Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

G. Ravis-Giordani, (sous la dir.), Atlas ethnohistorique de la Corse

Ed. du Comité des travaux historiques et scientifiques et MMSH, Paris, 253 p., 380 cartes
André de Réparaz
p. 102-103
Bibliographical reference

G. Ravis-Giordani, (sous la dir.), cartographie : A. Laclau, (2004), Atlas ethnohistorique de la Corse, Ed. du Comité des travaux historiques et scientifiques et MMSH, Paris, 253 p., 380 cartes

Index terms

Geographical index :

France, Corse
Top of page

Full text

1Voilà un atlas d’une exceptionnelle qualité par sa richesse, sa diversité, 1’abondance et la valeur de sa documentation, sa rigueur et son objectivité - si difficile s’agissant du monde insulaire - ainsi que par 1’excellence de son appareil cartographique et de son illustration.

2Cet atlas ethnohistorique pose - et résout très remarquablement - le problème de 1’interdisciplinarité, de plus en plus essentielle dans les Sciences humaines. La projection dans l’espace de faits et de dynamiques d’ordre ethnologique, sociologique, religieux, politique ou économique du monde rural et urbain insulaire en fait aussi un atlas éminemment géographique et géohistorique. Ces textes et ces cartes sont le fruit d’un travail considérable, celui d’une équipe réunissant plus d’une trentaine de chercheurs durant huit ans, sous la direction de Georges Ravis-Giordani et dans le cadre de deux des principales structures de recherches et d’études corses actuelles. Alexandra Laclau, qui a eu la responsabilité de la cartographie, a réalisé un travail remarquable, coordonnant et orientant 1’organisation des résultats des travaux de chercheurs très divers pour élaborer plusieurs types de cartes : cartes d’inventaire, cartes de synthèse, cartes en séries évolutives, cartes de traitements multivariées. On doit ajouter aux textes et à cette cartographie deux éléments essentiels qui participent à la réussite de cet ouvrage. D’abord une illustration de qualité exceptionnelle : plus de 200 diagrammes, coupes, plans, schémas, courbes évolutives et plus de 120 gravures, estampes anciennes et photos, pour la plupart originales et de grande qualité illustrative. D’autre part, 31 pages d’un recensement systématique des sources écrites et orales et d’une bibliographie par chapitres-grands thèmes, suivie d’une bibliographie générale, apportent aux lecteurs et aux chercheurs un précieux ensemble d’informations sur la Corse.

3L’ouvrage se divise en 7 chapitres concernant la construction, 1’organisation et 1’occupation humaine de 1’espace insulaire ; 1’évolution de l’économie rurale et industrielle ; les structures, les techniques et les modes de pensée du monde agropastoral ; les transformations de la société et de ses modes de vie ; le monde religieux, ses pratiques et ses expressions architecturales et artistiques ; « 1’intégration à la Nation française », enfin, de la Révolution à la période tout à fait contemporaine. La période choisie pour la traduction spatiale des phénomènes ethnohistoriques analysés est celle, en effet, allant de la fin du dix-huitième siècle à la fin du vingtième siècle : période « décisive à coup sûr pour qui veut comprendre la Corse aujourd’hui et quels sont les atouts et handicaps avec lesquels elle aborde son avenir proche ». Ce choix a été respecté en évitant très souvent la juxtaposition de textes et cartes chronologiques successifs sur les mêmes grands sujets et en traitant au contraire ceux-ci sur toute la période : « Les pionniers de la montagne corse xixe-xxe siècles »… « L’espace pastoral dans la longue durée »… « Clientélisme et clanisme, xixe-xxe siècles »…

4Avant les commentaires très développés des cartes, des textes initiaux d’encadrement et de présentation générale des chapitres constituent de véritables éléments d’une encyclopédie ethnohistorique et géoéconomique de la Corse au sens « dix-huitiémiste » du terme, éclairant ainsi les structures, l’évolution et le devenir de 1’île.

