Skip to navigation – Site map
L'originalité du cas italien entre modèle emblématique et évolutions nouvelles

Le « district culturel du sud-est » en Sicile

Cultural clustering in southeastern Sicily
Antoine Le Blanc
p. 79-83

Abstracts

The cluster model is applicable to other economic activities besides manufacturing and in regions other than the Third Italy. In southeastern Sicily, several communes joined forces in a development project organized around tourism whose objective is sustainable development. By promoting the architectural and environmental patrimony of this zone, tourism can be enhanced and a « cultural cluster » begins to emerge.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie, Sicile
Top of page

Full text

Introduction

1Au début de l’année 2004, huit villes de Sicile sud-orientale ont signé un protocole instituant le premier district culturel italien, à vocation touristique, autour du baroque tardif de la région appelée Val de Noto. L’objectif est le développement économique et social local, à l’aide d’un instrument qui veut placer cette région dans un contexte de concurrence à l’échelle globale. La nouvelle structure, nommée « district culturel du sud-est », se fonde sur un réseau de villes dotées de similarités culturelles et fonctionnelles, mais devra surmonter des obstacles non négligeables pour engendrer une réelle dynamique de développement.

1. Les communes du Val de Noto et la naissance du district culturel du sud-est

2Les villes comprises dans le district sont Catane, Militello Val di Catania, Caltagirone, Raguse, Modica, Scicli, Noto, et Palazzolo Acreide. Ce regroupement se fonde sur un acquis prestigieux au niveau international : le classement sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Ce classement est particulier, car il classe huit centres urbains, pour un total de 530 000 habitants (tabl. 1) sur un territoire très vaste (plus de 2100 km2) : il s’agit donc d’un « site discontinu », pour lequel la création d’un réseau semble être une solution judicieuse.

Tabl. 1 - Population communale des villes du district du sud-est, 2001.

Villes

Population résidente

Caltagirone

36 846

Catane

306 464

Militello V.d.C.

8 193

Modica

52 135

Noto

22 971

Palazzolo Acreide

9 109

Raguse

68 346

Scicli

25 560

Total

529 624

3Cette orientation s’inscrit dans une tendance qui date du début des années 1960, avec la redécouverte touristique de ces villes baroques. Un tourisme diffus apparaît dans les décennies suivantes, mais il reste marginal, sauf pour les villes qui, comme Catane ou Syracuse, peuvent varier leur offre touristique (tourisme balnéaire, patrimoine archéologique, Etna…). À cet embryon de développement touristique se superpose la prise de conscience de la valeur du patrimoine baroque de cette région, ainsi que de sa dégradation, et donc de la nécessité d’agir pour le préserver. Il apparaît rapidement que la préservation de ce patrimoine peut avantageusement être poursuivie par sa mise en valeur touristique. Mais à part Catane, les villes de Sicile sud-orientale sont excentrées par rapport à d’autres grandes destinations touristiques siciliennes comme Palerme et Agrigente. Dans les années 1990 naît l’idée d’un regroupement pour mieux affronter la concurrence des autres pôles touristiques siciliens. Quelques villes se regroupent alors et demandent le classement Unesco pour leur patrimoine baroque. Après plusieurs tentatives et modifications successives des villes candidates et des programmes de gestion proposés, le projet aboutit : en juin 2002, l’Unesco classe huit villes du baroque tardif du Val de Noto, en raison de leur patrimoine artistique et architectural exceptionnel. Un an et demi plus tard naît le district culturel du sud-est, comprenant les huit villes classées Unesco, et fondé sur le même plan de gestion, mais avec des objectifs plus ambitieux que la simple préservation du patrimoine architectural.

2. Le district culturel : une réalité différente des districts industriels

4Le concept de district culturel est récent. Les premières études anglo-saxonnes remontent à la fin des années 1990, tandis qu’en Italie, l’un des tout premiers théoriciens des districts culturels est Pietro Antonio Valentino, auteur, précisément, du plan de gestion des villes Unesco du Val de Noto. Le concept, selon les auteurs, recouvre des formes d’organisations spatiales différentes. Un article récent d’Allen Scott et Frédéric Leriche parle de « district industriel fondé sur un produit culturel » (Leriche & Scott, 2005). Mettre ainsi l’accent sur le produit et distinguer les produits mobiles et immobiles est intéressant car dans le second cas, le lieu de consommation est le même que le lieu de production, ce qui permet d’intégrer encore plus la filière. Mais le cas du Val de Noto est plus complexe, il englobe plusieurs formes de districts : c’est l’ensemble des villes qui constitue un district fondé sur un produit culturel immobile (le patrimoine architectural baroque), et s’y ajoutent des complexes touristiques plus localisés (Catane, Raguse), ainsi que des districts industriels proprement dits (Caltagirone est donné en exemple par les auteurs pour la poterie), des « districts » autour de produits AOC…

