Skip to navigation – Site map
Marseille à l'heure de 2013 : laboratoire artistique et urbain

Marseille, laboratoire permanent de politiques culturelles

Marseille, a permanent laboratory of cultural policies
Philippe Foulquié
p. 47-49

Full text

La genèse de la Friche

La Friche, façades de nuit

La Friche, façades de nuit

© F. Blaise.

1Le projet de la Friche la Belle de Mai, sans être en phase avec un projet politique global, a été en premier lieu porté par un politique qui l’a confié à des opérateurs culturels sans chercher à s'immiscer dans leur projet. Le maire actuel, en accord avec ce projet, a continué à le soutenir.

2Par ailleurs, l’opération d’intérêt national Euromédi- terranée prévoyait à l’origine de réhabiliter le site de la manufacture de tabac [ndlr: sur lequel est installée la Friche la Belle de Mai] en y implantant une réserve d’entreprises. Mais comme nous étions déjà installés sur le site, nous avons travaillé avec la mission de préfiguration (dirigée à l’époque par Jean-Pierre Weiss) à la définition d’un projet commun pour cette friche industrielle. Ensuite, lors de la campagne pour les municipales de 1995, Jean‑Claude Gaudin a présenté la Friche comme étant « son projet culturel ». Une fois élu, nous sommes retournés le voir en lui disant que nous croyions aux promesses: il les a tenues en rachetant la totalité du site et en multipliant la subvention municipale par cinq – précisons quand même que celle-ci était très modeste au départ.

3Je dois donc la Friche d’abord à Christian Poitevin, adjoint à la culture sous la mandature de Robert Vigouroux, ensuite à Jean-Claude Gaudin. Avec ce dernier, si les relations tenaient souvent du « je t’aime, moi non plus », il existait un consensus sur la nécessité de l’existence de la Friche.

4La Friche se situe dans une zone qui est l’épicentre de la crise marseillaise: c’est la zone industrielle où se concentraient les usines de transformation du Port, de la Belle de Mai à Arenc. C’est également un secteur à mi-chemin entre l’hypercentre et les quartiers Nord. À une autre échelle temporelle, il faut rappeler que Marseille n’a jamais été capitale. La ville a été pillée par le pouvoir central, sous Louis XIV ou sous Napoléon, et par sa propre bourgeoisie ensuite. On n’y trouve que peu de monuments historiques. C’est dans ce contexte qu’en 1990, nous avons créé le projet Friche, et qu’en 1992, nous avons investi la Belle de Mai. À cette époque, ce qu’on attendait des gens qui occupaient les friches, c’était qu’ils les gardent! La spéculation était inexistante, nous avions du temps devant nous. Nous avons développé les choses dans ce contexte, avec quelques règles.

1 - Quelques principes

5La première d’entre elles était la suivante: la Friche ne serait « ni un squat, ni un phalanstère d’artistes ». Pas un squat, car nous ne souhaitions pas que cela dégénère – à nous d’inventer des dispositifs de production et d’accueil. Pas non plus un phalanstère d’artistes, pour surtout ne pas nous retrouver dans un lieu où les artistes seraient repliés sur eux-mêmes. L’urgence du public était donc là.

6Le second principe était d’impliquer les artistes dans la construction des projets culturels: l’échec de la grande décentralisation culturelle réside dans le fait que dans les grands établissements culturels institutionnels, il n’y a pas d’artistes. Il n’ont pas le droit d’être en dehors du plateau ou de la salle d’exposition, pas le droit de résider sur place pendant un moment, encore moins le droit de participer à la programmation du lieu, c’est tout juste s’ils ont le droit de répéter. Nous voulions faire l’inverse: héberger les artistes sur le long terme, leur permettre de travailler, et les impliquer, en amont, dans notre projet culturel.

7Voilà les principes fondateurs sur lesquels nous nous sommes développés. Il y en a quelques autres, parmi lesquels l’importance de la production – entendue comme mécanisme de socialisation des démarches artistiques, c’est-à-dire à la fois la production, la fabrication, mais aussi le suivi des démarches, la diffusion des spectacles et l’histoire des œuvres. Enfin, dernier point: il s’agissait d’essayer de mutualiser les moyens, non pas pour faire « coopérative sympa », mais parce que ça coûte moins cher et que la mutualisation est souvent synonyme de synergie.

