Skip to navigation – Site map
Nouvelles frontières de la migration en Méditerranée

La Grèce, une étape cruciale dans le parcours migratoire des Afghans depuis la frontière iranienne jusqu’en Europe1

Greece, a crucial step in the Afghans'migration route from the border with Iran to Europe
Azita Bathaïe
p. 71-77

Abstracts

By studying, in the frame of my Phd, the migration paths of young Afghans from Iran to Europe, I carried out fieldworks in Greece. My research focuses on migration strategies of these young people related to the issues of identity, territory and memory. This work is part of a transnational approach of migration, focusing on the mobility of migrants. This is a population of mostly young single men, aged from twelve to thirty years, from the second generation of immigrants from the Soviet invasion. They come to Europe by land and sea from the Iranian border, passing through Turkey to Greece which is the gateway to Europe. Some of them reside now in this country, trying to regularize their situation and others are waiting for transit to other European countries. Most of these youth have experienced a first sequence of migration into neighbouring countries. They used to circulate between Afghanistan, Iran and Pakistan. The European adventure is a new migration route to explore. Young men practice thus a former knowledge of migration that can be adjusted and readjusted to the new situation. They develop gradually new skills that they can teach to the others on European routes of their migration.

Top of page

Full text

  • 1  Cet article se fonde sur plusieurs enquêtes de terrain menées en Iran et en Grèce, dans le cadre d (...)

1Plus de vingt ans de guerres et d’instabilité politique en Afghanistan ont provoqué des déplacements massifs de population essentiellement vers le Pakistan et l’Iran. Ces déplacements s’inscrivent dans une longue histoire de mouvements transfrontaliers, motivés par une nécessité politique et économique (Monsutti, 2004 , Adelkhah, 2008). En quelques décennies, une véritable communauté afghane plurilocalisée s’est constituée, se répartissant ainsi entre les trois pays (Centlivres et Cenlivres-Demont, 1998 ; Gehrig et Monsutti, 2003).

2Cette situation de crise régionale, qui s’installe dans la durée, a conduit les pays frontaliers de l’Afghanistan à changer progressivement de politique d’accueil. Dès 2002, avec l’instauration du gouvernement « provisoire » présidé par Karzaï à Kaboul, le ton change et la volonté affichée du Pakistan et de l’Iran est de rapatrier les réfugiés afghans vers leur pays. L’Iran a ainsi expulsé en 2007 plus de 360 000 immigrés. Pourtant, il est probable que de nombreux Afghans ne rentreront pas en Afghanistan, notamment les familles installées depuis plus de trente ans en Iran ou au Pakistan, qui comptent maintenant trois générations.

3Devant cette double impossibilité d’un retour en Afghanistan et d’une véritable intégration dans les pays voisins, certains se tournent vers l’Europe. Il s’agit essentiellement de jeunes hommes célibataires de 12 à 30 ans, majoritairement des Hazaras et des Pashtounes, qui ont vécu en Iran et/ou au Pakistan. Ces jeunes, issus donc de la seconde génération immigrée, viennent en Europe par voie terrestre et maritime depuis la frontière irano-turque. Aujourd’hui, un nombre considérable de familles afghanes venant d’Afghanistan, d’Iran ou du Pakistan emprunte également cette route. Ainsi la composition de cette population en mouvement se renouvelle-t-elle sans cesse.

4En observant le parcours de ces jeunes migrants dans leur globalité, j’ai repéré deux situations migratoires distinctes et contrastées. Une migration vers les pays frontaliers de l’Afghanistan inscrite dans la durée, puis une migration en devenir vers l’Europe, qui présente une succession de déplacements transnationaux et des arrêts dans les grandes villes européennes. Dans le premier cas, la migration s’appuie sur des réseaux familiaux, de voisinage ou d’amitié ; dans le second cas, sur des réseaux fonctionnels, circonstanciels et donc instables. Les personnes se regroupent tout au long du parcours en fonction de compétences particulières nécessaires à la migration. Ces deux situations migratoires ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Les jeunes migrants qui viennent en Europe ont tous vécu une première expérience migratoire, personnellement ou par transmission au sein de la famille.

