Skip to navigation – Site map

Rechgoun, un espace à protéger sur le littoral ouest de l’Algérie

Rechgoun, a space to be protected on the west coast of Algeria
Tarik Ghodbani
p. 87-94

Abstracts

Situated on the western coast of Algeria, the site of Rechgoun is an interesting example of the conflict between urbanization on the one hand and protection of agriculture, environment and the historical patrimony on the other. After decades of almost anarchical urban expansion, a coastal development policy has put into practice, though with difficulty, new legal instruments.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Algérie, Rechgoun
Top of page

Full text

Introduction

Fig. 1 - Localisation du site de Rechgoun

Fig. 1 - Localisation du site de Rechgoun

1À moins de 100 km à l’ouest de la métropole oranaise, le site de Rechgoun est à cheval sur deux communes de la wilaya de Aïn Témouchent : la commune de Béni-Saf et la commune de Ouelhaça el Ghraba (fig. 1). Selon le dernier recensement de 1998, la population du lieu-dit de Rechgoun était seulement de 331 habitants, mais elle peut atteindre 10 000 habitants pendant la saison estivale. À l’image de Aïn el Turck, Bousfer ou Stidia, Rechgoun subit depuis peu un processus d’urbanisation intense. Celui-ci est imputable à la fois au déversement démographique des grandes villes côtières, au développement du tourisme sous la forme principalement de résidences secondaires et à la dynamique d’aménagement touristique impulsée par l’État.

2Ce processus de transformation affecte un espace remarquable : une baie ouverte sur environ 3 km, composée de quelques secteurs de falaises et surtout trois belles plages. L’oued Tafna a déposé de riches alluvions dans sa vallée. Face à son embouchure, à 2,5 km des côtes, se trouve une île d’environ 26 hectares abritant un très riche biotope. Outre ces éléments naturels, on relève la présence de ruines d’époque non encore identifiée et le site historique de Siga, vestige d’une ancienne ville romaine enterrée. (photo 1)

3Cette urbanisation, qui a explosé dans les années quatre vingt, s’est longtemps effectuée en l’absence de plan d’aménagement, de loi protégeant spécifiquement les espaces littoraux, et de gestion du patrimoine foncier. Outre l’émergence de conflits entre acteurs, cette poussée urbaine anarchique a provoqué une dégradation de l’environnement côtier, déjà fragilisé par diverses actions anthropiques. Il faudra attendre le début de la décennie 2000 pour que l’État tente de reprendre les choses en main.

Photo 1 - Siga : vestige d’une ancienne ville romaine

Photo 1 - Siga : vestige d’une ancienne ville romaine

(Cliché : T. Ghodbani)

1. 1950-2000 : urbanisation non planifiée et bradage foncier par les communes

4Cette première phase d’extension urbaine s’est déroulée en trois temps (fig. 2) :

Fig. 2 - Les phases d’extension urbaine de la région de Rechgoun

Fig. 2 - Les phases d’extension urbaine de la région de Rechgoun

 1.1. De 1950 à 1980

5Sur le site de Rechgoun, le cadre bâti s’est longtemps limité à un ensemble d’habitations coloniales réalisées dans les années quarante et cinquante. Occupant une quinzaine d’hectares, elles se trouvaient à proximité immédiate des plages (notamment celle de Madrid), en rive droite de l’oued Tafna. Il s’agissait principalement de cabanons construits avec des matériaux légers comme le bois, qui se sont progressivement « durcifiés ». Jusqu’au début des années 1980, aucune extension n’a été enregistrée, hormis quelques équipements de services tels la poste, l’école, le poste de gendarmerie et le dispensaire.

 1.2. De 1980 à 1990

6En 1987, la commune de Béni-Saf lance sur le site de Rechgoun deux grandes opérations de lotissements (132 lots et 52 lots). Visant une clientèle plutôt modeste, originaire de Béni-Saf ou de Tlemcen, et accessoirement composée d’immigrés algériens en France, les parcelles sont modestes (200 à 300 m2), vendues à un prix relativement bas, et destinées à accueillir de l’habitat individuel.

