Skip to navigation – Site map
La dynamique historique de l'entrepreunariat en Méditerranée

Notice biographique de Paul Ricard

Biographical note of Paul Ricard
Jean Domenichino
p. 33-38

Index terms

Geographical index :

France
Top of page

Full text

1La biographie, qualifiée par d’aucuns comme un genre mineur, utilitaire et sans prestige, a connu cependant un succès sans cesse renouvelé qui a fait que le flux des biographies est resté approximativement stable pour représenter en France, bon an mal an, environ 2 % du marché total de l’édition. Par contre, ce qui est nouveau, c’est que les historiens n’hésitent plus à s’essayer à cet exercice, suivant en cela la voie tracée par Jean Maitron avec son Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français qui fait école, et ce dans d’autres domaines et pour d’autres corpus.

  • 1 - Archives Ricard, cartons 1217/111/ 1, 17, 18.

2Dans ce cadre, notre ambition est beaucoup plus modeste. Il s’agit tout simplement de livrer quelques repères permettant de comprendre la trajectoire de Paul Ricard et d’approcher les raisons de sa formidable réussite entrepreunariale. Pour ce faire, nous nous sommes nourris des différents travaux universitaires consacrés au personnage et à ses œuvres (Bernard, 1997 ; Anbergegani, 2003 ; Calcagnetti, 2003 ; Gilly, 2003 ; Seilhes, 2003), et de notre connaissance des archives de l’entreprise, en particulier des comptes rendus des conseils d'administration et des assemblées des actionnaires1 que nous avons systématiquement dépouillés. Malgré tout, nous doutons d’avoir échappé aux affres d’ordre épistémologique du biographe empêtré dans ses doutes, ses limites faites de partialité et d’aveuglement, englué dans les contractions des relations qu’il établit avec l’autre, ballotté entre une subjectivité envahissante dont il n’est pas dupe et une objectivité qu’il s’efforce d’imposer (Madelenat, 1983).

  • 2 - Il s’agit de La Gazette Ricard de 1938 à 1952, remplacée alors par Les Nouvelles Ricard qui parai (...)

3Dans notre cas, cette situation a été d’autant plus prégnante que Paul Ricard a eu très tôt la volonté de produire sa propre histoire, résultante de deux histoires – la sienne et celle de l’entreprise – intimement liées et sans cesse confondues, au travers d’une presse d’entreprise particulièrement riche et fournie(2), et de nombreuses brochures spécifiques reproduisant ses discours ou ses analyses sur telle ou telle question sociétale. Cette manière de procéder a eu des conséquences étonnantes et complique la tâche du chercheur, en particulier de l’historien du Temps présent, grand utilisateur des sources orales, car les discours des témoins se ressemblent tous et reproduisent peu ou prou les pensées ou les écrits de Paul Ricard. Nous sommes en présence, à ce niveau, d’un véritable culte de la personnalité, ou d’un culte du chef, qui a façonné les mentalités et, au-delà, les pratiques sociales. Aussi, l’entreprise constitue un espace à part, une sorte de royaume, une « Ricardie » qui tarde à se diluer, malgré le renouvellement naturel des personnels. Cela n’est pas sans nous étonner car Paul Ricard s’est attaché à répandre bien au-delà de Marseille et de son entreprise, les vertus de cette Ricardie en écrivant ou suscitant la publication d’une série d’ouvrages qui tendent tous à magnifier l’homme et son œuvre (Mederic, 1969 ; Ricard, 1983 ; Pochna, 1996), masquant ainsi la réalité du personnage qu’il n’est pas aisé à redécouvrir.

