Skip to navigation – Site map
Note de recherches

Les étudiants subsahariens au Maroc : des migrants parmi d’autres ?

Johara Berriane
p. 147-150

Full text

1Chaque début d’année universitaire, des étudiants venus de divers pays subsahariens intègrent les universités et écoles de formation supérieure marocaines. Le Maroc a en effet, depuis quelques décennies, mis en place des accords bilatéraux avec ses voisins africains, en proposant des bourses d’études pour des étudiants africains d’origines diverses. Ces accords représentent le volet principal de la coopération maroco-africaine dont l’objectif majeur est d’améliorer la position politique du royaume sur le continent (Barre, 1996) et de favoriser des relations économiques et commerciales entre le Maroc et ses voisins africains (Wippel, 2004). Mais la venue au Maroc d’étudiants subsahariens est un phénomène qui dépasse le cadre politique. En effet, en plus des canaux officiels permettant à des jeunes subsahariens de venir étudier au Maroc, le pays accueille aussi de plus en plus d’étudiants qui se dirigent hors accords officiels vers des établissements d’enseignement privés. L’effectif des étudiants s’accroît considérablement depuis quelques années. En 1994, on comptait 1 040 étudiants subsahariens inscrits dans les établissements publics marocains. Dix ans plus tard ils étaient déjà 4 477 étudiants. Aujourd’hui, les effectifs des étudiants fréquentant des établissements publics et privés sont estimés à plus de 10 000.

  • 1  Élie Goldschmidt (2002 et 2004) a certes intégré les étudiants dans son étude sur les Congolais au (...)

2Le Maroc est donc un pays de plus en plus attractif pour des étudiants de différents pays subsahariens. Cette présence estudiantine subsaharienne intervient dans un contexte particulier. En effet, depuis le début des années 1990, le Maroc, qui à l’origine était connu comme un pays d’émigration, est de plus en plus traversé par des migrants subsahariens en route vers l’Europe (Bensaâd, 2005). Les difficultés rencontrées aujourd’hui pour arriver sur le vieux continent contribuent entre autre à une installation de ces migrants de transit dans le royaume (Alioua, 2005 ; Goldschmidt, 2004). La recherche a, à ce jour, favorisé ce type de migrations qui est d’autant plus très médiatisée en Europe comme au Maroc (Kreienbrink, 2005 , Coslovi, 2004). Dans ce contexte nouveau, on peut se demander si la venue des étudiants subsahariens ne serait pas un aspect oublié1 de la migration subsaharienne vers le Maroc.

  • 2  L’étude présentée ici est le résultat d’une enquête de trois mois. Dans un premier temps une enquê (...)

3À travers une étude2 qui s’est déroulée durant l’été 2006 en milieu estudiantin subsaharien nous avons essayé de voir si la venue au Maroc des étudiants subsahariens et leur vécu ne répondaient pas à des logiques semblables aux autres types de mobilités. Autrement dit, nous nous sommes demandé si dans le cadre de la mobilité des étudiants il s’agissait aussi d’une migration, contribuant entre autre à transformer le Maroc en un pays d’immigration.

1 - Partir étudier au Maroc : une opportunité d’émigrer ?

4Le choix du Maroc comme pays d’étude est avant tout un choix pragmatique. 36% des étudiants questionnés à ce sujet indiquent qu’ils ont choisi de venir au Maroc parce qu’ils ont obtenus une bourse pour étudier dans ce pays, alors que les mêmes opportunités n’existent pas pour d’autres pays. Mais cette opinion suppose aussi qu’il y avait au départ déjà une volonté de quitter le pays d’origine pour poursuivre des études à l’étranger. À travers les récits de vie en particulier, les études à l’étranger sont très valorisées: elles seraient de meilleur niveau et permettraient ainsi d’améliorer les conditions de vie des étudiants. Le pays de destination ne s’avère par contre pas jouer un rôle primordial dans la décision de partir. Une meilleure alternative aurait été l’Europe. N’ayant pas eu cette opportunité, ils se sont contentés de venir au Maroc.

5En plus des raisons de quitter le pays pour les études, venir au Maroc est aussi considéré comme un moyen de faire l’expérience de vivre à l’étranger. Les milieux sociaux dans lesquels ils ont grandi  ont en effet un grand impact sur leur prise de décision. Souvent ce sont les parents qui poussent ou même obligent leurs enfants à quitter le pays et leur préparent le départ. De plus, la plupart des étudiants sont issus de familles et de milieux sociaux dans lesquels la migration s’est déjà instituée comme mode de vie. 67% affirment avoir des membres de leurs familles à l’étranger – à la fois dans des pays africains ou occidentaux (Europe, Canada ou Etats-Unis) - qui sont pour 51% des cas leurs frères et sœurs. Les étudiants étaient donc avant leur propre migration déjà confrontés à un mode de vie de migrant et avaient des relations sociales qui dépassaient les frontières de leur pays d’origine. L’étranger faisait donc partie de leur imaginaire, avant même leur venue au Maroc et venir étudier au Maroc est un moyen pour eux de vivre une expérience de l’étranger.

