la perspective d’une histoire des représentations, car ce fait ne me paraît pas lié à l’ignorance mais plutôt à une forme de pragmatisme de plus en plus étranger à l’évolution de la culture des États occidentaux actuels : on trouve peut être là une sorte de ligne de front culturel entre cultures vernaculaires et cultures nationales ou étatiques. Un glissement semble pourtant se faire jour, car les campagnes de préventions auprès des écoles des communes autour du Vésuve entreprises conjointement par le parc et la Région Campanie feraient naître chez les plus jeunes un sentiment paradoxalement irrationnel de peur du fait d’une meilleure connaissance des processus géophysiques à l’œuvre dans le sous-sol campanien (fig. 4).

Fig. 4 - Répartition des communes de la « zone rouge » autour du Vésuve

Fig. 4 - Répartition des communes de la « zone rouge » autour du Vésuve

Source : Protezione Civile.

1.3. Les géants, les démons et les saints

18Dans l’Antiquité, on sait bien que les séismes sont l’œuvre de forces colossales, même si la nature et la quantité d’énergie dégagée échappent à l’entendement des naturalistes tels Sénèque ou Lucrèce. Toutefois, avec le sens de l’allégorie si typique des Anciens, on a coutume de considérer ces phénomènes comme engendrés par des créatures punies des dieux, les Géants, placés par les récits mythiques dans les profondeurs du sous-sol que l’on imagine volontiers parcouru de tunnels et cavités immenses, propices à la circulation de vents souterrains responsables des secousses sismiques ou encore des éruptions volcaniques. De surcroît, ces deux représentations, anthropisées si l’on veut ou naturalistes, ne s’excluent nullement l’une l’autre, mais peuvent au contraire se mêler afin de proposer un modèle explicatif plus complet ou plus satisfaisant. Ce qui choque notre souci de cohérence ne déroutait nullement les Anciens et la coexistence de diverses théories ne remettait pas nécessairement en cause leur bien-fondé ou leur utilité sociale.

19Cette causalité païenne si l’on peut dire se superpose même, dès le début de l’époque chrétienne, à une téléologie nouvelle issue du monothéisme, et c’est ici qu’apparaît une figure majeure de l’imaginaire collectif napolitain, Saint Janvier, martyr local très vite promu au rang de saint tutélaire de la cité de Naples et de toutes les communes des environs du Vésuve. Cette figure, extraordinairement populaire jusqu’à aujourd’hui, met en branle un imaginaire de la faute et de l’expiation collective certes typiquement chrétien, mais dont les délinéaments se retrouvent déjà à l’époque de Pline le Jeune. Le désastre n’arriverait point par hasard, mais bien plutôt par la volonté divine de punir ou de mettre en garde, selon l’intensité de l’événement.

20Souvent terrifiantes, les éruptions du Vésuve poussent les habitants à repentance, et les gravures représentant le saint intercédant auprès de la nature marâtre afin de la calmer, nature elle-même subjuguée par l’ire divine, montrent bien ce mélange de terreur et d’espoir à l’œuvre chez les Napolitains. Mais cet imaginaire de la faute et de la punition se trouve altéré par les périodes d’accalmie relative du volcan : à ce propos, l’époque médiévale centrale laisse oublier le caractère menaçant du volcan ; ce qui demeure, c’est l’image infernale du Vésuve qui, chez certains écrivains ecclésiastiques, devient le parangon de l’enfer, où le cratère engloutit les méchants et avertit les autres de l’imminence du jugement.

21Ces tendances, tracées à grands traits, pourraient faire rire si elles n’avaient pas également une remarquable efficacité sur le plan de ce que l’on pourrait appeler une véritable mémoire collective de la région par rapport à ses dangers coutumiers : en effet, les processions annuelles de Saint Janvier sont là pour rappeler, au moins de manière anecdotique, le danger potentiel représenté par le volcan et ses manifestations destructrices. Autrement dit, ces différentes croyances, à défaut de donner une explication satisfaisante pour la raison, en donnent assez pour le cœur, ou tout au moins pour se rappeler au jour le jour le danger de vivre si proche de l’expression des forces de la nature.

1.4. Déroutants désastres

22Les éruptions volcaniques renforcent le caractère ambiguë de la région, à la fois pourvoyeuse et preneuse de vies, car les cendres, lapilli et autres scories rejetés par le volcan opèrent un changement radical qui presque toujours étonne les habitants eux-mêmes : ces cendres, si elles recouvrent les champs et détruisent les récoltes, renouvellent en même temps la fertilité des pentes et des plaines de la région. C’est un paradoxe (un de plus) souvent relevé par les visiteurs et observateurs (notamment par Cassiodore, au vie siècle). On se demande ce que ces événements à la fois catastrophiques et bénéfiques peuvent bien signifier.

