Skip to navigation – Site map
L'originalité du cas italien entre modèle emblématique et évolutions nouvelles

Le regroupement districal dans l’industrialisation italienne après 1945

Industrial clustering in italian industrialisation after 1945
Luciano Segreto
Translated by J. Tourrel and S. Daviet
p. 49-56

Abstracts

This article presents a history of the concepts and debates surrounding Italian industrial clusters. In the 1970s, sociologists and economists « discovered » this clustering when the economic crisis called into question the social organization of large enterprises. Several firms made decentralization their byword. G. Becattini introduced the terminology and others emphasized the vitality of the small enterprise as part of the small-is-beautiful debate instigated by E.S. Schumacher, G. Fuà and others, which gained wide acceptance. In the 1980s, historians extended these investigations to show the long-standing character of these industrial clusters, but also the specifically Italian nature of the radical changes which intervened in the years 1970-1990 when the number of small and medium firms exploded. The article concludes with a comparison of different clusters and a typology of its « ingredients »: the geopolitical and economic contexts, the social origins of the entrepreneurs, the roles of the local political culture, technology and the market. The clusters have been essential factors in industrial growth and revenues.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie
Top of page

Editor's notes

Ce texte a fait l’objet d’une communication en anglais le 20 avril 2002 au Downing College de Cambridge.
Traduction et mise au point : J. Tourrel et S. Daviet.

Full text

1. À la découverte des districts

1L’image de l’industrie italienne aujourd’hui est fondée en grande partie sur les districts industriels. Bien de ses réussites dans le textile, la mode, la construction mécanique, et l’ameublement – la plupart des produits que l’on peut estimer comme typiques du made in Italy – sont profondément liées aux régions où se situent les districts industriels. De nombreux économistes – et pas seulement italiens – considèrent que ce type d’organisation présente beaucoup d’avantages en matière de compétitivité : il est fondé sur l’agglomération et la contiguïté territoriale, la densité des relations basées sur la réciprocité et la coopération entre chefs d’entreprise travaillant dans un domaine spécifique, les retombées positives quant à l’élargissement du savoir-faire technique et le renforcement des relations entre agences bancaires et entreprises. Par ailleurs, les recherches sur ce phénomène font apparaître que les entreprises travaillant dans les districts industriels ont tendance à privilégier l’imitation plutôt que l’innovation par des investissements en Recherche & Développement. Elles sont plus performantes dans des technologies particulières, et concentrent leur production sur les industries de manufacture « légère ». Le district apparaît – selon les termes employés à la fois par les économistes et les sociologues – comme un environnement amical, où l’acceptation culturelle, politique et sociale de l’entreprise et de l’esprit d’entreprise donne un léger avantage sur les entreprises isolées qui évoluent hors du district (Bagella et Becchetti, 2000).

2Le rôle des districts industriels dans le développement économique italien est relativement bien connu. Mais leur histoire l’est moins. Les historiens ne se sont mis à étudier la formation des districts que récemment.

3Les sociologues et économistes « ont découvert » les districts industriels italiens au cours des années 1970. La crise économique et monétaire de cette décennie a poussé beaucoup d’entreprises à repenser leur stratégie parce que, surtout dans les grandes firmes, on n’avait plus la maîtrise des relations de travail. La question du pouvoir à l’usine était posée par le comportement de nouveaux syndicalistes et ouvriers radicaux. Dans le triangle industriel compris entre Milan, Turin et Gênes (où le premier processus d’industrialisation s’était déroulé entre la fin du xixe siècle et la Première Guerre mondiale), le système de gestion « fordien » dominait. Les grandes usines connurent une forte augmentation des conflits sociaux. Les travailleurs demandaient des salaires plus élevés et une reconsidération de leur rôle dans le processus de travail. Beaucoup d’entrepreneurs qui étaient parmi les principaux protagonistes du miracle économique italien des années 1950 et 1960 étaient incapables, d’un point de vue culturel, de comprendre la nouvelle situation. Leurs idéaux industriels et sociaux n’avaient désormais plus de prise. Leur réponse fut, dans certains cas, de quitter l’entreprise et de se retirer sur la Côte d’Azur. Mais d’autres entrepreneurs ne firent pas ce choix. Puisque leur firme échappait à tout contrôle, la solution consista à relocaliser une partie de la production : la déconcentration devint le nouveau mot d’ordre de nombreuses firmes industrielles (Amatori et Colli, 1999).

  • 1 -La plupart des premières études, directement basées sur la recherche de terrain, furent publiées p (...)

4Une jeune génération de sociologues italiens se mit à étudier ce phénomène, et suggéra dans ses premiers travaux que les petites entreprises créées par le processus de déconcentration étaient des lieux de régression sociale : temps de travail supplémentaire considéré comme la norme et non comme l’exception, organisation du travail basée sur une restauration complète de l’autorité patronale, forte compétition entre travailleurs, en partie compensée par l’intégration de la famille dans le processus économique, comme dans l’organisation du travail à domicile de l’Europe des xviie et xviiie siècles. L’analyse mit aussi en évidence un aspect social et politique particulier : les nouvelles entreprises s’établissaient dans des zones où la tradition industrielle était plus faible et l’influence des syndicats et des partis de gauche moins importante que dans les zones industrielles plus anciennes du pays1 (Ascoli, 1978).

