Skip to navigation – Site map

Appropriation territoriale du grand site du mont Triglav (Slovénie) et conflictualité 

Territorial appropriation and conflict at the site of Mt. Triglav (Slovenia)
Angela Barthes
p. 81-86

Abstracts

Mt. Triglav, a major natural site in Slovenia, has benefited since the end of the eighteenth century from a strong identification of its inhabitants with their mountain space. However, the impetus to promote the historic value of the site came from the outside, whereas this is at the origin of a recurring conflict. The native reappropriation occurred late through an emphasis on the rural and on sports facilities. But with a weak desire to participate in local development. Since 1991, the year of Slovenia’s independence, marketing campaigns have characterized the site and merchandising interests have come to dominate its territorial organization. Mountain identity has become dualistic, caught between the local peasantry and the new sporting crowd, each of which has its seasonal rhythms.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Slovénie, Triglav (mont)
Top of page

Full text

Introduction

  • 1 - Nous ne retiendrons ici qu’une définition dans son acceptation géographique et sociale, le cadre (...)

1La République Slovène, l’un des plus jeunes États d’Europe, frontalière de l’Italie et de l’Autriche, s’étend sur 20 256 km2 et compte deux millions d’habitants. Accrochée à l’est de l’Arc alpin, l’altitude moyenne est élevée avec plus du tiers du territoire au dessus de 600 mètres. Au cœur de la région alpine, située au nord-ouest du pays, se dresse le mont Triglav (2864 m), la montagne mythique aux trois sommets qui figure aujourd’hui sur le drapeau national (Photo 1). Intégré au parc national du même nom qui comprend six municipalités (Kranska Gora, Jesenice, Radovljica, Bled, Bohinj et Bovec), deuxième destination touristique après le littoral adriatique, il est considéré comme le site naturel1 majeur de la Slovénie (fig. 1).

2Insularisé d’un point de vue social, du fait de ces particularismes géographiques et législatifs, ce grand site est aussi le siège d’une importante dichotomie culturelle. L’imaginaire collectif a construit une forte unité identitaire autour des paysages et des activités humaines, mais le territoire revêt sans doute plus qu’ailleurs une double fonction : celle d’espace de vie et de labeur pour les montagnards et celle de récepteur compensatoire pour les contemplatifs, voire de parc d’attraction pour les citadins. Cette construction duale du territoire, liée à un apport de population exogène et à une forte demande urbaine de nature, implique une organisation saisonnière des activités. Elle est le résultat de processus d’ajustements successifs et de rapports aux frontières adjacentes liés à des conflictualités plus ou moins marquées dont les différentes étapes nous donnent des éléments de compréhension du fonctionnement actuel de ce grand site.

Photo 1 - la face nord du Triglav est la plus large paroi d’Europe

Photo 1 - la face nord du Triglav est la plus large paroi d’Europe

(Cliché : M. Zatarovanja, 2002)

Fig. 1 - Le parc du Triglav est localisé au nord-ouest de la slovénie en région alpine

Fig. 1 - Le parc du Triglav est localisé au nord-ouest de la slovénie en région alpine

1. Le parc du Triglav : éléments de contexte

3La première proposition de création d’une réserve de protection naturelle dans le périmètre du Triglav date de 1908. Concrètement réalisé en 1924 à l’initiative de la section de protection de l’environnement de la société muséologique slovène en association avec le club alpin slovène, le parc fut institué sur les principes d’une protection souple et contractuelle. Son fonctionnement était prévu initialement pour 20 ans et il couvrait les vallées sud du mont Triglav sur 1 600 hectares. Agrandi de 4 000 hectares sur ses marges en 1961 et pérennisé, il devint alors officiellement le parc national du Triglav. En 1981, de nouveau élargi, il atteint son périmètre actuel de 84 000 hectares. Une nouvelle législation vient renforcer les mesures de protection existantes, et son fondement s’étend à la mise en valeur du site et à son développement économique (fig. 2).

Fig. 2 - Les différentes phases d’extension du parc du Triglav

Fig. 2 - Les différentes phases d’extension du parc du Triglav

4La partie centrale du parc comprend les chaînes de montagnes du Triglav, Bohinj, Trenta, Kot, Vrata, Krma, Tamar and Pisnica qui constituent l’unité paysagère et portent l’identité du territoire. Le gradient altitudinal est important, variant de 178 mètres dans les vallées fluvio-glaciaires à 2864 mètres au sommet du mont Triglav. Les conditions topographiques et édaphiques constituent donc un facteur limitant pour l’agriculture qui n’occupe que 12% de la surface mais 23% de la population active. Comme dans la plupart des hautes montagnes alpines, l’élevage est très développé et constitue le principal revenu agricole. Environ 60 unités pastorales contrôlées sont encore utilisées. La sylviculture est une branche économique majeure, bien que limitée par la réglementation du parc, car une grande partie du territoire est couverte de forêts. La petite industrie liée à l’extraction séculaire du fer est présente dans tous les petits bourgs de vallée. La population décroît lentement depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, favorisant l’apparition des friches.