23La Campanie reste une grande région agricole en Italie. Les cultures fruitières dominent sur les flancs du Vésuve (60%), suivies par les cultures maraîchères (13%), la vigne (15%) (delle Donne, p.65) et les agrumes, les olives puis les céréales, bien plus présentes dans la plaine. Ces cultures prennent la forme de champs de légumes complantés d’arbres fruitiers tels les citronniers ou encore de la vigne. La tendance actuelle semble être à un certain émiettement des exploitations et à un morcellement de celles-ci (delle Donne, p.61) ; en effet, les grandes exploitations, seules capables de résister à la très forte concurrence des marchés ont fortement diminué autour du Vésuve ces dernières années, laissant les petits exploitants, souvent à temps partiel, gérer des terres en contact direct avec la conurbation. Autant dire que l’agriculture, dans cette région, est en forte concurrence avec l’urbanisation, et les terrains agricoles deviennent souvent des terrains bâtis du fait du peu d’intérêt que représente dorénavant l’agriculture pour les habitants des localités circumvésuviennes. Entre 1960 et 1990, l’agriculture a perdu 36 500 hectares, soit 40% de la superficie totale (delle Donne, p.63).

24Différentes unités paysagères se succèdent du pied de la pente jusqu’au volcan à proprement parler ; si la plaine littorale est très densément construite, sans réelle solution de continuité depuis Naples, on voit rapidement décroître le nombre de constructions au profit de villas ou d’hôtels plus ou moins légaux et de champs ou de jardins et vignobles de plus en plus clairsemés, jusqu’à l’apparition de la végétation originale du parc, maquis méditerranéen, pins d’Alep et pins maritimes. Au-delà de 250 mètres d’altitude, les habitations commencent à disparaître et c’est la silhouette si particulière du Somma-Vésuve qui émerge, paysage familier, voire banal, mais qui est en fait le fruit d’une longue et lente maturation paysagère.

2. Le Somma-Vésuve, une surprenante invention paysagère

2.1. Une montagne… seulement ?

  • 8 - Les parchi letterari sont en général créés dans des lieux fréquentés par des écrivains qui ont ai (...)

25Pour comprendre comment le Somma-Vésuve a pu devenir cette espèce de monument paysager si connu, il est nécessaire de remonter le temps afin d’appréhender quels sont les différents éléments à l’origine de la structuration de ce qu’il serait loisible d’appeler un géosymbole d’une très grande force tant pour les habitants eux-mêmes que pour les visiteurs de la région. La force d’évocation du Vésuve est telle qu’un parco letterario a même été créé afin de bien mettre en valeur la production littéraire sollicitée par le volcan depuis l’Antiquité8. On pourrait même dire, à la suite de Jean Gottmann, que le Vésuve est bel et bien constitutif de l’iconographie napolitaine, car il est impossible d’entrer dans la moindre boutique, le moindre café, la moindre pizzeria, sans voir accrochées au mur une ou plusieurs vues du massif volcanique ou de la baie de Naples dans son ensemble couronnée par la silhouette imposante du volcan…

26On peut considérer que la charge affective liée à cette présence pourtant menaçante correspond à une appropriation territoriale extraordinairement puissante de la part de la population, même si ceux qui se dénomment eux-mêmes i Vesuviani (les Vésuviens), c’est-à-dire ceux qui habitent dans les communes environnant le volcan, ressentent beaucoup plus intensément l’aspect dangereux du volcan que les Napolitains à proprement parler. Le Vésuve est donc un géosymbole au sens où il oriente la valeur paysagère de la région tout entière et parce qu’il résume et permet à lui seul d’identifier la région pour ses habitants mais aussi pour le reste du monde. Le volcan existe alors autant pour les locaux que pour les visiteurs, mais certainement pas selon les mêmes modalités.

27Pour en revenir au slogan choisi pour le parc, la montagne et le volcan alimentent des imaginaires sensiblement différents qui ont remarquablement conflué dans le cas du Vésuve pour ne plus former qu’une seule entité paysagère, chargée d’une ambiguïté certaine. Cette confluence d’imaginaires différents s’est traduite de façon parfois surprenante. N’oublions pas que jusque vers le xviiie siècle, la montagne est globalement vécue comme milieu répulsif et constitue au mieux un arrière-plan aux activités humaines, ou un réservoir de ressources d’accès périlleux : la montagne n’est jamais ou presque représentée pour elle-même dans les fresques pompéiennes et l’esthétique de la montagne reste pendant longtemps encore inexistante. Cependant le Vésuve est une montagne différente et son activité volcanique va lui faire traverser les siècles de façon tout à fait remarquable.

2.2. La vigne et le feu

28À l’époque Romaine, le Vésuve n’est qu’une montagne, mais elle est associée au vin car des vignes y sont cultivées en abondance semble-t-il ; la Campanie exporte son vin dans l’ensemble du monde romain (fig. 5 = Pl. VII h.t.). Une fresque, à présent conservée au musée archéologique de Naples, montre ce qui serait le Somma-Vésuve planté de vignes cultivées sur espalier, très en hauteur, comme c’est encore le cas actuellement. Le personnage recouvert de grains de raisins placé à côté du volcan est Bacchus, dieu du vin et de l’ivresse sacrée. La montagne se retrouve donc ici associée à l’abondance, la jovialité, la fécondité. Rien d’inquiétant ni d’hostile dans cette vision plutôt bucolique. Au contraire, la montagne est au moins jusqu’à mi-pente un territoire accueillant et favorable à l’agriculture.

