Skip to navigation – Site map
La dynamique historique de l'entrepreunariat en Méditerranée

Les origines de l’industrie mécanique moderne en Catalogne : l’exemple de l’atelier de l’indiano Joan Domènech i Coll (1839-1867)

Origins of the modern mechanical engineering industry in Catalonia: the example of the workshop of the indiano Joan Domènech i Coll (1839-1867)
Marc Gascon i Soler
p. 39-48

Abstracts

Catalonia’s pioneering role in Spain in the industrialization process expanded beginning in the 1830s when local cotton industrialists began to rely on the use of the steam engine. This new technology, which required the development of a mechanical engineering industry capable of repairing machinery led entrepreneurs tied to colonial trade and the cotton industry to start in 1839 a workshop in Barceloneta. At first they had to depend on the technical abilities of an English engineer who they placed at the head of the establishment. This repair workshop was the forerunner of the Catalan mechanical engineering industry that advanced in the middle of the nineteenth century and which unquestionably contributed to the modernization of the textile industry, though without liberating it from its chronic dependency on outside technology

Top of page

Index terms

Geographical index :

Espagne, Catalogne
Top of page

Editor's notes

Article traduit du catalan par Olivier Raveux.

Full text

  • 1 - Je tiens à remercier les professeurs Pere Pascual et Josep Maria Benaul, du département d´histoir (...)

1La profonde transformation de la mécanique avec l’invention de la machine à vapeur et son utilisation dans l’industrie et les transports est un phénomène bien connu1. La construction de machines, jusqu’alors activité artisanale, est devenue un des piliers de l’industrialisation. Le changement ne s’est pas limité à l’échelle des fabrications. Dans le cadre de ce nouveau système énergétique, les usines se sont équipées de machines en fer, seuls appareils capables de résister à la force de poussée de la vapeur. Dans la mécanique moderne, le bois devait céder la place aux métaux comme élément dominant pour les différentes constructions.

2En Catalogne, l’ère de la vapeur a commencé en 1833, quand la société Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía met en marche l’usine El Vapor, établissement pionnier dans le domaine qui lui a donné son nom (Nadal, 1997 ; Sánchez, 1999). La fabrique de coton des Bonaplata, située dans le Raval à Barcelone, disposait également d’une fonderie et d’un atelier de mécanique, fait révélant l’étroite relation entre l’énergie vapeur et la mécanique fondée sur le travail des métaux. Il ne faut toutefois pas penser que l’industrie moderne de construction de machines a surgi du néant en Catalogne. Pour cette branche d’activités, le pari des industriels du textile sur les potentialités de la machine Watt a été l’élément clé de la transition vers la modernité et non le point départ. L’existence d’une industrie mécanique traditionnelle liée au bois, avant l’introduction de la vapeur, oblige plus à parler d’une évolution que d’une autogenèse (Thomson, 2003 ; Sánchez, 2000).

3Initialement, les machines en fer devaient être importées car il manquait aux mécaniciens locaux aussi bien les capitaux que les connaissances nécessaires à leur fabrication. Toutefois, Barcelone compte assez rapidement plusieurs ateliers modernes, capables pour le moins d’effectuer des réparations. La possession d’une machine à vapeur et la présence de techniciens étrangers sont alors les deux caractéristiques intrinsèques de cette nouvelle génération d’établissements.

4Nous n’avons qu’une connaissance grossière de cette industrie naissante et fondée sur l’utilisation de l’énergie vapeur et des métaux. Elle apparaît à la fin des années 1830. Pénalisée par la politique douanière de l’État et l’absence d’une sidérurgie locale, elle éprouve des difficultés à rivaliser avec ses concurrentes européennes (Pascual, 1985 ; Nadal, 1991). Les origines de la mécanique catalane sont mal connues. Comment s’est produit le passage de cette activité artisanale vers l’industrie moderne ? Quels ont-été les facteurs économiques, techniques et humains de ce processus ? Quels objectifs étaient poursuivis (Raveux, 1994 ; Nadal, 1992 ; Deu, 2000) ?

  • 2 - Un indiano est une personne née en métrople puis partie chercher fortune dans les colonies améric (...)

5Cet article entend apporter des éléments de réponse en retraçant l’évolution d’un des ateliers de mécanique les plus méconnus, celui que l’indiano Joan Domènech i Coll fonde en 1839 à Barcelone2. L’étude d’un cas concret, mais particulièrement significatif, permet d’approcher au plus près les facteurs de constitution du secteur de la mécanique moderne. Cet atelier est né dans une conjoncture marquée par le désir des industriels catalans de ressembler à leurs homologues britanniques. Les promoteurs de l’établissement ont fait apporter d’Angleterre toutes les machines dont ils avaient besoin et ont placé à sa tête un ingénieur de la même provenance, Michael de Bergue. Grâce à ce mimétisme, l’atelier « à l’anglaise » de Joan Domènech devient pionnier dans la diffusion des machines à vapeur et des roues hydrauliques en Catalogne.

1. La fondation de l’atelier Vilanova, Domènech y Bergue

  • 3 - Cette étude s’appuie en grande partie sur le dépouillement d’actes notariés. Pour une présentatio (...)

6En août 1839, la famille Janer loue sept maisons pour 15 ans à Josep Vilanova i Massò et Joan Domènech i Coll dans le quartier de la Barceloneta. Le montant du loyer, d’un total de 4 680 duros, devait être réglé à raison de 312 duros par an3. L’intention des deux hommes est d’établir dans ces locaux une « fabrique pour la fonte des métaux et la construction de toute sorte de machines et de toute autre type de fabrication par le moyen de la vapeur ou sans elle ». Peu de temps avant, les deux locataires se sont associés avec le mécanicien anglais Michael de Bergue sous la raison sociale Vilanova, Domènech y Bergue. Le capital de la société établie sous seing privé est de 12 000 duros, montant destiné « à l’achat des machines en Angleterre, la construction de l’atelier, aux outils, aux matériaux et aux autres dépenses nécessaires ».

  • 4 - Dans ce quartier, il y avait une forte présence de deux corporations : d’un côté les forgerons, s (...)
  • 5 - En 1836, l’atelier El Nuevo Vulcano s’y installe et au milieu du siècle, ce quartier accueillera (...)

7La décision d’implanter l’atelier à la Barceloneta ne doit rien au hasard. Ce quartier détient une longue tradition métallurgique, grâce aux ateliers artisanaux qui s’y sont installés depuis la fin du xviiie siècle, attirés par la demande croissante du secteur naval4. Avec le temps, l’offre d’espaces constructibles, la proximité du port et la disponibilité d’une main-d’œuvre rompue au travail des métaux finiront par attirer les principales entreprises catalanes de mécanique du xixe siècle5.

2. Les origines familiales des associés fondateurs

  • 6 - En 1833, son frère Pau a également émigré à Puerto Rico, cf. Soler (2003), p. 173-174.
  • 7 - A la mort de Josep Salichs, la raffinerie était passée dans les mains de sa veuve. Celle-ci avait (...)

8Malgré le rôle pionnier joué par Josep Vilanova, le personnage clé de l’entreprise est Joan Domènech i Coll. Originaire de Vilanova i la Geltrú où il est né à la fin du xviiie siècle et fils de Joan Domènech i Güell et Marina Coll i Solà, Joan Doménech est parti pour Buenos Aires en 1808. La capitale argentine paraît avoir été le point de départ d’un périple américain qui finit par l’emmener sur l’île de Puerto Rico6. Il s’y trouve au début des années 1830 et exerce la profession d’administrateur d’une plantation de sucre, avec sa raffinerie, ses esclaves noirs et son bétail. Cette hacienda, propriété de l’indiano Josep Salichs, originaire d’Arenys de Mar, se trouvait à un endroit dénommé Aguas Prietas, près de la ville de Ponce7. Durant son séjour aux Amériques, Joan Domènech, célibataire avant d’émigrer, épouse Paula Gumà i Soler, elle aussi originaire de Vilanova i la Geltrú. Cinq enfants sont issus de ce mariage : Joan Ramon, Maria Mercè, Casimir Lleó, Enriqueta et Dolors. Les deux premiers naissent dans les colonies, les autres en Catalogne, une fois le couple rentré au pays.