  • 1 - Ceux-ci sont fondés sur ce qu’on a pu appeler une « atmosphère industrielle » : il s’agit d’un en (...)
  • 2 - Pier Luigi Sacco développe par exemple le cas du district culturel de Saint-Louis, aux États-Unis

5La forme d’organisation spatiale du district culturel du sud-est est mixte (fig. 1). On y retrouve en partie une forme de développement endogène, inspirée des districts industriels1, et une dynamique exogène, fondée sur une construction volontaire (Santagata, 2002 ; Valentino, 2002) : il s’agit d’un territoire doté de similarités fonctionnelles et chapeauté par un organe institutionnel qui se fonde sur ces similarités pour essayer de générer du développement. Ce type de district constitue une forme d’aménagement du territoire plus répandue dans les pays anglo-saxons (Sacco, 2003)2. D’après Walter Santagata, les districts culturels cherchent à constituer un objet territorial de taille optimale dans un but d’efficacité face à un contexte fortement concurrentiel (Santagata, 2002). Le plan de gestion affirme en effet que l’objectif principal du district est de « structurer un réseau d’activités extrêmement intégrées et hautement spécialisées, au moyen d’une stratégie de fusion des ressources endogènes ». Ces activités reposent sur des traditions artisanales et un patrimoine culturel commun, donc un capital de connaissance qui rapproche le district culturel de la forme d’organisation spatiale spontanée.

Fig. 1 - Le district culturel du Sud-Est

Fig. 1 - Le district culturel du Sud-Est

3. Forme et objectifs du district du sud-est

6Le district doit prendre forme grâce à la mise en place, à moyen terme, d’une agence des huit communes du district, destinée à devenir un interlocuteur territorial unique. Cette agence pour la promotion du district du sud-est, qui pourrait prendre la forme juridique d’une fondation ou d’une société, sera basée à Syracuse. Elle aura pour but d’élaborer les plans de marketing et de communication, de définir les standards de qualité, de coordonner les projets d’intervention. L’agence sera publique et dotée de moyens juridiques et financiers substantiels (incitations fiscales pour les entreprises privées, subventions…) ; elle est aujourd’hui préparée par un comité de pilotage, structure informelle constituée par des représentants des collectivités locales. Le comité a commencé à diffuser de l’information et de la publicité, notamment par le biais d’un portail internet efficace. Le plan de gestion prévoit la mise en valeur du « produit territoire », par la création de partenariats public-privé. Par exemple, une carte commune pour l’entrée dans les musées et les institutions culturelles pourrait être créée.

  • 3 - Cf. nombre d’entretiens et les enquêtes auprès des populations locales.

7Si l’ambition affichée est l’amélioration des conditions socio-économiques de la population locale, le ressort fondamental du fonctionnement économique du district est le tourisme. Ce dernier est considéré comme une ressource quelque peu miraculeuse3 dans un contexte de crise et de chômage ; en effet le chômage est largement supérieur à la moyenne nationale dans toutes les communes du district : 14% dans la province de Raguse, 19% dans celle de Syracuse, 23% à Catane, plus de 30% dans les communes de Noto et Modica. Face à ces chiffres, le secteur touristique participe pour plus du quart du PIB provincial de Catane et Raguse, et un cinquième du PIB de la province de Syracuse. L’objectif du district est de rationaliser le flux touristique existant et potentiel en le répartissant sur le territoire ; ne plus jouer la concurrence mais la complémentarité au plan des investissements, des infrastructures et des moyens, de la promotion et de l’accueil, ce qui évitera les concentrations locales d’hôtels le plus souvent vides et en concurrence, parce que l’offre de deux communes voisines serait la même. Cette approche complémentaire, systématique et variée, est appelée « système de l’hospitalité diffuse ». Le réseau de villes permettra à la région de gagner en termes de mise en valeur et d’image, et de stabilité du flux touristique. C’est un véritable « marketing touristique » qui est mis en place par le biais de cette nouvelle trame territoriale d’échelle macro-locale.

