Skip to navigation – Site map
L'originalité du cas italien entre modèle emblématique et évolutions nouvelles

Le modèle du district italien en question : bilan et perspectives à l’heure de l’Europe élargie

The Italian cluster model in question: review and perspectives in a wider Europe
Dominique Rivière and Serge Weber
p. 57-64

Abstracts

What place does the Italian industrial cluster model have in regional planning policy today? The productivity crisis that lasted since the 1970s has shown the weakness of policies based on large development poles. Industrial clustering of the “Third Italy”, perceived as a miraculous solution to the crisis, has provided a fabric of family firms where adaptability, job mobility, organizational flexibility have all inspired new directions to local development. However, except perhaps for central and eastern Europe where job and capital mobility have manifested a dynamic transnational character, the Italian cluster model has not been successfully adapted elsewhere. The model has grown out of the specifics of the Italian national and regional situation.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie
Top of page

Full text

1En Italie comme en France, le développement local prend des formes diverses, dont le « modèle de référence » est constitué par les « districts » et autres « systèmes productifs locaux » (SPL). Ceux-ci recouvrent dans leur forme la plus classique une ville moyenne et son arrière-pays, ou parfois un quartier de ville comme à Bologne et Florence. Ils sont constitués de branches de technologie mature, comportant une grande part de sur-mesure, avec le maintien de relations étroites entre ceux qui produisent et ceux qui utilisent les produits. Une forte division des tâches lie les entreprises, qui couvrent l’ensemble de la filière de production. Ces districts sont une forme assez particulière et somme toute étonnante du développement et du marché du travail dans les sociétés industrialisées.

2On constate aujourd’hui une véritable mode du local : les pactes territoriaux et autres systèmes territoriaux de développement sont des termes qui se sont banalisés dans les politiques publiques d’aménagement.

  • 1 - Flavia MARTINELLI rappelle à juste titre que « les oligopoles se portent bien, merci » même en It (...)

3La littérature des sciences sociales en France et en Italie sur les districts est sujette à des divergences d’appréciation. Portés aux nues dans les années 1980, les districts sont alors envisagés comme une alternative au modèle fordiste classique symbolisé par Fiat ou les grandes entreprises d’Europe du Nord, au point de susciter parfois l’agacement1. Avec la crise économique en Italie, le début des années 1990 voit un brusque retour de balancier. Actuellement, avec la sinistrose patente due à l’essor du textile chinois, le constat d’une « mosaïque de systèmes locaux et de dynamiques flexibles et diversifiées » (Dematteis, 1996) tend à se diffuser dans les sciences sociales lorsqu’elles analysent le territoire italien, quitte à rejeter dans l’ombre les grands clivages régionaux classiques.

4Les districts sont donc une « fausse évidence » qui pose le problème de la transférabilité des analyses du développement local : l’Italie est-elle un cas unique ou un laboratoire pour l’Europe ? Le district interroge aussi l’articulation des échelles : entre local et global certes, mais il renvoie à des formes régionales au sein d’un modèle national.

1. Un système local-régional-national plutôt qu’un modèle de développement local

  • 2 - Pour les divergences de délimitation en Italie, voir dans ce numéro l’article de A. MARIOTTI et p (...)

5La géographie des districts est un sujet rendu épineux par les divergences d’évaluation au sein d’un même pays2. Quoi qu’il en soit, la disproportion du phénomène entre la France et l’Italie pose d’emblée la question du rapport entre local et national.

1.1. Une géographie différente en France et en Italie

6En Italie, les districts sont localisés préférentiellement sur un très vaste continuum interrégional, du centre au nord-est du pays. Mais les différenciations entre régions sont suffisamment marquées pour qu’on puisse parler d’une dimension régionale. Par exemple, le Piémont et la Vénétie ont le même niveau de richesse et d’emploi dans les services et l’industrie mais le premier compte proportionnellement deux fois plus d’emplois dans les grandes entreprises que la seconde. Outre cette densité en PME, la Troisième Italie se distingue par le fait qu’elle reste depuis vingt ans créatrice d’emplois productifs à la différence des industries du Nord-ouest, qui furent longtemps le foyer majeur des créations d’emploi à l’échelle nationale mais connaissent une restructuration ininterrompue depuis les années 1980. De fait, la productivité du travail des PME qui sont à la base des districts demeure bien inférieure à celle des grandes entreprises. Selon l’ISTAT, à la fin des années 1990, la productivité industrielle varie globalement du simple au double entre les entreprises de moins de 20 salariés et les autres ; en outre, l’horaire de travail y est plus élevé et les salaires plus bas. Cette plus faible productivité explique aussi en partie le très bas taux de chômage de ces régions.

  • 3 - À Roubaix, les emplois dans la confection sont passés de 30 000 à 19 000 en 15 ans, avec des ferm (...)

7En revanche, il n’existe pas de « Troisième France ». Les SPL se nichent dans les replis du système binaire nord-est/sud-ouest mis en place lors de l’industrialisation et qui a connu depuis bien des inversions. Des SPL comme le Choletais, la vallée de l’Arve, Thiers, Laguiole ou Oyonnax, fonctionnent comme Carpi ou Trévise sur des spécialisations productives marquées à l’échelle d’une ville moyenne et de son arrière-pays. Mais ces formes classiques sont ici moins nombreuses et la France connaît surtout des formes plus mixtes voire ambiguës que la DATAR a cru bon de labelliser SPL, comme Le Creusot ou Roubaix, hérités de la première industrialisation3.

