Skip to navigation – Site map

Logiques de protection de l’environnement en Grèce : le cas de la péninsule athonite

Logics of environmental protection in Greece – the case of the Athos peninsula
Régis DARQUES
p. 73-80

Abstracts

The illicit dumps which often border urban areas, concrete constructions on tourist –oriented coastal stretches, and atmospheric pollution offend sensibilities, but they have rarely mobilized politicians to act. In the largely fictional panorama in Greece of « zones of official protection », Mount Athos stands out as an invincible peninsula, which still resists, as it always has, the encroachment of the modern world. The exceptional patrimony of this territorial space is preserved, thanks to ancient legal protection and its particular constitutional status as the spiritual center of world Orthodoxy.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Grèce, Athos (mont)
Top of page

Full text

Introduction

  • 1 -Ce nom traduit le grec´Αγιον ´Ορος, que l’on appelle également (Mont) Athos, du nom du plus haut s (...)

1La péninsule athonite est un territoire d’exception. Par la richesse de son patrimoine culturel et architectural, la Sainte Montagne1 témoigne de la persistance actuelle d’une orthodoxie byzantine riche de traditions et soucieuse de garantir à ses communautés monastiques les conditions favorables à leur épanouissement spirituel. En-dehors de l’Hellade, le rayonnement du Mont Athos s’étend à l’ensemble du monde orthodoxe dont il constitue le cœur spirituel. Mondialement connu à l’étranger à travers ses icônes millénaires, ses immenses bibliothèques et ses monastères fortifiés, l’Athos l’est beaucoup moins pour une autre partie de son patrimoine : un environnement naturel préservé, depuis des siècles, des agressions du monde extérieur. En 1988 le site a été classé patrimoine mondial de l’humanité au titre des biens naturels et culturels. Cette reconnaissance tardive n’est en aucun cas une tentative de sauvetage désespérée. C’est la simple traduction « administrative » d’un principe de protection drastique inscrit dans la règle monastique dès l’apparition des premières communautés (ixe siècle).

  • 2 - Données du dernier recensement de la population, Office national statistique de Grèce, 2001.
  • 3 - Καταστατικός Χάρτης

2Sur un territoire de 336 km2 sont aujourd’hui regroupés vingt monastères et 2 262 moines2 coupés du reste de la Chalcidique par une frontière étanche (fig. 1). L’extra-territorialité procède d’une autonomie juridique inscrite dans la constitution hellénique et dénommée principe d’« auto-administration ». Constitutionnellement, le Mont Athos est ainsi un territoire grec autonome, non souverain, qui relève du point de vue spirituel de l’autorité directe du Patriarcat de Constantinople. À l’intérieur de ses frontières, le droit athonite se fonde sur une charte statutaire3 conçue par la communauté hagiorite elle-même en 1924. Cette autonomie instituée par les Empereurs byzantins a été reconnue par toutes les autorités tutélaires successives de l’Athos, y compris le pouvoir ottoman, pour se perpétuer jusqu’à nos jours.

  • 4 - Dénomination générique pour l’ensemble des personnes de confession non-orthodoxe.

3Les fondements juridiques de l’extra-territorialité permettent aux communautés monastiques de maintenir leur isolement et d’échapper aux aléas du monde extérieur. La circulation des personnes sur le dernier des trois « pieds » de la Chalcidique est soumise à autorisation préalable, contrôlée quotidiennement et limitée dans le temps –toutes dispositions renforcées pour les hétérodoxes4. Selon le principe de l’« avaton », aucune femme n’est autorisée à pénétrer dans l’Athos. La Sainte Montagne constitue ainsi un paradoxe géographique, un non-lieu, où toute notion de modernisation et de changement serait bannie. Le territoire doit y rester figé.

4L’étude de la protection d’un site naturel aussi remarquable pourrait dans ces conditions tourner court. Puisque l’Athos est soumis à un régime d’extra-territorialité de fait, il bénéficie d’un statut juridique que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans l’ensemble des pays méditerranéens. Il échappe de ce fait aux défauts des mécanismes standard de protection de l’environnement relevés sur d’autres périmètres protégés. L’analyse de cette spécificité nous permet toutefois de jeter un regard critique sur l’ensemble des autres dispositifs, notamment en Grèce. L’intégration récente de la péninsule au programme européen Natura 2000 a-t-elle un sens ?

fig. 1 - Chalcidique et mont Athos

fig. 1 - Chalcidique et mont Athos

1. La conception orthodoxe du rapport à la nature

5Face à la dégradation spectaculaire des littoraux touristiques grecs soumis au cours des dernières décennies à une pression touristique énorme, à une urbanisation qui trouve dans les plaines côtières un terrain d’expansion privilégié et à une législation permissive qui autorise la persistance de centaines de milliers de constructions illicites, l’Athos propose l’image idyllique d’un contrôle de l’aménagement strict, d’une nature entièrement préservée, de côtes vierges de tout aménagement dégradant. La communauté hagiorite parvient à concrétiser les rêves de tout écologiste convaincu. Malgré la proximité de Salonique, en dépit de la fréquentation assidue de la Chalcidique, toute atteinte directe et permanente à son environnement naturel a été évitée jusqu’à présent. Ce « succès » –certains y verront la marque d’une communauté rétrograde hermétique à toute idée de « progrès », la terminologie dans le domaine de l’environnement est piégée– se fonde sur des principes ancestraux, la conception orthodoxe du rapport à la nature.

