Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

M. Bouchelkha (coordinateur), L’espace rural dans le Souss. Héritages et changements

Faculté des Lettres et des sciences humaines d’Agadir et Groupe d’Études et de Recherches sur le Sud marocain (GERS), 209p.
Claudine Durbiano
p. 104-105
Bibliographical reference

M. Bouchelkha (coordinateur), (2003), L’espace rural dans le Souss. Héritages et changements, Faculté des Lettres et des sciences humaines d’Agadir et Groupe d’Études et de Recherches sur le Sud marocain (GERS), 209p.

Index terms

Geographical index :

Maroc, Souss (région)
Top of page

Full text

1Cet ouvrage rassemble les travaux du colloque organisé par le GERS sur « Aménagement et développement rural dans le Souss : réalités et perspectives » qui s’est tenu en 1996 à Agadir mais qui a été publié seulement en 2003. Il comprend deux axes principaux avec d’une part les problèmes environnementaux et la gestion des ressources naturelles, d’autre part les mutations sociospatiales et économiques des campagnes du Souss.

2 A. Aït Hssaine dépeint le milieu physique du Souss, dépression ouverte sur l’océan qui constitue la partie occidentale du sillon sud atlasique qui sépare le haut Atlas au nord de l’anti-Atlas au sud. Sa situation latitudinale (30/31°N) lui confère un climat semi-aride (170/250 mm de précipitations annuelles) voire aride. Cette contrainte met au premier plan le problème de la dégradation du couvert végétal avec une étude sur la revégétalisation des sables dunaires littoraux, le maintien de la forêt d’arganiers, espèce endémique marocaine, et de la ressource en eau face à l’intensification de la mise en valeur agricole. M. Bouchelkha, E.M. Mountasser et S. Aziki décrivent l’organisation sociospatiale et économique de l’arganeraie qui s’étend sur 82 800 hectares. Son utilisation pastorale, forestière et oléicole constitue un apport important à l’économie familiale. Protégée depuis 1925, elle a été classée au patrimoine mondial. Si le bilan des actions de recherche-développement ne cesse de s’étoffer depuis quelques années, la crise du « système arganeraie » ne semble pas pour autant enrayée. Cette première partie se termine par plusieurs articles concernant la ressource hydraulique et sa mise en valeur. A. Baroud et E. El Arabi présentent le plan de développement des ressources en eau de l’ORMVA/SM (1973) qui prévoit l’utilisation des ressources superficielles mobilisables et des prélèvements sur les réserves non renouvelables de la nappe pendant 50 ans. Mais 20 ans après son entrée en vigueur, la multiplication des années de sécheresse et le retard des équipements, la baisse du niveau de la nappe qui commence à avoir des répercussions sur la production agricole intensive, amènent à reconsidérer la stratégie. À côté de l’eau agricole, l’alimentation en eau potable des populations rurales est une composante essentielle du développement rural. M. Alla et A.Abdala insistent sur les difficultés auxquelles se heurtent le plan directeur national d’approvisionnement en eau des populations rurales et le Programme d’Alimentation Groupée en Eau Rurale (PAGER) qui en découle (dispersion de l’habitat, répartition inégale de la ressource, difficultés organisationnelles et de gestion). Le retard pris par ce programme amène les populations rurales à se constituer en associations d’usagers pour chercher les solutions adéquates pour satisfaire leurs besoins. Ces associations qui se multiplient trouvent leur ancrage dans les traditions ancestrales de solidarité mais elles sont confrontées à des difficultés techniques et financières.

3La deuxième partie débute avec la présentation par M. Ben Atta de la dynamique démographique et du processus d’urbanisation du Souss, avec l’explosion des « villes-relais », réceptacles de l’émigration des populations rurales et du « trop plein » de la capitale Agadir. Cette dynamique démographique est en partie le résultat de l’attractivité du Souss avec une agriculture intensive qui exige beaucoup de main-d’œuvre tant pour la culture que pour le conditionnement. Allal Malouki décrit alors les disparités sociospatiales issues de la confrontation du système productif traditionnel et du système productif moderne au sein du Souss amont qui fait cohabiter des droits de l’eau et des modes de gestion différents. En dépit de remarquables avancées économiques et sociales, les effets pervers de la modernisation sont évidents avec l’accentuation des disparités sociales, les problèmes écologiques qui nécessitent une rationalisation de l’usage de l’eau. Le système productif moderne s’exprime à travers le développement de la serriculture qui exige capitaux et technicité. M. Bouchelkha montre bien l’importance des investisseurs issus de la bourgeoisie des grandes villes marocaines et de l’étranger. Leurs investissements représentent respectivement 55% et 22% des superficies en serres du Souss. Les productions sont le maraîchage (tomates), la floriculture essentiellement pour l’exportation et les bananes pour le marché national. A. Belkadi étudie les modes de commercialisation de la production de 1,5 million de tonnes de fruits et légumes avec la vente sur pied, les marchés de gros, l’agro-industrie qui n’a qu’une place limitée et l’exportation. La filière pour le marché intérieur est complexe et longue. Pour le marché extérieur, elle intègre la production et la commercialisation au sein de grands groupes nationaux et étrangers. La libéralisation du commerce d’exportation des fruits et légumes depuis 1986 a entraîné le développement d’entreprises privées à côté de l’Office de Commerce et d’Exportation (OCE). Le Souss fournit 52% des agrumes exportés par le Maroc, 46% des exportations de fleurs et 34% des exportations de la production maraîchère sous serres.

4L’université d’Agadir, à travers son département de géographie en particulier, apporte ainsi une importante contribution à la connaissance de la région du Souss. Son évolution illustre le glissement incessant vers le Sud des productions de fruits et légumes destinés au marché des pays du Nord : du Comtat et du Roussillon à Valence, Murcie, Alméria et au Souss avec la mise en place d’organisations sociospatiales spécifiques. Elle incite au développement d’études intégrées en raison des investissements étrangers. En tout cas, les réflexions issues de cet ouvrage sont susceptibles d’orienter l’action vers un développement durable indispensable avec notamment une meilleure rationalisation de la ressource en eau et une meilleure gouvernance face aux disparités sociospatiales qui s’accroissent.

Top of page

References

Electronic reference

Claudine Durbiano, « M. Bouchelkha (coordinateur), L’espace rural dans le Souss. Héritages et changements », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 30 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/377

Top of page

About the author

Claudine Durbiano

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page