Skip to navigation – Site map

Introduction

Virginie Baby-Collin, Ali Bensaâd and Pierre Sintès
p. 5-9

Full text

Migrations et territoires de la mobilité en Méditerranée

1Consacré à l’observation des migrations internationales, ce numéro de la revue Méditerranée interroge les dimensions territoriales de la mobilité. Il poursuit la « spatialisation du regard » (G. Simon, 2006), tout en mettant en relation les dimensions synchroniques de la mobilité avec ses composantes historiques et sociétales, s’accordant aux visions partagées de l’historien Bernard Lepetit et du géographe Marcel Roncayolo, définissant les constructions territoriales comme du temps précipité, cristallisé, consolidé.

2L’ancrage méditerranéen du propos est ici entendu au sens large; de l’Espagne à Israël et la Syrie, en passant par les Balkans, le Maghreb et même le Sahara, celui-ci ayant toujours fonctionné comme un élément du système méditerranéen (F. Braudel, 1986). Ce n’est pas l’identification d’une spécificité méditerranéenne du phénomène migratoire qui nous mobilise, mais plutôt la mise en évidence de la multiplicité et la diversité des flux migratoires, des mobilités qui leur sont associées, et des constructions territoriales qui en résultent, dans un espace méditerranéen que traversent néanmoins des contraintes, des supports, des représentations récurrentes.

  • 1  Programme MIMED de la MMSH, intégrant chercheurs de quatre laboratoires de la maison (TELEMME, IRE (...)
  • 2  http://calenda.revues.org/nouvelle9305.html.

3Inscrit dans une dynamique de mise en réseau de chercheurs issus de plusieurs disciplines de sciences sociales et de plusieurs institutions, ce numéro est aussi une étape dans un processus de réflexion engagé à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, porté aujourd’hui par un programme de recherches transversal qui réfléchit aux lieux et territoires des migrations en Méditerranée, du xixe au xxie siècle1. Une première rencontre des membres du réseau, en 2007, à la MMSH, a été à l’origine de ce projet de numéro2, bien que les articles ici présentés ne soient pas tous issus de cette première journée de travail. Les douze articles que l’on lira dans ce numéro s’inscrivent dans un champ problématique articulant mondialisation, paradigme de la mobilité, constructions territoriales, dont nous discuterons brièvement les dimensions. Ils permettent d’envisager à la fois l’élargissement des frontières de la migration en Méditerranée, et les modes de construction de territoires de la mobilité, deux volets autour desquels les textes sont présentés.

Mondialisation, mobilité, territoires, de nouveaux paradigmes?

4Quelle que soit la discipline par laquelle on l’aborde (sociologie, anthropologie, droit, science politique, géographie ou histoire, disciplines représentées dans ce numéro), le champ de recherches consacré aux migrations internationales, aujourd’hui, est confronté à la réflexion sur la mondialisation. La mise en connexion de presque tous les espaces de la planète, grâce à l’évolution des modes de communication et de transport, leur technicité et leur rapidité, a bien évidemment un impact réel sur les migrations et les mobilités. Mais sommes-nous vraiment entrés dans une nouvelle ère, parvenus au terme de la « transition mobilitaire » (R. Knafou, 2004), au stade de la « mobilité généralisée » (D. Rétaillé, 2006)?

5La plupart des observateurs des migrations internationales s’accordent aujourd’hui pour dire que nos sociétés sont entrées dans une période d’hyper-mobilité des hommes, des biens, des informations. Les évolutions techniques remettent en question les catégories d’analyse classiques des mobilités géographiques (migration, déplacement saisonnier, mobilité habituelle, etc.), pour céder la place à la multiplicité des « pratiques mobiles de l’espace » (C. Wihtol de Wenden, 2001), difficiles à classer en raison de leur complexité. Ces transformations essentiellement d’origine technique sont à l’origine de deux hypothèses.