5Quelques années plus tard seulement, en 1975, un économiste, Giacomo Becattini, publia son étude, faite dans le cadre du Centre de planification économique du gouvernement régional de Toscane (l’Istituto Regionale per la Programmazione Economica della Toscana). Le sujet principal de son étude était l’« industrialisation légère » dans une zone qu’il appelait la « campagne urbanisée ». Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’agriculture avait été l’activité principale de cet espace, mais depuis les années 1950, un puissant processus économique et social commençait à changer en profondeur la vie de ce territoire. L’acteur clé, d’un point de vue social et économique, en était le métayer et ses dons pour la création d’entreprise. En abandonnant ses activités agricoles, il gardait son savoir-faire économique – spécialement son savoir-faire d’organisateur – dans un nouveau contexte économique, celui de la petite entreprise industrielle qu’il créait (in Becattini, 1975).

  • 2 - E.F. Schumacher, Small is beautiful: a study of economics as if people mattered, Londres, 1973 ; (...)

6G. Becattini n’en était qu’au début de sa plus célèbre série de livres sur les districts industriels. Quelques années plus tard, en 1979, il introduisit officiellement la terminologie et l’approche marshalliennes pour étudier le nouveau phénomène économique et social. Il proposa une lecture décisive parmi les phénomènes caractéristiques de la décennie : la vitalité des petites entreprises ; la croissance industrielle dans les zones les plus dynamiques du nord-est et du centre du pays se faisait autour d’un groupe d’entreprises petites et moyennes hautement spécialisées ; ce système économique ne révélait pas une dépendance persistance vis-à-vis des grandes entreprises (Becattini, 1979). Son but était d’éviter la dichotomie entre une vision centralisatrice du développement industriel et une théorisation des mérites de la petite entreprise. En fait, la sortie du livre de E.S. Schumacher en 19732 et son grand succès populaire en Italie (à l’extérieur des cercles strictement académiques) a porté un nouveau regard sur le rôle magique de ce type d’entreprises, capables d’atteindre une bonne performance économique sans porter atteinte à l’équilibre social du pays (Schumacher, 1979).

7Cette tentative fut rapidement soutenue par de nouvelles interventions de sociologues. Entre autres, Arnaldo Bagnasco, qui publia en 1977 un livre sur les différents modèles économiques et sociaux régionaux. Pour lui, il existait une autre partie du pays qui restait à découvrir et à analyser. À côté de la « Première » Italie (le triangle industriel du Nord-Ouest) et de la « Seconde » Italie (l’Italie du Sud sous-développée), il y avait aussi une « Troisième » Italie. Cette approche supposait que la dichotomie classique Nord-Sud – sur laquelle se basait une grande partie de l’analyse des schémas du développement économique italien depuis les années 1950 et 1960 – devait céder la place à un système plus complexe. Son articulation reposait sur trois différents systèmes sociaux, ayant chacun leurs caractères spécifiques en matière de structure économique, d’organisation sociale et de système politique (Bagnasco et Messori, 1975 ; Bagnasco, 1977).

8Pendant ce temps, le groupe d’économistes réunis autour du professeur Giorgio Fuà, qui enseignait à l’université d’Ancône, peaufina ses analyses sur la réalité économique de la région des Marches. Ces économistes répandirent l’idée que dans cette zone, et peut-être plus généralement en Italie centrale, des conditions sociales, économiques et culturelles spécifiques permettaient depuis la décennie 1970 une forme d’industrialisation non traumatisante, qui respectait la cohésion sociale et les traditions. Un nouveau symbole de l’interminable miracle économique italien venait de voir le jour, le « modèle marchésien ». Et quelques temps plus tard, un jeune sociologue, De Rita, étudiant le nouveau développement économique de plusieurs régions de la mer Adriatique, proposa d’utiliser l’expression « modèle adriatique », comme outil conceptuel pour comprendre la transformation spécifique que connaissaient plusieurs régions ayant en commun de ne pas avoir un passé lié à l’industrie (Paci, 1976 ; Fùa et Zacchia, 1983).

9Cette approche fut plus tard approfondie et élargie en considérant que le système politique local avait une importance décisive pour la performance économique et sociale des districts et des zones où dominaient les petites et moyennes entreprises (à ce moment-là, la différence n’apparaissait pas encore très clairement). Dans le jargon des sociologues, les sous-cultures politiques qui caractérisaient ces zones – catholique et socialo-communiste – avaient un impact favorable sur la création et le développement des petites et moyennes entreprises (Trigilia, 1981). Avec l’introduction de cet élément politique et culturel, le paradigme du district industriel atteignit une plus grande cohérence. La contribution des économistes rejoignit l’approche des sociologues pour créer une place forte intellectuelle bien défendue.

10À la fin des années 1970 et au début de la décennie 1980, les historiens italiens de l’économie et des affaires s’intéressaient davantage au rôle des grandes entreprises (à la fois sociétés privées et étatisées) et aux secteurs de l’industrie lourde. La bibliographie issue de ces approches méthodologiques et de ces centres d’intérêt scientifique donnait l’impression que l’Italie était une sorte d’Angleterre ou d’Allemagne de la Méditerranée : les secteurs les plus typiques de l’industrialisation italienne – le textile, l’alimentation, la mécanique – étaient très peu pris en considération, alors que l’acier, la métallurgie, et les secteurs de la mécanique lourde et de la construction navale étaient presque sur-représentés (Bigazzi, 1990 ; De Rosa, 1990). L’idée que l’Italie devait la plus grande partie de son succès économique – et de sa transformation en une société industrielle moderne – à ces secteurs paraissait suffisante pour corroborer ce choix historiographique.

  • 3 - Une grande partie des journaux italiens présents à la conférence organisée à Vicenza par la Chamb (...)

