Skip to navigation – Site map
La Méditerranée, bassin culturel et créatif

En marge des métropoles, le carreau Wendel en Lorraine: de la friche industrielle au projet culturel

Beyond the metropolitan fringe, the Carreau Wendel mining-site museum in Lorraine: from industrial wasteland to cultural project
Sylvie Daviet and Jean-Luc Valin
p. 135-144

Abstracts

Drawing on the new concept of the cultural economy, this article has as its objective to study the role of culture in the Lorraine coal basin confronted with the end of mining activity. Questions of culture at the margins are raised in this case by asking how culture is mobilized to face up to diverse forms of marginalization and how renewal, reconversion, and resilience are involved in that process. Two cultural initiatives are studied here : the increased prestige of the industrial heritage and the development of live shows based on local history. The article first paints a broad picture of the stakes involved and then examines the prospect for an economy focused on culture rather than mining. In 2008, the Carreau Wendel mining-site museum opened four years after the closing of the coal mines of Lorraine. The third part is devoted to a live show « the coal children » conceptualized after mine closure by local actors. The last part evaluates the capacity of this cultural project to generate local development by playing on the synergies possible with other actors.

Top of page

Full text

1Au cours de ces dernières années, le champ de la culture a été exploré sous un angle nouveau par un ensemble de chercheurs qui n’étaient pas au départ des spécialistes de la culture. C’est ainsi que la géographie économique française, à l’instar de la géographie économique anglophone, a abordé ce thème dans le cadre d’un colloque organisé en 2006 à Toulouse (Leriche, Daviet, Sibertin, Zuliani, 2008). L’ambition de proposer une approche géographique de l’économie culturelle et d’en saisir au plus près les enjeux territoriaux a conduit à l’analyse de situations d’une grande diversité.

2Dès lors, s’est posée la question d’étudier le rôle de la culture dans une région minière confrontée à la fin de l’exploitation. Nous avons choisi le Bassin Houiller Lorrain qui a été l’objet de nombreuses études lors des différentes phases de son développement (Capot Rey, 1934; Haby, 1965) puis de sa reconversion et de sa fermeture définitive en 2004 (Daviet, 1990; 1993; 2006). En marge de la métropole sarroise, cet espace interroge précisément la relation entre culture et marge (Prost, 2004), alors qu’il est coutume d’associer la culture au cœur des métropoles. Comment la culture est-elle mobilisée pour faire face à diverses formes de marginalisation, à la question du renouveau, de la reconversion et de la résilience ? Par reconversion, on entend la capacité d’un lieu ou d’une population à changer de fonction ou d’activité. Par résilience, on entend la capacité d’un lieu ou d’une population à absorber une perturbation (Aschan‑Leygonie, 2000). Le Bassin Houiller Lorrain présente deux initiatives culturelles de nature différente: la valorisation du patrimoine industriel et le développement d’un spectacle vivant issu de l’histoire locale. À partir de ces initiatives ancrées dans le territoire et portées par des acteurs locaux, on s’interroge sur les perspectives d’un développement local ; tout en soulignant les spécificités d’une opération encore éloignée d’une économie culturelle clairement structurée.

3Cette recherche est aussi le produit d’un retour sur un terrain de thèse (Daviet, 1990), tandis que Jean-Luc Valin, ancien cadre des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) en charge de l’industrialisation puis de la communication, est au moment de l’étude le président de l’association « Les enfants du charbon ». Les enquêtes se sont déroulées au cours du mois d’août 2008, pendant la période du spectacle, auprès d’une douzaine d’acteurs culturels, économiques et politiques de la région et d’une douzaine de participants bénévoles ou professionnels au spectacle. L’objectif était d’appréhender le potentiel de ce lieu, le site du carreau Wendel, immense site transformé en musée et qui accueille le spectacle « Les enfants du charbon » attirant chaque année environ 10 000 spectateurs.