9Ce retour se produit peu avant septembre 1835. Bien que possédant une maison et des vignes dans la ville d’origine de la famille, Joan Domènech choisit Barcelone pour établir sa nouvelle résidence. Dans la capitale catalane, il travaille dans le commerce. Dans les archives notariales, on trouve des références à sa participation dans le commerce du bois, en association avec la veuve et les héritiers de Guillaume Valeng, un négociant français, avec des magasins à Malgrat de Mar et à la Barceloneta. Assez rapidement toutefois, ses liens avec Vilanova i la Geltrú, et plus particulièrement ceux de sa femme avec la bourgeoisie industrielle de cette ville côtière, finissent par orienter son activité entrepreneuriale vers la construction mécanique.

  • 8 - À Paris, Henry dirigeait l’entreprise Henri de Bergue, Spréafico et Cie (Soler, 1999, p.1107).
  • 9 - Sur la présence de Michael de Bergue à Vilanova entre 1835 et 1838, cf. Soler (1999), p. 1115.

10En 1833, un autre indiano, Sebastià Gumà i Soler, beau-frère de Joan Doménech, a décidé d’investir une bonne partie des capitaux accumulés en Amérique dans une filature de coton à vapeur en construction à Vilanova i la Geltrú, sa ville de naissance (Soler, 2000). Dans le montage des transmissions de cette usine, populairement dénommée la fabrique de la Rambla, participent plusieurs membres de la famille de Bergue. Il s’agit de mécaniciens anglais arrivés à Barcelone en 1832 avec la machine à vapeur que l’entreprise Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía avait achetée au constructeur anglais John Hall & Sons (Soler, 1999). Les de Bergue, le père et trois de ses fils (Michael, Cornelius et August), ont travaillé comme mécaniciens à la fabrique des Bonaplata jusqu’à la destruction de cette dernière au cours de l’incendie de la nuit du 5 au 6 août 1835. Deux autres frères, Charles et Henry, résidaient respectivement à Londres et à Paris, deux villes où ils pratiquaient le négoce des machines8. Il est facile de lier la présence de Michael de Bergue à Vilanova, à la fin d’août 1835, avec sa mise en relation avec Joan Domènech, qui venait de revenir des Antilles9.

11Au milieu de l’année 1835, les associés de la société Gumà, Roquer y Cía, propriétaires de la fabrique de la Rambla, vivent un calvaire à cause des difficultés rencontrées pour importer leurs machines textiles. Celles-ci ont été achetées l’année précédente en Angleterre, avec l’espoir de pouvoir contourner les restrictions du gouvernement britannique en matière de sortie de matériels et de technologies textiles. La confiscation à Londres d’une partie des machines a fait échouer l’opération. Joan Domènech était certainement habitué à faire face à ce type de problèmes et cette affaire l’a certainement orienté vers le secteur de la mécanique, un secteur dans lequel il ne faisait pas figure de néophyte. Sans aucun doute, son séjour sur l’île de Puerto Rico comme administrateur d’une raffinerie de sucre lui avait servi pour se mettre au courant des avancées technologiques dans les domaines de la mécanique industrielle et de la vapeur.

  • 10 - En 1837, Josep Vilanova s’occupait d’une maison de commerce spécialisée dans l’importation de cot (...)
  • 11 - Cette minoterie est transformée peu de temps après en filature de coton.

12Sur l’autre associé fondateur de l’entreprise, Josep Vilanova, il existe des documents permettant de penser qu’il appartenait à l’élite de la bourgeoisie barcelonaise et il n’y aurait rien de surprenant à apprendre qu’il ait également fait fortune dans les colonies10. En tous cas, il était en affaires avec divers individus qui résidaient sur le continent américain. La preuve de cette affirmation, nous la trouvons dans une autre affaire dans laquelle il s’engage après s’être associé avec Joan Domènech. Il s’agit de la construction d’un moulin à vapeur à Sant Andreu de Palomar, près de Barcelone, où l’on retrouve également Andreu Vidal i Roger, Josep Serra i Miralles, Joan Parodi, Francesc Massó i Massó, Salvador Massó i Font, Francesc Sardá i Parellada, Ramon Maresch i Ros, Llorenç Massó, Martí Planas, Joan Amell i Milà i Manuel Coll i Bori. Plusieurs de ces hommes étaient des indianos et ce n’est pas une coïncidence si le dernier d’entre-eux résidait à Puerto Rico et si Josep Vilanova en était précisément le fondé de pouvoir en Catalogne11. L’engagement dans ce nouveau projet a peut-être fini par l’écarter de la mécanique car la présence dans l’entreprise créée avec Joan Domènech a été éphémère. À la fin du mois de juin 1840, moins d’un an après la création de l’atelier, Josep Vilanova choisit de se retirer et de vendre ses parts, estimées à 6 000 duros, à son associé qui devient de cette manière « l’unique et principal intéressé dans cet établissement ».

3. Les débuts de la modernité : la mécanique barcelonaise adopte la vapeur et les nouvelles technologies

  • 12 - Au début de l’année 1840, deux vaisseaux en provenance de Londres arrivent à Barcelone avec 244 t (...)
  • 13 - El Nuevo Vulcano a été créé en 1836 par cette compagnie qui deviendra un peu plus tard la société (...)
  • 14 - Esparó avait été un des associés de cette entreprise. En 1840, son atelier comptait deux machines (...)
  • 15 - L’atelier a été fondé par le Suisse Louis Perrenod en 1832 puis exploité par la Compañía Barcelon (...)
  • 16 - Diario de Barcelona, 4 mai 1840. Au début du siècle, Francesc Santponts avait construit des machi (...)
  • 17 - Un rencement des ateliers de cette date le mentionne déjà, cf. Nadal (1991), p. 163.

13L’inventaire pour l’évaluation et la liquidation des parts de Josep Vilanova offre un aperçu des équipements de l’atelier à ses débuts. Nous ne connaissons pas la valeur des machines mais le fait le plus important est la présence, dans la liste, d’une machine à vapeur de 12 chevaux, élément remarquable pour un atelier de mécanique12. Avant 1840, il y avait à Barcelone seulement trois ateliers actionnés par l’énergie vapeur : celui de Valentí Esparó, El Nuevo Vulcano (propriété de la Compañía Catalana de Vapores13 et le troisième, appartenant à la société p. Llovera y Cía. Valentí Esparó a été le pionnier dans l’adoption de la vapeur, même si le mérite ne lui en revenait pas personnellement. Il avait fait en 1838 l’acquisition de l’atelier – et de tous ses équipements, appareil à vapeur compris – de la société en dissolution Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía14. Suivant les pas d’Esparó, la société p. Llovera y Cía obtient, en août 1839, une autorisation de la mairie de Barcelone pour installer une machine à vapeur dans son atelier situé sur la Rambla15. Il est plus délicat d’établir avec certitude la date de mise en marche de l’appareil d’El Nuevo Vulcano. D’après Francesc Paradaltas, directeur de l’atelier de frappe des monnaies de Barcelona, la machine aurait été construite par l’entreprise elle-même, peu avant 1840 et avec les conseils d’un technicien anglais. Il s’agirait donc de la première machine à vapeur construite en Catalogne 16. Quant à lui, l’appareil de la société Vilanova, Domènech y Bergue a été installé avant février 184017.