8Au-delà de la mise en valeur du patrimoine architectural, le district culturel prévoit de lancer des projets de développement fondés sur l’artisanat local, le savoir-faire régional, partie intégrante du patrimoine culturel au sens large. Il s’agit de valoriser les différences et les spécialisations locales, pour conserver ce type de patrimoine, et l’exploiter en termes économiques. Ces logiques sont déjà en acte dans certaines communes qui ont su tenir compte de ces potentiels. Par exemple, Caltagirone se pose comme capitale de la céramique, grâce à une tradition ancienne et à une mise en valeur de ce savoir-faire, par plus de 90 entreprises spécialisées. Les traditions gastronomiques ne sont pas oubliées, et sont mis en place des instruments de valorisation des produits renommés tels que le muscat de Noto ou le chocolat de Modica.

9Le district tente d’intégrer les activités liées à la culture et au tourisme dans le système économique local, pour en faire une greffe réussie et non une structure surimposée sans lien avec la communauté locale et la culture entrepreneuriale des habitants. Comme pour les districts industriels, il s’agit pour le district de renforcer l’intégration de la filière productive liée aux biens culturels et ses liens avec les autres secteurs d’activité locaux. Ainsi, la filière productive des biens culturels comprend la mise en valeur des ressources patrimoniales, l’offre de services autour de cette mise en valeur, les services d’accueil de divers types et de différents standards de qualité (Sacco, 2003) ; mais la principale caractéristique qui doit faire la spécificité et la compétitivité du district, c’est la nature et l’intensité des liens avec les autres secteurs d’activité. Par exemple, les rénovations, consolidations, et mises aux normes des bâtiments patrimoniaux, exigent des compétences spécifiques, qui existent et que le district prévoit de développer, dans des secteurs aussi divers que la recherche scientifique (d’où l’implication des universités dans le district), la construction, la chimie, l’informatique, la mécanique, l’artisanat, l’édition…

10Toutefois, la réalisation des objectifs du district se heurte à une réalité locale géographique, sociale, et politique, qui pose de sérieux problèmes structurels, notamment à cause de l’hétérogénéité géographique du district et de l’insuffisance des infrastructures de communication.

4. Un ensemble géographique et économique hétérogène

  • 4 - Par exemple, le district socio-sanitaire de Noto comprend Avola, Pachino, Rosolini… ; l’Agence de (...)

11Les huit villes classées Unesco et formant le district culturel du sud-est constituent un ensemble géographique spatialement discontinu et économiquement très hétérogène. Une des raisons de ces contrastes est que le classement Unesco se base sur des critères spécifiques, alors que le district, bien que constitué de la même base géographique, a d’autres ambitions. En d’autres termes, le district cherche à créer un développement commun qui dépasse la seule mise en valeur patrimoniale, pour huit villes qui ont été associées seulement pour la similarité de leurs problématiques patrimoniales. Du reste, le choix des huit villes classées par l’Unesco avait été objet de polémiques, notamment par l’absence de la ville de Syracuse dans ce classement. Un coup d’œil rapide sur les villes classées permet immédiatement de voir le contraste entre Catane et les sept autres villes. Catane est une métropole régionale, en concurrence directe avec Palerme ; c’est une destination touristique mais elle est dotée d’autres fonctions importantes, avec une industrie puissante et une offre complète de services. La ville (sans parler de l’agglomération) est cinq fois plus peuplée que la seconde ville du district, Raguse. L’appartenance à trois provinces différentes souligne l’ampleur géographique du district mais aussi le nombre de niveaux administratifs présents dans le district. Celui-ci ajoute une nouvelle structure et un autre niveau de gestion territoriale à un tableau déjà complexe : trois provinces, huit communes, toute une série d’organismes intercommunaux gérant les ressources agricoles et les infrastructures4, structures auxquelles se superposent les interventions et les pouvoirs décisionnels et financiers de la région Sicile, de l’État italien, de l’Union européenne, de l’Unesco et de ses Conférences périphériques, comme celle des Villes patrimoine de l’humanité. Cette complexité soulève des difficultés, au niveau des accords pour la gestion, des financements, et des contrôles sur leur utilisation.