5Depuis l’indépendance, les espaces alpins font face à de profonds bouleversements. La disparition de 60% des exploitations agricoles en 10 ans et la rupture de fonctionnement des petits bourgs industriels entraînent une nouvelle répartition des activités économiques qui précarise une partie de la population dans un contexte de hausse généralisée du niveau de vie. Aujourd’hui, près d’un montagnard sur quatre se rend quotidiennement à Ljubljana (approximativement à 1 heure de route) ou dans les villes intermédiaires des plaines alpines pour y travailler. Le tourisme et les activités de loisirs viennent soutenir l’économie des régions de haute montagne (10% des emplois en 2003) et donnent une importance accrue au site du Mont Triglav. Les emplois tertiaires de l’hôtellerie et des services renforcent les petits centres urbains des vallées qui regagnent un peu de population.

6 Le mont Triglav, fleuron du parc et centre de son attractivité, jouit d’une grande notoriété dans toute la Slovénie mais aussi en Autriche et en Italie. Il bénéficie d’une forte charge culturelle et émotionnelle que la conflictualité historique locale explique, à tel point que cette montagne, siège de nombreux mythes depuis des générations, devient le symbole de la nation. La culture slovène valorise fortement la pratique de l’alpinisme, considérée comme un sport national, et on dénombre dans les clubs 150 000 membres actifs pour 2 millions d’habitants. Corrélativement, le mont Triglav subit une fréquentation importante, d’autant plus qu’elle est fortement concentrée dans l’espace et dans le temps. L’usage saisonnier est polarisé en quelques lieux, sièges des installations sportives (tabl. 1). La pression foncière s’accentue, avec la venue de nombreux citadins slovènes mais aussi autrichiens qui rachètent les anciennes fermes pour les transformer en résidences secondaires. En dépit des mesures institutionnelles de limitation de la construction, de nombreux bâtiments illégaux sont édifiés pour des utilisations saisonnières, profitant des faibles moyens de répression dont disposent les autorités.

Tableau 1 : Estimation des flux touristiques dans le Parc du Triglav en 2002

Nb de personnes recensées

Variation depuis 1991

Flux touristiques

3 678 145

+29%

Nb de nuitées

1 110 103

+18%

Nb d’hôtels

193

-11%

Nb d’ascensions du mont Triglav

541 982

+2%

Nb de forfaits dans les stations de ski

854 237

+14%

Sources : Municipalités intégrées au parc, Offices du tourisme

7Le parc administre aujourd’hui son territoire dans le cadre combiné de sauvegarde environnementale et d’aide au développement local. Outre les limitations de constructions, l’instauration de contraintes d’usage et d’exploitation touristique et agricole (comme les interdictions de camper ou de répandre certains types de pesticides) et les mesures de conservation de la nature (comme la protection des espèces animales rares), les principaux axes de développement rural s’appuient sur des mesures agro-environnementales. Elles concernent particulièrement les aides au maintien de l’agriculture et de l’élevage traditionnels (subventions pour la production de lait, de viande, le maintien de la transhumance et la fauche manuelle), l’incitation à l’introduction de nouvelles productions agricoles, en particulier à haute valeur ajoutée et de qualité, l’aide à la gestion forestière « écologique », les compensations partielles pour les agriculteurs dont les terrains sont accidentés. Mais d’autres mesures sont aussi engagées pour permettre la réorganisation économique du territoire dans les secteurs du tourisme et de l’artisanat. La décentralisation des lieux de fréquentation estivale et hivernale par la création d’infrastructures spécifiques en dehors des centres actuels, constitue un axe majeur de cette politique. Il est associé à des mesures favorisant le développement de l’artisanat local, l’aide à l’installation de micro-entreprises de loisirs et d’accueil et d’incitation à la pluriactivité.

