Skip to navigation – Site map
La dynamique historique de l'entrepreunariat en Méditerranée

Capitalisme familial et croissance économique à Marseille aux xixe et xxe siècles : l’exemple de la famille Imer et de sa parenté (1808-1947)

Family capitalism and economic growth in Marseille in the xixth and xxth centuries: the example of the extended Imer family (1808-1947)
Olivier Lambert
p. 21-31

Abstracts

The economic development of Marseille relied on a family-based capitalism whose dynamism came from reinforcement and renewal from the outside. One kin-based structure in particular, the Imer, was important in this regard. This family, who arrived in Marseille in the early nineteenth century from the Jura region of Switzerland, managed to rapidly insert itself into the local economic scene. The Imer family implanted itself through a shrewd use of a double spatial dimension. It grasped the importance of the geographical position of Marseille at the crossroads between the Rhone corridor and the Mediterranean and benefited from its social space in a Protestant merchant class. In the face of economic changes, this family-based capitalism was able to rebound by playing the innovation card. Thus, in the second half of the nineteenth century, these kinship ties played a major role in the beginnings of the petroleum industry. Until the petroleum sector became concentrated in the hands of large multinational groups, the Imer had control of this enterprise that had become the main focus of port activities in the Marseille region.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Marseille
Top of page

Author's notes

Remerciements - Qu’il nous soit permis ici de remercier les descendants de ces familles, en particulier Bernard Imer dont l’aide a été particulièrement précieuse notamment pour comprendre une généalogie souvent complexe.

Full text

1Au cours des deux derniers siècles, la croissance économique de Marseille et de sa région a été initiée par un capitalisme portuaire de dimension familiale. Des familles d’entrepreneurs se sont structurées, ont développé des réseaux communs, se sont renouvelées au fil des années, notamment par l’apport d’éléments allogènes, pour former ce que l’on appelle classiquement des milieux d’affaires ; au début du xixe siècle, leurs entreprises ont contribué largement au renouveau du port phocéen. D’ailleurs leur rôle s’est souvent inscrit dans la durée. Mais lorsque des nuages se sont amoncelés sous les cieux de l’économie marseillaise, certains ont recherché la cause des difficultés ou des retards accumulés dans la nature familiale de ce capitalisme portuaire ; après avoir été un acteur dynamique et structurant au sein du tissu économique, l’entreprise familiale serait ainsi devenue un frein aux mutations nécessaires, notamment au moment de la seconde industrialisation. Qu’en est-il vraiment ?

2Le parcours de la famille Imer apporte une contribution à ce débat. Venue de Suisse au début du xixe siècle, sa présence au sein des structures économiques du port phocéen s’inscrit dans un temps relativement long puisque ses activités entrepreneuriales s’y sont poursuivies jusqu’au milieu xxe siècle.

1. Les origines

  • 1 - Imer Louis - Les origines de la famille Imer, in http://imerloup.club.fr/page09-01.html

3La famille Imer est originaire de La Neuveville, dans le canton de Berne ; elle figure parmi les premières familles installées dans cette petite ville du Jura suisse qui fut fondée par le Prince-Evêque de Bâle au xvie siècle1. Très tôt, les Imer occupent des postes clés au sein de la bourgeoisie locale ; on trouve dans leurs rangs plusieurs châtelains, avocats, préfets ou pasteurs, la famille Imer ayant en effet embrassé la réforme calviniste. Outre leurs propriétés foncières, les Imer tirent une partie de leurs revenus aux xviie et xviiie siècles de l’exploitation d’une tuilerie implantée dans la région de La Neuveville.

4Le fondateur ou du moins le géniteur de la branche marseillaise des Imer est Jean-Jacob Imer. Né le 18 mars 1739, il est l’héritier d’une lignée de notaires installés à Diesse, localité proche de La Neuveville. Son père y tenait une étude et occupait les fonctions de régent d’école et de secrétaire communal. À l’âge de sept ans, Jean-Jacob est envoyé à Mulhouse pour y faire ses études ; il y séjourne près d’une dizaine d’années. Puis en 1764, de retour dans le canton de Berne, il devient pasteur et fonde un pensionnat pour jeunes filles. Philologue, théologien, curieux de tout, Jean-Jacob Imer est un pur produit du siècle des Lumières. Il contribue par exemple à introduire la culture du mûrier et du ver à soie à La Neuveville. De même, Jean-Jacob n’est pas insensible aux transformations apportées en Europe par la Révolution française, puis par Bonaparte ; en 1803, il accompagne dans le canton de Berne le général Ney qui vient d’être nommé ministre plénipotentiaire auprès de la République helvétique.

  • 2 - De ces neuf enfants, deux sont morts en bas âge et ne figurent pas dans l’arbre généalogique prés (...)

5Entre-temps, Jean-Jacob a quitté le berceau familial de La Neuveville pour s’installer, quelques kilomètres plus loin, à la Chaux-de-Fonds, dans le canton de Lausanne. Cette ville située à la frontière franco-suisse a connu au xviiie siècle un véritable essor économique grâce au développement de la fabrication des dentelles et de l’horlogerie. Jean-Jacob sera pasteur de la Chaux-de-Fonds de 1782 jusqu’à sa mort, en 1804. Quelques années plus tôt, il avait épousé Marianne Sandoz, fille de David Sandoz. De cette union, naquirent neuf enfants2. Deux d’entre eux iront chercher fortune à Marseille dans les premières années du xixe siècle (fig. 1).

