Skip to navigation – Site map
La dimension euroméditerranéenne des entreprises dans le contexte de la mondialisation

Les technologies de l’information et de la communication en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : illusion ou vraie révolution en gestation ?

Information and communication technologies in the Provence-Alpes-Côte d’Azur region: illusion or real revolution in the making?
Marc Bassoni and Dominique Liautard
p. 95-100

Abstracts

The Austrian economist J.A. Schumpeter (1883-1950) has well explicated how territories carry the marks of “creative destruction”. They are, over time, theatres where two concomitant processes are inextricably tied together: the decline of traditional activities and the potential rise of new activities. The fact that these two dynamics are not synchronized confers, in general, a painful character to the economic changes in these territories that are part of the long-term regional memory. Since the end of the “Glorious Thirties” the Provence-Alpes-Côte d’Azur region (PACA) has not escaped this lack of economic synchronization. If a number of traditional activities have since been eclipsed, other emerging activities have been slow to take over. Among the latter are those tied to information and communication technologies. Whether the situation in PACA is a mirage or a true revolution in the making, this article attempts to assess the situation and suggest realistic prospects.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Provence-Alpes-Côte d'Azur
Top of page

Editor's notes

Cet article, rédigé en mars 2005, a été publié dans la Lettre électronique MIP de novembre 2005.

Full text

1. Face à la nécessaire évolution des territoires économiques, que faire ?

1Le caractère souvent douloureux des mutations socio-économiques territoriales a façonné les représentations collectives de la « destruction créatrice ». En l’espèce, il a fait le lit d’une vision pessimiste et strictement défensive qui met en exergue les coûts liés aux destructions constatées (dont les coûts sociaux) et qui omet, la plupart du temps, les potentialités associées aux créations qui se profilent. Cette espèce d’asymétrie dans les représentations, si prégnante, a encore dominé le débat récent sur les délocalisations d’activités.

2Dans le courant de l’année 2004, plusieurs annonces de projets de délocalisation ont en effet ravivé des craintes de désindustrialisation de la « vieille Europe » et affublé la Chine, l’Inde et nombre d’autres pays émergents des oripeaux de concurrents déloyaux, « dévoreurs d’emplois ». Au-delà des craintes, souvent légitimes, que soulèvent pareils phénomènes, le débat qu’ils ont nourri avait pourtant deux caractéristiques majeures, emblématiques de cette vision tronquée des choses : tout d’abord, nombre d’hommes politiques, dûment relayés par la plupart des médias, ont dénoncé les conséquences sociales « désastreuses » de ces délocalisations, passant volontiers sous silence leur impact global très limité, tant en termes d’activité que d’emplois concernés (Alternatives Economiques, 2004 ; Grignon, 2004). Ensuite, le débat s’est focalisé sur les mesures à prendre face au « péril » dénoncé, comme souvent en pareils cas, la surenchère démagogique a fonctionné à plein, qui invoquant l’interdiction pure et simple des délocalisations, qui brandissant la menace de nécessaires sanctions pécuniaires,… Cette « culture de la ligne Maginot » a finalement révélé l’essentiel, à savoir notre difficulté à accepter l’évolution économique, au sens « schumpeterien » de l’expression, et à l’accompagner de façon efficace. Ainsi, en focalisant très largement l’attention sur les difficultés ponctuelles que les délocalisations entraînent, cette vision pessimiste et défensive s’interdit non seulement d’envisager toutes les opportunités offertes par la mondialisation, mais également de penser les contours d’une attitude pro-active efficace.

3Cette vision, malheureusement si vivace, tourne pourtant le dos aux préconisations de tous les spécialistes des mutations industrielles et de l’évolution des systèmes productifs. Ces derniers savent bien en effet que les pays les plus avancés, qui ne sauraient se contenter de « subir » les délocalisations et les déclassements d’activités, se doivent de « mettre le paquet » sur la recherche et la formation des ressources humaines, d’organiser en réseaux territoriaux articulés les compétences des firmes avec les incitations et les soutiens octroyés par les décideurs publics régionaux, nationaux et supra-nationaux (dans le cas européen) et de favoriser la création et l’essaimage d’entreprises tournées vers l’innovation (recherche de la compétitivité par la différenciation). Dès lors, c’est au cœur du triptyque « ressources en capital humain ; potentiel d’enseignement supérieur ; potentiel de recherche-développement », inhérent au succès de certains clusters, que se forgent les ambitions de secteurs émergents et prometteurs. Dans une perspective évolutionniste, soucieuse de contenir ces « difficultés de transposition qui, vu le fonctionnement imparfait du marché du travail, pèsent d’un poids disproportionné » (Schumpeter, 1999, p. 356), ces secteurs émergents sont donc à soutenir en priorité.