6Dans la spiritualité orthodoxe en effet, la nature est considérée comme une manifestation de Dieu – Θεία Ευχαριστία –, un don du Père à l’homme. Dans le cadre de cette pensée théologique, la nature doit être utilisée avec parcimonie. Sa finalité n’est pas la satisfaction de tous les désirs matériels, bien que l’humanité ait tendance à se poser en maîtresse du monde et à négliger la présence divine au cœur de la création. L’imagerie religieuse oppose donc le désert, fruit d’une exploitation de la terre au bénéfice exclusif de l’homme, et le jardin fécond.

  • 5 - Sorte de petits cabanons frustes constitués généralement d’une unique pièce d’habitation.

7La place des moines et leur rapport à l’environnement se trouve balisée par une utilisation éminemment écologique des ressources naturelles. L’édification des structures artificielles, faites de main d’homme, se justifie souvent dans la représentation collective par une manifestation divine qui prend corps dans un élément naturel, arbre, rocher ou source par exemple. Les bâtiments, lieux de culte et autres kalyves5 doivent s’inscrire harmonieusement dans le paysage. Ils ne doivent en aucune manière perturber le milieu alentour. Les bâtiments sont construits avec des matériaux locaux, leur couleur est déterminée de façon à s’harmoniser avec l’environnement immédiat. Le choix des sites tient compte des contraintes dues au relief et des éléments climatiques afin que la beauté des paysages puisse être préservée et qu’elle continue à susciter l’admiration commune.

  • 6 - Ermitage d’un groupe de moines dépendant d’un monastère, petit monastère dépendant d’un plus gran (...)

8L’organisation du territoire se fonde entièrement sur cette conception du rapport à la nature. Pourtant, certains monastères ont atteint au cours de leur histoire des effectifs démographiques impressionnants, susceptibles de créer une pression environnementale attentatoire. Citons par exemple Agios Pandeleimon et ses 2000 moines recensés en 1913. En dépit de la forte concentration des bâtiments nécessaires à l’installation des religieux, en aucun cas la péninsule ne doit s’urbaniser. Ce jeu d’équilibre délicat se traduit également par un contrôle strict des activités agricoles et de l’exploitation forestière. Les alentours des monastères et skites6 sont consacrés aux jardins potagers qui fournissent une bonne part des denrées alimentaires consommées sur place. Les zones cultivées sont réduites au minimum. De toute façon, les fortes pentes limitent de facto les grandes plantations et labours. À cela s’ajoute une interdiction totale de l’élevage de pâture dans la péninsule. Seuls quelques animaux de bât sont en principe autorisés pour le transport de matériaux et des personnes. De même, à l’exception de la voie reliant la capitale athonite Karyès à son port principal Dafni, les routes asphaltées sont proscrites. L’Athos est quadrillé par un réseau de chemins pédestres qui assurent la communication entre les monastères et leurs dépendances. L’accès à la Montagne Sainte ne peut se faire que par voie de mer.

9Ces conditions permettent aisément de comprendre comment le Mont Athos s’est auto-constitué conservatoire de l’environnement naturel méditerranéen. La diversité biologique y est savamment cultivée. Les spécialistes dénombrent près de quarante espèces végétales endémiques réparties entre les rochers abrupts du littoral et le sommet de l’Athos, au climat sub-alpin. La péninsule est presque entièrement recouverte de forêts denses où se mêlent selon les conditions édaphiques et climatiques chêne, pin d’Alep, châtaignier, hêtre, ainsi que pin noir et sapin aux étages supérieurs (Photos 1-2).

  • 7 - Plus de 50 000 « pèlerins » annuels estimés à la fin des années 1990. Le terme de « touristes » a (...)
  • 8 - 8 400 résidants en 1913, 1 500 en 1991.

10Les ressorts théologiques de cette gestion de l’environnement n’ont toutefois pas éliminé totalement les menaces. Quelques atteintes encore limitées ont pu être dénoncées : épuisement des ressources forestières, trop intensément exploitées, pollution due à l’augmentation du nombre annuel de visiteurs(7), engins motorisés et autres intrusions technologiques récentes (téléphone, internet, etc.), incendies de grande ampleur. Face à ces dangers différemment mesurés, la communauté athonite n’est pas pleinement unie. Certes, la surexploitation forestière était déjà connue dans la seconde moitié du xixe siècle (grandes plantations de châtaigniers notamment), mais la diminution des surfaces cultivées est essentiellement due à la déprise démographique de ce siècle8. De même, l’aggravation des incendies de forêt a favorisé l’érosion des sols et a limité la prolifération de certaines espèces.

11L’intégration dans le dispositif Natura 2000 peut ainsi être interprétée comme une tentative de réponse, même partielle, aux problèmes précédents. Un réseau routier entre monastères a été mis en place pour répondre aux besoins de l’exploitation forestière et faciliter la lutte contre les incendies. Des experts extérieurs ont pu établir des diagnostics et proposer des solutions d’aménagement. Mais l’ancienne tradition d’autonomie des monastères ne facilite pas la coordination des efforts. Ces quelques déconvenues ne parviennent pas à ternir l’« exploit » athonite : maintenir un conservatoire vivant du monde byzantin contre vents et marées, dans un pays soumis depuis un quart de siècle aux soubresauts d’une modernisation fulgurante. Cette réflexion nous amène naturellement à analyser les modes de gestion du patrimoine naturel hellénique afin de mieux comprendre la spécificité athonite.