  • 18 - La machine était destinée à une filature située à Gràcia.
  • 19 - Pour sa part, Àngels Solà affirme qu’en 1841, il y avait à Barcelone 17 machines à vapeur en ajou (...)

14Le recours à l’énergie vapeur n’est pas le seul élément de modernité de cette industrie émergente. Les changements en cours dans le secteur impliquent également la présence de nombreux techniciens étrangers, comme les Anglais John Whitehouse et Joseph Gough, placés à la tête de la fonderie d’Esparó, ou encore Samuel Kent, directeur d’El Nuevo Vulcano, et de l’ingénieur français Jean Marie Raspaud, associé de p. Llovera y Cía. Cette présence de techniciens étrangers peut faire l’objet d’une double lecture. D’un côté, elle démontre la capacité du processus d’industrialisation catalan à attirer un capital humain extérieur. De l’autre, elle explique la rapide assimilation de la technologie vapeur par les ateliers locaux, le cas d’El Nuevo Vulcano étant ici exemplaire. L’entreprise de Joan Domènech ne fait donc pas exception. Michael de Bergue garantissait le sérieux technique de l’atelier et il ne faut donc pas s’étonner qu’après seulement quelques mois d’activités l’atelier ait vendu une machine à vapeur à l’industriel cotonnier Joan Vilaregut18. Les machines à vapeur ne sont pas une nouveauté à Barcelone, où une douzaine a déjà été installée (fig. 1). Le caractère exceptionnel réside plutôt dans le fait que l’entreprise productrice de la machine – John Hall & Son de Dartford – ait délégué la vente et l’installation de l’appareil à un atelier de Barcelone (Mestre i Campi, 1985, p.135) 19. Jusqu’alors, la règle était que l’entreprise étrangère s’occupait personnellement de la transaction avec le client et envoyait par la suite un technicien pour surveiller l’installation de la machine et former les machinistes locaux qui allaient s’occuper de son fonctionnement. La commande de Joan Vilaregut doit donc s’interpréter comme une preuve de la renommée de l’entreprise auprès des constructeurs étrangers. Bien entendu, une bonne partie du prestige de Vilanova, Domènech y de Bergue relevait du seul mérite de Michael de Bergue. L’Anglais pouvait compter non seulement sur son habileté technique mais aussi sur ses relations avec plusieurs constructeurs de machines de Grande-Bretagne et de France, où résidaient deux de ses frères.

  • 20 - Sur la prohibition des machines, qui ne concerne pas les appareils à vapeur, cf. Jeremy (1977).

15Comme nous l’avons vu, ces liens avec l’extérieur – commerciaux et familiaux – se matérialisaient souvent en envois de machines, que l’atelier de la Barceloneta se chargeait de vendre avec commission. Un contrat de 1840 nous offre un exemple supplémentaire : « les charges confiées à la société sont : vendre, faire les comptes et remettre six cardes, un battant appelé diable et trois caisses de pointes de Mr Charles de Bergue de Londres qui sont dans l’atelier de la Barceloneta (…) ». Si nous prenons en compte la date de ce contrat, il y a fort à parier que ces équipements ont été envoyés illégalement depuis Londres. Jusqu’à l’été 1843, la législation britannique interdit en effet l’exportation de machines textiles. Cet élément viendrait donc démontrer la participation des frères de Bergue au réseau international de contrebande de mécaniques. Ce type de pratiques était financé par les fabricants textiles de toute l’Europe car ils pouvaient disposer ainsi des machines britanniques, les appareils les plus performants du moment et impossibles à se procurer par voie légale20.

Fig. 1 - Machine à vapeur construite par les frères Alexander à Paris (1849).

Fig. 1 - Machine à vapeur construite par les frères Alexander à Paris (1849).

(Coll. O. Raveux)

4. Le capital humain : l’actif principal de l’entreprise

16Le 11 juillet 1840, l’atelier en marche et les intérêts de Vilanova liquidés, les deux associés restants, Joan Domènech et Michael de Bergue, décident de formaliser leur association devant notaire. La nouvelle entreprise change de raison sociale – elle se nomme désormais Domènech y de Bergue – mais conserve le même capital (12 000 duros), intégralement apporté par Joan Domènech. L’acte stipule que l’administration de la société reste entre les mains de ce dernier alors que Michael de Bergue dirige la partie technique. Aucune des deux charges n’est rémunérée et l’unique revenu doit donc provenir des bénéfices de l’entreprise, distribués chaque année en trois parts égales et dont deux reviennent à Domènech. De Bergue n’apporte pas de capitaux mais contribue par « son industrie », un terme qu’il faut prendre d’une manière globale puisqu’il désigne aussi bien l’habileté et les connaissances techniques du mécanicien que ses contacts avec les constructeurs de machines étrangers.

  • 21 - Biblioteca de Catalunya (désormais BC), Junta de Comerç, Lligall XCVIII, 14, 27.

17Tout ceci fait de l’actif « immatériel » amené par Michael de Bergue la clé du succès de l’entreprise. Deux clauses du contrat de société démontrent que Joan Domènech l’entend ainsi : la première se charge de garantir à l’entreprise l’exclusivité des services de l’Anglais ; l’autre, peut-être plus importante, oblige de Bergue à « enseigner la mécanique dans toutes ses parties à Juan Ramon Domènech, fils de l’associé Don Juan Domènech, en lui communiquant toutes les connaissances qu’il possède en la matière ». La formation de l’héritier est une manière d’assurer la continuité de l’entreprise dans le cas où Michael de Bergue choisirait de la quitter. La mécanique n’était d’ailleurs pas une matière inconnue pour Joan Ramon Domènech i Gumà qui s’était inscrit en 1839 pour suivre les cours de mécanique de la Chambre de commerce, dirigés par Hilari Bordege. Cet enseignement, il le suivra au moins jusqu’à la fin 184121.

  • 22 - Après 1836, Josep Prat a résidé un temps à Montevideo. En 1840, il semble de nouveau présent à Ba (...)

18En novembre 1841, l’équipe technique de l’atelier achève de se compléter avec l’incorporation d’un nouvel associé qui oblige à reconstituer la société. Le nouveau venu est Josep Prat i Puig, serrurier et fabricant de filés de coton de Barcelone22. La compagnie, qui avait été créée pour une durée de quatre ans, conserve son nom au cours de la première année avant de se transformer en Domènech, de Bergue y Prat. Dans la nouvelle société, Michael de Bergue reste à la tête de l’atelier mais compte sur la collaboration de Josep Prat comme subordonné immédiat. Joan Domènech conserve le droit de signature et l’administration de l’entreprise. L’administrateur et le sous-directeur de l’atelier doivent percevoir un salaire fixe (300 duros pour Domènech et 600 pour Josep Prat). Michael de Bergue continue en revanche d’être rémunéré dans le cadre d’une participation aux bénéfices, limitée aux 2/5. Le reste des gains doit être réparti entre Domènech et Prat selon leurs parts respectives.

  • 23 - De Bergue s’engage alors à exécuter en exclusivité pour la société les « installations de machine (...)
  • 24 - Pau Vinyals avait séjourné à Montevideo, où il devint ami avec Josep Prat. Dans son testament, Vi (...)

