Skip to navigation – Site map

Les politiques de la Nature et la métropolisation en Europe du sud : cas du littoral de l’Andalousie atlantique et de l’Algarve

Policies of nature and metropolization in southern Europe: the case of the coastline of Atlantic Andalusia and the Algarve
Nacima Baron-Yelles
p. 65-72

Abstracts

Abstract - The creation and management of protected areas at this southwest extremity of Europe has had the ecological task of safeguarding and enhancing threatened habitats and wildlife, but also strategies for tourism and urban development. Since entrance into the European Union, protected areas in Spain and Portugal are included in statutory plans to foster multisectorial policies. The article discusses the ecological network of fifteen wetlands scattered along the coastline and the relationship between those areas and the urbanization process. Protected areas play an important role at the local and regional levels. The suburban environment of Faro on the Algarve coast provides the local example of how the natural landscape affects the urban form. At the regional level, the banks of the Lower Guadiana are used as a tool for interregional integration and growth policies in a zone where the European Union has encouraged a big development project.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Portugal, Espagne, Andalousie, Algarve
Top of page

Author's notes

Remerciements aux membres de l’équipe PRODIG qui ont participé à l’Aide à projet nouveau CNRS de 2001 à 2002 autour du parc naturel de la ria Formosa, sous la direction de Frédéric Bertrand, aux agents du parc naturel de la ria Formosa et de la réserve naturelle du sapal de Castro Marim et de Vila Real de Santo Antonio, ainsi qu’au service Environnement de la Junta de Andalucia et aux enseignants de l’Université de Séville et de Huelva.

Full text

Introduction

1Entre le cap Saint Vincent et Gibraltar, les rivages des provinces d’Algarve et d’Andalousie occidentale (Costa de la Luz) constituent une «fin de terre» relativement éloignée des grands centres européens. Cette situation périphérique rend peu visible une véritable mutation territoriale, amorcée depuis l’entrée de cette zone dans le marché commun européen. En moins de deux décennies, les revenus du tourisme balnéaire et de l’agriculture intensive ont entraîné un décollage métropolitain renforcé par le désenclavement autoroutier et ferroviaire. De part et d’autre de la frontière luso-espagnole, les villes de Cadix, Séville, Huelva et Faro forment le premier niveau d’un réseau urbain très structuré, appuyé sur un dense semis de ports, de villes et de stations touristiques côtières. Les espaces intermédiaires entre les zones urbanisées sont occupés par des aires protégées (une quinzaine au total) répondant à des appellations variables : parcs, réserves, ou sanctuaires d’oiseaux migrateurs. Ce second réseau d’espaces naturels s’articule autour du parc national de Doñana.

2Ces zones humides, marais, lagunes, complexes estuariens ont été protégés pour leur grande qualité paysagère et leur rôle de sanctuaires pour la flore, mais aussi pour l’avifaune. Mais pourquoi la mise en protection intervient-elle précisément aujourd’hui, au moment du décollage urbain de la région ? Mon hypothèse est que le développement des aires protégées éclaire certaines modalités de la croissance métropolitaine de ce midi européen. Ainsi, ces espaces protégés ne résultent pas seulement de l’imposition de lois coercitives d’aménagement côtier, ils constituent un des éléments spécifiques du processus de transformation de l’ensemble du territoire, villes et campagnes comprises. Aussi, après avoir dressé une typologie des relations des espaces naturels avec les différents pôles urbains, on éclairera deux dimensions principales du couple ville - espace naturel : d’une part, le rôle de la nature dans le processus actuel d’urbanisation et, d’autre part, la place des espaces naturels dans les nouvelles orientations de la planification régionale.

1. Villes et espaces naturels sur le littoral du golfe de Cadix : des relations multiples

1.1. Les aires protégées littorales du golfe de Cadix

3De part et d’autre du Guadiana, les rivages de la côte andalouse et la côte d’Algarve présentent, sur 250 kilomètres, une série de formations littorales sédimentaires où alternent les côtes sableuses, les estuaires (comme ceux du rio Guadalquivir ou du rio Odiel), les baies (comme la baie de Cadix) et les lagunes (comme celle de la ria Formosa). Le développement d’un réseau d’aires protégées y est véritablement lancé à partir de la démocratisation des deux pays, et s’accentue avec leur entrée dans la Communauté européenne. Ce processus débute en Espagne à partir de 1978, où est mise en place la Ley de Doñana qui établit un nouveau périmètre de protection du parc (50 720 ha). Par la suite, la communauté autonome andalouse et l’État espagnol se complètent (et se concurrencent à la fois) pour échafauder un système complexe de périmètres de protection. Doñana, qui reste dans les années 1980 le seul marais protégé de cette vaste côte, reçoit le label de réserve de biosphère en 1981, et entre sur la liste internationale des zones RAMSAR en 1982 (la convention de RAMSAR protège une série de grandes zones humides mondiales au titre de leur valeur écologique). Sa gestion n’en est pas facilitée : la réserve intégrale est propriété du WWF (World Wildlife Fund), l’aire du parc national est placée sous la responsabilité du ministère de l’Agriculture espagnol, et la Communauté autonome andalouse gère les aires protégées périphériques au parc national.

