Skip to navigation – Site map
La dimension euroméditerranéenne des entreprises dans le contexte de la mondialisation

Démographie des entreprises dans l’industrie du textile et de l’habillement en Tunisie

Demography of enterprises in the textile and clothing industry in Tunisia
Habib Dlala
p. 125-133

Abstracts

This research studies the Tunisian textile industry as a result of the unleashing of free market forces in general and the recent dismantlement of former agreements in particular. It evaluates firm closings and the risks that the context entails to new establishments and how that affects the performance of the Tunisian model of industrialization. The surge of imports from China assure further permutations in this industry, but the future of the textile and clothing sector in Tunisia will most depend on how European partners react to reductions in their profit margins.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Tunisie
Top of page

Full text

Introduction

1Si fort a été l’attrait du discours mettant en exergue les efforts déployés dans la promotion des investissements que les études économiques et géographiques ont trouvé dans les créations d’entreprises et dans leur localisation en Tunisie un thème privilégié d’analyse et de recherche. Mais le nouveau contexte imposé par le déchaînement des forces du marché en général et le démantèlement progressif du système de quotas et la fin des Accords multifibres en particulier, nous invitent aujourd’hui à tenter une « démographie » des entreprises textiles implantées en Tunisie. De ce fait, la démarche retenue dans cette recherche et justifiée par la suppression des dérogations aux règles fondamentales du GATT (OMC) commandées par le principe de la non-discrimination et de la concurrence, accordera autant d’intérêt aux fermetures d’entreprises et aux risques qu’elles produisent ou qu’elles produiront, qu’aux nouvelles créations et aux performances du « modèle tunisien ». 

2À cette fin, nous avons utilisé principalement deux de nos fichiers-entreprises : ceux établis pour 1994 et 2005 à partir des listes de l’Agence de Promotion de l’Industrie et des organismes publics spécialisés, soigneusement confrontées à la réalité du terrain.

1. Naissance et développement du secteur des industries du textile et de l’habillement en Tunisie

3Répondant à un choix stratégique étatique visant la mise en place d’industries textiles amont à Tunis, à Sousse et à Menzel Bourguiba et d’industries aval dans le Sahel à tradition artisanale textile, la naissance des industries du textile et de l’habillement remonte aux années soixante. Plus tard, l’ouverture du pays dès 1972 à la sous-traitance internationale a permis de développer un important secteur textile à faible valeur ajoutée, orienté pour une grande part vers la confection d’articles d’habillement exportables à partir d’inputs et d’équipements d’importation et employant une main-d’oeuvre féminine jeune et peu qualifiée.

4Que le développement des ITH ait été initié et mis en œuvre par l’État tunisien et de nombreux acteurs nationaux publics et privés, est une certitude qui se mesure à l’importance de l’effort accompli tant aux plans institutionnel, fiscal et financier qu’à ceux de l’encadrement administratif, de l’infrastructure et de l’équipement des zones industrielles. Toutefois, comment admettre qu’un développement industriel de type extraverti se réduise à un processus interne dans un contexte international où l’heure n’était pas à la célébration de la concurrence textile mais à l’établissement de procédures de protection, certes provisoires, mais qui ont été reconduites jusqu’en 2005 ?

5Pour expliquer la convergence, à première vue difficile, des priorités locales et du contexte international, il convient d’abord de souligner succinctement les facteurs internes qui ont favorisé la naissance en très grand nombre des entreprises textiles, en particulier celles tournées vers les marchés extérieurs.

1.1. Le rôle des bas salaires et des incitations fiscales et financières

6L’interruption dès la fin des années soixante de l’expérience dirigiste a amené la Tunisie à envisager l’alternative de l’insertion dans la DIT et à promouvoir une stratégie d’ouverture articulée sur la sous-traitance internationale (loi d’avril 1972 amendée en 1985 par le décret-loi 85-14), même si l’alternative de l’import-substitution, n’était pas exclue dès 1974 (loi 74-74). Favorisée par la politique de protection sociale et d’augmentation des salaires suivie dès 1977, et conséquemment par la réduction sensible de l’avantage des coûts salariaux, cette alternative bénéficia d’une politique de recentrage mettant en veilleuse le régime de création des entreprises exportatrices et incitant à la décentralisation industrielle (décret 77-578 de 1977) et à l’investissement dans les industries produisant pour le marché intérieur (loi 81-86 de 1981). Cette période marquée par un balancement entre deux régimes opérant simultanément en vue de réaliser l’option prioritaire du « plein emploi », s’est terminée par l’amendement complétant la loi 72-72 par le décret-loi 85-14 qui améliore les avantages octroyés aux industries exportatrices (sur 20 ans au lieu de 10) en leur permettant de vendre sur le marché tunisien à hauteur de 20% de leur chiffre d’affaires.