4À l’heure actuelle, ces secteurs – outre celui des TIC – sont les suivants : citons tout d’abord le secteur des biotechnologies, dont les applications concernent tout à la fois les domaines de la santé, de l’agroalimentaire, de la cosmétologie, de l’environnement,… En région PACA, la forte densité du tissu de la recherche médicale, la constitution d’un europôle spécialement dédié aux filières de l’environnement (europôle de l’Arbois) ainsi que la création récente de l’association Bioméditerranée (octobre 2004), traduisent entre autres l’importance des enjeux qui se focalisent, dès à présent, autour des spécialités des biotechnologies. Citons également les secteurs des nanotechnologies et des énergies nouvelles ; en région PACA, les promesses du programme ITER sont loin d’être négligeables. Citons encore les secteurs du génie océanique et des sciences et technologies marines. La région PACA possède en effet un fort potentiel scientifique et industriel orienté vers la mer, son exploration et son exploitation ; elle concentre, par exemple, 20% du potentiel national en matière de recherche publique et sert de base-arrière à quelques fleurons du secteur, comme les firmes Comex S.A. ou Cybernetix. Citons enfin le secteur de l’optique-photonique ; en région PACA, le projet « Optitec Sud » préfigure le pôle régional et européen d’innovation dans ce domaine-là.

5La vision évolutionniste n’est pas le dernier avatar du fatalisme ; elle fonde au contraire la « nouvelle frontière » du volontarisme public. « Aucune thérapeutique – soulignait J.A. Schumpeter – ne peut (…) empêcher le grand processus économique et social du déclassement des entreprises, des existences, des formes de vie, des valeurs culturelles, des idéaux ; ce processus, dans l’économie de la propriété privée et de la concurrence, est l’effet nécessaire de toute poussée économique et sociale nouvelle » (op. cit., p. 361). Empêcher, certes pas ; mais accompagner, sans doute ; en minimiser les « dégâts collatéraux », sûrement. À charge alors d’imaginer des formes originales de coopération entre acteurs privés et institutions publiques. À charge également d’imposer un nouveau partage des tâches entre décideurs publics, qu’ils soient locaux, nationaux ou européens (DATAR, 2004) et d’établir enfin, dans le cadre d’une vraie politique européenne de recherche, des priorités régionales et de renoncer à la vaine tentation de vouloir tout faire partout. Le secteur des TIC est évidemment concerné par ce genre de réflexions.  

2. Les TIC, un secteur protéiforme et prometteur

6Le vaste secteur des TIC recouvre les segments d’activité suivants : la fabrication d’équipements de télécommunications, l’exploitation de réseaux et de services de télécommunications (en France, ces services comptent pour environ 30% de la valeur ajoutée du secteur des TIC), la fabrication de matériels informatiques et d’électronique professionnelle, la conception et l’édition de logiciels et les services informatiques, la fabrication de matériels d’électronique grand public et la fabrication de composants. Ce secteur des TIC, qui émerge à l’occasion de la « révolution numérique », se cristallise à la confluence (ou convergence) de trois univers industriels jadis séparés, celui de la téléphonie, celui de l’informatique et celui de l’audiovisuel. L’hybridation de ces technologies, associée à la numérisation appliquée à la voix, aux textes, aux sons, aux images fixes ou animées, exploitée à des fins de programmes interactifs composites sur de nouveaux médias numériques et transmise via les réseaux de télécommunications désigne le multimédia. Partant de là, une filière « des contenus multimédia » se définit par les secteurs industriels et ceux de l’enseignement et de la recherche liés à la production de programmes interactifs. Réalisation de sites Web, CD ou DVD-Rom, création de services interactifs sur des terminaux mobiles, 3D, réalité virtuelle, jeux vidéos, effets spéciaux et audiovisuels numériques en sont la matérialisation, avec pour dénominateur commun la conception et la réalisation de contenus multimédias originaux, auxquels s’ajoutent les outils génériques facilitant l’intégration des contenus et les outils logiciels spécifiques à certaines applications. Ces contenus deviennent « éducatifs ou culturels », lorsqu’ils visent le secteur éducatif ou institutionnel (collectivités, acteurs du développement culturel, touristique, patrimonial, etc.). Le grand public (B to C) ou le secteur professionnel (B to B) représentent d’autres champs d’applications potentiels (TECDEV, 2003).

