Skip to navigation – Site map
L'originalité du cas italien entre modèle emblématique et évolutions nouvelles

Quand l’Italie délimite les systèmes locaux du travail et légifère sur les districts

Delimitation of local labor systems and legislation on clusters in Italy
Alessia Mariotti and Paolo Molinari
p. 65-72

Abstracts

Local labor systems have recently become the basic spatial entity for local development in Italy. This article traces the progress in local production by emphasizing how industrial clustering has served as a model for delimitating local labor systems. The geographical and political-administrative stakes of this production network and its weaknesses are explored. The socio-economic criteria imposed by the recent constitutional reform have heightened the incongruence between the local economic reality and the economic-administrative framework. The authors rely for evidence on examples from the Piedmont and Emilia-Romagna.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie
Top of page

Editor's notes

Paolo Molinari est l'auteur de la partie 1 de cet article et Alessia Mariotti, l'auteur de la partie 2

Full text

Introduction : saisir les turbulences du local

1Les systèmes locaux du travail et les districts industriels correspondent à des recompositions territoriales qui s’inscrivent dans le cadre des processus de décentralisation et de brassage d’échelles qu’on retrouve dans toute l’Europe. Ces processus se traduisent par la volonté de réadapter les territoires aux dynamiques socio-économiques locales contemporaines dans une perspective d’efficacité gestionnaire et de démocratie participative.

2Ces nouvelles formes de territorialité présentent, en effet, une rupture avec la conception traditionnelle de l’État. Cela a produit des conflits entre les institutions, voire de la confusion, entre pouvoirs locaux et central. Les réseaux et les mobilités se multiplient et se différencient.

1. La délimitation des systèmes locaux du travail

1.1. Genèse et définition

  • 1 - Institut régional de programmation économique de Toscane.
  • 2 - Le concept de système local du travail repose sur lestravel-to-work areas réalisés et utilisés en (...)

3L’Institut national de statistique italien (Istat, 1997), avec la collaboration de l’Irpet1 et d’un groupe de chercheurs britanniques (universités de Leeds et de Newcastle), a élaboré et introduit dans les questionnaires du recensement de la Population et des Habitations de 1991 une question vis-à-vis du déplacement des navetteurs. Parmi les résultats les plus évidents de cette innovation, on peut identifier une configuration géographique du territoire italien nommée Systèmes locaux du travail2 (SLT).

4Cette configuration représente un ensemble de communes délimité grâce aux données concernant les déplacements quotidiens de la population vers leur lieu de travail. À cela on applique un algorithme de self-containment des flux.

5Pour ce qui est de l’aspect technique, les SLT sont formés par deux ou plusieurs communes contiguës (lien de contiguïté) qui prennent leur nom de la commune comprenant la quantité la plus élevée d’emplois ; celle-ci est d’habitude la plus peuplée et considérée comme la commune centrale. Le système local ainsi formé est affecté à la province (provincia, NUTS 3) de la commune principale du SLT.

6Il peut aussi arriver que le système local comprenne en son sein des communes appartenant à d’autres provinces dans la même région ou bien dans une région contiguë. En effet, aucun lien strict d’appartenance à des unités administratives supracommunales (départementales ou régionales) n’a été imposé ; cela de manière à réaliser des systèmes locaux qui sont l’expression de la connexion fonctionnelle entre les communes. Cette connexion est le principal critère de régionalisation.

1.2. Les procédés d’identification des SLT

7Parmi les critères de régionalisation socio-économique utilisés pour repérer et analyser les SLT, on retiendra les trois principaux : le self-containment (équilibre entre offre et demande d’emploi), la contiguïté spatiale, le rapport espace-temps.

8Le terme self-containment caractérise un aspect géographique qui marque un territoire où l’on trouve des activités de production et de services suffisamment nombreuses pour offrir des emplois et des logements pour la majorité de la population y demeurant. Il représente le noyau conceptuel de la stratégie de régionalisation utilisée. Il fut réalisé par Hägerstrand (1970) en suivant le « système urbain quotidien » (daily urban system, DUS). En particulier, le système montre la capacité d’un territoire à rassembler la plupart des relations sociales qui interviennent là où les activités productives sont concentrées ; c’est-à-dire les lieux de travail et les activités liées à la reproduction sociale et culturelle, donc les lieux de résidence. Il s’agit essentiellement d’une entité socio-économique qui peut concentrer l’emploi, la consommation ou les autres interactions.

9La relation espace-temps se caractérise par la distance et le temps de parcours entre le lieu de résidence et celui du travail ; cette conception est relative, elle est strictement liée à la présence de services haut de gamme.