Fig. 1 - Les origines de la branche marseillaise des Imer

Fig. 1 - Les origines de la branche marseillaise des Imer

2. L’aventure marseillaise

6L’aventure marseillaise des Imer commence en 1804 à la mort de Jean-Jacob. Celui-ci laisse en héritage une somme de 20 000 francs à deux de ses fils : Théophile l’aîné et Jules-Louis son cadet. Forts de ce capital, les deux frères décident de s’installer à Marseille pour y développer des activités commerciales. En 1808, ils y fondent une maison de négoce sous la raison sociale Imer frères.

7Cette famille protestante, solidement ancrée dans la bourgeoisie locale du Jura suisse, quitte ainsi son creuset traditionnel ; il ne s’agit pas d’une simple migration frontalière comme ce fut le cas dans le passé pour certains membres de la famille Imer ; l’implantation à Marseille est délibérée et ne procède pas d’un schéma qui aurait pu paraître logique, celui du glissement progressif de proche en proche le long du sillon rhodanien. Quelles sont alors les raisons de cette migration vers le grand port méditerranéen ?

8Les facteurs peuvent apparaître multiples. Certains sont anecdotiques liés à des opportunités individuelles ou familiales ; d’autres, plus profonds, témoignent des grands rythmes de l’histoire. En fait, schématiquement et pour faire l’économie d’une simple énumération de faits et de probabilités, l’installation des Imer à Marseille est le fruit d’une rencontre : celle d’une ambition familiale avec une ville portuaire en devenir.

9Une ambition familiale d’abord : elle commence avec Jean-Jacob Imer, le géniteur de la branche marseillaise des Imer. Celui-ci contribue à élargir les perspectives d’une famille qui depuis ses origines tire l’essentiel de ses revenus de la propriété foncière. Son mariage avec Marianne Sandoz – issue d’une puissante famille du canton de Neuchâtel – puis son installation à la Chaux-de-Fonds permettent aux Imer d’accéder à la bourgeoisie d’affaires. Le jeu des alliances matrimoniales viendra par la suite enraciner leur entrée dans ce nouveau milieu. Jean-Jacob va en effet y marier deux de ses filles : l’aînée, Sophie Imer, épousera Frédéric Sandoz, renforçant ainsi les liens des Imer avec la famille Sandoz. Quant à la cadette, elle sera mariée à Philippe Robert, héritier d’une dynastie de banquiers et de négociants de la Chaux-de-Fonds (Borel, 2001). Résultat de cette nouvelle orientation, les quatre fils de Jean-Jacob seront négociants. Or, tous les quatre choisissent de s’installer à l’étranger pour y développer leurs activités commerciales. Cette mobilité en apparence exceptionnelle repose avant tout sur une mutation du commerce helvétique. En effet, au début du xixe siècle, la Suisse est confrontée à une transformation de ses circuits d’échanges traditionnels. Avec les guerres révolutionnaires, le blocus continental et la montée des protectionnismes, elle perd sa position stratégique à la croisée des circuits commerciaux européens qui avait fait sa force au xviiie siècle. Face au ralentissement de leurs activités, les milieux d’affaires suisses expérimentent alors de nouvelles formes de croissance en se tournant vers des espaces plus lointains. Pour cela, il leurs faut d’abord être présents dans des zones portuaires qui assurent l’interface entre l’Europe et l’outre-mer. C’est une des raisons qui explique que les quatre fils de Jean-Jacob Imer décident de s’implanter à l’étranger.

10Leur choix se porte en premier lieu sur Marseille. Au début du xixe siècle, le port phocéen est lui aussi confronté à une mutation de son environnement économique (Roncayolo, 1990) ; les guerres de la Révolution puis de l’Empire ont mis à mal ses échanges maritimes notamment ceux du Levant et des Antilles qui animèrent sa croissance au siècle précédent. En même temps, Marseille doit faire face en Méditerranée à l’arrivée de nouveaux concurrents – anglais, américains, autrichiens – particulièrement actifs qui viennent ainsi chasser sur ses terres. On assiste alors au déclin de son rôle d’entrepôt maritime. Face à cette évolution, le port phocéen place très tôt ses espoirs dans la structuration de l’espace continental ; il entend être ainsi au carrefour des chemins qui relient l’Europe rhodanienne puis rhénane à la Méditerranée et plus loin à l’Orient.

11Entre Marseille et les milieux d’affaires helvétiques, il y a bien là une conjonction d’intérêts, une même volonté d’élargir leurs perspectives commerciales. Non sans un certain paradoxe, le commerce suisse chassé de ses circuits d’échanges européens veut ainsi se découvrir un destin outre-mer dans une ville portuaire à la recherche d’une assise européenne. L’installation des Imer en France va d’ailleurs s’inscrire dans ce schéma marseillais qui vise à structurer l’arrière-pays pour mieux développer le commerce portuaire.

  • 3 - Voir notamment : Les protestants lyonnais des xviixe et xixe sièclesin http://huguenots-france. (...)

12D’abord, Théophile et Jules-Louis s’installent à Marseille sous le ier Empire, entre les années 1804 et 1808. Ils sont rejoints quelques années plus tard par Julien Imer ; celui-ci ne reste qu’un temps. Il s’implante par la suite dans la région d’Avignon où il exercera des activités de négociant et de manufacturier. Le point d’ancrage est durable puisque in fine Julien Imer assurera la présidence de la Chambre de commerce d’Avignon. Il n’en reste pas là puisque ses affaires remontent le Rhône jusqu’à Lyon où il sera d’ailleurs inhumé en 1861. Si peu d’indications subsistent sur la portée de son implantation lyonnaise, il est toutefois symptomatique d’observer que Julien Imer mariera une de ses filles à un industriel et négociant en soie de Lyon3 (fig. 2).

Fig. 2 - Implantation des fils de Jean-Jacob Imer

Fig. 2 - Implantation des fils de Jean-Jacob Imer
  • 4 - De son union avec Marguerite-Rose de Gélieu, naissent deux enfants : Charles-Théophile Imer, mort (...)