2. L’appropriation et la valorisation historique du grand site sont des processus d’impulsion principalement exogène à l’origine d’une conflictualité récurrente

8La phase exploratoire des montagnes du Triglav est précoce. Initialisée par des alpinistes majoritairement étrangers, elle inaugure une appropriation allochtone d’origine bourgeoise et contemplative. Les premiers sommets de la région sont atteints dès 1758 par l’alpiniste A. Scopoli (Storzic, 2132 mètres en 1758 et Grintovec, 2558 mètres en 1759). Baltazar Acquet, un médecin normand passionné de sciences naturelles, gravit pour la première fois le mont Triglav en 1776. Allemands et Autrichiens continuent l’exploration de cette région et le dernier sommet est atteint en 1794.

9À la fin du xixe siècle, les premiers aménagements d’impulsion principalement exogène sont initiés par les alpinistes allemands. Ils construisent des chemins et des cabanes et jouent un rôle prépondérant dans le développement touristique et l’aménagement du Triglav. Les alpinistes slovènes n’ont pas l’autorisation de se rendre dans ces nouvelles infrastructures, ce qui engendre un fort sentiment d’expropriation. Leur fréquentation reste longtemps élitiste, et réservée aux naturalistes et aux sociétés savantes. Parallèlement, les premières sociétés d’alpinistes se forment : la société germano-autrichienne d’alpinisme (DOAV), créée en 1874, est suivie une décennie plus tard de la société d’alpinisme slovène (1892) et de l’organisation d’alpinisme slovène (1893). C’est à cette époque qu’apparaissent de nouvelles activités comme l’escalade, le ski, ou le canoë-kayak. Les expéditions spéléologiques exploratoires sont lancées. La DOAV organise les premières ascensions commerciales du Triglav, auxquelles se joignent des gentlemen anglais. Elle construit un hôtel-refuge pour accueillir ses membres et participe aux aménagements routiers afin de faciliter l’accès depuis la frontière.

10La Première Guerre mondiale marque un arrêt dans l’usage sportif du grand site qui devient le siège d’affrontements sanglants, relatés à travers une littérature abondante. Durant l’entre-deux-guerres, il devient le théâtre d’une lutte sourde entre les alpinistes austro-allemands et slovènes pour la réappropriation d’usage du territoire sportif. Qui occupera le plus d’espace ? Qui ouvrira les meilleures voies ? Les plus dures ? Cette compétition pour le territoire entre les bourgeois slovènes et les citadins germano-autrichiens est excluante et conflictuelle. Le premier promoteur touristique Skala, d’initiative slovène, voit le jour en 1921 et devient dès 1934, le plus important promoteur d’alpinisme.

11La Seconde Guerre mondiale renforce à nouveau la conflictualité locale. Les chemins du Triglav servent à la résistance alors que les Allemands et les Italiens occupent une partie de la Slovénie. En 1946, les Slovènes se réapproprient l’usage du territoire et les institutions engagent une vaste opération de rénovation des chemins et de la signalétique. Il s’instaure alors un processus régulier de massification de la fréquentation du mont Triglav par les citadins. Les guided group tour sont mis en place. En 1951, on dénombre déjà 77 refuges. En 1998, il y en a 165.

12Dans le développement du site, le local a un rôle de figuration. Les antagonismes se sont petit à petit déplacés et se jouent alors entre les montagnards locaux et les citadins de la capitale slovène. Les décisions d’aménagement et les sources de financement sont exclusivement d’origine allochtone, en provenance des promoteurs nationaux du tourisme. Les nouvelles infrastructures permettent la mise en valeur des sites mais participent à l’expropriation aisée d’une partie des riverains, dont les propriétés issues du droit d’usage étaient peu respectées. Les archives regorgent de témoignages de dépossessions conflictuelles. Les villages alentours ne sont pas sollicités et restent totalement en marge des flux excursionnistes et touristiques qui se développent.

3. La réappropriation autochtone s’effectue par l’intermédiaire de la néoruralité et des pratiques sportives. L’identité devient duale et l’organisation saisonnière

13À partir des années 1980, une évolution très nette de la fréquentation des urbains en montagne est visible. Le développement des infrastructures de transport améliore l’accessibilité des espaces montagnards. Une présence de fin de semaine se développe et entraîne une massification des flux touristiques. Ce mouvement est accompagné de la structuration lente d’un secteur marchand par la construction d’équipements et d’hébergements et par la mise en place de formations de professionnels d’accueil. Quelques citadins s’établissent à Bled et à Bohing ou à proximité des domaines skiables. Ils créent des activités liées à la pratique sportive (location de skis, de canoë, bureau des guides, hébergement, restaurant, etc.). Cette population nouvelle désamorce certains conflits latents entre les différents usagers de l’espace, en particulier agriculteurs et sportifs, par la ré-appropriation locale de la gestion des flux et du développement des espaces ludiques et sportifs. Ce brassage crée une société locale hybride mi-paysanne, mi-sportive et le marquage identitaire local évolue, devenant flou. La gestion et le développement des pratiques de nature vont dès lors être menés de manière endogène au site. Les clubs regroupent localement les pratiquants et servent de médiateurs entre les sportifs et les autres usagers de l’espace. Des activités annexes se propagent. Les autochtones prennent conscience des potentialités de développement liées au tourisme. La reconversion ou la pluri-activité du secteur agricole montagnard est alors favorisé par les mesures agro-environnementales incitatives du parc.