7Depuis une bonne quinzaine d’années, les débats vont bon train au sujet des potentialités économiques des TIC. Au messianisme des uns, prompts à annoncer la plus formidable révolution technologique de tous les temps, s’oppose le scepticisme de leurs détracteurs, échaudés par d’autres promesses mirifiques restées sans lendemain. On le sait bien, la prospective dans les domaines techniques offre toujours matière à confrontation manichéenne de ce type. Pour autant, sans tirer de plans sur la comète, la plupart des études sérieuses relatives à l’impact économique des TIC confirment bel et bien leur contribution active à l’amélioration du potentiel de croissance des économies (OCDE, 2004). Cette contribution s’exerce selon des modalités diverses : au-delà de l’émergence des nouveaux marchés associés aux TIC, ces dernières diffusent massivement leurs innovations à tous les autres secteurs d’activité économique (spillover effect). De plus, associées à quelques changements organisationnels et à de solides investissements en capital humain, elles améliorent substantiellement l’efficacité des entreprises utilisatrices. Enfin, parce que les productions de biens et de services liés aux TIC sont des activités intensives en recherche-développement, tout comme le sont par ailleurs la construction aéronautique et l’industrie pharmaceutique, elles alimentent un processus de croissance « endogène » bien décrit par la littérature spécialisée.

8Ce constat, aujourd’hui très largement établi, oblige à tenter de situer la France sur l’échiquier mondial et à évaluer sa position compétitive. L’économie française est-elle dans la course ? Sur ce registre, l’appréciation doit être nuancée, voire même légèrement pessimiste (IDATE/Rexecode, 2004). Du côté de la demande, la France représente aujourd’hui 3,7% du marché mondial des TIC. Du côté de l’offre, la part des secteurs producteurs de TIC dans le PIB français est légèrement inférieure à ce qu’elle est au sein de l’Europe des 15 (6%) et significativement plus faible qu’aux États-Unis (7%). En Europe, ce sont l’Irlande et la Finlande qui s’illustrent : cette part avoisine en effet les 12% au sein de la première, et les 11% au sein de la seconde. Circonstance aggravante : depuis une dizaine d’années, cet écart entre la France et les États-Unis ne cesse de s’élargir.

9Sur le plan industriel, la France est représentée par au moins un groupe classé dans les dix premiers mondiaux de quatre des segments constitutifs des TIC : France Télécom dans les services de télécommunications, Alcatel dans les équipements de télécommunications, Capgemini dans les services informatiques et STMicroelectronics dans les composants. « Restent deux segments – souligne le Rapport IDATE/Rexecode – dans lesquels la France fait figure de parent pauvre au regard du reste du monde. Dans l’électronique grand public d’une part (…) le groupe français Thomson apparaît largement en retrait. Dans les équipements informatiques d’autre part, le constructeur national Bull ne cesse de voir sa position reculer depuis plus de dix ans » (op. cit., p. 20). Le chiffre d’affaires du groupe Bull a, en effet, été divisé par plus de trois entre 1998 et 2003, obligeant l’entreprise à recentrer son activité sur la location et les services.

10Ajoutons un constat plus inquiétant encore : si les marchés liés aux TIC sont des marchés très porteurs à l’échelle internationale – les échanges de tels biens et services ont augmenté en moyenne de 13% par an au cours de la décennie 1990 contre 7,8% pour l’ensemble du commerce mondial – la France figure, en Europe de l’Ouest, à la 11e place en termes de spécialisation dans la production manufacturière de TIC (hors matériels militaires). Sur l’échiquier mondial, les cartes sont en cours de redistribution accélérée : face à un Japon qui perd pied (sa part de marché mondial est passée de 23% en 1993 à 11,3% en 2001), la Chine et les dragons d’Asie du Sud-Est s’annoncent d’ores et déjà comme des rivaux très menaçants (la part de marché mondial détenue par la Chine a presque triplé en moins de 7 ans, passant de 2,5% en 1994 à 7% en 2001). Cette percée chinoise peut, entre autres choses, être reliée au fait qu’en 2004 l’Empire du Milieu aura réalisé entre un quart et un tiers de la production mondiale des équipements de télé-communications (terminaux). Dans ce contexte de changements accélérés, le faible positionnement français alimente quelques légitimes inquiétudes. Un ressaisissement et un vrai changement de cap s’imposent. La région PACA, compte tenu de ses atouts, entre autres dans l’industrie des composants, pourrait-elle en être le creuset ?

