Skip to navigation – Site map
La construction de territoires de la mobilité

Le « voyage immobile » des artisans-migrants (Italie du Nord, xixe-xxe siècles)

The « immobile journey » of migrant craftspeople (Northern Italy, 19th and 20th centuries)
Dionigi ALBERA
p. 113-119

Abstracts

The region of Biella, located in the north of Piedmont, is part of an extensive alpine zone, which for centuries has been at the source of movements of skilled labour in the construction sector. These migrations, dedicated primarily to different crafts, have been constructed over a long period of time and the high mobility of the male population was offset by a deep-rootedness in the places of origin, determined primarily by the possession of at least a few plots of land, which were cultivated mainly by women. Regarding the characteristics of this migratory space, as well as the images the emigrants gave and still give of their experience, this paper will highlight the special relationship created between the emigrants and the places where they settled. This is reminiscent of the “nomad space” as defined by Deleuze and Guattari, and calls into question the traditional opposition between « here » and « elsewhere » for migrants.

Top of page

Full text

1L’émigration saisonnière et temporaire a constitué, dans plusieurs secteurs des Alpes, une constante fondamentale dans l’économie locale au moins depuis la fin du Moyen Âge. Ces formes de mobilité n’étaient pas simplement un complément du revenu agricole, mais étaient souvent l’un des piliers de l’économie pour beaucoup de communautés.

Carte 1 - La province de Bielle, une région montagneuse

© D. Albera, IDEMEC

2Cet aspect est particulièrement évident pour une ample zone alpine, allant grosso modo du Tyrol oriental à l’est, et à l’ouest jusqu’au Piémont, qui a longtemps été à l’origine de déplacements liés aux travaux du bâtiment (P.‑P. Viazzo, 1989, p. 105). Dans ce vaste secteur, plusieurs vallées ont été caractérisées pendant des siècles par une forte mobilité de la population et par une économie diversifiée. Les revenus provenant de l’agriculture étaient associés à ceux, prépondérants, découlant de métiers itinérants qui occupaient ailleurs les hommes du printemps à la fin de l’automne, quand le gel bloquait les chantiers. Les rythmes saisonniers des déplacements étaient donc incompatibles avec les activités agricoles, qui étaient confiées presque exclusivement aux femmes. Ces vallées, « féminines » durant une grande partie de l’année, nous offrent une représentation visuelle d’une organisation économique complexe, à l’intérieur de laquelle l’agriculture assumait un rôle, certes essentiel, mais dans une large mesure subalterne.

3Dans quelle mesure la longue tradition de mobilité d’ancien régime a conditionné les mouvements migratoires de grande envergure qui ont intéressé ces régions à partir du xixe siècle ? Jusqu’à quel point les compétences à la mobilité de la composante masculine de la population ont façonné les identités des migrants et la représentation de leur expérience ? J’essayerai de répondre à ces questions en m’appuyant sur les résultats d’une recherche menée dans les vallées de la région de Bielle, dans le cadre d’une enquête interdisciplinaire (D. Albera, 1990 ; 1991 ; 2002).

4 La région de Bielle, situé au nord du Piémont, fait pleinement partie de cette vaste zone alpine qui pendant plusieurs siècles a été à l’origine des mouvements de main‑d’œuvre spécialisée dans le secteur de la construction. La massive implication des émigrants provenant de cette région dans les activités du bâtiment est documentée tout au long de l’époque moderne (Albera, Audenino et Corti, 1991 ; Audenino, 1990 ; Audenino, Corti et Lonni, 1997 ; Castronovo, 1986 ; 1988 ; 1990 ; Corti, 1990 ; Grassi et Pautasso, 1989 ; Olmo, 1977 ; Valz Blin, 1959 ; 1966 ).

5Dans l’ensemble se dessinent ici les contours d’un modèle migratoire inscrit dans la longue durée, consacré en premier lieu à l’activité artisanale. La forte mobilité de la population masculine était contrebalancée par un solide enracinement dans la localité d’origine, déterminé surtout par la possession d’au moins quelques lopins de terre, cultivés principalement par les femmes. Les chorographes et les administrateurs du xviiie et du début du xixe proposent une image assez positive de l’émigration saisonnière. Les absences semblent bien insérées dans les rythmes de la vie locale, et sont reconduites à une dimension non traumatique : on insiste sur le retour des hommes, sur l’abondance de leurs économies, sur l’affection vers pays natal, sur le maintien des liens familiaux.

6Les ouvriers de cette région qui, au xviiie et dans la première moitié du xixe, travaillent à la construction de fortifications, ponts, routes, aqueducs, ports dans différentes parties de l’Italie, s’appuient sur un réseau épais d’alliances, fermement ancrées dans les communautés de départ. On voit opérer des sociétés de maçons et de tailleurs de pierres : elles se constituent surtout entre frères, cousins, beaux-frères. Ces sociétés sont en mesure de réunir les capitaux nécessaires et réussissent à se faire attribuer les adjudications, en s’épaulant réciproquement. Dans plusieurs cas, les contremaîtres se transforment en entrepreneurs fortunés, mais continuent à recruter la main‑d’œuvre dans la vallée d’origine. À cela s’ajoute un entrelacement de parentés qui renforce la cohésion des entrepreneurs de ces vallées.