5C’est ce que je propose de montrer dans cet article, à partir du récit d’un jeune Afghan recueilli à Athènes. Mettre en regard deux expériences migratoires à travers le parcours migratoire de la famille en Iran, puis celui du fils jusqu’en Grèce, me permettra de mettre en évidence les interrelations particulières de deux populations migrantes qui se côtoient, que je désigne comme les installés et les circulants. Dans les deux situations migratoires, les relations entre ces deux populations sont déterminantes pour accueillir les nouveaux arrivants qu’ils souhaitent s’installer durablement ou qu’ils soient de passage. Les législations en vigueur dans chaque pays traversé auront une incidence sur les pratiques. La fluidité et la dynamique de la circulation des migrants dépendent de la qualité de la relation entre les installés et les circulants.

6Le cas de la Grèce est intéressant car ce pays représente la porte d’entrée de l’Europe. De nombreux Afghans s’y trouvent en transit ou sont contraints de s’y installer, soit parce qu’ils ne peuvent pas traverser une nouvelle frontière européenne, soit parce qu’ils ont été renvoyés en Grèce suivant la Convention de Dublin. Celle-ci stipule qu’une personne en quête d’une protection doit déposer sa demande d’asile dans le premier pays européen traversé et que le résultat vaudra pour tous les États signataires. Ainsi, un migrant dont le passage en Grèce a été consigné par les autorités est susceptible d’y être renvoyé s’il est arrêté dans un autre pays de l’Union. Ces migrants contraints de rester en Grèce s’organisent de fait dans la durée. Pour autant, on ne peut pas parler de la mise en place d’une communauté afghane.

1 - L’Iran, une première expérience migratoire

  • 2  Le récit du parcours de la famille Ahmadi a été recueilli et reconstitué à Athènes, à partir du ré (...)

7La famille Ahmadi2 comme la majorité des Afghans émigrés en Iran est shî‘ite et persanophone. Originaire d’Uruzgan, cette famille est composée des parents, de trois fils et de quatre filles. Le dernier fils et la dernière fille sont nés en Iran. M. Ahmadi connait bien ce pays et y a voyagé à plusieurs reprises dans les années soixante-dix pour effectuer des pèlerinages. Il avait lors de ces déplacements tissé des liens avec certains Afghans vivant à Téhéran et à Mashhad. Son choix de venir s’installer en Iran était entre autre motivé par les relations d’interconnaissances tissées au cours du temps lors de ces différents déplacements.

8Les Ahamadi sont les premiers de leur famille à venir s’installer en périphérie de la ville de Mashhad. Arrivés en 1981, ils ont pu bénéficier du statut de réfugié, ce qui leur a permis de scolariser gratuitement leurs enfants dans les écoles iraniennes et d’acheter un logement avec leurs économies. Le père et le fils aîné ont trouvé du travail dans la construction avec d’autres hommes afghans. Cette famille a bénéficié d’une politique migratoire favorable. Les enfants ont ainsi poursuivi leur scolarité en Iran ; les jeunes filles étudient à l’université privée. Mais les cadets nés en Iran ont un statut à part. Ils ont fait les frais du changement de la politique d’accueil de l’État, ils n’ont pas de papier d’identité et l’accès à la scolarité leur est difficile.

9En effet, la politique iranienne envers les immigrés afghans a évolué au cours du temps. De 1979 à 1992, les Afghans se voient accorderle statut de réfugié au cas par cas (Adelkhah et Olszewska, 2006) et peuvent profiter d’avantages sociaux comme l’éducation gratuite ou l’accès aux soins médicaux. À partir de 1992, on note un revirement politique avec la volonté de l’État de rapatrier progressivement les Afghans dans leur pays. Depuis 2002 la politique migratoire de l’Iran devient encore plus répressive. Les autorités organisent des expulsions et une série de lois diminue considérablement les droits des immigrés (Abbasi-Shavazi et Glazebrook, 2006). De nombreux secteurs d’activité leur sont interdits. Leur circulation d’une région à l’autre est maintenant soumise à une autorisation. La scolarisation des enfants et les admissions dans les universités pour les Afghans deviennent coûteuses et restreintes. Il est également impossible aux Afghans d’acheter des habitations et d’ouvrir des comptes bancaires. Ce système marginalise la population immigrée dans sa grande majorité.

10L’État oscille en fait entre contrôle, répression et laisser-faire. L’économie iranienne a incontestablement besoin de cette main‑d’œuvre bon marché, exploitable à souhait, notamment dans les secteurs de l’agriculture et du bâtiment. Mais le gouvernement iranien ne souhaite pas que cette population s’établisse durablement. Les immigrés afghans ont dû s’adapter aux changements législatifs et aux restrictions touchant à la gestion de leur vie quotidienne. Toutefois, il existe de nombreuses pratiques de contournement ou d’arrangement possibles. Les hommes qui travaillent dans l’espace public sont les plus exposés aux contrôles et à une éventuelle expulsion, mais le fait d’avoir des garants iraniens permet souvent d’être libéré après l’acquittement d’une somme d’argent.