3. Un choix TIC émergent en Paca : le multimédia de contenu

11Le 15 décembre 1998, le Comité interministériel d'aménagement du territoire confirme Marseille comme « pôle national de compétences en industries de l’information et de la communication dans le domaine du multimédia éducatif et culturel » au sein de l’opération d’intérêt national « Euroméditerranée ». Dans un rapport adopté à l’unanimité le 8 avril 1999, le Conseil économique et social de PACA préconise « d’encourager la création et le développement du tissu des TPE et PME liées aux NTIC [et] souhaite que le pôle émergent d’Euroméditerranée et le lieu de création de la friche de la Belle-de-Mai portent [aussi] les TIC en PACA… » (CESR PACA, 1999). Le 18 juin 2004 est inauguré à Marseille le pôle Média, plate-forme d’entreprises spécialisées dans l’image, le son et le multimédia.

12Entre Marseille/Euroméditerranée (pôle Belle-de-Mai), mais aussi Arles (Média pôle), Avignon, Toulon, un pôle régional de l’industrie de contenus multimédias se constitue, en complément des zones de Sophia-Antipolis, Rousset, La Ciotat dédiées aux technologies de pointe. Vis-à-vis d’un tel projet, la région n’est pas sans atout (Provence Promotion, 2003). Espace actif dans le domaine des TIC, troisième pôle TIC en France derrière Paris et Rhône-Alpes, la région PACA présente deux points forts : l’imagerie numérique industrielle avec des centres de recherche majeurs comme l’Inria à Nice ou LSIS du CNRS à Marseille et la microélectronique… Par ailleurs, France Telecom, Alcatel, Capgémini, STmicroelectronics sont présents en PACA auxquels il convient d’ajouter l’électronique grand public (Thomson) et les équipements informatiques. D’après la DRIRE, la région comptait, en janvier 2001, 5300 entreprises dans le domaine des TIC, majoritairement de petite taille, réparties de manière prééminente dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes, avec à leur actif environ 35 000 emplois. Ces atouts, croisés avec certains particularismes régionaux tels que le lien historique de Marseille et sa région avec l’image, l’accueil dans ce domaine de festivals d’envergure internationale, une identité territoriale forte attachée à « la création » et un positionnement de plate-forme d’échanges euroméditerranéenne, plaident en faveur du secteur du multimédia de contenu en région PACA (Provence Promotion, 2003). En avril 2003, 131 entreprises sont recensées dans le secteur du multimédia dans les Bouches-du-Rhône pour 2000 personnes. À l’échelle de la région, le territoire comprend une majorité d’entreprises de petite taille, des créateurs regroupés autour de l’écriture interactive, l’animation 3D, le son numérique, les outils nomades, les contenus ludo-éducatifs. C’est aussi un tissu industriel constitué d’une cinquantaine d’intégrateurs représentant 1000 personnes, employées à 90% dans le multimédia en ligne et l’audiovisuel numérique sur Aix et Marseille, des interfaces, des industriels locaux développant des compétences multimédias, et des projets externes implantés localement (www.provencepromotion.com).

13Le rapide état des lieux qui précède tend à prouver qu’une réelle dynamique locale est enclenchée en faveur du développement du multimédia de contenu, comme nouveau secteur d’activité. La question est de savoir si l’environnement satisfait aux conditions de succès d’un secteur émergent. De ce point de vue, la région compte à son actif un nombre important d’acteurs institutionnels et associatifs particulièrement sensibilisés et reconnus sur le multimédia de contenu éducatif et culturel. En complément du tissu d’acteurs et des mesures de soutien « classiques » liés à la formation et à la recherche, à la valorisation et au développement économique, des structures dédiées spécifiquement au développement de ce secteur ont vu le jour.