1. Naissance et formation d’un entrepreneur marseillais

4Paul Ricard est né en 1909, à Marseille, au 4 rue Berthelot dans le quartier de Sainte-Marthe. Il est issu d’une lignée d’artisans commerçants. Son grand-père paternel Louis Ricard est un boulanger qui exerce d’abord dans des villages de la grande banlieue marseillaise, comme Gémenos et Peynier, avant de venir s’installer à Marseille dans le quartier d’Endoume. Son père Joseph est né en 1885. Comme il est courant alors, il choisit le même parcours professionnel que son père. Il intègre la boulangerie familiale mais il est aussi attiré par la musique. Il apprend seul à jouer de la clarinette, suit des cours au Conservatoire et ses qualités font qu’il est admis au sein de l’Harmonie municipale de Marseille. Tout cela peut paraître anecdotique mais on retrouve, à travers ces deux personnages, des pratiques et des valeurs qui marquent de manière indélébile le futur Paul. De son grand-père avec lequel il reste très proche, il acquiert l’attachement au terroir, en particulier à celui de cette Provence intérieure qu’il parcourt souvent en sa compagnie, et le respect du « travail manuel » qu’il ne dédaigne jamais, bien au contraire. Il se plaît à le pratiquer dans l’atelier de menuiserie installé dans sa demeure de la Tête de l’Evêque, à Signes, où il multiplie la fabrication de demi coques de bateau qu’il offre à ses visiteurs. De son père, il hérite l’attrait pour les « disciplines artistiques » qu’il ne peut totalement assouvir au niveau de ses études, son père lui refusant l’inscription aux Beaux-Arts. Malgré tout, il s’en accommode et assouvit son amour fou, voire démesuré pour la peinture. À partir de là, il ne cesse de peindre presque jusqu’à l’obsession des paysages et surtout des portraits car, dit-il, « quand on fait un portrait, on dialogue avec le personnage, on regarde ce qu’il a dans le cœur et dans le ventre. La peinture, c’est une nourriture de l’esprit » (Pochna, op.cité). La réussite industrielle et financière aidant, il pratique un mécénat de tous les instants en aidant, avec générosité et bonheur, les artistes et créateurs les plus divers, dont Antoine Serra, et ce très tôt, dès 1948 (Arrouye et al., 2005).

5Pour revenir à la saga familiale, à 22 ans, le père de Paul quitte le métier de boulanger pour celui de commerçant en vin. Avec l’aide de son père, il achète un petit commerce de vin à Marseille, rue Moulet. On peut être surpris de cette reconversion. En fait, elle s’explique, d’une part parce que cette nouvelle activité est moins pénible que la boulangerie, et laisse plus de temps pour la pratique de la musique ; d’autre part parce que ce commerce n’est pas chose nouvelle dans la famille Ricard.

6En effet, en 1907, Joseph – le père de Paul – épouse Rose Joséphine Cournand, fille d’un employé de la compagnie de chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM) dont l’oncle – un certain Roubaud – est un gros négociant en vin. Il n’a pas d’enfant et à sa mort, sa femme dote les jeune époux qui peuvent ainsi acheter un fonds plus important à Sainte-Marthe, rue Berthelot, là où Paul va naître. L’affaire prospère et prend très vite de l’importance : elle emploie deux livreurs qui « tournent » avec trois chevaux, ce qui correspond pour l’heure à une bonne entreprise moyenne.

  • 3 - Le 17 mars 1915, la fabrication, la vente et la consommation de l’absinthe et de toutes les boiss (...)

7Paul Ricard suit le cursus normal d’un enfant de la petite bourgeoisie commerçante : il entre au lycée, même si son rêve est – nous le savons – de « faire les Beaux-Arts ». À 17 ans, à la fin de sa seconde, il obtient de son père l’autorisation de rejoindre l’entreprise familiale, avec comme objectif avoué de créer ensuite sa propre affaire. Au cours d’un déplacement à la coopérative du Beausset pour acheter du vin en vrac, il rencontre un certain Espanet, un « ancien coiffeur reconverti dans le courtage en vins sans compter une spécialisation assez marquée dans le braconnage, le ramassage des champignons et la cueillette des plantes aromatiques […] qui fabriquait lui-même son pastis avec de l’alcool de bouilleur de cru, du fenouil et d’autres herbes, comme beaucoup de paysan de la région » (Ricard, op.cité, p.50). Cette rencontre est décisive. Alors qu’il vient de se lancer dans la commercialisation d’un vin cacheté du Var baptisé « Canto-Agasso », puis ensuite d’un marc de Provence sous la marque « Cantagas », il aspire à autre chose. Il rêve de réussir à la manière d’un Renault ou d’un Citroën, qui ont pris des places prépondérantes dans l’automobile. Après réflexions et le souvenir d’Espanet aidant, Paul Ricard décide que son secteur de prédilection sera celui du pastis, un apéritif produit clandestinement3 et circulant sous le manteau dans toute la Provence sous différentes appellations – pastis, pataclé ou lait de tigre (Armogathe, 2005) – à raison d’un minimum de 15 000 bouteilles par jour.