7Le résultat est décevant sur le plan architectural : les maisons sont d’un aspect monotone, sans jardin, de 1 à 3 niveaux, avec un rez-de-chaussée aménagé en général en garage et local commercial ; les niveaux consacrés à l’habitation étant parfois loués aux estivants (photo 2 et 3).

Photo 2 et 3 - exemples d’habitat local

Photo 2 et 3 - exemples d’habitat local

(Clichés : T. Ghodbani)

 1.3. De 1990 à 2000

8Cette période est caractérisée sur le plan réglementaire par la création des Agences foncières, en théorie seul promoteur au niveau des daïra, et par l’arrêt de toute vente foncière directe de la part des communes ; l’objectif étant de mettre fin au bradage du foncier.

9Malgré cela, la commune de Béni-Saf continue à vendre ce qu’il lui reste de terrains sur le secteur de Rechgoun, à des prix toujours relativement bas. Deux autres lotissements sont lancés, le premier de 17 lots au bord de la plage Madrid, le second de 52 lots vers le sud-est en continuité avec les 132 lots créés en 1987. Réagissant à cette procédure irrégulière, l’Agence foncière déclenche une opération de régularisation en obligeant les bénéficiaires des permis de construire à payer une taxe forfaitaire de 1200 da/m2. Puis elle commence à acheter des terrains domaniaux, les viabilise, et les revend à des prix beaucoup plus élevés que ceux précédemment pratiqués par la commune (entre 4000 et 5000 da/m2). L’urbanisation glisse alors vers la rive gauche, avec un nouveau lotissement construit à côté d’un projet de 48 logements sociaux initiés par la wilaya de Aïn Témouchent. Toutefois, l’urbanisation progresse sans véritable plan d’occupation du sol.

10Face à l’incapacité des pouvoirs locaux à gérer leur propre patrimoine foncier, et pour mettre fin à cette fièvre des lotissements, le pouvoir central déclare en 1998 le site de Rechgoun « zone d’extension touristique ».

2. Depuis 2000 : une réorientation de la politique d’aménagement en faveur de l’immobilier de loisir

11Le classement en « zone d’extension touristique » est censé privilégier une urbanisation dédiée au développement touristique. Concrètement, cela se traduit par l’arrêt total des lotissements « populaires » à but de résidence principale, par l’augmentation du prix de vente du sol, et par la volonté de convertir progressivement les logements sociaux en résidences touristiques. Parallèlement, les nouvelles opérations d’urbanisme privilégient le tourisme. En moins de six ans, plusieurs complexes résidentiels et hôteliers ont été lancés, pour une capacité d’accueil de 1365 lits et un investissement de plus de 400 millions de dinars (tabl. 1).

Tabl. 1 - les investissements pour le développement touristique de Rechgoun

Nature de l’investissement

Superficie en m2

Capacité en lits

Estimation du projet
(en dinar algérien)

Estimation du projet
(en dollars 1$ = 76 32 da en billet de banque)

Nombre d’emplois permanents

Avancement des travaux

Complexe touristique (El Nabil)

55 632

605

192 000 000

2 515 723,30

95

80 %

Résidence touristique (EPLF Tiaret)

10 689

220

15 000 000

196 540,90

70

80 %

40 Bungalows + terrain de camping

2 049

300

43 000 000

563 417,20

70

Non lancé

Complexe touristique (Syfax)

2 670

240

200 000 000

2 620 545,10

82

90 %

Total

71 040

1365

450 000 000

5 896 226,50

317

Source : Direction du tourisme et de l’artisanat / Wilaya de Aïn Témouchent, 2004