Fig.5 - Fresque de la Maison du Centenaire représentant sans doute le mont Somma avant l’éruption de 79

Fig.5 - Fresque de la Maison du Centenaire représentant sans doute le mont Somma avant l’éruption de 79

La montagne est mise en valeur par les vignes qui en couvrent les flancs.

29Tout change en 79 avec l’éruption explosive du Vésuve. Le paysage est bouleversé, les cours de certaines rivières sont déformés, plusieurs villes sont rayées de la carte en quelques heures. Le traumatisme est d’autant plus fort que nul ne pouvait s’attendre à un tel déchaînement. Pour plusieurs siècles, le Vésuve est menaçant et dangereux, ce qui reste toutefois insuffisant pour dissuader les habitants de revenir vivre dans ses environs. Le Moyen Âge l’oublie complètement du fait de l’inactivité du volcan pendant cette période. Rien de très notable n’attire l’attention des habitants de la région jusque vers le xvie siècle. La viticulture a repris, et la Campanie demeure une grande région agricole.

30Au début de l’époque Moderne, le Vésuve est encore assoupi, mais les Champs Phlégréens, à l’ouest de Naples, donnent naissance en 1538 au Monte Nuovo qui, lui, ravive les souvenirs littéraires des lettres de Pline le Jeune à propos du Vésuve. On assiste ainsi à la mise en place d’un subtil réseau de lieux communs et de citations, littéraires ou non, autour d’un volcan apparemment éteint mais connu pour ses dangers passés. Cependant, le « paysage volcanique » n’a pas encore d’existence propre.

2.3. À l’âge Moderne, une curiosité renouvelée

31La grande éruption de 1631 bouleverse la donne et fait entrer le Vésuve dans l’actualité napolitaine et européenne comme jamais auparavant. Capitale d’un royaume puissant et prospère, Naples assiste à l’entrée en éruption de ce que l’on savait confusément être une « montagne ardente », mais l’intérêt des naturalistes, déjà avivé avec l’éruption du Monte Nuovo, trouve avec le Vésuve un champ d’expression et d’investigation inespéré. L’effort du rationalisme européen naissant pour faire entrer les phénomènes naturels dans un cadre d’explication satisfaisant et surtout libre de toute cause surnaturelle se traduit par l’émergence de nouvelles conventions graphiques plus en accord avec les attentes du monde scientifique de l’époque. Surtout, l’on se rend sur place pour observer soi-même les phénomènes, et cette attitude nouvelle, apparue au début du xvie siècle, va aller en s’accentuant. L’observation directe des éruptions aura bientôt ses héros et ses martyrs. Le volcan commence alors à connaître une véritable existence graphique, à travers dessins, gravures et même peintures. Elle correspond à l’émergence d’une mise en paysage de différents territoires européens (et en particulier les villes) au même moment (fig. 6).

Fig. 6 - Gravure contemporaine de l’éruption de 1631 mettant en valeur le saint local, Gennaro

Fig. 6 - Gravure contemporaine de l’éruption de 1631 mettant en valeur le saint local, Gennaro

Détail de l’œuvre de Gregorio Carafa, 1632.

32Le Vésuve devient très vite l’un des volcans les plus étudiés au monde, et la tendance, amorcée au xviie siècle, va s’accentuer au siècle suivant. L’intérêt renouvelé pour les merveilles de la Nature va progressivement faire glisser les études consacrés au Vésuve de la pure curiosité scientifique à quelque chose d’autre, d’ordre esthétique, encore informulé à l’orée du siècle des Lumières, mais bientôt clarifié et comme révélé par de nouvelles théories esthétiques. En effet, les théories du Sublime, notamment mises en forme par Burke et Kant (Beck, 2004) laissent s’exprimer une nouvelle sensibilité envers la Nature propre à faire d’une entité comme le Vésuve l’élément fort d’un paysage côtier en plein devenir comme celui de Naples.

33La riviera napolitaine est célèbre depuis l’Antiquité pour le luxe de ses villas, toutes bâties entre la côte et le volcan. On peut même assurer que la villégiature s’est inventée là dès l’Antiquité, mais le paysage n’était pas vraiment marqué par le Vésuve, on ne le recherchait pas spécialement : les attraits de la mer l’emportaient de loin. Avec l’essor des vues du Vésuve et ses éruptions, il devient de bon ton pour l’aristocratie européenne de s’approcher au plus près de ces visions terrifiantes et délectables tout à la fois. Le sublime se trouve tout entier dans ce mélange de terreur et de fascination, parfois fatal lorsque ces villas de grand luxe étaient détruites par une éruption.