4Un corridor côtier de plus petites aires protégées littorales se développe depuis dans les deux pays, d’abord en Andalousie, puisque la Communauté autonome possède sa propre loi de conservation de la nature depuis 1989. À partir de la frontière du Guadiana, les petits estuaires et lagunes côtières sont protégés au titre de «Paysage naturel» (c’est le cas des marais d’Ilha Cristina, de l’embouchure du rio Piedras et de la lagune du Rompido) et au titre de «Réserve naturelle» (lagune du Portil). Ce réseau littoral fait lui-même partie d’un réseau de 28 réserves naturelles, de 31 paysages naturels et de plusieurs parcs naturels (dont celui de la baie de Cadix) sur l’ensemble du territoire de la Communauté autonome. Au total l’Andalousie s’enorgueillit de posséder 1,3 million d’hectares d’aires protégées (15 % de la superficie de la Communauté autonome) dont 109 738 ha de zones humides protégées. En Algarve, où l’État possède seul la responsabilité de la protection de la nature, outre le parc de la côte vicentine à l’extrême ouest, un parc de 17 700 ha couvre l’ensemble de la ria Formosa autour des villes de Faro et d’Olhão depuis 1987, tandis qu’une vaste réserve de salines et de marais a été instaurée à l’embouchure du Guadiana.

1.2. Une approche typologique des relations entre ville et espaces naturels

5Dans l’introduction d’un article consacré aux environnements urbains de Toronto (Keil, Graham, 1998), les urbanistes Roger Keil (professeur à l’Université de York, à Toronto) et John Graham (professeur à l’Institut Allemand d’Urbanisme) présentent une typologie historique de la place qu’occupe l’espace naturel au sein des villes. Selon ces chercheurs, l’espace naturel était autrefois disjoint spatialement et opposé symboliquement à l’espace urbain. La nature était aussi éloignée de la ville que le règne du sauvage pouvait l’être du monde civilisé. Cependant, cette séparation physique et cette opposition symbolique ont pris fin et désormais apparaît un nouveau type d’espace urbain qui est à la convergence des notions de ville et de nature. Pour illustrer leur propos, R. Keil et J. Graham simplifient la compréhension de cette évolution historique en distinguant principalement quatre phases dans le rapport entre ville et espaces de nature.

6Dans un premier temps, les citadins ont créé des espaces vierges et gardé des espèces sauvages auprès d’eux dans différentes formes de parcs fermés et de zoos. Les historiens E. Baratay et E. Ardouin-Fugier (1998) ont décrit ces types d’espaces naturels dès l’Antiquité. À Babylone le paradeïsos était un parc d’animaux sauvages situé non loin du palais de l’empereur de Perse. Les fauves qui y étaient enfermés reflétaient la grandeur et le courage du souverain, grand chasseur, mais ce parc désignait aussi Babylone comme ville exceptionnelle et prodigieuse, puisque seule la capitale pouvait s’enorgueillir de contenir une telle forêt luxuriante en pleine ville. Ces parcs animaliers et ces zoos n’ont jamais disparu au cours de l’histoire. Jusqu’à l’Âge classique, les enclos de bêtes étaient intégrés dans l’organisation du domaine princier et servaient aux loisirs cynégétiques, tandis que, plus tard, les zoos furent dévolus à l’éducation, à la contemplation curieuse du règne animal et à la promenade.

7Avec la révolution agricole en Angleterre, puis avec les révolutions industrielles et urbaines en Europe et aux États-Unis s’élaborent de nouvelles représentations de la nature. R. Keil et J. Graham pensent que, durant cette deuxième période, l’image, pétrie de références bibliques, d’une nature sauvage (renvoyant au concept américain de wilderness) conduit à la création de grands parcs situés loin des foyers urbains et des centres de civilisation. Les États-Unis sont pionniers en la matière : leurs premiers grands parcs (comme le Yellowstone créé en 1872) sont tous à l’ouest du pays, dans les Rocheuses, tandis que la croissance urbaine se déploie sur la côte est. Ainsi, la nature perçue comme vierge est protégée en dehors des villes, et la planification jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, même en Europe, conduit à créer des parcs à l’écart des grands foyers urbains.

8L’éloignement des espaces de nature vis-à-vis des pôles de peuplement urbain rend l’accès aux parcs restrictif : tant que les sites naturels restent concentrés dans les montagnes, leur fréquentation est sélective, et touche des visiteurs aisés ou sportifs, souvent les deux. Le mouvement de démocratisation du tourisme dans les années 1960 crée une demande d’espaces verts à laquelle les aménageurs pensent répondre, dans un troisième temps, par l’institution de zones naturelles périurbaines. Les parcs régionaux, les massifs forestiers, les berges des fleuves et des lacs sont les domaines privilégiés de nouvelles pratiques de loisirs et de sports de plein air. Aussi, ces espaces «naturels» (quelquefois des espaces plus ruraux que naturels) sont ménagés à proximité des villes. L’effort des urbanistes consistera à dessiner des ceintures et des corridors d’espaces verts autour des grandes métropoles, afin de permettre aux citadins de sortir des villes et d’aller passer une journée dans la verdure au moyen de circulations douces, dans un environnement sécurisé et protégé.

