Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

S.Bredeloup et O. Pliez (ss la dir.), A. Bensaad, " Deux études sur les migrations transsahariennes "

Marc Côte
p. 136-137
Bibliographical reference

S.Bredeloup et O. Pliez (ss la dir.), (2005), Migrations entre les deux rives du Sahara, Autrepart, n° 36, IRD/ Armand Colin, Paris, 182 p.

A. Bensaad, (2005), Marges et mondialisations, les migrations transsahariennes, Maghreb-Machrek, n° 185, s/dir Choiseul, Paris, 126 p.

Full text

1Ile de Lampédusa, 20 500 clandestins signalés entre 2002 et 2004. Ceuta et Melilla, des milliers d’Africains à l’assaut des barbelés en octobre 2005. Iles Canaries, 13 000 clandestins appréhendés lors des 8 premiers mois de 2006. Sud algérien, 15 000 clandestins appréhendés par la police algérienne au cours des 3 dernières années.

2L’opinion internationale prend conscience aujourd’hui de l’existence et de l’importance de la grande migration des Subsahariens vers le nord. Heureusement, depuis une ou deux décennies, des chercheurs se sont attelés à suivre le phénomène, et à essayer de le comprendre. Ces travaux se traduisent en particulier par deux publications, menées en parallèle par des groupes de chercheurs, qui ont le mérite d’avoir appuyé leurs réflexions sur des enquêtes précises sur le terrain. À travers cette masse de travaux (pluridisciplinaires dans les deux cas), allant de la monographie à des vues synthétiques, quelques traits majeurs apparaissent.

3C’est tout d’abord la montée en puissance du phénomène. Né dans les années 1960, il a pris une grande ampleur à partir des années 1990. Il faut renoncer à le chiffrer, tellement il est multiforme et difficile à saisir, mais les dizaines de milliers de migrants appréhendés aux portes de l’Europe ne doivent pas masquer les centaines de milliers qui montent lentement à travers toute l’Afrique septentrionale (et dont la grande majorité n’aboutira probablement jamais en Europe).

4Parallèlement, il s’est généralisé à l’ensemble du Sahara. Repéré au départ dans le Sahara central, il est présent aujourd’hui dans l’oriental (vallée du Nil, Soudan), comme sur le littoral ouest (Nouadhibou, îles Canaries). Ses points forts sont aujourd’hui Agadès, Tamanrasset, Sebha, Koufra, autant de points de passage et de carrefours.

5La flexibilité est également un de ses traits : sensible aux aléas de la géopolitique mondiale, il répond aux contraintes conjoncturelles par un report des flux sur de nouveaux secteurs. Ainsi, un rôle majeur a été joué durant la décennie 1990 par la Libye, pays riche et sous-peuplé, qui avait besoin de main-d’œuvre pour ses projets agricoles et industriels. Mais, à ce fort appel d’air sur les migrants, a succédé une politique de restriction (expulsions en 1995 et 2003), qui a provoqué une division des flux, avec reports à l’est comme à l’ouest.

6Cette migration récente a des racines, et reprend souvent des chemins plus anciens : elle se greffe sur les mouvements des Sahéliens (les Touareg du Niger et du Mali vers Tamanrasset), et des Maghrébins (en direction de l’Europe). Mais elle s’élargit aussi progressivement vers le sud à de nombreux pays subsahariens, tant francophones qu’anglophones, avec des itinéraires démesurés, multiples, croisés, par étapes.

7Cette migration apparaît de plus en plus complexe. Car elle est le lieu d’un double mouvement. D’une part, c’est la recherche par les migrants de nouveaux points de passage dans la « muraille Shengen ». La généralisation des visas et la multiplication de contrôles ayant barré l’accès direct au continent, les migrants essayent de profiter de tous les microterritoires européens enclavés dans le continent africain (Lampédusa, Ceuta et Melilla, îles Canaries, autant de « nœuds de crispation »). D’autre part, l’Union européenne a fait pression pour reporter vers le sud la ligne des contrôles frontaliers, en impliquant les pays maghrébins dans ce contrôle, et en en faisant des « sentinelles avancées » (Sud marocain, Sud algérien, Sud libyen). Ces deux phénomènes conduisent aujourd’hui à une reconfiguration de la zone de transit, l’axe méditerranéen se doublant de l’axe du sud Sahara, les frontières de l’Europe se trouvant reportées sur les confins sahariens.

8Ces faits changent la donne, et l’on comprend mieux dès lors tous les enjeux qui se nouent autour de ces questions, sur les plans juridiques et politiques : « diabolisation des migrations transsahariennes supposées transméditerranéennes », États maghrébins, territoires d’émigration, devenus en même temps territoires d’immigration, et adoptant une législation afférente. Ils sont devenus des « espaces de négociation et de clandestinité ».

9Enfin, la plupart des études insistent sur l’impact de ces migrations sur les territoires sahariens. Car la migration se fait « par étape », pour des raisons politiques (contrôles) ou économiques (nécessité de gagner de l’argent pour continuer la traversée) ; la durée de séjour des migrants ne se compte souvent plus en mois mais en années. Cela se traduit par le gonflement de toutes les localités, grandes et petites ; le « dédoublement » des structures urbaines (les quartiers étrangers comptant de 20 à 40% de l’effectif global) ; la mise en place d’une « économie du voyage » (équipements, agences, restauration, camions, passeurs...) ; l’association à ces flux humains de flux de marchandises de tous types ; l’émergence de véritables réseaux, urbains et marchands ; l’apparition d’entreprises prospères grâce à cette main-d’œuvre bon marché. Le visage du Sahara actuel en est largement changé.

10Ainsi, « le Sahara refait irruption dans le système relationnel international et en bouleverse les échelles ». De la Mauritanie à la Libye et au Soudan, de Casablanca à Tunis, de Tamanrasset à Khartoum, ce sont ces différents problèmes qui sont soulevés dans ces deux publications parallèles et complémentaires. L’une et l’autre méritent d’être lues et réfléchies.

Top of page

References

Electronic reference

Marc Côte, « S.Bredeloup et O. Pliez (ss la dir.), A. Bensaad, " Deux études sur les migrations transsahariennes " », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 14 October 2008, connection on 25 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/401

Top of page

About the author

Marc Côte

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page