6D’abord, grâce aux progrès des moyens de transport et de communication, les migrants ne sont plus aujourd’hui condamnés au déracinement, à couper les ponts avec leurs espaces d’origine par l’installation durable et définitive dans le pays de destination. Ces nouvelles techniques leur permettraient même de s’installer dans la mobilité, c’est-à-dire de circuler entre différents lieux: celui (et plutôt ceux) de leur travail, celui de leur région d’origine, sans oublier des espaces de transit qui peuvent être nombreux, dans lesquels les migrants peuvent séjourner plus ou moins longtemps, mettre en place différentes activités parfois tout aussi importantes que celles qui motivent le déplacement… Dans ce mouvement perpétuel, se serait composée une véritable « culture de la mobilité », c’est-à-dire un ensemble de valeurs, de comportements, d’instruments forgés par et pour la mobilité propres à ces nouveaux acteurs (J. Clifford, 1997), signe de ce changement manifeste de rapports à l’espace et au temps de la migration.

7La seconde hypothèse porte sur le développement de « communautés transnationales », c’est‑à‑dire de groupes conservant un fonctionnement social commun au-delà la distance qui les sépare dans l’espace. Deux dimensions sont ici sous-jacentes: la remise en question des frontières des États‑Nations, par le biais de processus d’intégration régionale à plus petite échelle, d’une part, et les dimensions facilitatrices des échanges (techniques et technologies de communication). De leur conjonction résulterait un renforcement des liens et des relations sociales entre personnes issues d’une même région et s’installant dans un même pays, voire entre personnes venant d’un même pays ou d’une même région et se trouvant dans des espaces lointains, ce qui explique aussi le grand succès des modèles diasporiques, qui ont suscité un intérêt scientifique croissant depuis les années 1990.

8Ces postures, leur nouveauté, ont été largement mises en question et nuancées. L’émergence du transnationalisme n’est-elle pas surdimensionnée, en raison d’une confusion entre l’État (que l’on peut ramener à sa plus simple expression d’unité territoriale) et la Nation, en tant que collectivité sociale? Nombreux sont les historiens à avoir constaté que les migrations internationales tout comme les mobilités internes donnaient lieu depuis fort longtemps à ce type de relations (R. Waldinger, 2006). Le transnationalisme actuel ne serait-il qu’un avatar récurrent du nationalisme de longue distance, plutôt que de la « mondialisation » contemporaine? Sa mise en avant ne relèverait-elle pas d’une idéologie de l’hyper-mobilité, conduisant à minimiser le rôle des États-Nations dans la compréhension des mobilités, des migrations et des sociétés en général, et contribuant à l’exaltation de l’individu et de la liberté de ses actions, tout en laissant sur la touche la multitude de ceux qui seraient tenus à l’écart des réseaux? (D. Martucelli, 2004; E. Le Breton, 2004). Cette approche a en effet conduit à envisager les migrations à partir des trajectoires individuelles et leurs acteurs comme les sujets agissants d’histoires particulières, aux mobilités répondant aux impératifs de l’immédiateté de leur réalisation; les conditions de franchissements frontaliers, les lois migratoires, l’existence des réseaux d’entraide, ou de solidarités diasporiques, devenant les conditions et les supports déterminants de la formation des nouveaux territoires transnationaux.

9Une position nuancée met en avant l’intérêt de l’exploration de nouvelles méthodologies de recherches à la faveur de la redécouverte du transnationalisme, dans un contexte où le champ migratoire a longtemps été dominé par les paradigmes de l’intégration ou du développement. Déplacer le regard vers les acteurs des parcours migratoires, les histoires de vie, les trajectoires individuelles des migrants, peut alors constituer une entrée féconde dans l’approche renouvelée des mobilités et migrations. Dans le monde méditerranéen, les travaux menés par Alain Tarrius ou sous la direction de Michel Peraldi (2001, 2002) le montrent. Mais, si le paradigme de la mobilité favorise l’étude synchronique des différents éléments du champ migratoire, perçus dans leurs relations horizontales, dans un temps figé, la prise en compte des relations entre politique, États et migration (à la manière de Waldinger), permet d’insister sur les dimensions diachroniques des processus, inscrits dans l’épaisseur des temps superposés. L’attention portée à la dimension temporelle des migrations s’avère aussi féconde pour donner du sens aux récits de vie, aux trajectoires individuelles, et révéler des compétences, des représentations de l’espace et de la société qui imprègnent les pratiques sociales et spatiales. Les exemples méditerrranéens montrent aussi que les déplacements des hommes s’inscrivent dans l’histoire de collectifs plus vastes, productrice de compétences ou de représentations qui modèlent les pratiques spatiales. De la même manière, les mobilités migratoires sont étroitement liées aux dynamiques socio-spatiales des territoires, aux grands mouvements de société en cours dans les régions concernées, qui les stimulent, les portent ou les orientent. Entre ces deux réalités, celles du temps long et des dynamiques contemporaines, les itinéraires des migrants ne semblent pas uniquement dessinés par leur simple réactivité aux politiques migratoires. Ils se construisent tout autant dans le cours des transformations socio-spatiales et territoriales, génèrent de nouvelles connexions ou, chemin faisant, en retrouvent d’anciennes.