7Les liens avec le village d’origine passent aussi par des réseaux de crédit qui fournissent les capitaux nécessaires à l’exercice de l’activité itinérante ; la possession diffuse de minuscules parcelles constitue dans ce cas une garantie pour les hypothèques. Le succès de certains entrepreneurs conduit à un éloignement, mais non pas à un détachement de la vallée de provenance, qui continue à faire l’objet d’investissements matériels et symboliques.

8À partir de la seconde moitié du xixe siècle, le rayonnement des mouvements liés aux métiers du bâtiment s’élargit. La France et la Suisse continuent à être fréquentées par les maçons, les plâtriers et les tailleurs de pierre de la région de Bielle. Mais un nombre croissant d’hommes s’engage dans des chantiers en Amérique, en Afrique, en Asie.

9Ces mouvements s’appuient sur un réseau de communication et d’embauche dans les chantiers du monde entier, fondé sur une solide circulation d’informations dont les protagonistes sont ceux qui restent dans la vallée. Les lettres aux mères et aux épouses concernent également toute la petite communauté des voisins et des parents et alimentent une chaîne d’informations qui, de la vallée, repart vers d’autres destinations. Pour la population qui reste (et ce sont surtout des femmes) la vie quotidienne s’organise autour des relations de parenté et de voisinage, qui s’additionnent et se confondent dans ces petits hameaux, avec leurs maisons mitoyennes ou donnant sur un même jardin.

10Il arrive souvent que deux frères mariés vivent dans des maisons contiguës, ou que deux soeurs soient mariées dans le même hameau, parfois dans la même famille. Le hameau devient, pour la plupart de l’année, un lieu habité surtout par les femmes, les enfants et les vieux. Il s’agit d’un phénomène qui a été remarqué par des observateurs du xixe siècle, comme ceux qui ont collaboré à. l’enquête « Jacini » :

  • 1  «Gli uomini si occupano poco o nulla delle terre poiché appena hanno hanno 14 o 15 anni di età son (...)

Les hommes ne s’occupent pas ou presque des terres car, quand ils ont 14 ou 15 ans, ils sont conduits par leurs propres parents hors de la maison, à l’étranger, pour exercer les métiers de tailleur de pierre, de carreleur, de maçon etc. Donc, la terre est cultivée par les femmes, lesquelles récoltent les produits du sol, soignent les bêtes et les conduisent aux pâturages, et font tous les autres travaux (Enquête “Jacini” , 1883, p. 630)1.

11De fait la division spatiale entre les hommes et les femmes correspond à une division du travail. En 1871, à Riabella, une localité de la vallée Cervo, sur 129 hommes dont la profession est connue, un seul est qualifié de « paysan » dans un recensement établi cette année là. Plus de 90 % d’entre eux sont, par contre, définis comme « maçons ». À l’inverse, 154 des 156 femmes sont qualifiées de « paysannes » (Audenino, 1990, p. 181).

  • 2  «Una delle più care bellezze dell’alta valle d’Andorno sono i bambini (...) e poiché d’estate, emi (...)

12À la fin du xixe siècle, dans une page consacrée à cette vallée, où il avait l’habitude de passer ses vacances estivales, l’écrivain Edmondo De Amicis, décrit une vie presque dépourvue de présences masculines. Les enfants, dit-il, sont l’une des merveilles de ces lieux. Et, ajoute-t-il, comme il est rarissime de voir un homme jeune ou d’âge mûr, un visiteur pourrait bien se poser des questions sur la provenance des enfants : s’agit-il d’une production spontanée de la terre ou d’une marchandise d’importation pour la saison estivale2?

13Au premier abord, les rythmes de l’émigration des Biellesi aux xixe et xxe siècles semblent s’accorder avec ceux de l’émigration italienne. La seconde moitié du xixe, quand les courants migratoires des Biellesi connaissent une série de transformations décisives, avec une dilatation des parcours vers des destinations toujours plus éloignées, a été la période pendant laquelle l’émigration italienne a connu une formidable expansion qui s’est prolongée jusqu’aux premières décennies du xxe siècle. Cependant, dans le marché international du travail, les migrants italiens ont souvent occupé une position subordonnée, non seulement par rapport à la main‑d’œuvre autochtone, mais aussi par rapport à celle issue des courants migratoires précédents (Sori, 1979). Le cas de la région de Bielle se détache avec décision de ce modèle, en étant dans l’ensemble marqué par une mobilité relativement qualifiée. Beaucoup de Biellesi entrèrent dans les contingents de la grande émigration italienne en possédant un métier. En outre, des siècles de tradition migratoire avaient marqué de leur empreinte une organisation sociale basée sur la mobilité du travail. Tout cela a généré une véritable aptitude au mouvement qui a permis de se déplacer agilement le long de routes même très éloignées et de profiter des opportunités qui s’ouvraient dans les différents segments du marché international du travail.