13Enfin, au-delà de cet espace rhodanien, le quatrième et plus jeune frère choisit de chercher fortune à Liverpool où il fonde une maison de commerce de premier plan. Dans le port anglais, il va exercer les fonctions de consul de Suisse jusqu’à sa disparition prématurée en 1828. Ses activités étaient-elles liées à celles de ses trois frères ? Pour l’instant, la question reste ouverte. Ce qu’il faut retenir, c’est que la présence de la famille Imer à Liverpool fut de courte durée – Charles Imer étant décédé sans héritier mâle et sans avoir pu se trouver un successeur4. Tout autre sera l’implantation de cette famille suisse à Marseille et dans sa région : durable et marquée par un enracinement au sein de la bourgeoisie locale.

3. L’enracinement

14Dans un premier temps, les frères Imer nouvellement arrivés à Marseille ne semblent compter que sur les relations nouées dans leur propre cercle familial. En effet, quelques années après leur installation dans le port phocéen, ils sont rejoints par leurs deux neveux – fils du banquier Philippe Robert et de Marianne Imer – Jules et André Robert ; ceux-ci exercent d’abord à Marseille la profession de négociants en horlogerie, industrie qui constitue une des grandes spécialités du canton de Neuchâtel. La famille Imer et sa parenté renforcent ainsi leur position dans la cité phocéenne, d’autant plus qu’un des frères Robert se marie avec sa cousine germaine : Virginie Imer. L’enracinement se fait ainsi selon un modèle « endogamique » (fig. 3).

Fig. 3 - Enracinement « endogamique » de la famille Imer

Fig. 3 - Enracinement « endogamique » de la famille Imer

15Mais, très vite, les Imer de Marseille élargissent leurs assises familiales. Dans les années 1830-1840, ils vont alors par le jeu des alliances matrimoniales s’insérer au sein de la puissante bourgeoisie d’affaires protestante de la cité phocéenne (Carrière, 1973 ; Caty, Richard, 1986) :

16- En 1836, Jules Robert, l’un des fils de Marianne Imer, épouse Amélie Baux, fille d’Auguste Baux, héritier d’une grande famille de négociants établis à Marseille au xviiie siècle.

17- Puis en 1845, Jules-Louis Imer, le fondateur de la maison Imer frères, marie son fils Jules à Léonie Baccuet-Fraissinet, représentante de deux des plus importantes familles protestantes de la cité phocéenne. Elle est en effet la fille d’Henriette Fraissinet dont le frère, Marc-Constantin Fraissinet, s’affirme comme l’un des principaux armateurs de Marseille ; c’est lui qui fonde en 1853 la prestigieuse Compagnie marseillaise de navigation à vapeur (Richard, 1985).

  • 5 - Henri Dobler (1796-1866, Lyon) qui fut filateur de schappe à Tenau (Ain) puis manufacturier à Lyo (...)

18- Enfin, Julien Imer, le troisième frère parti de la Chaux-de-Fonds, adopte un schéma similaire en mariant sa progéniture au sein de la bourgeoisie protestante. Il est intéressant de constater que dans son cas, le jeu des alliances matrimoniales reflète étroitement la physionomie spatiale de ses activités. En effet, comme nous l’avons déjà vu, l’homme d’affaires, après s’être installé à Marseille, développe ses activités le long du couloir rhodanien jusqu’à Lyon. C’est ainsi que sa première fille Constance épouse en 1836 un fabricant lyonnais de soierie Henri Dobler, descendant d’une famille de négociants en soie originaire de Bâle5. Quant à sa deuxième fille, Laure Imer, elle se marie à Marseille en 1840 avec Henri Roulet ; ce négociant phocéen est issu d’une famille protestante alliée des Fraissinet. De Marseille à Lyon ou de Lyon à Marseille, la sphère familiale semble ici se développer au rythme des affaires (fig. 4).

Fig. 4 - Enracinement dans la société marseillaise

Fig. 4 - Enracinement dans la société marseillaise

19Ainsi, la famille de Jean-Jacob Imer s’enracine en quelques années seulement au sein de sa nouvelle terre d’élection. La deuxième génération a quitté la Chaux-de-Fonds ; la troisième, celle qui dans l’ensemble est née en dehors de la Suisse, fait déjà partie de la bourgeoisie locale. Quant à la quatrième génération, elle ne fera que renforcer des alliances familiales déjà conclues. Il faut dire que cette intégration s’est appuyée sur les schémas de fonctionnement des milieux d’affaires protestants (Guiral, 1978). Depuis le xviiie siècle, cette minorité fort active au sein de l’économie marseillaise s’est développée grâce à l’apport d’éléments « allogènes » provenant du même milieu confessionnel et socioprofessionnel. Cette solution présentait un double avantage : d’une part élargir ses bases économiques et d’autre part apporter du sang neuf pour perpétuer la communauté ; une sorte d’endogamie sociale qui permettait d’éviter de trop fréquents recours à l’endogamie familiale. À cela s’ajoute la présence à Marseille depuis le xviiie siècle d’une forte communauté protestante originaire de Suisse. D’ailleurs, d’un point de vue numérique, les Suisses s’affirment au milieu du xixe siècle comme la principale composante de la population protestante de Marseille (Collomb, 1988) (fig. 5).

20Tous ces facteurs permettent d’expliquer la facilité avec laquelle la famille Imer a pu s’intégrer dans son nouveau milieu. Mais cette intégration notamment au sein du « protestantisme des notables » fut avant tout le résultat d’une véritable réussite économique.