7Mais le nouveau contexte résultant de l’effondrement du prix de pétrole, le surendettement et l’épuisement complet des réserves en devises (en 1986) va imposer un nouveau recentrage en faveur de l’ouverture et l’exportation commandée par l’adoption du Plan d’ajustement structurel. Le passage d’une économie protégée à une économie de pleine concurrence devait permettre de promouvoir une nouvelle génération d’entreprises exportatrices dans le cadre d’un nouveau code des investissements promulgué en août 1987. La Tunisie devait alors se positionner dans des créneaux devenus non compétitifs pour les entreprises européennes en difficulté ou en quête d’opportunités de délocalisation. Le dispositif d’incitation à l’investissement pour l’exportation favorable aux IDE sera complété par la création du ministère de la Coopération Internationale et des Investissements Extérieurs (juin 1992), la promulgation d’une loi sur les zones franches (août 1992) et d’un nouveau code des investissements (décembre 1993). Le système de partenariat adopté à l’occasion visait à pallier les insuffisances du système de représentation à l’étranger et à multiplier les espaces de rencontre avec les partenaires étrangers.

8Après avoir franchi l’étape de la libéralisation économique et de l’insertion progressive et contrôlée dans le système mondial, l’État voulait, avec la signature en juillet 1995 de l’accord relatif à la création d’une zone de libre-échange entre la Tunisie et l’Union européenne, relever les grands défis imposés par la mondialisation des échanges et de la finance et prendre part aux progrès de la télématique. Malgré les risques que ce choix, pour le moins « asymétrique », comportait, la Tunisie a mis en route de manière unilatérale un programme de démantèlement de son dispositif de protection tarifaire accompagné d’un plan de restructuration et de mise à niveau des entreprises agissant tout particulièrement sur la qualité des produits et l’innovation technologique. De ce changement, on escomptait, outre l’amélioration de la qualité des produits fabriqués en Tunisie, le détournement de l’intérêt de l’Europe des concurrents de l’Europe de l’Est et l’intensification des flux d’investissement directs étrangers en provenance de l’Europe. La Tunisie aspirait ainsi à attirer plus d’entreprises en quête de délocalisation dans le secteur des ITH et l’industrie du montage électrique et électronique.

9En fait, le nouveau code des investissements, aujourd’hui encore en vigueur, n’a pas donné l’impulsion immédiate et durable souhaitée à l’industrie tunisienne en général et aux ITH en particulier. En 1995, l’investissement dont ce secteur a bénéficié s’est maintenu à son niveau de 1990, soit environ 140 millions de dinars tunisiens. Il ne représente plus que 24% de l’investissement total dans les industries manufacturières, contre 32.6% en 1990. La relance n’a eu lieu qu’après la signature de l’accord de libre-échange avec l’Europe en raison d’une relative intensification des flux d’IDE à partir de 1996, et surtout 1997, au profit des ITHC, des IME et des ID. Ces flux étaient d’ailleurs bien nécessaires pour compenser les fermetures d’entreprises industrielles tunisiennes non compétitives, tous secteurs confondus, ruinées par l’accord de libre-échange ou que le programme de mise à niveau ne parvenait pas à sauver ou bien qui étaient réticentes à adhérer au programme, même si, avec un nombre cumulé de dossiers approuvés égal à 653, le secteur des ITH est de tous les secteurs industriels celui qui a le mieux réagi au programme de mise à niveau entre 1996 et 2003.

10Toutefois l’essoufflement de l’effort d’investissement dans le secteur n’a pas tardé à se manifester dès 2002. En effet, à l’approche de la fin des Accords multifibres et de la confrontation à la concurrence attendue des produits fabriqués en Chine, le montant global dont les ITH ont bénéficié diminue brutalement de 230 à 185 millions de dinars de 2001 à 2002 et les chiffres probables ou provisoires disponibles pour les années suivantes confirment la tendance (tabl. 1). Mais quoi qu’il en soit, la part des investissements dans les ITH ne représente plus qu’environ 17% du total des investissements dans l’ensemble des industries manufacturières entre 2002 et 2004, contre 25,2% en 2000 et 24% en 1995.