11Au cours des années 1980, l’esprit du changement se répandit aussi parmi les historiens de l’économie. L’intérêt porté aux districts industriels (et au rôle des PME) dérivait en partie de l’observation directe du processus économique et social et des interrogations concernant leur véritable origine : jusqu'où fallait-il remonter dans le passé ? Les nouvelles recherches dépendaient pour beaucoup aussi d’un nouveau courant de l’historiographie économique qui semble avoir inspiré, à l’époque, quantité de nouvelles études basées sur le concept de proto-industrialisation. Ainsi, depuis les premiers travaux sur l’histoire des districts, deux tendances ont dominé. Une partie de la discipline a mis en lumière les racines profondes du phénomène, par l’utilisation de la terminologie moderne de Marshall et des théories du xxe siècle. Mais, dans nombre de ces contributions, la cohérence théorique est très vague parce que le district industriel a été considéré comme synonyme d’espace de petites entreprises3. Un autre courant s’est inspiré de l’approche du développement des xviie et xviiie siècles, lorsque le concept de proto-industrialisation était à la mode. Dans les deux cas, les instruments utilisés ont été empruntés à diverses disciplines sans un examen critique suffisant.

12C’est de l’étranger qu’un nouveau souffle vint ranimer cette discussion. Dans les années 1980 et plus encore dans la décennie 1990, les districts italiens entrent dans la littérature économique et sociologique internationale. J. Piore et C.F. Sabel ont suggéré que la réussite des districts italiens dans les années 1970 faisait partie d’un processus mondial (Piore et Sabel, 1984). La thèse de la nouvelle bifurcation industrielle reposait sur l’idée que le système de production de masse connaissait une nouvelle crise. La solution trouvée par les grandes firmes automobiles fut d’exporter leur modèle industriel vers les pays du Tiers-monde les plus dynamiques, et beaucoup d’autres secteurs en Europe – mais surtout en Italie – ont choisi le procédé de « spécialisation flexible » dont les ingrédients de base étaient une innovation permanente et la volonté de s’adapter au changement continu.

  • 4 - On peut trouver un résumé de cette discussion dans A. Bagnasco et C.F. Sabel, 1995 et dans l’Intr (...)

13Cette hypothèse déclencha une vaste discussion parmi les spécialistes anglo-saxons, beaucoup plus que chez les Italiens. Comme historien, D. Landes critiqua les fondements de cette approche : la première bifurcation industrielle, en faveur de la production de masse, n’était pas le résultat d’une lutte politique, sociale ou intellectuelle, mais le choix d’un système de production plus adapté à la société de masse (Landes, 1987). K.Williams n’accepta pas l’explication de J. Piore et C.F. Sabel selon laquelle les économies d’échelle et la demande pour des produits standardisés diminuaient en importance (Williams et al., 1987). La discussion se poursuivit pendant des années faisant évoluer à la fois les acteurs et certains éléments du débat, parce que la réalité des districts industriels changeait très rapidement et à grande échelle4.

2. L’industrialisation italienne après la Seconde Guerre mondiale et le rôle des districts

14Les vrais résultats de ces études révélèrent que les districts industriels étaient un phénomène très ancien, et qu’ils n’étaient pas toujours adéquats pour expliquer le processus économique et social qui avait cours dans beaucoup de zones de l’Italie du Centre et du Nord durant les 50 dernières années. En réalité, l’histoire du développement industriel italien met en évidence le fait qu’en 1950 il y eut une première augmentation générale du nombre des petites et moyennes entreprises. Dans la décennie suivante, on observa une diminution du poids relatif des petites entreprises (jusqu’à 19 employés) qui tomba de 37,7 à 28,9%, et une importance grandissante de secteurs industriels modernes tels que la mécanique, la chimie, l’acier et la métallurgie (tabl. 1).

Tabl. 1 – Employés dans l’industrie manufacturière, par tailles d’entreprise (1951-1991)

Taille des entreprises
(par nb d’employés)

1951

1961

1971

1981

1991

1 - 9

32.3

28.0

20.2

22.8

26.2

10 -19

5.4

7.3

 8.7

12.4

15.3

20 - 49

8.7

11.6

13.1

13.7

16.3

50 - 99

8.1

10.1

10.8

10.2

10.0

100 -199

11.8

12.4

10.4

10.1

9.1

200 - 499

8.6

 9.1

12.8

11.1

10.1

500 et plus

25.1

21.5

24.0

19.7

13.0

Source : S. Brusco et S. Paba, (1997), Per una storia dei distretti industriali italiani dal secondo dopoguerra agli anni novanta, in F. Barca ed., Storia del capitalismo italiano dal dopoguerra a oggi, Rome.

15Arrivèrent les années 1970 qui apportèrent de profonds changements : le développement industriel ne s’arrêta pas, mais il était désormais fondé sur :

  • la prolifération des petites entreprises ;

  • la crise simultanée des grandes ;

  • la forte vitalité des secteurs industriels traditionnels tels le textile, la chaussure, le cuir, les meubles, les objets de bois et de céramique ;

  • le développement extraordinaire des branches de mécanique légère (instruments, composants).

16Les statistiques sur l’exportation de cette décennie montraient aussi la très grande importance des deux derniers secteurs. L’observation géographique situait l’essentiel de ce processus dans le nord-est et le centre du pays et, secondairement, dans le nord-ouest de l’Italie où le processus d’industrialisation avait eu lieu à la fin du xixe et au début du xxe siècle.

