Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

M. Elloumi, A-M. Jouve (sous la dir. de), Bouleversements fonciers en Méditerranée, des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations

Karthala–CIHEAM, Montpellier, 384 p.
Coline Perrin
p. 101
Bibliographical reference

M. Elloumi, A-M. Jouve (sous la dir. de), (2003), Bouleversements fonciers en Méditerranée, des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations, Karthala–CIHEAM, Montpellier, 384 p.

Full text

1Si l’intérêt pour la question foncière n’est pas nouveau, le processus de mondialisation conjugué à des dynamiques internes puissantes ont provoqué la crise, voire une rupture des modèles d’organisation agricole, foncière et territoriale qui prévalaient depuis plusieurs décennies.

  • 1 - Centre International des Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes.
  • 2 - Institut de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Agricole.

2Issu d’une recherche en réseau menée par le CIHEAM 1 de Montpellier et l’IRESA 2 de Tunisie, cet ouvrage illustre la recomposition des structures foncières, les nouvelles formes de valorisation de la terre et l’émergence de nouveaux acteurs autour du foncier agricole en Europe méridionale (France, Grèce), au Maghreb et dans des pays en transition économique (Albanie, Roumanie). Les 14 contributions sont regroupées en deux grandes parties : les mutations des agricultures périurbaines et l’impact de la privatisation du foncier.

3La première partie débute avec une synthèse d’A. Fleury sur les problèmes et les perspectives de l’agriculture intra et périurbaine sur le littoral méditerranéen français, de Nice à Perpignan. M. Elloumi et al. dressent ensuite un tableau de la pression urbaine et des stratégies des agriculteurs dans le Grand Tunis, tandis que T. Anthopoulou et A. Moissidis s’interrogent sur l’adaptation de l’agriculture grecque au processus de périurbanisation autour d’Athènes et de Corinthe. F. Jarrige étudie les perspectives de l’agriculture (notamment de la viticulture) dans trois structures intercommunales autour de Montpellier. A.-M. Jouve et Cl. Napoleone font une typologie des différentes stratégies d’adaptation des exploitations agricoles au contexte périurbain autour d’Aix-en-Provence. G. Geniaux et Cl. Napoleone proposent une modélisation des stratégies des propriétaires de terres agricoles face au marché foncier périurbain. Autour d’Alger, S. Bedrani et A. Bouaita expliquent la disparition du foncier agricole par le déficit de légitimité du pouvoir étatique, seul capable d’imposer les contraintes législatives nécessaires à la limitation de l’urbanisation. En Albanie, F. Guri et A.-M. Jouve décrivent enfin l’émergence d’un nouveau marché foncier mettant en concurrence sur le littoral les zones agricoles les plus fertiles avec le tourisme.

4La deuxième partie de l’ouvrage traite de l’impact de la privatisation du foncier sur l’agriculture et des possibilités d’émergence d’une paysannerie dynamique et intégrée au marché après une réforme foncière. A. Ben Sahaad montre que la privatisation des terres collectives du Sud tunisien (Gafsa) a accentué les inégalités foncières, les disparités sociales et la dégradation des ressources naturelles. Suite à la réforme agraire égyptienne de 1992, M. H. Abdel Aal souligne par une enquête auprès des fermiers et des propriétaires leurs craintes de précarisation foncière. En Albanie, après la privatisation totale de 1991, A. Civici constate un affaiblissement du rapport à la terre de certains agriculteurs et le développement d’exploitations de type entrepreneurial. En Roumanie, L. Amblard et al. montrent comment la réorganisation foncière a conduit à de nouvelles formes d’exploitations agricoles et de pratiques contractuelles. À propos du Sud marocain, M. Mahdi et M. Benabdellah s’interrogent sur les liens entre structure du foncier et migrations. Enfin, J.-P. Chauveau étudie les dynamiques foncières de l’agriculture familiale de plantation dans la région forestière ivoirienne suite à la loi de réforme rurale de 1998.

5La question foncière constitue une des clefs de lecture des rapports d’une société avec son territoire. Comme le souligne Vincent Renard dans la préface, elle « fait système », elle est à la fois synthèse des caractères d’une société et origine de nombreuses questions. Aborder l’agriculture méditerranéenne par le foncier apporte un éclairage nouveau sur le fonctionnement des transactions foncières, les politiques publiques et les attitudes des différents acteurs (propriétaires ou non). Les études de cas soulignent aussi dans plusieurs pays le rôle des systèmes juridiques actuels et passés, et la complexité des rapports entre propriété publique et privée.

6Cet ouvrage intéressera autant les spécialistes par les comparaisons qu’il permet que des lecteurs curieux qui pourront à travers quelques exemples choisis découvrir la problématique foncière et ses enjeux.

Top of page

Notes

1 - Centre International des Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes.

2 - Institut de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Agricole.

Top of page

References

Electronic reference

Coline Perrin, « M. Elloumi, A-M. Jouve (sous la dir. de), Bouleversements fonciers en Méditerranée, des agricultures sous le choc de l’urbanisation et des privatisations », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/365

Top of page

About the author

Coline Perrin

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page