2 - Naissance de la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif)

8Est arrivé le moment où nous nous sommes demandés ce que nous allions faire avec un « machin » de 120000 m2, situé à dix minutes du centre-ville, complètement obsolète du point de vue industriel tout en étant un véritable monument. De manière intuitive, nous sommes allés voir l’architecte Jean Nouvel, qui a accepté de « parrainer » la Friche en tant que président en 1995, et qui nous a plu pour son entêtement: il n’a jamais cédé aux pressions diverses, il a fait ce qu’il a dit, et malgré son côté un peu mondain, c’est un militant incroyable, comme nous l’avons découvert « à l’usage ». C’est lui qui nous a fait inventer le concept « Un projet culturel pour un projet urbain » en 1995, concept que l’on peut résumer ainsi: un lieu culturel, dans sa transformation, implique la transformation de son quartier et de la ville, et au-delà de la ville, puisque « l’international, c’est le local moins les murs ».

9Pendant ce temps, nous continuions à accueillir des projets, en essayant d’inventer des capacités d’accueil pour les producteurs – des gens capables de suivre une démarche d’artiste pendant le temps de maturation nécessaire.
Il s’agissait de mettre en œuvre des processus de production plus que d’animation. Ce sont parfois des artistes qui ont fait la démarche par eux-mêmes: par exemple, Gilles Barbier a fondé (en sortant de l’école, et avec d’autres) l’association Astéride, qui existe toujours à la Friche alors que son fondateur est reconnu dans les milieux de l’art contemporain.

10D’une manière générale, à partir de 2002, les financements en droit commun institutionnel ont eu tendance à stagner, voire à baisser – que ce soit de la part de l’État ou de la Région. Il a fallu trouver un nouveau cadre. Constatant que sur les 60 artistes résidents de la Friche, 50 étaient subventionnés, nous nous sommes d’abord tournés vers les institutions, mais ça n’a pas fonctionné. L’hypothèse d’un « établissement public » a aussi existé un temps, sans plus de succès. Finalement, nous nous sommes lancés dans un projet plus difficile mais aussi plus passionnant: la création d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC). Une vingtaine d’artistes-résidents, les principaux, accepte de participer financièrement au capital de la SCIC, dont ils deviennent membres, et la redevance réglée par chaque structure permet ensuite d’équilibrer le budget de fonctionnement en assumant les coûts de gestion, de gardiennage, etc. qu’assumaient jusque-là l’association Système Friche Théâtre.

11Cette transformation d’un système associatif en système coopératif nous permet de gérer et d’être responsable d’un site de 45000 m2 en centre-ville, au grand dam des promoteurs qui achetaient des espaces tout autour de la Friche pour des projets immobiliers aux noms évocateurs (« Les Terrasses de la Friche », « L’œil de la Friche », « Le Carré de la Friche »…). Ils n’ont pas compris qu’un maire de droite, Vice-Président de l’UMP, accepte de céder face à un projet porté par « de drôles de gens ».

12L’architecte Patrick Bouchain [ndlr: connu et reconnu pour la transformation d’anciens sites industriels en lieux de culture, comme le Lieu Unique à Nantes, la Condition publique à Roubaix ou la Channel à Calais] devient PDG de la SCIC, qui s’occupe donc de gérer le site et sa transformation tandis que l’association Système Friche Théâtre continue d’être en charge du développement des projets culturels. L’espace demeure propriété de la Ville, qui a voté un bail emphytéotique de 45 ans à la SCIC.

3 - La Friche et Marseille-Provence 2013

13Nous travaillons au projet de capitale européenne de la culture depuis 2005. Un jour, Bob Scott, président de Liverpool 2008, vient nous voir et nous dit: « Je voudrais créer un réseau des villes que leur pays n’aime pas ». On a donc mis en place ce réseau, ensemble, avec à l’origine Marseille, Liverpool, Naples, Istanbul, Brême, Gdansk, Bilbao – cette dernière s’étant finalement retirée. Ce réseau s’appelle Cities on the edge. Dans le cadre de ce réseau, on a travaillé sur la candidature pendant deux ans, quasiment seuls, accompagnés de Ferdinand Richard [ndlr: directeur de l’AMI – Aide aux Musiques Innovantes, association installée à la Friche Belle de Mai] et du Ballet de Marseille. La Ville est entrée dans le projet à peu près au moment de l’arrivée de Bernard Latarjet. Lorsque ce dernier a dû choisir son lieu d’installation, on lui a proposé la Villa Diamantée sur le vieux port ou les Docks. Il a répondu qu’il n’existait selon lui qu’un seul équipement culturel qui ait une dimension internationale à Marseille, la Friche Belle de Mai, et que c’est ici qu’il souhaitait s’installer.