Tabl. 1 - Investissement dans les secteurs industriels en Tunisie (1990-2005)

Tabl. 1 - Investissement dans les secteurs industriels en Tunisie (1990-2005)

Sources : Budget économique de la Tunisie 2003 et Institut national de la statistique (actualisation en 2006).

1.2. Le rôle des Accords multifibres

11Dès les années soixante, l’établissement par les pays industrialisés de procédures protectrices provisoires à travers des restrictions quantitatives était jugé nécessaire pour protéger leurs sites de production sur le sol national contre la concurrence des pays émergents à bas coûts de salaires. Ainsi, le premier Accord multifibres fut signé le 1er janvier 1974 à l’encontre des produits textiles provenant notamment des pays en développement producteurs de coton et de laine. Reconduit à trois reprises, cet accord devrait permettre aux pays industrialisés de disposer d’un temps suffisant pour opérer les restructurations nécessaires susceptibles de faire face à la compétitivité croissante des PED et ralentir la réduction des effectifs employés.

12Toutefois, l’Accord multifibres a entraîné un mouvement de délocalisation vers les PED non soumis à ces restrictions, dont la Tunisie, qui a bénéficié de l’ouverture des plus importants marchés du monde et d’un traitement de faveur ayant généré un important flux d’IDE vers ce pays et une multiplication sans précédent des contrats de sous-traitance. Et même si, au départ, cette ouverture n’était pas suffisante pour encourager les initiatives locales à profiter de conditions de marché aussi avantageuses, la Tunisie a réussi à se doter d’un secteur ITH lui permettant de se positionner comme étant le 4e puis le 5e fournisseur de l’Union européenne et de se réserver 5.1% de son marché après la Chine, la Turquie, la Roumanie et le Bengladesh (tabl. 2). La proximité géographique aidant, les pays européens restent les principaux clients de la Tunisie avec 96% du total des exportations tunisiennes (en 2004). À elles seules, la France, l’Allemagne et l’Italie reçoivent 79% des exportations tunisiennes.

Tabl. 2 - Principaux fournisseurs de l’Union européenne en 2004

Tabl. 2 - Principaux fournisseurs de l’Union européenne en 2004

Source : EURATEX

1.3. L’importance du partenariat européen

13Sur un total de 1390 entreprises textiles exportatrices opérant dans l’ensemble du pays, 605 sont de nationalité tunisienne et 741, employant au total 109 891 personnes sont le fruit d’une participation étrangère allant jusqu’à 100% du capital. Le tableau 3 souligne le poids écrasant du partenariat européen qui concerne 66,1% du nombre d’entreprises totalement exportatrices et 104 891 salariés. Les entreprises françaises puis italiennes, belges et allemandes sont en tête du peloton européen avec, respectivement 281, 156, 83 et 76 unités. Elles occupent 50.5 % des emplois dans 42.6 % des entreprises totalement exportatrices. La présence massive des quatre partenaires principaux précédemment cités, et plus particulièrement français, avec 38% du total des entreprises européennes et 33.8% des emplois, s’explique, outre les avantages comparatifs de coûts, par les proximités géographique et linguistique.

Tabl. 3 - Partenariat étranger dans les industries du textile et de l'habillement totalement exportatrices (2005)

Tabl. 3 - Partenariat étranger dans les industries du textile et de l'habillement totalement exportatrices (2005)

Sources : Fichier des entreprises textiles (2005) - H. DLALA

14Le tableau 4 indique le détail des origines des entreprises textiles européennes opérant dans le pays en 2005.

Tabl. 4 - Détail des origines des entreprises textiles européennes opérant en Tunisie en 2005

Tabl. 4 - Détail des origines des entreprises textiles européennes opérant en Tunisie en 2005

Source : Fichiers des entreprises textiles (2005) - H. DLALA

2. « Mortalité » des ITH en Tunisie

15Le tableau 5 révèle une progression globale nette du nombre d’entreprises dans le secteur ITH beaucoup plus lente (13.5%) que celle des emplois (41.2%). Ce décalage est lié à l’amélioration de la taille des entreprises nouvellement créées entre 1994 et 2005. Il mesure aussi la variation nette du nombre d’entreprises et des effectifs qu’elles emploient durant la période d’observation.