2. Le dispositif de protection environnementale en Grèce

12La situation de l’Athos est d’autant plus difficile à cerner que la Grèce ne fait pas partie des champions de la protection de l’environnement. La prise de conscience écologique de la population y est récente et les mesures destinées à limiter les atteintes les plus manifestes au milieu naturel peinent à être appliquées. La plupart des grands quotidiens nationaux ont certes introduit dans leurs feuillets des rubriques « écologie » qui signalent régulièrement, sous forme de dossiers complets et bien renseignés, les situations les plus critiques où le patrimoine national est menacé. Il n’en demeure pas moins que la protection de l’environnement n’a jamais véritablement été érigée en objectif prioritaire par les instances gouvernementales, qui s’accommodent d’un lobbying modéré des associations écologistes.

13La dégradation des conditions de vie dans les grandes agglomérations (pollution atmosphérique notamment), les constructions illégales qui ont envahi le territoire, les incendies à répétition, la pollution maritime ont pourtant atteint les esprits. Elles n’ont jamais réellement permis de réorienter les objectifs économiques. Dans un pays obsédé par son « retard de développement », longtemps marqué par une émigration de pauvreté, encouragé à grands frais par Bruxelles à créer de grandes infrastructures nationales, les préoccupations environnementales semblent encore rester en retrait.

  • 9 - Source : ministère de l’Environnement, 2001 et 2005.

14Les autorités peinent à relayer dans les faits l’intérêt nouveau des Grecs –en grande majorité citadins– pour leur patrimoine écologique. Le tableau des principaux espaces naturels protégés par la législation nationale est édifiant9 (Pl. VIII h.t.). On dénombre :

    • 10 - Εθνικοί δρυμοί ou εθνικά πάρκα.

    12 « parcs nationaux »10 qui couvrent 860 km2, soit 0,6% du territoire. Les premiers parcs sont apparus en Grèce en 1938 (Olympe et Parnasse). En 1961-62 s’ajoutent Parnès, Ainos et Samaria, puis en 1966 Iti et Pinde, en 1973-74 Vikos, Prespa et Sounio. Après un quart de siècle d’attente, deux parcs nationaux voient le jour à proximité de Marathon (2000) et autour des lacs Volvi-Koronia (2004), dans le département de Salonique. À ces périmètres continentaux s’ajoutent deux parcs marins : Sporades septentrionales (1992) et Zante (2000). Si l’on excepte les secteurs maritimes, le Mont Athos représente à lui seul près de la moitié de la superficie ainsi protégée. Des associations écologiques helléniques proposent actuellement de le greffer à une liste de sept autres parcs potentiels.

  • 51 « monuments de la nature à protéger » pour la plupart de faible étendue, qui vont du platane millénaire de Geroplatano en Chalcidique à la forêt fossile de Lesbos en passant par quelques sources, oliviers et autres forêts aux espèces remarquables. La classification a débuté en 1975 pour s’achever en 1986.

  • 19 « forêts d’intérêt esthétique » qui couvrent 325 km2, déclarées entre 1973 et 1980. La plus importante couvre la vallée de Tembi et l’Ossa (Thessalie).

  • 585 « refuges de la vie sauvage » classés entre 1976 et 1999. Avec 9200 km2 et 7% du territoire national, il s’agit de la catégorie endogène la plus étendue. C’est le pendant « animal » des « forêts d’intérêt esthétique ». Les principales concentrations sont disposées le long du Pinde et en Macédoine occidentale. Certains espaces périurbains ou urbains sont intégrés dans cette catégorie.

  • Le dispositif national s’achève avec sept « zones cynégétiques contrôlées ».

15Par l’adhésion à des traités ou accords internationaux, l’État grec a intégré dans sa propre législation des dispositifs qui sont venus se surimposer aux précédents. Les territoires concernés ne diffèrent en rien dans leur délimitation de ceux déjà mentionnés :

  • 10 zones humides d’importance internationale selon la nomenclature Ramsar (1700 km2)

  • 2 monuments du patrimoine mondial : Athos et Météores

  • 1 eurodiplôme concernant le parc national de Samaria (Crète)

  • 2 réserves de la biosphère appliquées à ces mêmes gorges de Samaria et au parc national de l’Olympe

  • 16 réserves biogénétiques (222 km2)

  • 9 zones de protection spéciales selon le traité de Barcelone (2600 km2)

  • 11 - Ελληνικό Κέντρο Βιοτόπων-Υγροτόπων, EKVY.

16Un sort particulier doit être réservé au réseau Natura 2000 qui comprenait en 2005 151 zones de protection spéciale (13 700 km2) et 208 zones d’intérêt communautaire spécial (24 800 km2). Ces deux catégories cumulées à fort recouvrement géographique totalisent près de 20% du territoire national. Au cours du recensement opéré par le Centre hellénique des biotopes et zones humides(11), la législation hellénique a été prise en compte de sorte que presque toutes les zones protégées par un quelconque statut national ont été intégrées dans le réseau européen, au prix d’une extension fréquente de leur périmètre. On peut douter de l’efficacité réelle de tels classements. Aucun autre dispositif n’ayant jamais atteint de telles dimensions, les faiblesses administratives grecques laissent présumer une totale inanité de l’initiative.