14Ainsi, faire connaître les nouveaux usages liés à la diffusion de contenus numériques dans un souci de développement des industries numériques en adéquation avec les besoins de l’école est la mission attribuée à l’Observatoire (national) des ressources multimédias en éducation (ORME), observatoire créé à Marseille en 1995. La fréquentation depuis 10 ans de ses Rencontres annuelles (à Marseille) témoigne de l’intérêt suscité par une telle démarche tant pour le secteur institutionnel que le secteur privé (www.orme-multimedia.org). Par ailleurs, l’appel à projet national « incubateurs et fonds d’amorçage », lancé dans le cadre de la loi sur l’innovation, débouche en janvier 2000 sur la création, à Marseille, de l’Incubateur multimédia Belle-de-Mai. Incubateur national thématique, dédié au transfert de contenus éducatifs et culturels numériques, l’Incubateur Belle-de-Mai a accompagné d’ores et déjà une cinquantaine de projets et contribué à la création de 30 entreprises en PACA aboutissant à 90 emplois directs. À noter le nombre croissant de projets d’origine régionale ou venant s’implanter en PACA (progression de 50% en 2003/2004) (www.belledemai.org).

15Rattachée à l’origine à l’activité du pôle technologique de Château-Gombert, la pépinière d’entreprises Marseille Innovation a développé une branche spécifique dévolue à la création numérique et délocalisée sur la friche de la Belle-de-Mai (www.marseille-innov.org). Depuis 1999, une vingtaine d’entreprises et une soixantaine d’emplois permanents, auxquels s’ajoutent de nombreux intermittents du spectacle, ont déjà été créés dans la pépinière et ont bénéficié des synergies nées de la complémentarité de ses occupants.

16En 2003, ces dispositifs ont été renforcés par des mesures de soutien public à la production par la mise en place par le Conseil régional PACA d’un Fonds régional d’aide au multimédia (FRAM) visant les PME (400 000 euros annuels), destiné à « contribuer, en aidant la production, à constituer un catalogue original de titres interactifs et favoriser le développement des entreprises et savoir-faire régionaux dans le domaine du multimédia » (DDER Conseil régional PACA, 2003).

17Plus récemment, plusieurs associations ont vu le jour, manifestation tangible d’une volonté de structuration des acteurs : « Med Multimed » à l’initiative des entreprises régionales de produits numériques culturels, éducatifs, ludiques, touristiques et professionnels, « Industries culturelles et numériques du pays d’Arles », composante du pôle de compétences « Arles numérique » sous l’impulsion d’entrepreneurs arlésiens, concepteurs, producteurs et diffuseurs de contenus multimédias, « OSMI@ », Organisation coopérative de services multimédias institutionnels et associatifs à l’initiative des acteurs publics et associatifs, « Espace culture multimédia Belle-de-Mai », qui, tout en conservant des liens privilégiés avec Système Friche Théâtre, s’autonomise. Enfin, il convient de signaler l’existence de sites d’implantation consacrés aux activités audiovisuelles et multimédia, ou numériques, à vocation de plates-formes de travail, tels que le pôle media Belle-de-Mai sur le périmètre d’Euroméditerranée à Marseille, ou la médiapôle de Saint-Césaire à Arles, et le déploiement de réseaux d’échanges et d’infrastructures de communication à très haut débit à l’échelle régionale.

18Pour autant, les efforts consentis et les actions accomplies sont-ils satisfaisants ? L’étude réalisée pour le Conseil régional PACA souligne quelques lacunes dans l’organisation régionale de la filière multimédia (Cressant, Cabinet Conseils audiovisuel et multimédia, 2003). Le rapport TECDEV identifie en novembre de la même année, à partir d’une enquête réalisée auprès d’un panel de 15 entreprises de différentes tailles, situées sur Marseille et Nice, des difficultés relatives à l’exploitation et à l’identification du marché. Si la nécessité d’une interface « enseignement supérieur-recherche-industrie » est ressentie par tous, elle est dans tous les cas jugée insuffisante. Pourtant, au plan régional un appareil de formation diversifié existe et le potentiel de recherche dans le domaine est jugé comme répondant aux compétences les plus recherchées (infographistes, développeurs/intégrateurs, concepteurs scénaristes/chefs de projets) et portant bien sur les axes d’innovation majeurs (l’audiovisuel numérique et l’animation en 3D, le transfert de connaissance et l’écriture interactive multimédia, les contenus pour outils mobiles) (Provence Promotion, 2003). Enfin, lors des Rencontres de l’ORME de février 2004, bien des acteurs se sont exprimés en pensant « qu’une forme plus collaborative d’émergence d’une offre de contenus numériques tenant compte d’une part d’un usager également producteur et associant d’autre part acteurs publics et privés, pourrait constituer une des réponses aux problèmes que pose aujourd’hui un marché encore trop incertain » (www.orme-multimedia.org/R4). On le constate, si certains besoins exprimés ont été satisfaits et certaines démarches engagées, d’autres actions sont à poursuivre, voire à initier.