2.4. Une question de point de vue

34Ainsi le paysage du Vésuve apparaît-il de plus en plus comme constitutif de l’identité des Napolitains, et le regard extérieur, celui des premiers touristes comme des savants, joue comme souvent un rôle important dans cette genèse. Les peintres s’emparent peu à peu du sujet et créent de toutes pièces la vue napolitaine par excellence, en général prise depuis les hauteurs, du côté du Château Saint-Elme ou encore du Pausilippe, c’est-à-dire à l’ouest de l’édifice volcanique. Peu à peu, la vision devient canonique et finit par s’identifier à la ville elle-même. C’est un exemple de ce que l’on pourrait appeler l’iconification d’un lieu, et elle a si bien réussi que la vue du Vésuve semble être devenue aujourd’hui d’une remarquable banalité (fig. 7 = Pl VII h.t.)

Fig. 7 - Volaire, Éruption du Vésuve, seconde moitié du XVIIIe siècle

Fig. 7 - Volaire, Éruption du Vésuve, seconde moitié du XVIIIe siècle

La rencontre du clair de lune et de la fureur du volcan est un véritable lieu commun esthétique que l’on retrouve chez bien d’autres artistes du temps.

2.5. Du « vésuvisme » au paysage consommé

35Le paysage du Vésuve existe donc en tant que tel depuis la fin du xviiie siècle environ, et cette évolution confirme assez bien les théories d’A. Roger (1999) sur l’artialisation. Elle va continuer et même correspondre à une certaine monumentalisation corrélative au développement du tourisme urbain au xixe siècle. Les peintres qui prennent pour thème le Vésuve en éruption ou non développent ainsi ce que l’on a appelé le « vésuvisme », véritable vogue d’abord réservée à l’aristocratie européenne en quête de sensations fortes, puis popularisée par le biais des moyens de reproduction mécaniques des œuvres d’art (fig. 8).

36Cette banalisation du paysage vésuvien va se poursuivre tout au long du xxe siècle et va connaître de multiples avatars : tableaux, cartes postales, T-shirts, etc., mais la transformation sans doute la plus inattendue, à l’heure où l’on parle de consommation de paysage est certainement le lancement, vers le début des années 1990, par le fameux chocolatier napolitain Gay-Odin du chocolat judicieusement baptisé Vesuvio, friandise désormais éponyme du volcan, et qui fige le double épaulement du massif volcanique dans une perspective toute napolitaine. On peut donc littéralement déguster un paysage et l’on retrouve ainsi une singulière façon de se rassurer à propos d’une entité encore inquiétante. La boucle semble ainsi bouclée de la terreur au délice en passant par l’indifférence et tout semble en place pour l’entrée en scène du parc naturel.

Fig. 8 - Lithogravure du début du XIXe siècle présentant les monuments essentiels de Naples

Fig. 8 - Lithogravure du début du XIXe siècle présentant les monuments essentiels de Naples

Le Vésuve y est placé au cœur et se trouve ainsi mis au même plan que les véritables monuments de la ville.

3. Le Parc naturel national du Vésuve, un tard-venu

3.1. Un parc sur un volcan, une gageure ?

37On aura compris que la création d’un parc naturel dans une région si fortement anthropisée relève bel et bien du pari. Le Parc national du Vésuve est pourtant né en 1995, à la suite d’une longue liste de créations de parcs régionaux ou nationaux (Palmentieri, 2001). Le parc du Vésuve est l’un des derniers à avoir été créés, et sa superficie très réduite (8 482 hectares), le classe sans conteste au dernier rang des espaces naturels protégés en Italie. Cependant, cela ne présume guère de son intérêt car une partie du parc a été déclarée Réserve mondiale de la biosphère par le programme MAB de l’UNESCO, ce qui légitime un peu plus l’existence de ce parc immergé dans une région métropolitaine de première grandeur.

38L’origine des parcs italiens remonte assez loin puisque les premières dispositions légales relatives au patrimoine et aux espaces naturels datent de 1909. Le parc du Vésuve arrive donc dans un contexte juridique déjà complexe et fortement développé. Sa création n’est pas isolée car en 1994, le Parc du Gran Sasso est créé, ainsi que quatre autres parcs nationaux. L’originalité du parc du Vésuve est sa petite taille, sa position, et surtout son caractère volcanique. Il y a donc quelques contradictions, au moins apparentes, entre la nature de l’espace à protéger et la protection elle-même. Mais les dirigeants du parc semblent travailler à résorber ou, à tout le moins assumer cet antagonisme. La délimitation de la réserve du MAB est intéressante, car elle ne coïncide pas exactement avec celle du parc. De superficie plus vaste (13 550 hectares), elle englobe, du côté du littoral, les ville et le site de Pompéi, en somme de grands sites historiques et touristiques. Cela est riche de sens quant au caractère du parc : la réserve a été créée en même temps que le parc, et elle a été insérée dans le réseau MAB-UNESCO en 1997 en tant que cultural landscape, l’une appuyant l’autre en quelque sorte. Cette réserve n’est donc pas strictement naturelle. Elle correspond à une région extrêmement peuplée depuis fort longtemps et avec Pompéi inclus dans le périmètre, l’orientation historique et patrimoniale de la zone est patente, mais cela pose le problème de la définition du parc et de ses finalités (fig. 9).

