Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Ivan Kharaba, Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie du Var

Thèse de Doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Ph. Mioche, Université de Provence, 545 p.
Olivier Lambert
p. 135
Bibliographical reference

Ivan Kharaba, Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie du Var : l’action consulaire (1833-1896), Thèse de Doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Ph. Mioche, (2005), Université de Provence, 545 p.

Index terms

Geographical index :

France, Var
Top of page

Full text

1Dans cette thèse soutenue en décembre 2005, Ivan Kharaba nous fait découvrir le destin de la Chambre de commerce de Toulon, de sa création en 1833 jusqu’à la fin du xixe siècle où elle a su renforcer ses assises à l’échelle du département et devenir la CCI du Var. Cette étude apporte ainsi une contribution à l’historiographie des compagnies consulaires qui s’est développée depuis les années 1980, participant ainsi à une meilleure connaissance des milieux d’affaires et de leur organisation au niveau local. Avec minutie, les contours de ce groupe social sont esquissés ; son évolution est mise en perspective – on y lit notamment l’arrivée sous le Second Empire d’un patronat industriel dont les intérêts ne coïncident pas toujours avec ceux des négociants qui dominaient jusqu’ici dans les structures consulaires. Cette prosopographie s’attache également à analyser les rapports entretenus par la Chambre de commerce avec les différents acteurs de la vie publique toulonnaise. Elle montre notamment qu’en dépit de sensibilités politiques somme toute proches, ces relations sont loin d’être à l’avantage des milieux d’affaires ; que ce soit auprès des représentants de la puissance publique ou des élus locaux, ils ne trouveront pas tout le soutien nécessaire à leurs projets. Ainsi, la thèse d’Ivan Kharaba apporte en ce domaine un précieux éclairage sur la structuration des intérêts économiques au sein d’un espace jusqu’ici peu étudié sous cet aspect.

2Surtout, l’originalité de ce travail repose sur la place accordée – toujours sous-jacente dans l’analyse – aux interactions entre le territoire et les acteurs économiques. C’est bien l’organisation de l’espace commercial qui donne impulsion et cohérence aux initiatives patronales, à leur regroupement dans une entité spécifique. En effet, la Chambre de commerce naît d’un constat : l’économie toulonnaise est prisonnière d’une géographie peu favorable au moment où, sous la monarchie de Juillet, la croissance économique se développe. Au niveau local, elle demeure étroitement dépendante des activités militaires, spécialisation qui la prive en même temps d’un espace portuaire adapté à son commerce maritime. À l’échelle régionale, Toulon subit la concurrence écrasante de Marseille. Cette double tutelle se traduit par un hinterland plus que réduit ; l’arrière-pays varois lui échappe.

3Cependant, en ce début de xixe siècle, les négociants toulonnais entendent prendre en main leur destin et ouvrir leur port au commerce international d’autant que la conquête de l’Algérie résonne alors comme une promesse de croissance. Pour cela, ils se regroupent et créent ainsi une chambre de commerce qui sera le fer de lance de leur ambition. Ses efforts portent d’emblée sur l’aménagement du territoire avec le projet de construction d’un nouveau port de commerce ainsi que l’octroi à Toulon de mesures douanières et fiscales qui seraient à même d’élargir son emporium commercial. Mais, les dossiers traînent en longueur et la monarchie de Juillet s’achève sur un constat d’échec. Avec le Second Empire, le rêve des Toulonnais se brise. L’État confirme alors le partage régional des fonctions entre Toulon, port militaire de la France sur la Méditerranée et Marseille, son port de commerce. L’Arsenal s’agrandit et élargit son emprise dans la rade de Toulon. L’arrivée du chemin de fer, avec le raccordement de la ville au réseau du PLM, ne change pas la donne ; tout au contraire, la voie ferrée place plus que jamais Toulon dans l’orbite de Marseille et détourne au profit de cette dernière une large part du cabotage acquis jusqu’ici aux négociants toulonnais. En même temps, la ville ne paraît pas saisir l’opportunité industrielle qui se précise – notamment dans le domaine des constructions navales et mécaniques – et qui aurait pu constituer une alternative à l’option commerciale autour de laquelle s’étaient agrégées les initiatives patronales. Cette situation entraîne la Chambre de commerce dans une crise sans précédent. De désillusions en désillusions, les élus consulaires réduisent leurs prétentions ; sous la Troisième République, leurs desseins deviennent ainsi plus modestes. Il s’agit maintenant de structurer l’arrière-pays autour de Toulon, ultime moyen pour redynamiser son commerce portuaire. Preuve de ce repositionnement, l’organisme consulaire se départementalise et devient Chambre de commerce et d’industrie de Toulon et du Var. Mais là aussi, les attentes seront déçues. Inexorablement, Toulon aura vu, tout au long du xixe siècle, son rôle de port de commerce décliner, passant alors du 10e au 30e rang des ports français.

4Que faut-il retenir de cette histoire marquée par le sceau de l’échec ?  Les grandes ambitions des milieux d’affaires toulonnais se sont heurtées aux réalités politiques et économiques. Il était difficile de lutter face à Marseille, plus proche du sillon rhodanien et bénéficiant d’un solide héritage commercial, celui du xviiie siècle qui lui avait donné une stature de port mondial. Malgré tout, on ne peut pas parler de déterminisme. Sans pour autant devenir ce grand port marchand, Toulon aurait pu limiter son déclin commercial en jouant sur des complémentarités à l’échelle régionale avec Marseille. Mais l’État en a voulu autrement ; il a conforté tout au long du xixe siècle une spécialisation de l’espace régional  par laquelle Toulon allait rester sous l’emprise de sa vocation militaire. Cependant, la stratégie même des négociants toulonnais ne fut pas dépourvue d’ambiguïté puisque leur activité reposait pour une large part sur les marchés de l’administration maritime.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Lambert, « Ivan Kharaba, Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie du Var », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 14 October 2008, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/397

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page