  • 4 -Louis Bergamaschi entrera par la suite ensuite au Conseil d’administration de la société comme adm (...)
  • 5 - Brochure, Paul Ricard répond au président Alain Barjot. Archives Ricard.

8Pour ce faire, il installe un laboratoire dans une pièce de la maison familiale et se livre à d’innombrables expériences de distillation, de rectification et de macération, soutenu par son frère Pierre qui ne lui a jamais ménagé ses encouragements. Il teste son produit à la caserne pendant son service militaire, auprès des patrons de bars qu’il visite pour vendre son « Canto-Agasso » et son « Cantagas », mais il ne peut le diffuser car sa production n’est pas conforme à la loi de 1922 qui limite à 150 grammes de sucre par litre les liqueurs anisées qui ne peuvent devenir limpides qu’avec l’addition de 7 volumes d’eau. C’est en 1932 que tout se décide. La nouvelle loi votée alors autorise la libre édulcoration. Ricard peut commercialiser son breuvage qui titre 40 degrés et termine son louchissement avec 5 volumes d’eau : il en dessine lui même l’étiquette, lui donne son nom, fonde une société en commandite. En 1932, il en vend déjà 250 000 litres auprès de patrons de bars qu’il visite lui-même un à un, d’abord à Marseille, puis dans l’ensemble du département. En 1933, il s’allie au secrétaire général des cafetiers de Marseille, Louis Bergamaschi(4), pour obtenir du gouvernement l’autorisation du pastis à 45° dont il est le seul à avoir mis au point la formule. L’autorisation est obtenue en 1938, ce qui permet d’augmenter la dose d’essence d’anis dissoute de 0,7 à 2 grammes par litre, au grand dam des ligues antialcooliques dont Paul Ricard est un éternel pourfendeur. Il ne manque jamais de brocarder Mme Poinso-Chapuis, « avocate marseillaise de talent dotée d’une telle volonté qu’on la qualifiait de “seul homme du MRP”. Elle fut la première femme à accéder à un poste ministériel et subit immédiatement les pressions des ligues féministes, des cartels d’action morale, des groupements d’action sociale, des organisations de lutte contre l’alcoolisme […] Mon opposition à Mme Poinso-Chapuis était devenue si ouverte que tout Marseille s’en amusait, et s’amusait surtout de Madame le ministre, que le bon peuple avait surnommée “Chapeau-Pointu” » (Ricard, op.cité, p.159). Il ne faut pas s’y tromper. Au-delà du ton quelque peu « pagnolesque », c’est un polémiste redoutable, faisant flèche de tout bois, à la limite de la bonne foi, qui s’exprime. Paul Ricard ne laisse rien passer lorsqu’il s’agit de défendre sa profession et sa production. Ainsi, il n’hésite pas à publier une brochure qu’il signe « Paul Ricard, ami de l’eau (né en 1909 à Marseille, bois du pastis depuis 1927) » pour répondre à un article d’Alain Barjot, vice-président du haut comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme paru dans Le Monde des 30-31 mai 1976 intitulé « Pastis, c’est mourir un peu ». Dans cette brochure, Paul Ricard concentre tous les argumentaires qu’il ne cesse de développer, détournant à son profit les statistiques existantes : « Les statistiques du ministère de l’Intérieur indiquent que 6,1 % des accidents corporels ont donné lieu à un alcootest positif. Il en résulte que 93,8 % sont dûs à des non buveurs d’alcool », ou en justifiant ses choix : « Dans mon enfance, j’avais été atterré à la vue de ces ivrognes que l’on rencontrait dans les rues ou autres lieux publics […] c’est pour lutter contre ce fléau, qu’à ma majorité, j’ai voulu répandre l’usage de la consommation des spiritueux à l’eau ; j’y suis parvenu et on ne voit plus d’ivrognes en France. L’alcoolisme et ses ravages, auxquels vous faites allusion, ne sévit pas dans les pays où le pastis est largement bu, mais dans ceux où les alcools forts sont consommés, non pour désaltérer, mais pour réchauffer »5.

9Pour développer son produit, Paul Ricard utilise l’image porteuse du Sud et de Marseille. Il qualifie son pastis « le vrai pastis de Marseille » et profite quelque part de la notoriété des gens comme Fernandel, Marcel Pagnol, sans oublier Vincent Scotto, Tino Rossi, Alibert… Dès 1934, le Ricard est vendu à Lyon. Il l’est par un certain Paul Cognet qui invite Paul Ricard à son mariage. Il épouse alors la fille d’un médecin de campagne, Louis Thiers. Comme dans un conte, cette fille a une sœur, Marie-Thérèse. Paul l’épouse et six enfants naîtront de ce mariage dont le dernier mourra à l’âge de 5 ans.

