Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

G. Barruol, La montagne de Lure

Encyclopédie d’une montagne en Haute Provence, Les Alpes de Lumière, 320 p.
Claudine Durbiano
p. 100
Bibliographical reference

G. Barruol (coordination), (2004), La montagne de Lure. Encyclopédie d’une montagne en Haute Provence, Les Alpes de Lumière, 320 p.

Full text

1Cet ouvrage publié à l’occasion du cinquantenaire de l’association Alpes de Lumière (1953-2003) est dédié à son fondateur Pierre Martel qui n’a cessé d’œuvrer pour faire connaître cette montagne. Il rassemble les contributions d’une vingtaine de spécialistes à des titres divers (historiens, géographes, naturalistes, ethnologues, forestiers, dialectologues, archéologues, architectes…) et constitue une véritable encyclopédie sur cette unité naturelle, prolongement oriental du mont Ventoux, avec une longue crête faîtière dont l’altitude oscille entre 1000 et 1826 mètres. La première partie porte sur le milieu naturel (climat, géomorphologie et hydrologie, flore et faune) et présente une montagne pleine de contrastes avec une flore extrêmement diversifiée en raison des oppositions adret/ubac et de la dénivellation altitudinale, à l’image du mont Ventoux voisin. Puis l’évocation des ressources d’hier et d’aujourd’hui permet de décrire l’exploitation du milieu avec les charbonniers, l’élevage ovin, la lavande, les diverses cueillettes (champignons) et la chasse… Elle doit beaucoup à la contribution d’André de Réparaz qui évoque avec minutie et finesse, au delà des grandes spécificités de la mise en valeur du milieu, les multiples ressources qui constituaient l’économie domestique (amandiers, noyers, châtaigniers, chèvres et fromages, porcs, sériciculture, apiculture…). Le tourisme n’est pas aussi important que dans le Ventoux, mais il s’est beaucoup développé ces dernières années à tel point que P. Langevin n’hésite pas à redouter un phénomène de « luberonnisation ». C’est un tourisme d’arrière-pays, un tourisme « doux » et « vert » pour les amoureux de vastes étendues vides d’hommes (densité de 6 habitants/km2 dans le canton de Noyers-sur-Jabron et de 1 habitant/km2 à Redortiers) à proximité d’une basse Provence très urbanisée. Suivent l’histoire, l’architecture, la littérature et les arts avec de nombreuses références à Jean Giono qui en a fait sa montagne bucolique et virgilienne, à Pierre Magnan, mais aussi aux nombreux films pour lesquels la montagne a servi à la fois de cadre et de sujet (Crésus, Colline … et bien sûr Le hussard sur le toit), le tout complété par des monographies de villages.

2Il s’agit donc bien d’une véritable encyclopédie sur la montagne de Lure avec plus de 250 notices, un ouvrage de référence où chacun, selon ses centres d’intérêt, y trouvera intérêt mais aussi de quoi nourrir une réflexion pour orienter l’avenir d’un espace « naturel » dont la vacuité constitue un record national aux portes de l’aire métropolitaine d’Aix-Marseille.

Top of page

References

Electronic reference

Claudine Durbiano, « G. Barruol, La montagne de Lure », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 28 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/358

Top of page

About the author

Claudine Durbiano

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page