14En général, pendant l’expansion des parcours de la seconde moitié du xixe siècle et des premières décennies du xxe, les liens avec la communauté de départ se desserrent, sans pourtant être rompus. Ils furent ultérieurement redessinés par les transformations décisives qui affectèrent les courants migratoires internationaux, et entre autres celui de la région de Biella, à partir grosso modo des années 1920. La durée des absences se prolonge et la migration devient ainsi parfois viagère ou définitive. Elle implique plus souvent le départ des femmes et des enfants. Les taux de natalité et de nuptialité diminuent inexorablement. En même temps, l’ancienne tradition de mobilité temporaire et saisonnière ne s’est pas entièrement interrompue, et s’est prolongée jusqu'à aujourd’hui à travers les déplacements de techniciens qualifiés dans différentes parties de la planète.

15Pour essayer de condenser quelques aspects saillants de l’expérience migratoire de cette région et de sa représentation sur le plan local, on peut avoir recours à la notion d’« aristocratie migrante », en faisant évidemment référence à celle d’ « aristocratie ouvrière », qui désigne certains segments de main‑d’œuvre spécialisée qui, à l’intérieur du processus d’industrialisation, réussirent à maintenir un statut professionnel et un héritage culturel provenant du monde artisanal préindustriel (E.-J. Hobsbawm, 1964). D’une manière analogue, dans les rangs de la « grande émigration » italienne, qui en général peut être décrite comme un processus de prolétarisation de masses paysannes, se glissèrent des groupes (majoritaires dans des zones comme la région de Bielle) qui possédaient une tradition artisanale et une solide habitude à la mobilité. Ils parcoururent le marché du travail international en se déplaçant toujours plus loin, dans l’effort de conserver leurs prérogatives et leurs atouts, et de les mettre en valeur.

16L’attitude extravertie avec laquelle la composante masculine de la population regardait le monde extérieur s’imbriquait avec un lien étroit avec la communauté d’origine. De ce cordon ombilical on peut apercevoir beaucoup de traces dans la documentation produite par les émigrants eux-mêmes (lettres, photographies…). Les liens avec la communauté d’origine étaient en outre soudés dans la sphère festive et cérémonielle. Les rites de passage qui scandaient les étapes du cours de vie individuel (baptême, mariage, enterrement) avaient comme cadre le village d’origine. Ici les hommes naissaient et, tout en passant une grande partie de leur vie ailleurs, se mariaient et revenaient pour y passer les dernières années. Les émigrants jouaient en outre un rôle important dans les moments rituels collectifs dans lesquels la communauté locale exprimait sa propre identité et sa propre cohésion. Les mois de la rentrée hivernale étaient constellés de fêtes et d’occasions de rencontre. Les fortunes réalisées pendant l’émigration pouvaient alors être montrées à la communauté d’origine par l’intermédiaire d’investissements symboliques.

Photo 1 - Logan, Virginie occidentale, États‑Unis, 1904.

Photo 1 - Logan, Virginie occidentale, États‑Unis, 1904.

Carte postale/photo envoyée par Pietro Rosazza Riz à son fils Antoine resté en Italie.
« Bien reçu la lettre de la part de la mère. La santé va bien. Dans quelques jours t’écrirai. Toutes mes salutations à tous le monde. Ton père »

Source : Fondazione Sella, Bielle.

Photo 2 - Pilgrim’s rest, Afrique du Sud, 1896

Photo 2 - Pilgrim’s rest, Afrique du Sud, 1896

Construction d’un pont sur le fleuve Blyde par l’entreprise Giletti de Curino

Source : Fondazione Sella, Bielle.

Photo 3 - Vladivostok, Russie, 1908.

Photo 3 - Vladivostok, Russie, 1908.

Les frères Luigi et Fiorenzo Allara de Campigna Cervo. « Nous nous sommes enfin rencontrés après 8 ans »

Source : Fondazione Sella, Bielle.

17Dans les recherches que j’ai effectuées sur l’émigration à partir de cette région, mon attention s’est plus particulièrement concentrée sur l’image que les émigrants ont donnée et donnent de leur expérience. Pour cela, j’ai effectué une exploration diachronique qui, pour le passé plus éloigné, s’est appuyée sur l’analyse de sources personnelles (lettres, journaux intimes, récits, photographies) et, pour une époque plus récente, a eu principalement recours aux entretiens et à l’observation participante.