11Au vu des changements de la politique iranienne, les premiers arrivés sont de fait les mieux installés. Les immigrés de la première vague ont pu comme la famille Ahmadi acheter des logements. Les plus anciens ont développé, dans le temps, des liens avec des Iraniens : employeurs, camarades de classe ou d’université, pouvant servir de prête-nom dans les démarches administratives, par exemple pour ouvrir un commerce. Ces liens peuvent s’avérer primordiaux en cas de problème avec les autorités iraniennes. Ainsi, les Afghans qui ont le plus de liens forts avec les Iraniens sont les plus intégrés et les mieux protégés de la menace d’expulsion.

12Certains Afghans ont aussi obtenu des cartes d’identité iraniennes, telles les jeunes filles ayant épousé un Iranien et certains notables ayant servi la République Islamique d’Iran. D’autres possèdent des cartes « talâyi » (dorées) qui leur donnent de nombreux avantages sociaux comme les familles dont les fils se sont engagés pendant la guerre contre l’Iraq, certains d’entre eux étant devenus des martyrs. En effet, l’Iran a exporté son idéologie révolutionnaire dans les communautés shî‘ites d’Afghanistan, notamment chez les Hazaras. Des immigrés de la première génération ont fait des études dans les grandes écoles religieuses shî‘ites et reçoivent un salaire de l’État iranien : certains gagnent leur vie en présidant des cérémonies organisées auprès de la communauté afghane ou de la société iranienne ; d’autres sont enseignants, traducteurs, écrivains ou éditeurs (Adelkhah et Olszewska, 2006). Cette instruction religieuse permet une reconnaissance communautaire et une ascension sociale. Elle facilite aussi l’intégration dans la société iranienne. Mais cette politique de promotion sociale par la religion marginalise de fait les populations minoritaires sunnites, qui ne peuvent même pas profiter des aides ponctuelles des associations caritatives shî‘ites.

13Une hiérarchie se dessine ainsi au sein de la communauté afghane, en fonction de la date d’arrivée en Iran, de la situation socio-économique antérieure à l’émigration, du niveau d’instruction, des liens directs ou indirects avec l’État iranien, des relations développées avec les nationaux et de la confession religieuse.

14Les Afghans arrivés plus tôt, peuvent être de véritables ressources pour les nouveaux arrivants. C’est le cas de la famille Ahmadi, qui une fois installée à Mashhad a accueilli d’autres membres de la parentèle venus plus tard : les parents et certains germains de M. Ahmadi et de son épouse. Ils les ont hébergé un temps, aidé à trouver du travail et accompagné dans leurs démarches administratives auprès des autorités iraniennes. Ils ont également hébergé occasionnellement des cousins venus travailler en Iran pour une saison ou une année. Ils ont pu ainsi servir de relais aux nouveaux membres de la famille ou aux « ham mantaqa », (voisins régionaux) venus travailler en Iran dans la construction, ils les ont aidés en les introduisant auprès de leurs réseaux d’interconnaissances.

15Deux types de population sont ainsi observables : des familles, installées principalement en périphérie des grandes villes iraniennes, et une population masculine qui circule entre les trois pays, hébergée le plus souvent sur leurs lieux de travail. Ce sont notamment les ouvriers saisonniers étudiés par A. Monsutti (2004), qui proposent leur force de travail une saison au Pakistan, une autre en Iran, tout en effectuant fréquemment des allers-retours en Afghanistan pour rendre visite à leur famille et travailler sur leurs terres agricoles. Ces deux populations se côtoient dans cette région et les familles installées peuvent servir de relais aux circulants. On peut voir ici que les interactions entre les circulants et les installés s’inscrivent dans une longue histoire d’échanges dans le cadre des relations de parenté, de voisinage ou d’amitié.

16En Iran comme au Pakistan (Desoulières, 2008), les familles immigrées servent de relais pour les nouveaux arrivants, qu’ils soient de passage ou désireux de s’établir. Chaque immigré participe à un large réseau de liens qu’il peut mobiliser pour aider les nouveaux à trouver un logement ou un travail.