Des nouvelles frontières de la migration à la construction des territoires de la mobilité

10Les contributions de ce numéro ont été regroupées en deux ensembles. Le premier volet s’intéresse aux frontières de la migration. Depuis vingt ans, le panorama migratoire méditerranéen a considérablement changé, faisant émerger de nouvelles destinations, de nouveaux flux, de nouveaux profils de migration. Les pays européens riverains de la Méditerranée, Espagne, Italie, Grèce notamment, sont devenus des destinations essentielles des flux migratoires en Europe, après avoir été de traditionnels pays d’émigration. Nouveaux espaces d’accueil au sein d’une Europe qui construit une harmonisation de la gestion de ses frontières extérieures, ces territoires sont traversés par des flux renouvelés.

11Le boom économique des pays de l’Europe méridionale, les nouveaux besoins de main-d’œuvre dans le monde rural, littoral ou urbain (notamment dans les secteurs de l’agriculture, de la construction, du tourisme), la construction d’une Europe aux frontières externalisées, expliquent en partie ces nouvelles migrations. Elles n’affectent pas seulement les espaces urbains et métropolitains, destinations toujours privilégiées, comme on peut l’observer dans l’ article de Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Naïk Miret sur l’Espagne, ou dans celui d’Azita Bathaïe, qui évoque le parcours d’un migrant à Athènes, mais aussi les espaces ruraux, notamment d’agriculture intensive, ou les espaces insulaires, notamment touristiques. C’est ce que montrent les articles d’Apostolos Papadopoulos, en Grèce rurale, de Mohamed Berriane et Aron Cohen, en Andalousie, dans les espaces touristiques, les petites villes, et dans les zones d’agriculture intensive des serres d’El Ejido, ou encore la contribution de Pierre Sintès et Guy Thuillier, qui s’intéressent aux migrations plus liées au tourisme qui concernent l’île grecque de Tinos.

12Les origines des migrants sont aussi en voie de diversification ; en Israël, Lisa Anteby Yemini montre comment émergent à Tel Aviv de nouvelles populations migrantes, demandeurs d’asiles et réfugiés africains, illégalement entrés via la frontière égyptienne. En Espagne, Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Naïk Miret montrent comment l’immigration espagnole s’est considérablement latino-américanisée depuis dix ans, faisant de l’Espagne la principale porte d’entrée en Europe des flux issus d’Amérique latine. En Grèce, Azita Bathaïe met en évidence l’émergence de groupes de jeunes afghans ; venus d’Iran ou du Pakistan où les conditions de résidence des Afghans se sont durcies ces dernières années, ils atteignent la Grèce depuis Istanbul ; rempart ou « gatekeeper » de l’Europe, la Grèce, perçue comme un espace de transit devient fréquemment un espace de résidence instable mais durable.