18La conscience de posséder des compétences professionnelles a fortement conditionné l’interprétation que ces émigrants donnent de leur expérience migratoire. L’orgueil de métier constitue l’un des points focaux vers lesquels convergent l’autoreprésentation et l’identité. Le travail, avec ses problèmes, ses rythmes, ses exigences et ses résultats, est sans doute le thème le plus saillant. On le voit affleurer plusieurs fois dans les lettres et dans les photographies du xixe et du début du xxe. Il se manifeste avec la même intensité dans la documentation plus récente. L’image en prise directe qui apparaît dans les lettres et dans les journaux intimes est caractérisée par quelques éléments communs. Dans les documents personnels on assiste en général à un refoulement des aspects les plus dramatiques de l’expérience migratoire. Les événements, même les plus fâcheux, sont évoqués de manière sobre, presque détachée, sans soubresauts émotifs. Les émigrants semblent en outre considérer les déplacements comme une composante « naturelle » du cours de la vie masculine, avec une sous-estimation des dangers qu’ils peuvent rencontrer à l’étranger (ces derniers étaient bien réels : plusieurs de ces travailleurs connurent une mort précoce, victimes d’accidents du travail et de maladies liées à leurs déplacements). Une telle attitude est intimement liée à une profonde identification avec le métier. Il est possible de remarquer, à cet égard, une constellation de tendances qu’on peut résumer en parlant d’une « culture de la mobilité ». Cette dernière était aussi une « culture du travail » ou, pour mieux dire, une culture du travail mobile, itinérant. Elle se drapait souvent de fierté pour les connaissances professionnelles, pour la capacité de se déplacer à l’intérieur de marchés du travail extrêmement étendus et pour les réalisations effectuées dans les différents continents.

  • 3  Cf. les photographies publiées. Pour une analyse de ces aspects, voir D. Gentile et P. Ortoleva, ( (...)

19L’orgueil de métier se configure comme une composante essentielle de l’identité masculine et se sert de différentes voies pour être exprimé et transmis d’une génération à l’autre. Dans les photographies, qui souvent accompagnaient les missives – et parfois les remplaçaient – à l’intérieur de la riche trame d’échanges épistolaires qui bridait et disciplinait cette population perpétuellement en mouvement, l’un des thèmes centraux était l’exhibition des travaux réalisés, l’exaltation du rôle de main d’oeuvre spécialisée, qui dominait les constructions et souvent brandissait symboliquement les outils de travail, emblèmes de la possession d’une habileté technique artisanale3.

20Maints émigrants de cette région cherchaient de plus en plus loin des occasions de travail qualifié et rentable, en sous-estimant les distances et les risques objectifs, à la recherche d’une mise en valeur du statut « respectable » de travailleur spécialisé. L’émigration, même celle transocéanique, ne constituait pas une césure par rapport au système de valeurs de la société de départ, mais en constituait au contraire une expansion. Il est sans doute significatif que, dans cette phase, les voix en désaccord par rapport à la représentation dominante du phénomène migratoire furent celles des femmes. Elles voyaient avec une plus grande lucidité les risques liés à l’émigration dans des contextes éloignés, et jugeaient souvent négativement l’allongement des absences.

21L’émigration saisonnière avait été longtemps fondée sur une division sexuelle du travail, associée à la séparation spatiale. De cette manière elle a interféré avec la construction de l’identité masculine et de l’identité féminine. La première apparaît ancrée dans la spécialisation technique, la fierté du métier, le caractère entreprenant, un sens cosmopolite d’appartenance à un univers plus grand ; la seconde, au contraire, se limite au milieu agricole, aux rudes travaux de la vie locale. En reprenant des notions d'Hannah Arendt, on peut suggérer que l’activité masculine a ici une connotation « d’œuvre » : elle a pour finalité la création d’un monde artificiel destiné à durer. L’activité féminine, au contraire, est plutôt un « travail », suspendu dans un échange interminable et répétitif avec la nature, tourné vers la production de biens inexorablement détruits par la consommation.

  • 4  À l’issue d’un travail d’analyse de ce corpus de récits, j’ai opéré la sélection de quarante-six e (...)

22Dans le cadre de la recherche sur l’émigration de la région de Bielle un corpus important de récits biographiques de migrants a été collecté. Au cours des années 1990, j’ai procédé à une analyse et à une sélection de ce corpus en vue de sa publication4. Les histoires de vie mettent en scène les continuités et les discontinuités constitutives de la trajectoire du migrant, dans une relation complexe avec sa communauté d’origine, où s’imbriquent les solidarités, les ruptures et les retrouvailles. Les entretiens permettent de suivre les réseaux de socialisation sur lesquels s’appuie le cheminement du migrant à travers des espaces immenses. En outre, on peut y repérer les représentations dont les locuteurs se servent pour décoder leurs expériences de vie. Dans ce cas, la lecture polyphonique opérée à l’échelle d’un groupe permet d’isoler, au-delà des différences et des nuances personnelles, des noyaux référentiels partagés.

23La répétitivité commune qui se dégage de l’exploration croisée des récits conduit, d’un côté, à un ensemble de topoi qui marquent l’expérience migratoire en général : la découverte d’autres mondes, les contacts transculturels, les blessures de l’exclusion, les processus d’hybridation, les hésitations identitaires, les repères hospitaliers des réseaux et des chaînes migratoires. Mais, d’un autre côté, l’analyse du contenu montre aussi que ces récits renvoient à des référents sociaux plus spécifiques qui s’inscrivent dans la « culture de la mobilité » largement répandue et fortement sédimentée dans cette région. On peut ainsi dégager une matrice partagée, qui inclut l’expérience migratoire dans le répertoire ordinaire des possibilités de vie. La définition de la situation d’émigration de la part des locuteurs relativise en effet l’éloignement et insiste plutôt sur les facteurs qui amènent les migrants à projeter l’exercice et la valorisation de leurs compétences artisanales et techniques dans des horizons géographiques très vastes. L’expérience de l’ailleurs fait partie, pour ainsi dire, de l’intérieur culturel des narrateurs. La transition inhérente au déplacement est déjà pré-conditionnée par une « culture de la mobilité » élaborée dans le cadre d’une société de départ pour laquelle la migration était une constante, une pratique ordinaire consolidée au fil des générations.