17Dans cette première situation migratoire, les nouveaux arrivants, même en situation irrégulière peuvent s’appuyer sur une communauté afghane « plurilocalisée ». La communauté afghane organisée depuis des décennies est en mesure d’accueillir et d’aider les nouveaux arrivants. Les plus anciens servent ainsi d’intermédiaires entre la société d’accueil et les circulants. Ils sont bien informés de l’évolution des lois et des restrictions qui s’appliquent aux Afghans en Iran. Ils disposent de larges réseaux de contacts tissés au fil du temps. En cas de besoin, ils peuvent activer leurs liens locaux ou communautaires, pour éviter par exemple une expulsion. Le capital social acquis est mobilisé et mis au service des nouveaux arrivants. La fluidité et la plasticité de la dynamique de circulation dépendent de la qualité et de l’intensité du lien entre les installés et les circulants.

18Il en va autrement dans le cas d’une migration en Europe où, en l’absence de communauté installée de longue date, les migrants devront construire de nouveaux liens. C’est ce que nous allons voir à travers le parcours d'Ali, le deuxième fils de la famille, qui a décidé de tenter l’aventure européenne. Ali a quatre ans lorsque sa famille arrive en Iran, où il effectue sa scolarité et commence des études de psychologie. Les modalités d’inscription à l’Université pour les Afghans changent et il ne peut pas se réinscrire. Au vu de l’évolution de la situation en Iran, il décide de partir en Europe avec des amis. Il est alors âgé de 24 ans.

2 - La Grèce porte de l’Europe, une situation d’exception

19Il existe plusieurs routes migratoires, mais la plus empruntée part de l’Afghanistan, du Pakistan ou de l’Iran, passe par la Turquie, la Grèce, l’Italie et la France, pour continuer vers la Grande Bretagne ou les pays scandinaves. Ces parcours pourraient apparaître linéaires et unidirectionnels, avec un pays de départ et un pays d’installation. En fait, ils sont beaucoup plus complexes. Certes, tous les migrants rêvent de l’Angleterre, mais pour nombre d’entre eux l’objectif n’est pas fixe. Le parcours se dessine par tâtonnement à chaque étape, au fil des opportunités, des rencontres, des circonstances… La préoccupation principale des migrants est de passer les frontières européennes sans être contrôlés, sans que leurs empreintes soient enregistrées par les polices des frontières, pour ne pas voir leur choix de destination réduit par les arrêtés de la procédure Dublin.

20Après avoir traversé la frontière iranienne par le Kurdistan, Ali a mis une semaine pour arriver à Istanbul. Sur la route, la rencontre de compagnons lui permet de s’assurer un logement gratuit dans cette ville. En effet l’un des voyageurs a un parent installé depuis cinq ans, qui accepte de les héberger. Ce contact s’avérera primordial et leur permettra d’écourter leur étape stambouliote.

21La prochaine étape après Istanbul, est la traversée de la première frontière européenne. La Grèce est un pays de transit pour de nombreux migrants. Les Afghans ne sont pas seuls sur cette route, il y a aussi des Kurdes, des Iraniens, des Irakiens, des Africains… La plupart tente le passage de la frontière turco-grecque par la mer, le nombre d’îles grecques à proximité des côtes turques rend les contrôles très difficiles et permet des passages clandestins (Antonopoulos et Winterdyck, 2006). Le départ se fait par petits groupes depuis les villes portuaires de la côte méditerranéenne turque (Ayvalic, Çeşme) vers les îles grecques (Chios, Lesbos, Samos…) situées seulement à quelques heures en barque à rame. Ce passage en mer est particulièrement risqué et les noyades sont nombreuses. Cette première frontière européenne est donc un enjeu primordial.

22Grâce aux contacts de leur hôte à Istanbul et à une aide financière familiale, Ali et ses amis trouvent un passeur et réussissent à atteindre l’île de Samos. Le frère aîné d’Ali lui a fourni un contact à Athènes, le parent d’un ami de la famille installé depuis six ans. Ce parent accueillera Ali et ses amis à leur arrivée.

23Dans cette expérience migratoire, de nouveaux liens se créent, des compagnons de voyage mais aussi d’anciennes connaissances d’Iran ou du Pakistan, retrouvées ici et là sur la route migratoire. L’aptitude à mobiliser ces liens, la capacité à s’adapter aux différentes situations et les contacts effectifs au niveau international sont les atouts de la « réussite » des migrants dans leur parcours. Les étapes constituent ainsi des espaces privilégiés d’échanges et de constitution de nouveaux liens pour les migrants. (Bathaïe, 2009).