12L’État est très présent dans le processus d’urbanisation et de développement économique. À travers les CALPI (Commission d’assistance pour la localisation et la promotion de l’investissement), installées aux niveaux des wilayas en 1998, il aide les investisseurs à acquérir le terrain et obtenir des crédits bancaires. À Rechgoun, le CALPI a soutenu l’achat de plus de 70 hectares de terres domaniales pour la construction de complexes touristiques. (fig. 3)

13Cette politique, au-delà d’une meilleure maîtrise de l’urbanisation, consacre et encourage le développement du tourisme en Algérie. En effet, sur la plupart des espaces littoraux algériens proches des grandes agglomérations, il s’est imposé comme l’activité économique dominante, aux cotés de l’agriculture. Le phénomène devrait en toute logique continuer à se développer grâce à l’attractivité climatique et paysagère de la côte, à l’amélioration de la sécurité publique, au développement des infrastructures de transport et d’accueil, et à la croissance démographique. Parallèlement, s’il s’agit toujours d’un tourisme principalement populaire, les nouveaux projets d’hôtels et de complexes touristiques, offrant un meilleur standing, tendent à faire émerger un tourisme destiné à une clientèle nationale aisée.

14Rechgoun, devenu station balnéaire offre un bon exemple du développement touristique algérien : plus de 1 500 000 estivants ont fréquenté ses plages entre juin et octobre 2004 selon les données avancées par la Direction du tourisme, soit le quart de la fréquentation totale du littoral de Aïn Témouchent. Le développement de l’activité touristique a dynamisé l’économie locale grâce à l’arrivée de capitaux et la création d’environ 990 nouveaux emplois permanents ou temporaires.

Fig. 3 - Les principaux types de propriété foncière

Fig. 3 - Les principaux types de propriété foncière

3. Le POS, un outil d’aménagement mal accepté par la population locale

15Bien après la promulgation de la loi 29-90 du 1er décembre 1990, relative à l’aménagement et l’urbanisme, les deux communes de Béni-Saf et Welhaça el Ghraba, qui se partagent le site de Rechgoun, se sont dotées de documents d’urbanisme :

  • un Plan Directeur d’Aménagement Urbain portant sur tout l’espace communal. Il a délimité en 1995 pour Rechgoun deux zones d’extension urbaine futures, la première à l’est et la deuxième à l’ouest de l’agglomération. (fig. 2 et 4)

  • plusieurs plans d’occupation des sols, approuvés en l’an 2000, concernent plus spécifiquement les parties urbanisées ou en voie d’urbanisation définies à plus petite échelle par le PDAU. (fig. 4 et tabl. 2)

16La zone d’extension située à l’est concerne des exploitations agricoles. Le POS y prévoit la réalisation d’un nombre important d’équipements touristiques après indemnisation des exploitants. Opposés à l’opération, ils sont passés de la céréaliculture à la viticulture pour mieux résister à la poussée urbaine ; la vigne étant théoriquement mieux protégée par les services agricoles, et recevant des aides importantes de l’État dans le cadre du FNRDA (Fond national de régulation et de développement agricole).

17La deuxième zone d’extension couvre la totalité des terres domaniales encore vides, entre la route et la plage sur la rive gauche de l’oued Tafna. Le POS y prévoit plusieurs équipements touristiques et une centaine de bungalows. Toutefois, pour preuve de la distorsion entre la planification et les réalisations concrètes, on notera qu’une ferme aquacole, la plus importante sur le littoral occidental, est en cours de réalisation sur un secteur destiné à la construction d’une discothèque, d’un parking et de terrains de sports.

18Les difficultés de mise en œuvre des POS sont dues en partie à la non adhésion de la population locale aux partis d’aménagement. Selon nos estimations, plus de 40% de la population résidente, originaire à 80% de la région, refuse cette nouvelle forme d’urbanisation touristique, qui selon elle défigure le paysage et profite seulement à une population aisée et extérieure. Mais le facteur environnemental est lui aussi présent.