10Quatre phases principales marquent l’algorithme de régionalisation : la première vise à repérer les localités potentielles où se trouvent les emplois, à travers le calcul de la fonction de centralité et celle de self-containment ; la deuxième estime le renforcement des localités concentrant les lieux de travail à travers le calcul de la fonction de self-containment tant du point de vue de la demande que de l’offre ; la troisième est représentée par l’étendue de la surface concentrant des lieux de travail, formant les protosystèmes locaux ; enfin on s’occupe du repérage final des SLT. Une autre phase optionnelle peut être ajoutée, que l’on appellera calibrage fin.

  • 3 - Pour consulter la base de donnés de l’ISTAT, voir http://dawinci.istat.it

11L’application de la méthodologie de régionalisation a entraîné une configuration géographique constituée par 684 SLT (en 1991 ils étaient au nombre de 784 ; en 1981 ils étaient 955) assez self-contained, entièrement contigus et qui se disposent sur le territoire du pays sans aucune solution de continuité3 (tabl. 1).

Tabl. 1 - La distribution des SLT en Italie par macrorégions

SLT

1981

1991

2001

Nord

405

283

233

Centre

160

136

128

Sud et Iles

390

365

325

Total

955

784

686

12Tandis que dans les dernières décennies le grand nombre de SLT semblait résulter de la fragmentation des lieux de résidence et/ou de production, aujourd’hui la reconfiguration de nouveaux SLT semble être liée à la naissance ou au renforcement de points de production pour la plupart industriels.

13Le nombre de SLT a baissé de près de 12,5% par rapport à 1991. Dans l’Italie du Nord et du Sud on y trouve de fortes baisses (Nord-Ouest : 18,6%; Nord-Est : 16,8%, Sud : 14,3%), tandis que dans le Centre et les Iles on y trouve des baisses plus contenues (respectivement -5,9% et -4,7%). Les changements ont été répartis de manière différente parmi les régions : leur nombre baisse dans toutes les régions sauf les Pouilles, la Toscane et l’Ombrie. Le nombre des navetteurs est monté à environ 16 millions.

1.3. L’impact des systèmes locaux d’emploi sur les études de secteur

14« Les SLT représentent une grille remarquable en tant qu’unité d’analyse capable de saisir l’organisation de l’économie et de la production où s’articule le territoire national, ainsi que pour identifier les domaines de dimension propre à donner un support d’information aux politiques qui sont sensibles à l’aspect géographique » (Istat, 2000) (tabl. 2).

Tabl. 2 - La distribution des SLT en Italie par classe d’ampleur démographique en 1991 et 2001

Classes d’ampleur démographique

Nombre

de

SLT

1991

%

2001

%

< 10 000 hab

148

18,9

102

14,9

10 001-50 000 hab

374

47,7

314

45,8

50 001-100 000 hab

143

18,2

138

20,1

100 001-250 000 hab

87

11,1

96

14,0

> 250 001 hab

32

4,1

36

5,2

Total

784

686

15En Italie, la loi 144/99 a défini les SLT en tant qu’unité territoriale essentielle pour connaître et évaluer les politiques de développement du territoire national. La commission européenne a ensuite établi les aires où l’on pourra affecter des primes différentes aux entreprises (« cotisations de l’État destinées aux régions ») d’après la grille territoriale représentée par les SLT (Istat, 2000).

16En d’autres termes, on a voulu insérer ces cadres territoriaux dans le contexte hiérarchique des rapports que les acteurs locaux (population, entreprises, institutions) entretiennent tous les jours pour respecter les compétences administratives, ainsi que les autonomies locales, au lieu de tracer les limites des structures socio-économiques détachées du contexte. Il s’agit d’une concentration géographique enracinée de manière différente et renforcée dans le temps par la vie quotidienne (comprenant la vie professionnelle, le temps libre et les relations sociales) et par l’offre de services.

17Les SLT représentent un outil d’analyse efficace pour résumer les études sectorielles sur le développement économique italien (capable d’affranchir les disciplines géographiques des projets territoriaux traditionnels qui ne cessent de rassembler la plupart des analyses démographiques et économiques). À travers les systèmes locaux, le territoire n’est plus une simple étendue ni une variable dépendante, il joue le rôle d’une unité de recherche. Ce changement de point de vue d’analyse de la représentation géographique d’un certain phénomène correspond à la prise en charge de la variété et de la variabilité en tant que traits dominants de la réalité et non en tant qu’exception ou déformation par rapport à une situation de conformité et d’équilibre (tabl. 3).

18Les SLT ont pour origine soit des modèles gravitationnels, qui empruntent le concept de self-containment, soit des modèles réticulaires. Dans la structure du modèle utilisé, on trouve une élaboration des flux gravitationnels et de réseau manifestée par le lieu central en tant qu’unité spatiale qui est self-contained tout en demeurant dans les limites du système local. Ils représentent des systèmes territoriaux fondés sur des relations productives internes qui offrent des cadres géographiques pertinents mais conservent l’ambiguïté de l’idée de système local, tel que l’a souligné G. Becattini (1987, 1988 et 1990).