17Entre la Grèce étroite des zones réellement protégées, celles où le contrôle des prescriptions a des chances d’être respecté et celle, fantasmée, d’un pays où le patrimoine naturel n’a rien à envier à l’héritage culturel se pose un gouffre que ni la législation, ni les instances administratives, ni la population ne sont à l’heure actuelle capables de combler. Pour comprendre les raisons de cette impossible quadrature du cercle, il faut à présent s’intéresser à l’application de ces dispositifs et aux débats qu’elle suscite. Dans quelle mesure la protection de l’environnement n’est-elle pas une volonté de façade ?

3. La protection légale de l’environnement et ses limites

  • 12 - Φιλοδασική ΄Ενωση.
  • 13 - Τεχνικό Επιμελητήριο Ελλάδας, TEE.
  • 14 - Επιτροπή Προστασίας του Ελληνικού Τοπίου.

18L’intérêt porté à l’environnement émerge en Grèce avant-guerre, au moment où les premiers parcs nationaux sont dévoilés. Quelques associations, telle la Ligue de protection des forêts d’Athènes(12), appuient les premières initiatives de protection de l’environnement. Il faut attendre les années 1950 pour que des organismes spécifiques chargés d’étudier à la fois les problèmes techniques et juridiques de l’aménagement du territoire n’apparaissent : Chambre technique de Grèce13 (1953) et Comité de protection du paysage grec14 (1957). L’initiative privée est le moteur de l’évolution.

19Du côté de l’État, il faut attendre la constitution de 1975 et la chute du régime des colonels pour que quelques mesures formelles soient inscrites dans la législation hellénique. Les prises de position restent très modérées, certains concepts sont repris des différents accords internationaux où la Grèce a apposé sa signature. Il s’agit essentiellement de défendre les Hellènes contre les excès des éléments, qui découlent eux-mêmes souvent d’une utilisation excessive des ressources naturelles et de l’aménagement anarchique du territoire. À cette époque Athènes est en proie à une urbanisation massive et largement incontrôlée. La capitale subit quotidiennement les effets du néphos, certains sites à caractère culturel sont menacés, les littoraux touristiques sont envahis par des hôtels, campings et autres villas aux impacts paysagers ravageurs. L’article 24 de la constitution, qui fonde l’ensemble des dispositions légales à venir, fait obligation à l’État de protéger l’environnement, mais il exonère les administrés de l’exercice de leurs responsabilités.

20Ainsi se met en place un système juridique qui dépasse les principes du droit « négatif » d’avant-guerre, limité à la gestion des risques industriels et des ressources forestières. Deux grands domaines thématiques de protection sont définis : forêts et environnement urbain.

  • La constitution établit que le droit de propriété est assujetti à la protection des forêts. La délimitation du domaine public boisé est définitivement figée et l’usage des forêts privées ne peut plus être modifié. La définition des périmètres forestiers se fait sur critère physique. Elle ne se fonde pas sur le statut juridique. Les forêts incendiées ne perdent pas leur ancien statut et doivent être obligatoirement rétablies dans leur ancienne condition.

  • La protection de l’environnement urbain est agrémentée d’objectifs ambitieux : limitation légale de la propriété privée, études obligatoires d’impact préalables à l’installation de tout établissement industriel, contrôle du bâti à travers les « systèmes de construction », destruction automatique des constructions illégales sur décision de justice.

21Le tableau est ici loin d’être complet. Toutefois, la pratique du droit a mis à mal ces bonnes dispositions. Au delà du principe législatif, l’usage quasi systématique de la dérogation et de la reconnaissance du fait accompli a été institué :

  • légalisation a posteriori de quantité de constructions illégales

    • 15 - Remplacement d’un espace boisé existant par des nouvelles plantations, débat autour de l’édificat (...)

    décisions ministérielles de suppression d’espaces verts à l’intérieur des agglomérations pour des besoins d’aménagement et instauration de la règle du « vert contre vert »15 ;

    • 16 - Entreprise publique d’électricité.
    • 17 - Organisme de télécommunications de Grèce.

    exceptions multiples légalisant la construction de bâtiments dans les espaces boisés pour satisfaire des actions « éthiques » (infrastructures pour handicapés, etc.) ou pour les principaux établissements publics (DEI(16), OTE(17), etc.).

22En dépit de la garantie constitutionnelle, la protection de l’environnement a souffert de l’inaction du législateur, assemblée nationale et gouvernement confondus. Les responsables politiques se sont globalement défaussés sur les cours de justice chargées de régler les litiges sans législation cohérente et sans exercice plein de leurs prérogatives. Certains jugements de cour ont même contrevenu à l’esprit de l’article 24 de la constitution. L’inertie politico-juridique soutient en ce sens les intérêts privés contre la protection de l’environnement et les pratiques raisonnables de l’aménagement.

23Comment d’ailleurs les instances judiciaires auraient-elles pu prendre position clairement ? L’article 24 de la constitution n’a été agrémenté d’aucune loi exécutive. Les textes votés sont des annonces de futures mesures qui ne seront appliquées que si d’autres textes législatifs sont adoptés. Les énoncés sont vagues ou confus et ne peuvent déboucher que sur l’inertie administrative des organes chargés de leur application. En somme, la Grèce n’arrive pas à se défaire d’une frilosité juridique qui rend impossible la protection réelle de l’environnement.

  • 18 - Dénomination générique pour toutes les constructions illégales.