6Bien que le choix du Maroc comme pays de destination soit lié à première vue à l´absence d´autres opportunités meilleures, des liens avec ce pays existaient pour certains déjà lors de la décision de partir. En effet, 43% des étudiants interviewés affirment avoir eu avant leur départ déjà une connaissance au Maroc, qui dans 40% des cas s’avère être un membre de la famille. Dans 30% des cas, les étudiants ont un parent qui a étudié au Maroc. Des réseaux sociaux, qui, bien que peu développés, jouent donc un rôle important pour la prise de décision de certains de venir au Maroc.

7Les études et la vie à l’étranger sont donc perçues comme positives par les milieux sociaux d’origine des étudiants. Des mécanismes autres que la bourse d’étude semblent donc contribuer au choix de partir étudier au Maroc. Partir étudier est donc un moyen prestigieux de faire l’expérience d’une émigration, expérience qui se reflète dans leur quotidien au Maroc.

2 - Le séjour au Maroc : un quotidien de « transmigrant »?

8Le voyage au Maroc apparaît dans les récits de vie des étudiants comme une rupture. Ce pays se retrouve être culturellement à l’opposé de leurs attentes. Bien que les séjours ne dépassent pas quatre années pour certains, ils ont un effet profond sur leurs visions du monde. Une fois au Maroc, ils sont à la fois confrontés à une situation de vie nouvelle et rencontrent une société qui, parfois les stigmatise et est contraire à leurs attentes.

9C’est ainsi que ces jeunes se retrouvent du jour au lendemain confrontés à des problèmes qui leur sont souvent inconnus, comme les formalités administratives et les problèmes financiers. Mais plus déstabilisant encore est l’expérience de se sentir étranger dans un pays d’Afrique. Aussi bien la perception que la société d’accueil leur projette d’eux-mêmes que le contraste entre l’image attendue du Maroc et l’image rencontrée contribuent à leurs replis dans des communautés subsahariennes.

10Dans les récits de vie des étudiants on peut identifier trois espaces dans lesquels ces derniers  rencontrent la société d’accueil. Alors que ceux qui habitent dans des appartements découvrent dans leurs quartiers d’habitation un voisinage qui leur rappelle leur pays d’origine – ce sont surtout les étudiantes qui entretiennent des relations chaleureuses avec les voisins – dans la rue et à l’université, le rapport avec les Marocains est beaucoup plus distant.

11En général, les étudiants ont tous fait des expériences négatives dans la rue. Les étudiants se disent insultés dans la rue, des fois il arrive qu’ils soient lapidés; bref les harcèlements peuvent être quotidiens. À leurs yeux leur phénotype souvent différent est la raison de ces réactions de la part des gens de la rue. Surtout dans les quartiers populaires, les enfants les appellent « azzi »( qualification de personnes de couleur qui porte une connotation péjorative) en riant.

12Le comportement des gens dans la rue a été rarement qualifié de raciste par les étudiants. Ces derniers se considèrent moralement supérieurs aux Marocains de la rue qu’ils perçoivent comme ignorants. Lorsqu’ils se sentent rejetés par leurs camarades de l’université par contre, leurs appréciations sont beaucoup plus sévères. En effet, à l’université il existe une méfiance entre les étudiants étrangers et leurs camarades marocains. Alors que ces derniers habitent souvent encore chez leur famille et n’ont que rarement voyagé à l’étranger, leurs camarades subsahariens sont plus autonomes, ont plus de liberté et ont fait l’expérience du voyage. S’y ajoutent parfois des problèmes de communication car les étudiants marocains préfèrent parler entre eux en arabe, langue que ne maîtrisent pas les subsahariens. À l’exception de l’expérience d’un voisinage chaleureux, le comportement de la société marocaine vis-à-vis des étudiants pousse ces derniers à se replier dans des communautés subsahariennes, voir contribuent à la construction d’une identité propre. Ceci est d’autant plus le cas lorsque les attentes des étudiants subsahariens sont à l’encontre des réalités rencontrées.