Fig. 9 - Plan du Parc national du Vésuve

Fig. 9 - Plan du Parc national du Vésuve

Les deux zones correspondent au découpage classique. La zone 1 recouvre des zones agricoles, la zone 2 est la zone d’exclusion.

Source : Ente Parco Nazionale

39Il est parfaitement clair, si l’on se reporte à la documentation émise par l’Ente Parco, que la volonté des acteurs locaux est de promouvoir un parc « intégré », c’est-à-dire un espace partagé par des populations diverses mais surtout un espace de production. Si les parties les plus élevées du massif volcanique sont difficilement accessibles, le reste est soumis à une pression humaine extrêmement forte, et le contexte social est très tendu avec des taux de chômage d’environ 40% dans la plupart des communes. Les enjeux humains, fonciers et écologiques sont donc d’une importance cruciale non seulement pour la zone du parc mais aussi pour la Campanie, voire au-delà.

40Si l’on parcourt la route depuis Ercolano jusqu’à l’entrée du parc et les approches de l’Osservatorio vesuviano, situé au sud-ouest du massif, on constate la raréfaction progressive des maisons, en général dotée d’un jardin où l’on cultive vigne, citrons et autres cultures maraîchères en complantage. Puis, on voit encore de loin en loin de grandes bâtisses, des pensions, hôtels et restaurants. Ensuite, les forêts de pins maritimes et le maquis méditerranéen apparaissent. La limite des 250 mètres d’altitude correspond à la fin des constructions. Les chaos de blocs de lave encore vierges de toute végétation surgissent un peu partout. Les bords de la route sont partout jonchés de détritus et parsemés de nombreuses décharges sauvages, illustrant la faible conscience « écologique » des habitants des environs. On peut alors apprécier l’effort d’éducation à l’environnement qui reste à accomplir, non seulement auprès des visiteurs du parc, mais surtout auprès des habitants eux-mêmes (fig. 10 a, b, c et d = Pl. VII h.t.)).

  • 9 - « Viene istituito al fine di conservare le specie animali e vegetali, le associazioni vegetali e (...)

41Si l’on suit les déclarations du parc sur son rôle, on peut notamment lire : « [le parc] est institué afin de conserver les espèces animales et végétales, les associations végétales et forestières, les singularités géologiques, les formations paléontologiques, les communautés biologiques, les biotopes, les valeurs scéniques et panoramiques, les processus naturels, les équilibres hydrauliques et hydrogéologiques, les équilibres écologiques du territoire du Vésuve. Les finalités comprennent également l’application de méthodes de gestion et de restauration environnementale adéquates pour réaliser une intégration entre l’homme et l’environnement naturel, grâce à la sauvegarde des valeurs anthropologiques, archéologiques, historiques et architecturales, des activités agro-sylvo-pastorales et traditionnelles et des activités d’éducation, de formation et de recherche scientifique, interdisciplinaire, et aussi des activités récréatives compatibles ; à la défense et à la reconstitution des équilibres hydrauliques et hydrogéologiques(9) ».

42Ainsi le texte confronte un peu laborieusement les réalités « naturelles » et « humaines », dans le souci de prendre en compte l’ensemble de la région au patrimoine naturel fortement dégradé. Quant aux « singularités géologiques », sachant qu’elles peuvent se transformer à des échelles de temps historiques, on peut s’interroger sur la pertinence d’un tel genre de protection. Il est vrai que, si on considère l’existence des carrières sauvages, une telle préoccupation retrouve sa raison d’être.

43Les réalités paysagères contredisent fortement l’image idyllique d’un parc naturel hors de toute atteinte humaine. Il semblerait plutôt que cette vision soit comme un but idéal à atteindre, mais les moyens mis en oeuvre hypothèquent fortement cette volonté. Toutefois, le vocabulaire relatif à l’espace du parc révèle une nouvelle sensibilité paysagère, un peu trouble mais significative elle aussi de certaines contradictions de notre société.

Fig.10 a-b-c- et d - Début du parcours vers le parc

Fig.10 a-b-c- et d - Début du parcours vers le parc

Clichés B. Gruet, 2005 et © Ente Parco Nazionale del Vesuvio.

3.2. Une nouvelle phraséologie environnementale

44Si dans les années 1970 l’écologie était une forme de contestation considérée par les dirigeants de l’époque comme anecdotique et donc négligeable, les années 1990 ont vu l’écologie devenir assez vite une véritable force politique. La prise en compte du développement durable et de l’« éco-compatibilité » font partie du politiquement correct.

45La cause semble entendue mais dans quel contexte ? Sans vouloir entrer dans des considérations par trop générales, on sait à quel point l’écologie procède d’une forme de naïveté à l’égard de la « nature » plus souvent fantasmée que connue dans ses véritables rapports avec les êtres humains. Par ailleurs, celle-ci se heurte à la logique économique de la société de consommation, réalité toujours indépassable en dépit de toutes les tentatives.