19L’admission de Josep Prat dans la société a une double finalité. Elle permet tout d’abord de soulager Michael de Bergue dans son travail quotidien. Le Britannique peut désormais consacrer plus de temps aux travaux effectués hors de l’entreprise et notamment au montage des machines à vapeur, à un moment où la demande de ce type d’appareils amorce une grande croissance23. Dans le même temps, cette arrivée touche aussi la question des finances car le nouvel associé s’engage à investir dans l’affaire 5 000 duros, sans qu’il soit possible d’établir clairement s’il s’agit d’une augmentation du fonds social ou de l’achat d’une partie du capital détenu par Joan Domènech. Néanmoins, tout semble indiquer que, au moment de son incorporation dans la société, Josep Prat ne se trouve pas « dans les circonstances adéquates pour investir dans celle-ci une quantité [d’argent] aussi grande ». Afin de réunir les 2 000 duros qui lui manquent, l’ancien artisan et fabricant cotonnier va recourir à une des amitiés qu’il s’est forgée durant son séjour en Uruguay. Il s’agit de l’indiano Pau Vinyals i Rabassa24, alors établi à Barcelone, et auquel il offre une participation dans l’affaire. La proposition de Josep Prat soulève l’opposition des autres associés qui refusent l’admission d’un nouvel associé à part entière. La solution passe finalement par la rédaction « d’un contrat particulier par lequel [Vinyals] sera intéressé dans ces 2 000 duros en participant à proportion de ceux-ci dans les avantages que ledit Prat obtiendrait de la société ». Le document, signé le 15 décembre 1841, fait de Vinyals un associé virtuel de l’entreprise, en le faisant participer indirectement aux avantages – et aux risques – de l’association. Aux yeux de celui-ci, les potentialités de l’atelier devaient sembler assez prometteuses.

5. Un processus de décapitalisation technique

  • 25 - Il meurt broyé par la machine à vapeur qu’il tente de réparer (Diaro de Barcelona, 3 mars 1845).

20La nouvelle société Domènech y de Bergue ne parvient pas au terme pour lequel elle a été établie. Michael de Bergue, qui abandonne l’entreprise en avril 1842, est responsable de cette dissolution. Une année auparavant, la législation anglaise qui s’opposait à l’exportation des machines a commencé à être démantelée. Les appareils britanniques sont destinés à envahir les marchés européens très rapidement. Dans ce nouveau contexte, le technicien britannique est devenu un individu très prisé des constructeurs de machines de son pays d’origine. Ses contacts et le prestige dont il jouit auprès des industriels catalans représentent des garanties d’obtention de commandes. Il est donc logique que Michael de Bergue ait cessé d’être intéressé par l’atelier dans lequel il s’était investi jusqu’alors. En 1841 déjà, un vaisseau avec un chargement de machines anglaises consignées à son nom et d’un poids de 62 tonnes arrive à Barcelone. C’est la première des douze expéditions qu’il organise directement entre 1841 et 1856 (Mestre i Campi, 1985, p.135 et 583). À partir de son départ de l’atelier Domènech, Michael de Bergue est présenté comme « comerciante y comisionista » et ce changement de statut atteint son point culminant en avril 1846 quand il devient fondé de pouvoir général de la maison John & Eduard Hall de Dartford, la principale entreprise de construction de machines à vapeur pour l’industrie catalane. Le départ de Michel de Bergue suppose son remplacement à la direction de l’atelier, et bien entendu la disparition de son nom dans la raison sociale de l’entreprise, qui se limite désormais à Domènech i Prat. Josep Prat occupera la charge de directeur jusqu’à sa mort lors d’un accident survenu dans l’atelier en mars 184525.

21En peu de temps, l’atelier a donc perdu ses deux mécaniciens les plus expérimentés. Pour l’entreprise et la bonne marche de ses affaires, les deux pertes ne se présentent toutefois pas au même niveau. Le départ de l’ingénieur britannique ne pose pas uniquement des problèmes techniques. Il affecte les marchés de la société, en brisant les relations commerciales qui unissaient jusqu’alors Domènech y de Bergue et le fabricant de machines à vapeur Hall & Son. Depuis sa fondation, l’atelier Domènech était le principal représentant de l’entreprise de Dartford, en effectuant notamment l’installation des appareils qu’elle fabriquait pour la Catalogne. Tout à coup, l’entreprise de Barcelone doit renoncer à une de ses activités les plus importantes, non seulement par les commissions qu’elle touchait mais aussi par les travaux complémentaires qui en découlaient, comme les opérations de maintenance et de réparation. Pour cette raison, Joan Domènech travaille immédiatement à l’obtention du titre de représentant d’un autre fabricant étranger et finit par réussir à la fin de l’année 1846 avec la signature d’une convention le liant à maison parisienne Alexander, la principale rivale de la firme Hall sur le marché catalan.

6. Une activité centrée sur les services en mécanique

  • 26 - En 1841, Joan Güell dit du plus prestigieux atelier de mécanique de Barcelone, celui de Valentí E (...)

22La raison de la paradoxale dépendance des ateliers de mécanique espagnols envers l’importation de machines étrangères se trouve dans la loi douanière de 1841. Cette législation non seulement ne protégeait pas les constructeurs de machines nationaux de la concurrence extérieure mais aussi alourdissait considérablement leurs coûts de production par les fortes taxes qui pesaient sur les importations de charbon et de métaux. À ce premier point, il faut rajouter les conséquences de la libéralisation du commerce des machines britanniques à partir de 1843, qui donnait aux fabricants cotonniers la possibilité de se fournir en appareils modernes et à des prix très inférieurs à ceux proposés par les ateliers du pays. Tout ceci obligeait les constructeurs catalans de machines à centrer leurs activités sur les services de mécanique (importation, montage, maintenance, réparations…)26.

23L’importation de machines était une pratique habituelle pour les ateliers de Barcelone. Les quatre grands constructeurs étrangers d’appareils à vapeur que Laureà Figuerola mentionne dans sa statistique de 1849 avaient un représentant dans la capitale catalane au milieu des années 1840 (Figuerola, 1849, p.291). Michael de Bergue représentait la maison Hall de Dartford, Domènech y Prat l’atelier parisien des frères Alexander, Marià Flaquer était le fondé de pouvoir de l’entreprise Benjamin Hick & Son de Bolton et le commerçant français Jean Pierre Joseph Canal s’occupait des affaires de John Hall, Powell & Scott de Rouen. Comme importateur, l’atelier Domènech introduisait des machines à vapeur, des roues hydrauliques et des machines textiles, un ensemble de produits qu’il fabriquait également mais de manière sporadique. En l’absence des archives de l’entreprise, nous ne connaissons pas le détail des marchés de la société et des produits qu’elle proposait. Nous pouvons seulement nous en faire une idée grâce à quelques actes notariés et à quelques mentions dans les journées de l’époque. Grâce à ces fonds, nous pouvons voir qu’aux premières presses et systèmes de transmission pour les moulins et les usines s’ajoutent progressivement des appareils plus compliqués comme les machines à vapeur ou les pompes à incendie.

6.1. Machines à vapeur

  • 27 - BC, Fons Junta de Comerç, 16-IV-1845, LVIII, 30, 119.
  • 28 - Le salaire de Josep Prat (11,54 duros par semaine) est considérable pour l’époque. En 1843, le di (...)
  • 29 - BC, Fons Junta de Comerç, 16-IV-1845, LVIII, 30, 119.