Fig. 4 - POS rive gauche

Fig. 4 - POS rive gauche

Source : Bureau d’études d’architecture Korso, 2000

Tabl. 2 - Programme prévue par le POS (rive gauche)

N° d’îlot

Désignation

Nombre d’étage

C.O.S

C.E.S

1

Commerces en RDC et 16 bungalows en étage

R+1

1.075

0.537

2

Commerces en RDC et 08 bungalows en étage

R+1

1.59

0.888

3

Centre telaso thérapie base nautique

R+0

1.230

0.752

4

Série de 08 bungalows

R+1

1.219

0.731

5

Commerces

R+1

0.571

0.285

6

01 bungalow

R+1

0.58

1.00

7

01 Bungalow

R+1

0.58

1.00

8

Série de 6 bungalows

R+1

1.58

1.00

9

Série de 6 bungalows

R+1

1.58

1.00

10

Hôtel (80 lits)

R+1

0.714

0.212

11

Hôtels (80 lits)

R+5

3.571

0.714

12

Série de 2 bungalows

R+4

1.58

1.00

13

Série de 30 villas

R+1

1.58

0.988

14

Série de 4 bungalows

R+1

1.58

1.00

15

Ecole

R+1

1.631

0.921

16

Série de 2 villas

R+1

1.428

0.857

17

Centre commercial

R+1

1.000

0.500

18

Logements collectifs (réalisés)

R+1

1.225

0.410

19

Gendarmerie

R+2

0.732

0.732

20

Salle de soin

R+0

0.732

0.732

21

Salle de prière

R+0

0.732

0.732

22

Série de 2 bungalows

R+0

1.58

1.00

23

Parking

-

-

-

24

Restaurant et cafétéria

R+0

0.769

0.769

25

Série de 31 bungalows+3 villas

R+1

0.615

0.373

26

Discothèque

R+0

0.235

0.235

27

Série de 10 bungalows

R+1

1.142

0.235

28

Série de 08 bungalows

R+1

1.529

0.764

29

Série de 10 bungalows

R+1

1.260

0.630

30

Série de 10 bungalows

R+1

1.394

0.697

31

Série de 10 bungalows

R+1

1.088

0.544

32

Série de 24 bungalows

R+1

0.435

0.217

Source : POS Rechgoun rive gauche / Bureau d’étude d’architecture Korso, 1998

4. Un environnement menacé 

19La réflexion planificatrice et urbanistique a peu ou pas intégré les contraintes environnementales, pourtant très fortes et évidentes sur les littoraux méditerranéens.

20La question de l’eau est particulièrement sensible (voir encadré « Après la peste, la virose »). Un premier risque, mal évalué, concerne les inondations liés à l’oued Tafna. Mais se posent également des problèmes de pollution et de surconsommation de la ressource hydrique. L’augmentation de la population estivale, coïncidant avec la période d’affaiblissement de la ressource en eau, oblige l’Algérienne des Eaux à interrompre l’alimentation deux à trois fois par semaine, afin d’assurer un minimum de 60 litres/habitant/jour. Ce quota, particulièrement faible, a obligé les complexes touristiques à réaliser leurs propres forages, et les habitants à équiper leurs maisons de bâches d’eau souterraines ou de citernes de 1000 à 3000 litres posées sur les terrasses. Mais avec les fréquentes coupures d’eau et la dégradation de sa qualité, les ménages doivent parfois acheter l’eau potable à des prix élevés chez des vendeurs ambulants. Enfin se posent des problèmes d’assainissement : les eaux usées sont rejetées sans épuration vers l’oued Tafna, déjà pollué par les lâchers d’eaux contaminés du barrage Boughrara à 60 km en amont. À tel point que des campagnes mensuelles de désinfection sont réalisées au niveau de l’embouchure de l’oued afin de protéger les baigneurs.