Tabl. 3 - La distribution des SLT en Italie par Région et macrorégions en 1991 et 2001

Régions et macrorégions

Nombre

de SLT

Différence

Variation

2001

1991

2001-1991

en %

2001

1991

Vallée d’Aoste

3

4

-1

-25,0%

0,4%

0,5%

Piemont

37

50

-13

-26,0%

5,4%

6,4%

Lombardie

58

70

-12

-17,1%

8,5%

8,9%

Trentin-Haut Adige

33

35

-2

-5,7%

4,8%

4,5%

Vénétie

34

48

-14

-29,2%

5,0%

6,1%

Frioul

11

12

-1

-8,3%

1,6%

1,5%

Ligurie

16

16

0

0,0%

2,3%

2,0%

Emilie-Romagne

41

48

-7

-14,6%

6,0%

6,1%

Toscane

53

51

2

3,9%

7,7%

6,5%

Ombrie

17

16

1

6,3%

2,5%

2,0%

Marche

33

42

-9

-21,4%

4,8%

5,4%

Latium

25

27

-2

-7,4%

3,6%

3,4%

Abruzzes

19

24

-5

-20,8%

2,8%

3,1%

Molise

9

10

-1

-10,0%

1,3%

1,3%

Campanie

54

65

-11

-16,9%

7,9%

8,3%

Pouilles

44

39

5

12,8%

6,4%

5,0%

Basilicate

19

25

-6

-24,0%

2,8%

3,2%

Calabre

58

74

-16

-21,6%

8,5%

9,4%

Sicile

77

82

-5

-6,1%

11,2%

10,5%

Sardaigne

45

46

-1

-2,2%

6,6%

5,9%

Italie du Nord-Ouest

114

140

-26

-18,6%

16,6%

17,9%

Italie du Nord-Est

119

143

-24

-16,8%

17,3%

18,2%

Italie Centrale

128

136

-8

-5,9%

18,7%

17,3%

Italie du Sud

203

237

-34

-14,3%

29,6%

30,2%

Iles

122

128

-6

-4,7%

17,8%

16,3%

Italie

686

784

-98

-12,5%

100,0%

100,0%

1.4. Le cas du Piémont (fig. 1)

Fig. 1 - Le zonage des SLT (à gauche) et des districts industriels (à droite) en Piémont : une comparaison

Fig. 1 - Le zonage des SLT (à gauche) et des districts industriels (à droite) en Piémont : une comparaison

(Source : Ires - Insee, 2002)

19Les SLT sont aussi liés à un modèle d’aménagement du territoire. Jusqu’aux années 1970, les politiques économiques étaient surtout des politiques sectorielles, de la grande entreprise et de l’emploi. À partir des années 1980, les politiques économiques territoriales de croissance se sont affirmées et cela d’autant plus qu’un grand débat sur le développement local s’était imposé. Tout cela entraîne l’abandon du modèle de l’aménagement traditionnel centre-péripherie au profit d’un modèle de type polycentrique (Magnaghi, 2000 ; Molinari, 2003).

20En terme d’approche scientifique, on passe ainsi d’une géographie administrative, centrée sur le fonctionnement hiérarchique des échelons de gestion, à une géographie politique qui questionne les articulations multi-niveaux et multi-acteurs dans des systèmes de gestion de plus en plus flexibles. Le questionnement touche à différents registres : politique (autonomie et représentativité), juridique (de l’état central à la subsidiarité), géographique (dynamiques territoriales qui dépassent le maillage institutionnel), économique (crise fiscale de communes trop petites).

  • 4 - Local Administrative Unit, auparavant nommé NUTS 4.
  • 5 - Nomenclature des unités territoriales statistiques.

21Dans cette perspective, les espaces intermédiaires entre région et commune, le niveau LAU 1 4 de la NUTS5 européenne, jouent un rôle très important dans les recompositions territoriales en cours, où ils devraient se substituer à la provincia qui représente le pouvoir central par le biais d’une nouvelle articulation ville-région.

22Pour ce qui concerne le Piémont, cela se traduit dans la refonte du modèle de zonage en « aires écologiques » (aree ecologiche). Ce zonage avait pour objectif d’identifier des zones homogènes correspondant au rééquilibrage socio-économique souhaité par la région dans le cadre de sa programmation (Ires, 1966). Ce rééquilibrage visait à diffuser des modèles de vie locale et à réduire la polarisation autour de Turin. Les aires écologiques prenaient en compte les flux de transports liés aux navettes, l’homogénéité culturelle et les habitudes de vie (identité, proximité d’un grand centre d’emploi, commerces, habitat...), et étaient centrées sur une ville de moyenne ou grande. Par cette orientation, la région entendait baisser les coûts sociaux et économiques, diffuser des modèles de vie locale et rompre l’isolement traditionnel des populations rurales. La réélaboration de ces territoires de projet sera donc la base pour intégrer les systèmes locaux territoriaux (Dematteis et al., 1999 ; Conti et Sforzi, 1997) contemporains dans un discours d’aménagement régional marqué par un retour au politique, à travers les processus de gouvernance des territoires.