24Dix jours après la mort tragique de son associé et directeur technique, Joan Domènech reçoit un questionnaire élaboré par la Chambre consultative des droits de douanes. Le motif de l’enquête est de connaître la position des constructeurs espagnols de machines face à la demande de la Compañía de Minas de Asturias d’importer en franchise de droits toutes les machines nécessaires à la création d’un grand établissement sidérurgique dans le pays charbonnier de Mieres, près d’Oviedo. Dans sa réponse, Joan Domènech parle clairement du problème de la construction de machines à vapeur en affirmant le besoin de soutien de la part de l’État et la fin de ce type d’exemption de droits de douanes si l’Espagne veut « qu’un jour, les ateliers du pays puissent approvisionner nos fabriques en machines et cesser d’être tributaires de l’étranger »27. D’après la déclaration de son administrateur, prononcée à un moment où l’entreprise ne représente aucune firme étrangère, difficile de savoir si la construction de machines a réellement commencé chez Domènech y Prat. Dans tous les cas, il paraît certain que l’entreprise y pensait. L’idée de ces réalisations se fonde alors sur la demande croissante pour ce type d’appareils et la capacité technique des ouvriers de l’atelier – experts en montage – de pouvoir les construire. Le seul obstacle est d’ordre économique. Les ateliers nationaux doivent payer à un prix élevé les matières premières, souvent importées, et la main-d’œuvre qualifiée28. Tout ceci provoquait un désavantage face aux constructeurs étrangers. Selon Joan Domènech, la solution était entre les mains du gouvernement : « Pour contrebalancer ces désavantages il suffirait d’un côté d’imposer aux machines à vapeur étrangères un droit d’entrée de 8 à 10% sur le pied de 4 réaux par livre, et d’un autre de stimuler les constructeurs du pays, en leur offrant au début quelques récompenses pour chaque machine de ce type qu’ils construiront et en rendant les droits de ces sortes de fer que ne produisent pas les établissements sidérurgiques nationaux »29.

  • 30 - Enciclografia de industria, artes y oficios, décembre 1847, p. 314-317.

25Malgré les difficultés et le manque de soutien gouvernemental, Domènech y Prat finissent par construire quelques machines à vapeur, même si elles sont de faible puissance. La première est fabriquée début 1847, peu après l’établissement de la nouvelle société entre Joan Domènech et l’héritier de Josep Prat, Joan Prat i Sancho. Aucun des deux associés n’était disposé à prendre en charge la direction technique de l’atelier et il fut décidé d’un commun accord la nomination et l’engagement d’un nouveau directeur. Le choix s’était porté sur August de Bergue – frère de Michael – qui commence la construction d’une machine de trois chevaux pour le Col.legi d´Adroguers i Confiters (la corporation des droguistes et des confituriers) de Barcelone. L’appareil est destiné à actionner les six moulins de la fabrique de chocolat que cette corporation possédait rue de l´Arc de San Silvestre et qui étaient entrainés jusqu’alors par des animaux30.

26Il existe également des preuves pour la construction d’au moins deux autres machines à vapeur. Une a été fabriquée vers 1850 pour la fabrique que Pere Casas exploitait à Sant Martí de Provençals. L’autre a été réalisée pour l’Exposition industrielle et artistique de 1860, organisée à l’occasion de la visite de la reine Isabelle II à Barcelone. Il s’agissait d’un appareil « de moyenne pression et à balancier, d’une puissance de quatre chevaux » (Orellana, 1860, p. 131). La production de machines à vapeur a seulement été un complément de l’activité principale de l’atelier, plutôt spécialisé dans l’installation et la réparation de ce type d’engins. À titre d’exemples, il faut ici mentionner la réparation de la machine à vapeur de la chaire de physique expérimentale de la Chambre de commerce, en novembre 1848, ou les « différentes recompositions » pratiquées sur la machine de la fabrique que Pere Terres i Coll possédait rue de la Riereta à Barcelona.

6.2. Roues hydrauliques

  • 31 - Josep Ma Benaul, La transferència de tecnologia en la industrialització llanera, in Maluquer de M (...)

27Bien que cela soit possible, nous n’avons pas de preuve que les Domènech aient construit des roues ou des turbines hydrauliques. En revanche, il existe des documents sur l’importation, par l’entreprise, de ce type d’engins. Les premiers pas en ce domaine n’ont pas été faciles. Michael de Bergue était habitué à travailler dans le domaine de la vapeur. Dans l’hydraulique, il lui manquait l’expérience. Selon Josep Mª Benaul, le fabricant de Sabadell Pere Turull disait du Britannique en 1842 : « par rapport à la vapeur, c’est un excellent sujet mais quand il s’agit de roue hydraulique il ne connaît pas le même succès »31.

  • 32 - Diaro de Barcelona, avril 1845, p. 1600-1601.

28Avec l’importation des premières roues et turbines hydrauliques, l’atelier entre dans un long contentieux douanier. Le problème est lié au fait que les roues hydrauliques ne sont pas explicitement comprises dans les dénominations des rubriques de la loi douanière de 1841. Pour cela, comme elles entraient démontées dans le pays, elles étaient considérées comme des pièces détachées pour machines relevant de la rubrique 998, alors que pour les importateurs, elles relevaient de la rubrique 800, ou tout au moins de la 801. Dans le premier cas, les roues hydrauliques étaient considérées à l’égal des machines à vapeur et pouvaient ainsi entrer libres de droits. Dans le second, elles supportaient les mêmes droits d’entrée minimes que les machines préparatoires pour filer ou tisser. Evidemment, l’option préférée par Domènech était la première car les roues hydrauliques permettaient de tirer profit de la force des rivières espagnoles et d’économiser ainsi les dépenses en charbons venus de l’étranger. La situation ne sera clarifiée qu’avec la promulgation d’un ordre royal daté du 17 avril 1845 classant les roues hydrauliques dans la catégorie 801 et les taxant ainsi d’un droit de 2% sur une valeur de base de 4 réaux par livre de poids32.

6.3. Les pompes à incendie

  • 33 - Diario de Barcelona, 22 mars 1848.

29Les pompes à incendie sont un autre produit fabriqué par l’entreprise. Bien qu’elles ne soient pas d’une grande complexité technique, elles attirent l’attention du Diario de Barcelona en mars 1848, quand l’atelier procède aux essais d’un modèle destiné à la fabrique de la Rambla de Vilanova i la Geltrú : « Bien que de petites dimensions, son mécanisme est aussi simple que facile, en réussissant à faire apparaître par son double canon deux jets d’eau qui arrivent à une hauteur beaucoup plus grande que l’élévation de n’importe quel bâtiment »33.

7. Une nouvelle étape : Domènech y Vinyals

  • 34 - Un Joan Prat a suivi les cours de mécanique de la Chambre de commerce en 1834 et 1835 (BC, Junta (...)

30Dans la société créée en 1847, Joan Domènech conserve la charge d’administrateur avec un salaire de 25 duros par mois. Son nouvel associé, Joan Prat i Sancho, n’exerce lui aucune tâche dans l’entreprise et se contente de la participation financière héritée de son père. Bien qu’il détienne des connaissances en mécanique34, Joan Prat ne montre aucun intérêt pour l’atelier. En septembre 1849, il nomme son associé Pau Vinyals i Rabassa comme fondé de pouvoir de ses biens et part peu de temps après pour le Chili. À la fin de l’année 1850, quand la durée de la société arrive à son terme, l’absence d’un des associés n’est pas un empêchement pour une prorogation de trois ans et sept mois, sans qu’il soit besoin d’introduire des changements importants dans les statuts. Seule nouveauté : Pau Vinyals est désormais en charge de la comptabilité de l’entreprise. En contrepartie, il reçoit un salaire mensuel de 25 duros. Le 31 juillet 1854, la fin de la nouvelle durée de la société coïncide avec la mort du principal acteur de l’entreprise, Joan Domènech i Coll. Dans son dernier testament, ouvert le 30 octobre de la même année, ce dernier laisse entre les mains de sa femme l’usufruit de tous ses biens et lui laisse le choix de poursuivre les activités de l’atelier ou de vendre. En novembre 1854, Paula Gumà i Pau Vinyals – ce dernier en tant que fondé de pouvoir de Joan Prat –, considère « plus utile et convenable de cesser ou de ne pas poursuivre la dite société, de droit et de fait achevée ».