24Ceux parmi les voyageurs qui disposent d’un capital relationnel, le mobilisent au profit du groupe. Ces liens circonstanciels se sont avérés primordiaux pour leur étape stambouliote. Ils sont basés en partie sur des relations de réciprocité : l’échange de contacts effectifs, garantis par des relations de parenté à différentes étapes, renforce les liens au sein du groupe et leur permet de circuler et de s’arrêter aux étapes importantes sans se faire contrôler. La situation sera cependant différente lors de leur séjour en Grèce.

25La Grèce est une étape cruciale sur cette route migratoire. Ce pays joue, en quelque sorte, le rôle de « gatekeeper » (Papadopoulou, 2003), gardien de la frontière européenne, créant une situation particulière. D’un côté, la longue frontière maritime avec la Turquie rend les contrôles difficiles et, chaque année, un nombre de plus en plus important de migrants passe par cette voie (Antonopoulos et Winterdyck, 2006). D’un autre côté, les possibilités légales d’expulser les migrants se trouvant sur le sol grec sont limitées. Suivant la convention de Dublin, la Grèce étant le premier pays traversé par les migrants, les autres pays européens peuvent demander la réadmission des demandeurs d’asile en Grèce si celle-ci a enregistré leur passage, c’est-à-dire si la police a procédé aux prises d’empreintes des migrants en les consignant soit dans le fichier national, soit dans le fichier européen appelé Eurodac.

26En dehors des conventions européennes, il n’existe pas d’accord entre la Grèce et la Turquie permettant des expulsions vers ce pays. Les autorités grecques peuvent toutefois, suivant des conventions bilatérales avec les représentants des pays tiers (hors de l’Union européenne) et, une fois la nationalité des migrants attestée par leur ambassade, procéder au renvoi de migrants illégaux vers le pays d’origine.

  • 3  Les autorités grecques sont en instance de négociations avec l’ambassade d’Afghanistan de Bruxelle (...)
  • 4  Il existe aussi un autre passage vers l’Italie, par le port d’Igouménitsa, au nord-ouest de la Grè (...)

27Dans ce contexte, le cas des migrants afghans est intéressant : ils ne sont pas expulsables de Grèce vers l’Afghanistan, car il n’existe pas d’ambassade afghane en Grèce ni de convention bilatérale permettant des expulsions3. Ils ne sont pas non plus expulsables vers un autre pays européen, puisque la Grèce est la porte d’entrée de l’Europe. Les autorités grecques préfèrent laisser une brèche vers l’Italie par le port de Patras4, tout en multipliant les contrôles pour prévenir les éventuels reproches de ses voisins signataires de la convention de Dublin. L’étape grecque peut ainsi durer plusieurs mois, voire se prolonger indéfiniment.

28Ali et ses compagnons de route se rendent auprès de leur contact à Athènes. Le groupe ne souhaite pas s’installer en Grèce mais y faire une étape avant de poursuivre vers l’Italie. Leur hôte partage un appartement avec trois autres Afghans. Ceux-ci se sont tous installés en Grèce par contrainte soit parce qu’ils ont été contrôlés, soit parce qu’ils manquaient d’argent pour franchir la frontière gréco-italienne ou encore parce qu’ils ont été renvoyés d’un autre pays européen suivant la procédure de Dublin.

  • 5  Rapport de NOAS, NHC and GHM 2008 ; rapport de Pro Asyl and Group of Lawyers for the Rights of Ref (...)

29Certains ont fait des démarches pour obtenir des papiers lors de deux campagnes nationales de régularisation en 2001 et 2005. Quelques Afghans ont ainsi obtenu un permis de séjour au titre du travail. Toutefois, s’il leur permet de travailler légalement en Grèce, ce statut demeure précaire et ne permet pas le regroupement familial, généralement subordonné à des revenus élevés. D’autres ont déposé une demande d’asile, mais en Grèce, l’obtention du statut de réfugié politique est quasi impossible ; le taux annuel de reconnaissance est inférieur à 0,5 %. Deux rapports5 ont récemment dénoncé l’attitude des autorités grecques, qui mettent en péril la demande d’asile. Rien n’est fait en pratique pour que les demandes d’asile aboutissent. Lorsqu’une demande est déposée, le dossier n’est pas instruit avant plusieurs années, laissant le demandeur dans un flou juridique durant parfois six, sept ans. Cette politique d’asile crée une situation paradoxale pour les demandeurs : tout projet d’avenir devient difficile, mais en même temps il faut s’installer et s’organiser en Grèce durant la longue procédure, car il est impossible de quitter le territoire tant que la demande est en cours. Ceux qui restent sans papier dépendent des autres migrants pour le logement et le travail.