13Les profils des migrants sont également diversifiés. Lisa Anteby Yemini montre comment les demandeurs d’asile présentent des profils différents des migrants économiques plus classiques des études antérieures menées en Israël ; Pierre Sintès et Guy Thuillier attirent notre attention sur les figures des résidants occidentaux, souvent retraités, qui constituent un nouveau profil de migrant particulièrement important sur certains rivages de Méditerranée, les îles grecques en étant l’archétype. Il y repèrent des touristes, résidents secondaires, poly-résidents, retraités, globaux trotteurs et autres figures de circulants, selon les modalités de leur présence et leur rapport aux territoires entre lesquels ils circulent. Dans un autre contexte, Mohamed Berriane et Aron Cahen décrivent, parmi les migrants marocains présents en Andalousie, des profils d’une grande hétérogénéité, faisant apparaître, par exemple, une présence croissante d’étudiants. Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Naïk Miret soulignent des profils de migrants latino-américains et notamment andins attestant de fortes qualifications, mais aussi d’une féminisation forte des flux.

14Ces mouvements migratoires construisent des territoires de la mobilité sur lesquels insistent plus les articles de la seconde partie du numéro, bien qu’il existe une réelle porosité des thématiques envisagées dans le numéro.

15Quand, parmi les Afghans, Azita Bathaïe distingue les « installés » des « circulants », elle montre en effet comment se construisent des territoires sur des liens sociaux, des réseaux, des compétences et savoir faire qui passent d’un groupe à l’autre, quand bien même la qualité ou l’instabilité des liens dépend aussi de l’épaisseur historique de la migration: l’immigration afghane récente et illégale en Grèce atteste de liens plus fragiles, circonstanciels et instables que ceux développés par les Afghans dans les pays d’émigration plus anciens, l’Iran et le Pakistan.

16L’épaisseur historique des migrations est au coeur de l’article de Dionigi Albera, qui, à partir d’une analyse menée sur le Piémont italien au xixe siècle, montre comment les circulations migratoires des artisans saisonniers étaient productrices d’une culture de la mobilité qui, loin d’opposer un ici à un là-bas, était déjà capable de donner un sens au monde de la transition et du passage.

17C’est dans une Italie marquée par l’importance considérable de la migration issue d’Europe centrale et orientale depuis une vingtaine d’années, que Serge Weber observe les couples circulatoires transnationaux, reposant sur des supports logistiques (compagnies de transporteurs), animés par des acteurs de la migration de statuts divers: migrants circulants travailleurs, investisseurs, italiens ou est-européens ayant réussi dans une entreprise migratoire, etc., et s’inscrivant dans des niches spécifiques. Les territoires de la mobilité qu’il décrit sont cependant conditionnés par l’existence d’une libre circulation, et la délivrance de permis de séjour apparaît ainsi, dans les espaces de migration, une donnée incontournable des circulations.

18Ce sont d’autres mobilités circulaires de travail qu’observe Béatrice Mésini. Les saisonniers étrangers de l’agriculture méditerranéenne, objets de procédures négociées entre pays intra et extra communautaires, y apparaissent comme la résultante d’une politique utilitariste du « travail sans travailleur », fonctionnant comme une « injonction à la mobilité forcée ». L’article dénonce comment la libéralisation des marchés agricoles et l’encadrement des procédures de recrutement parfois à la marge du droit contribuent à la mise en concurrence des saisonniers étrangers, et au développement de zones de non droit, territoires souterrains des migrations circulatoires encadrées.

19La question juridique, essentielle dans la compréhension des territoires de la mobilité, habite le travail de Hocine Zeghbib, qui traite des évolutions de la normativité juridique en matière de contrôle des frontières et de gestion de l’immigration, tant au sein de l’espace européen que sur la rive Sud, maghrébine, de la Méditerranée. L’échec de la déclaration de Barcelone de 2005 et de la mise en place d’une zone de libre échange et circulation euro méditerranéenne est mis en regard des politiques de communautarisation de l’immigration et du droit d’asile, qui se traduisent par une harmonisation a minima de la protection des migrants. De même, c’est la norme juridique sécuritaire, de contrôle des frontières et autoritaire, qui prévaut au sud de la Méditerranée. C’est aussi au sein de ces contraintes que doivent se comprendre les enjeux de la mobilité.