4. Le grand site devient un territoire marqué par les opérations marketing. La forme marchande d’organisation territoriale domine

14Attirés par la fréquentation soutenue ainsi que par l’image valorisante du Triglav, de nombreux professionnels s’installent dans les municipalités qui bordent le grand site. Très rapidement, ils équipent et aménagent des zones d’activités diversifiées susceptibles de satisfaire leur clientèle : amélioration des domaines skiables, balisage de sentiers de randonnées, aires d’embarquement pour les sports d’eau vive, mise en place de services marchands etc. Ils diversifient l’offre touristique et sportive locale. Cette entrée dans la sphère commerciale démocratise l’accès à la montagne, mais le rapport à la nature évolue vers une marchandisation et une fonctionnalisation des espaces plus ludiques que sportifs. Le ski, l’eau vive et les « cocktails aventures » sont les principales activités commercialisées pour maximiser le profit des entreprises. Il en résulte la concentration des centres de décision dans la capitale et l’externalisation des profits. Dans le panel d’offre, le Triglav sert de produit d’appel avec une saisonnalité très marquée. Les conflits d’usages entre les différents utilisateurs de l’espace, bien que resserrés dans le temps, réapparaissent, en particulier aux bords des cours d’eaux avec l’installation des nouvelles industries touristiques, accentués par les antagonismes fonciers entre résidents secondaires illégaux ou légaux et agriculteurs. L’objet géographique « Grand site du Triglav » se construit sur un imaginaire ludique qui bénéficie d’une forte médiatisation qui porte autant sur le lieu magnifié (la montagne Triglav) que sur des valeurs (patrimoine, sport de nature..), comme en témoigne la multiplication des articles et des magazines spécialisés (fig. 3).

Fig. 3 - Nombres d’articles concernant le Parc national du Triglav parus au cours des deux dernières décennies

Fig. 3 - Nombres d’articles concernant le Parc national du Triglav parus au cours des deux dernières décennies

Conclusion

15Symbole national au carrefour de trois États, le mont Triglav bénéficie désormais de l’ouverture des frontières. Sa notoriété en fait un territoire d’enjeux et de conflits récurrents, qui induisent en même temps une gestion qui le protége et l’organise. Malgré une certaine complémentarité entre les activités anciennes et récentes, la dualité est renforcée par les nouvelles logiques marchandes du territoire. L’objet géographique se construit sur un référent culturel endogène, utilisant les atouts des terroirs et l’identité montagnarde traditionnelle, mais sans réelle participation des populations locales, malgré la mise en place de mesures spécifiques depuis 1981. La forte identité, construite à travers une conflictualité historique récurrente, a été garante de la réussite de l’organisation commerciale du territoire. Le modèle touristique de l’espace puise sa vision dans les référents culturels du site relayés par l’univers du marketing, transformant le rapport à l’espace et au territoire.

Top of page

Bibliography

Barthes A., (2004), Crise et réorganisation des Alpes slovènes depuis l’indépendance, Méditerranée, n° 3-4, p 31-36.

Bourguet M., Moreux C., Piolle X. (1991), Pratiques de la montagne et société urbaine : la construction d’un ailleurs compensatoire, HEOGA, Cahiers du CRISSA, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau.

Bozonnet J-P., (1992), L’imaginaire social de la montagne, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Debarbieux B., (1988), Territoires de haute montagne : recherches sur les processus de territorialisation et d’appropriation de l’espace en haute montagne dans les Alpes du Nord, Thèse de doctorat, Université Joseph Fourier, Grenoble.

Cunder T., (1996), Analiza gospodarjenja na obmojih z omejenimi dejavniki za kmetijsko pridelavo v Sloveniji (Analysis of development in areas with aggravated production conditions for agriculture in Slovenia), Ljubljana, 108 p.

Cunder T. et al., (1997), Slovensko kmetijstvo in Evropska unija (Slovene Agriculture and the European Union); Ed.: E. Erjavec, M. Rednak, T. Volk, Ljubljana, 439 p.