30À l’instar des hôtes d’Ali à Athènes, la majorité des Afghans qui vivent en Grèce sont des migrants qui ne sont pas parvenus à effectuer la traversée de la frontière gréco-italienne. Ils sont en situation d’échec par rapport à leur projet migratoire initial en Europe. Ils se trouvent dans une situation d’installation sous contrainte et ils s’organisent comme ils peuvent.

3 - La contrainte partagée d’une étape, les migrants Afghans en Grèce

31Les hôtes d’Ali à Athènes leur transmettent leur savoir-survivre en Grèce. Ces jeunes, installés là depuis quelques années, vont s’avérer être des intermédiaires privilégiés entre les nouveaux venus et la société de transition. Ils jouent un rôle essentiel dans la diffusion d’informations pratiques de tout ordre et dans la constitution de nouvelles connaissances. Ils expliquent aux nouveaux comment subsister dans le pays d’accueil, leur donnent les adresses des réseaux associatifs, les informent des possibilités de régularisation dans chaque pays, ou encore les mettent en contact avec des employeurs.

32Ali et ses amis partagent leur temps libre avec leurs hôtes et les autres Afghans, en petits groupes, pour prendre un repas traditionnel, faire du sport, discuter de la situation de l’Afghanistan ou de l’avenir incertain qui les attend. Les groupes se forment entre « ham mantaqa » (voisins régionaux), compagnons de route, personnes partageant une histoire migratoire commune dans la première étape au Pakistan et/ou en Iran.

33Mais l’« identité afghane en exil » peine à trouver des points de concordance ou d’entente. Les jeunes d’une tranche d’âge homogène, sans la génération des aînés et sans les femmes, ont beaucoup de mal à s’organiser. Plusieurs tentatives ont été faites pour créer des associations à Athènes, par exemple, l’une faisant office de lieu de culte, une autre censée être un espace d’échange culturel afghan. Ce dernier projet semble voué à l’échec à cause des nombreuses divisions et conflits. Dans cette situation de contrainte partagée, la seule expérience commune qui peut finalement réunir les migrants, c’est l’expérience du parcours. On ne peut donc pas parler réellement de communauté, mais de groupes de migrants partageant une histoire commune ou échangeant des compétences particulières.

34Entre les circulants et les installés, les rapports s’établissent autour des compétences des uns et des autres. Parmi les migrants, le marzshekan, « le casseur de frontières », celui qui a su traverser une frontière étatique sans se faire contrôler, a une place à part. Il a fait preuve d’un savoir-faire particulier, qu’il peut transmettre aux autres migrants, à ceux qu’il aura choisis. Celui qui s’est fait arrêter aux frontières et renvoyer suivant la procédure Dublin est un personnage central parmi les migrants. Il joue un rôle important dans la diffusion d’informations. Il a acquis une expérience de plus, il a déjà vécu dans un ou plusieurs autres pays, il peut transmettre son expérience de l’« après », du « plus loin ». Dans ce sens, les renvois relatifs au règlement de Dublin sont autant d’occasions d’une transmission du savoir-circuler. Ces informations seront transmises aux amis et membres du groupe familial, en Iran, au Pakistan, ou ailleurs sur la route de la migration. D’autres migrants installés en Grèce proposent leurs services comme traducteurs aux nouveaux arrivants pour les démarches administratives ou la gestion de la vie quotidienne. Ils sont les intermédiaires avec d’éventuels employeurs grecs et aident les nouveaux arrivants à conclure un contrat verbal pour un travail journalier. D’autres encore vivent de l’activité de passage. On peut dès lors parler d’une « culture de la migration » (Potot, 2003) qui s’ajuste en fonction du savoir-faire acquis durant le parcours.

35Les installés sont donc les intermédiaires obligés par lesquels doivent passer les circulants. La réussite du passage de la frontière gréco-italienne et la durée de l’étape des circulants dépendent des installés. Or ici le facteur temps a son importance. Plus l’étape grecque est courte, plus le risque de se faire contrôler diminue. Un contrôle et la prise d’empreinte par les autorités grecques augmentent les risques des renvois selon la procédure Dublin. Ce qui signifie devoir s’installer en Grèce par contrainte, comme tous les autres migrants afghans qui y vivent.