10Après le décès de son père en 1937 et de son frère en 1938, Paul reste seul avec sa mère à la tête de l’affaire. En 1939, il transforme sa société en société anonyme, la « Distillerie Ricard », dont le but est de « fabriquer et vendre Ricard, le vrai pastis de Marseille » (photo 1). Le capital initial est de 4 millions de francs réparti en actions de 1000 F : 4250 sont des actions dites A, au titre des parts fondateurs, dont 2150 sont détenues par sa mère. Première actionnaire, elle est nommée à la présidence du conseil d'administration composé de Paul Ricard et de son beau-frère, Paul Cognet, qui assure les fonctions de directeur commercial. Dès l’origine, les grandes caractéristiques qui régissent les rouages de la société jusqu’aux années 1960 sont déjà marquées : un nombre très restreint d’actionnaires – ils ne seront que 591 en 1959 alors que le capital a été porté à 11 millions de nouveaux francs – ; un capital détenu presque exclusivement par le cercle familial dont les membres les plus influents composent le conseil d'administration.

Publicité pour « le vrai pastis de Marseille »

Publicité pour « le vrai pastis de Marseille »

Studio Photo Pernod Ricard

2. Une existence vouée à l’entreprise familiale

11Le pari de Paul Ricard de devenir « le roi du Pastis » n’est pas gagné d’avance. La libéralisation de la loi sur les alcools anisés fait naître à Marseille et dans sa région des concurrents sérieux : douze marques différentes telles que Casanis ou Berger tentent l’aventure et se disputent le marché. Au nord de la France, le « Ricard » affronte la concurrence de celui qui sera son grand rival et dont il sera interdit de prononcer le nom dans l’entreprise, à savoir le « pastis 51 » fabriqué par Pernod, les descendants des distillateurs d’absinthe de Pontarlier (Doubs) dont la fabrication avait été interdite en 1915. Pourtant, la réussite sera au rendez-vous. Les raisons en sont multiples et, dans ce cadre, nous nous contenterons d’en décliner quelques unes.

12Au niveau de la gestion financière, Paul Ricard impose son credo. D’abord, il faut se garder de faire appel aux banques pour investir : le crédit est trop cher, il renchérit les coûts et restreint la liberté de l’entrepreneur. Ensuite, les administrateurs ne doivent pas percevoir, ou sinon de manière exceptionnelle, de jetons de présence, afin de renforcer la situation financière de l’entreprise. Enfin, il y a nécessité de constituer des réserves bien au-delà des pourcentages imposés par la loi, afin de pouvoir régulièrement soit distribuer des actions gratuites, soit augmenter la valeur nominale de l’action, ou alors faire les deux en même temps. C’est cette situation que l’on retrouve régulièrement tout au long de l’histoire de l’entreprise comme en 1947, 1950, 1952, 1953… et on pourrait continuer longtemps ainsi… Paul Ricard rappelle ses principes lors du conseil d'administration du 7 juin 1952 alors qu’il accède officiellement à la tête de la société suite au décès de sa mère. Il prononce à cette occasion un véritable plaidoyer en faveur de l’autofinancement : « Il y a lieu d’éviter les sorties d’argent des caisses de la Société […] Au surplus, l’intérêt des actionnaires est davantage dans une mesure susceptible de consolider la situation de l’entreprise et la valeur même de leurs titres que dans une distribution immédiate de dividendes ».

13Concernant le personnel, Paul Ricard est fortement imprégné d’un certain fordisme qu’il éclaire en fonction des circonstances et adapte à la réalité du moment, n’hésitant pas à critiquer fortement ses pairs avec lesquels il avait peu d’affinité. Ainsi, à propos du Front populaire il déclare que « bon nombre de ces patrons n’avaient pas volé ce qui leur arrivait. Moins par égoïsme, du reste, que par ignorance des réalités économiques nées du développement industriel. Ils ne comprenaient pas qu’en augmentant le pouvoir d’achat, ils développeraient la consommation, c’est-à-dire la production et la prospérité de leur entreprise, et non le contraire. Les congés payés, qui les affolaient tant, allaient précisément être profitables à cette consommation » (Ricard, op.cité, p. 90). Pour sa part, Ricard s’est toujours évertué à être ou à apparaître comme un patron modèle, anticipant toujours les avancées sociales, et ce à tous les niveaux. La réalité est plus complexe et des études serrées, à partir des archives de l’entreprise, sont nécessaires pour mieux cerner la justesse de la situation.

