Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Quelques ouvrages nouveaux sur le Maghreb

Marc Côte
p. 107-108
Bibliographical reference

O. Pliez (ss la dir.), (2004), La nouvelle Libye, sociétés, espaces et Géopolitique au lendemain de l’embargo, Karthala-Iremam, Paris, 240 p.

A. Mamou et A. Kassah, (2002), Eau et développement dans le Sud tunisien, projet national mobilisateur «potentialités et gestion de l’eau dans le Sud tunisien», CERES, Tunis, Série géog. n° 23, 286 p.

A. Bendjelid, J.C. Brule et J.Fontaine, (2004), Aménageurs et aménagés en Algérie, héritages des années Boumédienne et Chadli, IGAT/Théma/Urbama, L’Harmattan, Paris, 419 p.

Index terms

Geographical index :

Algérie, Tunisie, Lybie, Maghreb
Top of page

Full text

1Le Maghreb n’est plus la préoccupation première des politiques ni des chercheurs. Cependant ces dernières années ont vu quelques belles mises au point compléter les connaissances que l’on pouvait avoir de ce monde. Schématiquement, un ouvrage pour chaque pays.

La nouvelle Libye

2Ouvrage collectif, sous la direction de Olivier Pliez, et issu de journées d’études tenues à Aix en Provence en 2001. Les mises au point existantes sur la Libye (Fr. Burgat...) commençaient à dater. Et la décennie d’embargo auquel le pays a été soumis n’a fait que l’isoler plus encore, et le rendre opaque à tout observateur ou chercheur. La levée de l’embargo (complète en 2003) a permis le retour de la Libye sur la scène internationale, en même temps que le démarrage d’un certain tourisme, et la reprise des échanges internationaux, économiques et scientifiques. La Libye rentre dans la norme des pays méditerranéens et arabes, elle présente désormais même désengagement de l’État, même émergence d’une économie informelle, même ouverture sur l’extérieur.« Pourtant la libye se singularise dans l’ensemble maghrébin, dans lequel les classifications internationales la rangent, car elle est un pays d’immigration, rentier, peu peuplé; elle est aussi une puissance régionale ». Tous caractères qui lui assurent une place à part dans le contexte de l’Afrique septentrionale, et soutendent les approches présentées dans ce volume, qui réalise une bonne mise au point actuelle de le « nouvelle Libye ».

3 L’ouvrage est largement centré sur les relations de la Libye – politiques, juridiques, économiques – avec son environnement, le partenariat euroméditerranéen, la volonté d’ouverture sur l’Afrique, les investissements massifs au Tchad, les migrations des populations subsahariennes vers ce territoire qui manque de bras. La Libye devient une place majeure de l’espace commercial et migratoire euro-africain. Ces perspectives s’appuient sur l’analyse de quelques grandes données internes, « miroirs des mutations » du pays : la population, la société, l’agriculture, qui montrent que, là aussi, les changements ont été grands au cours des dernières années.

Eau et développement dans le Sud tunisien

4Cet ouvrage, publié sous l’égide du centre de recherche très actif qu’a été le CERES, est le fruit de la collaboration de deux spécialistes, un hydrogéologue, A. Mamou, et un géographe, A. Kassah. L’on ait que la Tunisie est le pays maghrébin dans lequel les problèmes de l’eau ont l’acuité la plus grande. Et c’est dans le Sud tunisien, aride, qu’ils se manifestent les premiers. Autrement dit, les auteurs prennent à bras le corps des problèmes délicats, et qui risquent d’être ceux de tout le Maghreb demain.

5Le Sud tunisien est marqué par des tensions entre les besoins croissants provenant du développement urbain, de la montée du tourisme, des projets agricoles, et les difficultés d’une région caractérisée par la rareté de la ressource superficielle, l’importance des eaus saumâtres ou salées, les conflits d’usages ou d’arbitrage. La découverte de nappes profondes (continental terminal et intercalaire notamment) a constitué une donne nouvelle, mais qui à son tour pose de nouveaux problèmes: baisse de la piézométrie, dégradation de la qualité des eaux, non renouvelabilité. L’on comprend que, dans ces conditions, le Sud tunisien ait été le lieu de recours à des ressources non conventionnelles : réutilisation des eaux usées traitées, dessalement des eaux saumâtres, recharge artificielle des nappes. Mais le recours à ces moyens techniques rencontre ses propres limites, elles ne peuvent être efficaces que si elles s’intègrent dans une politique globale de gestion de la réserve hydraulique. « La question hydraulique se trouve ainsi au cœur du débat social », elle implique à la lois planification rigoureuse et association des populations.

6Une étude de cas limite – celui de l’île de Jerba – met bien en évidence cette recherche d’une gestion intégrale et intégrée de la ressource eau : prise entre les besoins d’une population dense (230 hab/km2) et ceux du grand tourisme (30 000 lits), l’île fait appel à toutes les ressources (1 station de dessalement, 5 stations de traitement des eaux usées, 1 conduite de 100 km), mais les tensions y demeurent vives entre utilisateurs, l’agriculture irriguée recule.

Aménageurs et aménagés en Algérie

7L’Algérie des 20 dernières années a donné lieu à de nombreuses publications. Mais en voici une qui détone dans l’ensemble, par son originalité fondamentale. Originalité sur le fond, qui transparait à travers son titre, audacieux (il l’était particulièrement dans les années 1990), car il aborde les questions d’aménagement et des espaces aménagés à travers les acteurs et non les principes ou les techniques. Et parmi ces acteurs, il donne autant de place aux « aménagés » qu’aux aménageurs, ce qui à l’époque du volontarisme algérien sur l’espace n’était guère de mise. Originalité sur la forme également, qui transparait dans le sous-titre. Car ce volume réalise un paradoxe, à savoir la publication en 2004 des actes d’un colloque tenu à Oran en 1991, et qui pourtant demeure d’une actualité indéniable. La matière : 45 communications, dues à des praticiens autant qu’à des universitaires, portant autant sur le domaine rural qu’urbain ou régional, et à des échelles très diverses. Une foule de petits tableaux concrets, appuyés sur des documents ; un ouvrage dense, riche, à facettes multiples.

8Après avoir connu une série d’aléas, ce texte a été repris en main en 2003 (à la mort du laboratoire Urbama), les trois responsables ont pris l’option de le laisser inchangé. Ce qui nous donne un bon instantané de l’Algérie des années 1990-91. Mais ils l’ont complété par un texte final sur les changements intervenus au cours de la dernière décennie. Ils insistent sur le nouveau contexte de l’économie de marché, le désengagement de l’État, le renouveau agricole, la fluidité des déplacements depuis la libéralisation des transports, le repli sur les solidarités communautaires traditionnelles, la montée des contestations violentes. Éléments complexes, qui traduisent le manque de politique de développement cohérent pour le pays. La conclusion est lourde de sens : « La contradiction entre la volonté d’inscription dans le système monde et les progrès du communautarisme est évidente dès la fin des années 1980. Elle est toujours intacte en 2003 ».

Top of page

References

Electronic reference

Marc Côte, « Quelques ouvrages nouveaux sur le Maghreb », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 22 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/382

Top of page

About the author

Marc Côte

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page