Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

J. Nasr, M. Padilla (sous la dir.), Interfaces : agriculture et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée

Ed. Delta, IFPO 249 p.
Claudine Durbiano
p. 102
Bibliographical reference

J. Nasr, M. Padilla (sous la dir.), (2004), Interfaces : agriculture et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée, Ed. Delta, IFPO 249 p.

Full text

1Cet ouvrage qui traite de l’agriculture urbaine au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est le résultat d’un programme de recherche et d’un colloque réalisé par le CERMOC, l’IAMM, l’INAPG, l’ENSP, l’INRA et l’AUB. Il témoigne de l’intérêt renouvelé des chercheurs, pour cette activité face à une croissance urbaine rapide, la crise urbaine ainsi que l’amélioration du cadre de vie par le maintien d’espaces non bâtis. Il regroupe une trentaine de contributions organisées en trois parties. La première partie intitulée « Agricultures et villes en Méditerranée » présente les grandes caractéristiques des processus dynamiques qui agissent sur l’interface rural/urbain où plusieurs types d’acteurs aux intérêts divergents sont en interaction et en concurrence. La deuxième partie traite de l’agriculture urbaine en Afrique du Nord et au Proche-Orient avec le cas du Maroc (A. Iraki), de Sétif (A. Boudjenouia et A. Fleury), du Caire (J. Gertel et M. Mizouri), de la bande de Gaza (L. Laeremans et A. Jamal Sourani), d’Amman (K. Raddad), de la ghouta de Damas (A.M. Bianquis et T. Boissière) et d’Istanbul (P. Kaldjian). La troisième partie est entièrement consacré au littoral libanais.

2Les zones agricoles urbaines font partie de la tradition méditerranéenne et l’agriculture urbaine est constitutive du fait urbain dans le monde arabe. Or, actuellement, l’agriculture intra-urbaine est grignotée par la progression du bâti et l’agriculture périurbaine se développe en symbiose avec l’urbanisation grâce à sa capacité d’adaptation. Elle présente de nombreux avantages mis en avant par les auteurs comme l’amélioration de la sécurité alimentaire des citadins en produits frais (M. Padilla), le développement de produits à forte rentabilité pour un marché urbain solvable (serres maraîchères, plantes ornementales). Enfin, elle est partie prenante du développement durable. Néanmoins, si on observe des prémisses d’un renouveau de l’agriculture urbaine, son avenir reste incertain face à l’importance de la spéculation foncière urbaine, la concurrence pour l’utilisation de l’eau et la pollution. Sur les littoraux, ces phénomènes sont exacerbés, notamment la pression foncière avec la concentration de la population (émigration rurale) et l’activité touristique. Ainsi, le tourisme est responsable de la disparition de l’orangeraie à Hammanet et Nabeul, mais au Liban, E. Huybrechts, au vu des images satellitales, conteste plutôt la crainte de la disparition de l’agriculture littorale comme résultat de la rapidité des constructions. En maints endroits, les oasis privées d’eau se meurent avec l’abaissement des aquifères superficiels ponctionnés pour les besoins des agglomérations (péninsule arabique, ghoutas de Damas et d’Alep) tandis que le développement agricole affecte les zones d’aquifères profonds loin de toute agglomération. En revanche, au Liban pourtant riche en eau, au nord et au sud de Beyrouth, c’est la salinisation de l’eau douce par l’intrusion de l’eau de mer qui met en danger les terres agricoles incitant les agriculteurs à les transformer en terrains à bâtir (M. el Moujabber, E. Imad, B. Bou Samra). Les espaces non construits des aires métropolisées ne peuvent plus être considérés comme de simples réserves pour l’urbanisation future et par conséquent leur avenir ne peut être laissé à la seule emprise des forces du marché.

3Développer le potentiel de l’agriculture urbaine, introduire de nouvelles pratiques agricoles et contribuer à sauvegarder et maintenir des terres agricoles, tel était l’objectif du programme de recherche qui a donné lieu à cette publication et qui rejoint sur bien des points les constats que l’on peut faire sur la rive nord-méditerranéenne. Ainsi cet ouvrage apporte une contribution essentielle à l’étude de l’interface entre agriculture et urbanisation et illustre une fois de plus la faiblesse ou l’absence « de politiques des États en ce qui concerne l’agriculture de proximité, qu’elles soient agricoles, alimentaires, foncières, économiques ou autres ».

Top of page

References

Electronic reference

Claudine Durbiano, « J. Nasr, M. Padilla (sous la dir.), Interfaces : agriculture et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 24 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/368

Top of page

About the author

Claudine Durbiano

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page