13Les étudiants sont surtout étonnés de rencontrer une société moins religieuse qu’ils ne l’avaient présupposée. Alors que les chrétiens parmi eux retrouvent dans les différentes églises des lieux de culte qui leur rappellent leurs communautés confessionnelles d’origine, les étudiants musulmans affirment avoir été déstabilisés par le manque de religiosité de la société marocaine. Ceci contribue parfois à une remise en question de leur rapport au religieux. Le plus souvent pourtant les  musulmans se replient dans des communautés confessionnelles subsahariennes. L’islam, élément qui aurait pu être un repère de rapprochement avec la société d’accueil devient alors un élément de différenciation.

14Le comportement hostile, voire parfois raciste, de beaucoup de Marocains et le manque de repères semblables contribuent à une redéfinition d’eux-mêmes et à une identification avec la communauté des étudiants subsahariens d’horizons divers. Dans leurs récits, les étudiants se différenciaient de leur environnement marocain en se qualifiant de  « blacks ». Ici le phénotype devient le référent d’identification. À travers leur récit, les étudiants se construisent une identité africaine et se distancient par rapport à la société marocaine. Dans ces récits, l’identité africaine est le contraire de celle des Marocains. Alors que ces derniers seraient  individualistes, inhospitaliers, voire européanisée, les « blacks » seraient solidaires, chaleureux et très pieux.

15Mais l’identité « black » n’est pas le seul référent pour les étudiants. Ces mêmes étudiants, lorsqu’ils sont confrontés aux autres étudiants subsahariens ont des critères d’identification beaucoup plus variés. Ayant une cité internationale à leur disposition à Rabat, les étudiants vivent pour la plupart dans un milieu africain cosmopolite, une « Afrique en miniature ». Malgré une rhétorique prônant la rencontre interculturelle au sein de la communauté, on remarque aussi des distanciations par rapport à l’autre africain. S’établissent en effet des identités mouvantes au sein de la communauté africaine cosmopolite.

16L’élément d’identification le plus efficace est la nationalité. Vue l’existence de structures d’encadrement établies par les bureaux d’étudiants des pays, l’intégration des nouveaux venus se fait d’abord dans la communauté des compatriotes. Cet encadrement est d’autant plus efficace qu’une conscience nationale peut naître ou se développer lors du séjour au Maroc. La communauté nationale est vécue à la fois comme une communauté de soutien et de solidarité mais aussi comme une instance de contrôle social. Les étudiantes en particulier se sentent contraintes à respecter les règles et coutumes du pays. Celles-ci sont d’autant plus contrôlées quand des réseaux transnationaux d’informations efficaces existent entre la communauté nationale résidant au Maroc et le pays d’origine et parfois même les autres communautés migrantes.

17La façon dont est vécue l’expérience marocaine et les différentes possibilités d’identification rappellent les identités de « transmigrants » (Glick-Schiller et al., 1992). Un étudiant subsaharien peut se sentir dans une situation comme « black », être dans une autre burkinabé et s’identifier plus tard avec la communauté catholique de Rabat. Non seulement ils sont originaires de milieux de migrants, les poussant ainsi à venir au Maroc mais dans leur quotidien au Maroc ils semblent aussi mener une vie de migrants, une vie qui pourrait se poursuivre dans le futur.

3 - Projets d’avenir des étudiants : entre communautarisme et volonté d’évasion

18Le projet migratoire des étudiants ne se limite que rarement à la migration estudiantine. En effet 82% des étudiants questionnés affirment vouloir poursuivre leurs études dans un autre pays ou même y travailler. Les destinations souhaitées sont les pays d’Europe et d’Amérique du Nord, avec les pays francophones (la France et le Canada) comme destinations principales.

19Mais tout en espérant pouvoir continuer leur chemin et atteindre de nouvelles destinations, les étudiants sont aussi conscients des limites de leurs possibilités de migrer. À leurs yeux, le Maroc peut être une alternative à l’Europe. En effet, plusieurs parmi eux comptent, après leurs études, rester quelques années ou plus au Maroc. L’objectif principal est de capitaliser au maximum le séjour au Maroc tout en développant des liens et des contacts professionnels entre le pays d’origine et le Maroc afin de préparer un retour au pays tout en gardant des contacts avec le Maroc.

20Dans certains créneaux tels que le secteur de la presse francophone et le domaine de la télécommunication les étudiants peuvent déjà trouver une situation professionnelle après leurs études. Après avoir fini leurs études supérieures au Maroc ou parfois même en même temps que leurs études, beaucoup d’étudiants travaillent dans des centres d’appel européens délocalisés au Maroc. On peut donc se demander si l’installation des étudiants subsahariens au Maroc pourra vraiment contribuer au développement de liens avec le pays d’origine. Ne mènera-t-elle pas plutôt à une fuite des cerveaux au profit du Maroc ? Malgré tout, le retour dans le pays d’origine est considéré par tous comme un dernier objectif dans les projets de vie des étudiants et beaucoup d’entre eux rentrent dès que leurs études sont finies.