Encadré
Après la peste, la virose
Une vingtaine de personnes ont été atteintes d’une maladie virale dite “virose”. Cette pathologie est, selon les premiers éléments d’enquête, véhiculée par l’eau de mer. Ces cas de virose ont été signalés à Oran et à Aïn-Témouchent, plus précisément à Rechgoun et Béni-Saf.
Les eaux polluées déversées dans la mer sont la cause principale de l’apparition de la virose. Ses principaux symptômes sont une forte fièvre accompagnée de dermatose et de taches rougâtres. Les malades atteints, affirment, tous, s’être baignés à la mer. Certaines plages du littoral oranais sont interdites à la baignade, mais l’inconscience des citoyens passe outre cette interdiction.
Après que furent signalés les cas de dermatose grave à Rechgoun, une plage réputée pour son aspect paradisiaque, et à la plage de Béni-Saf, connue pour la richesse de son port, l’enquête a permis d’en déterminer les causes directes. À la plage de Rechgoun, les eaux usées de l’oued Tafna et celles de la ville sont déversées. Quant à la plage de Béni-Saf, outre les eaux usées, la pollution causée par le port de pêche constitue l’un des principaux vecteurs de cette maladie. Pour davantage de précautions, les citoyens devront se montrer plus attentifs aux consignes de sécurité, lesquelles doivent être appliquées avec plus de vigueur et de sérieux.

Amel B.
Source : Le Soir d’Algérie du 15/07/2003

21Les dégradations paysagères sont, elles aussi, fortement ressenties par la population. Les réalisations immobilières, notamment en terrains accidentés, ont nécessité de lourds travaux d’aménagement et ont eu un impact paysager parfois désastreux. Ainsi le complexe touristique d’El Nabil, outre d’imposants terrassements, s’est accompagné d’une ouverture de la falaise côtière pour que lui soit « intégrée » la plage de la Marmite. Le développement des infrastructures touristiques à proximité de la mer a engendré une bétonnisation du littoral ; bien qu’un pont et une route aient été construits pour contourner le site de Rechgoun. Enfin, le manque de contrôle, tant de la part des services techniques communaux que des directions étatiques de l’urbanisme ont laissé opérer une urbanisation globalement anarchique. À Rechgoun, sur la plage de Madrid par exemple, les cabanons ont été transformés en maisons en dur à plusieurs niveaux, tandis que des constructions nouvelles remplissaient progressivement les interstices (photo 4).

22Enfin, l’urbanisation peu ou mal maîtrisée a provoqué des dégâts écologiques. La côte sableuse est touchée ponctuellement par des phénomènes d’érosion régressive. Rechgoun et son île, en tant qu’écosystème spécifique abritant des espèces végétales et animales rares, sont menacés. Ainsi le phoque moine a-t-il récemment disparu en raison sans doute de la pollution marine et de la sur fréquentation induite par l’urbanisation et le tourisme.

Photo 4 - L’urbanisation sur la plage de Madrid

Photo 4 - L’urbanisation sur la plage de Madrid

(Cliché : T. Ghodbani)

5. La loi Littoral, un texte inspiré du modèle français

23Le gouvernement a commencé à réagir par le biais de différents programmes d’actions, comme le classement des îles Habibas, à 6 km des côtes oranaises, en réserve naturelle, le programme Tell-Bahr pour lutter contre la pollution en cas d’échouage de pétroliers, ou encore la réalisation de quelques stations d’épuration d’eaux usées ou de dessalement d’eaux de mer. En matière d’urbanisme, une loi relative à la protection et à la valorisation du littoral a été promulguée en février 2002. Elle est composée de 46 articles indiquant les limites géographiques de l’espace littoral, les interdictions absolues et les aménagements tolérés, les dispositions pénales et les instruments de mise en œuvre de la loi sur le terrain.

24La loi Littoral algérienne repose sur quatre principes fondamentaux, dont certains ne manquent pas de rappeler ceux de son homologue française :

251– L’ensemble des actions de développement s’inscrit dans une dimension nationale d’aménagement du territoire et de protection de l’environnement. Elles impliquent une action coordonnée des services de l’État, des collectivités territoriales et des associations non gouvernementales.