46Il n’est donc pas bien risqué d’affirmer que les discours sur la réconciliation homme-nature sont de peu d’effets, et correspondent davantage à une nouvelle phraséologie exprimant notre malaise face à des situations environnementales fortement dégradées comme l’est la région de Naples. Le parc du Vésuve n’échappe pas, à mon avis, à ce problème, mais les solutions proposées ne manquent tout de même pas d’intérêt. La seule volonté de modérer les atteintes causées à l’écosystème très particulier du volcan lui-même est en soi intéressante, mais ses modalités sont plus difficiles à saisir. Par exemple, ce qui est appelé ingegneria naturalistica, que l’on pourrait traduire par « ingénierie naturaliste » soit un procédé qui rendrait la nature plus vraie que nature, soulève bien des doutes.

47Il s’agit des aménagements nécessaires pour assurer la sécurité et l’accès aux visiteurs du parc : sentiers, rambardes, remblais, etc. On comprend très bien leur but, mais la manière dont ces aménagements sont désignés et réalisés laisse songeur : on veut préserver la nature mais en ce cas, le moindre aménagement humain est une atteinte à l’intégrité naturelle d’un site. Alors, à moins de changer d’approche, l’impasse semble totale. Elle n’est cependant pas propre au Vésuve. On parle même de rinaturazione, littéralement « renaturation », ce qui me semble particulièrement révélateur de l’imbroglio induit par le discours écologiste : « renaturer » la nature, n’est-ce pas tout compte fait la jardiner ? On voit vraiment à quelle point la position de l’homme et son action dans le contexte des parcs « naturels » sont troubles, chargées de culpabilité et d’embarras. Le Vésuve en est d’autant mieux révélateur qu’il s’agit d’un paysage approprié depuis longtemps mais perturbé depuis quelques décennies seulement. C’est donc bien dans le contexte d’un développement effréné de l’urbanisation et des transports de masse de l’après Seconde Guerre mondiale que sont apparus les problèmes actuels.

3.3. Le parc, une nouvelle donne touristique ?

48Le parc du Vésuve tend donc à devenir un acteur un peu paradoxal mais d’importance pour le développement local (fig. 11 a et b). Dans une région en difficulté sur le plan économique, la mise en place du parc peut passer pour une aubaine. Pourtant, les effets induits semblent encore mitigés.

49Deux ensemble territoriaux distincts s’opposent : les communes littorales saturées et celles de l’intérieur beaucoup moins peuplées bien que de fondation beaucoup plus ancienne du fait que les éruptions récentes du Vésuve se sont presque toutes faites vers le littoral, détruisant à chaque fois les établissements humains présents. Toutefois, le patrimoine culturel et architectural de l’ensemble des communes est réellement remarquable. Les traditions conservées par les localités vésuviennes sont très riches et relativement peu connues. Tout pourrait donc laisser croire qu’un fort développement touristique serait possible.

  • 10 - Source : Ente Parco Nazionale.

50Les chiffres des visiteurs, dans les 13 communes autour du Vésuve, montrent une augmentation sensible de la fréquentation entre 1991 et 1998, mais les flux concernés restent modestes. On passe ainsi de 87 768 touristes italiens en 1991 à 121 554 en 1998, et pour les étrangers, de 11 378 à 22 866 (10), ce qui est fort peu comparé au nombre de visiteurs de sites comme Pompéi qui enregistre en moyenne 2 500 000 visiteurs par an pour la période considérée (delle Donne, 2002, p.77). L’ouverture du parc, en 1995, n’a eu aucune répercussion visible sur la fréquentation de l’aire étudiée.

51Si on considère le temps moyen passé par les touristes dans la région, il est de 1,67 jour pour les Italiens et de 2,38 pour les étrangers. Il s’agit donc d’un tourisme « de passage », lié aux grands tours organisés mais sans rapport avec un tourisme véritablement consacré à la région elle-même. Cette tendance est renforcée par la pauvreté de l’offre hôtelière, qui reste chroniquement insuffisante. On peut alors se demander quelle forme de tourisme, en rapport avec le parc, peut se développer dans la région ? La réponse peut provenir du parc à condition que celui-ci sache impulser un nouvel élan à un ensemble communal fragile, fragmenté et marqué par des problèmes de pauvreté, de chômage et diverses formes de criminalité, en rapport plus ou moins direct avec la métropole, Naples, pour faire connaître les richesses naturelles et humaines d’un ensemble exceptionnel même s’il est fortement dégradé en certains secteurs.

Fig. 11 a et b - Sentier aménagé à l’intérieur du parc.

Fig. 11 a et b - Sentier aménagé à l’intérieur du parc.

Clichés : Ente Parco Nazionale

3.4. Papillons, renards… et tomates

52En 1991, lors de l’avant-dernier recensement, le taux moyen de chômage dans la plupart des communes autour du Vésuve dépassait 40% en moyenne. Au recensement de 2001 il n’est plus que de 28%. Les autorités de l’État, relayées par le parc, ont mis en place, depuis 2001, différentes aides financières qui visent à développer des activités comme « l’agriculture, le tourisme, l’agro-industrie, les services » (Plinio, 2001). Ces orientations correspondent à de réelles possibilités et le parc a lancé un certain nombre d’initiatives appuyées par la Région pour mettre en valeur les différentes spécificités du Somma-Vésuve et ses environs.