36La mobilité des circulants dépend donc d’une part de la qualité du lien entre les circulants et les installés et d’autre part des relations effectives de ces derniers avec les autres migrants et les nationaux. Si un nouvel arrivant a des liens forts parmi les installés (des parents, des voisins régionaux, …), et si ces derniers à leur tour ont su tisser un large réseau de liens avec les autres migrants installés et des personnes ressources de la société de transition, il aura plus de chances de traverser une nouvelle frontière étatique au moindre coût et au moindre risque.

37C’est le cas d’Ali qui, introduit auprès de son hôte à Athènes par son frère aîné, peut compter sur ce lien stratégique pour l’aider à écourter son étape grecque. Son hôte met à sa disposition ses réseaux de connaissance pour l’aider à trouver un passeur. En l’hébergeant gratuitement dans son appartement, il l’aide économiquement et minimise les risques de contrôle. Ali réussit grâce aux réseaux de son hôte à franchir la frontière gréco-italienne à se rendre en Italie au bout de deux semaines.

38Mais ce n’est pas le cas d’un de ses compagnons de route qui entre en conflit avec leur hôte et finit par quitter l’appartement. De fait, il rompt le lien avec ce contact stratégique à Athènes. Il trouve un logement dans un « hôtel pour Afghans », l’un de ces immeubles loués par des installés pour y proposer des hébergements payants aux nouveaux arrivants. Ses dépenses augmentant considérablement, il doit travailler dans une plantation d’orangers au sud de la ville. Son séjour en Grèce se prolonge dès lors indéfiniment.

39Ce cas montre l’importance de la qualité du lien entre les circulants et les installés. Lorsqu’il s’agit de liens instables et circonstanciels, cela peut à terme créer une situation de méfiance et d’hostilité et mener le projet initial de migration à l’échec. Si le lien est garanti par des relations de parenté ou par des relations d’échanges de qualité, par exemple entre des « ham mantaqa » (voisins régionaux), l’installé mettra ses compétences migratoires et ses réseaux au service des arrivants.

40Parmi les Afghans installés en Grèce par contrainte, une hiérarchie se crée, comme en Iran, en fonction de la date d’arrivée du migrant, des liens qu’il a su tisser avec la société de transition, mais aussi et surtout des compétences migratoires développées le long du parcours. La dynamique circulatoire des migrants dépend des rapports de pouvoir entre les installés et les circulants.

Conclusion

41L’étude du parcours du jeune Ali a permis de faire émerger des relations particulières entre deux populations migrantes, les circulants et les installés, qui se côtoient dans deux situations migratoires distinctes.

42Dans la situation régionale, une communauté « plurilocalisée » et établie de longue date s’étend sur trois pays, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran. Un nouvel arrivant aura un parent, un ami ou un voisin régional, à qui se référer dans les grandes villes en Iran ou au Pakistan. Les Afghans installés ont acquis dans la durée un capital relationnel qu’ils mettent au service des nouveaux arrivants, ce qui les protège de la menace d’expulsion et facilite leur intégration. Dans le cas d’une migration en Europe, en l’absence de communauté installée, les migrants doivent tisser de nouveaux liens avec des compagnons de route, des parents, ou des migrants arrivés plus tôt dans les grandes villes européennes, installés là par choix ou contrainte comme c’est le cas en Grèce. Dans ce cas, les liens sont circonstanciels et donc instables.

43En Iran comme en Grèce, les migrants installés durablement sont les intermédiaires obligés entre la société d’accueil et les nouveaux arrivants. Dans les deux cas, les relations entre les circulants et les installés sont déterminantes. Dans le cadre des migrations régionales en Iran et/ou au Pakistan, la qualité du lien tissé sur plusieurs décennies et garanti par la communauté (parents, voisins régionaux) permet de faciliter la circulation ou l’installation des nouveaux. En Grèce, les liens sont instables, le contrôle social de la communauté est alors inopérant. Ce sont les compétences migratoires développées par les installés par contrainte qui permettent à ceux-ci de s’imposer aux circulants comme intermédiaires obligés. Mais les liens circonstanciels ne garantissent pas un échange de réciprocité. Les relations entre installés et circulants sont basées sur un échange asymétrique et une relation de pouvoir. Cependant, on peut imaginer que cette communauté afghane qui a du mal à s’organiser en Grèce, pourra à long terme, bouleverser cette hiérarchie instaurée entre installés et circulants.