24Dans les situations concrètes, l’opinion commune dicte sa loi en toute impunité. L’exemple des afthaireta18 est symptomatique des enjeux qui gravitent autour de l’aménagement du territoire en Grèce, en particulier dans le domaine périurbain. L’administration admet généralement son incapacité à empêcher l’apparition des constructions illégales et en déduit que, faute de contrôle adéquat, la légalisation des biens est une nécessité pratique. Ce constat souligne que l’État lui-même est incapable d’appliquer les principes fondamentaux de l’aménagement du territoire, sachant qu’une partie de ces biens-fonds sont érigés sur des terrains dont la propriété n’est pas certifiée. L’« intérêt public » immédiat est toujours privilégié.

  • 19 - I Kathimerini, 5/6/1997.
  • 20 - I Kathimerini, 16/9/2003.

25Il n’est guère étonnant dans ces conditions de trouver régulièrement à la une de la presse nationale des titres tapageurs : « le gouvernement étudie la légalisation générale de plusieurs centaines de milliers de logements illégaux pour recouvrir 250 milliards de drachmes »19. À l’automne 2003, à la veille de nouvelles échéances électorales, le gouvernement Simitis étudiait encore la régularisation d’un million d’afthaireta et prévoyait une diminution des peines forfaitaires20. L’ambivalence du pouvoir vis-à-vis des constructions illégales traduit sa propre incapacité à réguler efficacement la croissance urbaine. Les destructions ordonnées par les administrations régionales sont restées exceptionnelles. Certains commentateurs n’hésitent pas à avancer que (presque) toute la Grèce a été construite illégalement. Comment mobiliser les dirigeants politiques et inciter la population à respecter des plans d’urbanisme dans ces conditions ? Le contrôle des constructions est perçu comme illégitime parce qu’il introduit une discrimination là où tout le monde s’accorde à reconnaître une norme.

26Une autre manière d’aborder ce type de « dérive » –le terme semble ici inapproprié car l’État et la société civile s’accordent sur ce fonctionnement– est de la considérer sous son aspect positif. Les Grecs acceptent sans sourciller le principe d’efficacité. Partant de cela, l’administration affirme son pouvoir discrétionnaire : elle ne peut revenir sur ses propres décisions, même si ces dernières sont illégales, sauf si l’intérêt général est menacé.

27Les règles du droit relèvent donc couramment de la soft law. Elles ne sont pas contraignantes. La signature d’accords internationaux, sans engagement autre que de principe, et sans organisme chargé de l’application des protocoles, ne fait que renforcer la tendance schizophrénique à prêcher le plus pour faire le moins. Peut-on pour autant réduire l’impact des accords de Ramsar ou de Barcelone à un simple affichage politique de bonne intention à destination de l’étranger ? La liste des traités signés depuis 1950 est longue. Le nombre de directives et de règlements internationaux augmente continuellement en Grèce, bien que certains soient incompatibles avec la législation nationale. Seuls les traités qui relèvent du droit obligatoire peuvent toutefois aboutir à une modification du dispositif juridique national. Les différents règlements européens pèsent d’ailleurs lourdement aujourd’hui dans la prise de conscience collective.

  • 21 - Υπουργείο Περιβάλλοντος Χωροταξίας και Δημοσίων Εργών, ministère de l’Environnement, de l’Aménage (...)
  • 22 - Ειδική Υπηρεσία Συντονισμού Εφαρμογής Διατάξεων Αυθαιρέτων Κατασκευών, EYSEDAP.
  • 23 - Ειδικό Σώμα Ελεγκτών για τη Προστασία του Περιβάλλοντος, ESEPP.
  • 24 - Κλιμακίο Ελέγχου Ποιότητας Περιβάλλοντος, KEPPE.

28Nous ne rentrerons pas dans le détail de l’architecture administrative chargée de la protection de l’environnement. Pour résumer, dans cet État hyper-centralisé, le ministère de l’Aménagement21 joue un rôle décisif. L’YPECHODE a été créé en 1980 pour contrôler l’aménagement du territoire, la protection de l’environnement et la politique urbaine. La même année apparaît le Service spécial de coordination pour l’application des ordonnances sur les constructions illégale(22), placé sous son égide. En 1994 le Corps spécial des commissaires à la protection de l’environnement23 et l’Équipe de contrôle de la qualité de l’environnement24 voient le jour à leur tour. Ces deux structures disposent d’antennes régionales et départementales. Elles sont au cœur de l’action préventive et curative dans le contexte législatif et judiciaire précédemment décrit. Si l’on excepte les autres ministères en charge de domaines d’activités où l’impact environnemental doit être également géré, plusieurs autres organismes à compétence géographique limitée (agglomérations d’Athènes et de Salonique) ou à domaine thématique dédié complètent le tableau. Les administrations locales disposent donc d’une marge de manœuvre extrêmement limitée. Elles se contentent de la protection des ressources hydriques, se chargent de réaliser des travaux, protègent et mettent en valeur les littoraux et forêts en coordination avec les services d’État. Autrement dit, sur les questions essentielles, leur rôle est purement consultatif.

4. La loi de 1986 et les avancées récentes

  • 25 - Επιτροπή Χωροταξίας και Περιβάλλοντος.

29Quelques avancées significatives ont tout de même été enregistrées ces dernières années pour palier les défauts dénoncés précédemment. Une première loi générale « sur l’aménagement et la protection de l’environnement » est votée en 1976. Elle fonde la Commission sur l’aménagement et l’environnement25. L’amélioration de la situation aurait pu être significative si la loi avait été appliquée et ne s’était pas heurtée à une levée de boucliers : le pouvoir accordé au législateur –le droit de fonctionner par décrets– a été immédiatement remis en cause par le Conseil d’État.