17La décennie 1980 fut marquée par la réduction de l’emploi dans l’industrie manufacturière (–10%), mais ce phénomène connut une répartition géographique très diversifiée : alors qu’en Lombardie, dans le Centre et sur la côte Thyrrénienne la réduction était d’environ 20%, dans le Nord-Est il y eut une augmentation de 2,6 et le long de l’Adriatique sud une augmentation encore plus grande de 6,8% (Brusco et Paba, 1997 ; Bellandi, 1999).

18Une observation de longue durée montre que le vrai changement est survenu entre 1970 et 1990 : dans cette perspective seulement il apparaît évident que le nouveau noyau de l’Italie industrielle se situe dans la catégorie des PME (The economist, 1996). En 1951 les entreprises de moins de 49 salariés représentaient 46,4% du total des salariés, alors qu’en 1991 elles représentent 57,6% de l’ensemble. Dans la même période, la part des grandes entreprises de plus de 499 salariés passe de 25,1% à 13%.

19Beaucoup de ces données encouragèrent à mettre l’accent sur le tournant des années 1970. L’explosion en nombre des petites et moyennes entreprises recevait la même explication que celle donnée par les sociologues de cette époque : le résultat d’une stratégie de défense des chefs d’entreprises contre les syndicats, la recherche de nouvelles relations industrielles basées sur la réintroduction d’un contrôle fort sur le processus de travail. La localisation des nouvelles entreprises dans des zones relativement non-industrialisées était cohérente avec cette vision : le manque d’expérience et de qualification industrielles des nouvelles classes laborieuses était largement compensé par de meilleures conditions sociales et politiques, alors que le progrès technologique offrait la possibilité d’utiliser une force laborieuse non qualifiée. Les historiens de l’économie rajoutaient au tableau des sociologues le rôle joué par la crise pétrolière et le progrès technologique. Tous ces éléments permirent des formes nouvelles et plus flexibles d’organisation du travail dans les usines, et, plus tard, l’introduction du concept de qualité totale et de qualité de produit.

20Les économistes affirment que ces changements n’étaient pas une spécialité italienne, mais qu’en Italie ils furent plus radicaux, pour plusieurs raisons :

  • les systèmes locaux (c’est-à-dire le district) existaient déjà ;

  • les changements furent plus profonds et plus importants dans les secteurs où la production de masse était plus importante ;

  • les changements étaient plus significatifs dans ces secteurs où « le système fordien » n’avait pas complètement gagné dans les décennies précédentes.

21D’autres explications révélaient par ailleurs que certains avantages étaient inconnus dans les autres pays européens : la simplification de comptabilité, les intéressements financiers à l’innovation industrielle et aux charges sociales, les lois autorisant le licenciement dans les entreprises de moins de 15 employés.

22Pour expliquer cette diversité il faut revenir à la période de l’après-guerre. Les principaux partis politiques, à savoir la Démocratie chrétienne, le parti Socialiste et le parti Communiste discutaient le rôle de la petite entreprise dans l’économie et la société italienne de l’après-guerre. Pour les partis de gauche, cette entreprise était le prototype de l’inefficacité technique, mais ils pensaient aussi que les petits entrepreneurs étaient des alliés politiques dans la lutte contre les grands monopoles industriels. Le parti catholique voyait dans la petite entreprise une marque de vitalité de la société civile, dont les piliers étaient les communautés locales et la famille. Dans cette optique la Démocratie chrétienne y voyait le rempart de la tradition contre les périls de la modernité (Giovagnoli, 1991 ; Daneo, 1975 ; Brusco et Paba, 1997).

23Quelques-uns des industriels qui en 1946 furent auditionnés par la Commission économique du Parlement affirmèrent de manière tout à fait surprenante que la grosse entreprise devait être l’exception et n’était valable que dans des cas très particuliers. Pour l’un d’entre eux, le PDG d’Alfa Romeo, l’Italie était une économie fondée sur une force de travail intensive, où le gouvernement et le parlement devaient assister les petites entreprises pour transformer le pays en un « artisanat organisé », en retenant quelques aspects du modèle économique suisse.

24Les années suivantes, entre la fin des années 1940 et le début de la décennie 1950, une première série de lois entra en application, pour permettre aux petites entreprises d’avoir recours au système bancaire, alors qu’auparavant cette possibilité était très limitée, et pour abaisser les taux d’intérêt. D’autres lois ouvrirent de nouvelles possibilités pour moderniser la structure technique des usines, sans demander aux propriétaires de changer le profil légal de leur entreprise de l’artisanat à l’entreprise industrielle. Il s’avéra que ce changement comprenait davantage de charges fiscales, des salaires plus élevés, moins de souplesse en ce qui concerne la création, l’agrandissement et/ou la cessation de l’activité en fonction de la demande du marché. Toutes ces lois furent votées par la majorité de centre-droit avec l’abstention des partis de gauche. L’accord entre les petites entreprises et le monde politique (en particulier les principaux partis, de la majorité comme de l’opposition) était tout à fait clair : il autorisait les premiers à échapper aux taxes et au contrôle bureaucratique, à charge pour eux d’augmenter les emplois, tandis que les seconds élargissaient autour d’eux le consensus électoral (Weiss, 1984).

25Ainsi il apparaît clairement que la réussite des petites et moyennes entreprises des districts depuis les années 1970 avait plusieurs origines (d’autres lois du même type avaient été approuvées à la fin des années 1950 et au cours des années 1960) et elles avaient déjà une longue histoire derrière elles.