  • 5  Ce témoignage, comme les autres qui suivent, est extrait des récits de vie publiés dans D. Albera (...)

24Le thème du travail, qui affleure plusieurs fois dans les lettres et dans les photographies, apparaît avec une égale intensité dans les histoires de vie. C’est sûrement l’argument que les témoins traitent le plus volontiers, en y revenant presque de façon obsédante. C’est en relation à cette dimension qu’est souvent tracé le bilan de toute une vie. Ainsi Abramo Mosca Pedrò présente son expérience d’émigration au Pérou (où au début du xxe siècle il travaille avec ses deux frères dans le secteur du bâtiment) comme un travail continu : j’avais vingt ans, mon frère Pietro vingt-cinq, mon frère Umberto vingt-trois5. Dans ses phrases, le travail à une position centrale, indépendamment des profits réalisés : Il y avait ce petit revenu, on ne gagnait pas beaucoup, mais moi et mes frères nous n’avons jamais demandé combien on gagnait. À la fin ils [mes frères] disaient  parce que je tenais la comptabilité – ils disaient : « Où en sommes-nous ? ». À la fin du travail. On ne pensait qu’au travail. Ainsi Giovanni Meliga, avec des expériences prolongées de travail dans les chantiers de différents pays africains à partir des années 1950 : Ma vie c’est travailler. Ainsi Giovanni Rapa, émigré en Colombie de 1959 à 1969 : Qu’est-ce que je regrette de la Colombie ? Je ne peux regretter rien, parce que ma permanence là bas a été toute une vie de travail, totale et complète. Ainsi Cesare Boggio Merlo, au Brésil depuis 1956 : De ma vie je dirais que j’ai toujours beaucoup travaillé. Maintenant je travaille encore dix heures par jour, plus ou moins. Au jour d’aujourd’hui je fais encore dix heures par jour. Mais quand j’ai commencé, je faisais quinze, seize heures normalement, tous les jours. Et les exemples pourraient être facilement multipliés.

25Le thème du travail constitue une sorte de passe-partout explicatif, qui donne un sens aux choix opérés au cours de la vie. Dans les premières décennies du xxe siècle, le maçon Gildo Bertone prolonge son séjour en Afrique du Sud pour seize années, sans jamais rentrer au pays. La seule justification qu’il allègue est liée aux exigences du travail : Je suis revenu en 1928. À ce moment là, de la maison, maman nous appelait toujours : « Quand venez-vous, quand venez‑vous ? Je ne vais pas bien… ». Oui, mais c’était toujours la question des travaux. Parce que nous avions des travaux, nous ne pouvions pas abandonner les travaux et aller en Italie. Fini l’un, il y en avait déjà un autre...

26Outre à constituer un pivot du parcours biographique, la dimension du travail se lit également en filigrane dans les modalités du récit. Dans beaucoup d’histoires de vie des émigrants de cette région, la narration est caractérisée par une succession ordonnée : les épisodes s’enchaînent dans une progression ascendante, dans laquelle les étapes de la vie se fondent inextricablement avec celles de la carrière. Même les insuccès, les tentatives ratées finissent quelquefois par être acceptées en vertu de leur valeur propédeutique. Ce modèle narratif ne caractérise pas seulement les récits des entrepreneurs, des constructeurs de succès, mais se glisse également en relation à des trajectoires existentielles bien plus modestes. Dans différents cas, la narration de vies cantonnées dans des activités plutôt humbles, comme celle de garçon de restaurant, présente la même démarche caractérisée par un cursus honorum ascendant. Aussi bien le restaurant que l’usine ou le chantier deviennent, selon les cas, la base sur laquelle se déploient les biographies masculines. Le travail fournit une matrice de sens, qui rend souvent opaques les réalités qui y échappent.

27La dimension totalisante du travail se manifeste aussi sous la forme de l’orgueil du producteur ou du constructeur, détenteur d’un savoir artisanal. D’autres occupations sont considérées comme moins « nobles » et comme un pis-aller. Comme le remarque encore Gildo Bertone : Mon père était un tailleur de pierres, puis il s’adaptait à vendre des fruits à Bielle. Dans le même esprit, Walter Barberis Vignola, émigré en Argentine dans les années 1940, observe que l’activité commerciale n’est pas précieuse comme l’industrie, comme la fabrication, parce qu’il y n’a pas de création : le commerce c’est gagner, faire la différence...