31L’intention de Paula Gumà n’est pas de fermer l’atelier mais de mettre un terme à la relation avec Joan Prat, parti au Chili sans avoir réglé les dettes contractées auprès de Pau Vinyals, Joan Domènech et Domènech y Prat. Face aux demandes réitérées de paiement, le débiteur avait autorisé son fondé de pouvoir à vendre sa participation dans la société afin d’éteindre ces dettes. La manière la plus simple de mettre en pratique l’offre de Prat consistait à faire que l’argent détenu par celui-ci dans la société soit la contrepartie des dettes. En 1850, Pau Vinyals avait proposé cette solution à Joan Domènech mais l’indiano avait refusé d’encaisser en nature une dette contractée en espèces. Le fondé de pouvoir de Joan Prat s’était montré disposé à appliquer un rabais de 25% sur la valeur des actifs de Prat, dans le but de compenser une possible dépréciation de ces mêmes actifs. Joan Domènech avait considéré la baisse insuffisante. Finalement, la situation se débloque avec le décès de Joan Domènech. Le 18 novembre 1854, Pau Vinyals procède à l’extinction des dettes de la manière proposée par Joan Prat, en appliquant le décompte de 25%. Le capital restant de Prat est acquis par Joan Ramon Domènech i Gumà pour 1 313 duros, un prix qui tient également compte d’un rabais de 25% sur la valeur nominale de 1 751 duros.

  • 35 - Josep Sabat et Domènec Blanqué ont suivi les cours de dessin linéaire à la Chambre de commerce (B (...)

32Les dettes de Joan Prats liquidées, la société Domènech y Vinyals est constituée pour un terme de cinq ans. La famille Domènech conserve la part majoritaire du capital, avec Paula Gumà comme usufruitière des actifs de son défunt mari et son fils aîné grâce à l’achat d’une partie du capital de Prat. Le seul associé allié à la famille, Pau Vinyals, s’incorpore pour la première fois dans la société comme associé de plein droit, après l’avoir été durant plusieurs années par l’intermédiaire des Prat. La direction de l’entreprise est organisée de la manière suivante : Joan Ramon Domènech se charge de l’administration de la société, tâche pour laquelle il reçoit 40 duros par mois, et Vinyals, comme il l’avait fait pour la précédente société, s’occupe de la comptabilité pour un salaire mensuel de 30 duros. La première écriture sociale Domènech i Vinyals, terminée le 31 juillet 1859, est rénovée le 8 octobre suivant pour cinq ans avec le même capital et avec seulement quelques petits changements dans les statuts. À la fin des années 1850, l’atelier est dirigé par le menuisier Josep Sabat i Murtra35, comme premier directeur, avec la collaboration de Domènec Blanqué, comme contremaître. Pour la première fois, nous ne trouvons que des techniciens catalans à la tête de l’entreprise. En plus de leur salaire, les deux mécaniciens disposent d’une gratification de 17% sur les bénéfices. L’administration et l’usage de la signature sociale sont partagés par Joan Ramon Domènech et Pau Vinyals, encaissant tous le deux un salaire mensuel de 40 duros.

8. L’effort pour maintenir l’héritage familial : Domènech y Cía

33La mort soudaine de Joan Ramon Domènech i Gumà, disparu sans avoir rédigé de testament en 1861, laisse entre les mains de sa mère sa participation dans le capital de Domènech y Vinyals. Le décès de l’aîné des Domènech précipite le départ de Pau Vinyals. En juillet de la même année, ce dernier vend sa participation à Paula Gumà pour 4 611 duros, prix légèrement inférieur à sa valeur nominale. La veuve du fondateur devient l’unique propriétaire.

34Bien qu’analphabète et sexagénaire, Paula Gumà était décidée à continuer le projet entrepreneurial lancé par son mari. Pour cela, elle confie la gestion de l’atelier à un autre de ses fils, Casimir, alors âgé de 25 ans. Pour relancer l’affaire, une nouvelle société – dont la raison sociale est Domènech y Cía – est créée devant le notaire barcelonais Jaume Rigalt le 5 septembre 1861. Etablie pour un délai de trois ans, cette nouvelle société a pour objectif la poursuite des travaux de « construction et de réparation des machines ». Casimir Domènech en est l’unique administrateur alors qu’il ne détient qu’une participation minoritaire dans le capital. Josep Sabat et Domènech Blanqué sont confirmés dans leurs charges respectives et conservent leurs 17% sur les bénéfices annuels de la société.

35Le 8 août 1864, la raison sociale Domènech y Cía est encore rénovée. Le montant du capital, intégralement détenu par la famille Domènech, est identique à celui de l’écriture antérieure. Ce qui change en revanche est la durée de l’association, désormais établie pour une période de dix ans, la plus longue dans toute l’histoire de l’entreprise. Pour la première fois également, il est prévu la possibilité que l’atelier, situé depuis sa fondation au numéro 54 de la rue de San Ferran de la Barceloneta, puisse être déménagé.

9. La disparition de l’atelier en pleine crise industrielle

36Au moment de participer à l’exposition industrielle et artistique de Barcelone de 1860, l’atelier des Domènech avait déjà perdu depuis longtemps le dynamisme de ses premières années. En ne pouvant plus s’appuyer sur le talent en travaux mécaniques des frères Michael et August de Bergue, l’entreprise avait perdu son importance dans le tissu industriel catalan. À sa propre inertie, s’ajoutait la forte concurrence des grands ateliers de mécanique apparus à Barcelone durant les années 1850.

37Au milieu du xixe siècle, le marché espagnol des machines pour l’industrie textile était contrôlé par les entreprises britanniques. Malgré tout, la construction du réseau ferroviaire et les progrès dans la navigation à vapeur avaient réveillé de nouveaux espoirs chez les constructeurs catalans. Les nouveaux moyens de transport pouvaient rendre rentable l’exploitation des gisements carbonifères de l’intérieur du pays et représenter alors un marché important pour les ateliers de mécanique locaux. C’était du moins le souhait des contemporains. Ces promesses peu réalistes vont pousser à la création de grandes entreprises métallurgiques La Maquinista Terrestre i Marítima – fondée en 1855 – ou de l’atelier des frères Alexander, créé cinq années plus tôt. Ces deux entreprises choisissent la Barceloneta pour établir leurs ateliers. Le capital d’un million de duros de La Maquinista était très éloigné des 28 000 duros de la société Domènech i Cia. La mécanique catalane prenait une nouvelle dimension.

  • 36 - La loi ferroviaire de 1855 qui permet l’entrée, sans droits de doaunes, de matériels étrangers po (...)

38La disparition de l’atelier fondé par Joan Domènech intervient en 1867. Il semble que l’établissement ait alors été victime d’un incendie, comme l’avait été trois décennies plus tôt l’entrepôt d’eaux de vie qui l’avait précédé (García-Martin, 1989, p.129). L’incendie a eu lieu dans un moment de profonde crise financière et industrielle en Catalogne, particulièrement ressentie par l’industrie métallurgique et mécanique. Cette même année 1867, les actionnaires de La Maquinista Terrestre y Marítima, après l’échec de leur tentative pour accéder aux marchés des chemins de fer et de la navigation, se posent également le problème de la liquidation de la société36.