3. La diversité des exemples historiques

26Dans ce paragraphe, nous allons étudier quelques cas afin d’examiner l’aptitude des spécialistes du district à expliquer les différentes situations. Les districts considérés sont extrêmement variés : de l’industrie textile de Prato à l’industrie mécanique de la province de Reggio Emilia, de l’industrie de la chaussure dans les Marches jusqu’aux chaussettes et aux bas de nylon en Lombardie du sud-est et la lunetterie au nord de la Vénétie (Veneto). Plutôt que de retracer brièvement l’histoire de chacun d’eux, il s’agira d’examiner le rôle des quelques ingrédients jugés nécessaires dans la formation d’un tel espace industriel : le contexte géopolitique et économique, l’origine sociale des entrepreneurs, le rôle du financement, les sous-cultures politiques, la technologie, et le rôle du marché.

3.1. Le contexte géopolitique et économique

27C’est dans le nord et le centre du pays que l’on pouvait trouver quelques-uns des bastions les plus forts et les mieux typés de l’influence politique des partis de gauche et du parti catholique : Prato et la région d’Émilie pour les partis socialiste et communiste, les Marches, la Lombardie du sud-est et le Veneto pour la Démocratie chrétienne. La structure économique et sociale des campagnes variait du métayage (dans la Toscane, les Marches et une partie de l’Émilie) à la petite paysannerie (dans une autre partie de l’Émilie et surtout dans le Veneto) à la grande propriété terrienne (en Lombardie du sud-est). Deux de ces zones avaient une vieille tradition industrielle : à Prato, l’industrie textile faisait partie du paysage économique de la Toscane depuis plusieurs siècles ; dans les Marches, il existait des activités liées au travail du cuir depuis le Moyen âge. Dans les deux autres zones considérées, la seule activité jusqu’au xxe siècle était l’agriculture.

3.2. L’origine sociale des entrepreneurs

28À Prato et à Reggio Emilia, la plupart des nouveaux entrepreneurs de la première vague, qui avaient commencé leur activité à la fin des années 1940 et dans la décennie 1950, venaient de la classe laborieuse. Ils avaient acquis une expérience dans la grande industrie locale, une entreprise privée textile de Prato appelée Il Fabbricone (la grande fabrique), les Officine Reggiane, une entreprise mécanique d’État spécialisée dans l’aéronautique, et la firme Lombardini, l’un des premiers tractoristes italiens. Dans tous ces cas, la fin de la guerre et la réduction consécutive des emplois favorisèrent la création de nombreuses micro et petites entreprises. Le lancement des nouvelles activités était aussi fonction du financement. À Prato, le modèle le plus proche est le vieux système adjudicataire avec un entrepreneur commerçant, appelé impannatore (un mot dérivé du verbe italien impannare = couvrir de tissu) qui fournissait le métier à tisser mécanique ou la tricoteuse automatique (la spécialité de Prato était la laine de tricot pour les articles d’habillement bon marché) (Becattini, 1995). À Reggio Emilia, le financement pour acheter ou louer une installation mécanique très simple provenait souvent de la famille paysanne du travailleur ou de la grande firme privée elle-même, qui offrait à quelques-uns de ses meilleurs ouvriers l’occasion de devenir, d’une certaine façon, un entrepreneur indépendant (Segreto, 1999). Dans l’industrie de la chaussure au sud des Marches, et en particulier dans la zone de Fermo, la plupart des nouveaux entrepreneurs venaient d’une paysannerie nouvellement enrichie ; la plupart de ces entrepreneurs étaient des métayers d’origine qui avaient fait fortune grâce au marché noir dans la seconde partie de la Deuxième Guerre mondiale. Là encore une partie de l’activité du nouveau district de la chaussure se faisait à domicile, avec la participation d’une famille entière aidée de quelques ouvriers (Segreto, 1989).

3.3. Le rôle de la sous-culture politique

29Il n’est pas du tout évident de pouvoir confirmer ce rôle. La politique ne semble jouer un rôle crucial que dans quelques cas. Dans le nord du Veneto, où la Luxottica de Gustavo Del Vecchio ouvrit sa première usine, les autorités locales offrirent à ce vendeur de mécanique l’occasion de créer une industrie dans une zone qui n’avait pas de tradition industrielle, où l’émigration vers l’étranger (surtout vers la Suisse) privait les villages de leur jeune force de travail. La tradition catholique et l’utilisation étendue de la main-d’œuvre féminine fournissaient le contexte idéal pour promouvoir un nouveau secteur industriel, considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs exemples du made in Italy (Magrino, 1984 ; Stella, 1996).

  • 5 -Parmi de nombreuses contributions, voir en particulier les chapitres écrits par Roberto Finzi et V (...)

30L’Émilie-Romagne est, même aujourd’hui, la région la plus « rouge » d’Italie sur le plan politique. Au cours de la décennie précédente, son importance, de ce point de vue, était plus grande encore. Les autorités locales urbaines et provinciales appartiennent à la même majorité politique. Cependant, il y a d’importantes différences selon l’histoire politique et culturelle des partis Communiste et Socialiste locaux. En général, le parti Communiste italien considérait cette région comme un laboratoire politique pour tester de nouvelles alliances sociales et politiques avec la classe moyenne et spécialement avec les propriétaires de petites et moyennes entreprises. L’organisation de ce programme politique prévoyait que les autorités urbaines devaient équiper ces espaces (appelés zones industrielles et artisanales) d’infrastructures permettant à ces entreprises de se développer. Ceci était la règle. Mais l’application différait à Reggio Emilia parce que la culture dogmatique et stalinienne dominait la fédération locale du parti Communiste, lequel était partout ailleurs dans la région très pragmatique et moins idéologique5.