9Cette phase de l’aménagement d’espaces naturels se poursuit encore dans de nombreux ensembles urbains, mais laisse place à un nouveau type de relation entre ville et nature. Pour R. Keil, une quatrième étape est en train d’advenir, et elle marque la réintégration de la nature au sein même des espaces urbains. Cette réintégration de la nature dans la ville se produit sous l’effet de plusieurs facteurs simultanés. D’abord, par le fait que l’extraordinaire phase d’étalement urbain des dernières décennies a encerclé des espaces ruraux et des massifs forestiers : certains qui se trouvaient à la périphérie de la ville deviennent donc péricentraux ou centraux. Ensuite, les auteurs mettent l’accent sur l’émergence de lotissements résidentiels fondés sur une basse densité, sur une grande recherche architecturale et sur l’affirmation, par les promoteurs, de la protection de l’environnement et du paysage. Ces lotissements, qu’ils soient fermés ou non par des barrières, se multiplient en Europe, et notamment sur les rivages touristiques et urbanisés de la Méditerranée.

1.3. Une typologie des relations entre villes et espaces naturels

10Cette typologie, pour schématique et discutable qu’elle soit, me conduit à proposer une première typologie des relations entre villes et nature sur cette côte.  

11Le premier type d’espace naturel, celui de l’enclos cynégétique, fonctionne parfaitement pour le Coto Doñana. Cet ensemble de dunes et de marais du bas Guadalquivir fut le théâtre des grandes chasses du Duc de Médina Sidonia et d’autres membres de l’aristocratie espagnole. La forêt de pins aux alentours du village d’El Rocio est encore parsemée de palais princiers, comme celui de La Rocina ou d’El Acebuche, où sont exposés de multiples trophées de chasse (Picon, Ojeda, 1993).

12Le deuxième temps, celui des espaces naturels créés à partir d’une image de nature sauvage et de paysage «sublime», à l’instar des parcs des Rocheuses, convient au parc de la pointe de Saint Vincent. Ce cap rocheux désert, battu par la grande houle atlantique, ce «bout du monde» à l’extrême sud-ouest de la Péninsule ibérique est un lieu mythique. Comme le Cap Nord, comme Land’s End en Cornouailles, comme la Pointe du Raz, il est associé à la légende atlantique, celle de l’océan déchaîné, celle d’Henri le Navigateur qui, du haut du promontoire, suivait du regard les bateaux qu’il envoyait à la conquête des routes maritimes. À la fois monument national portugais et paysage inhumain, éloigné tant de la conurbation lisboète que des ports de la côte sud, le cap Saint Vincent ne pouvait devenir autre chose qu’un parc.

13Entre le cap Saint Vincent et la baie de Cadix, la côte, traditionnellement organisée autour de petits ports tournés vers la pêche au thon et à la sardine (Cavaco, 1976, a été touchée dans les années 1960 et 1970 par un intense développement touristique. De part et d’autre de la frontière, des stations de masse ont rapidement bourgeonné auprès des grandes plages sableuses, de Portimão à Isla Canela, de Punta Umbria à Zahara de los Atunes (Ministerio del Turismo, 1964). Avec l’entrée des deux pays dans l’Union européenne, les autorités ont commencé à développer une politique d’aménagement du territoire. La création d’aires protégées par les différentes administrations avait pour objectif de maîtriser la spéculation foncière dans les espaces interstitiels aux stations, et de relancer l’attractivité du tourisme balnéaire par une diversification de l’offre (développement du tourisme de nature). Enfin, les citadins des villes régionales (Séville, Cadix) et des centres plus modestes étaient invités à profiter de ces aires à travers une offre de sports et de loisirs de plein-air. Ainsi, le parc forestier de Punta Umbria est équipé d’une piste cyclable pour les habitants de Huelva. Les Farense (habitants de Faro) peuvent visiter en bateau la lagune et les îles de la ria Formosa. La lagune du Portil et les salines de la baie de Cadix font office de coupure d’urbanisation et de lieux de nature et de détente pour touristes et citadins. Ainsi, le troisième type d’espace naturel périurbain identifié par R. Keil et J. Graham trouve également illustration sur le terrain.