4. Le multimédia de contenu en PACA : quels soutiens et quelle stratégie d’appui ?

19Jouer la carte de l’excellence régionale dans le domaine du multimédia de contenu est pour autant un réel défi qui interpelle la capacité d’un territoire comme le nôtre à contribuer à la structuration d’une filière dans une relation maîtrisée avec l’environnement non seulement national, mais également européen et international. Les spécificités du secteur – des marchés éclatés très diversifiés, des acteurs insuffisamment organisés en réseaux, des usages en construction, des niches à identifier, … – invitent en effet à penser de nouvelles formes de partenariat entre opérateurs privés, mais également de nouvelles modalités d’intervention et d’incitation publiques.

20Pareil défi interroge tout d’abord les décideurs publics locaux, nombreux et divers compte tenu de la complexe stratification des pouvoirs territoriaux. Stratégiquement, d’aucuns plaident pour l’affichage d’une logique de pôle (« pôle régional de contenu »). Dans une démarche visant à obtenir une certaine « taille critique », les promoteurs de cette logique déclinent un programme d’action qui favorise la structuration professionnelle de la filière en question, l’organisation d’un espace régional coopératif, le soutien financier aux services aux entreprises et, enfin, la promotion du multimédia en faveur de l’aménagement culturel. Alternativement, d’autres décideurs – réservés quant à la quête de la « taille critique » – préfèrent plutôt mettre l’accent sur des logiques de transversalité. Transversalité entre les différents domaines d’application du multimédia, mais aussi transversalité avec des secteurs connexes, sources de synergies (par exemple, informatique et imagerie numérique). Ici, l’enjeu serait d’indiquer que dans le cadre d’une recherche de compétitivité à l’échelle européenne et internationale la région constituerait une plate-forme idéale à partir de laquelle pourraient se nouer des coopérations avec d’autres régions ou d’autres partenaires, comme par exemple des coopérations entre créateurs, intégrateurs et diffuseurs, ou bien encore entre univers majeurs associés au multimédia (arts, techniques, économie,…). L’association régionale « BabySmart » qui fédère de petites entreprises du secteur de la micro-électronique dont les compétences concernent les objets portables sécurisés et qui est soutenue par l’agence de développement « Provence Promotion » se nourrit, par exemple, de cette logique de transversalité.

21Le défi de l’excellence régionale concerne ensuite l’État et sa politique industrielle, étant entendu que le développement pérenne du multimédia en région ne saurait s’affranchir de considérations plus larges : si l’excellence concerne les acteurs d’un territoire donné et se mobilise à l’aune de la décentralisation, elle se mesure en revanche à l’échelle internationale, européenne tout au moins. À cette échelle-là, l’État est naturellement un acteur-clef. Le multimédia de contenu fait d’ailleurs partie, en France, de la politique des TIC telle qu’elle a été réactualisée en novembre 2002 par le plan RESO 2007 (« Pour une République numérique dans la Société de l’information ») et développée en juillet 2003 par le Comité interministériel pour la Société de l’information en un plan global concernant les infrastructures, les services, les contenus, les usages et la formation, aussi bien à l’école que dans la société en général. Une délégation, la Délégation aux usages de l’internet, a d’ailleurs été rattachée au ministère de l’Éducation Nationale pour coordonner les actions interministérielles touchant le grand public ; la Sous-Direction des technologies de l’information et de la communication étant chargée pour sa part de la mise en œuvre des décisions pour l’enseignement supérieur et scolaire.

22Contribuer à définir un schéma de l’édition numérique, aider à l’émergence de produits et de services multimédias éducatifs de qualité, accompagner leur diffusion et soutenir une industrie française de l’édition numérique scolaire et universitaire : tels sont les objectifs génériques de cette politique sectorielle. Leur généralité ne saurait pourtant éluder, bien au contraire, trois questions essentielles quant à l’avenir à long terme du secteur en question :

  1. Derrière ces types de soutien très conventionnels, émerge-t-il un modèle économique durable permettant tout à la fois de solvabiliser la demande et de pérenniser l’offre de ressources numériques ?