  • 5 - Le train relie Noto, Syracuse, Raguse, Modica et Scicli.

12Toutefois, la discontinuité spatiale et l’hétérogénéité géographique ne constituent des contraintes que s’ils ne sont pas compensés ou valorisés par un réseau d’infrastructures de communication, élément fondamental pour le fonctionnement d’un district, industriel ou culturel. En effet, l’un des traits essentiels d’un district, industriel ou culturel, est la fréquence et l’ampleur des flux de toutes sortes reliant les différentes composantes du district entre elles. 2100 km2 discontinus ne sont pas a priori une donnée favorable à la constitution d’une « atmosphère » de district, sauf si les infrastructures de communication sont nombreuses et efficaces ; ce n’est pas le cas. De ce point de vue également, il existe de forts contrastes entre les villes du district, notamment entre les villes de plaine comme Catane ou Noto, et les villes enserrées dans les montagnes comme Palazzolo ou Caltagirone. Le temps de trajet est supérieur à deux heures entre Catane et Scicli ou entre Noto et Caltagirone. Si le taux d’équipement est mesuré par un indice 100 correspondant à la moyenne italienne, les provinces du sud-est sont en-dessous de cette moyenne : 95 pour Catane, 63 pour Syracuse, 54 pour Raguse. Le plan de gestion souligne l’urgence d’agir dans ce domaine, avec l’amélioration des routes existantes, l’achèvement de l’autoroute Catane-Syracuse-Gela, projet décidé en… 1965, réalisé aujourd’hui seulement par segments de quelques kilomètres. D’autres projets sont plus anecdotiques que structurants : en mars 2005 a été mis en place un « train baroque », qui réutilise les infrastructures ferroviaires existantes pour créer un circuit touristique entre les villes du district. C’est un moyen efficace pour conserver et mettre en valeur non seulement le patrimoine baroque, mais aussi le patrimoine plus tardif, du dix-neuvième siècle. Cependant, cette réalisation accentue le contraste entre les villes sur le plan des infrastructures, puisque le train baroque ne relie pas toutes les villes du district, et ne s’arrête qu’aux villes déjà les mieux desservies5, laissant de côté les villes de l’intérieur.

5. Le développement touristique

  • 6 - Tourisme à Noto : 154 426 touristes en 1999, 169 517 en 2000, 198 000 en 2001. En 5 ans, le nombr (...)

13Les différences de situation géographique entre les villes du district ont des conséquences majeures en fonction d’un autre critère, celui de l’accès à la mer. En effet, celui-ci permet à une commune de se tourner vers le tourisme balnéaire et d’adopter une politique touristique différenciée. Il s’agit d’un avantage considérable, en tant que garantie supplémentaire de stabilisation d’un flux touristique, lequel, dans ce cas, ne dépend pas uniquement de l’attrait des monuments baroques. Le cas de Noto illustre cet avantage, puisque le tourisme dans cette ville est en forte croissance6, et la majorité des hôtels sont construits sur le littoral ; en septembre 2005, la revue Gente a classé Noto en 24e position (sur les 8000 communes italiennes) des communes les plus prisées par les touristes en Italie. La commune a aussi obtenu, la même année, la note maximale décernée par l’association environnementaliste Legambiente pour la beauté et la propreté des plages. Il y a donc de forts contrastes entre les communes du district. La province de Syracuse a accueilli, en 2002, 125 000 touristes étrangers. Par contraste, la même année, la province de Raguse a accueilli seulement 45 000 étrangers, soit moins de 3% des touristes étrangers en Sicile ; toutefois leur durée moyenne de séjour est supérieure.

  • 7 - Ainsi que 157 millions d’euros d’augmentation du PIB annuel.

14Le plan de gestion reconnaît que les objectifs du district sont liés à une augmentation importante du flux touristique et des dépenses culturelles des visiteurs. Le processus de valorisation pourrait générer dans le district, compte non tenu de Catane, 2700 emplois7, prévision basée sur un scénario de développement optimiste : « les communes Unesco sont dotées de ressources en mesure de générer une dynamique de croissance des filières productives liées à l’industrie culturelle et au tourisme. […] Toutefois, beaucoup de ressources demeurent sous-utilisées et dans de nombreux cas complètement ignorées ». L’objectif est raisonnable au vu de l’évolution du tourisme : en effet, ces dernières années le flux touristique a sensiblement augmenté dans les communes du district (tabl. 2), et cette augmentation est récente : à la fin des années 1990, le reste de la région Sicile connaissait une augmentation plus importante du tourisme.