Conclusion

39À la fin des années 1830, l’engagement des fabricants catalans du secteur textile en faveur de l’adoption de l’énergie vapeur et la mécanisation de leurs fabriques entraînent la naissance d’une demande de machines et de services dans le domaine de la mécanique. Ces appareils pouvaient être importés mais les réparations devaient se faire localement. Afin de satisfaire ce besoin, les industriels cotonniers ont rapidement pris conscience qu’ils pouvaient établir une branche industrielle à la hauteur des nouvelles nécessités techniques et n’ont pas hésité à s’engager dans la modernisation du secteur des constructions mécaniques. Le dynamisme des fabricants du coton en cache un autre, celui des indianos qui venaient de rentrer au pays. Ces hommes ont trouvé avec ce nouveau secteur, prometteur à ses débuts, le bon moyen d’investir une partie de la fortune qu’ils avaient accumulée dans les colonies.

40Malgré l’effort conjoint des industriels du coton et des indianos, l’industrie mécanique moderne catalane ne pouvait progresser sans s’appuyer sur un personnel doté des capacités nécessaires à l’assimilation des nouveautés techniques. Dans le pays, il y avait un substrat lié aux corporations (artisans du cuivre, forgerons, serruriers, menuisiers…) disposé à effectuer le saut vers la construction de machines modernes. Malgré sa mort accidentelle lors d’une intervention sur une machine à vapeur, le serrurier Josep Prat démontre bien le succès de cet engagement de l’artisanat local dans le nouveau secteur. L’industrie mécanique catalane a également dû faire venir de l’étranger – principalement de Grande-Bretagne et de France – le gros des techniciens dont elle avait besoin. Ces techniciens ont joué un rôle clé au cours de la période d’intense mécanisation de l’industrie textile, et plus particulièrement de la filature du coton, au milieu du xixe siècle. Parallèlement à la venue de techniciens étrangers, un corps de mécaniciens locaux va se mettre en place. Une grande partie de cette première génération de mécaniciens est passée par la chaire de mécanique de la Chambre de commerce de Barcelone, réouverte en 1832. Dans les cours dispensés par Hilari Bordege, les élèves pouvaient acquérir les connaissances de base en mécanique et en dessin linéaire. La pratique du métier sous la tutelle des techniciens étrangers achevait la formation de ces mécaniciens locaux. Progressivement, les disciples ont pris la relève de leurs maîtres dans les ateliers. L’atelier Domènech, mis en place par Michael de Bergue, finit par être placé sous la direction de deux techniciens autochtones : Josep Sabat et Domènec Blanqué.

41Au début des années 1840, le secteur de la mécanique catalane lié à la vapeur est réduit à quatre entreprises, toutes créées au cours des années 1836-1839 : l’atelier de Valentí Esparó, El Nuevo Vulcano, Pablo Llovera y Cía et Vilanova, Domènech y Bergue. Les années 1841-1843 marquent un changement de conjoncture pour le secteur. La loi douanière de 1841 établit des tarifs élevés pour le fer et le charbon d’importation tandis qu’elle permet la libre introduction des machines à vapeur et grève l’entrée de machines textiles de droits très modiques. L’insignifiante protection accordée aux mécaniciens catalans est aggravée à partir de l’été 1843. Le gouvernement anglais lève alors les restrictions à l’exportation de machines textiles et celles-ci peuvent désormais circuler librement hors de Grande-Bretagne. Sans la protection de l’État, l’activité des ateliers existants se limite aux réparations et aucune création d’établissement ne se fera avant la fin des années 1840. La déception provoquée par le secteur mécanique est bien visible dans le cas de notre atelier avec le départ de Michael de Bergue en 1842, qui met fin à l’association le liant à Joan Domènech et à Josep Prat. L’Anglais continue de participer à la modernisation industrielle du pays non comme constructeur de machines mais comme agent importateur. L’atelier qu’il avait dirigé se maintient en activité pendant encore presque trois décennies mais dans le cadre d’une lente décadence, jusqu’à sa mort finale.

Top of page

Bibliography

Carreras A., Pascual p. Reher D. et Sudrià C. (dir.), (1999), Doctor Jordi Nadal. La industrialització i el desenvolupament econòmic d´Espanya, Barcelona, UB, 3 volumes.

Deu E., (2000), « La construcció de maquinària tèxtil a Sabadell i Terrassa », in J. Maluquer de Motes (dir.), Tècnics i tecnologia en el desenvolupament de la Catalunya Contemporània, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, p.276-279.

Figuerola L., (1849), Estadística de Barcelona en 1849, Barcelona.

García-Martín M., (1989), El barrio de la playa de Barcelona que la voz común llamó Barceloneta, Barcelona, Catalana de Gas.

Güell J., (1841), Escritos económicos, Madrid.

Jeremy D. J., (1977), « Damming the Flood : British Government Efforts to Check the Outflow of Technicians and Machinery, 1780-1843 », Business History Review, LI (1), p.2-34.

Maluquer de Motes J. (dir.), (2000), Tècnics i tecnologia en el desenvolupament de la Catalunya Contemporània. Barcelona, Enciclopèdia Catalana.

Mestre i Campi J., (1985), Una ciutat emmurallada al temps de la Revolució Industrial. Barcelona: ciutat, societat i política (1823-1859), thèse de doctorat, UB, 2 volumes.

Nadal J., (1991), La metallúrgia, in Història Econòmica de la Catalunya Contemporània. S. XIX. Indústria, transports i finances, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, III, p.159-202.

Nadal J., (1992), « Los Planas, constructores de turbinas y material eléctrico (1858-1949) », Revista de Historia Industrial, 1, p. 63-93.

Nadal J., (1997), Josep Bonaplata: capdavanter del primer vapor barceloní, Barcelona, Ajuntament de Barcelona.

Nadal J., (1999), « Las máquinas de vapor fijas de La Maquinista Terrestre y Marítima », Revista de Història Industrial, 16, p.115-161.

Orellana F. J., (1860), Reseña completa descriptiva i crítica de la Exposición Industrial y artística de productos del principado de Cataluña, Barcelona.

Pascual P., (1985), « Ferrocarrils i industrialització a Catalunya », Recerques, 17, p. 43-72.

Raveux O., (1994), « El papel de los técnicos ingleses en la industria metalúrgica y mecánica del norte del Mediterráneo (1835-1875) », Revista de Historia Industrial, 6, p. 143-161.

Riera i Tuèbols S., (1993), Dels velers als vapors, Barcelona, Boixareu Editors.

Sánchez À., (1999), « ¡Hubiese querido el cielo que no anocheciera jamás! El proceso de disolución de la sociedad Bonaplata, Vilaregut, Rull y Cía.(1835-1838) », in A. Carreras, p. Pascual, D. Reher et C. Sudrià (dir.), Doctor Jordi Nadal. La industrialització i el desenvolupament econòmic d´Espanya, Barcelona, UB, II, p. 965-989.

Sánchez À., (2000), « Les bergadanes i les primeres màquines de filar », in J. Maluquer de Motes (dir.), Tècnics i tecnologia en el desenvolupament de la Catalunya Contemporània. Barcelona, Enciclopèdia Catalanap. 161-175.

Soler R. (1999), « Dios quiera que salgamos de una vez de tan desgraciado negocio. L´adquisició de maquinària de la Fàbrica de la Rambla: un episodi de la difusió de tecnologia tèxtil (1833-1840) », in A. Carreras, p. Pascual, D. Reher et C. Sudrià (dir.), Doctor Jordi Nadal. La industrialització i el desenvolupament econòmic d´Espanya, Barcelona, UB, II, p.1101-1123.

Soler R., (2000), Estratègies empresarials en la indústria cotonera catalana. El cas de la fàbrica de la rambla de Vilanova, 1833-1965, Thèse de doctorat, UB.

Soler R., (2003), Emigrar per negociar. L´emigració a Amèrica des de la comarca de Garraf: el cas de Gregori Ferrer i Soler, 1791-1853, Vilanova i la Geltrú, El Cep i la Nansa Edicions.