8Ces variantes françaises sont davantage dominées par les grandes entreprises, plus fragiles et plus touchées par les restructurations que leurs homologues italiennes. Du point de vue des modes de production, les districts italiens se caractérisent par leur mixité : à côté du savoir-faire traditionnel, l’utilisation de nouveaux procédés, l’usage diffus des micro-ordinateurs, entrent dans la fabrication de biens, alors qu’ils se trouvent cantonnés ailleurs dans le « haut de gamme », s’ils n’accompagnent pas une modernisation destructrice d’emplois. C’est cette innovation « douce » mais constante, associée à une inventivité en matière de design très tôt reconnue hors des frontières nationales, qui explique leur succès sur les marchés. Ainsi, les PME italiennes exportent beaucoup plus que les françaises : par exemple, dans des branches très décentralisées comme le travail du cuir et des peaux, les entreprises italiennes de moins de 20 salariés réalisent 23% de leur chiffre d’affaire à l’exportation ; ce taux monte à 44% pour les entreprises de plus de 20 salariés.

9Les districts italiens sont somme toute plus proches des « PME de hautes technologie » caractéristiques des grandes villes françaises, fondés sur la qualification et l’internationalisation des marchés, que des « PME traditionnelles » françaises, souvent moins innovantes.

1.2. Les substrats régionaux : fécondité du modèle et divergence des résultats

10L’étude de l’entrepreneuriat de la Troisième Italie a généré un filon fertile de recherche sur les temps longs du développement, sur ce que certains appellent les structures lourdes du territoire (Courlet et Pecqueur, 1992).

11Parmi ces structures, on peut retenir la densité urbaine de l’Italie centrale et l’équilibre de son réseau, deux héritages de la ville-État de l’Italie médiévale, qui ont joué un rôle positif, non seulement par leurs traditions artisanales spécifiques mais aussi par les vertus du polycentrisme urbain sur la diffusion des services bancaires. Cette trame urbaine, dense et bien articulée, participe d’un modèle de la « ville diffuse » en Europe (Dematteis, in Coppola ed., 1997 ; Dauphiné, 1999).

12On notera ensuite le rôle de la matrice rurale : avec les districts italiens, on assiste à la réactualisation dans une logique industrielle de comportements et de codes sociaux hérités de la paysannerie comme le métayage ou la solidarité des familles élargies. Le métayage a disparu dans les années d’après-guerre, mais ses formes de production, comme l’imbrication étroite entre cellule familiale et cellule de travail ou la mutualisation du travail, ont été réinvesties dans la petite industrie. La Troisième Italie réhabilite des composantes de nos sociétés qui étaient souvent interprétées comme étant synonymes de « retard » dont on pensait dans les années 1960 qu’elles disparaîtraient inexorablement avec l’exode rural. Il s’avère au contraire que le vieux monde rural persiste sous d’autres formes.

13Les données sociopolitiques enfin, qui font le substrat de la cohésion sociale de la Troisième Italie, reposent principalement sur les deux configurations politico-culturelles majeures de l’Italie de l’après-guerre, à bien des égards opposées sur le plan idéologique : d’une part l’Église et la Démocratie chrétienne dans la « Vénétie blanche », d’autre part le Parti communiste dans l’Emilie-Romagne « rouge » et à un moindre degré en Toscane. Ce qui joue, ce sont moins les valeurs spécifiquement revendiquées par ces deux formations politiques que la force et la pérennité du consensus social autour de ces valeurs. En somme, le vote d’appartenance, qui a longtemps doté la géographie électorale italienne d’une remarquable stabilité (Manheimer, in CERI, 2001), jouait en retour sur la cohésion sociale des districts. L’éclatement récent de ces grandes structures idéologiques suite à la crise politique des années 1990 apparaît à cet égard comme une secousse majeure. On peut se demander quels en seront les effets à long terme.

14La comparaison avec la France est encore une fois malaisée. Le Nord-Est italien présente d’évidents parallèles avec le cas de districts français, en particulier la Vendée blanche pour le Choletais. Mais il évoque tout autant des formes géographiques très différentes, que des mécanismes de développement similaires comme le modèle agricole breton de l’après-guerre.

1.3. Le développement local renvoie avant tout à un modèle national de développement

15La rareté des districts en France renvoie d’abord au type de développement national qu’a connu le pays, dominé très tôt par la grande entreprise, massivement soutenue par les pouvoirs publics (Courlet et Pecqueur, 1992).

16Dans cette perspective, on peut avancer l’hypothèse que l’économie italienne est en grande partie l’héritage direct du « retard national italien », dans le sens où son essor s’explique par la conjonction d’un contexte historique à la fois national, régional et international. La plupart des districts sont nés dans les années 1950 et 1960. Du fait de l’industrialisation tardive de la péninsule, la concentration de l’économie était encore relativement faible au seuil des années 1970, c’est-à-dire au moment où, dans toute l’Europe, la décentralisation productive s’avère efficace, du fait d’un certain éclatement des marchés. Ce décalage historique, les districts ont su le transformer en avantage structurel, en mobilisant des bases socioculturelles spécifiques

17La Troisième Italie est donc une interface historique autant que géographique ; elle bénéficie d’une bonne desserte, par un effet de situation entre les deux pôles centraux sur lesquels se concentrent les effets : le Nord-Ouest alpin et Rome, ce qui permet de relativiser l’idée d’un développement autonome.

  • 4 - Le modèle de développement des districts s’inscrivait initialement dans un faible niveau de scola (...)