  2. Ces types de soutien doivent-ils être orientés en priorité vers les nombreuses petites entreprises émergentes du secteur, ou bien concentrés sur quelques grands groupes ou établissements publics, pilotes des futurs grands programmes de mobilisation pour l’innovation industrielle (Rapport Beffa, janvier 2005) ?

  3. Ces types de soutien permettent-ils d’articuler efficacement les démarches et les programmes d’action initiés localement et à intégrer les solutions innovantes émanant du « terrain » ou bien tentent-ils de restaurer un certain « jacobinisme industriel », si caractéristique du volontarisme public dans la tradition française ?

23On le voit bien, si le multimédia de contenu constitue un secteur d’activité empreint de spécificités fortes, les questions qu’il adresse à la conduite de la politique industrielle sont, pour autant, des questions relativement traditionnelles et banales. Elles recouvrent largement les questions débattues en marge de la présentation du Rapport Beffa sur les « conditions d’une nouvelle politique industrielle ». Comment concilier le renforcement des pôles existants avec l’intégration des nouveaux acteurs du marché, à savoir des petites structures porteuses d’innovations dites « de rupture » ? Le débat est ouvert et nourri. Deux certitudes, et deux seulement, le dominent : d’une part, l’option « tout marché » comme l’option « colbertiste » sont tout aussi antithétiques qu’infécondes ; d’autre part, vu la taille des marchés qui se profilent, un renforcement des coopérations européennes s’avèrera indispensable. À quand, alors, une vraie politique sectorielle européenne, en phase – enfin ! – avec les objectifs dits « de Lisbonne » (mars 2000) ?   

Top of page

Bibliography

Alternatives économiques, (2004), Dossier « Le défi des délocalisations », n° 229, octobre, p. 50-61.

CESR PACA, (1999), Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication - Médias, culture et formation en Méditerranée : enjeux et opportunités, Rapport d’étude, Marseille, 8 avril.

Cressant J., Cabinet Conseils audiovisuel et multimédia, (2003), Politique régionale en faveur des industries audiovisuelles et du multimédia. Mission pour le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, 30 janvier.

DATAR, (2004), La France, puissance industrielle. Une nouvelle politique industrielle par les territoires, La Documentation Française, Paris.

DDER Conseil régional PACA, (2003), Rencontre des acteurs régionaux du multimédia, Marseille, 7 février.

Grignon F., (2004), Délocalisations : pour un néocolbertisme européen. Rapport d’information du Sénat, n° 374, Paris, 23 juin.

IDATE/Rexecode, (2004), Compétitivité du secteur des TIC en France. Rapport final à la Direction générale de l’industrie, des technologies de l’information et des postes (ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie), 30049/02/DP/RF, juillet (www.telecom.gouv.fr).

OCDE, (2004), Les TIC et la croissance économique. Panorama des industries, des entreprises et des pays de l’OCDE, La Documentation Française éd., Paris.

Provence Promotion, (2003) Le multimédia en Provence Rapport d’étude, Marseille, avril.

Schumpeter J.A., (1999), Théorie de l’évolution économique, Dalloz éd., Paris (trad. de la 2e édition allemande de l’ouvrage, 1926).

TECDEV, (2003), Étude stratégique et opérationnelle pour le dispositif MATICE : un pôle de services régional. Rapport d’étude, Marseille, novembre.

Webgraphie

www.belledemai.org

www.marseille-innov.org

www.orme-multimedia.org

www.provencepromotion.com

Top of page

References

Electronic reference

Marc Bassoni and Dominique Liautard, « Les technologies de l’information et de la communication en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : illusion ou vraie révolution en gestation ? », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 20 October 2008, connection on 26 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/435 ; DOI : 10.4000/mediterranee.435

Top of page

About the authors

Marc Bassoni

Maître de conférences, MEDIASIC, Laboratoire de recherche sur les médias, l’information, la connaissance ; École de journalisme et de communication de Marseille, Université de la Méditerranée, Marseille.

Dominique Liautard

Maître de conférences, MEDIASIC, Laboratoire de recherche sur les médias, l’information, la connaissance ; École de journalisme et de communication de Marseille, Université de la Méditerranée, Marseille.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page