2. La législation sur les districts industriels en Italie

2.1. Émergence d’un phénomène endogène

23La littérature en matière de districts industriels et de concentration géographique des dynamiques de production est aussi variée que les performances socio-économiques qui font l’exception du développement local en Italie (Becattini, 1987, 1997 et 2000 ; Benko-Lipietz, 1992 et 2000 ; Dini, 1995 ; Pyke et al., 1991). L’attention des spécialistes s’est concentrée sur ces nouvelles formes d’organisation du travail et de la production à partir des années 1970, quand les processus d’industrialisation décentralisée, difficilement reconductibles aux schémas théoriques traditionnels, commencèrent à émerger. La communauté scientifique devait donc changer autant les modèles que l’échelle d’analyse : il fallait passer du système économique de la grande entreprise au territoire de la petite entreprise.

24Les hypothèses alors formulées et vérifiées dans l’analyse empirique affirmaient que ce ne sont pas exclusivement les variables économiques qui déterminent l’évolution d’un système territorial local, mais qu’il est aussi dépendant de l’influence de la culture et de l’environnement (Dallari et Mariotti, 2005). Le modèle d’excellence assume donc une forme de plus en plus définie, le district industriel, dont les caractéristiques majeures peuvent être résumée ainsi : « un certain nombre d’entreprises, d’un même secteur productif ou de secteurs complémentaires, se localisent dans un même endroit pour pouvoir exploiter la contiguïté territoriale comme moyen pour nouer des échanges ou des relations » (Rullani, 2001, p.6). La proximité permet aux entreprises du district de mettre en place des mécanismes réciproques d’adaptation imitative augmentant leur capacité de réaction aux stimuli extérieurs, qui les rendent compétitives dans des situations à complexité élevée, comme en propose le marché global (Rullani, 2001 ; Beccatini et al., 2001 ; IPI, 2002).

25Les premières régions dans lesquelles ce phénomène émerge sont la Vénétie, la Toscane et l’Emilie-Romagne, ce qui porte C. Muscarà (1967) et A. Bagnasco (1977) à proposer un modèle interprétatif tripartite (la théorie de la Troisième Italie ou de « l’Italia di mezzo » pour le premier et des Trois Italie pour le deuxième), qui identifiait dans les zones du Nord-Est et du Centre les domaines territoriaux privilégiés pour la naissance de ces constellations de systèmes productifs locaux à haute compétitivité. Pendant les trente dernières années, les choix de localisation des petites et moyennes entreprises italiennes ont de plus en plus suivi ce modèle d’agrégation, en transformant la géographie des districts, avec une sorte de glissement vers le sud, tout au long de la côte adriatique (Mariotti, 2003 ; Menegatti, 1989 et 1996).

26Si l’attention envers les systèmes productifs locaux et les dynamiques de district a été initialement lente à se former dans le champ scientifique (Becattini, 1987), sur le plan institutionnel et normatif il l’a été encore plus, car l’État italien a attendu jusqu’au début des années 1990 pour proposer une reconnaissance formelle des districts et participer donc à leur fonctionnement avec des financements et contributions aux entreprises. Malheureusement les ambiguïtés et rigidités normatives, dans la loi 317/91 et dans les suivantes, n’ont pas permis de produire les effets espérés, en accentuant au contraire dans certains cas la discordance entre les régions dans lesquelles la forme du district était d’origine endogène et spontanée et celles qui avait dû œuvrer pour faire rentrer leurs réalités territoriales dans les paramètres imposés.

2.2. Combien de districts ? Une question insoluble

27La recherche d’une définition générale des districts industriels a trouvé beaucoup d’obstacles à cause de la grande variété des dynamiques productives locales, des changements rapides dans les structures de l’économie locale et des différents paramètres pris en considération lors des études et des recherches menées sur le terrain. À partir de 1981 les études ont proliféré sur ce thème, autant de la part des organismes institutionnels (régions, ISTAT, CNEL, CNR) que de la part du secteur privé (CENSIS, Club dei Distretti, Il Sole 24 Ore, universités). Ces recherches ont donné des résultats différents, autant dans le nombre des districts recensés qu’en ce qui concerne les critères de définition de ces agglomérations productives (tabl. 4). Pour en citer quelques-unes, F. Sforzi (1997) dans sa recherche a identifié 61 districts localisés, de façon relativement homogène, dans les différentes régions d’Italie. Pour obtenir ce résultat le chercheur a sélectionné les localités à l’intérieur de quinze catégories de systèmes locaux, qui présentaient les caractéristiques des districts industriels marshalliens.