18Actuellement, les rapports européens soulignent le décrochage italien dans une Europe elle-même en décrochage par rapport aux États-Unis. Selon le rapport de l’ISTAT paru au printemps 2005, la faiblesse persistante de la recherche-développement et le décrochage de la productivité pourraient menacer à terme la compétitivité du « système-Italie », y compris celle des districts4. La part de l’Italie dans les échanges mondiaux s’érode (3,7% en 2004, soit 1,5 point de moins qu’en 1994), à cause d’une crise à base industrielle majeure dans le secteur des grandes entreprises (automobile et machines) et importante dans celui des PME (fort taux de mortalité dans le textile-confection et la chaussure).

19Le démantèlement des accords multifibres sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce, la montée en flèche des importations chinoises de textile et de confection à partir de janvier 2005 ont généré une crise pour l’Union européenne en général, et en particulier pour l’Italie notamment dans les quatre secteurs d’excellence du made in Italy (confection mode, aménagement de la maison, agroalimentaire, petite mécanique).

20Dans ce contexte, les grandes entreprises du système central classique sont redevenues concurrentielles vis-à-vis des districts, les progrès de l’informatique et la réorganisation des filières commerciales leur permettant de réaliser du just-in-time dans des circuits de production très mondialisés.

21Toujours est-il que l’Italie des districts est donc aujourd’hui à une croisée des chemins. Elle représente respectivement 7,2% et 8,2% des exportations mondiales de la confection et du textile en 2002. Certes, ses parts s’élevaient à 11% et 9,1% en 1990, il y a donc un recul relatif, mais l’acquis reste considérable : en 2002, l’Italie se classe encore au troisième rang mondial derrière la Chine et Hong Kong, ce qui en soi est remarquable pour un pays européen.

2. Le marché du travail à l’intersection des échelles

2.1. Le district : exode rural sur place ou filières multiples ?

22La configuration du marché du travail dans les districts relève d’une anomalie dont la portée n’a de cesse d’être questionnée. D’une façon générale, pour aborder le marché de l’emploi salarial, les travaux d’Henri Coing sur la France (1982) fournissent un appareil théorique particulièrement utile. En effet, la notion même de « bassin d’emploi », couramment employée tant dans les travaux statistiques que dans les sciences humaines, peut être contestée dans la mesure où elle suppose que le marché du travail se régulerait d’abord à l’échelle locale, et que dans un second temps seulement il ferait appel à l’extérieur pour combler les manques par le biais de la migration interrégionale ou étrangère. Au contraire, différentes filières d’embauche dissemblables et indépendantes coexistent. Ce brassage des échelles semble consubstantiel au marché de l’emploi dans les deux pays. En Italie, la base du système est constituée du Nord-Ouest et à un moindre degré du Latium. Le marché de l’emploi y est basé sur le salariat, comme c’est le cas dans les autres régions métropolitaines européennes. Ces régions concentrent les industries technologiques (automobile, chimie, électronique, etc.), avec comme assise la grande entreprise.

  • 5 - Les méridionaux représentaient, à l’apogée du taylorisme, moins de la moitié des ouvriers de Turi (...)

23Ce marché du travail tend à « catégoriser », pour reprendre l’expression d’H. Coing, des emplois avant tout déqualifiés. À cet égard les immigrés maghrébins et les ouvriers-paysans de l’Ouest français, les immigrati méridionaux en Italie du Nord, tiennent une place déqualifiée semblable sur le marché du travail de l’industrie automobile. Michel Freyssenet (1979) a ainsi comparé terme à terme les immigrés étrangers de Renault à Flins et les immigrati méridionaux de Fiat à Turin5 et il montre que leur intérêt commun pour l’entreprise réside dans l’abondance du recrutement possible, dans leur mobilité géographique et leurs faibles exigences. De même, l’exemple pontin illustre tout à fait la combinaison, dans un marché du travail local, de plusieurs types de filières d’embauche aussi bien locales que nationales, en fonction des qualifications. Décrite dans les années 1960 comme le far west du Latium à cause de l’ampleur des brassages de population qu’elle connaissait alors, la plaine pontine articule encore, à la fin des années 1980, des filières migratoires interrégionales qualifiées. Les entreprises ont fait appel, surtout dans les premiers temps, à des recrutements en Italie centrale puis aux migrants méridionaux déqualifiés. De même, des filières locales paysannes peu qualifiées (les « paysans-maçons » des Castelli romani et les descendants des colons de la plaine pontine s’opposent à la filière de la main-d’œuvre romaine, en général qualifiée. La dépendance vis-à-vis des salaires industriels dessine des espaces sociaux complexes, imbriqués les uns aux autres (Rivière, 1996).

24On pourrait croire que le localisme à base familiale des districts s’inscrit en faux par rapport à ces tendances lourdes. Le système familial garantit la compression des coûts. Dans les années 1950, sur fond de chômage à l’échelle nationale et régionale, l’appui sur la famille a permis aux PME émiliennes ou vénitiennes de comprimer leurs coûts salariaux. Il conserve en partie ce rôle aujourd’hui, en particulier par la mobilisation des jeunes et des femmes sur les emplois moins qualifiés et moins rétribués.

25Toutefois, la compression des coûts par l’utilisation de logiques d’auto-exploitation familiale n’est en aucun cas l’élément explicatif majeur de la vitalité des districts italiens. Le recours à la famille et aux réseaux de connaissances favorise surtout la diffusion de l’innovation et la flexibilité de la production. La famille sert à la fois de moule à la petite entreprise, qui repose sur son capital et sa main-d’œuvre, et d’amortisseur aux faillites, risque inhérent à ce système fortement concurrentiel, où la mobilité entre salariat et entrepreneuriat est fréquente.