30Mais l’évolution s’accélère en 1986 avec le vote de deux lois. Celle sur les « rapports État-citoyen », inspirée du droit français, autorise les personnes physiques et morales à compulser les documents administratifs auparavant interdits à la consultation. Cette nouvelle liberté permet aux citoyens de contrôler les activités administratives et, si besoin est, de contrer les décisions. La loi 1650 « sur la protection de l’environnement », pour sa part, répond à onze années d’attente depuis le vote de la Constitution. Dans le contexte économique du milieu des années 1980, cette loi entend réguler l’activité économique sur un impératif, celui de protéger l’environnement. Le pouvoir discrétionnaire des juges en matière de contrôle et d’application des règles d’aménagement y est transmis à l’administration qui peut désormais légalement s’autodéterminer sur la base de programmes de développement. On voit à quel point les deux lois peuvent être complémentaires.

  • 26 - Ενιαίος Φορέας Περιβάλλοντος, EFOP.

31La majorité des mesures de protection doit, dans cette perspective, émaner du gouvernement par décisions ministérielles. Il en découle un principe d’action ponctuel et non systématique. Aucune participation citoyenne au contrôle de la qualité de l’environnement n’est prévue. Toutefois, les associations écologistes se trouvent promues : elles seules peuvent avoir suffisamment de moyens pour entamer des actions en justice contre l’administration. L’obligation pour tout projet d’aménagement d’étudier préalablement l’impact environnemental est la seule disposition « positive » du texte. À travers l’YPECHODE, l’Organisme unique de l’environnement26 doit centraliser toutes les mesures de la qualité de l’environnement. Son rôle est simplement consultatif, mais il bénéficie du monopole de l’information.

32Cette nouvelle tentative législative s’est évidemment heurtée à de nombreux obstacles. Beaucoup y voient une loi-écran. Les débats qui tournent autour du vote du texte à l’assemblée nationale et les propos recueillis auprès des principaux responsables politiques au moment des débats est édifiant. Certains députés (Skouris-Tachos, 1998) parlent d’« une étude théorique sur la dictature ». D’autres voient « une loi neutre qui prendra corps selon la pression des groupes et intérêts sociaux, et qui se poursuivra de ci de là » au hasard des aléas politiques. En dépit des pressions exercées par l’Association des industriels grecs, la loi a été votée sans coup férir. La position des intéressés eux-mêmes, ministre de l’Aménagement en tête, est des plus surprenantes : « Les limites et les facteurs environnementaux ne peuvent être recopiées d’autres pays parce que la structure de notre industrie est différente de l’industrie des pays développés. Nous pensons qu’il faut aider l’industrie hellénique à progresser vers des établissements non polluants ». D’autres arguments susceptibles de semer la confusion sont avancés : « Avec le contrôle de l’usage du sol, nous libérons des possibilités de développement » (secrétaire d’État à l’Environnement). Ce propos sous-entend que le système traditionnel, spontané et informel, de gestion du territoire s’auto-régule et que toute immixtion de l’État ferait voler en éclats des équilibres précaires considérés comme efficaces. Autrement dit, cette loi créerait des précédents exactement contraires à son objectif initial…

33Ces débats souvent ubuesques restituent l’atmosphère qui prévaut encore aujourd’hui pour toutes les questions environnementales dans la société hellénique. Les contradictions sont fréquentes et les prises de positions stigmatisées. Dans les faits, l’application de la loi a toujours été repoussée. L’harmonisation progressive des anciennes ordonnances avec le nouveau texte n’a jamais été menée à bien. D’ailleurs l’énoncé prévoyait la possibilité pour l’État de prendre des mesures d’« échange » et de « facilité » au profit de particuliers dont les intérêts seraient lésés par la loi.

34Le mode de fonctionnement par décrets aboutit à une succession de décisions exclusives, de passe-droits. Ainsi, le décret présidentiel 306/1991 stipule-t-il que « les bâtiments construits sur des terrains littoraux peuvent être localisés jusqu’au front de mer en Crète, à Rhodes, à Corfou et en Chalcidique ». Cette dernière mention retiendra tout particulièrement notre attention puisqu’elle instaure de fait une situation d’exception sur ces îles ou presqu’îles majeures où s’exerce une pression touristique maximale.

  • 27 - Loi 2338/1995 pour la construction de l’aéroport de Spata, loi 2395/1996 pour l’édification du po (...)

35De même, l’article 7 de la loi 2338/1995 édicte que « les conditions environnementales des travaux qui ont des conséquences importantes pour l’économie nationale, pour lesquels les contrats de cession et de construction sont avalisés par un acte législatif particulier, sont fixées par une loi formelle introduite par vote après clôture des formalités de publicité prévues par la loi 1650/1986 ». Les grands aménagements qui ont été réalisés en Grèce dans la dernière décennie –grands travaux d’infrastructures routières et autoroutières, aménagements majeurs pour accueillir les jeux olympiques de 2004– ont été légalisés par ce biais, avec toute l’ambiguïté que contient l’expression « travaux qui ont des conséquences importantes sur l’économie nationale »27.

36Cette situation aboutit au vote systématique de lois anticonstitutionnelles et discrédite toute l’activité administrative qui en découle. Par là même, tout contrôle juridique des projets d’aménagement, tant dans leur phase d’étude que de réalisation, est d’emblée évacué. Ce dispositif revient donc à entraver gravement les possibilités de recours des associations écologistes.