262– Dans le cadre de l’élaboration des instruments d’aménagement et d’urbanisme concernés, l’État et les collectivités territoriales doivent :

  • orienter l’extension des centres urbains existant vers des zones éloignées du littoral ;

  • classer dans les documents d’aménagement du littoral, les sites présentant un caractère écologique, paysager, culturel et touristique ;

  • encourager le transfert des installations industrielles existantes, et dont l’activité présente des dommages pour l’environnement, vers des sites appropriés.

273–Toute activité de mise en valeur du littoral doit tenir compte de la vocation naturelle des régions considérées.

284– Le développement et la promotion des activités sur le littoral doivent se conformer à une occupation économe de l’espace et à la non-détérioration du milieu environnemental.

fig. 5 - Les périmètres de la loi Littoral

fig. 5 - Les périmètres de la loi Littoral

29Concernant la mise en œuvre de la loi, les articles 24, 25 et 26 prévoient la création d’un fonds financier, d’un haut commissariat national et celle de conseils de coordination au niveau des wilayas à façade maritime, et enfin l’instauration d’un plan d’aménagement côtier pour chaque commune littorale.

30Dans la wilaya de Aïn Témouchent, l’application de la loi a commencé par la constitution d’un comité intersectoriel présidée par le wali et composé de représentants de différents ministères, des élus locaux et d’associations non-gouvernementales. Son rôle consiste à contrôler l’urbanisation sur la bande littorale de toutes les communes de la wilaya. Ce contrôle s’exerce par le biais des permis de construire, uniquement pour les demandeurs ayant un acte de propriété antérieur à la loi Littoral. La surveillance des infractions aux dispositions de la loi se fait en collaboration avec les services techniques des communes, la direction de la construction et de l’urbanisme, et l’inspecteur de l’environnement (fig. 5). Enfin, le comité intersectoriel élabore et met en œuvre le plan d’aménagement côtier (PAC).

31Au niveau de Aïn Témouchent l’élaboration du PAC a été confiée à l’Agence nationale d’aménagement du territoire (ANAT). Il est composé de deux volets :

  • le premier volet, achevé en 2003, contient les documents cartographiques montrant l’occupation du sol et les limites de l’espace littoral.

  • le second volet contient le cadastre littoral et les orientations en matière de protection et de valorisation. Il est toujours en cours d’étude.

32Plus ponctuellement, concernant le site de Rechgoun, l’ANAT a délimité l’espace littoral sur une largeur de 800 mètres vers l’ouest et de 3,5 km vers le sud. Ainsi sont intégrés les terres agricoles fertiles bordant l’oued Tafna et le site archéologique de Siga. À l’intérieur de cette bande littorale, trois sous-secteurs ont été définis, dont les deux derniers s’inspirent à nouveau de certaines dispositions françaises (fig. 5) :

  • Zone pertinente et fragile de deuxième priorité. L’urbanisation devrait y être strictement contrôlée par la promotion d’un tourisme de haut standing et respectueux de l’environnement.

  • Le Domaine Public Maritime, pour la définition duquel l’ancienne limite de 100 m a été portée jusqu’à 300 m à partir des plus hautes eaux maritimes. Cette bande sera interdite à toute forme d’urbanisation ; la délivrance de permis de construire restant toutefois possible dans les zones déjà urbanisées.

  • Une zone naturelle à créer au niveau de l’île de Rechgoun. Sur cet espace aucun aménagement ne doit être entrepris, à l’exception des installations légères destinées à sa gestion ou à sa mise en valeur.

33Avant l’approbation de ces limites par le comité intersectoriel, la phase de concertation au niveau local a fait émerger des réticences et des réserves quant aux effets de l’inconstructibilité sur le développement urbain et économique. Ont été pointées notamment l’intégration de quelques secteurs dans la bande littorale et les incidences sur le devenir du POS existant.