14Le quatrième type d’articulation entre espace naturel et ville se rencontre aussi sur le rivage du golfe de Cadix à travers les parcs résidentiels habités une bonne partie de l’année par des retraités allemands et anglais. Mi-stations touristiques, mi-villes permanentes, ces parcs résidentiels (Quinta do Lago, Pinheiros Altos, Vale do Lobo, Pine Cliffs, Rompido Mar, Nuevo Portil,…) apparaissent dans les espaces côtiers relictuels disposant de grandes quantités d’eau de surface ou souterraine (photo 1). La présence des petits fleuves côtiers et des marais littoraux, justement protégés, leur assure le cadre esthétique et la ressource aquatique nécessaire pour l’irrigation des fairways et la consommation d’eau des piscines. Ainsi, les villas de Quinta do Lago sont construites sur les flancs des collines qui bordent l’embouchure d’un petit fleuve côtier, le São Lourenço, à sa jonction avec la lagune de la ria Formosa. À quelques dizaines de kilomètres à l’est, le parc résidentiel Rompido Mar surplombe l’embouchure du rio Piedras. Aussi, on ne trouve plus forcément les espaces de nature à l’écart ou en périphérie des villes et des stations, on repère au contraire leur intégration fonctionnelle parce que ces espaces remplissent des usages multiples. Mais on peut à juste titre discuter du qualificatif «naturel», dans la mesure où ces lieux, entièrement gérés, ont un fonctionnement artificiel (pompage des zones humides, nivellement des sols, plantations, etc.).

15La typologie de R. Keil et J. Graham s’applique relativement bien pour les différentes formes d’espaces protégés du littoral du golfe de Cadix et souligne en fait plusieurs points importants. Le premier point est la grande variabilité historique des formes à travers lesquelles les lieux de nature coexistent avec les espaces urbanisés : parcs forestiers, parcs naturels, réserves périurbaines, enclos résidentiels… La position de ces espaces de nature n’est jamais anodine par rapport à l’image, au statut et aux fonctions de l’espace urbain. En outre, les lieux de nature se déplacent à l’intérieur des villes en fonction des transformations de ces dernières. Enfin, les villes contemporaines nous montrent à présent une nature qui n’est plus seulement paysagère, mais qui peut être comme «fabriquée» en fonction d’un projet urbanistique.

Photo 1 - Les marais du parc naturel de la ria Formosa

Photo 1 - Les marais du parc naturel de la ria Formosa

Ils s’étendent, dans leur partie orientale, en lisière du quartier résidentiel de Pinheiros Altos, à proximité de la réserve du Ludo. Le développement de l’urbanisation profite du cadre naturel de la zone humide.

(Cliché : N. Baron-Yellès, 2002)

2. La place et le rôle de la nature dans les villes côtières du golfe de Cadix

16En se penchant sur le dernier type d’association (qui est en fait une fusion) entre espace naturel et ville, on voit que le traitement de la nature induit des spécificités dans l’organisation spatiale et fonctionnelle de certaines villes côtières. On peut discerner trois aspects particuliers de cette nouvelle forme urbaine.

2.1. Ecrins et écrans de nature dans les villes

17Les parcs résidentiels du littoral du golfe de Cadix, contrairement à de nombreux sites méditerranéens et à leurs avatars californiens ou floridiens, ne sont pas fermés par des barrières et gardés par des vigiles et des caméras. Cependant, cette fermeture est symbolique car la «ville nature» adopte le modèle spatial de parc (c’est-à-dire d’espace clos). La disposition des bosquets d’arbres, l’agencement des haies, le creusement de bassins (qui fonctionnent comme des douves) réalisent effectivement la séparation avec le reste du territoire. Sur les pourtours de la ville, les espaces verts font lisière, ils constituent une bordure qui masque visuellement le site. Le corollaire de cette fermeture est le traitement spectaculaire et tout aussi symbolique des entrées, le marquage des seuils par des «objets naturels». À la manière des parcs princiers d’Ancien Régime, on accède à ces parcs résidentiels en franchissant des arches de verdure, en traversant des perspectives plantées, en longeant des plans d’eau savamment dessinés. On repère donc des rapports étroits entre l’architecture du paysage et la gestion de la nature, et on note l’utilisation des espaces naturels simultanément comme écrins et écrans, filtres et sas avec le monde extérieur.

2.2. La ville «présentable» et son envers

18La nature s’offre comme paysage, mais il faut masquer ce qui ne mérite pas d’être vu. Aussi les objets naturels sont utilisés en vue d’une stratégie de camouflage. D’abord, des groupes d’arbres soustraient du regard les bâtiments de service technique (administrations, parkings, stations d’épuration, ateliers d’entretien des espaces verts). Les gestionnaires de l’espace urbain (éboueurs, jardiniers, etc.), ont leur propre entrée et leur voierie, à l’instar des utility corridors des parcs thématiques et de tous les lieux de spectacle (Fjellman, 1992). Plus généralement, la nature rend possible la séparation entre une ville visible et présentable (la partie front office) et une ville back office. L’organisation des formes naturelles objective donc différents partages de l’espace urbain, selon des logiques de mise en visibilité et de mise en retrait – voire de mise au secret. Les serres, les hangars pour le rangement du matériel sont situés dans une impasse, derrière des rideaux d’arbres, et leurs murs sont peints en vert pour se fondre dans les arbres. Cette réorganisation des espaces publics touche aussi les espaces privés. Autour des villas, les somptueux jardins soulignent et révèlent l’architecture de façade, mais la densité de la pinède rend plus discrètes les plates-formes d’atterrissage d’hélicoptères à l’arrière de certaines villas.