26Le marché de l’emploi de la Troisième Italie est moins segmenté en tout cas que le modèle français. Les cadres et les ouvriers cohabitent dans les mêmes régions plutôt que de s’éviter, ce qui n’exclut pas bien sûr la ségrégation sociospatiale à des échelles plus fines, mais tranche avec le modèle « la tête et les jambes » souvent évoqué à propos de la France.

2.2. Le localisme des districts est de moins en moins exclusif

  • 6 - Seules exceptions : Messine en Sicile, Potenza en Basilicate, Benevento et Avellino en Campanie.

27Dans les années 1990, on assiste à une reprise des migrations interrégionales sud-nord, qui, sans atteindre les chiffres de l’après-guerre (240 000 par an) sont tout de même de l’ordre de 80 000 départs, soit le triple des années 1980. Dans le Nord-Ouest comme dans la Troisième Italie et le Latium, on trouve face au solde naturel négatif un solde migratoire partout positif. Dans le Sud c’est l’inverse : le solde naturel est positif, sauf dans quatre cas6, et le solde migratoire est partout négatif.

  • 7 -Il Sole 24 Ore, 17-1-2000.
  • 8 -Il Sole 24 Ore, 27-11-2000.

28Cette émigration du sud vers le nord manifeste donc l’importance prise par la Troisième Italie dans le système national (Coppola, dir. 1997). En même temps, elle signale une transformation du modèle de développement qui a été à son origine. Les districts ont cessé de reposer sur le recrutement local. La presse italienne se fait quotidiennement l’écho de cette « égalisation » d’attraction entre les deux Italie du Nord : « Trévise forme les techniciens des districts à Naples7 », « 30% des jeunes inscrits au guichet “stages” de Milan en 2000 sont des méridionaux8 ».

29Dans le même temps, l’Italie du Centre-Nord s’ouvre aussi à l’immigration étrangère. Celle-ci est récente en Italie et restée longtemps à l’écart du marché de l’emploi industriel, les services domestiques et les petites activités tertiaires absorbant l’essentiel des flux. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Par exemple, en juillet 2000, les industriels du Nord réclamaient au gouvernement une élévation des quotas d’entrée annuels d’immigration afin de satisfaire leurs besoins en main-d’œuvre. Le Trentin, la Vénétie et le Frioul rassemblent plus de la moitié du total des besoins exprimés pour des postes d’ouvriers spécialisés (chaussures de Brenta, ou travail des peaux à Vicence) (Rivière, 1997). Le marché du travail se présente donc de plus en plus comme une articulation d’échelles et de diverses filières de main-d’œuvre.

30L’appel à la main-d’œuvre étrangère en même temps qu’à la main-d’œuvre méridionale ne renvoie évidemment pas à un problème de quantité de main-d’œuvre dans l’absolu. Certes, l’Italie manque de jeunes et en particulier au Nord. Les moins de 15 ans représentent 19,9% de la population en Campanie, qui est la région la plus jeune d’Italie, pour 11,8% dans le Piémont ou 10,9% en Emilie-Romagne, le taux le plus bas étant la Ligurie (10,3%).

31Ce vieillissement n’est pas sans poser en retour un problème, en particulier pour les districts de la Troisième Italie : les PME de Vénétie et du Frioul se plaignent fréquemment du manque de main-d’œuvre. Mais la pénurie trouve sa source dans les stratégies familiales vis-à-vis de la formation. Ainsi, par rapport au modèle initial de formation, même les familles de la Troisième Italie ont privilégié les études longues pour leur progéniture, suivant l’exemple de toutes les sociétés post-industrielles. Ceci s’est traduit dans toute l’Italie par un spectaculaire rattrapage du retard par rapport à la moyenne des pays riches.

  • 9 -Il Sole 24 Ore, 17-1-2001.

32Cela risque-t-il d’hypothéquer l’avenir des districts ? Un article récent d’un quotidien économique estime que la pénurie de main-d’œuvre en Emilie-Romagne est un problème structurel, et pour le résoudre il faut « repenser le modèle de développement local, en faisant l’hypothèse du maintien dans la région surtout de l’intelligence, des spécialisations les plus poussées, des technologies de l’information et de la communication et repositionner ailleurs les autres activités9 ».

33Cette diversification des filières de recrutement renvoie à une transformation à l’échelle nationale : une banalisation de l’Italie qui rejoint, comme d’autres pays méditerranéens, les modes de fonctionnement des autres pays industrialisés. Et pourtant, des paradoxes subsistent.

2.3. Du marché du travail à l’action publique, l’étonnante diffusion du local

  • 10 - Pour Giuseppe DEMATTEIS, les systèmes territoriaux de développement sont des portions de territoi (...)
  • 11 - Les pactes territoriaux existent dans le Sud et le Centre-Nord. Plusieurs acteurs (entreprises, a (...)
  • 12 - Ministero del Tesoro, 1999,Documento di programmazione economico finanziaria, DPEF 6,Lo sviluppo (...)