31Le développement industriel dans cette province fut plus difficile que dans les autres provinces de la même région. Dans certains cas, les entrepreneurs préférèrent franchir le fleuve qui marque la limite de la province de Reggio Emilia. Un bon exemple peut être fourni par le secteur du bas nylon à Mantoue. Pendant l’entre-deux-guerres un entrepreneur originaire d’Ukraine, Giuseppe Bloch, implanta la production de cet article en Lombardie. Rapidement, son activité devint la plus importante d’Italie. Après 1945, il reprit une usine à Reggio Emilia où il établit son quartier général dans les années 1950 et 1960. Les problèmes financiers et les mouvements sociaux de la fin des années 1960 provoquèrent le déclin et la fermeture de l’entreprise. La grande industrie, par exemple la mécanique, donna naissance à de nouveaux entrepreneurs, mais ils préférèrent franchir le Pô et s’établir dans la province de Mantoue au sud-est de la Lombardie, où la tradition politique était plus modérée, les syndicats moins puissants ; dans cet espace pas très éloignée de Brescia, la tricoteuse mécanique pour l’industrie du bas régnait depuis les années 1960. Ainsi, l’importance de la zone de Mantoue (où aujourd’hui sont fabriqués le plus grand nombre de chaussettes et de bas au monde) est plus le résultat d’une fuite de la province de Reggio Emilia que d’un mérite particulier de cette province lombarde, mis à part le calme politique relatif de sa classe laborieuse (Segreto, 1999).

3.4. La technologie

32Pour l’établissement d’un district industriel, la technologie n’a joué un rôle crucial que dans l’industrie mécanique. Dans ce domaine, la qualification des ouvriers était un facteur déterminant. La formation aux Officine Reggiane et à l’usine Lombardini et, une courte période d’émigration dans une entreprise mécanique suisse, était d’une extrême importance. Dans les autres cas, le savoir technique n’était pas un élément clé pour l’entrepreneur qui se lançait dans une nouvelle activité.

3.5. Le marché

33Dans les années 1950 – selon nombre d’entrepreneurs de la province de Reggio Emilia – il suffisait de produire, car on n’avait pas de problèmes de débouchés : le marché était si réceptif qu’une compétence de commercial ou de fabricant n’était pas nécessaire. L’ouverture de l’économie italienne aux marchés internationaux stimula une nouvelle demande vers 1950 et 1960. Ceci ne veut pas dire qu’il ne fallait pas des outils spécifiques pour établir un réseau commercial. La spécialisation dans un secteur déterminé du marché était la clé du succès pour la nouvelle petite entreprise et pour la formation d’un district industriel. L’organisation commerciale très primaire de beaucoup de petites entreprises industrielles offrit l’occasion à d’anciennes et nouvelles entreprises commerciales d’acquérir une place spéciale dans l’économie locale, comme un sous-produit du développement industriel. Dans l’industrie de la chaussure de la région des Marches, le choix de se spécialiser dans la chaussure bon marché et dans les articles pour femmes et enfants avait été fait dès les années 1930. Les nouvelles entreprises créées dans les années 1950 et 1960 ne changèrent rien à ce profil commercial. Dans l’industrie mécanique de Reggio Emilia, le choix de produire des petits tracteurs et des machines agricoles fut une conséquence de la réforme agraire et de l’exode de la population rurale vers les villes industrielles du nord de l’Italie. Un nombre plus réduit et quelquefois plus âgé de paysans devait faire le même travail qu’auparavant : donc la mécanisation de l’agriculture devenait une nécessité.

34Dans tous ces cas, et dans beaucoup d’autres que nous ne citons pas, le processus de l’intégration européenne augmenta les occasions pour ces nouvelles entreprises, bien que leur présence sur le marché extérieur soit le résultat d’un long processus. Les grosses entreprises perçurent immédiatement un marché « domestique » plus grand, et la plupart des entreprises italiennes en fit de même, mais seulement dans les années 1970 et 1980.

Conclusion

35Une étude du Centre d’analyse économique de l’Université Catholique de Milan, en collaboration avec le Centre d’études de Montedison, montrait, il y a quelques années, qu’en 1997 la valeur ajoutée totale produite par la mode, les meubles et les industries mécaniques italiennes était de 91,9 milliards de dollars US, soit 0,5 milliard de dollars de plus que la valeur ajoutée totale de la pharmacie, des machines de bureau, des raffineries de pétrole et des boissons soft des États-Unis. Cette image renforça beaucoup l’ego économique nationaliste des Italiens (Podestà, 1998). Entre temps, il semble établi que les districts jouèrent un rôle décisif au cours des 50 dernières années dans les taux de croissance et les revenus par habitant de l’Italie. Une étude de la Banque d’Italie montre que dans les différentes macrozones du pays (Nord, Centre et Sud) ces deux données sont meilleures dans les zones à districts que dans les zones sans districts, à l’exception des provinces du Nord, où la différence n’est pas évidente en 1992, alors qu’elle était outrageusement en faveur des provinces sans districts en 1952 (tabl. 2).

Tabl. 2 – Taux de croissance et revenus par habitant dans les provinces italiennes

Régions

Taux de

croissance

Revenus par

habitant

1952 1992

1952-1972

1982-1992

1952

1992

Nord

Sans district

2.9

2.5

2.5

155.2

119.8

Avec district

3.5

2.7

2.1

124.3

119.6

Centre

Sans district

3.4

2.1

1.8

109.8

102.2

Avec district

3.9

2.6

1.7

86.5

103.4

Sud

Sans district

4.2

2.2

1.9

51.4

67.8

Avec district

4.4

2.5

2.0

50.5

74.2

Italie

3.5

2.4

2.0

100.0

100.0

Source : S. Fabiani, G. Pellegrini, E. Romagnano et L. F. Signorini, 1998, L'efficienza delle imprese nei distretti industriali, Bank of Italy.