14Par exemple, dès 1938 Paul Ricard a distribué des actions à son personnel car il part du principe que « l’entreprise doit être l’affaire de tous ceux qui la font prospérer et qu’un actionnaire salarié est forcement plus concerné qu’un investisseur dont l’intérêt se limite à la question financière ». Le problème est de savoir combien d’actions sont ainsi détenues par le personnel. Seule une étude fine des listes des actionnaires permettra de répondre à cette interrogation et de confirmer ou non les déclarations de Paul Ricard qui indique qu’en 1960, près du tiers du capital est détenu par le personnel. Quant à voir si cela a des conséquences au niveau des prises de décision, le dépouillement systématique des comptes rendus des conseils d'administration et des assemblées générales des actionnaires montre que ce n’est jamais le cas. Il n’y a pas de représentant spécifique de l’actionnariat salarial : les actionnaires salariés confient toujours aux membres de la famille Ricard le soin de les représenter et de voter en leur nom.

15L’autre exemple significatif peut se trouver au niveau du problème du logement. Paul Ricard insiste beaucoup sur les efforts faits pour loger les personnels, ce qui est loin d’être inexact. Ainsi, est construit à Marseille, sur la colline de La Margeray qui domine Sainte-Marthe, un ensemble immobilier de 120 logements… Mais nous sommes en 1956, et la décision de construire a été prise bien avant, lors du conseil d'administration du 19 décembre 1954 et après la constitution d’une société civile immobilière, « La Fondation immobilière Ricard », « en vue de satisfaire aux dispositions légales concernant la participation des employeurs à l’effort de construction ». À ce niveau, il n’y a pas d’anticipation par rapport à la loi, mais on va plus loin, en accordant plus. Ainsi, en 1957, année de l’aménagement des premiers locataires, le premier prix de la tombola de fin d’année organisée rituellement pour les membres du personnel est une villa. On comprend que la mémoire collective de l’entreprise en ait été définitivement marquée. Cette manière d’agir est significative du système Ricard et nous sommes là au cœur même de la « Ricardie ».

  • 6 - La disparition de l’Amicale, la mise en place d’un comité d’entreprise ne changent rien à l’affai (...)

16Pour développer sa politique, Paul Ricard impose des structures sociales bien adaptées à ses projets. Jusqu’en 1960, à Marseille, il n’existe pas de Comité d’entreprise. Sa fonction est assurée par une « Amicale » qui prend en charge et organise toutes les manifestations réservées au personnel, comme les concours de boules, les lotos… Elle gère les colonies de vacances situées à Sausset-les-Pins, Jausiers, Cavalière, La Voisine, Pont-de-Labeaume. Elle s’occupe de tout ce qui concerne le logement du personnel à La Margeray. Elle organise les voyages du personnel qui se multiplient tout au long des années 1960, date d’une croisière à l’île d’Elbe et en Corse sur le bateau Le Koutoubia, alors que Charles Pasqua coiffe tout le secteur des ventes. En 1961, c’est le voyage à Rome, avec visite du Vatican et entretien prévu avec le nouveau pape élu en 1958, Jean XXIII, que Paul Ricard avait connu en Camargue alors qu’il n’était que Monseigneur Roncalli, nonce apostolique en France. « […] Trois trains de wagons-lits aux couleurs de Ricard partaient l’un de Paris, le second de Bordeaux, le troisième de Marseille ; ils devaient se retrouver à Vintimille pour pénétrer sur le territoire italien et gagner, l’un derrière l’autre, la Ville Sainte. […] Les douaniers se posèrent quelques questions en constatant la présence, en dehors des douze cents personnes munis de papiers en règle, de trente chevaux et d’un petit agneau blanc […] Les Italiens allaient en voir d’autres : aussitôt débarqués, nous nous formâmes en procession derrière les tambourinaires, en blanc et taîole et les Arlésiennes costumées en croupe derrière leurs gardians trident en mains. Ils n’avaient rien à envier aux gardes suisses, quand nous débouchâmes sur la place Saint-Pierre, après un défilé triomphal ». Les extraits du récit de ce voyage faits par Paul Ricard lui-même (Ricard, op.cité, p.191) montrent en tout état de cause que rien n’est laissé au hasard, que la mise en scène et la théâtralité pensées et voulues sont là pour donner plus d’éclat à l’événement. Mais au-delà, rien n’est gratuit. Tout est conçu pour, en dernier ressort, servir les intérêts de l’entreprise, faire connaître le produit, élargir les zones de sa diffusion. La démarche n’est pas isolée(6) : elle s’insère dans un ensemble plus large mêlant publicité – on dit alors propagande –, mécénat, manifestations sportives…

