Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

P.Garde, " Tragi-comédie onomastique dans les Balkans "

(2004), Le discours balkanique. Des mots et des hommes, Fayard, Paris, 479 p.
Régis DARQUES
p. 106-107
Bibliographical reference

P.Garde, (2004), Le discours balkanique. Des mots et des hommes, Fayard, Paris, 479 p.

Index terms

Geographical index :

Balkans
Top of page

Full text

1Vous qui n’avez jamais rien compris à l’imbroglio balkanique, voici l’ouvrage qu’il vous faut. Dans ce livre riche en anecdotes personnelles, à la fois synthétique et didactique, Paul Garde vous livre les clés qui vous permettront de décrypter le charabia qui lui est le plus souvent associé. Les touristes en herbe éviteront ainsi quelques impairs lors de leur prochain séjour en Yougoslavie (un nom déjà subversif et obsolète !), en Thrace (quelqu’un a déjà déposé un copyright sur ce nom ?) ou dans un autre coin convoité des Balkans. Aux géographes, l’auteur aixois rappelle que l’on ne peut prétendre nommer le territoire et ses habitants sans intégrer dans sa démarche quelque notion de linguistique.

2En portant une attention particulière à l’espace ex-yougoslave, Paul Garde s’adresse spécifiquement au public français, trop imprégné d’un modèle de pensée qui confond citoyenneté et nationalité. L’auteur explicite dans un premier temps les concepts de nation, État, ethnie, peuple pour pouvoir brosser ensuite un tableau complet de l’origine, de l’usage, des connotations successives des noms nationaux. Sa réflexion s’achève par un passage en revue des autres noms de régions, villes, personnes, religions et langues.

3L’emploi distinctif des noms de lieux, de peuples et de personnes pourrait laisser indifférent le visiteur insouciant, avide de baignade et de soleil. Il n’est certes pas fondamental de différencier un interlocuteur valaque grec qui s’exprime en mégléno-roumain d’un autre qui utilise le macédo-roumain pour profiter des eaux limpides de l’Égée. Mais si un Croate accoudé au comptoir d’un café parisien vous explique que les Serbes sont tous des « Valaques », vous aurez du mal à vous y retrouver. De même, si vous lisez un article de presse sur les dernières élections monténégrines, il vous sera sans aucun doute utile de distinguer les six sens possibles du mot « yougoslave » (pluri-ethnique, idéologique, juridique étatique ancien, juridique étatique récent, juridique ethnique par défaut, géographique rétrospectif). Avez-vous par ailleurs entendu parler des « Fyromiotes » ? Un « Bosnien » musulman peut-il aujourd’hui sans honte revendiquer le « serbo-croate » comme langue maternelle ? À toutes ces questions Paul Garde répond avec brio.

4Pour le linguiste, en effet, mais également pour le quidam balkanique, le juste usage des noms est primordial, surtout lorsque ces derniers sont considérés comme des outils de propagande. Une même désignation peut avoir une connotation péjorative ou méliorative selon les circonstances. Dans ce jeu verbal tragi-comique, les mauvais mots peuvent facilement germer. Tout le monde se souvient du « Bachi-bouzouk » des albums de Tintin et de l’usage fleuri qui était réservé à ce vocable. Faut-il attacher un sens identique à « Tsintsare » ou « Morlaque » ? Avez-vous conscience du risque que vous prenez si vous employez les termes « Macédoine » ou « Metohija » lors d’un contrôle douanier à l’entrée de la Grèce ou de l’Albanie ?

5Les « Rouméliotes » n’ont rien à envier aux Caucasiens pour la multitude des dénominations entremêlées : au fil des pages, le lecteur voit se délier un écheveau complexe. Et, comme si le registre lexical n’était pas assez fourni, de nouvelles désignations apparaissent constamment pour remplacer celles trop usées ou proscrites. Les terminologies successives ainsi étudiées rappellent des souvenirs que beaucoup de régimes politiques locaux voudraient souvent faire oublier, tant l’hétérogénéité ethno-linguistique a été assimilée depuis longtemps à une tare.

6L’auteur argumente que les définitions identitaires, souvent niées par les Occidentaux, sont fondamentales pour comprendre les Balkans et qu’elles sont remarquablement stables. Grâce à des classements rigoureux, il chasse l’inexactitude terminologique et traque les glissements conceptuels, quitte à ne laisser qu’une place marginale à l’indétermination identitaire. Le rattachement chevillé à une communauté définie, sans « flou » existentiel, n’est-il pas pourtant un dogme que l’on a souvent voulu imposer dans les Balkans ?

7Quoiqu’il en soit, cet ouvrage remarquable mériterait d’être largement diffusé sur place, pour peu que des éditeurs audacieux acceptent le défi d’une traduction et d’une publication. Le discours trop pondéré se heurtera fatalement aux thèses officielles. Il pourrait également susciter l’ire de quelques autochtones empreints de certitudes inébranlables mais sciemment inculquées à l’école.

8Lorsque tout toponyme sous-tend une revendication territoriale et que tout qualificatif ethnique s’adosse à une idéologie politique, il devient presque impossible de nommer l’objet de ses réflexions sans se voir accoler un parti pris unilatéral. C’est la mort de la pensée. Sur le terrain, cela signifie que seuls les nationaux peuvent parler correctement d’eux-mêmes et des choses qui les concernent. À moins de s’engager sur un thème hors champs conflictuel –ils sont rares–, tout discours extérieur est d’emblée discrédité. Grâce à une somme de renseignements précieux, Paul Garde permet heureusement d’éviter ce piège.

Top of page

References

Electronic reference

Régis DARQUES, « P.Garde, " Tragi-comédie onomastique dans les Balkans " », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 25 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/380

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page