  • 6 -What a lovely odd place!, A Survey of Italy of The Economist, 7 juillet 2001.

36Le chômage est toujours le point faible de l'économie italienne, comparé avec les autres économies de l'UE, avec une moyenne nationale de 9,8 % qui inclut des valeurs de l’ordre de 20-25% pour l’Italie du Sud contre moins de 5% pour les régions du Nord (soit une absence de chômage techniquement parlant)6. Au cours des 50 dernières années, l’emploi s'est accru davantage dans les zones à district que dans les zones sans district. Même quand un district disparaissait la diminution de l'emploi était plus que rééquilibrée par les nouvelles offres dans les nouveaux districts. Le dynamisme a toujours été un mot associé au district. Peut-on toujours définir les districts comme dynamiques ? Le processus de la mondialisation commence à poser des problèmes à chaque société industrielle d’Europe. Les entreprises peuvent relever les défis du marché en investissant dans des technologies et une organisation nouvelles. Le taux de survie du district s'est accru à partir de 1950. Dans cette décennie, il était de 40,9%, pour un taux de mortalité de 59,1 et un taux de natalité des districts d'environ 26,8. Dans les années 1960, le taux de survie s'éleva à 65,35%, celui de la mortalité fut ramené à 34,65 et le taux de natalité monta en flèche jusqu'à 99%. Dans les deux décennies suivantes, le premier indicateur se stabilisa autour de 83%, le taux de mortalité autour de 16%, alors que la natalité s'effondra à 41,57, puis à 30,77%.

  • 7 -R. Ba, E in Italia è record di nuove imprese: mille al giorno, in Corriere della Sera, 31.1.2002.

37Ces chiffres semblent présager une relative stabilité du système, mais d'autres données montrent que l’Italie reste un territoire très dynamique. En 2001, on a enregistré plus de naissances d'entreprises que de naissances d'enfants, environ 1000 par jour : peut-être parce que les entrepreneurs hommes et femmes sont trop occupés dans leur entreprise ? Les régions du Sud viennent en tête7. Les économistes et les historiens de l'économie conseillent unanimement d’étudier ces espaces comme une nouvelle frontière de la recherche sur les districts.

  • 8 -NDLR : Dicton latin tiré du Fanfaron d’Esope. Mot à mot le sens est : ici [c’est] Rhodes, saute ic (...)

38Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre le rôle et l'importance du district industriel, malgré l'énorme littérature économique qui existe sur le sujet. Peut-être est-il trop tôt pour écrire une histoire « complète » des districts italiens. Cependant, il y a une distinction nette qui doit être faite. Si les caractéristiques de l'économie (et en partie de la sociologie) sont de fabriquer des modèles, l'histoire s'intéresse aux multiples formes de l'expérience concrète, en essayant de décrire le plus précisément possible la variété des expériences entrepreneuriales, qui change avec le temps et l'espace, tout au long de l'histoire de l'industrie italienne (Amatori et Colli, 2001, p.8). Hic Rhodus, hic salta.8

Top of page

Bibliography

Amatori F. et Colli A., (1999), Impresa e industria in Italia dall’Unità ad oggi, Venise, p. 305-322.

Amatori F. et Colli A., eds, (2001), Comunità d’imprese. Sistemi locali in Italia tra Ottocento e Novecento, Bologne, p. 8.

Ascoli U., (1978), Economia periferica e società pontificia, Inchiesta, n° 37.

Bagella M. et Becchetti L. (eds.), (2000), The competitive advantage of industrial districts, New York et Heidelberg.

Bagnasco A. et Messori M. (eds), (1975), Tendenze dell’economia periferica, Turin.

Bagnasco A., (1977), Tre Italie. La problematica territoriale dello sviluppo italiano, Bologne.

Bagnasco A. et Sabel C.F., (1995), Small and Medium-Size Enterprises. Social Change in Western Europe, Londres.

Becattini G., (ss la dir.), (1975), Institut régional pour la planification économique de la Toscane, Lo sviluppo economico della Toscana con particolare riguardo all’industrializzazione leggera, Florence.

Becattini G., (1979), Dal settore industriale al distretto industriale. Alcune considerazioni sull’unità di indagine dell’economia industriale, L’Industria.

Becattini G., (1995), Prato nel mondo che cambia, Storia di Prato, vol. IV, Florence.

Bellandi M., (1999), « Terza Italia » e « distretti industriali » dopo la seconda guerra mondiale, in F. Amatori, D. Bigazzi, R. Giannetti, L. Segreto (eds.), Storia d’Italia, Annali, n° 15, L’industria, Turin.

Bigazzi D., (1990), La storia d’impresa in Italia. Saggio bibliografico: 1980-1987, Milan.

Bodo G. et Viesti G., (1998), La grande svolta. Il Mezzogiorno nell’Italia degli anni novanta, Rome.

Bruni S., (2000), Per una storia dei distretti industriali meridionali, in Fondazione ASSI, Annali di storia dell’impresa, 11, Bologne.

Brusco S. et Paba A., (1997), Per una storia dei distretti industriali italiani dal primo dopoguerra agli anni ‘90, in F. Barca (ed.), Storia del capitalismo italiano, Rome, p.265-266.

Daneo C., (1975), La politica economica della ricostruzione, Turin.

De Rosa L., (1990), L’avventura della storia economica in Italia, Rome-Bari, p. 201-222.