20Ali Bensaâd montre ainsi comme, contraints à une clandestinisation et un redéploiement, les itinéraires migratoires transsahariens se réorientent. Organisés sur un mode transgressif, ils mettent en œuvre réseaux, compétences et savoir faire, et s’inscrivent aussi dans le temps long des transformations des territoires sahariens, parfois sur des itinéraires de plus de dix siècles, quand bien même les contraintes de circulation font émerger des trajectoires migratoires par la porte maritime atlantique. L’article montre que les évolutions contemporaines en matière de circulation et de passage, et les choix des acteurs migrants, aussi subversifs qu’ils semblent se développer, s’inscrivent dans les dynamiques socio spatiales et les temps parfois longs des territoires traversés.

21Pour clore le numéro, l’article de Kamel Doraï ouvre les trajectoires migratoires méditerranéennes aux Irakiens réfugiés en Syrie, principal pays d’accueil des Irakiens. Si l’on est bien ici sur les marges de la Méditerranée, les problématiques de l’accueil, entre territoire de transit et espace d’installation plus durable, se posent en des termes relativement comparables à ce que l’on observe ailleurs. La non reconnaissance, au Moyen Orient, du statut de réfugié, explique que la Syrie soit aussi envisagée comme un espace de transit avant une installation, bien souvent projetée, peu réalisée, en Union européenne.

Top of page

Bibliography

Braudel F., (1986), La Méditerranée, l’espace et l’histoire, Flammarion, Paris, 225 p.

Clifford J., (1997), Travel and Translation in the Late Twentieth Century,
 Harvard University Press, 405 p.

Knafou R., (dir.), (2004), La planète « nomade », les mobilités géographiques aujourd’hui, Belin, Paris, 254 p.

Le Breton E., (2004), Mobilité, exclusion et marginalité, in Allemand S., Ascher F., Levy J. (dir.), Les sens du mouvement, Belin, Paris, p. 117-123.

Lussault M., (2004), La mobilité comme événement, in Allemand S., Ascher F., Levy J. (dir.), Les sens du mouvement, Belin, Paris, p. 109-116.

Martucelli D., (2004), Les revers de la mobilité généralisée, in Allemand S., Ascher F., Levy J. (dir.), Les sens du mouvement, Belin, Paris, p. 99-108.

Peraldi M., (dir.), (2001), Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Maisonneuve et Larose, MMSH, Aix-en-Provence, 361 p.
(2002), La fin des norias? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Maisonneuve et Larose, MMSH, Aix-en-Provence, 495 p.

Retaille D., (2006), La géographie de demain et d’ailleurs, Brouillons Dupont, actes du colloque Géopoint Demain la Géographie, pourquoi? Comment?, université d’Avignon.

Tarrius A., (1992), Les fourmis d’Europe, migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, collection Logiques sociales, l’Harmattan, Paris, 210 p.
(2007), La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, éditions de l'Aube, La tour d’Aigues, 202 p.

Waldinger R., (2006), Transnationalisme des immigrants et présence du passé, Revue européenne des migrations internationales, 22-2, p. 23-41.

Wihtol de Wenden C., (2001), Un essai de typologie des nouvelles mobilités, Hommes et migrations, 1233, p. 5-12.

Top of page

Notes

1  Programme MIMED de la MMSH, intégrant chercheurs de quatre laboratoires de la maison (TELEMME, IREMAM, IDEMEC, LAMES) et des partenaires extérieurs [http://www.mmsh.univ-aix.fr/pole-programmes-transvers/programmes-transversaux/mimed].

2  http://calenda.revues.org/nouvelle9305.html.

Top of page

References

Electronic reference

Virginie Baby-Collin, Ali Bensaâd and Pierre Sintès, « Introduction », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 11 January 2012, connection on 19 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3629

Top of page

About the authors

Virginie Baby-Collin

Maître de conférences en géographie, TELEMMME – université de Provence, Aix-en-Provence, virginie.baby-collin@univ-provence.fr

By this author

Ali Bensaâd

Maître de conférences en géographie, IREMAM – université de Provence, Aix-en-Provence, bensaadali@wanadoo.fr

By this author

Pierre Sintès

Maître de conférences en géographie, UMR 6570 TELEMMME – université de Provence, Aix-en-Provence, sintes@mmsh.aix-univ.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page