28La recherche conduite par l’institut Tagliacarne choisit d’analyser les districts industriels en Italie en utilisant un système de relevé des données différent du précédent. Le district est ici entendu comme un système interactif de petites entreprises plus concentrées dans l’espace, qui interagit avec une population définie sur un territoire déterminé. Cette recherche est arrivée à identifier 187 phénomènes de localisation productive. Le total des districts recensés concentre un peu plus de 40% des entreprises nationales (Dallari, 2002).

29L’enquête menée par le quotidien économique Il Sole 24 Ore, tout en dénonçant l’approximation des données statistiques disponible et l’hétérogénéité de l’ensemble recherché, a identifié 65 districts.

30Dans une enquête récente, le Censis a déterminé l’existence d’au moins une centaine de concentrations productives et a mis en évidence les performances les plus significatives, en confirmant la capacité originale des districts à répondre efficacement aux opportunités du marché.

31Parmi les différentes définitions, celle de l’ISTAT est particulièrement intéressante, car cet organisme a analysé systématiquement tout le territoire national en prenant comme base de référence les SLT. Sur la base de cette analyse les districts industriels sont 199, dont 59 dans le Nord-Ouest, 65 dans le Nord-Est, 60 dans le Centre et 15 au Sud. 25% de la population nationale réside dans des districts à proprement parler, qui accueillent 40% des unités de production manufacturière et 45% des salariés avec une moyenne de 9 personnes par unité locale. Les spécialisations productives majeures sont le textile-confection (70 districts), l’ameublement (37), la mécanique (33), le cuir et les chaussures (28), l’agroalimentaire (17), le papier et l’imprimerie (6). Enfin, au 1er avril 2005, 12 régions ont, sur la base de la loi (317/91 et140/99), défini des « districts industriels » (DI) sur leur territoire, dont 8 dans le Centre-Nord (Piémont, Lombardie, Vénétie, Frioul, Ligurie, Toscane, Marche, Latium) et 4 dans le Mezzogiorno (Abruzzes, Campanie, Basilicate et Sardaigne). Les quatre branches d’activités mentionnées constituent la spécialisation productive de 76% des 121 districts définis par les régions (tabl. 4).

32Cette prolifération de délimitations engendre beaucoup de problèmes. Par exemple, seuls les districts définis par les régions et par l’ISTAT prennent comme base les limites administratives communales, tandis que tous les autres définissent des zones indépendamment des divisions administratives du territoire. Le problème majeur naît du fait que le plan territorial dans lequel s’articulent les relations entre entreprises (le système de production local) ne coïncide pas avec le plan des relations vie-travail (SLT). C’est-à-dire qu’un seul bassin d’emploi peut intégrer plusieurs systèmes locaux de production, qui peuvent occuper des zones superposées.

Tabl. 4 – Les districts sur la base des différentes analyses

Nombre

des

district

industriels

Régions

Identification régionale*

Enquête ISTAT

Enquête F. Sforzi

Tagliacarne

Il Sole 24 Ore

Enquête Ceris-CNR

Vallée d’Aoste

-

-

-

-

-

-

Piémont

25

16

2

14

4

9

Lombardie

21

42

11

15

11

24

Trentin-Haut Adige

-

4

-

-

-

-

Vénétie

19

34

14

21

9

9

Frioul

4

3

1

10

3

4

Ligurie

1

1

-

7

1

1

Emilie-Romagne

-

24

9

18

9

11

Toscane

7

19

8

30

6

10

Ombrie

-

5

-

4

1

-

Marche

9

34

15

8

3

6

Latium

-

2

-

10

2

2

Abruzzes

4

6

1

11

1

1

Molise

-

-

-

3

-

-

Campanie

7

4

-

6

1

2

Pouilles

-

3

-

8

3

2

Basilicate

-

-

-

4

-

-

Calabre

-

2

-

4

-

-

Sicile

-

-

-

1

1

3

Sardaigne

4

-

-

1

1

3

Italie

101

199

61

187

57

87

Sources : Élaborations des données Ceris – CNR, 1999 ; * F. Sforzi, 2002.

2.3. Le rôle de l’État dans la définition légale des districts industriels

33Les districts industriels constituent un cas d’excellence de l’économie italienne et sont donc considérés à l’étranger comme un modèle à imiter pour promouvoir le développement local. Pourtant, ce n’est qu’au début des années 1990 que des lois spécifiques en faveur de ces réalités territoriales ont été intégrées dans la politique économique nationale. Un rôle central a été attribué aux régions, qui ont eu la charge de délimiter les districts sur leur territoire en appliquant la loi nationale n°317 de 1991 « Interventi per l’innovazione e lo sviluppo delle piccole imprese », qui a reconnu juridiquement les agglomérations industrielles localisées.

34Les objectifs de la loi n°317 sont de promouvoir le développement, l’innovation et la compétitivité des PME en particulier avec la diffusion des nouvelles technologies ; le soutien à la création de consortiums et coopératives d’entreprises pour obtenir des garanties financières collectives ; la diffusion de nouveaux instruments financiers pour le développement des PME ; la création de nouvelles PME dans les aires industrielles en crise (objectifs communautaires) en favorisant les investissements dans les petites entreprises de l’innovation.