3. Un remarquable « communicant »

17À ces niveaux, Paul Ricard fait figure de pionnier. Dès 1939, par exemple, il parvient à convaincre le directeur de l’agence Havas d’adopter sa conception des affiches et des placards rédactionnels, – où il apparaît photographié, avec un large sourire aux lèvres, en train d’expliquer son pastis et la façon de le boire –, à insérer dans les grands hebdomadaires français dont Paris-Match, le tout pour un coût de 3,5 millions de Francs, ce qui est énorme alors dans le secteur de l’alimentation. À la même date, il fait peindre à Marseille, sur un immeuble de 7 étages, une gigantesque publicité vantant son pastis. La machine publicitaire est lancée : elle ne s’arrête pas et utilise tous les ressorts du genre. En 1948, la société Ricard est la première à organiser une tournée sur les étapes du Tour de France avec le chanteur marseillais Darcelys. En 1952, la tournée s’étoffe avec Tino Rossi, Annie Cordy qui débute et toujours Darcelys. La même année, Ricard fait sillonner la France avec une caravane de dromadaires avec pour slogan « Ricard : le vainqueur de la soif ». L’idée est reprise en 1956 avec la crise de Suez et la pénurie d’essence : le pastis Ricard est livré ça et là à dos de dromadaires.

18Par la suite, l’interdiction de la publicité pour les alcools anisés de 45 degrés oblige à biaiser. Les secteurs sportifs ou para sportifs sont mis à contribution avec par exemple la création en 1955 des « Clubs taurins Ricard », plus tard avec le premier « Concours à pétanque La Marseillaise » qui devient très vite le rendez-vous obligé de tout ce que compte le milieu bouliste. À partir de 1973, la société s’intéresse à la voile. Elle soutient Alain Colas dans sa tentative de tour du monde en solitaire sur multicoque. Plus tard, en 1979, elle fait de même en parrainant Tabarly qui navigue sur le Paul Ricard. Elle soutient l’écurie de formule 1 Ligier

19Dans une autre veine, mais avec les mêmes motivations, Paul Ricard développe le domaine de Méjanes en Camargue qu’il avait acheté en 1940 pour reconvertir ses activités suite à la décision du gouvernement de Vichy d’interdire les apéritifs de plus de 16°. Il y avait développé la culture du riz ; il y ajoute une manade, une arène… Il y accueille des personnalités de la tauromachie, du spectacle et des affaires, les assemblées des clubs taurins. Enfin, il ouvre le domaine au public, et rêve d’en faire un centre important du tourisme populaire, avec l’idée ultime que tout cela doit servir la notoriété de l’entreprise et de son produit, le pastis Ricard.

20Les efforts portent leurs fruits. L’entreprise prospère et connaît un développement continu. Le nombre de litres qui sort des chaînes d’embouteillage est en constante augmentation : 250 000 litres en 1932, 3,6 millions en 1939, 10,5 millions en 1952, 22,1 millions en 1962, 60,6 millions en 1972. En outre, elle a diversifié ses productions dans le vermouth (1953), le cognac (1966), le champagne (1970), ou encore dans le rhum, le whisky, la vodka… La réussite est bien au rendez-vous. Les premières diversifications présagent les rapprochements, fusions et achats de tous genres opérés à partir des années 1970.

21Pourtant, Paul Ricard ne se contente pas de développer son entreprise stricto sensu. Nous l’avons vu avec le domaine de Méjanes qui, il est vrai, est un substitut à l’interdiction de la fabrication du pastis par le gouvernement de Vichy.