Tabl.5 - Variation du nombre d'entreprises et des effectifs salariés dans le secteur des ITH entre 1994 et 2005

Tabl.5 - Variation du nombre d'entreprises et des effectifs salariés dans le secteur des ITH entre 1994 et 2005

Source : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA

2.1. Variation nette du nombre d’entreprises et des effectifs salariés

16L’examen attentif des données ventilées suivant le régime d’investissement montre une baisse substantielle nette du nombre d’entreprises autres que les entreprises exportatrices et des effectifs qu’elles emploient : en effet, le segment tourné vers le marché intérieur a perdu 142 unités et 9398 salariés en dix ans. Cette perte nette est largement compensée (compensation nette) par la création de nouvelles capacités productives totalement exportatrices, soit 386 entreprises et 67 447 nouveaux emplois. Il apparaît ainsi que le taux net de « mortalité » des entreprises orientées vers la demande nationale est de 25,8% entre 1994 et 2005. Il est de 29% pour les pertes d’emplois (tabl. 5).

17En réalité, les chiffres précédemment cités n’expriment que la variation nette entre 1994 et 2005 du nombre d’entreprises et des salariés qu’elles emploient selon le « régime d’investissement ». S’en tenir à ces données n’aurait guère de sens, car la variation observée, ou solde final, obtenue en calculant simplement la différence entre les effectifs globaux de 1994 et ceux de 2005, ne rend pas compte du nombre brut de fermetures intervenues effectivement dans le courant de la période d’observation et des suppressions d’emplois qu’elles ont générées.

18Par contre, en comparant le nombre des entreprises ventilées selon la date de création au début et à la fin de la période d’observation, on obtient pour chaque période de cinq ans les gains et les pertes d’entreprises et d’emplois entre 1994 et 2005. Le cumul des gains et le cumul des pertes consignés dans le tableau 6 représentent le nombre brut de fermetures d’entreprises et de suppressions d’emplois. Il est bien entendu que la différence entre les valeurs cumulées positives et les valeurs cumulées négatives permet de calculer autrement la variation nette déjà indiquée dans le tableau 5.

19En retenant les valeurs cumulées, on notera que le secteur des ITH a perdu 1029 entreprises, contre 1275 nouvelles créations entre 1994 et 2005. On notera aussi que sur les 1029 fermetures, 731 appartiennent à la catégorie des industries totalement exportatrices, compensées par la naissance de 1117 unités entrées en production (tabl. 6). Quant aux entreprises tournées vers le marché local, elles ont connu 296 fermetures, contre seulement 154 nouvelles créations.

Tabl. 6 - Variation du nombre de créations et de fermetures dans le secteur des ITH entre 1994 et 2005

Tabl. 6 - Variation du nombre de créations et de fermetures dans le secteur des ITH entre 1994 et 2005

Sources : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA

20Il serait faux de penser que la mortalité des entreprises textiles totalement exportatrices est un phénomène nouveau en Tunisie. L’approche de la fin de la période pendant laquelle incitations et exonérations ont aidé à l’investissement étranger justifiait, dès la fin des années soixante dix, des fermetures ou des départs plus ou moins massifs, plus ou moins organisés ou négociés au préalable, voire même inopinés. Quand ces fermetures ou ces départs n’intervenaient pas à la suite d’une rupture de contrat liant l’entreprise aux chaînes de distribution étrangères, ils donnaient lieu assez souvent à des re-délocalisations permettant de bénéficier dans d’autres pays et pour une nouvelle période de nouveaux avantages. Les entreprises les plus stables étaient celles qui, dans un souci de sécurité, choisissaient de s’associer à des partenaires tunisiens. Par contre, les situations les plus catastrophiques étaient créées par le départ inopiné des entreprises, abandonnant vieux matériel déjà amorti et main-d’œuvre non indemnisée et pour laquelle aucune disposition n’a été envisagée.

21Dans la période allant de 1994 à 2005 (tabl. 7), on constate une accélération du rythme de fermeture touchant particulièrement la catégorie des entreprises totalement exportatrices entrées en production entre 1985 et 1994, soit 567 de 1029 (contre 164 seulement mises en service entre 1960 et 1984). Mais ces pertes sont largement compensées par les nouvelles créations. Ainsi, il est clair qu’en dépit des menaces qui pèsent aujourd’hui sur les entreprises totalement exportatrices, le secteur semble avoir réussi à tirer avantage à partir de 1996-1997 de l’impulsion donnée à l’investissement par l’amélioration du code des investissements de 1994, de l’accord de libre-échange signé en 1995 et du programme de mise à niveau.