35Selon la loi, les petites entreprises industrielles comptent moins de 200 employés et 10 millions d’euros de capital investi, tandis que les petites entreprises commerciales et de services n’ont pas plus de 75 employés et 4 millions d’euros de capital investi.

36Dans le panorama national on assiste donc actuellement à une superposition entre districts de fait et districts créés par la loi ou, mieux, de systèmes productifs locaux déterminées avec une procédure exogène de type top down sur la base des normes nationales. Si certains systèmes locaux du travail, sur lesquels la loi avait fondé son unité territoriale de référence, remplissaient les critères statistiques, ce n’est pas pour autant qu’ils étaient directement assimilables à de véritables districts industriels ; une des grandes limites de la loi a été par conséquence d’avoir réduit l’effort des régions à la reconnaissance formelle des zones de spécialisation productive (Dallari et Mariotti, 2005). Ce n’est qu’en 1999, avec la loi n°140 du 11 mai, que l’État a introduit un nouveau type de zones, le « Système productif local ». L’obligation de la présence exclusive de petites entreprises y est éliminée ainsi que l’obligation pour les régions de respecter les modèles du décret ministériel de 1993, ce qui leur laisse plus de pouvoir. Le décret du 21 avril 1993précisait en effet les conditions selon lesquelles un SPL pouvait être défini comme district industriel selon les critères suivants :

  • l’industrialisation manufacturière (moyenne de l’industrie dans l’emploi salarié supérieure de 30 % à la moyenne nationale) ;

  • la densité d’entreprises (nombre d’entreprises industrielles par habitant supérieur à la moyenne nationale) ; la spécialisation industrielle (poids du secteur considéré dans l’emploi salarié supérieur de 30 % à la moyenne nationale) ;

  • la spécialisation industrielle dominante dans la zone (secteur industriel dont le poids dans l’emploi salarié de la zone est supérieur de 30 % à celui des autres secteurs industriels) ; la présence de petites entreprises dans la zone (unités de production employant moins de 50 salariés supérieure à 50 %).

37Déjà, après la loi de 1991 avait émergé la volonté de quelques réalités régionales, en particulier l’Emilie-Romagne, de ne pas appliquer la procédure pour la reconnaissance officielle des zones de spécialisation productive, bien que fortement présentes sur leur territoire. Ce choix dépendait en partie de la volonté des administrateurs locaux de maintenir l’indépendance de la région dans les choix de financement et de support des systèmes productifs à l’échelle locale, car la réalité productive des systèmes manufacturiers y avait atteint un stade outrepassant les critères, car ils voulaient préserver une distribution homogène des investissements.

38Avec la loi suivante (140/1999), d’autres régions ont adhéré à la proposition provenant du législateur national, notamment certaines régions du Sud comme le Latium, les Pouilles et la Basilicate, pendant qu’au Nord et au Centre quelques régions (Lombardie, Toscane et Frioul, Venise, Iulia) décidaient de formuler une définition des districts ex novo ou de modifier la loi précédente de 1991. La Vénétie a aussi modifié la procédure de reconnaissance de ses systèmes productifs locaux à l’occasion de cette deuxième opportunité institutionnelle (Dallari et Mariotti, 2005).

2.4. Le cas de l’Emilie-Romagne

39Le « modèle émilien » désigne depuis longtemps un système économique « différent » caractérisé par une connotation politique et idéologique. C’est la région de la coopération et de la solidarité où, sur la base d’un territoire à prévalence agricole, s’installent à partir de l’après-guerre des agglomérations industrielles. Le sentiment d’indépendance que la libération avait répandu dans toutes les couches sociales, le développement de la consommation et des investissements en cours dans le pays, créèrent des marchés favorables pour les artisans et les petits commerçants ; dans le même temps, l’ancienne structure agricole basée sur le métayage cessait d’exister (la loi 756 de 1964 abolissait le métayage et créait la figure du cultivateur direct) en donnant le feu vert à une modernisation intensive du secteur. C’est dans ce contexte que naissent les districts industriels comme réseaux de petites entreprises très spécialisées par stades de la production, donnant au système une très forte compétitivité grâce aux rapports de collaboration entre les différentes parties sociales.