2.3. Un glacis d’espaces naturels pour grandir en toute discrétion

19Le moyen utilisé par les promoteurs de ces parcs résidentiels pour ne pas avoir d’urbanisation contiguë trop proche est de s’inscrire d’emblée dans un périmètre très vaste. L’espace naturel sert donc de réserve foncière en vue de développements futurs. Quinta do Lago et le quartier attenant de Pinheiros Altos s’étendent sur plus de mille hectares, couvrant deux vallées parallèles. Rompido Mar s’étend également sur une très vaste parcelle, puisque le parc s’inscrit dans les limites d’un ancien domaine agricole. Les grands espaces libres autour de la ville, constitués de prairies ou de marais font donc tampon (ou glacis protecteur) à l’égard des projets urbains susceptibles d’advenir de l’autre côté de la limite de propriété. Cette stratégie est très efficace, car tel quartier résidentiel installé dans un environnement initialement calme et naturel a pu se retrouver totalement encerclé par une urbanisation médiocre quelques années après. Ainsi, en Algarve, les convoitises des promoteurs se tournent vers l’aire protégée de la vallée du Ludo. Ils achètent la vallée par petites tranches, malgré la protection institutionnelle dont elle jouit, car cette vallée «barre» l’extension périurbaine de la capitale régionale, Faro et son quartier pauvre de Montenegro (Goeldner-Gianella et al., 2003). On voit donc en quoi la stratégie d’un opérateur urbain privé se rapproche de celle des institutions en charge de la protection de la nature qui achètent des espaces naturels pour limiter le mitage du littoral. L’enjeu est le même. Il y a à peine quelques années, certains parcs résidentiels formaient un îlot de nature, artificialisée certes, mais enchâssée au milieu d’un paysage traditionnel de vergers, de prés et de salines. Depuis, la campagne s’est transformée en enfer périurbain (routes bondées, urbanisation de qualité médiocre, dégradation des derniers lambeaux de forêts côtières par le mitage, décharges sauvages). La campagne ayant disparu, il ne reste plus que le parc résidentiel comme îlot de nature dans un continuum métropolitain. Dès qu’on entre dans cette ville, on ressent une impression de desserrement et de respiration. Les promoteurs ont d’ailleurs installé des panneaux de signalisation à l’entrée du parc résidentiel pour le désigner comme entrée officielle du parc naturel de la ria Formosa (Veigac, 1994).

20Ainsi, les espaces naturels remplissent des fonctions précises dans ces nouveaux types d’espaces urbains, tandis qu’à l’échelle régionale les distinctions classiques entre ce qui relève de l’urbain, du «suburbain» et du rural se fondent dans un mouvement de métropolisation accélérée.

3. Espaces naturels et métropolisation au sud-ouest de la Péninsule ibérique (fig. 1)

21La multiplication des espaces naturels remodèle la logique territoriale et produit des effets de déqualification et requalification de l’espace visibles à travers la dynamique de différents secteurs d’activité. Les zones naturelles participent donc à la restructuration économique de la région et constituent des éléments clés dans la relance de ce territoire marginal.

3.1. Les mutations structurelles de l’économie et du territoire

22Les secteurs côtiers d’Andalousie occidentale et d’Algarve connaissent aujourd’hui une phase de mutation structurelle et de modernisation économique indiscutable. La pêche, hier florissante, est un secteur entièrement restructuré, suite à la raréfaction de la ressource (extinction du thon, chute des prises de sardine), comme sous l’effet de la politique européenne des quotas. Les ports andalous sont presque éteints, mais la pisciculture se développe. Les gros navires se concentrent à Olhão, premier port de pêche portugais, tandis que des bassins de plaisance remplacent progressivement les quartiers de pêche traditionnels d’Isla Cristina à Fuzeta. L’agriculture se modernise également : plusieurs vagues de concentration des terres et d’intensification technique ont touché les cantons de Tariquejo, Lepe, Cartaya et Moguer (provinces de Huelva et de Séville) autour de la citriculture et des primeurs hors-sol (fraise, tomate, asperge, melon) (Fourneau et al., 1991). La plaine agricole littorale de Faro à Tavira s’est aussi réorganisée, abandonnant progressivement l’association historique de la vigne, du verger d’amandiers et des petits jardins potagers ponctués de noras (équivalent de norias) pour adopter le modèle andalou intensif. Pour ces deux branches essentielles à l’économie des deux régions, l’agonie des secteurs traditionnels et le coup de fouet économique pour les spéculations propres à l’export sont des conséquences de l’intégration au marché européen.