  • 11 - Denominazione d’Origine Controllata et Denominazione d’Origine Protetta.

53La faune et la flore sauvages, si elles ne constituent pas, par définition, des ressources directement exploitables, restent un point d’attraction important pour un tourisme respectueux de l’environnement, ce qui implique des visiteurs en petit nombre. Le parc abrite plus de 600 espèces végétales et de très nombreuses espèces d’oiseaux (plus de 140), de papillons, de mammifères dont certaines sont menacées. L’existence du parc pourrait se justifier ne serait-ce que pour la préservation de ces espèces, mais la vision d’un parc intégré induit également une mise en valeur des ressources agricoles traditionnelles. Ainsi les produits agricoles de qualité, DOC et DOP(11), sont-ils mis à l’honneur avec un label spécial Parco del Vesuvio. Si leur visibilité est encore loin d’être suffisante, ces produits constituent un patrimoine agraire de premier ordre souvent d’origine ancienne qui était sur le point d’être oublié ou supplanté : vin Lacryma Christi fait à partir de cépages originaux comme le Coda di Volpe (queue de renard), abricots du Vésuve, tomates telles le pomodoro del piennelo del Vesuvio et le pomodoro san Marzano, huile d’olive, fromages… Un opuscule récemment édité par un consortium d’associations (ERSAC, TESS, Patto del Territorio, Slow Food), intitulé le passeggiate del gusto (les promenades du goût), permet de se faire une idée assez précise des produits et de la façon dont les localités concernées espèrent les mettre en valeur. Itinéraires, recettes, historique et descriptions des denrées dessinent les contours d’un agrotourisme assez bien senti mais encore très peu développé. Cependant, c’est certainement une chance pour des terroirs et territoires assez pauvres et dont les agriculteurs avaient du mal à suivre les évolutions des marchés des produits agricoles de masse.

54Cette agriculture de terroir renoue avec une « tradition » un peu hypothétique mais en même temps palpable par le biais d’un ensemble de coutumes et de valeurs encore très présentes dans les communes vésuviennes. Le parc tente donc d’assumer un (timide) rôle fédérateur dans une région soumise à de très fortes contraintes.

Conclusion : les ambiguïtés et les espoirs d’un parc en pleine région métropolitaine

55Même si le parc est un tard-venu plaqué sur des réalités spatiales complexes, on peut tout de même considérer son existence autrement que comme une décision cosmétique. Les effets concrets sont sans doute lents à se faire sentir, mais l’idée de gestion intégrée du territoire concerné par le Somma-Vésuve n’est certainement pas creuse. La vigne et le vin produit sur les flancs du Vésuve sont après tout là pour témoigner de la volonté de pérennité de toute une population fortement attachée à son territoire et capable à travers bien des vicissitudes de s’adapter aux réalités parfois dramatiques d’un massif volcanique parmi les plus actifs au monde.

56L’existence du parc fait au moins partiellement rempart au saccage environnemental engendré par un développement urbain quasiment incontrôlé depuis plus de quarante ans. Alors, même si cette barrière institutionnelle semble factice et dérisoire, elle joue certainement un rôle important pour faire prendre conscience de l’existence d’enjeux vitaux pour la population locale. La présence du risque volcanologique complique un peu plus la situation, mais l’optimisme semble prévaloir. Avoir un volcan en « repos actif » ne semble pas, après tout, constituer un frein à la mise en valeur raisonnée d’un site qui cultive depuis déjà plusieurs millénaires une certaine forme d’ambiguïté spatiale. Il aurait été étonnant que l’institution chargée de gérer ce site échappât elle-même à cette ambivalence…

Top of page

Bibliography

Alboré-Livadie C., (1994), Les portes de l’Enfer, in Naples, le paradis et les diables, sous la dir. de C. Vallat, collection Autrement, mars 1994, p. 152-164.

Beck E., (2004), Le « vésuvisme » : images du Vésuve à Naples dans la seconde moitié du xviiie siècle, in Mémoire du volcan et modernité, actes du colloque international organisé à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, 16-18 octobre 2001, édité par D. Bertrand, H. Champion, Paris, p. 251-264.

delle Donne B., (2002), Le aree parco sistemi locali per lo sviluppo sostenibile. Il Parco nazionale del Vesuvio e il Parco regionale dei Campi Flegrei, Un quaderno per l’ambiente, n°7, Associazione italiana insegnanti di geografia, sezione Campania, Naples, p. 77.

Gruet B., (2003), La notion de risque dans les sociétés anciennes : l’exemple de la Campanie, in The Mediterranean World environment and history, edited by E. Fouache, Elsevier, p. 295-303.

Magazine Plinio, (2001), n°6, décembre, éd. Parco nazionale del Vesuvio.

Roger A., (1999), Court traité du paysage, Gallimard, Paris.

Palmentieri S., (2001), Il Parco Nazionale del Vesuvio. Risorse e prospettive, Un quaderno per l’ambiente, n°6, Associazione italiana insegnanti di geografia, sezione Campania, Naples, tabl. n°1, p. 22.