Tabl. 7 - effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés correspondants

Tabl. 7 - effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés correspondants

Le tableau ne prend pas en compte les 56 entreprises (5 696 emplois) dont la date de mise en service est indéterminée.

Sources : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA

22Quant aux entreprises orientées vers le marché national, nettement moins nombreuses que celles tournées totalement vers l’exportation, elles ont connu une mortalité relativement plus importante mais non compensée, en particulier parmi celles créées entre 1975 et 1989, soit 239 entreprises (contre 53 mises en service entre 1960 et 1975).

23Sur un autre plan, la perte de 1029 entreprises textiles entre 1994 et 2005 a provoqué la suppression de 48 320 postes d’emploi, dont 31 487 dans le segment totalement exportateur (tabl. 8 et 9). Ces pertes ont été largement compensées par les nouvelles créations alors que dans les industries non totalement exportatrices les gains ont été plus de deux fois inférieurs aux pertes. La vive concurrence sur le marché intérieur provoquée par le développement de la friperie et des circuits illicites alimentés par le textile informel ou par l’importation légale ou illicite d’articles de confection ou de bonneterie étrangers (Turquie, Libye, Égypte, Italie, Chine) ainsi que le besoin ressenti par les industriels nationaux de se convertir à l’exportation sur des marchés extérieurs plus vastes, sont autant de facteurs expliquant le recul du segment non exportateur.

Tabl.8 - Effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés correspondants (2005)

Tabl.8 - Effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés correspondants (2005)

Sources : Fichier des entreprises textiles (2005) - H. DLALA

Tabl. 9 - Comparaison des effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés au début et à la fin de la période d’observation (1994 et 2005)

Tabl. 9 - Comparaison des effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés au début et à la fin de la période d’observation (1994 et 2005)

Les valeurs négatives expriment les pertes (fermetures d’entreprises et les suppressions d’emplois, et les valeurs positives les gains (créations d’entreprises et d’emplois).

Sources : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA

2.2. Répartition géographique des gains et des pertes d’emplois

24Enfin, la figure 1 A et B rend bien compte de la répartition géographique des gains et des pertes d’emplois dans le secteur des ITH en Tunisie. En effet, la comparaison de ces deux cartes permet de souligner deux tendances plus ou moins nouvelles :

  1. Elle montre d’abord que la baisse du nombre d’emplois concerne les agglomérations littorales principales dotées généralement d’infrastructures portuaires et/ou aéroportuaires. Il s’agit d’un processus qui a démarré dès le début des années quatre vingt et que nous avons décrit dès 1999 (Dlala, 1999b). Par contre, l’accélération de la baisse des emplois dans l’industrie tournée vers le marché mondial, liée à une forte mortalité d’entreprises, est plus récente.

  2. La comparaison des cartes montre aussi que la baisse du nombre d’emplois est en même temps compensée par l’accroissement du nombre d’entreprises et des effectifs salariés dans les marges périurbaines des principales agglomérations littorales et surtout dans les villes petites et moyennes situées dans la couronne de 30 à 40 km autour de Sousse, de Monastir et de Mahdia et dans la zone de solidarité métropolitaine organisée en deux couronnes autour de Tunis : celle de 30 à 40 km et celle de 60 à 70 km autour de Tunis. Ce phénomène relativement ancien (Dlala, 1999b) s’est nettement affirmé entre 1994 et 2005 et a récemment concerné l’agglomération sfaxienne dans des proportions encore faibles en raison du vide urbain qui l’enveloppe.

Fig. 1 - Répartition par agglomération des industries textiles en Tunisie

Fig. 1 - Répartition par agglomération des industries textiles en Tunisie

A- en 1994 ; B - en 2005

25On observe ainsi une nouvelle littoralité industrielle reposant sur un redéploiement des ITH, à partir des villes portuaires connaissant d’importantes pertes, vers des bassins d’emploi où le textile domine de manière quasi exclusive. Evidemment, les risques liés à l’accélération de la mortalité des entreprises du secteur que le démantèlement pourrait amplifier, seraient plus grands dans les situations monolithiques.