23L’Europe, désormais, concentre son aide sur les équipements d’infrastructures et sur l’aménagement urbain et environnemental. Dans la dernière décennie, deux types d’infrastructures ont été privilégiées : l’aide à l’irrigation et le désenclavement autoroutier et routier. L’eau douce, aussi bien nécessaire au développement agricole qu’à l’essor urbain et touristique, est issue du barrage sur le Chanza, l’un des derniers affluents de rive gauche du Guadiana. Ce barrage est raccordé au système de canaux qui irriguent les zones agricoles de Piedras– Almonte et permet également le développement des parcs résidentiels et golfiques de la côte proche d’Huelva (secteur de la Antilla) (Santos Pavon, 1998). De plus la construction du pont international sur le bas Guadiana permet de relier par une voie autoroutière directe Cadix, Séville, Huelva et Faro, avec une continuité directe jusqu’à Lisbonne. C’est donc autour du bas Guadiana, hier verrou frontalier entre deux culs-de-sac, aujourd’hui porte de circulation entre les deux régions, que se dessine une nouvelle organisation territoriale (Moniz Sanchez et al., 1998). Soutenues par la Commission européenne, les autorités municipales d’Andalousie occidentale et d’Algarve décident de développer des projets communs pour constituer, demain, une sorte de mégarégion (fig. 1).

Fig. 1 - État et dynamique de l’urbanisation touristique sur la côte du golfe de Cadix

Fig. 1 - État et dynamique de l’urbanisation touristique sur la côte du golfe de Cadix
  • 1 - Association ANAS, voirComissão de Coordenação e Desenvolvimento Regional do Algarve, 2004, Uma no (...)

24Dans les programmes communautaires établis sur les deux périodes 1994/1999 et 2000/2006, une communauté de travail Algarve/Andalousie a été établie entre la Junta de Andalucia et les organes déconcentrés de l’administration centrale portugaise. L’association ANAS (1), constituée en novembre 1995, rassemble 30 municipalités distribuées en nombre égal entre l’Algarve et la province de Huelva. Les projets de coopération sont lancés de manière à recueillir des fonds communautaires, aussi bien du côté portugais (Adapt, Integrar) avec le FEDER que dans le cadre de l’article 10 (Terra, Attas, Ertisse). L’association ANAS a lancé le projet TransGuadiana dans le cadre d’Interreg II avec quatre volets d’intervention transfrontière : télécommunications, qualification urbaine, dévelop-pement rural et environnement. L’objet est la dynamisation des relations régionales transfrontalières avec l’Andalousie et la mise en place d’un sous-système territorial cohésif autour du Guadiana. La maîtrise de l’usage du sol, sur cette bande côtière, constitue un enjeu majeur pour la compétitivité du territoire dans les décennies à venir. C’est dans ce cadre que les villes de l’axe Huelva/Faro mettent aujourd’hui à l’agenda la création et la gestion d’un corridor écologique littoral.

3.2. La protection de la nature comme instrument d’intégration régionale.

25L’hétérogénéité physique et paysagère de ces zones protégées (aux superficies très variables, allant de quelques hectares à plus de 50 000 ha) et de ces milieux naturels ou semi-naturels fortement différenciés (vasières, schorres, salines artisanales, bassins aquacoles) ne semble pas freiner la volonté publique de plus en plus affirmée de créer un corridor écologique. Les naturalistes mettent l’accent sur l’interdépendance fonctionnelle de ces milieux pour les oiseaux migrateurs (Junta de Andalucia, 1996). Mais comment intégrer la perspective des écologues dans les schémas d’aménagement spatial de deux pays et de plusieurs provinces ? Comment faire accepter une vision d’ensemble de l’aménagement de cette côte en articulant les exigences de la conservation de la nature avec celles des programmes de développement (agricole, urbain, touristique) ?

26Un premier niveau de maillage écologique du territoire littoral est proposé autour de 13 sites, du parc de la ria Formosa au Doñana en intégrant la réserve de Castro Marim, les paysages protégés des marais d’Isla Cristina, l’embouchure du rio Piedras et la flèche de Rompido, la réserve des marais d’Odiel, celle de la lagune du Portil, les pinèdes et dunes de Punta Umbria, le canal Domingo Rubio, les réserves des lagunes de Palos et de las Madres et les différents parcs nationaux et régionaux imbriqués autour de Doñana. À ce premier niveau de protection réglementaire s’ajoute un jeu de superpositions concernant d’autres régimes de protection de niveau européen et international, comme l’inscription au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO de Doñana et les classements de plusieurs marais sur la liste des zones humides mondiales Ramsar (Ojeda Rivera, 1993). Les administrations travaillent à l’incorporation de ces aires dans une gigantesque réserve de biosphère transfrontalière (MAB UNESCO) longue de 150 km et vaste de 59 000 ha.

27L’enjeu est triple : premièrement, il s’agit de donner une visibilité internationale à ce territoire en le plaçant sous le signe de l’écologie et de favoriser une relance stratégique de l’ensemble de l’activité touristique par le tourisme écologique. Deuxièmement, le défi est de passer d’un régime de protection par les lois et les règlements (peu efficaces) à un régime de gestion du territoire avec de nouveaux outils contractuels européens. Troisièmement, en soutenant un macroprojet de ce type, on décourage les microprojets urbanistiques et on peut attirer des subventions européennes en utilisant deux mots d’ordre : interrégionalité et développement durable. L’adoption d’un programme Interreg de part et d’autre du Guadiana (Moniz Sanchez et al., 1998) marque le lancement de la démarche. Des travaux ont été entrepris côté portugais, sur le site de Molinos Ventos, pour restaurer les anciens bancs du fleuve en vue de favoriser la biodiversité. Des bassins salicoles ont été restaurés, et leurs murettes reconstruites, afin de gérer à nouveau les niveaux d’eau de la marée entrante (photo 2). En outre, un bassin de 72 hectares a été nivelé pour accueillir des oiseaux migrateurs, quasiment sous les arches du pont international. L’ensemble a été soutenu par les financements européens à hauteur de 75 %.