34D’une vision du territoire comme mosaïque de systèmes locaux et de ressources à celle d’un « local protagoniste »10, il n’y a qu’un pas… que les pouvoirs publics italiens ont franchi, plutôt plus tard que les autres, mais avec une étonnante vigueur, suivant en cela une tendance générale en Europe, mais qui s’avère ici particulièrement marquée, les politiques publiques italiennes connaissent, depuis la fin des années 1990, un véritable engouement pour le local. Le credo des politiques récentes, que ce soit à l’échelle des documents de programmation régionale, provinciale ou dans les documents inhérents à la politique européenne, est la valorisation des systèmes locaux de développement. Ils sont la base des « pactes territoriaux »11 et plus globalement d’une philosophie qui conçoit « le territoire comme référence de la programmation, et en particulier ses ressources immobiles – naturelles, culturelles et humaines – et ses aires d’agglomération – villes et systèmes locaux de développement – et à ses réseaux de communication, télécommunication et sécurité12 ».

35Toutefois, il reste parfois difficile de donner un contenu à la pléthore de « systèmes territoriaux de développement » qui structurent les documents de programmation.

3. Mobilités, réseaux et compétitivité

36La mobilité de la main-d’œuvre, accentuée par l’immigration en Italie, se double d’une mobilité des capitaux vers les pays d’origine des salariés migrants. En cela, les pays d’Europe centrale et orientale jouent un rôle privilégié dans un système transnational fondé sur la proximité : les réseaux sociaux tissés dans les districts en sont la charpente.

3.1. L’impact des transformations du système productif sur la mobilité de la main-d’œuvre

37La précarisation des relations de travail imposée par la concurrence et l’adaptabilité des districts nécessite une main-d’œuvre mobile. L’immigration récente de certains pays de l’Est (Roumanie, Ukraine, Pologne) a complété les filières plus anciennes du travail en industrie (Maroc, Sénégal, Albanie). Les contrats de sous-traitance nécessitent une élasticité de l’effectif employé par les unités, mais dans un contexte de flexibilité et de mobilité, car la demande en travail reste plus forte que l’offre. Ainsi, l’existence du travail informel ne doit pas faire oublier la progression rapide des contrats à durée indéterminée (78% des nouvelles embauches en 2003).

  • 13 - FREY, L., LIVRAGHI, R., 1997, La coesistenza di disoccupazione e immigrazione e il comportamento (...)

38La coexistence entre une forte demande en travail dans la Troisième Italie et un chômage important dans le Sud confirme l’indépendance des contextes locaux, due à des difficultés d’ajustement local. La relation entre marché du travail italien et changement en Europe centrale et orientale a été a fait l’objet d’une étude de Luigi Frey (1997). La contradiction, du point de vue de la théorie traditionnelle des marchés, que représente la coexistence entre un excès d’offre de travail potentiellement disponible sur des marchés du travail donnés et une carence de travail capable de répondre spécifiquement à des exigences de la demande telles qu’elles suscitent l’appel à des travailleurs étrangers, dérive du comportement de l’offre et de la demande de travail. La « carence relative de travail », ou relative labour shortage, se réfère à un système national de marchés du travail distincts, au sein duquel une offre globale suffisante de travail peut ne pas répondre aux exigences qualitatives de chacun des marchés13.

  • 14 - PADOA SCHIOPPA F., (ed.), Mismatch and labour mobility, Cambridge, Cambridge University Press, 19 (...)
  • 15 - V. LUTZ utilise cette théorie pour expliquer les migrations internes en Italie (LUTZ V., Italy. A (...)

39Du point de vue de la théorie néoclassique, cette « inadéquation » entre demande et offre de travail pour un certain type de travail, ou mismatch14, repose sur des aspects qualitatifs comme la qualification ou la localisation dans l’espace : faible mobilité des travailleurs, existence d’emplois vacants, conditions contractuelles insatisfaisantes, existence de « micro-marchés » du travail qui peuvent être temporaires15. C’est grâce à l’offre de travail constituée par la main-d’œuvre étrangère que ce secteur traditionnel survit (agriculture, industrie de main-d’œuvre). On peut y voir un frein au développement, mais les analyses qui ont suivi les travaux de V. Lutz sur le marché duel du travail italien ont montré que c’est également une garantie d’élasticité et du maintien d’un secteur de petites entreprises, fragiles mais souples, qui amortit les chocs de la conjoncture (Reineri, 1996). De fortes solidarités contrebalancent la forte prise de risque que représentent les contrats de sous-traitance et la fluidité de la programmation. Le tissu des petites entreprises est intimement lié au destin de la main-d’œuvre immigrée, dépendant des relations de confiance tissées entre employeurs et salariés. Ainsi, dans les districts, comme le note un entrepreneur, « la présence croissante d’immigrés constitue un élément essentiel pour garantir le fonctionnement normal du processus productif, non seulement au cas où celui-ci montrerait des signes clairs de reprise, mais aussi dans une situation de production stationnaire » (Garcia, Pinto, 1999).

40Par ailleurs, les migrants accèdent de plus en plus à l’entrepreneuriat. Fin 2002, il y avait près de 200 000 entrepreneurs étrangers avec une forte prévalence de la micro entreprise. L’immense majorité des entreprises étrangères a un faible capital initial : seul 0,2% sont des sociétés à participation. Les étrangers non communautaires sont bien plus nombreux que les communautaires : 140 000 extracommunautaires, soit 4,1% des entreprises individuelles italiennes. C’est un phénomène très récent : 85% des entrepreneurs se sont inscrits après 1990. Les plus anciennes sont pour les deux tiers dans le Nord, où le phénomène est apparu.

  • 16 - Ne pouvaient ouvrir des entreprises que ceux qui venaient de pays où ce droit était accordé aux c (...)