2.3. Impact attendu des nouvelles évolutions du contexte international

26Le démantèlement de l’Accord sur le textile et la confection conclu à la naissance de l’OMC ainsi que le démantèlement progressif du système de quotas, s’ajoutant à la dépendance du secteur des donneurs d’ordres européens, risquent de générer une accélération de la mortalité des entreprises du secteur ITH, en même temps qu’une importante migration ou re-délocalisation au bénéfice de pays plus concurrentiels en termes de coût de main-d’œuvre, ainsi qu’une forte baisse de la natalité, c’est-à-dire une diminution substantielle du nombre de nouvelles créations qui jusque-là parviennent à compenser correctement les fermetures.

27Dans ce contexte, les inquiétudes sont pour le moins difficiles à dissimuler. C’est ainsi qu’un journal de la place écrit : « les plans se succèdent et nous voilà [de nouveau] dans les turbulences… » (Tunis hebdo, 1995). Mais l’optimisme reste de mise puisque, dans un point de presse sur d’éventuelles re-délocalisations d’unités textiles françaises implantées en Tunisie, le chef de la Mission économique française à Tunis, celle du plus important pays ayant investi dans le secteur en Tunisie, déclare : « Il n’y a pas de départs massifs d’entreprises françaises ». D’ailleurs, il est encore « ...trop tôt pour tirer des conclusions, les Accords multifibres ayant expiré début 2005 », ajoutant que « …la réflexion se fait plutôt sur les investissements à faire pour être mieux compétitifs » (Agence Afrique Presse, 18 janvier 2005).

28Quoi qu’il en soit, le démantèlement du système de quotas semble avoir affecté sérieusement la natalité des entreprises. En effet, le nombre d’unités totalement exportatrices mises en service en 2005 a atteint un total de 52 seulement, contre une moyenne de 81 entre 1995 et 1999 et 118 entre 2000 et 2004.

29Concernant l’emploi, les craintes sont d’autant plus réelles que les relations de travail dans le secteur sont d'ores et déjà des plus conflictuelles et que le contrôle des licenciements est des plus flexibles. En effet, l’Union générale des travailleurs tunisiens estime que les ITH ont accaparé à elles seules environ 40% du nombre total des grèves enregistrées en Tunisie durant la période allant de 1998 à 2003. Ce taux est le plus élevé du pays car le secteur regroupe la plus importante part des licenciements (soit 47% du total national en 2003). L’UGTT a également recensé 865 grèves dans le secteur des ITH de 1998 à 2003, soit une moyenne de 144 grèves par an. Avec un sommet de 218 grèves en l’an 2000, ce chiffre semble être orienté vers la hausse depuis cette date. L’unique centrale syndicale du pays affirme que le problème des salaires, particulièrement le non paiement des salaires, justifie 60% du nombre de grèves, avant les mauvaises conditions de travail (20%) et la solidarité syndicale (UGTT, 2005, p.39).

30Outre les problèmes épineux générés par les conflits sociaux et les licenciements, l’emploi devrait souffrir également du ralentissement de la natalité des entreprises, car, dores et déjà, les 52 entreprises textiles totalement exportatrices entrées en production en 2005 n’ont créé que 2980 emplois, contre une moyenne de 8140 par an entre 1995 et 1999 et 9030 entre 2000 et 2004.

31Dans les régions littorales de Sfax à Bizerte où le secteur des ITH est quasi monolithique, la perspective d’une accélération de la mortalité et d’un effondrement de la natalité des entreprises risque de produire une crise sociale particulièrement difficile à gérer dans les bassins d’emploi du Sahel de Bizerte, de l’Ariana, du cap Bon et du Sahel. À ce propos, est-il besoin de rappeler que dans les gouvernorats où les ITH emploient plus de 10 000 salariés, le secteur représente de 50 à près de 85% du total des emplois industriels. Dans quelques dizaines d’agglomérations situées dans les bassins d’emploi précédemment cités, les ITH occupent plus de 90% des effectifs salariés des industries.

32Ceci étant dit, il n’est pas vain de reprendre autrement la question car non seulement, il est prématuré de se prononcer sur les évolutions possibles du secteur, mais il n’est pas exclu d’envisager des solutions efficaces. En d’autres termes, l’importance des enjeux économiques et sociaux n’autorise pas de céder à la panique, même s’il est aisé de prévoir que la donne textile sera considérablement et durablement modifiée par le déferlement des importations en provenance de la Chine, en raison de l’immensité du réservoir de main-d’œuvre de ce pays, un réservoir qui ne perdra pas de sitôt son avantage comparatif en matière de salaires.