28Mais les limites de la politique de protection des zones humides littorales sont nombreuses et évidentes de part et d’autre de la frontière hispano-portugaise. On a soulevé les décalages existant entre les différents régimes de protection, décalages à la fois chronologiques, juridiques et réglementaires, mais aussi les contraintes liées aux différences de configuration politique (l’Espagne est un pays fédéraliste, le Portugal n’a même pas de régionalisation) (Baron-Yelles et al., 2003). D’autres raisons bloquent l’apparition d’un véritable corridor écologique ; entre autres, la colonisation périphérique des aires protégées par l’agriculture. Ainsi le FEDER continue de subventionner le drainage et la régularisation du cours du bas Guadalquivir, comme il encourage le développement des exploitations aquacoles de type industriel (en baie de Cadix, en ria Formosa). Ensuite, les activités polluantes, notamment minières, n’ont jamais été limitées, même en périphérie de sites classés. Raffineries de pétrole et mines de cuivre sont toujours présentes en bordure immédiate des rios Odiel et Tinto, même si les vasières du rio Odiel sont protégées. Le traitement de la catastrophe d’Aznalcollar, en avril 1998, est une autre illustration de cette hésitation des pouvoirs publics quant à la protection des ressources naturelles (Toribilo, Praos Velasco, 2004). Enfin, l’aménagement urbain et routier et les activités touristiques constituent les plus graves menaces portées sur ces aires protégées. La baie de Cadix, de Puerto Real à San Fernando, offre des exemples de la progression de l’urbanisation à partir de la périphérie des zones de marais, du grignotage de l’espace, de la rétraction des surfaces d’eau libre, de l’appauvrissement des biotopes.

Photo 2 - Le pont international entre l’andalousie et l’algarve

Photo 2 - Le pont international entre l’andalousie et l’algarve

Permettant la continuité de l’axe autoroutier Faro–Huelva–Séville, le pont international sur le Guadiana constitue la clé du désenclavement de l’Andalousie occidentale et de l’Algarve. À proximité immédiate de l’estuaire, il enjambe des marais protégés et restaurés (bassin d’accueil de l’avifaune sauvage au premier plan).

Source : Réserve naturelle des marais de Castro Marim, 2000.

Conclusion

29L’économie et les sociétés d’Europe du sud-ouest connaissent des mutations rapides depuis l’intégration européenne. Sur les littoraux, la restructuration des secteurs agricole, industriel et touristique transforment profondément le territoire, tandis que les espaces urbains se métamorphosent. Une nouvelle structuration de l’espace local et régional se dessine, et les valeurs environnementales prennent une importance croissante sur le plan paysager autant qu’en matière de planification et d’usage du sol. Le traitement de la nature, dans des parcs, réserves et aires protégées de différentes appellations, n’est pas étranger à ce renouvellement des modèles spatiaux d’urbanisation et d’aménagement du territoire.

30Les élus régionaux tentent d’associer, de conjuguer de nouvelle manière espace urbain, espace touristique et espace naturel (Terkenli, 2002), en les produisant selon des procédures politiques, juridiques et institutionnelles combinées et avec le soutien d’instances extérieures comme l’Union européenne. Cette dernière institution est très présente dans les négociations liées à l’intégration interrégionale autour du fleuve Guadiana. C’est à partir de cette frontière hier presque totalement fermée que se constitue un axe métropolitain et un pôle d’investissement majeur : les logiques issues des transformations urbaines, des évolutions touristiques et des efforts de protection de la nature s’entrecroisent et y dessinent ensemble des lignes de force nouvelles. Mais qu’en sera-t-il quand la manne européenne se tournera massivement vers les pays d’Europe centrale et de l’est ?

Top of page

Bibliography

Baratay E., Ardouin-Fugier E., (1998), Histoire des jardins zoologiques en Occident (xvie-xxe siècle), Paris, La Découverte, 294 p.

Baron–Yelles N., Bertrand F., Goeldner-Gianella L., Costa S., Davidson R., Arnaud Fassetta G., Beltrando G., (2003), Enjeux et limites de la gestion environnementale d’un marais lagunaire d’Europe méridionale : la ria Formosa, Algarve, Portugal, L’Espace géographique, n° 1, p. 31-46.

Bernal A.M., Lacroix J., Lecordier p., Vicente A.M., Menanteau L., Mignon C., Roux B., Naranjo F.Z., (1979), Tourisme et développement régional en Andalousie, Mélanges de la Casa de Velazquez, Recherche en Science sociale, fascicule 5, éd. De Boccard, Paris, 254 p.