37Peu à peu le mode d’action pratique de l’État en matière d’aménagement s’est enfoncé dans la déviation constitutionnelle. Les mesures illégales de l’assemblée et des gouvernements contre la protection de l’environnement se sont multipliées. Ainsi la loi 2445/1996 autorise-t-elle la prise de possession, le défrichage des bois et étendues forestières en vue de la construction du boulevard Elefthinas à Athènes, contre tous les dispositifs de classement prévus par les autres prescriptions.

Conclusion : retour vers l’Athos

38D’un point de vue légal, l’évolution de la défense de l’environnement et de l’aménagement du territoire en Grèce pourrait se résumer au cours des dernières décennies à un retournement paradoxal :

  • l’inertie administrative est liée tout d’abord à l’absence de législation « positive » sur l’environnement, à un moment où les capacités d’action de l’État et des administrations locales sont limitées par rapport à l’ampleur des initiatives individuelles –l’urbanisation « spontanée »– ;

  • dans un second temps, l’État se montre plus entreprenant, le principe de protection générale est inscrit dans la Constitution. Une conscience écologique émerge progressivement dans la population. Toutefois, pour mener à bien ses projets, le législateur s’installe dans une illégalité permanente corroborée par des contradictions légales multiples. Ainsi, la culpabilité de l’action illégale s’est progressivement déplacée de la population vers les instances représentatives.

39Quoi qu’il en soit, la gestion de l’environnement semble se solder en Grèce par une cacophonie générale et une mise en échec pratique. Le contrôle du territoire échappe toujours à l’État qui continue de cautionner les intérêts économiques particuliers au détriment de la préservation du patrimoine naturel et de la lutte contre la pollution.

40Ce détour à travers les arcanes de la législation hellénique nous permet de revenir vers le Mont Athos avec de nouvelles clés pour comprendre les enjeux locaux de la protection de la péninsule. La Sainte Montagne est un anti-modèle. L’utilisation parcimonieuse des ressources naturelles y est une réussite éclatante au regard des excès pratiqués dans les régions touristiques helléniques. La protection constitutionnelle dont l’Athos bénéficie lui a évité les aléas d’une gestion incohérente et permissive de son patrimoine naturel. Ce succès se mesure d’autant plus facilement que l’on peut comparer le sort de ce grand site avec le regroupement monastique fameux des Météores. Dans ce petit territoire limitrophe de Kalambaka, fortement menacé, l’État s’est vu contraint au milieu des années 1990 à une « ingérence » salvatrice. Grâce à une série de décrets-lois, il a limité les nuisances et intrusions afin de maintenir l’activité monastique en place.

41Face à une périurbanisation dévorante et à la dégradation de leurs conditions de vie, quantité de citadins éprouvent le besoin de constituer des sanctuaires qui échappent aux excès d’un aménagement conçu sur le modèle idéologique « développement-équipement ». Ces périmètres se fondent sur le principe des « réserves », libres de toute présence humaine, qui échappent aux conséquences désastreuses de l’exercice de l’activité économique. En dépit des apparences, le Mont Athos n’appartient pas à cet archétype du parc naturel où l’efficacité de la protection serait proportionnelle au nombre de moines-gardiens missionnés pour limiter les intrusions extérieures. Il n’a en cela rien de comparable avec les parcs nationaux du Pinde ou de l’Olympe. La Sainte Montagne n’est pas simplement un musée du monde byzantin, la réminiscence d’un passé révolu, c’est surtout un conservatoire vivant. La présence humaine n’y est pas considérée comme parasite, car c’est elle qui fonde la préservation de l’environnement. Dans le contexte national hellénique et à l’échelle européenne, il s’agit sans conteste d’une exception. En conjuguant les affres de l’urbanisation athénienne au paradis naturel athonite, la Grèce démontre ses éclatants paradoxes

Top of page

Bibliography

Antonopoulos N.-A., (1958), Η συνταγματική προστασία του αγιορειτικού καθεστώτος (La protection constitutionnelle du statut hagioritique), Trochalia, Athènes, 297 p.

Daphis S. et alia, (1997), Φύση και φυσικό περιβάλλον στο ́Αγιον ́Ορος (Nature et environnement naturel au mont Athos), ministère de la Culture, Salonique, 59 p.

Michalopoulou Ch., (2004), Νομοθεσία για το περιβάλλον (Législation sur l’environnement), Ziti, Salonique, 876 p.

Papadimitriou G., (2001), Η προστασία των εθνικών δρυμών (La protection des parcs nationaux), Sakkoula, Athènes-Komotini, 272 p.

Papagiannis Th., (1994), Φυσικός χώρος και μοναχισμός (Espace naturel et monachisme), Institut Goulandri-Chorn, Athènes, 69 p.

Sidiropoulos G.-S., (2000),Άγιον Όρος. Αναφορές στην ανθρωπογεωγραφία (Mont Athos. Rapports sur l’anthropo-géographie), Kastanioti, Athènes, 179 p.

Sivignon M. dir., (2003), Atlas de la Grèce, CNRS, Libergéo,La Documentation Française, Paris-Montpellier, 190 p.

Skouris V., Tachos A., (1998), Δίκαιο προστασίας του περιβάλλοντος (Droit de protection de l’environnement), Sakkoula, Athènes-Salonique, 225 p.