Fig. 5 - Origines géographiques des protestants de Marseille en 1852

Fig. 5 - Origines géographiques des protestants de Marseille en 1852

Source : J.P. Collomb (1988)

4. Structures et dynamisme d’un capitalisme familial

21Ainsi, dès leur arrivée à Marseille, Théophile et Jules-Louis Imer fondent une maison de commerce sous la raison sociale Imer Frères, grâce notamment à l’héritage laissé par leur père. Quels types d’activités développe la famille Imer dans les années qui suivent son installation à Marseille ? Malgré le peu de traces disponibles pour l’instant à ce sujet, il est possible, en les réunissant, de formuler un premier élément de réponse.

22Le textile – lin, coton, soie – constitue une des principales spécialités des milieux d’affaires suisses du canton de Neuchâtel ; il est alors fort probable que les Imer se soient d’abord installés à Marseille dans cette perspective, attirés par le commerce des cotons et cotonnades, des soies et des soieries. En toute logique, ils remontent ensuite cette filière le long du Rhône, dans la région d’Avignon d’abord où la fabrique de soie semble connaître, dans les années 1830, une nouvelle prospérité, puis à Lyon, le grand centre de commerce et de production des soieries. Ce qui est certain, c’est que la famille Imer exploite dans ces années là une fabrique de garance à Sorgues. La culture de cette teinture naturelle, introduite en Avignon au milieu du xviiie siècle, est en pleine expansion depuis les guerres de la Révolution et de l’Empire ; toute la production des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse est alors envoyée dans la région avignonnaise pour y être transformée puis vendue. Ainsi, il semble bien que le secteur textile soit le fil conducteur de la présence des Imer à Marseille, puis dans son arrière-pays.

  • 6 - Jules Castelnau (1804-1872) est le fils de Louis Michel Castelnau (1771-1840) qui fut maire et pr (...)
  • 7 - Pierre-Nicolas Leenhardt (1786, Wisserling en Alsace – 1870, Montpellier) est le fils d’André Chr (...)

23Dans les années 1830, l’entreprise Imer frères change de physionomie. Jean-Louis Imer décide en effet de s’associer à un négociant de Montpellier, Jules Castelnau et la maison familiale prend alors la dénomination Imer et Castelnau6. Afin de développer leurs activités déjà florissantes, les frères Imer ont ainsi privilégié une alliance avec les milieux d’affaires protestants du Languedoc. L’association avec les Castelnau leur offre également l’appui d’une autre famille de Montpellier, les Leenhardt : Jules Castelnau est en effet étroitement lié à Pierre-Nicolas Leenhardt, filateur et administrateur du canal de Beaucaire7. D’ailleurs, au début des années 1840, le fils de Pierre-Nicolas, Henri Leenhardt - né à Montpellier en 1821 - entre au service de la maison Imer et Castelnau. Celui-ci connaissait déjà les Imer. Dans certaines familles protestantes, il est en effet de tradition d’envoyer leur fils faire des études en Suisse. C’est ainsi qu’à l’âge de 10 ans, Henri Leenhardt a fait un séjour au château de Lenzbourg dans le canton d’Argovie où il s’est lié d’amitié avec Jules Imer, le fils aîné du fondateur de la maison Imer frères.

24Dans la maison Imer et Castelnau, Henri Leenhardt succède à son oncle Jules Castelnau qui décide de se retirer à Montpellier. Son rôle au sein de l’entreprise phocéenne ne va cesser de s’accroître. En 1852, il prend la direction de la fabrique de garance de Sorgues qui constitue l’une des principales activités de la maison Imer. Puis en 1856, Jules-Louis Imer transforme la société familiale qui devient Imer frères et Leenhardt. Henri Leenhardt est alors associé à Jules et Gustave Imer, les deux fils du fondateur.

25Ainsi, au milieu du xixe siècle, les Imer sont maintenant étroitement associés à une famille originaire du Languedoc. Cette association leur a permis de développer leurs bases d’activités, à la fois en leur apportant de nouveaux moyens financiers et en leur assurant un élargissement de leur espace économique au-delà des limites de l’aire marseillaise stricto sensu.

  • 8 - Après le décès de Gabrielle Imer à l’âge de 34 ans, André Leenhardt épouse en seconde noce Clothi (...)

26Il est intéressant de constater qu’une fois de plus les relations d’affaires viennent s’imbriquer dans des alliances matrimoniales. Henri Leenhardt épouse en 1845 Sophie Imer, la fille du dirigeant de la maison Imer. L’alliance Imer-Leenhardt sera consolidée quelques années plus tard lorsque André Leenhardt, le jeune frère d’Henri, se marie avec Gabrielle Imer et devient ainsi le beau-fils de Jules Imer après avoir été son beau-frère par alliance8 (fig. 6).

Fig. 6 -Alliances matrimoniales entre les familles Imer et Leenhardt

Fig. 6 -Alliances matrimoniales entre les familles Imer et Leenhardt

27À la tête de l’entreprise, Henri Leenhardt, associé à ses beaux-frères Jules et Gustave Imer, va donner une nouvelle impulsion aux affaires familiales. En effet, la maison Imer frères et Leenhardt allait jouer un rôle précurseur dans la naissance de l’industrie des pétroles à Marseille et dans sa région (Lambert, 1999). L’aventure commence en 1863 lorsqu’une nouvelle entreprise est créée : la Compagnie générale des pétroles. Au fil des années, celle-ci va devenir le principal pôle d’activités de la famille Imer-Leenhardt. On passe ainsi du commerce des tissus, de l’industrie textile et de ses dérivés à une industrie de la seconde industrialisation. Quelles sont les raisons de cette reconversion ?

