Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Évolution de l’occupation du sol en Provence-Alpes-Côte d’Azur vue du ciel

Analyse de l’évolution de l’occupation du sol à partir des données CORINE Land Cover (1988) et de la base de données d’occupation du sol (1999-2000), GeoMéditerranée et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2003, 61p., disponible sur www.crige-paca.org
Roland Courtot
p. 105-106
Bibliographical reference

Évolution de l’occupation du sol en Provence-Alpes-Côte d’Azur vue du ciel, Analyse de l’évolution de l’occupation du sol à partir des données CORINE Land Cover (1988) et de la base de données d’occupation du sol (1999-2000), GeoMéditerranée et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2003, 61p., disponible sur www.crige-paca.org

Index terms

Geographical index :

France, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Top of page

Full text

  • 1 - Les données de l’environnement (territoires), IFEN, n°101, mars 2005, Les changement d’occupation (...)

1Le numéro 101 de la Revue de l’Institut Français de l’Environnement présente à l’échelle de la France l’analyse comparée de deux images de l’occupation du sol français à dix ans d’intervalle (1990-2000)(1), dont les conclusions générales sont dans le titre: diminution des prairies et des zones agricoles hétérogènes, accroissement de la forêt et étalement urbain. Celles-ci sont reprises par l’étude faite pour le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur par Geoméditerranée, bureau d’études installé à Sophia-Antipolis, mais présentent des caractères originaux propres aux espaces méditerranéens, en particulier la rapidité et l’importance des mutations vers l’artificialisation et la fermeture des paysages naturels.

2Malgré les limitations qu’imposent les sources utilisées (dimension du pixel, ajustement des deux couvertures radiométriques issues de programmes de satellites différents, difficulté de l’interprétation des images et des définitions de la nomenclature, en particulier le type « parcellaire complexe », qui recouvre les parcelles de polyculture sèche des petites exploitations traditionnelles, et le mitage pavillonnaire, dont la densité variable rend difficile la mesure de son extension) les deux cartes obtenues et publiées (celle de l’occupation des sols en 5 catégories-niveau 1, et celle de l’évolution des paysages en 10 catégories pour 1990-2000), sont riches d’enseignements. Le texte du mémoire, mais c’est la loi du genre, est un commentaire des résultats statistiques dont les interprétations prudentes sont réduites. Cela permet au géographe de vérifier certaines tendances et de poser de nouvelles questions.

3La région PACA a donc connu des mutations rapides, puisque près d’1/5 de sa surface a changé d’occupation entre les deux dates. En surface, la principale modification est celle de la fermeture des paysages naturels par la forêt (lesquels représentent 76% de la surface régionale en 2000). Mais les deux mutations socio-économiques majeures, l’urbanisation et son corollaire la déprise agricole, prennent ici une intensité et des caractères spécifiques : les espaces agricoles diminuent d’1/4, tandis que les espaces artificialisés augmentent d’1/3. C’est donc les premiers qui fournissent l’essentiel des nouveaux seconds (90%), les espaces naturels venant très loin derrière (10%) pour alimenter cette urbanisation. Même si, en Provence, le langage courant continue d’utiliser le terme de « village » pour désigner des agglomérations rurales quasi urbaines, on assiste à la fin de la société rurale héritée du xixe siècle, qui disparaît par intégration dans une nouvelle société « métropolisante ».

4Enfin la cartographie a permis aussi une différenciation intrarégionale des résultats. L’artificialisation progresse au détriment des espaces agricoles dans la partie rhodanienne, la basse Provence et le littoral, et se reporte des plaines et du littoral sur les arrière-pays ; tandis que la « naturalisation » vers la forêt progresse dans l’intérieur aux dépens des espaces agricoles. Les départements des Bouches-du-Rhône et du Var sont les plus touchés par l’artificialisation des sols en valeur absolue. Dans les Alpes-Maritimes, l’urbanisation transforme maintenant plus les espaces naturels que les espaces agricoles, car ceux-ci sont déjà réduits à la portion congrue.

5Des cartes en couleur qui peuvent être agrandies à l’écran, des tableaux statistiques très complets, permettent de s’interroger sur les scénarios à venir : quels espace devra-t-on/voudra-t-on sacrifier à l’étalement urbain ?

Top of page

Notes

1 - Les données de l’environnement (territoires), IFEN, n°101, mars 2005, Les changement d’occupation des sols de 1990 à 2000 : plus d’artificiel et moins de prairies et de bocages, 4 p.

Top of page

References

Electronic reference

Roland Courtot, « Évolution de l’occupation du sol en Provence-Alpes-Côte d’Azur vue du ciel », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 25 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/379

Top of page

About the author

Roland Courtot

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page