4L’article comporte quatre parties: il présente en premier lieu les enjeux et perspectives de cette nouvelle économie culturelle en précisant la dimension à privilégier dans le cas présent. Deuxièmement, il s’attache à présenter le carreau Wendel, son contexte géographique et historique, quatre ans après la fermeture des Houillères du Bassin de Lorraine, en esquissant un diagnostic de ce territoire. La troisième partie est consacrée au spectacle « Les enfants du charbon », né du vide issu de la fermeture, et qui exprime la voix d’une communauté bien vivante; une opération hybride entre ressources associatives et réalités économiques, bénévoles et professionnels, action événementielle et perspectives de durabilité. La quatrième partie évalue la capacité de ce projet culturel à générer un développement local en jouant sur les synergies possibles avec d’autres acteurs.

I - Nouvelle économie culturelle: enjeux et perspectives

5Parler d’économie culturelle peut paraître à beaucoup un oxymore. En effet, dans la société française et plus généralement européenne, les champs de l’économie et de la culture sont longtemps apparus comme des champs séparés. La notion de culture, dans son sens le plus large, renvoie à l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels qui caractérisent une société, un groupe ou un individu. Il s’agira ici plus concrètement des arts et activités culturelles. Les disciplines étudiant la culture sont traditionnellement l’anthropologie et la sociologie, voire la géographie plutôt que l’économie. S’y ajoutent, particulièrement en France, les sciences politiques dans la mesure où la culture est objet de rayonnement international et où les politiques publiques ont longtemps ciblé comme objectif central la démocratisation de l’accès à la culture. Toutefois, dans la société contemporaine, la culture est entrée dans le champ de l’économie et se trouve étudiée en tant que tel.

I.1 - La consommation de produits culturels

6On remarquera que les biens et services communément considérés comme culturels: un livre, un film ou la visite d’une exposition ont un coût et sont objets de consommation, entrant dans le jeu de l’économie marchande. La palette des biens relevant de l’économie culturelle revêt une grande diversité: si le cinéma, la musique et l’édition constituent le cœur des « industries culturelles », il faut aussi y inclure la mode, les parfums, les produits gastronomiques, sans oublier les parcs d’attraction, musées et festivals. En termes géographiques, la définition retenue pour saisir l’économie culturelle n’est pas neutre. En effet, une définition centrée sur les industries culturelles (cinéma, musique, et édition) véhicule l’image d’une économie urbaine, voire métropolitaine. En revanche, une définition plus large, intégrant la mode et les parfums, la gastronomie et le vin, les ressources patrimoniales, les festivals, les fêtes etc., véhicule l’image d’une économie plus polycentrique, irrigant un ensemble diffus de territoires urbains et ruraux. C’est cette seconde acception que nous retiendrons ici.

7L’économie culturelle constitue de fait un nouveau front dynamique du capitalisme contemporain, représentant une part croissante de l’activité dans les pays industriels. Si elle s’élève modestement à 2,6% du PIB en Europe en 2003 (rapport de l’Union européenne), sa part peut être bien plus élevée, dépassant parfois 5%, dans les métropoles telles que Paris, Londres, New York ou Los Angeles (Heilbrun, Gray, 1993; Pratt, 1997; Power, 2002; Kloosterman, 2004). D’un point de vue qualitatif, le développement de l’économie culturelle repose sur l’esthétisation et la sémiotisation croissante de la consommation (Lash, Urry, 1994; Zukin, 1995; Power, Scott, 2004). Le développement des territoires dépend de plus en plus de leur capacité à concevoir, produire et commercialiser de tels produits sur un marché plus ou moins globalisé. La grande difficulté, pour les acteurs du développement, consiste à valoriser des ressources locales, c’est-à-dire à transformer des ressources latentes en ressources actives (Camagni, Maillat, Matteaccioli, 2004).