14Nous avons donc continué à développer des réseaux, et dans le même temps, à militer. Comment entrer dans la dynamique « capitale culturelle »? Comment passer de l’ordinaire à l’extraordinaire? Comment transcender nos savoirs-faires? Au fil de cette période, Marseille-Provence a d’abord été séléctionnée une première fois, puis une seconde, jusqu’à la nomination définitive en septembre 2008, qui s’est faite suite à une dernière visite à Marseille des membres du jury de la Commission européenne – visite qui s’est terminée à la Friche au restaurant « Les Grandes Tables ». Nous avons toujours milité pour ce label de capitale européenne de la culture, et fait en sorte que Bernard Latarjet puisse travailler dans de bonnes conditions. Maintenant, nous attendons que les propositions prennent en compte un certain nombre de choses. Nous apprécions le projet et ses principes. Monter des collaborations artistiques est dans nos habitudes et nos savoirs-faire, le fonctionnement nous plaît, comme l’idée de mêler des personnes venues de l’extérieur: Marseille est une ville d’artistes, une ville aimée des artistes. L’idée des grands axes est également intéressante. Par contre, j’aime moins l’idée de commande, je n’ai jamais fait ça et n’en vois pas la nécessité: je croule déjà sous les projets, et dois constamment en refuser, y compris des bons... Donc le principe de la commande ne me paraît pas indispensable.

Conclusion

15Avant de conclure, j’aimerais revenir sur deux choses.

16Un jour, B. Latarjet me demande de lui faire une note pour lui dire comment sera la Friche en 2013. Ma réponse est double: d’une part, elle ne sera pas comme en 2010, encore moins comme en 2008; d’autre part, elle sera toujours en cours de transformation car elle pense et continuera à penser son avenir comme étant ouvert. Deuxièmement, à l’époque de la candidature, il me semblait que Marseille n’avait aucune chance face aux autres villes candidates (Lyon, Bordeaux, Toulouse), si l’on considérait les villes du strict point de vue des équipements culturels, des capacités d’accueil du public et des capacités budgétaires. La seule chance de Marseille, finalement, était d’être un formidable laboratoire, et qu’à l’intérieur de ce laboratoire s’en trouvait un autre, la Friche, particulièrement privilégié du point de vue de ce qui s’y développait, notamment à travers la SCIC. Nous avons fait à l’époque un livre pour présenter les projets de candidature propres à la Friche, que B. Latarjet a présenté à la Commission. C’est une présentation de la Friche, mais aussi de ses tentatives, de ses hypothèses, de ses projets. Je crois que personne ne contestera l’importance de la Friche dans le choix de Marseille comme capitale européenne de la culture.

17Aujourd’hui, si nous ne voulons pas entrer dans le conflit politique, nous avons cependant une exigence: que les directeurs de projets soient à l’écoute des opérateurs culturels locaux. Quand on voit la Gare Franche, la Cité des Arts de la Rue, la Friche la Belle de Mai, le théâtre du Merlan, le Ballet national de Marseille, le thâtre du Gymnase et le Grand Théâtre d’Aix, quand on voit le développement du Théâtre Massalia à la Friche et à Toulon, bref le développement qu’ont généré les opérateurs culturels existant dans la ville et dans la région, on sent qu’on a déjà de vraies forces pour faire une belle capitale européenne de la culture.

Top of page

List of illustrations

Title La Friche, façades de nuit
Credits © F. Blaise.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4303/img-1.png
File image/png, 1011k
Top of page

References

Electronic reference

Philippe Foulquié, « Marseille, laboratoire permanent de politiques culturelles », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 20 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4303

Top of page

About the author

Philippe Foulquié

fondateur et directeur de la Friche Belle de Mai, http://www.lafriche.org/

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page