28La première raison qui peut être avancée tient aux mutations de l’environnement économique dans lequel évolue l’entreprise familiale. C’est d’abord la production de garance, celle de l’usine de Sorgues, qui semble menacée par le progrès des techniques. L’alizarine, substance colorante de la garance, est identifiée dès 1826 : la voie vers une production chimique de cette teinture se trouve ainsi ouverte. Cependant, ce n’est qu’en 1869 que sera breveté le procédé permettant de fabriquer artificiellement l’alizarine, soit six ans après que les Imer se soient tournés vers le pétrole. Il n’est pas sûr que l’entreprise marseillaise ait fait preuve d’une telle anticipation. En fait, il faut avant tout retenir un facteur plus général, celui du déclin du secteur textile dans l’arrière-pays de Marseille. En Avignon notamment, après le renouveau du début du xixe siècle, la production sombre à partir de 1848 dans une rapide agonie ; en effet, en 1856, son industrie textile qui comptait 7000 métiers, n’est plus représentée que par neuf fabriques employant quelques 300 ouvriers. Cette évolution ne manque pas de peser défavorablement sur les activités de la maison Imer, surtout sur sa fabrique de garance.

29Ensuite, il ne faut pas perdre de vue la grande souplesse de ces entreprises familiales dont l’activité première reste le négoce. En règle générale, elles ne sont pas outre mesure spécialisées sur un type de produits ou sur un marché particulier, même si certaines lignes de force existent. In fine, ce capitalisme portuaire fait preuve d’une capacité d’adaptation aux courants commerciaux, prompt à saisir toutes les nouvelles opportunités de profits. C’est ainsi que la maison Imer, à côté du textile, a pu s’intéresser aux oléagineux, aux produits chimiques ou à la pâte d’alfa, cette matière végétale produite en Afrique du Nord qui entre dans la fabrication de la pâte à papier. Or, au début des années 1860, le pétrole renferme de sérieuses potentialités de croissance : son usage se développe comme combustible pour l’éclairage. Les premiers barils arrivent dans le port phocéen en 1862 au moment même où l’entreprise Imer frères et Leenhardt se tourne vers ce secteur d’activités.

30Enfin troisième point, il est intéressant d’observer que l’approche de ce nouveau secteur se fait sous l’angle industriel. Le recours à l’appareil industriel est somme toute caractéristique des stratégies développées par ce capitalisme portuaire, stratégies par lesquelles « l’usine se substitue au négoce pour constituer le marché attractif pour la marchandise » (Pierrein, 1975). Dans la première moitié du xixe siècle, la maison Imer n’avait pas procédé différemment en se dotant d’une fabrique de garance pour mieux consolider son assise dans le secteur des textiles.

31Ce qu’il faut souligner dans le cas du pétrole, c’est que l’intégration négoce-industrie est plus que précoce, elle est fondatrice. À côté des schémas entrepreneuriaux propres au milieu et à l’environnement économique, un autre facteur permet d’expliquer le choix d’une stratégie industrielle dans cette reconversion : le profil des entrepreneurs. Henri Leenhardt est décrit dans sa jeunesse comme un passionné de mécanique ; quant à son frère André Leenhardt qui le secondera dans l’entreprise familiale, il a été reçu à l’École Centrale qu’il dut ensuite abandonner pour des raisons de santé. La famille Leenhardt semble ainsi posséder une certaine culture « technicienne » qui a pu alors faciliter le transfert d’activités vers le pétrole.

32Ainsi, en 1863, la maison Imer et Leenhardt décide de créer à Marseille une usine de distillation des huiles minérales, tout en reprenant l’actif d’une entreprise fondée un an plus tôt : la Compagnie des huiles de pétrole d’Amérique. Mais les ressources familiales paraissent insuffisantes pour faire face à l’investissement ; il y a également le souci de limiter les risques financiers encourus dans une telle affaire. C’est alors que Jules Imer sollicite le réseau de relations familiales, en l’occurrence les Fraissinet. Une nouvelle société est ainsi créée sous la dénomination Imer, Fraissinet et Baux avec en sous-titre Compagnie générale des pétroles pour l’éclairage et l’industrie. Le capital est fixé à 300 000 francs : 50 % est fourni par Jules Imer, le reste est apporté à parts égales par Adolphe Fraissinet et Alphonse Baux, tous deux beaux-frères de Jules-Louis Imer. Cette répartition familiale sera respectée lors de l’augmentation du capital qui surviendra en 1875 ; elle sera simplement élargie par l’entrée en lice de nouveaux membres (fig. 7).

Fig. 7 - Répartition du capital de la société Imer, Fraissinet et Baux, Compagnie Générale des Pétroles

Fig. 7 - Répartition du capital de la société Imer, Fraissinet et Baux, Compagnie Générale des Pétroles

33On observe ainsi que ce capitalisme familial possède une certaine créativité et une capacité à s’adapter aux changements, aux mutations économiques. Il fonctionne sur des principes de solidarité à l’intérieur de parentés plus ou moins larges suivant l’ampleur des capitaux nécessaires. Cette solidarité n’est pas toutefois désintéressée car elle offre la perspective à chacun d’élargir ses propres activités. Par exemple, en donnant son appui financier au projet de la maison Imer et Leenhardt, Adolphe Fraissinet ne manque pas de parier sur les retombées que pourrait apporter l’essor du commerce des pétroles à ses activités d’armateur.

34C’est cette interpénétration des intérêts qui fait la force de ce capitalisme familial. Cependant, des limites à ce dynamisme vont se préciser dans les dernières décennies du xixe siècle lorsque l’entreprise devra franchir un seuil décisif pour assurer son développement (fig. 8).