Solà À., (1985), « Barcelona 1833-1843: una ciutat en transformació », L´Avenç, 87, p.30-39.

Thomson J., (2003), « Olot, Barcelona and Ávila and the introduction of the Arkwright technology to Catalonia », Revista de Historia Económica, 2, p. 297-334.

Top of page

Notes

1 - Je tiens à remercier les professeurs Pere Pascual et Josep Maria Benaul, du département d´histoire économique de l’Université de Barcelone, pour leurs commentaires et leurs suggestions. Une partie de la documentation utilisée pour ce travail a été localisée dans la base de données « Empreses i Empresaris a la Catalunya del Segle XIX » de ce même département.

2 - Un indiano est une personne née en métrople puis partie chercher fortune dans les colonies américaines, avant de rentrer au pays.

3 - Cette étude s’appuie en grande partie sur le dépouillement d’actes notariés. Pour une présentation détaillée de ces documents, cf. la version catalane de cet article dans le n°XXII (2004) de la revue Estudis Històrics i Documents dels Arxius de Protocols del Col.legi de Notaris de Catalunya.

4 - Dans ce quartier, il y avait une forte présence de deux corporations : d’un côté les forgerons, spécialisés dans la fabrication des ancres, des chaînes en fer et des pointes ; de l’autre les artisans qui travaillaient le cuivre et assuraient la production des cloches, des chaudrons et des clous.

5 - En 1836, l’atelier El Nuevo Vulcano s’y installe et au milieu du siècle, ce quartier accueillera les établissements des frères Alexander et ceux de La Maquinista Terrestre y Marítima.

6 - En 1833, son frère Pau a également émigré à Puerto Rico, cf. Soler (2003), p. 173-174.

7 - A la mort de Josep Salichs, la raffinerie était passée dans les mains de sa veuve. Celle-ci avait confié l’administration de la propriété à Joan Domènech d’octobre 1833 à avril 1835.

8 - À Paris, Henry dirigeait l’entreprise Henri de Bergue, Spréafico et Cie (Soler, 1999, p.1107).

9 - Sur la présence de Michael de Bergue à Vilanova entre 1835 et 1838, cf. Soler (1999), p. 1115.

10 - En 1837, Josep Vilanova s’occupait d’une maison de commerce spécialisée dans l’importation de coton depuis la Nouvelle-Orléans par le biais de La Havane. En 1844, il figure dans la catégorie des grands commerçants contribuables de Barcelone (Mestre i Campi, 1985, p. 688).

11 - Cette minoterie est transformée peu de temps après en filature de coton.

12 - Au début de l’année 1840, deux vaisseaux en provenance de Londres arrivent à Barcelone avec 244 tonnes de machines. Le chargement, estimé à 3100 duros, est adressé à un Vilanova. Nous ne savons pas si ces machines étaient destinées à l’atelier de la Barceloneta ou au moulin à vapeur en construction à Sant Andreu (cf. Mestre i Campi, 1985, p. 583).

13 - El Nuevo Vulcano a été créé en 1836 par cette compagnie qui deviendra un peu plus tard la société Navegación e Indústria, (cf. Riera i Tuèbols, 1993, p. 175).

14 - Esparó avait été un des associés de cette entreprise. En 1840, son atelier comptait deux machines à vapeur de la maison anglaise Hall de Dartford, cf. Sánchez (1999), p. 979.

15 - L’atelier a été fondé par le Suisse Louis Perrenod en 1832 puis exploité par la Compañía Barcelonesa de Construcción de Máquinas, et Tous, Ascacibar y Cía. En 1855, il fusionne avec celui de Valentí Esparó pour former La Maquinista Terrestre y Marítima.

16 - Diario de Barcelona, 4 mai 1840. Au début du siècle, Francesc Santponts avait construit des machines à vapeur mais dans un but plutôt expérimental (cf. Nadal, 1991, p. 173-174).

17 - Un rencement des ateliers de cette date le mentionne déjà, cf. Nadal (1991), p. 163.

18 - La machine était destinée à une filature située à Gràcia.

19 - Pour sa part, Àngels Solà affirme qu’en 1841, il y avait à Barcelone 17 machines à vapeur en ajoutant les appareils des environs, cf. Solà (1985), p. 35.

20 - Sur la prohibition des machines, qui ne concerne pas les appareils à vapeur, cf. Jeremy (1977).

21 - Biblioteca de Catalunya (désormais BC), Junta de Comerç, Lligall XCVIII, 14, 27.

22 - Après 1836, Josep Prat a résidé un temps à Montevideo. En 1840, il semble de nouveau présent à Barcelone puisqu’un dénommé Josep Prat est signalé dans un recensement des ateliers de mécanique de Barcelone (cf. Nadal, 1991, p.163 ; et Sánchez, 1999, p.969).

23 - De Bergue s’engage alors à exécuter en exclusivité pour la société les « installations de machines à vapeur », une obligation qui ne figurait dans les écritures précédentes.

24 - Pau Vinyals avait séjourné à Montevideo, où il devint ami avec Josep Prat. Dans son testament, Vinyals a exprimé la volonté d’être enterré « dans le cimetière de cette ville et dans la niche n°766 qui est celle où reposent les restes de mon défunt ami José Prat ».

25 - Il meurt broyé par la machine à vapeur qu’il tente de réparer (Diaro de Barcelona, 3 mars 1845).

26 - En 1841, Joan Güell dit du plus prestigieux atelier de mécanique de Barcelone, celui de Valentí Esparó, qu’il limite ses travaux « à encaisser une simple commission de la mécanique qu’il introduit de l’étranger », (cf. Güell, 1841, p. 2).

27 - BC, Fons Junta de Comerç, 16-IV-1845, LVIII, 30, 119.

28 - Le salaire de Josep Prat (11,54 duros par semaine) est considérable pour l’époque. En 1843, le directeur de la grande filature Vidal, Serra y Cía de San Andreu reçoit 10 duros par semaine.

29 - BC, Fons Junta de Comerç, 16-IV-1845, LVIII, 30, 119.

30 - Enciclografia de industria, artes y oficios, décembre 1847, p. 314-317.

31 - Josep Ma Benaul, La transferència de tecnologia en la industrialització llanera, in Maluquer de Motes (dir.) (2000), p. 200.

32 - Diaro de Barcelona, avril 1845, p. 1600-1601.

33 - Diario de Barcelona, 22 mars 1848.

34 - Un Joan Prat a suivi les cours de mécanique de la Chambre de commerce en 1834 et 1835 (BC, Junta de Comerç, Lligall XCVIII,10,21).

35 - Josep Sabat et Domènec Blanqué ont suivi les cours de dessin linéaire à la Chambre de commerce (BC, Junta de Comerç, Lligall XCVIII,19, 28).

36 - La loi ferroviaire de 1855 qui permet l’entrée, sans droits de doaunes, de matériels étrangers pour les chemins de fer est une des principales raisons de cet échec (Arxiu Nacional de Catalunya (ANC). Fons MTM. Llibre d´actes de la Junta d´accionistes. Data 4/7/1867, p. 128).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Machine à vapeur construite par les frères Alexander à Paris (1849).
Credits (Coll. O. Raveux)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/420/img-1.jpg
File image/jpeg, 53k
Top of page

References

Electronic reference

Marc Gascon i Soler, « Les origines de l’industrie mécanique moderne en Catalogne : l’exemple de l’atelier de l’indiano Joan Domènech i Coll (1839-1867) », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 16 October 2008, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/420 ; DOI : 10.4000/mediterranee.420

Top of page

About the author

Marc Gascon i Soler

Universitat de Barcelona.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page