28Des témoignages émerge souvent la conscience de détenir un savoir technique, qui permet de trouver facilement une embauche à l’étranger et assure des rémunérations plus élevées par rapport à d’autres migrants. Le thème du travail est souvent décliné comme orgueil pour les réalisations effectuées. Il prend cette forme dans les paroles d’Ugo Chiappa, quand le narrateur évoque la création de son entreprise : Pour cinq ans : de nuit et de jour, travailler ! Demandez à ma femme, je ne dormais que d’une heure à cinq heures du matin. Pendant cinq ans, d’une heure à cinq heures du matin… J’ai fait des sacrifices, mais le résultat est là ! Ou bien la fierté concerne les signes laissés sur le territoire par les constructeurs, signes dont on vante invariablement le caractère monumental, comme le fait par exemple Giulio Allara : En Perse nous avons fait des travaux colossaux. Un chemin de fer de sept kilomètres presque tout dans le tunnel, avec trois cents oeuvres d’art, toutes en pierre taillée, de petits ponts, des viaducs de vingt, trente, quarante mètres…

29Si l’émigrant de la région de Bielle assume souvent les traits de l’homo faber qui crée un monde artificiel inscrit dans la durée, il est aussi le détenteur d’une « science mineure », « nomade » (G. Deleuze et F. Guattari, 1980), héritière de celle des maîtres comasques ou des compagnons de la période gothique. Ces artisans-migrants pratiquent, dans l’exercice de leur métier, une géométrie opératoire qui part du mouvement et de la matière. Ceci signifie que ce ne sont pas, dans ce cas, les formes fixes à organiser la matière, comme dans la science « majeure », mais c’est au contraire la matière qui engendre les formes. Cette science nomade est réfractaire à la suprématie absolue des chiffres et des mesures. À la planification métrique et abstraite des ingénieurs et des architectes, elle oppose ses plans construits sur le terrain, immergés dans la connaissance pratique.

30Les savoirs artisanaux renvoient, plus en général, à ce vaste horizon d’intelligence tournée à des fins pratiques, circonscrit par la notion grecque de « métis », comme celle-ci a été définie par M. Detienne et J.-P. Vernant (1974). Il s’agit d’une intelligence désarmée, qui n’a pas la possibilité d’avoir recours à la force. Elle s’arme donc de ruse, pour dépasser les obstacles qui s’interposent dans plusieurs domaines d’action. Elle est mobile et, pour dominer des réalités fluides et polymorphes, doit s’appuyer sur l’habileté, le mimétisme et, parfois, la tromperie. Son art est celui de saisir l’occasion (le kairòs), qui permet parfois au faible de triompher sur celui qui est plus fort.

31Les agissements des émigrants sont dénués, pour reprendre une notion de Michel de Certeau, d’un « lieu » propre, où élaborer des stratégies d’expansion. En évoluant sur des terrains maîtrisés par autrui, constamment exposés à l’observation et au contrôle, leurs actions ne peuvent pas devenir de véritables « stratégies ». Elles sont au contraire des « tactiques », dont la caractéristique est de se dérouler sur un terrain organisé par une loi étrangère (M. de Certeau, 1990, p. 57-68). Dans les récits des émigrants il est possible d’apercevoir nombre d’exemples de cet art – elle aussi mineure –, définissable comme « métis »ou comme tactique populaire, grâce à laquelle celui qui est structurellement faible réussit parfois à s’introduire dans les interstices des pouvoirs dominants, dans les lieux où il n’a pas de droit de nationalité, en utilisant à son avantage les occasions qu’une perspicacité vigilante lui permet de saisir. Quelques figures d’émigrants astucieux figurent dans le répertoire des anecdotes populaires de différentes communautés de cette région, telle une exagération comique d’un art largement pratiqué.

32On pourrait s’étonner du fait que, dans ces histoires de mouvement tourbillonnant, la dimension du voyage soit dans l’ensemble peu significative sur le plan narratif. Dans beaucoup de récits, le déplacement fait l’objet d’une sorte d’élision. Les narrations ondoient entre un « ici » et un « là-bas », qui indiquent de manière interchangeable le lieu d’origine et la zone d’émigration, sans trop s’étendre sur les milliers de kilomètres qu’il fallait parcourir pour se déplacer d’un pôle à l’autre.

33La mobilité, omniprésente dans les témoignages, est décrite surtout dans ses préliminaires, lorsque l’on évoque par exemple le choix entre un grand nombre de destinations possibles, ou dans son aboutissement : le moment de l’arrivée. On survole au contraire sur la manifestation de la mobilité comme itinéraire spatial. Même des termes comme émigration ou émigrer ne sont pas fréquemment utilisés par les témoins. On parle plutôt d’« être » ou de « travailler » ailleurs.

34Beaucoup de ces trajectoires s’inscrivent dans ce que, suivant Deleuze et Guattari, nous pouvons définir comme un espace nomade. C’est un espace lisse, vectoriel, directionnel, en opposition à l’espace sédentaire, rayé par des lignes, dimensionnel. Dans la narration de leurs périples les migrants ne semblent pas se déplacer d’un point à l’autre ; plutôt, ils dessinent un parcours composé d’une série de points. Dans leurs récits ils semblent évoluer dans une sorte d’« absolu local ». Paradoxalement, bien qu’ils soient très mobiles, ils semblent constamment arrêtés.