Ferretti R., (2001), Reti di imprese e sistema economico locale. Industria meccanica e comparto motoristico a Bologna (1919-1971), in F. Amatori et A. Colli (eds.), Comunità d’imprese. Sistemi locali in Italia tra Ottocento e Novecento, Bologne.

Finzi R. et Zamagni V., in R. Finzi (ed.), (1997), Storia d’Italia. Le regioni dall’Unità ad oggi, vol. XIII, L’Emilia Romagna, Turin.

Fontana G.L., (ed.), (1997), Le vie dell’industrializzazione europea. Sistemi a confronto, Bologne.

Fuà G. et Zacchia C. (eds.), (1983), Industrializzazione senza fratture, Bologne.

Giovagnoli A., (1991), La cultura democristiana. Tra chiesa cattolica e identità italiana, Rome-Bari.

Landes D.S., (1987), Small is beautiful. Small is beautiful, in Fondazione ASSI di storia e studi sull’impresa, Istituto per la storia dell’Umbria contemporanea, Piccola e grande impresa : un problema storico, Milan.

Magrino M., (1984), I nuovi imprenditori. Venti storie di aziende innovative, Milan.

Paci M., (1976), Riflessioni sui fattori sociali dello sviluppo della piccola impresa nelle Marche, Economia marche, n° 6.

Piore M.J. et Sabel C.F., (1984), The Second Industrial Devide. Possibilites for Prosperity, New York.

Podestà F., (1998), Made in Italy in 195 protagonisti, Il Giornale, 19.5.

Rinaldi A., (2000), Distretti. Ma non solo. L’industrializzazione della provincia di Modena (1945-1995), Milan.

Schumacher E.F., (1979), Small is beautiful: a study of economics as if people mattered, Londres, Mondadori éd.

Segreto L., (1989), L’industria calzaturiera in Italia. La lunga rincorsa marchigiana, 1914-1960, in S. Ansalmi (ed.), L’industria calzaturiera marchigiana. Dalla manifattura alla fabbrica, Fermo.

Segreto L., (1999), La storia, le storie. Imprese e imprenditori a Reggio Emilia dal 1945 agli anni Settanta, in G.L. Basini et G. Lugli (eds.), L’affermazione dell’industria. Reggio Emilia 1940-1973, Rome-Bari.

Stella G.A., (1996), « Schei ». Dal boom alla rivolta : il mitico Nordest, Milan.

The Economist, (1996), Sorpresa, 2.3, p. 63-64.

Trigilia C., (1981), Sviluppo economico e trasformazioni socio politiche dei sistemi territoriali ad economia diffusa: le subculture territoriali, Milan.

Weiss L., (1984), The Italian state and small business, Archives Européennes de sociologie, vol. XXV, n° 1.

Williams K. et al., (1987), The End of Mass Production, Economy and Society, n° 3.

Top of page

Notes

1 -La plupart des premières études, directement basées sur la recherche de terrain, furent publiées par l’édition italienne du magazine de gauche américain Monthly Review, et par un autre magazine, Inchiesta (en français Enquête), qui représentait en quelque sorte un instrument scientifique du le combat culturel et politique de ces années.

2 - E.F. Schumacher, Small is beautiful: a study of economics as if people mattered, Londres, 1973 ; le livre a été publié en Italie en 1979 par Mondadori, le plus grand éditeur italien.

3 - Une grande partie des journaux italiens présents à la conférence organisée à Vicenza par la Chambre de commerce locale et le Centre d’études sur l’entreprise et l’héritage industriel à la fin des années 1996 sur les différents itinéraires de l’industrialisation européenne laissa entendre que le concept de district industriel existait depuis longtemps, et pouvait très bien servir à décrire et analyser le processus d’industrialisation local du xviiie siècle à nos jours (Fontana, ed., 1997).

4 - On peut trouver un résumé de cette discussion dans A. Bagnasco et C.F. Sabel, 1995 et dans l’Introduction de A. Rinaldi, 2000, sur lequel s’appuient en grande partie les deux derniers paragraphes.

5 -Parmi de nombreuses contributions, voir en particulier les chapitres écrits par Roberto Finzi et Vera Zamagni in R. Finzi (ed.), 1997. Sur quelques cas empiriques voir A. Rinaldi, Distretti. Ma non solo, cit. (concernant la situation de la province de Modène), et R. Ferretti, Reti di imprese e sistema economico locale. Industria meccanica e comparto motoristico a Bologna (1919-1971), in F. Amatori et A. Colli (eds.), 2001, pour l’industrie automobile dans la province de Bologne.

6 -What a lovely odd place!, A Survey of Italy of The Economist, 7 juillet 2001.

7 -R. Ba, E in Italia è record di nuove imprese: mille al giorno, in Corriere della Sera, 31.1.2002.

8 -NDLR : Dicton latin tiré du Fanfaron d’Esope. Mot à mot le sens est : ici [c’est] Rhodes, saute ici. Le fanfaron en question, un athlète, se vantait d’avoir fait un saut prodigieux à l’île de Rhodes et qu’il en avait les témoignages ; à quoi un auditeur impertinent avait répondu : « pas besoin de témoignages, ici aussi on est à Rhodes, alors saute »! Dicton équivalent en français : « nul n’est prophète en son pays » ou « il ne faut pas s’en laisser conter ».

Top of page

References

Electronic reference

Luciano Segreto, « Le regroupement districal dans l’industrialisation italienne après 1945 », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 17 October 2008, connection on 18 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/mediterranee.422

Top of page

About the author

Luciano Segreto

Professeur d’histoire, Università di Firenze.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page