21Bien que les projets d’une seconde migration ou d’une installation définitive au Maroc ne se réalisent pas toujours et que beaucoup d’entre eux rentrent chez eux après leurs études, l’idéal est à leurs yeux de considérer le Maroc comme une première étape dans un projet migratoire pouvant se poursuivre au Maroc comme ailleurs. À travers leur séjour d’étude, ils sont à la fois confrontés à une société d’accueil culturellement différente et à d’autres migrants subsahariens d’origines diverses. Grâce à cette double rencontre, ils deviennent des migrants, à la fois citoyens du monde et ancrés dans la communauté d’origine. Les mobilités des étudiants contribuent donc à l’installation de communautés subsahariennes sur le territoire marocain. Pour les étudiants subsahariens, une vie de migrant a commencé dès leur venue au Maroc. Dans une certaine mesure, ils participent à la transformation du Maroc en pays d’immigration.

22Wippel S., (2004), Le renouveau des relations marocaines avec l’Afrique subsaharienne : la formation  d’un espace économique transsaharien ? Wippel S. et Marfaing L. (éds), Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine, Karthala, Paris ; Zentrum Moderner Orient, Berlin, p. 29-60.

Top of page

Bibliography

Alioua M., (2005), La migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb : l’exemple de l’étape marocaine. Maghreb-Machrek, 185, automne, p. 37-59.

Barre A.,(1996), Le Maroc et l’Afrique après l’indépendance, actes de la journée d'étude organisée par l'Institut des études africaines et le département de Droit public de la faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales de l'université Mohammed V, Agdal, Rabat, 148 p.

Bensaâd A., (2005), Les migrations transsahariennes, une mondialisation par la marge. Maghreb-Machrek, 185, automne, p. 13-37.

Berriane J., (2009a), Studierende aus dem subsaharischen Afrika in Marokko. Motive, Alltag und Zukunftspläne einer Bildungsmigration. Weiss D., Wippel S. (Ed.): Diskussionspapiere, Berlin.

– (2009b) Sub-Saharan Student Migrants in Morocco: Migrants like all others?, Awumbila M., Bakewell O., de Haas, H., Quartey P. (éds), Rethinking African Migration.

Coslovi L., (2004), Migration de Transit au Maghreb. Le cas du Maroc. Rome. [http://www.cespi.it/migraction2/analisi.htm]

Glick-Schiller N., Bson L., Blanc-Szanton C., (1992), Towards a transnational Perspective on Migration. Race, Class, Ethnicity, and Nationalism Reconsidered, Annals of the New York Academy of Sciences, New-York.

Goldschmidt É., (2002), Migrants congolais en route vers l’Europe. Les Temps modernes, 620/621, (août-novembre), p. 208-239.

– (2004), Étudiants et migrants congolais au Maroc : politiques d’accueil et stratégies migratoires, in Wippel S. et Marfaing L. (éd.), Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine, Paris, p. 149-173.

Kreienbrink A., (2005), Country of emigration and new country of immigration? Challenges for Moroccan migration policy between Africa and Europe. In:  Bilger, Veronica; Kraler, Albert (Ed.) : African Migrations. Historical Perspectives and Contemporary Dynamics. Stichproben Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien. Nr.8/2005. 5. Jg.:139-219.

Top of page

Notes

1  Élie Goldschmidt (2002 et 2004) a certes intégré les étudiants dans son étude sur les Congolais au Maroc. Selon lui, beaucoup d‘étudiants congolais s‘installent au Maroc après avoir terminé leurs études. D‘autres Congolais s‘inscrivent dans des universités et écoles privées afin de légaliser leur statut au Maroc. Cependant, outre le fait qu‘il s‘agissait du cas spécifique du Congo (RDC) et des relations particulières du Maroc de Hassan II et du Congo de Mobutu, les étudiants n´étaient pas considérés par cet auteur comme une catégorie nouvelle de migrants.

2  L’étude présentée ici est le résultat d’une enquête de trois mois. Dans un premier temps une enquête quantitative a été menée auprès des étudiants subsahariens séjournant à Rabat. Un effectif de 150 étudiants a été touché. À partir des résultats de cette première enquête, des entretiens d’une à deux heures ont été menés avec seize étudiants, choisis au hasard.

Top of page

References

Electronic reference

Johara Berriane, « Les étudiants subsahariens au Maroc : des migrants parmi d’autres ? », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 22 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3843 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3843

Top of page

About the author

Johara Berriane

Doctorante, université de Freiburg, Johara_Berriane@web.de

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page