41En effet, il a fallu attendre la loi cadre sur l’immigration de 1998 pour que soit enfin amendée la très discriminatoire clause de réciprocité16.

  • 17 - L’emploi manufacturier et construction ne représentent que 13,5% des entreprises contre 43% dans (...)

42Des barrières insidieuses demeurent : ce système dualiste contraint les entrepreneurs à sous-utiliser leurs compétences, en se cantonnant aux micros entreprises, à faible capacité d’investissement initial et dans des secteurs à faible valeur ajoutée et niveau technologique modeste17. Le Centre-Nord est surreprésenté (Lombardie : 17,7% des entreprises, Toscane : 10,5%, Emilie-Romagne : 9,3%, Vénétie : 9%, Latium : 8,8%). Mais si la Campanie et la Sicile ne représentent que 6% chacune, dans le sud, on note une constante accélération.

3.2. Réseaux d’entrepreneurs et de migrants : vers des districts transnationaux

  • 18 -http://www.ice.it/estero2/bucarest/organig.htm.
  • 19 -http://www.ice.it/statist_esterno/ide/serie/pa_im_out.htm.
  • 20 - Ces initiatives prennent place dans le cadre de la loi 212/92, Initiative di collaborazione. Gest (...)

43Certains pays proches, comme le Maroc, l’Albanie, la Pologne et surtout la Roumanie, sont en train de devenir des satellites sous-traitants parfaitement inclus dans la sphère de production des PME italiennes. Le rôle de l’ICE (Istituto del Commercio Estero) est central dans l’encadrement et la promotion de ces stratégies de délocalisation18. En 2000, l’Italie comptait 515 participations italiennes en Europe centrale et orientale, et l’évolution s’est accélérée depuis19. De même, le ministère des Activités productives a encadré ce processus avec une série d’initiatives de collaboration20.

44Dans le Nord-Est, on assiste à la construction progressive d’une méta-région industrielle, à cheval entre les districts industriels et certaines régions des Pays d’Europe centrale et orientale (PECO). Entre les deux circulent capitaux et individus : entrepreneurs et formateurs italiens, travailleurs est-européens, investissements italiens vers les filiales ou les sous-traitants, transferts d’épargne est-européens.

45Ce serait donc le secteur de production, ou même parfois le réseau local des entrepreneurs qui ferait la différence. Toujours est-il que l’effet cumulé est une intégration croissante de la production entre Italie et pays d’Europe centrale. La Pologne a créé 17 aires économiques à dégrèvement fiscal allant jusqu’à 50% pour 10 ans. Dès 1993, l’Italie avait réalisé 3,7 milliards de dollars d’investissements directs en Pologne, se plaçant en cinquième position des grands groupes, 400 sociétés mixtes et une multitude de petites entreprises (Girardi, 2004, p.59-60).

46Dans le total des investissements directs à l’étranger qui s’implantent dans les pays d’Europe centrale et orientale, l’Italie occupe une position charnière. Le cas de la Roumanie est particulièrement intéressant de ce point de vue. L’Italie est en 2002 le cinquième investisseur en Roumanie derrière les Pays-Bas, l’Allemagne, la France et Chypre, premier partenaire commercial et premier investisseur en nombre d’entreprises ouvertes avec 12 000 entreprises officiellement inscrites, soit 15 000 en comptant celles qui sont enregistrées dans un pays offshore. Elles emploient environ 500 000 travailleurs roumains.

  • 21 - Cette question a fait l’objet d’un séminaire organisé par leConsiglio nazionale dell’Economia e d (...)
  • 22 - Ainsi, les banques Westbank, dont le siège est à Arad qui a des filiales dans 22 villes roumaines (...)
  • 23 - C’est pour cette raison que l’Italie et la Roumanie ont signé en 2005 des accords d’immigration r (...)

47Les chambres de commerce et d’industrie des régions italiennes encouragent des initiatives de délocalisation et les réseaux d’entrepreneurs s’appuient sur les réseaux de migrants avec lesquels ils peuvent collaborer pour garantir leur investissement21. C’est surtout la Chambre de commerce de Vénétie qui a monté des services d’aide à l’investissement en Roumanie. Des banques d’investissement exercent une fonction de conseil pour les entrepreneurs italiens, lancent des recherches sur les entreprises roumaines avec lesquelles créer un joint venture, fournissent des informations sur les douanes, la logistique, le personnel, le contexte juridique22. La Roumanie a également favorisé ces investissements au travers de zones franches et de zones définies en crise. Une chambre de commerce italienne pour la Roumanie est en train de se créer. La Fundatia Sistema Italia-Romania est créée en 2002 sur une initiative de l’Unindustria Treviso commencée en 1995, pour associer deux des principales confédérations italiennes, Confindustria et Confartigianato, et trois des plus grandes aires couvertes par la Confindustria. « La Roumanie est devenue le premier endroit où on expérimente l’internationalisation des associations de représentation des entrepreneurs italiens. […] On observe des parcours de délocalisation qui cherchent à reproduire les facteurs du succès des districts industriels italiens » (Girardi, 2004, p.60-61). C’est ainsi que des « systèmes locaux » de l’emploi sont en constitution, avec des services qui aident au décollage économique, formation, conseil, représentation. Le meilleur exemple est le district de Timišoara. Divers portails se sont ouverts pour attirer les investissements italiens sous forme de joint venture ou de lohn, notamment dans le secteur de l’électronique et de l’ingénierie informatique, mais aussi du bois et du meuble23.