Top of page

Bibliography

Agence nationale d’aménagement du territoire (ANAT), (1995), Projet du PDAU de la commune de Béni-Sa,f phase I et II.

Agence nationale d’aménagement du territoire, (2003), PAC de la commune de Béni-Saf et de Welhaça el Ghraba, phase I.

 Association culturelle Siga, (2002), Bulletin n°1 : Inventaire des sites, monuments et objet archéologiques, région de Siga, 11 p.

Bureau d’étude d’architecture et de génie civil Korso, (2001), Plan d’occupation du sol Rechgoun, phase II.

Centre d’études en urbanisme (URBAT), (1994), Projet du PDAU de la commune de Welhaça el Ghraba, phase I et II.

Direction du tourisme / Wilaya de Aïn Témouchent, (2004), Rapport sur le développement des activités touristiques au niveau du littoral de Aïn Témouchent, 15 p.

Grimes S., Boutiba Z., Bakalem A. et al., (2003), Biodiversité marine et littorale algérienne, Sonatrach, p.258-285.

Inspection de l’environnement de la wilaya de Aïn Témouchent, (2004), Rapport sur l’état d’avancement du plan d’aménagement côtier de la wilaya de Aïn Témouchent, p.1-5.

Institut national de cartographie (INC), Cartes topographiques 1/25000, 1/50000 (nouvelle édition 1990) et Photos aériennes 1/20 000 (mission 1972 et 1998).

Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, n° 10 du 12 février 2002, Loi n° 02-02 du 5 février 2002 relative à la protection et à la valorisation du littoral, p.18-22.

Kahl C., (1942), Oran et l’Oranie avant l’occupation française, L.Fouque, p.7-10.

Ministère de l’Aménagement du territoire et de l’environnement, (2002), Circulaire interministérielle n° 380/SPM du 19.10.2002 portant sur la mise en œuvre de la loi littoral dans le cadre du programme d’aménagement côtier,10 p.

Office national du tourisme et de l’artisanat, (2004), Le ministre du Tourisme à Béjaï « La loi littoral sera appliqué » in Algérie tourisme, n° 30, p.11-12.

Office national des statistiques (ONS), (2002), Cahier des statistiques, n°10, Wilaya de Aïn Témouchent, p.15-30.

Tinthoin R.,(1945), Les aspects physiques du tell Oranie, Thèse doct. L.Fouque, p.437-447.

Rives nord-méditerranéennes, (2003), Urbanisation et environnement sur le littoral nord méditerranéen, n°15, 97 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation du site de Rechgoun
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-1.png
File image/png, 13k
Title Photo 1 - Siga : vestige d’une ancienne ville romaine
Credits (Cliché : T. Ghodbani)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-2.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig. 2 - Les phases d’extension urbaine de la région de Rechgoun
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-3.png
File image/png, 23k
Title Photo 2 et 3 - exemples d’habitat local
Credits (Clichés : T. Ghodbani)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-4.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Fig. 3 - Les principaux types de propriété foncière
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-5.png
File image/png, 19k
Title Fig. 4 - POS rive gauche
Caption Source : Bureau d’études d’architecture Korso, 2000
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-6.png
File image/png, 56k
Title Photo 4 - L’urbanisation sur la plage de Madrid
Credits (Cliché : T. Ghodbani)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-7.jpg
File image/jpeg, 72k
Title fig. 5 - Les périmètres de la loi Littoral
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/350/img-8.png
File image/png, 78k
Top of page

References

Electronic reference

Tarik Ghodbani, « Rechgoun, un espace à protéger sur le littoral ouest de l’Algérie », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 03 September 2008, connection on 27 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/350 ; DOI : 10.4000/mediterranee.350

Top of page

About the author

Tarik Ghodbani

Département de Géographie et d’Aménagement du Territoire, Faculté des Sciences de la Terre, Université d’Oran Es-Senia, Algérie.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page