40Le décollage économique de l’Emilie-Romagne prend vie sur la base de facteurs spontanés et non programmés. La création des régions en 1970 crée un lieu de coordination entre les politiques locales (Dallari, 2002). On peut ainsi retenir dix facteurs typiques des politiques des années 1970 :

  1. la méthode de la programmation : en Emilie-Romagne, à partir du niveau communal pour finir au régional, les décisions publiques sont prises sur la base de plans et de programmations ;

  2. la concentration des acteurs : l’approche de la programmation est plus facile à mettre en place si les acteurs locaux ne sont pas dispersés ;

  3. l’engagement pour les intérêts communs : les provinces de l’Emilie-Romagne sont au premier rang en Italie pour le nombre d’inscrits aux associations de catégorie, les associations d’entrepreneurs y sont très fortes et constamment interpellées et impliquées dans les décisions. Il en va de même pour les syndicats de travailleurs ;

  4. le pragmatisme : la pratique courante entre les administrateurs est la collaboration, pour rendre les pratiques bureaucratiques plus rapides et donner des réponses aux revendications sociales ;

  5. la décentralisation : la décentralisation des fonctions aux administrations locales est souvent pratiquée au niveau régional ;

  6. la redistribution des revenus : une grande partie des politiques publiques en Emilie-Romagne visaient à favoriser les catégories sociales les moins riches ;

  7. le soutien du secteur public : jusqu’ aux années 1980, l’intervention publique bénéficie d’une forte légitimation ;

  8. des services au lieu du transfert d’argent : les organismes locaux et la région préfèrent distribuer des services plutôt que de financer les initiatives dignes de soutien, autant dans le champ social que dan le champ productif ;

  9. le rôle des femmes : le rôle opérationnel de la femme est soutenu, le taux d’activité féminine est le plus élevé d’Italie ;

  10. 1le soutien à l’économie sociale : l’Emilie-Romagne est la région qui emploie le plus grand nombre de personnes dans des coopératives (20,4% de l’occupation totale) avec un rôle dominant des coopératives « rouges ».

41Dans la même période, le système socio-économique de la région est caractérisé par un degré élevé de « confiance sociale », favorisée par un niveau élevé de bien-être, mais aussi par une distribution équitable du revenu apte à éviter des conflits entre les différentes catégories sociales (Dallari, 2002). La confiance dans les institutions est confirmée par une très faible évasion fiscale et par l’esprit de collaboration qui depuis toujours lie citoyens et acteurs institutionnels. La faiblesse du chômage permet d’augmenter la productivité sans conflit social ; la tendance est de toute façon toujours à la formation de main-d’œuvre spécialisée, ce but étant poursuivi autant à l’école secondaire, que par le biais de centres pour la formation professionnelle des jeunes entrepreneurs.

42Au final, cette région où le phénomène des districts est le plus fort, a justement choisi de ne pas appliquer la loi nationale. Cela à cause des difficultés d’application des paramètres imposés par la loi, qui ne permettent pas de couvrir toutes les zones productives, même celles qui sont traditionnellement reconnues comme districts. L’application de la loi aurait par exemple exclu toutes les concentrations de PME en milieu urbain et périurbain (mécanique à Bologne ou céramique à Faenza), qui n’atteignent pas le seuil d’industrialisation (pourcentage des employés dans la manufacture inférieur à 44%).

43Les limites imposées à la taille des unités locales excluent les districts historiques à forte concentration d’entreprises, induite par l’innovation technologique, comme Sassuolo.

44C’est ainsi que l’Unioncamere d’Emilie-Romagne a pu mettre en évidence en 1994 la présence de 17 districts industriels (actuellement 24), tout en soulignant comment le fait de reconnaître les districts uniquement sur la base des composantes matérielles portait à désigner comme districts des aires qui ne l’étaient pas et à en exclure d’autres qui traditionnellement l’étaient. D’où la difficulté pour la région de formaliser un « résultat » ainsi loin du territoire, même si ceci aurait pu constituer un obstacle à l’acquisition de financements publics visant les districts reconnus.

45On voit donc que la mode du local dans l’aménagement du territoire peut perdre de vue l’essentiel des dynamiques territoriales en créant des coquille vides ou en imposant des critères inadaptés. Le débat est loin d’être clos pour l’orientation de politiques nationales du développement local.

Top of page

Bibliography

Bagnasco A., (1977), Tre Italie, Bologna, Il Mulino.

Becattini G. (1987), Mercato e forze locali: il distretto industriale, Bologna, Il Mulino.

Becattini G., (1988), Il distretto industriale marshalliano come concetto socio-economico, Stato e mercato, 25, p.111-128.

Becattini G. (a cura di), (1990), Il pensiero economico: temi, problemi e scuole, Torino, UTET.

Becattini G., (1990), Alfred Marshall e la vecchia scuola economica di Cambridge, in Becattini G. (a cura di), Il pensiero economico : temi, problemi e scuole, Torino, UTET.

Becattini G., (1997), Dal distretto industriale alla distrettualizzazione: alcune considerazioni, in Fontana G. (a cura di), Le vie dell’industrializzazione europea. Sistemi a confronto, Bologna, Il Mulino, p. 65-76.

Becattini G., (2000), Dal distretto industriale allo sviluppo locale. Svolgimento e difesa di una idea, Torino, Bollati Boringhieri.