33À ce propos, quatre voies peuvent être prospectées :

  1. Les adaptations structurelles par une remise à niveau des entreprises (modernisation et formation continue de personnel qualifié et polyvalent), par le développement de stratégies d’intégration, de regroupement et de formation de réseaux localisés, ainsi que par la mise en place de créneaux haut de gamme et nouvelles niches (habillement automobile, habillement technique spécialisé…)

  2. Les stratégies de réinsertion du personnel licencié permettant de : concevoir les programmes et les outils de la réinsertion ; mobiliser les partenaires sociaux concernés ; consolider les postes d’emploi menacés ; développer l’information sur l’emploi et les qualifications demandées ; chercher des opportunités de placement à l’étranger… Dans ce domaine, est-il besoin de le rappeler, la Tunisie dispose de deux atouts importants :
    - Le premier est institutionnel, et a trait à l’existence de structures publiques d’emploi actives dans le pays comme : l’Agence nationale pour l’emploi et le travail mise en service en 1993, la Direction générale de l’assistance et la réinsertion professionnelle créées en 2002 au sein du ministère de l’Emploi, et la Commission consultative de l’assistance et de la réinsertion professionnelle des travailleurs licenciés créée également en 2002.
    - Le second est démographique, car la jeunesse de la main-d’œuvre offre l’avantage de faciliter l’acquisition de nouveaux apprentissages et de nouvelles qualifications. En effet, 67.7% de la main-d’œuvre féminine et 46,6% de la main-d’oeuvre masculine (INS, 2002) ont moins de 30 ans.

  3. Les stratégies de diversification sectorielle particulièrement dans les agglomérations et les bassins d’emploi où le textile est monolithique.

  4. La création d’une zone de libre-échange euro-méditerranéenne permettant de réduire le coût des inputs et de la technologie et d’exploiter au mieux les avantages comparatifs des pays membres. La quatrième voie devrait permettre aux confectionneurs de continuer à produire non seulement en Tunisie mais aussi dans le pays des donneurs d’ordres industriels et des grandes chaînes de distribution.

Conclusion

34L’analyse globale des changements « démographiques » récents observés dans le secteur des ITH en Tunisie ne saurait évidemment rendre compte de la diversité des cas de mortalité des entreprises, notamment ceux considérés comme étant plutôt des cas de re-délocalisation. Elle ne saurait non plus rendre compte de tous ces comportements « démographiques » sans une analyse des parcours « individuels », entreprise par entreprise, sur une plus longue période. En attendant, acceptons à ce stade de l’analyse que le secteur des ITH soit, de tous les secteurs industriels tunisiens, le plus concerné par les fermetures et les re-délocalisations depuis déjà la fin des années soixante dix, et que les efforts d’adaptation exigés par le déchaînement, dans les créneaux textiles déjà occupés par la Tunisie, d’une concurrence asiatique durable, chinoise cette fois-ci, et sans commune mesure avec celle soutenue par les « dragons », devront être autrement plus importants que par le passé. Mais, l’avenir du secteur du textile et de l’habillement en Tunisie, dépendra aussi, dans une large mesure, des stratégies de réaction des partenaires de ce pays et de la volonté des donneurs d’ordres européens d’accepter la réduction de leurs marges bénéficiaires qui sont aujourd’hui six à dix fois supérieures à celles des exécutants.

35Envisageant le problème sous un autre angle, rien ne paraît plus difficile à réaliser que l’atténuation du monolithisme textile dans les villes petites et moyennes situées dans les bassins d’emploi de la zone de solidarité métropolitaine enveloppant Tunis et dans ceux du Sahel de Sousse (autour de Sousse, de Monastir et de Mahdia). L’alternative « textile haut de gamme » tout autant que l’alternative « électrique et électronique » déjà retenue ne se contenteront pas seulement des avantages comparatifs liés exclusivement aux coûts salariaux.

Top of page

Bibliography

Belhedi A., (1992), Société, espace et développement en Tunisie, Tunis, Public. Fac. Sc. Humaines, série géog, 262 p.