22En 1950, il achète l’île de Bendor au large de Bandol qu’il destine, au départ, à lui-même, sa famille et ses collaborateurs mais qui est vite ouverte aux personnalités de tous genres qui y sont reçues à titre privé, ou dans le cadre de manifestations de prestige comme « Les nuits de Bendor » à partir de 1958 ; « Les journées européennes de Bendor » à partir de 1962 ; « Les vendredis artistiques de Bendor » à partir de 1964. La fonction « mécénat » de l’île est accentuée avec en 1961 la création du « Grand prix de peinture du club taurin », en 1964 du « Grand prix international de la sculpture », en 1966, du « Festival de poésie de Bendor ». À partir de là, Paul Ricard affirme sa volonté d’imprimer sa marque dans l’espace provençal. Nous ne donnerons que deux exemples.

23En 1958, il achète l’île des Embiez pour en faire « un haut lieu du tourisme international, un séjour idéal de repos et de vacances, avec tout ce qu’il faut pour être heureux ». Le 1er mai 1963, le port de plaisance est inauguré. Il dessine lui-même les bateaux-navettes reliant l’île au continent et exploités par une société-filiale créée à cet effet, les réalités capitalistiques n’étant jamais absentes des préoccupations. L’île entière avec son port, son hôtel, ses arènes… est façonnée à son image. En 1966, il y installe l’« Observatoire de la mer » créé en collaboration avec Alain Bombard, une structure qui, à partir de 1974, change plusieurs fois de nom pour devenir, en 1991, « l’Institut océanique Ricard », un institut qui a conquis ses lettres de noblesse dans le monde de la recherche internationale.

24En 1960, il achète 1000 hectares sur le plateau du Camp, Signes et Le Castellet. Son ambition est d’édifier son usine, avec autour les habitations pour le personnel, tous les services s’y rattachant, en fait, de construire une ville-usine à la manière de Jean-Baptiste Godin et son familistère de Guise (Godin, 1979). Le projet n’aboutit pas, Paul Ricard n’ayant pas obtenu les autorisations nécessaires, ce qui renforce son aversion envers l’administration, « la Sainte Administration » coupable de tous les maux et qui fait dire à Paul Ricard que « Si les Grecs avaient eu un ministère de la Construction, nous n’aurions pas l’Acropole. Pas plus que Rome, Paris et autres lieux dont s’émerveille le monde. Il aurait trouvé Notre-Dame trop sombre et la Tour Eiffel trop haute » (Ricard, op.cité, p.221). Peu importe. Il construit alors un aérodrome et pour « remplir les vides », un circuit automobile, le circuit du Castellet, ou circuit Paul Ricard qui devient très vite un haut lieu mondial des sports mécaniques. L’inauguration du circuit en 1970 en présence du ministre des Sports donne l’occasion à Paul Ricard de parfaire son personnage et sa « légende ». Pour protester contre le refus de l’administration d’homologuer les tribunes, il refuse d’être présent, mais, en pleine cérémonie, il prononce un discours virulent contre l’administration, discours relayé par une batterie de haut-parleurs installée par ses soins. Une grande partie du personnage peut se résumer dans ce geste…

  • 7 - Conseil d’administration du 30 septembre 1970.

25Paul Ricard n’est plus alors à la direction du groupe. En janvier 1969, il en a laissé la responsabilité à son fils Bernard, sans pour autant se désintéresser du devenir de l’entreprise qu’il a fondée en 1932, même si en 1970, toutes les filiales qu’il préside sont réintégrées dans le groupe, même s’il se plaint alors de ne pas avoir été « consulté sur toutes les affaires »7. Ainsi, il n’est pas étranger, loin de là, à la démission de Bernard Ricard en 1971. Dernier avatar, en janvier 1972, il cède à Pernod, son grand rival, la totalité de ses actions – 180 000 – sans en informer quiconque, si l’on en croit ce que dit son fils Patrick lors du conseil d'administration du 31 janvier 1972. En renforçant ainsi la participation de Pernod dans le groupe Ricard – Pernod qui en novembre 1971 détient déjà 34 % du capital de la société marseillaise – il pousse les dirigeants Ricard à réfléchir quant au devenir du groupe qui peut à tout moment passer entièrement sous le contrôle de leur actionnaire minoritaire. Le résultat est connu. À la fin de 1974, la fusion entre les deux groupes est finalisée. Pernod-Ricard, présidé par Patrick Ricard, peut entreprendre sa croissance mondiale pour devenir actuellement, après l’acquisition du britannique Allied Domecq, le numéro deux mondial des vins et des spiritueux. Même « retiré des affaires », Paul Ricard a pesé sur les débuts du processus…

26Ajoutons que Paul Ricard a été un passionné de toutes les techniques audio-visuelles et qu’il a enregistré, filmé tout au long de sa vie, laissant une multitude de documents – plus de 4 000 – dignes d’intérêts. En 1952, il rachète le matériel des studios Marcel Pagnol, fonde une société de production, la société Protis. Il construit même des studios de cinéma à Sainte-Marthe, mais il faut reconnaître que les films produits par cette société ne sont pas restés à la postérité.