35Ces aspects sont particulièrement évidents dans la mobilité des équipes de tailleurs de pierres ou de maçons qui pendant des siècles ont suivi des flux de matière, avec des mouvements intenses d’une carrière à l’autre, d’un chantier à l’autre, à travers les États et les continents. Plus en général, c’est tout le marché du travail mondial qui devient un immense espace nomade, à l’intérieur duquel les émigrants de cette région ont pendant longtemps poursuivi des opportunités économiques.

36La culture de la mobilité des émigrants de la région de Bielle, dont j’ai ici isolé une série de manifestations (sous la forme de pratiques, de symboles, de représentations) semble annuler la dimension de la « transition », qui est au contraire centrale dans la conception, tellement répandue qu’elle peut finir par apparaître naturelle, de l’expérience migratoire comme mobilité de la culture, comme passage d’un univers social et culturel à un autre. Non seulement la catégorie même d’émigration, qui condense cette perspective, est largement sous-utilisée par les migrants de cette région, mais toute une série d’éléments qui renvoient au passage d’un contexte à un autre semblent souvent refoulés. On peut remarquer cela par rapport à la narration du voyage, du dépaysement, de l’insertion dans la société hôte, de l’acquisition des compétences linguistiques. La conception de la trajectoire migratoire comme carrière tend à son tour à mettre un bémol à l’écartement spatial.

37Dans l’ensemble se dessine une opposition entre deux visions difficilement conciliables. L’une, qui émerge de ces documents biographiques, place le mouvement dans un espace nomade, lisse et vectoriel ; l’autre, celle qui est habituelle, l’inscrit dans un espace métrique et strié, modelé par la formation de l’État-nation, en faisant du mouvement une transition entre deux conditions fixes, entre deux points divisés par des frontières. En tout cas, la culture de la mobilité qui a caractérisé pendant des siècles cette région était plus ancienne de la catégorie d’émigration qu’on emploie maintenant pour désigner les déplacements des travailleurs. Par ailleurs, elle précédait également l’essor de l’État-nation qui fournit les coordonnées spatiales et symboliques qui sont en général à la base de la perception des phénomènes migratoires dans le sens commun.

38La logique dichotomique, inhérente à l’opposition usuelle entre un ici et un « ailleurs », est dans ce cas atténuée par une intense activité conjonctive, tissant une trame de liens entre les différentes polarités (géographiques et symboliques) qui donnent un sens à l’être au monde de ces populations traversées par le mouvement. Leur culture de la mobilité, en tant que négation de la transition, ne peut qu’être animée par la tension (et la volonté de recomposition) de valences contrastantes.

Top of page

Bibliography

Albera D., (2002), Travagliare della professione. Mestiere e identità nell’emigrazione biellese, V. Siniscalchi (dir.), Frammenti di economie. Ricerche di antropologia economica in Italia, Pellegrini Editore, Cosenza, p. 193-235.

–(2000), Memorie d’altrove. Testimonianze e storie di vita dell’emigrazione biellese, Electa, Milan, 635 p.

–(1991), Cultura della mobilità e mobilità della cultura : riflessioni antropologiche sull’emigrazione biellese, Atti del Convegno Storico Internazionale sull’emigrazione biellese. Biella, 25-26-27 settembre 1989, Electa, Milan, p. 179-206.

–(1990) L’immagine dell’emigrazione biellese, V. Castronovo (dir), Identità ed integrazione. Luoghi, percorsi ed immagini di sé dell’emigrazione biellese, Electa, Milan, p. 125-199.

Albera D., Audenino P. et Corti P., (1991), I percorsi dell’identità maschile nell’emigrazione. Dinamiche collettive e ciclo di vita individuale, Rivista di Storia Contemporanea, 20-1, janvier, p. 69-87.

Audenino P., (1994), Séparations et solidarités dans les communautés d’émigrants saisonniers de la région de Bielle, Le monde alpin et rhodanien, 3, p. 69-87.

–(1990), Un mestiere per partire. Tradizione migratoria, lavoro e comunità in una vallata alpina, Franco Angeli, Milan, 288 p.

Audenino P., Corti P. et Lonni A., (1997), Imprenditori biellesi in Francia fra Ottocento e Novecento, Electa, Milan, 367 p.

Castronovo V. (dir), (1990), Identità e integrazione. Famiglie, paesi, percorsi e immagini di sé nell’emigrazione biellese, Electa, Milan, 379 p.

–(1988), L’emigrazione biellese nel Novecento, Electa, Milan, 350 p.

–(1986), L’emigrazione biellese fra Ottocento e Novecento, 2 tomes, Electa, Milan, 573 p.

Certeau (de) M., (1990), L’invention du quotidien : Arts de faire, Gallimard, Paris, 350 p.

Corti P., (1990), Paesi d’emigranti. Mestieri, itinerari, identità collettive, Franco Angeli, Milan, 291 p.