Dlala H., (1994), Le développement industriel en Tunisie : modèle, impact et limites, Cahiers de la Méditerranée, Nice, n°49, p. 105-132.  

Dlala H., (1994), Économie industrielle et espace, ISEFC/ CERES Productions, Tunis, 314 p. (en arabe ).

Dlala H., (1997), La reconversion compétitive de l’industrie tunisienne : arrimage à l’Europe et mise à niveau, Méditerranée, tome 87, 3-4, numéro spécial sur « Les industries en Méditerranée, de la marginalisation à la mondialisation », p. 87- 98.

Dlala H., (1999a), Méthodes de géographie industrielle : observation, théorisation, action, Centre de Publication Universitaire, Tunis, 192 p.

Dlala H., (1999b), Nouvelle littoralité industrielle en Tunisie, mondialisation et aménagement du territoire, L’Espace Géographique, n°1, p.48-59.

Dlala H., (2002), Aspects problématiques en géographie du développement, Centre de Publication Universitaire, Tunis, 200 p. (en arabe).

Institut National de la Statistique, (2002), Recensement général de la population et de l’emploi 1999, Tunis.

Kaioua A., (1996), Casablanca, l'industrie et la ville. Tours, Urbama, fasc n° 30, 2 volumes.

Sid Ahmed A. (s/dir), (1998), Économies du Maghreb, l'impératif de Barcelone, Paris, CNRS Ed., Annuaire Afrique du Nord, 292 p.

Troin J.-F. (s/dir), (2006), Le grand Maghreb (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie), mondialisation et construction des territoires, Paris, A. Colin, 383 p.

UGTT, (2005), Le secteur textile et habillement en Tunisie et le pari de la réinsertion professionnelle des travailleurs. Opinions syndicales, Publications du Département des études et de la documentation, Tunis, 160 p.

Top of page

List of illustrations

Title Tabl. 1 - Investissement dans les secteurs industriels en Tunisie (1990-2005)
Credits Sources : Budget économique de la Tunisie 2003 et Institut national de la statistique (actualisation en 2006).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-1.png
File image/png, 17k
Title Tabl. 2 - Principaux fournisseurs de l’Union européenne en 2004
Credits Source : EURATEX
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-2.png
File image/png, 24k
Title Tabl. 3 - Partenariat étranger dans les industries du textile et de l'habillement totalement exportatrices (2005)
Credits Sources : Fichier des entreprises textiles (2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-3.png
File image/png, 13k
Title Tabl. 4 - Détail des origines des entreprises textiles européennes opérant en Tunisie en 2005
Credits Source : Fichiers des entreprises textiles (2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-4.png
File image/png, 47k
Title Tabl.5 - Variation du nombre d'entreprises et des effectifs salariés dans le secteur des ITH entre 1994 et 2005
Credits Source : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-5.png
File image/png, 19k
Title Tabl. 6 - Variation du nombre de créations et de fermetures dans le secteur des ITH entre 1994 et 2005
Credits Sources : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-6.png
File image/png, 16k
Title Tabl. 7 - effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés correspondants
Caption Le tableau ne prend pas en compte les 56 entreprises (5 696 emplois) dont la date de mise en service est indéterminée.
Credits Sources : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-7.png
File image/png, 17k
Title Tabl.8 - Effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés correspondants (2005)
Credits Sources : Fichier des entreprises textiles (2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-8.png
File image/png, 18k
Title Tabl. 9 - Comparaison des effectifs bruts des entreprises (ventilées selon la date de création) et des emplois salariés au début et à la fin de la période d’observation (1994 et 2005)
Caption Les valeurs négatives expriment les pertes (fermetures d’entreprises et les suppressions d’emplois, et les valeurs positives les gains (créations d’entreprises et d’emplois).
Credits Sources : Fichiers des entreprises textiles (1994 et 2005) - H. DLALA
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-9.png
File image/png, 19k
Title Fig. 1 - Répartition par agglomération des industries textiles en Tunisie
Caption A- en 1994 ; B - en 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/441/img-10.png
File image/png, 47k
Top of page

References

Electronic reference

Habib Dlala, « Démographie des entreprises dans l’industrie du textile et de l’habillement en Tunisie », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 20 October 2008, connection on 25 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/441 ; DOI : 10.4000/mediterranee.441

Top of page

About the author

Habib Dlala

Université de Tunis 1, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Tunis.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page