Top of page

Notes

1 - Je tiens à remercier ici Rosella Nave, de l’Osservatorio Vesuviano, Adriana Nave, du Parc National du Vésuve, Barbara delle Donne, du département de géographie de l’université de Naples et Veronica Formisano du Parco Letterario del Vesuvio pour leur aide et leur gentillesse.

2 - Le Parco Nazionale del Vesuvio est dirigé par un conseil et un président. Celui-ci, depuis peu, doit posséder une certaine expérience dans la gestion des parcs naturels et être sans rapport avec les autres institutions régionales, ce qui n’était pas le cas dans les premières années d’existence du parc

3 - Les sols sont en effet riches en potasse.

4 - Source : ISTAT, 2001.

5 - Idem.

6 - C’est-à-dire le découpage du sol selon des règles cadastrales précises.

7 - La gestion des détritus est semble-t-il contrôlée par la Camorra, pègre locale très puissante en Campanie.

8 - Les parchi letterari sont en général créés dans des lieux fréquentés par des écrivains qui ont ainsi conféré un certain intérêt à un espace auparavant indifférencié. Le parco letterario del Vesuvio obéit à un schéma inverse : la puissance du lieu a suscité l’écriture qui a modelé à son tour le paysage, depuis la littérature naturaliste jusqu’à de véritables romans.

9 - « Viene istituito al fine di conservare le specie animali e vegetali, le associazioni vegetali e forestali, le singolarità geologiche, le formazioni paleontologiche, le comunità biologiche, i biotopi, i valori scenici e panoramici, i processi naturali, gli equilibri idraulici e idrogeologici, gli equilibri ecologici del territorio vesuviano. Le finalità comprendono anche l’applicazione di metodi di gestione o di restauro ambientale idonei a realizzare una integrazione tra uomo e ambiente naturale, mediante la salvaguardia dei valori antropologici, archeologici, storici e architettonici e delle attività agro-silvo-pastorali e tradizionali; alla promozione di attività di educazione, di formazione e di ricerca scientifica, anche interdisciplinare, nonché di attività ricreative compatibili; alla difesa e ricostituzione degli equilibri idraulici e idrogeologici. » Source : Ente Parco Nazionale del Vesuvio, site web.

10 - Source : Ente Parco Nazionale.

11 - Denominazione d’Origine Controllata et Denominazione d’Origine Protetta.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Image satellitaire de la région de Naples.
Caption En rouge, le couvert végétal. Au centre, l’édifice volcanique du Somma-Vésuve.
Credits Cliché réalisé le 26 septembre 2000 par le satellite ASTER. Source : NASA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 2 - Logotype du parc national du Vésuve.
Credits Source : Ente Parco Nazionale del Vesuvio.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig. 3 - Carte montrant l’occurrence des événements sismiques dans la région de Naples
Caption On voit bien que Naples est littéralement entourée de deux zones extrêmement actives : le Vésuve et les Champs Phlégréens.
Credits Source : Sistema Informativo Sismotettonico della Regione Campania, Osservatorio Vesuviano.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-3.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 4 - Répartition des communes de la « zone rouge » autour du Vésuve
Credits Source : Protezione Civile.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-4.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig.5 - Fresque de la Maison du Centenaire représentant sans doute le mont Somma avant l’éruption de 79
Caption La montagne est mise en valeur par les vignes qui en couvrent les flancs.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-5.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 6 - Gravure contemporaine de l’éruption de 1631 mettant en valeur le saint local, Gennaro
Caption Détail de l’œuvre de Gregorio Carafa, 1632.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-6.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig. 7 - Volaire, Éruption du Vésuve, seconde moitié du XVIIIe siècle
Caption La rencontre du clair de lune et de la fureur du volcan est un véritable lieu commun esthétique que l’on retrouve chez bien d’autres artistes du temps.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-7.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig. 8 - Lithogravure du début du XIXe siècle présentant les monuments essentiels de Naples
Caption Le Vésuve y est placé au cœur et se trouve ainsi mis au même plan que les véritables monuments de la ville.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-8.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 9 - Plan du Parc national du Vésuve
Caption Les deux zones correspondent au découpage classique. La zone 1 recouvre des zones agricoles, la zone 2 est la zone d’exclusion.
Credits Source : Ente Parco Nazionale
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-9.png
File image/png, 14k
Title Fig.10 a-b-c- et d - Début du parcours vers le parc
Credits Clichés B. Gruet, 2005 et © Ente Parco Nazionale del Vesuvio.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-10.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig. 11 a et b - Sentier aménagé à l’intérieur du parc.
Credits Clichés : Ente Parco Nazionale
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/344/img-11.jpg
File image/jpeg, 74k
Top of page

References

Electronic reference

Brice Gruet, « Si loin si proche : le Vésuve et ses environs », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 01 October 2008, connection on 25 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/344 ; DOI : 10.4000/mediterranee.344

Top of page

About the author

Brice Gruet

Docteur en géographie, Université de Picardie Jules Verne, Département de géographie et histoire, Amiens. brice.gruet@laposte.net

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page