Fig. 8 - Une obligation de la Compagnie Générale des Pétroles

Fig. 8 - Une obligation de la Compagnie Générale des Pétroles

5. Les limites du capitalisme familial

35Au début des années 1880, l’entreprise familiale décide d’étendre ses activités en direction de la prospection pétrolière notamment en Russie méridionale où elle vient d’obtenir des permis de recherche. Cependant, les investissements nécessaires sont considérables et ses ressources financières s’avèrent limitées pour y faire face. La maison Imer et Leenhardt n’a d’autre solution que de trouver de nouveaux partenaires en dehors de ses alliances traditionnelles.

36C’est ainsi que la société en commandite Imer, Fraissinet et Baux est transformée en société anonyme avec un capital porté à 6 millions de francs. Les fondateurs ne disposent plus de la majorité des actions de leur entreprise. La part des Imer-Leenhardt dans le capital est ramenée à 15 % tandis que celle des Fraissinet-Baux atteint seulement 13 %, soit un total de 28 % alors qu’ils détenaient jusqu’ici l’intégralité des actions.

37Cette augmentation du capital permet à l’entreprise de se doter d’une filiale, l’Imperial Russian Standard petroleum Company, qui est chargée de la prospection. De près de 4 millions de francs à sa création, son capital est très vite porté à 9 millions de francs pour assurer l’exploitation des puits qui viennent d’être forés. Les investissements ont pu être réalisés grâce à l’appui de milieux financiers lyonnais, suisses et autrichiens (Daumalin, Mioche, 2001).

38Ainsi, l’entreprise phocéenne, confrontée aux enjeux de la croissance, perd ses assises familiales ; il est symptomatique de constater que la référence aux fondateurs – Imer, Fraissinet et Baux – disparaît de sa raison sociale qui se réduit alors à Compagnie générale des pétroles (fig. 9).

Fig. 9 - Expansion de La Compagnie générale des pétroles

Fig. 9 - Expansion de La Compagnie générale des pétroles

39Une nouvelle étape est franchie quelques décennies plus tard lorsqu’il s’agit d’aborder la formidable croissance des activités pétrolières qui s’affirme au lendemain de la Première Guerre mondiale.

  • 9 - AD BDR, 548 U 257, AGE du 31 janvier 1920.
  • 10 - AD BDR, 548 U 292, AGE du 12 décembre 1923. Le capital alors de 8 millions de francs est porté à (...)
  • 11 - Idem, CA du 18 novembre 1924. Ce conseil d’administration valide l’option fixée lors de l’assembl (...)

40En 1920, pour faire face à de nouveaux investissements imposés par l’essor de la consommation, la firme phocéenne procède à une augmentation du capital qui, toujours de 6 millions de francs depuis 1881, passe à 8 millions de francs(9) ; une part non négligeable des actions sont souscrites dans les rangs familiaux. Cependant, l’opération s’avère d’emblée insuffisante ; la survie de l’entreprise repose sur l’entrée en lice de nouveaux investisseurs. C’est vers un des géants américains du pétrole – la Standard Oil Company fondée par Rockefeller – que se tourne alors le Marseillais Alfred Leenhardt. Avant-guerre, la Compagnie générale des pétroles avait déjà noué des relations commerciales avec la Standard. Or celle-ci vient de créer en 1920 avec l’appui de la Banque de Paris et des Pays-Bas une filiale française – la Standard franco-américaine – qui vise à prendre, sur le territoire national, d’importantes participations dans des entreprises pétrolières déjà existantes. En 1923, l’accord est scellé : le capital de la Compagnie générale des pétroles est doublé, passant à 16 millions de francs et la majorité des actions sont souscrites par des milieux d’affaires new-yorkais regroupés autour de la Standard10. L’année suivante, à l’occasion d’une nouvelle augmentation du capital, la Standard obtient un quasi-contrôle de la firme phocéenne11. Une page est bel et bien tournée, celle d’une entreprise de dimension familiale.

41Cependant, depuis 1881, date à laquelle elle fut transformée en société anonyme, les Leenhardt continuent de diriger la Compagnie générale des pétroles. À Henri succède en 1905 son frère André Leenhardt, puis en 1920 – après un intérim assuré pendant la guerre par Alfred Fraissinet – c’est Alfred Leenhardt, neveu d’Henri et d’André, qui sera à la tête de l’entreprise jusqu’en 1947. La prise de contrôle de la Compagnie générale des pétroles par la Standard ne remet pas ainsi en cause le rôle joué par les Leenhardt ; tout au contraire, au cours de l’entre-deux-guerres, Alfred Leenhardt place ses six neveux à des postes clefs – quatre au sein de l’état-major de la Compagnie générale des pétroles et deux auprès de la Standard. Finalement, la société conserve une certaine autonomie par rapport aux puissants actionnaires de la Standard et la famille Imer-Leenhardt dispose toujours d’une part non négligeable dans le capital de l’entreprise, à peu près identique à celle de 1881 (fig. 10).

  • 12 - Gilbert Leenhardt, qui occupait les fonctions de sous-directeur de la Compagnie générale des pétr (...)

42L’aventure s’achève malgré tout au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1947, la Standard française des pétroles – qui deviendra plus tard Esso France – absorbe finalement la Compagnie générale des pétroles. Alfred Leenhardt prend alors sa retraite au terme d’une fusion réalisée dans des conditions particulièrement satisfaisantes pour les porteurs d’actions de son entreprise12.

Fig. 10 - La famille Leenhardt à la tête de la Compagnie générale des pétroles

Fig. 10 - La famille Leenhardt à la tête de la Compagnie générale des pétroles

Conclusion

43Que faut-il retenir de ce parcours familial long de près de 150 ans dans les structures économiques de Marseille et de sa région ? En guise de conclusion provisoire, il est possible de faire deux remarques à propos de ce capitalisme familial illustré par les entreprises des familles Imer et Leenhardt.