Tabl. 2- Évolution du nombre de touristes en Sicile

Provinces

2003

2002

2001

1999

Évolution 1999-2003

Palerme

1 115 315

1 114 245

1 119 152

1 006 190

+ 10,8%

Messine

965 145

997 392

1 009 596

891 213

+ 8,3%

Catane

630 347

596 880

596 302

550 073

+ 14,7%

Raguse

187 664

184 335

186 900

157 710

+ 19,0%

Syracuse

327 391

328 601

309 586

265 231

+ 23,4%

Région Sicile

4 070 631

4 038 710

4 025 146

3 627 586

+ 12,2%

Conclusion

15Malgré quelques chiffres positifs, les ambitions et les chances de succès du district culturel sont limitées. Le district culturel, qui s’éloigne de la forme d’organisation spatiale des districts industriels mais en garde certaines caractéristiques, peut connaître la même fortune, mais seulement dans la mesure où il saura se greffer sur le territoire local et non demeurer une structure imposée, peu reliée à la population et aux activités du territoire concerné. C’est un défi important, dans une région qui est globalement considérée comme manquant de culture d’entreprise et de dynamisme endogène. Le district devra démontrer sa capacité à s’intégrer petit à petit aux autres secteurs d’activité locaux, donnant ainsi lieu à des synergies qui feraient la spécificité et la compétitivité du district.

Top of page

Bibliography

Becattini G., (1998), Distretti industriali e made in Italy. Le basi socioculturali del nostro sviluppo economico, Turin, Boringhieri, 195 p.

Becattini G., (1989), Modelli locali di sviluppo, Il Mulino, Bologne.

Daviet S., (2005), Industrie, culture, territoire, Paris, L’Harmattan, 212 p.

Leriche F., Scott A., (2005), Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial, L’espace géographique, tome 34, 2005-3, p.207-222.

Sacco p. L., (2003), Il distretto culturale : un nuovo modello di sviluppo locale, Ottavo Rapporto sulle Fondazioni Bancarie, Il Risparmio, suppl. au n° 3, septembre-décembre, Associazione fra le Casse di Risparmio Italiane, Roma, p.167-199.

Santagata W., (2002), Cultural Districts, Property Rights and Sustainable Economic Growth, International Journal of Urban and Regional Research, 26-1, p.9-23.

Valentino p. A., (2002), Le città tardo-barocche del Val di Noto. Piano di Gestione, Rome-Turin, Consorzio Civita, 284 p.

Top of page

Notes

1 - Ceux-ci sont fondés sur ce qu’on a pu appeler une « atmosphère industrielle » : il s’agit d’un ensemble spatialement limité d’entreprises hautement spécialisées et complémentaires autour d’une filière productive spécifique, le district donnant lieu à un ensemble d’interrelations complexes et efficaces, portant à des rétroactions positives et au développement progressif du district dans son ensemble. Cf. G. Becattini,1989. Le fondateur de la théorie des districts est Alfred Marshall (1920).

2 - Pier Luigi Sacco développe par exemple le cas du district culturel de Saint-Louis, aux États-Unis.

3 - Cf. nombre d’entretiens et les enquêtes auprès des populations locales.

4 - Par exemple, le district socio-sanitaire de Noto comprend Avola, Pachino, Rosolini… ; l’Agence de Développement intégré du Calatino est une SEM destinée à encourager des iniatives locales conjointes et des partenariats public-privé entre 15 communes, dont Caltagirone et Militello.

5 - Le train relie Noto, Syracuse, Raguse, Modica et Scicli.

6 - Tourisme à Noto : 154 426 touristes en 1999, 169 517 en 2000, 198 000 en 2001. En 5 ans, le nombre de touristes a augmenté de plus de 70%.

7 - Ainsi que 157 millions d’euros d’augmentation du PIB annuel.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Le district culturel du Sud-Est
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/431/img-1.png
File image/png, 40k
Top of page

References

Electronic reference

Antoine Le Blanc, « Le « district culturel du sud-est » en Sicile », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 20 October 2008, connection on 17 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/431 ; DOI : 10.4000/mediterranee.431

Top of page

About the author

Antoine Le Blanc

Université Aix-Marseille 1, UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page