Tachiaos A.-E., (1993).- Mount Athos and the European Community, Institute for Balkan Studies, Salonique, 171 p.

Top of page

Annex

Photo 1 - La tour De Miloutin (Hiliandari)

Photo 1 - La tour De Miloutin (Hiliandari)

Selon les cas, les bâtiments peuvent émerger de la dense couverture forestière ou au contraire être entièrement submergés par celle-ci. Certaines cellules monacales propres aux ermites se fondent littéralement dans l’environnement

(Cliché : R. Darques, 2000)

Photo 2 - le Mont Athos vu depuis Sithonia, à l’ouest

Photo 2 - le Mont Athos vu depuis Sithonia, à l’ouest

Du sommet de ses 2 000 m, le regard peut embrasser la totalité de la péninsule et atteindre selon les jours l’Olympe à l’ouest et l’île de Samothrace à l’est. Certains voyageurs –mais l’Athos est également une terre de légendes– ont prétendu apercevoir au loin Constantinople. Tout un symbole

(Cliché : R. Darques, 2005).

Les périmètres protégés en grèce

Les périmètres protégés en grèce

Source : EKVY, Région de Macédoine centrale

  

Top of page

Notes

1 -Ce nom traduit le grec´Αγιον ´Ορος, que l’on appelle également (Mont) Athos, du nom du plus haut sommet de la péninsule (2 000m).

2 - Données du dernier recensement de la population, Office national statistique de Grèce, 2001.

3 - Καταστατικός Χάρτης

4 - Dénomination générique pour l’ensemble des personnes de confession non-orthodoxe.

5 - Sorte de petits cabanons frustes constitués généralement d’une unique pièce d’habitation.

6 - Ermitage d’un groupe de moines dépendant d’un monastère, petit monastère dépendant d’un plus grand.

7 - Plus de 50 000 « pèlerins » annuels estimés à la fin des années 1990. Le terme de « touristes » appliqué à la fréquentation de la Sainte Montagne par des personnes extérieures aux communautés monastiques est en toute rigueur inapproprié. Par l’édition de permis de séjour, les διαμονητήρια, les autorités de Karyès récusent l’existence d’une quelconque pratique « touristique » du territoire athonite. Ce dernier usage n’a en principe aucun sens aux yeux des intéressés.

8 - 8 400 résidants en 1913, 1 500 en 1991.

9 - Source : ministère de l’Environnement, 2001 et 2005.

10 - Εθνικοί δρυμοί ou εθνικά πάρκα.

11 - Ελληνικό Κέντρο Βιοτόπων-Υγροτόπων, EKVY.

12 - Φιλοδασική ΄Ενωση.

13 - Τεχνικό Επιμελητήριο Ελλάδας, TEE.

14 - Επιτροπή Προστασίας του Ελληνικού Τοπίου.

15 - Remplacement d’un espace boisé existant par des nouvelles plantations, débat autour de l’édification du palais de la musique à Athènes en 1994-95.

16 - Entreprise publique d’électricité.

17 - Organisme de télécommunications de Grèce.

18 - Dénomination générique pour toutes les constructions illégales.

19 - I Kathimerini, 5/6/1997.

20 - I Kathimerini, 16/9/2003.

21 - Υπουργείο Περιβάλλοντος Χωροταξίας και Δημοσίων Εργών, ministère de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics, YPECHODE.

22 - Ειδική Υπηρεσία Συντονισμού Εφαρμογής Διατάξεων Αυθαιρέτων Κατασκευών, EYSEDAP.

23 - Ειδικό Σώμα Ελεγκτών για τη Προστασία του Περιβάλλοντος, ESEPP.

24 - Κλιμακίο Ελέγχου Ποιότητας Περιβάλλοντος, KEPPE.

25 - Επιτροπή Χωροταξίας και Περιβάλλοντος.

26 - Ενιαίος Φορέας Περιβάλλοντος, EFOP.

27 - Loi 2338/1995 pour la construction de l’aéroport de Spata, loi 2395/1996 pour l’édification du pont Rio-Antirio, par exemple.

Top of page

List of illustrations

Title fig. 1 - Chalcidique et mont Athos
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/352/img-1.png
File image/png, 11k
Title Photo 1 - La tour De Miloutin (Hiliandari)
Caption Selon les cas, les bâtiments peuvent émerger de la dense couverture forestière ou au contraire être entièrement submergés par celle-ci. Certaines cellules monacales propres aux ermites se fondent littéralement dans l’environnement
Credits (Cliché : R. Darques, 2000)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/352/img-2.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Photo 2 - le Mont Athos vu depuis Sithonia, à l’ouest
Caption Du sommet de ses 2 000 m, le regard peut embrasser la totalité de la péninsule et atteindre selon les jours l’Olympe à l’ouest et l’île de Samothrace à l’est. Certains voyageurs –mais l’Athos est également une terre de légendes– ont prétendu apercevoir au loin Constantinople. Tout un symbole
Credits (Cliché : R. Darques, 2005).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/352/img-3.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Les périmètres protégés en grèce
Caption Source : EKVY, Région de Macédoine centrale
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/352/img-4.png
File image/png, 117k
Top of page

References

Electronic reference

Régis DARQUES, « Logiques de protection de l’environnement en Grèce : le cas de la péninsule athonite », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 03 October 2008, connection on 30 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/352 ; DOI : 10.4000/mediterranee.352

Top of page

About the author

Régis DARQUES

Chargé de recherche au CNRS, UMR 6570 TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page