Conclusion

48Les districts, par leur « anomalie » initiale et par leur tendance à la « normalisation » actuelle soulignent un fait fondamental pour la géographie, mais encore trop rarement mis au cœur même de l’analyse géographique (alors que c’est fait depuis longtemps par les sociologues) : il s’agit de l’étonnante capacité du marché de l’emploi à organiser le territoire. Au-delà de leur intérêt scientifique et économique, il est patent que les districts « font recette » ou créent la polémique dans les sciences sociales européennes aussi parce que celles-ci y projettent leurs désirs de mettre de l’ordre dans les mutations économiques, de renouer avec une territorialité du développement que la grande entreprise malmène (Benko et Lipietz, 1997). On gardera à l’esprit deux éléments : dans les délocalisations opérées par les PME italiennes, les synergies locales restent prédominantes, les réseaux sociaux permettent une exportation du modèle qui devient un outil privilégié de l’aménagement dans les PECO ; d’autre part, vu la spécificité de l’histoire nationale de l’industrialisation, il apparaît utile lorsqu’on étudie ces systèmes locaux du travail… de ne pas se focaliser trop exclusivement sur le local.

Top of page

Bibliography

Bagnasco A., (1977), Tre Italie, Bologna, Il Mulino.

Becattini G., (2000) Dal distretto industriale allo sviluppo locale. Svolgimento e difesa di una idea, Torino, Bollati.

Benko G.- Lipietz A., (2000), La richesse des régions. La nouvelle géographie socio-économique, Paris, PUF.

Benko G., Lipietz A., ed., (1992), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF.

Capecchi V., (1989), The informal economy and the development of flexible specialization in Emilia-Romagna, in Castells M. Portes A., Benton L. A. (ed.), The informal economy. Studies in advanced and less advanced countries, The John Hopkins University Press, Baltimore and London, p.189-215.

CERI, (2001), Analyse comparée des systèmes politiques français et italiens, Paris.

Coing H., (1982), La ville, marché de l’emploi, Grenoble, PUG.

Coppola P., (1997), Geografia politica delle regioni italiane, Torino, Einaudi.

Courlet C., Pecqueur B., (1992), Les systèmes industriels localisés en France : un nouveau modèle de développement, in Benko et Lipietz, op. cit., p. 81-102.

Dauphiné A., (1999), L’Italie, Paris, Nathan.

Dematteis, G., (1996), « Towards a Metropolitan Urban System in Europe : Core Centrality versus Network Distributed Centrality », in D. Pumain et T. Saint-Julien, Urban Networks in Europe, Paris, John Libbey, p. 19-28.

Frey L., (ed.), (1997), I lavoratori immigrati e il loro effetto sul mercato del lavoro, Genève, Bureau International du Travail.

Freyssenet M., (1979), Division du travail et mobilité quotidienne de la main-d'œuvre, les cas Renault et Fiat, Paris, CSU.

Garcia, M. A., Pinto, P., (1999), Emilia-Romagna terra di immigrazione per lavoratori stranieri sia dipendenti che autonomi, in Regione Emilia-Romagna, Istruzione, formazione, lavoro. Rapporto 1999, Bologna, p.495.

Girardi U., (2004), Le prospettive dell’allargamento e le imprese, in O. Forti, F. Pittau et A. Ricci, Europa. Allargamento a Est e immigrazione, Roma, Ediesse

Lutz V., (1962), Italy. A study in economic Development, Oxford, Oxford University Press

Padoa Schioppa, F., (ed.), (1991), Mismatch and labour mobility, Cambridge, Cambridge University Press.

Reyneri, E., (1996), Sociologia del mercato del lavoro, Bologna, Il Mulino.

Rivière D., (1996), L’Italie et l’Europe, vues de Rome. Le chassé-croisé des politiques régionales, Paris, L’Harmattan.

Rivière D., (2004), L’Italie, Paris, Armand Colin.

Rivière D., (1997), Découpage régional et recompositions

territoriales en Italie, Information géographique, p.187-201.

Weber S., (2004), Des chemins qui mènent à Rome. Trajectoires et espaces migratoires roumains, ukrainiens et polonais à Rome, 2000-2004, Thèse, Université Paris 1.

Zanfrini L., (ed.), (1996), Il lavoro degli « altri ». Gli immigrati nel sistema produttivo bergamasco, Quaderni Ismu, 1.

Zucchetti E. (1997), L’immigrazione dall’Est europeo a Bergamo. Un’indagine pilota su polacchi, romeni ed ex iugoslavi, ISMU-Franco Angeli, 126 p.

Top of page

Notes

1 - Flavia MARTINELLI rappelle à juste titre que « les oligopoles se portent bien, merci » même en Italie (BENKO, LIPIETZ, ed. 1992).

2 - Pour les divergences de délimitation en Italie, voir dans ce numéro l’article de A. MARIOTTI et p. MOLINARI. En France, une première approche des SPL a été effectuée à la demande de la DATAR par les DRIRE, qui donnerait environ 120 SPL reconnus et une centaine émergents – ce qui est beaucoup ! Une approche plus restrictive sur la base des actions déjà existantes délimite 55 SPL déjà soutenus par les DRIRE et le ministère de l’Industrie (débat DATAR sur les SPL, 21 juin 1999).