27Paul Ricard est aussi maire de Signes de 1972 à 1980. Durant ses mandats, il n’a cessé de se battre contre l’administration préfectorale. Lassé de ses « combats contre les moulins à vents », il démissionne en juillet 1980 et se retire dans sa « thébaïde » (Ricard, op.cité, p.264) de la Tête de l'Évêque.

28Il meurt le 7 novembre1997 : il est dans sa quatre-vingt neuvième année.

Top of page

Bibliography

Anbergegani N., (2003), Paul Ricard : au-delà du chef d’entreprise, Mémoire de maîtrise en histoire, ss les dir. de J. Domenichino et J.-M. Guillon, Université de Provence, Aix-en-Provence.

Armogathe D., (2005), La légende dorée du pastis, Aubanel.

Arrouye J., Domenichino J., Guillon J.-M., (2005), Antoine Serra, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille.

Bernard C., (1997), La société Ricard au travers de sa presse interne de 1938 à 1968, Mémoire de maîtrise en histoire contemporaine, ss la dir. de R. Mencherini, Université d’Avignon.

Calcagnetti M., (2003), La société Ricard ; un homme, des employés, une entreprise atypique, Mémoire de maîtrise en histoire, ss les dir. de J. Domenichino et J.-M. Guillon, Université de Provence, Aix-en-Provence.

Gilly E., (2003), Ricard : la Camargue et la bouvine, Mémoire de maîtrise en histoire, ss les dir. de J. Domenichino et J.-M. Guillon, Université de Provence, Aix-en-Provence.

Godin J.-B., (1979), Solutions Sociales, La Digitale.

Madelenat D., (1983), La Biographie, PUF, Paris.

Maitron J., (1964, 1ère public.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Editions de l’Atelier, Paris, La direction du dictionnaire a été assurée ensuite par Cl. Pennetier.

Mederic L., (1969), La Révolte de Paul Ricard, Les quatre vérités du grand industriel, Plon, Paris.

Pochna M.-F., (1996), Paul Ricard, l’homme qui se ressemble, Editions P A U, Barcelonne.

Ricard P., (1983), La passion de créer, Albin Michel, Paris.

Seilhes S., (2003), Un modèle de gestion sociale : l’entreprise Ricard 1945-1970, Mémoire de maîtrise en histoire, ss les dir. de J. Domenichino et J.-M. Guillon, Université de Provence, Aix-en-Provence.

Top of page

Notes

1 - Archives Ricard, cartons 1217/111/ 1, 17, 18.

2 - Il s’agit de La Gazette Ricard de 1938 à 1952, remplacée alors par Les Nouvelles Ricard qui paraissent encore. Le tout s’est enrichi de Ricard Flash publié depuis 1964.

3 - Le 17 mars 1915, la fabrication, la vente et la consommation de l’absinthe et de toutes les boissons anisées sont interdites en France.

4 -Louis Bergamaschi entrera par la suite ensuite au Conseil d’administration de la société comme administrateur.

5 - Brochure, Paul Ricard répond au président Alain Barjot. Archives Ricard.

6 - La disparition de l’Amicale, la mise en place d’un comité d’entreprise ne changent rien à l’affaire. Le seul syndicat présent à Marseille est un syndicat indépendant qui reprend à son compte la philosophie originelle : il n’y aura jamais, ici, un seul jour de grève, même durant les événements de 1968…

7 - Conseil d’administration du 30 septembre 1970.

Top of page

List of illustrations

Title Publicité pour « le vrai pastis de Marseille »
Credits Studio Photo Pernod Ricard
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/416/img-1.jpg
File image/jpeg, 32k
Top of page

References

Electronic reference

Jean Domenichino, « Notice biographique de Paul Ricard », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 16 October 2008, connection on 26 May 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/416 ; DOI : 10.4000/mediterranee.416

Top of page

About the author

Jean Domenichino

Maître de conférences en histoire, Université de Provence, UMR TELEMME, Aix-en-Provence.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page