  • 13 - Voir tableau des descendances mâles de la branche Jean-Jacob Imer.
  • 14 - Sur les trois descendants mâles encore en lice à la quatrième génération, se trouvent deux fils d (...)

44La première remarque porte sur son fonctionnement. La famille Imer s’est agrégée à l’élite économique de la cité phocéenne pour en devenir un de ses principaux représentants. Au fur et à mesure de son ascension sociale, elle a pu agrandir son cercle familial et élargir par là même le cadre de ses activités. Surtout, aspect souvent négligé, ce système d’endogamie sociale lui a permis de sélectionner les chefs d’entreprises les plus à même de diriger les affaires familiales. C’est ainsi que Jules Imer va trouver son successeur – en la personne d’Henri Leenhardt – non pas dans sa propre famille mais dans une nouvelle parenté. Certes les raisons de ce passage du témoin reposent en partie sur des facteurs « biologiques ». On observe en effet un tarissement des descendances mâles dans la branche de Jean-Jacob Imer qui va finalement s’éteindre à la cinquième génération13. Cependant, lorsque Jules Imer décide de se tourner vers son beau-frère Henri Leenhardt pour diriger l’entreprise, il reste encore trois héritiers mâles dans la lignée marseillaise, mais ceux-ci ne paraissent pas avoir l’envergure pour assurer la conduite de l’affaire familiale14. C’est ainsi que l’on assiste, au sein de l’entreprise, à un transfert du pouvoir des Imer vers les Leenhardt. En fait, ce capitalisme familial n’est pas aussi fermé, aussi rigide qu’il n’y paraît ; il permet l’intégration de nouveaux arrivants tout en favorisant une certaine compétitivité entre ses membres, une sorte de sélection naturelle susceptible d’accroître les performances de l’entreprise (fig. 11).

Fig. 11 - Descendances mâles de la branche Jean-Jacob IMER

Fig. 11 - Descendances mâles de la branche Jean-Jacob IMER

45La deuxième remarque nous amène à nous interroger sur la capacité du capitalisme familial à aborder les enjeux économiques, notamment celui de l’innovation. L’entreprise familiale a été parfois décrite comme peu à même à s’adapter aux mutations économiques apportées notamment par le progrès technique. Or l’exemple des Imer et de leur parenté nous montre tout le contraire. Ces milieux d’affaires ont en effet joué un rôle pionnier dans la naissance d’un pôle pétrolier à Marseille et dans sa région. Ils ont donc participé activement au développement de ce qui sera l’un des principaux secteurs d’activités de la seconde industrialisation. Très vite, dès les premiers pas, leurs ambitions ne se sont pas limitées à une simple commercialisation de ce nouveau produit. L’entreprise familiale a ainsi abordé en aval de ces flux commerciaux leur industrialisation et en amont l’exploitation des gisements pétroliers. Là se sont alors posés des problèmes de financement ; on a pu observer certaines limites de ce capitalisme familial ; après avoir amorcé la pompe, il paraît peu capable d’assurer la croissance de ses activités en raison de moyens financiers insuffisants. Cependant, ces limites s’avèrent somme toute relatives ; elles ont été rapidement surmontées. En effet, l’entreprise a su abandonner une stratégie d’auto-financement et perdre ainsi son caractère familial pour mieux aborder sa croissance. In fine ce capitalisme familial a pu porter cette activité jusqu’à un nouveau seuil décisif, celui de sa concentration dans de grands groupes multinationaux (fig 12).

Fig. 12 - Part de la famille Imer-Leenhardt dans le capital de la Compagnie générale des pétroles

Fig. 12 - Part de la famille Imer-Leenhardt dans le capital de la Compagnie générale des pétroles

46Ainsi, dans les rangs du capitalisme familial a pu se développer le patronat de la seconde industrialisation. D’autres exemples existent au sein de l’économie marseillaise notamment celui de la construction automobile et du rôle joué par les familles Turcat et Méry (Lambert, 2000 ; Moralia, 1997). Mais cela est une autre histoire...

Top of page

Bibliography

Borel P.-A., (2001), La famille Robert, branche de banquiers, communière du Locle, de la Chaux-de-Fonds et de Renan, Généalogie suisse, annuaire 2001, p. 65-79.

Carrière C., (1973), Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, Institut historique de Provence, Deux tomes, 1111 p. 

Caty R., Richard É., (1986), Armateurs marseillais au xixe siècle, Marseille, CCIM, Coll. Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, tome I., 338 p.

Collomb P.-J., (1988), La communauté protestante de Marseille du Consulat au second Empire. Origine géographique et composition sociale, Provence historique, fasc. 151, p. 35-48.

Daumalin X., Mioche P., (2001), Provence, terre de chimie, Marseille, UIC, p. 62.

Guiral P., (1978), Profil du protestantisme marseillais au xixe et au xxe siècles, in Cinq siècles de protestantisme à Marseille et en Provence, Marseille, Église réformée de Marseille et Fédération historique de Provence, p. 109-123.

Lambert O., (1999), Marseille et le pétrole : des prémices à la naissance d’une aventure industrielle (1862-1938), Industries en Provence, n°4, p. 18-24.

Lambert O., (2000), Turcat-Méry : l’aventure automobile, 1899-1929, Marseille. Revue culturelle, n°190, p. 58-77.

Lambert O., (2005), Une histoire du pétrole dans la région marseillaise, Industries en Provence, n° 13, p. 7-26.

Moralia B., (1997), Contribution à l’histoire Turcat-Méry : Léon Turcat ou le parcours pionnier de l’automobile à Marseille (1874-1930), Aix-en-Provence, Université de Provence, mémoire de maîtrise d’histoire ss la dir. de Ph. Mioche.