Cavaco C., (1976), O Algarve oriental, o campo, as vilas e o mar, Gabinete do Planeamento da regiao do Algarve, 2 vol., Faro, 275 p. et 196 p.

Fjellman S.M., (1992), Vinyl leaves, Walt Disney world and America, Westview, 492 p.

Fourneau F., Luginbuhl Y., Roux B., (1991), Évolution des paysages et aménagement du territoire en Andalousie occidentale, Publications de la Casa de Velazquez, Série Recherche en sciences sociales XI, Madrid, 297 p.

Fourneau F., (1983), La Provincia de Huelva y los problemos de desarollo regional, Diputacion de Huelva, Huelva, 318 p.

Goeldner-Gianella L., Bertrand F., Arnaud Fassetta G., Baron-Yelles N. et al., (2003), Les marais endigués de la ria Formosa face à un siècle de développement économique : le cas de la réserve de Ludo, Annales de géographie, n° 629, p. 3-22.

Junta de Andalucia y Amigos de la Tierra España, (1996), Conferencia Internacional sobre la conservacion de la zonas humedas en una perspectiva Norte-Sur : la ruta migratoria atlantico oriental, ed. Junta de Andalucia, Sévilla, 26-29 noviembre 1995, 312 p.

Keil R., Graham J., (1998), Reasserting nature, constructing urban environments after fordism, in B. Braun, N. Castree, Remaking reality, Nature at the millenium, Londres, New York, Routledge, p. 100-128.

Ministerio del Turismo, (1964), Planeamento de aproveitamento turistico-balnear do Algarve, Lisbonne, 59 p.

Moniz Sanchez C., Fraidas Amarillo J., (1998), Modelo de gestion del estuario del rio Guadiana, Junta de Andalucia, Consejero del Medio ambiente, FEDER, 108 p.

Ojeda Rivera F., (1993), Intervenciones publicas en el litoral atlantico andaluz, efectos territoriales, Consejeria de Medio Ambiente, Junta de Andalucia, Sevilla, 192 p.

Picon B., Ojeda J, (1993), De la nature ressource à la nature institutionnalisée dans les deltas du Rhône et du Guadalquivir, Méditerranée, n° 3-4, p. 69-79.

Queiros M., (2002), A ambiente nas politicas publicas em Portugal, Finisterra, XXXVII, 73, p. 33-59.

Santos Pavon E., (1999), La actividad turistica en la costa occidental de Huelva, Estructuración sectorial y sostenibilidad territorial, Estudios tecnicos de la provincia de Huelva, Ed. Diputacion provincial de Huelva, Patronato provincial de turismo, 140 p.

Terkenli T., (2002), Landscapes of tourism, towards a global cultural economy of space?, Tourism geographies, 4(3), p.227-254.

Toribilo J.M., Praos Velasco M.J., (2004), Le corridor vert du Guadiamar, réponse à la catastrophe écologique d’Aznalcollar, Sud-Ouest européen, n° 17, p. 77-87.

Veiga C., (1994), Environmental impact of tourism: a case study in the Algarve with particular reference to tle Loulé Coast, University of Surrey, Department of management studies for tourism and hotel industries, MSc. in tourism marketing, 232 p.

Top of page

Notes

1 - Association ANAS, voirComissão de Coordenação e Desenvolvimento Regional do Algarve, 2004, Uma nova geografia para a Europa policentrismo, competitividade e inovação, Faro, 20 de Maio de 2004. Cf. http://www.ccdr-alg.pt/ccr/

Top of page

List of illustrations

Title Photo 1 - Les marais du parc naturel de la ria Formosa
Caption Ils s’étendent, dans leur partie orientale, en lisière du quartier résidentiel de Pinheiros Altos, à proximité de la réserve du Ludo. Le développement de l’urbanisation profite du cadre naturel de la zone humide.
Credits (Cliché : N. Baron-Yellès, 2002)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/346/img-1.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 1 - État et dynamique de l’urbanisation touristique sur la côte du golfe de Cadix
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/346/img-2.png
File image/png, 47k
Title Photo 2 - Le pont international entre l’andalousie et l’algarve
Caption Permettant la continuité de l’axe autoroutier Faro–Huelva–Séville, le pont international sur le Guadiana constitue la clé du désenclavement de l’Andalousie occidentale et de l’Algarve. À proximité immédiate de l’estuaire, il enjambe des marais protégés et restaurés (bassin d’accueil de l’avifaune sauvage au premier plan).
Credits Source : Réserve naturelle des marais de Castro Marim, 2000.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/346/img-3.jpg
File image/jpeg, 166k
Top of page

References

Electronic reference

Nacima Baron-Yelles, « Les politiques de la Nature et la métropolisation en Europe du sud : cas du littoral de l’Andalousie atlantique et de l’Algarve », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 02 September 2008, connection on 23 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/346 ; DOI : 10.4000/mediterranee.346

Top of page

About the author

Nacima Baron-Yelles

Maître de conférences, Université de Marne-la-Vallée, 5 boulevard Descartes, 77454 Marne-la-Vallée cedex 2, nbaron@univ-mlv.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page