Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

R. Mathevet, Camargue incertaine

Sciences, usages et natures, Ed. Buchet Chastel, Col. Écologie, Paris, 201 p., (Préface J. Weber).
Nacima Baron-Yelles
p. 99-100
Bibliographical reference

R. Mathevet, (2004), Camargue incertaine. Sciences, usages et natures, Ed. Buchet Chastel, Col. Écologie, Paris, 201 p., (Préface J. Weber).

Index terms

Geographical index :

France, Camargue, Bouches-du-Rhône, Gard
Top of page

Full text

1Le récent ouvrage de Raphaël Mathevet apporte une synthèse utile des problématiques de gestion des zones humides. Ce géographe, biologiste de formation, aborde de front la complexité écologique du delta du Rhône, qu’il s’agisse des problèmes de limites spatiales, de la diversité et de la variabilité des milieux dans l’espace et dans le temps, ou du rôle des sociétés contemporaines dans leur fonctionnement actuel. En choisissant de concentrer sa réflexion sur l’une des aires protégées françaises les plus emblématiques, mais aussi les plus menacées, il prend pourtant le risque de rappeler bien des éléments connus : la malléabilité d’un milieu presque entièrement façonné par l’homme, l’importance des représentations folkloristes et de l’imagerie naturaliste qui ont conduit à l’émergence des politiques de protection au xxe siècle, la diversité des usages agricoles, salicoles, cynégétiques, et les conflits qu’ils entraînent à propos de la gestion hydraulique. Il n’oublie pas de rappeler enfin l’existence des différentes institutions dévolues à la conservation de la nature (réserve, parc, fondation,…) qui ont, en partage, la responsabilité de la préservation des valeurs patrimoniales et fonctionnelles des zones humides. Mais l’intérêt de son ouvrage, qui est par ailleurs fort bien écrit et qui résulte visiblement d’une bonne connaissance du terrain, réside moins dans les descriptions des premières parties que dans la troisième, intitulée « Repenser la nature camarguaise ». En une vingtaine de pages, Raphaël Mathevet nous fait part de ses interrogations de jeune chercheur et il affronte toute la complexité des problèmes territoriaux contemporains de la Camargue.

2« Pourquoi est-il si difficile de préserver la Camargue ? Quelle nature protéger en Camargue si tout est construction culturelle ? » (page 130) C’est à partir de ces questions que l’auteur fuse d’idées, même si on peut regretter que l’accumulation des problématiques soulevées ne se fasse parfois au détriment de l’approfondissement de l’une ou l’autre. « Les nombreux intérêts économiques et financiers sont certainement en cause », ajoute-t-il. « Mais l’absence de certitude sur l’existence même de nature en Camargue participe également à ces difficultés d’application ». Les pages consacrées aux modalités de construction et d’utilisation des connaissances sur le delta montrent l’ampleur des efforts épistémologiques qui restent à fournir pour parvenir à une biologie de la conservation qui intègre les dimensions sociopolitiques et économiques indispensables à une analyse objective de la situation.

3À la suite, le lecteur trouvera sans doute une stimulation pour ses réflexions concernant deux entrées : l’artificialisation des zones humides et la gouvernance de ces zones. Pour la première, l’auteur intègre habilement les tentatives successives de maîtrise des eaux douces et salées pour analyser les relations homme – nature en Camargue aujourd’hui. Il adopte une lecture « prométhéenne » de l’histoire de la régulation hydraulique des marais au nom du progrès et de la technique et débouche logiquement sur une analyse critique d’une écologie « prométhéenne » qui, dans la même lignée, serait productrice de milieux naturels « composés » (dans le cadre agropastoral traditionnel), « recomposés » (dans le cadre des mesures agri-environnementales) voire « surcomposés ». Ce sont ces derniers types de marais, aménagés par les instances de conservation de la nature pour le tourisme ou l’éducation des scolaires, qui suscitent ses phrases les plus sévères : « Une nature modifiée, calculée, provoquée, imposée, produite par la technique, par une activité humaine finalisée sans tenir compte des contraintes naturelles locales. Il s’agit d’une nature factice dont la genèse et le fonctionnement dépendent entièrement de l’homme » (page 132). L’auteur n’entre malheureusement pas dans la discussion sur les causes de cette surobjectivation matérielle et sémiologique contemporaine de la nature. Il nous paraît victime, comme d’autres spécialistes des sciences de la vie, d’un syndrôme de l’authenticité de la nature et du mythe du « sauvage » qu’il déconstruisait quelques pages plus tôt. Au nom de quelle(s) valeur(s) peut-on écrire que « L’important n’est pas qu’il y ait des flamants roses mais des flamants non désauvagés » ? En la matière, ce n’est pas uniquement ou pas forcément parce que cette nature touristique joue sur l’illusion ou la simulation qu’elle est forcément mauvaise ou inutile, mais parce qu’elle contribue, – sous la forme à travers laquelle elle est instaurée aujourd’hui – à la fragmentation, à la spécialisation et à la vulnérabilité à long terme des zones humides.

4Pour le second thème, R. Mathevet montre bien comment l’eau structure aujourd’hui toutes les relations entre les groupes sociaux. Il situe les conflits dans la tension entre l’autonomisation des intérêts particuliers (la logique individuelle de gestion privée des étangs de chasse, des rizières et des salins) et la nécessité des arbitrages collectifs, soulignant les hésitations et les incohérences des politiques publiques. On retrouve les logiques renversées chères à Ulrich Beck dans ce constat selon lequel les institutions de préservation de la nature, au travers de la mise en place des mesures agri-environnementales, font du développement économique, tandis que les administrations « classiques » s’engagent dans la protection de la nature. Dans ce contexte où ce sont en vérité différents types de profits économiques et symboliques qui entrent en conflit, il renvoie assez courageusement les résidents et les institutions de préservation dos à dos. « Le mythe des locaux gardiens de la nature est tout aussi dangereux que celui des naturalistes la protégeant ». Les lignes dirigées vers les aires protégées devenues « territoires de l’élite », où on sélectionne comme « cibles sociales » les catégories supérieures sont intéressantes, mais évitent d’entrer complètement dans la question de l’accès et de la gestion spatiale du tourisme ou de l’écotourisme en Camargue.

5Au total, l’ouvrage de R. Mathevet participe de ces travaux qui œuvrent utilement pour la déconstruction de mythologies : mythe des résidents locaux comme gardiens de la nature, mythe des scientifiques garants de la protection des sites, mythe du développement local respectueux des écosystèmes. Il nous montre une « Camargue égarée entre natures » qui est en vérité une grande région agricole parvenant encore – pour combien de temps ? – à conserver une imagerie avantageuse, au prix de crises institutionnelles et politiques de plus en plus délicates à négocier.

Top of page

References

Electronic reference

Nacima Baron-Yelles, « R. Mathevet, Camargue incertaine », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 17 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/356

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page