3 - À Roubaix, les emplois dans la confection sont passés de 30 000 à 19 000 en 15 ans, avec des fermetures massives d’entreprises moyennes. Seuls le circuit court et le réassortiment de la VPC se maintiennent, avec en corollaire, la création spontanée de petites entreprises 10 à 50 salariés dans le façonnage, peu formés à gestion-marketing. Le bilan reste sombre avec un taux moyen de chômage de 33%, ce qui veut dire des quartiers à plus de 50% malgré la tradition textile. Aujourd’hui, grâce à la zone franche urbaine, le chômage est contenu.

4 - Le modèle de développement des districts s’inscrivait initialement dans un faible niveau de scolarisation de la société dans son ensemble : dans les années 1960, comme dans les autres pays d’Europe du Sud, moins du tiers de la population italienne pouvait espérer atteindre le second cycle scolaire. Les taux étaient encore plus bas dans le Sud et dans le Centre-nord-est. Ceci contribuait en retour à valoriser la formation par l’apprentissage, et par voie de conséquence les métiers manuels qui sont à la base de l’économie artisanale, orientation qui a été tirée vers le haut par les écoles professionnelles.

5 - Les méridionaux représentaient, à l’apogée du taylorisme, moins de la moitié des ouvriers de Turin, mais les deux-tiers des ouvriers déqualifiés.

6 - Seules exceptions : Messine en Sicile, Potenza en Basilicate, Benevento et Avellino en Campanie.

7 -Il Sole 24 Ore, 17-1-2000.

8 -Il Sole 24 Ore, 27-11-2000.

9 -Il Sole 24 Ore, 17-1-2001.

10 - Pour Giuseppe DEMATTEIS, les systèmes territoriaux de développement sont des portions de territoires « où se trouvent des agrégations volontaires de projets » (DEMATTEIS, 1996).

11 - Les pactes territoriaux existent dans le Sud et le Centre-Nord. Plusieurs acteurs (entreprises, administrations locales) bâtissent un projet de relance de l’emploi en valorisant les synergies locales sur des opérations qui visent à modifier le contexte économique. Les projets sont orientés essentiellement sur l’agroalimentaire, les services, le tourisme et les petites infrastructures.

12 - Ministero del Tesoro, 1999,Documento di programmazione economico finanziaria, DPEF 6,Lo sviluppo del Mezzogiorno, p.12.

13 - FREY, L., LIVRAGHI, R., 1997, La coesistenza di disoccupazione e immigrazione e il comportamento dei lavoratori residenti in Italia, in FREY, (ed), 1997, p. 26.

14 - PADOA SCHIOPPA F., (ed.), Mismatch and labour mobility, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, cité par L. FREY, op. cit., p. 13.

15 - V. LUTZ utilise cette théorie pour expliquer les migrations internes en Italie (LUTZ V., Italy. A study in economic Development, Oxford University Press, 1962 cité par FREY, LIVRAGHI, 1997, p. 28) et l’immigration de travailleurs étrangers en Suisse (LUTZ V., Foreign Workers and Domestic Wage Levels: With an Illustration of the Swiss Case. Banca nazionale del Lavoro, Quarterly review, 4, 1963, p.3-68, cité par FREY, LIVRAGHI, art. cit., p. 28.)

16 - Ne pouvaient ouvrir des entreprises que ceux qui venaient de pays où ce droit était accordé aux citoyens italiens). Cette clause se fondait sur des accords passés avec des pays où les émigrants italiens avaient abandonné rapidement les emplois salariés aux migrants plus récents pour monter une entreprise familiale (les EU surtout). Ces accords favorisaient donc les investisseurs et les travailleurs indépendants originaires des pays de destination de l’émigration italienne, et en contrepartie faisaient obstacle aux autres.

17 - L’emploi manufacturier et construction ne représentent que 13,5% des entreprises contre 43% dans le commerce.

18 -http://www.ice.it/estero2/bucarest/organig.htm.

19 -http://www.ice.it/statist_esterno/ide/serie/pa_im_out.htm.

20 - Ces initiatives prennent place dans le cadre de la loi 212/92, Initiative di collaborazione. Gestione D.M. 5.12.92, on trouvera la liste des interventions et de leur coût sur le site du ministère des Activités productives : www.mincomes.it/circ_dm/decreto212/progfi92.htm.

21 - Cette question a fait l’objet d’un séminaire organisé par leConsiglio nazionale dell’Economia e del Lavoro, le Dossierstatistico immigrazione, Unioncamere et la Camera di commercio di Roma, en août 2003 à Bucarest.

22 - Ainsi, les banques Westbank, dont le siège est à Arad qui a des filiales dans 22 villes roumaines, la Demirbank, ou encore la Banca Italo Romena, dont le siège est à Trévise et les filiales à Timišoara, Arad et Bucarest. Nombreux sites dont : www.centroesteroveneto.com/progetti_speciali_antennaromania.htm

23 - C’est pour cette raison que l’Italie et la Roumanie ont signé en 2005 des accords d’immigration reposant sur la réciprocité. Par ailleurs, la Stratégie européenne pour l’emploi, les Programmes d’ajustement du secteur privé dans les PECO et les contrats de consultants confirment ces formes de délocalisation qui reposent sur une complémentarité entre entrepreneurs et salariés migrants.

Top of page

References

Electronic reference

Dominique Rivière and Serge Weber, « Le modèle du district italien en question : bilan et perspectives à l’heure de l’Europe élargie », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 21 October 2008, connection on 24 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/445 ; DOI : 10.4000/mediterranee.445

Top of page

About the authors

Dominique Rivière

Université Paris 13.

Serge Weber

Université Aix-Marseille 1, UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page