Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Koukouli-Chryssanthaki H., Treuil R., Lespez L. et Malamidou D., (2008), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale

recherches franco-helléniques dirigées par la Société archéologique d’Athènes et l’École française d’Athènes (1986-2001), 416 p., 142 ill. dont 15 en couleurs, 80 euros
Christophe Morhange
p. 147
Bibliographical reference

Koukouli-Chryssanthaki H., Treuil R., Lespez L. et Malamidou D., (2008), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale, recherches franco-helléniques dirigées par la Société archéologique d’Athènes et l’École française d’Athènes (1986-2001), 416 p., 142 ill. dont 15 en couleurs, 80 euros.

Full text

1Le site préhistorique de Dikili Tash, situé près des ruines de Philippes en Macédoine orientale, a été occupé de l’époque néolithique à l’Âge du Bronze. Les restes de niveaux successifs, qui ont formé un tell, ont été étudiés à la faveur de plusieurs programmes de fouilles. Les chercheurs ont pu ainsi établir une chronologie des occupations préhistoriques dans la région et découvrir un ensemble d’habitations datant de la période néolithique. Ce volume, qui ouvre la publication finale des campagnes 1986-2001, rappelle les objectifs de ces recherches et propose les cartes archéologiques, complètes et mises à jour, des occupations de toutes périodes dans la plaine de Philippes-Drama. Mais il comprend surtout une étude géographique et géomorphologique complète, qui retrace l’évolution des paysages depuis le Néolithique. Laurent Lespez reprend un certain nombre de données tirées de sa thèse de géomorphologie (Lespez, 1999). L’étude de l’Holocène montre d’abord la prolongation des grandes tendances de l’évolution géomorphologique amorcées dès la fin du Pléistocène moyen.

2Les recherches permettent de mettre en évidence une accélération récente de l’aggradation dans les dépressions. Cet ouvrage propose un calage chronologique fiable et précis de la morphogenèse. La première période d’accumulation prend place du IVe siècle avant Jésus-Christ au début l’époque byzantine. Il n’y a donc pas eu d’alluvionnement notable avant la période hellénistique. La deuxième accumulation importante témoigne d’une érosion qui s’est déclenchée à l’époque ottomane à partir du XVe siècle. Il apparaît que la progression de la mise en valeur des montagnes a contribué à une augmentation des volumes sédimentaires érodés.

3Cette approche pluridisciplinaire, fondée sur des recherches de terrain longues et précises, éclaire non seulement la géomorphologie de la région, mais aussi l’histoire des occupations humaines jusqu’à l’époque ottomane. Elle tente de répondre à une question devenue aujourd’hui cruciale dans de nombreuses régions méditerranéennes: quelles sont les parts respectives des facteurs naturels et de l’action humaine dans l’évolution des paysages et, en particulier, dans leur dégradation aux périodes historiques? L’effort de reconstitution des paysages est une belle performance. Il s’agit d’un travail de très grande qualité qui intéressera certainement archéologues et paléo-environnementalistes.

Top of page

Bibliography

Lespez L., (1999), L’évolution des modelés et des paysages de la plaine de Drama et de ses bordures au cours de l’Holocène (Macédoine orientale, Grèce), thèse de Géographie, université de Clermont-Ferrand 2, 539 p.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « Koukouli-Chryssanthaki H., Treuil R., Lespez L. et Malamidou D., (2008), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale », Méditerranée [Online], 112 | 2009, Online since 01 January 2009, connection on 18 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3593

Top of page

About the author

Christophe Morhange

 

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page