44Cette hiérarchie présente une configuration particulière qui tient beaucoup à la spécificité de la Grèce en tant que « gatekeeper » de l’Europe. Les migrants afghans sont confrontés à des configurations différentes à chaque étape en fonction des pratiques nationales d’immigration.

Top of page

Bibliography

Abbasi-Shavazi M.J. et Glazebrook D., (2006), Continued Protection, Sustainable Reintegration: Afghan Refugees and Migrants in Iran, Kaboul, AREU.

Adelkhah F. (2007), Le réveil du Khorassan. La recomposition d’un espace de circulation, Adelkhah F. et Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Karthala, Paris, p. 116-182.

Adelkhah F. et Olszewska S, (2006), Les Afghans iraniens, Les Études du CERI, 125, 42 p.

Antopoulos G. et Winterdyck J., (2006), The smuggling of migrants in Greece: An examination of its social organization, European Journal of Criminology, 3, p. 436-461.

Bathaïe A, (2009), Les étapes dans le parcours migratoire des jeunes Afghans sur les routes européennes, P. Rouillard (dir.), Portraits de migrants, portraits de colons I, Colloques de la maison René-Ginouvès, De Boccard, Paris, p. 107-114.

Centlivres P. et Centlivres-Demont M., (1998), Exil, diaspora et changement social : le cas de l’Afghanistan, M. Kilani (dir.), Islam et changement social, Payot, Lausanne, p. 219-229.

Desoulières S., (2008), Mobilité transfrontalière et migrations internationales,un usage différencié du capital migratoire au sein de familles afghanes, Téhéran, communication au colloque La parenté en Iran et les pays voisins, 20 au 22 juin 2008.

Monsutti A., (2004), Guerres et migrations. Réseaux sociaux et stratégies économiques des Hazaras d’Afghanistan, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

Gehrig T. et Monsutti A. (2003), Territoire, flux et représentation de l’exil afghan : le cas des Hazaras et des Kaboulis, A contrario, 1-1, p. 61-78.

Papadopoulou A., (2002), Kurdish asylum seekers in Greece: The role of networks in the migration process. Paper presented at the UNU/WIDER Conference in Powerty, International Migration and Asylum, Helsinki, 27-28 September.

Potot S., (2003), La reconversion des réseaux migrants à Târgoviste.D. Diminescu (dir.), Visibles mais peu nombreux Les circulations migratoires roumaines, Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 213-234.

Report by NOAS, NHC et GHM, (2008), A gamble with the right to asylum in Europe. Greek asylum policy and the Dublin II Regulation, Helsinki, [http://www.noas.org/index.php].

Report by Pro Asyl and Group of Lawyers for the Rights of Refugees and Migrants (2007), The truth may be bitter, but it must be told, Frankfort, consultable sur [http://www.proasyl.de/fileadmin/proasyl/fm_redakteure/Englisch/Griechenlandbericht_Engl.pdf].

Top of page

Notes

1  Cet article se fonde sur plusieurs enquêtes de terrain menées en Iran et en Grèce, dans le cadre d’une thèse de doctorat en anthropologie à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense.

2  Le récit du parcours de la famille Ahmadi a été recueilli et reconstitué à Athènes, à partir du récit d’Ali, le deuxième fils de la famille, lors de plusieurs entretiens informels mais aussi par un échange suivi de mails.

3  Les autorités grecques sont en instance de négociations avec l’ambassade d’Afghanistan de Bruxelles pour le renvoi de certains ressortissants Afghans vers l’Afghanistan.

4  Il existe aussi un autre passage vers l’Italie, par le port d’Igouménitsa, au nord-ouest de la Grèce, utilisé majoritairement par les Kurdes.

5  Rapport de NOAS, NHC and GHM 2008 ; rapport de Pro Asyl and Group of Lawyers for the Rights of Refugees and Migrants 2007.

Top of page

References

Electronic reference

Azita Bathaïe, « La Grèce, une étape cruciale dans le parcours migratoire des Afghans depuis la frontière iranienne jusqu’en Europe », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 24 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3835 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3835

Top of page

About the author

Azita Bathaïe

doctorante en ethnologie, université de Nanterre Paris X, Maison René-Ginouvès, archéologie et ethnologie - laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, bathazi@hotmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page