Becattini G., Bellandi M., Dei Ottati G. e Sforzi F. (a cura di), (2001), Il caleidoscopio dello sviluppo locale. Trasformazioni economiche nell’Italia contemporanea, Torino, Rosenberg & Sellier.

Becattini G.,( 2000), Alle origini della campagna urbanizzata, Dispense per il seminario tenutosi il 18/05/2000 presso la Facoltà di Urbanistica dell’Università di Firenze.

Benko G., Lipietz A., (1992), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF.

Benko G., Lipietz A., (2000), La richesse des régions. La nouvelle géographie socio-économique, Paris, PUF.

Conti S. e Sforzi F., (1997), Il sistema produttivo italiano, in Coppola p. (a cura di), Geografia politica delle regioni italiane, Torino, Einaudi.

Dallari F., (2002), Il distretto industriale tra spazio e territorio, Dispense per il corso di Geografia Applicata, www.des.unibo.it/dallari

Dallari F. et Mariotti A., (2005), L’Italia tra distretti industriali e sistemi turistici locali, in Ambiente, società, territorio. Geografia nelle scuole, n° 4.

Dematteis G., Bonavero P., Sforzi F., (1999), The Italian Urban System. Toward European Integration, Aldershot: Ashgate Publishing Ltd..

Dini F. (a cura di), (1995), Geografia dell’industria. Sistemi locali e processi globali, Torino, Giappichelli Editore.

Hägerstrand T., (1970), What about people in Regional Science?, Papers of the Regional Science Association, vol. 24, p.7-21.

Ires, (1966), Linee per l’organizzazione del territorio della Regione, Quaderno Ires n. 19, Torino.

Ires – Insee Rhône-Alpes, (2002), Atlas de zonage du Piémont et de Rhône-Alpes.

Istat – Irpet, (1989), I mercati locali del lavoro in Italia, Franco Angeli, Milano.

Istat – Irpet, (1991), I nuovi mercati locali del lavoro, Istat, Roma.

Istat, (1997), I sistemi locali del lavoro, Istat, Roma.

Istat, (2000), Specializzazione produttiva dei sistemi locali del lavoro, in Rapporto Annuale 1999, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, Roma.

Magnaghi A., (2000), Il progetto locale, Torino, Bollati Boringhieri

Mariotti A., (2003), L’industrie italienne : d’une lecture économique à une lecture territoriale, in C. Vallat (a cura di), Autres vues d’Italie : lectures géographiques d’un territoire, Paris, L’Harmattan.

Menegatti B., (1989), Alle radici dello sviluppo industriale bolognese : il caso della Ducati, in L’Italia che cambia. Il contributo della geografia, Atti del congresso della Società Geografica Italiana, Catania.

Menegatti B., (1996), Verso il cuore dell’Emilia-Romagna, in Cencini C. (a cura di), Emila Romagna. Una regione in transizione, Bologna, Pàtron.

Molinari P., (2003), La regionalizzazione del territorio : unità di rilevazione e di indagine. Aspetti epistemologici ed applicativi, Thèse de doctorat, Università de Bologne.

Muscarà C, (1967), La geografia dello sviluppo, Edizioni di Comunità, Milano

IPI, (2002), L’esperienza italiana dei distretti industriali, Roma.

Pyke F., Becattini G. et Sengenberger W., (1991), Distretti industriali e cooperazione fra imprese in Italia, Firenze, Banca Toscana.

Rullani E., (2001), Il distretto industriale come sistema adattivo complesso, Paper presentato in occasione degli Incontri pratesi IRIS su Lo sviluppo locale, Villa medicea di Artimino, 10-14 settembre.

Sforzi F., (1997), Il cambiamento economico nel sistema urbano italiano, in Dematteis G. e Bonavero p. (a cura di), Il sistema urbano italiano nello spazio unificato europeo, Bologna, Il Mulino, p.206–207.

Top of page

Notes

1 - Institut régional de programmation économique de Toscane.

2 - Le concept de système local du travail repose sur lestravel-to-work areas réalisés et utilisés en Grande-Bretagne à partir des années 1970.

3 - Pour consulter la base de donnés de l’ISTAT, voir http://dawinci.istat.it

4 - Local Administrative Unit, auparavant nommé NUTS 4.

5 - Nomenclature des unités territoriales statistiques.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Le zonage des SLT (à gauche) et des districts industriels (à droite) en Piémont : une comparaison
Credits (Source : Ires - Insee, 2002)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/426/img-1.png
File image/png, 62k
Top of page

References

Electronic reference

Alessia Mariotti and Paolo Molinari, « Quand l’Italie délimite les systèmes locaux du travail et légifère sur les districts », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 16 October 2008, connection on 25 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/426 ; DOI : 10.4000/mediterranee.426

Top of page

About the authors

Alessia Mariotti

Université de Bologne

Paolo Molinari

Université Catholique de Milan

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page