Pierrein L., (1975), Industries traditionnelles du port de Marseille. Le cycle des sucres et des oléagineux 1870-1958, Marseille, Institut historique de Provence, p.27.

Richard É., (1985), Un siècle d’alliances et d’ascension sociale : les Fraissinet, Provence historique, oct.-déc., p.423-434.

Roncayolo M., (1990), L’Imaginaire de Marseille. Port, Ville, Pôle, Marseille, CCIM, Coll. Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, tome V, 368 p.

Top of page

Notes

1 - Imer Louis - Les origines de la famille Imer, in http://imerloup.club.fr/page09-01.html

2 - De ces neuf enfants, deux sont morts en bas âge et ne figurent pas dans l’arbre généalogique présenté dans cet article.

3 - Voir notamment : Les protestants lyonnais des xviixe et xixe sièclesin http://huguenots-france.org/france/lyon/lyon18/index.htm (Index).

4 - De son union avec Marguerite-Rose de Gélieu, naissent deux enfants : Charles-Théophile Imer, mort en bas âge (1823) et Virginia Imer (1827, Liverpool-1878, Mathod dans le canton de Vaud).

5 - Henri Dobler (1796-1866, Lyon) qui fut filateur de schappe à Tenau (Ain) puis manufacturier à Lyon est le fils de Jean-Jacques Dobler (1749, Bâle-1838, Lyon), négociant en soie à Lyon.

6 - Jules Castelnau (1804-1872) est le fils de Louis Michel Castelnau (1771-1840) qui fut maire et président de la Chambre de commerce de Montpellier. En 1832, il s’est marié avec Adèle Fuzier, fille de David Fuzier et de Jeanne Philippine Rabaud. Puis en seconde noce, Jules Castelnau épouse Caroline Baccuet, veuve Fraissinet

7 - Pierre-Nicolas Leenhardt (1786, Wisserling en Alsace – 1870, Montpellier) est le fils d’André Chrétien Leenhardt (1744, Francfort-sur-le-Main – 1813, Montpellier). Il épouse en 1816 Eugénie Castelnau, sœur de Jules Castelnau.

8 - Après le décès de Gabrielle Imer à l’âge de 34 ans, André Leenhardt épouse en seconde noce Clothilde Jane Imer (1846, Marseille-1923), la sœur aîné de Gabrielle. Ce couple n’aura pas d’enfants et Clothilde se consacrera à l’éducation de ses neveux et de ses nièces, devenus ainsi ses beaux-fils et ses belles-filles.

9 - AD BDR, 548 U 257, AGE du 31 janvier 1920.

10 - AD BDR, 548 U 292, AGE du 12 décembre 1923. Le capital alors de 8 millions de francs est porté à 16 millions de francs.

11 - Idem, CA du 18 novembre 1924. Ce conseil d’administration valide l’option fixée lors de l’assemblée générale de 1923 qui prévoyait que le capital soit porté in fine à 24 millions de francs.

12 - Gilbert Leenhardt, qui occupait les fonctions de sous-directeur de la Compagnie générale des pétroles, rejoint alors le siège de la Standard, au sein de la direction commerciale.

13 - Voir tableau des descendances mâles de la branche Jean-Jacob Imer.

14 - Sur les trois descendants mâles encore en lice à la quatrième génération, se trouvent deux fils de Jules Imer : Jules-Abel Imer et Jules-Louis Imer. Le premier (1849, Marseille–1893, Richmond en Grande-Bretagne) sera employé dans les pétroles de la mer d’Azov puis s’installera en Angleterre où il s’éteindra sans avoir eu d’enfants. Quant au second, il décédera à Marseille à l’âge de 20 ans sans postérité. Enfin le troisième descendant mâle est Arthur Imer (1847, Marseille-1914), fils d’Auguste Imer. De son mariage avec Adèle Velten, il n’aura qu’un héritier mâle, Marcel Imer qui se mariera en dehors de la sphère protestante et qui n’aura aucune descendance.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Les origines de la branche marseillaise des Imer
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-1.png
File image/png, 27k
Title Fig. 2 - Implantation des fils de Jean-Jacob Imer
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-2.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Fig. 3 - Enracinement « endogamique » de la famille Imer
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-3.png
File image/png, 18k
Title Fig. 4 - Enracinement dans la société marseillaise
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-4.png
File image/png, 24k
Title Fig. 5 - Origines géographiques des protestants de Marseille en 1852
Credits Source : J.P. Collomb (1988)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-5.png
File image/png, 60k
Title Fig. 6 -Alliances matrimoniales entre les familles Imer et Leenhardt
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-6.png
File image/png, 19k
Title Fig. 7 - Répartition du capital de la société Imer, Fraissinet et Baux, Compagnie Générale des Pétroles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-7.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Fig. 8 - Une obligation de la Compagnie Générale des Pétroles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-8.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig. 9 - Expansion de La Compagnie générale des pétroles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-9.png
File image/png, 29k
Title Fig. 10 - La famille Leenhardt à la tête de la Compagnie générale des pétroles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-10.png
File image/png, 23k
Title Fig. 11 - Descendances mâles de la branche Jean-Jacob IMER
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-11.png
File image/png, 19k
Title Fig. 12 - Part de la famille Imer-Leenhardt dans le capital de la Compagnie générale des pétroles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/415/img-12.jpg
File image/jpeg, 38k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Lambert, « Capitalisme familial et croissance économique à Marseille aux xixe et xxe siècles : l’exemple de la famille Imer et de sa parenté (1808-1947) », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 15 October 2008, connection on 25 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/415 ; DOI : 10.4000/mediterranee.415

Top of page

About the author

Olivier Lambert

Chercheur associé à l’UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page