5Nous pensons en particulier aux textes de G. Ravis sur « les archaïsmes et les innovations d’une économie insulaire » et sur les problèmes d’une « société stratifiée [avec] une sociabilité égalitaire ». Nous pensons aussi aux textes de Francis Pomponi sur « l’intégration à la Nation française », ces derniers présentant des problèmes particulièrement brûlants depuis les modules sur l’évolution politique à travers la géographie électorale jusqu’à ceux sur « le nationalisme corse des années soixante à aujourd’hui ». Avec un aussi vaste sujet, il y a inévitablement des choix à faire, et, fatalement des thèmes moins développés ou laissés de côte, voire des zones d’ombre relatives. Dans le domaine du rapport des hommes à leurs milieux naturels et sans « se laisser aller à la tentation d’un déterminisme géographique primaire » comme le dit à juste titre G. Ravis, on peut penser qu’il aurait été pourtant intéressant d’établir les rapports entre l’installation des communautés humaines et les cadres physiques et climato-botaniques dans lesquelles elles se moulent et qu’elles aménagent très diversement : des grandes vallées à niveaux de la Corse cristalline occidentale (Rizzanese, Taravo, Prunelli, Liamone, Cruzzini....) aux « cellules » opposées du Cap Corse (Sisco, Pietracorbara, Olcani, Olmetta....) et aux montuosités douces et complexes à replats humanisés de la Castagniccia, les liens des collectivités humaines avec leur environnement naturel est important. De même, dans ce domaine des liens entre 1’homme et le milieu naturel, la forêt est peu envisagée si ce n’est - et remarquablement - dans le cas de la châtaigneraie que les Corses ont étendue un peu partout, et dans celui de la forêt touristique et patrimoniale du Parc naturel régional. La forêt qui couvre 28 % de l’espace corse, est sous le contrôle et la gestion de 1’Office national des forêts, donc de 1’État, à raison de 56 % de sa surface. Au terme de quelles tractations et luttes l’État a-t-il pris en main ces surfaces forestières, souvent communales « soumises », et quels rapports s’établissent entre chasseurs, pasteurs, cueilleurs, utilisateurs touristiques et les gardes et « brigadiers » de l’ONF ?

6Le thème de l’eau et des hommes n’est abordé qu’épisodiquement. Le problème de 1’irrigation traditionnelle, si complexe et essentielle pour 1’agriculture paysanne - ou contemporaine, par 1’eau payante, celle des barrages, par exemple, dominant la Plaine orientale - n’apparaît pas véritablement dans l’atlas. L’eau pour les moulins - traités dans le cadre des « machines élémentaires » - et la localisation des types de réseaux, des organisations collectives, des innombrables conflits et règlements, auraient pu enrichir le déjà très riche atlas.

7La production agroalimentaire de qualité, si originale, de la Corse, n’est évoquée qu’accessoirement et peu, dans des « modules » plus larges : « vigne et oléiculture », « châtaigneraie », « travail pastoral ». L’établissement de tout un ensemble d’ateliers artisanaux et semi-industriels et de réseaux commerciaux originaux aboutissant, sur le continent, aux rayons alimentaires de qualité des supermarchés : fromages, charcuterie, vins bien sûr, biscuiterie, auraient sans doute mérité un « module » ou deux…

8Mais ce vaste et remarquable ouvrage de 253 pages et quelque 380 cartes d’échelles diverses (non numérotées et répertoriées…) n’était pas extensible à merci. Remercions encore une fois beaucoup 1’équipe de 1’atlas de nous offrir, avec cet ouvrage essentiel, une connaissance approfondie, nuancée et sereine de la grande île.

Top of page

References

Electronic reference

André de Réparaz, « G. Ravis-Giordani, (sous la dir.), Atlas ethnohistorique de la Corse », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 27 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/373

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page