Deleuze G., Guattari F., (1980), Mille plateaux, Les Éditions de Minuit, Paris, 20 p.

Détienne M., Vernant J.-P., (1974), Les ruses de l’intelligence. La métis des Grecs, Flammarion, Paris, 320 p.

Gentile D., Ortoleva P., (1986), Album di gruppo, Sapere la strada. Percorsi e mestieri dei biellesi nel mondo, Electa, Milan, p. 35-48.

Grassi C., Pautasso M., (1989), Prima roba il parlare… Lingue e dialetti dell’emigrazione biellese, Electa, Milan, 244 p.

Hobsbawm E. J., (1964), Labouring Men: Studies in the History of Labour, Weidenfeld and Nicolson, Londres, 401 p.

Enquête Jacini, (1883), Atti della Giunta per l’Inchiesta agraria e sulle condizioni della classe agricola, 8, Forzani, Rome.

Olmo S., (1977), Emigrazione e comunità in val Cervo nella prima metà del Settecento, Bollettino Storico-Bibliografico Subalpino, 75, fasc. I, p. 239-263.

Sori E., (1979), L’emigrazione italiana dall’Unità alla seconda guerra mondiale, Il Mulino, Bologna, 512 p.

Valz Blin R., (1966), Le comunità di Biella e Andorno, Centro Studi Biellesi, Biella, 338 p.

–(1959), Memorie sull’Alta Valle d’Andorno, Ramella, Biella, 262 p.

Viazzo P.-P., (1989), Upland communities. Environment, population and social structure in the Alps since the sixteenth century, Cambridge University Press, Cambridge, 344 p.

Top of page

Notes

1  «Gli uomini si occupano poco o nulla delle terre poiché appena hanno hanno 14 o 15 anni di età sono condotti dai loro stessi parenti fuori di casa all’estero a esercitare i mestieri di tagliapietre, selciatori, muratori, ecc. Perciò la terra stessa viene coltivata dalle donne le quali raccolgono i prodotti del suolo, curano le bestie e le menano ai pascoli e fanno tutte le altre operazioni».

2  «Una delle più care bellezze dell’alta valle d’Andorno sono i bambini (...) e poiché d’estate, emigrando quasi tutta la popolazione maschile (composta in gran parte di muratori e di scalpellini) è rarissimo dalla Balma in su un uomo giovane e maturo, vien fatto al nuovo arrivato di domandarsi donde provenga tutta quella razza minuta, se sia una produzione spontanea della terra o merce importata, per la stagione estiva da altri paesi» (Albera, Audenino et Corti, 1991, p. 86).

3  Cf. les photographies publiées. Pour une analyse de ces aspects, voir D. Gentile et P. Ortoleva, (1986, p. 35-48) et D. Albera (1990).

4  À l’issue d’un travail d’analyse de ce corpus de récits, j’ai opéré la sélection de quarante-six entretiens. Choisis pour leurs qualités expressives et pour leur « représentativité », ces récits couvrent l’expérience migratoire de cette région tout au long du xxe siècle. Le défi a été dans ce cas celui d’opérer un changement inévitable de forme – on sait bien que l’oral s’appauvrit dans la transcription littérale – sans pour autant modifier le sens, ce qui implique une alliance étroite entre le travail d’analyse, dont les principaux résultats sont exposés dans une introduction d’environ cent pages, et celui de restitution expressive des récits (Albera, 2000).

5  Ce témoignage, comme les autres qui suivent, est extrait des récits de vie publiés dans D. Albera (2000).

Top of page

List of illustrations

Credits © D. Albera, IDEMEC
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3781/img-1.png
File image/png, 133k
Title Photo 1 - Logan, Virginie occidentale, États‑Unis, 1904.
Caption Carte postale/photo envoyée par Pietro Rosazza Riz à son fils Antoine resté en Italie.« Bien reçu la lettre de la part de la mère. La santé va bien. Dans quelques jours t’écrirai. Toutes mes salutations à tous le monde. Ton père »
Credits Source : Fondazione Sella, Bielle.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3781/img-2.jpg
File image/jpeg, 268k
Title Photo 2 - Pilgrim’s rest, Afrique du Sud, 1896
Caption Construction d’un pont sur le fleuve Blyde par l’entreprise Giletti de Curino
Credits Source : Fondazione Sella, Bielle.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3781/img-3.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Photo 3 - Vladivostok, Russie, 1908.
Caption Les frères Luigi et Fiorenzo Allara de Campigna Cervo. « Nous nous sommes enfin rencontrés après 8 ans »
Credits Source : Fondazione Sella, Bielle.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3781/img-4.jpg
File image/jpeg, 178k
Top of page

References

Electronic reference

Dionigi ALBERA, « Le « voyage immobile » des artisans-migrants (Italie du Nord, xixe-xxe siècles) », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 26 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3781 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3781

Top of page

About the author

Dionigi ALBERA

Anthropologue, directeur de recherches CNRS – IDEMEC, albera@mmsh.univ-aix.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page