Cunder T., Gosar A., (1996), Die Landwirtschaft im slowenischen Alpenraum, in: Landwirtschaft im Alpenraum – unverzichtbar, aber zukunftslos ? Eine alpenweite Bilanz der aktuellen Probleme und der möglichen Lösungen, Ed.: Werner Bätzing, Blackwell Wissenschafts-Verlag, Berlin [etc.], p. 193-211.

Gabrovec M., Kladnik D., (1997), Some New Aspects of Land Use in Slovenia, Acta Geographica Slovenica, n° 37, p.8–63.

Gabrovec M., Hrvatin M, (1998), Geographical Atlas of Slovenia, Ljubljana, 1998, p.83.

Kladnik D., (1985), Problematika zemljiske strukture v Sloveniji. Elaborat, 192 strani, Institut za geografijo Univerze Edvarda Kardelja v Lubljana.

Klemenčić M., (1995), La Slovénie subalpine, entre renaissance et déclin, Revue de géographie alpine, n° 3, tome 83, p.39-50.

MacAskill J., Cunder T., Markes M., (1995), Development strategies for mountainous areas, Congress of Euromontana – new forms of co-operation for sustainable development, Cracow – Zakopane, PIRZG, p.22-34.

Markes M., (1996), Aufbruch ins Ungewisse: Perspektiven für Berggebiete und sonstige benachteiligte Gebiete in Slowenien mit einer Abgrenzung nach EU-Kriterien. Bundesanstalt für Bergbauernfragen, Forschungsbericht 35, Wien, 218 p.

Mao P., (2004), Les lieux de pratiques sportives de nature dans les espaces ruraux et montagnards, Thèse de doctorat, Université Joseph Fourier, Grenoble.

Meze D., (1984), Mountain farms in Slovenia, Geographica Iugoslavice, 5, p. 47-55.

Meze D., (1987), Mountain farms in the Idrija and Cerklje regions, Geografski zbornik, 27, p.5-67.

Moles A., Rohmer E., (1998), Psychosociologie de l’espace, Coll. Villes et Entreprises, l’Harmattan, Paris.

Pechoux P.-Y., Roux M., (1978), Évolution récente de la moyenne montagne dans la péninsule balkanique, Actes du 102e Congrès national des sociétés savantes, Bibliothèque Nationale, Paris, p.6-35.

Pechoux P.-Y., Roux M., (1983), Evolution de la population de la Yougoslavie 1971-1981, Méditerranée, n°4, p.27-34.

Petek F., (2002), Methodology of evaluation of changes in land use in Slovenia between 1896 and 1999, Acta Geographica Slovenica, n° 42, p.8-45.

Vriser I., (2002), Agricultural production in the Republic of Slovenia (according to the census of the agricultural sector 2000), Acta Geographica Slovenica, n° 42, p. 8-60.

Top of page

Notes

1 - Nous ne retiendrons ici qu’une définition dans son acceptation géographique et sociale, le cadre législatif slovène n’étant pas superposable au cadre législatif français. Cette dernière est spécifiée dans l’introduction du présent numéro « Un grand site naturel est un espace d’une grande superficie qui offre une unité paysagère à dominante naturelle dont la valeur est reconnue par un usage avéré ou potentiel. Il jouit d’une certaine notoriété du fait de sa forte charge culturelle et souffre d’une fréquentation importante. Il appelle des mesures de gestion et/ou de protection qui préservent son intégrité d’usage collectif ou l’évolution réversible de ses composantes »

Top of page

List of illustrations

Title Photo 1 - la face nord du Triglav est la plus large paroi d’Europe
Credits (Cliché : M. Zatarovanja, 2002)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/354/img-1.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig. 1 - Le parc du Triglav est localisé au nord-ouest de la slovénie en région alpine
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/354/img-2.png
File image/png, 8.5k
Title Fig. 2 - Les différentes phases d’extension du parc du Triglav
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/354/img-3.png
File image/png, 22k
Title Fig. 3 - Nombres d’articles concernant le Parc national du Triglav parus au cours des deux dernières décennies
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/354/img-4.png
File image/png, 8.2k
Top of page

References

Electronic reference

Angela Barthes, « Appropriation territoriale du grand site du mont Triglav (Slovénie) et conflictualité  », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 03 October 2008, connection on 26 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/354 ; DOI : 10.4000/mediterranee.354

Top of page

About the author

Angela Barthes

IUT de l’Université de Provence, 04000 Digne ; UMR 6570 TELEME, MMSH, 13094 Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page