I.2 - Le caractère « mobile » ou « immobile » des produits

8Dans la mesure où il existe des liens géographiques forts entre ces produits culturels et des territoires particuliers, l’approche géographique permet d’éclairer la nature de l’économie culturelle. Deux grandes catégories de produits peuvent être distingués: des produits mobiles, et des produits immobiles (Scott, Leriche, 2005). Les produits mobiles sont conçus et souvent fabriqués dans un lieu avant d’être exportés vers des marchés extérieurs. Certains ont essentiellement un contenu immatériel, symbolique et idéel, même si un support matériel est nécessaire à leur diffusion, à l’instar des industries du cinéma, de la musique, de l’édition et de la publicité. D’autres sont certes matériels, mais c’est leur contenu parfois essentiellement symbolique et sémiotique qui motive leur achat, à l’instar de la mode ou de la joaillerie. Issus d’entreprises insérées dans des dynamiques concurrentielles globales, ces produits alimentent un marché en renouvellement constant. Une logique de flux régit donc leur production.

9Le cas des produits immobiles nous concerne plus directement ici. Ils sont imbriqués dans le patrimoine physique d’un lieu (Gravari-Barbas, Violier, 2003), obligeant les « consommateurs » à se déplacer pour y accéder. Là aussi, plusieurs configurations existent. En Europe, de très nombreuses villes sont dotées de ressources patrimoniales héritées, comme Florence, Amsterdam, Prague… Plus récemment, le développement de l’économie culturelle s’est également traduit par la création d’espaces récréatifs privés (Disneyland ou Walibi) ou publics (Futuroscope de Poitiers). Les musées constituent une autre expression possible de ces produits immobiles. La logique patrimoniale est marquée par la préservation, la valorisation et la transmissibilité d’une ressource héritée. En raison de son histoire, l’Europe urbaine et rurale est irriguée par ce patrimoine d’une grande diversité, incluant désormais le patrimoine industriel. Dans ce domaine, M. Deshaies (2008) souligne le rôle précurseur de l’Allemagne, du Royaume Uni et de la Suède, chacun de ces pays ayant déjà un ou deux sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, alors que la France vient tout juste d’obtenir le classement du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

I.3 - Le caractère public ou privé de l’initiative

10Le modèle régi par les logiques du marché propose des produits culturels répondant aux besoins des « consommateurs ». C’est alors le marché qui définit le succès des produits, selon une graduation allant des produits populaires et universels tournés vers le divertissement aux produits plus complexes et ambitieux. Un second modèle relève d’une dynamique publique. Les pouvoirs publics, aux différents échelons territoriaux, conduisent des politiques dont la finalité est de démocratiser la culture et l’art à travers le financement d’équipements et de manifestations culturelles. La valorisation marchande de la créativité apparaît comme une option secondaire ou plus récente, comme en témoigne la multiplication des incubateurs dans le secteur du multimédia (la Belle de Mai à Marseille). En vérité, ces modèles évoluent et sont de plus en plus combinés. En France en particulier, si dans les années 1960, l’objectif central est de « démocratiser » la culture, à partir des années 1970-80, les collectivités locales utilisent la culture comme levier pour le développement local, et progressivement, dans la seconde moitié des années 1990, développement économique et développement culturel sont étroitement associés (Bernié‑Boissard, 2008). Parallèlement, on entre dans une logique croissante de labellisation des produits culturels.

I.4 - La labellisation croissante des produits culturels

11Cette labellisation concerne les produits immobiles (un site classé par l’UNESCO par exemple) comme les produits mobiles (un vin ou un produit artisanal). Le label est un signe distinctif attribué à un produit étroitement associé à un territoire (Santagata, 2002). Le label institue un principe de « marque » sur un produit-territoire. Il apparaît comme un moyen de distinguer un produit, en soulignant son originalité culturelle. Cette stratégie de labellisation est capable de renverser une dynamique territoriale et de créer de nouvelles richesses. La labellisation d’un produit de terroir en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) ou la restauration d’un village (« Les plus beaux villages de France ») sont incontestablement des facteurs de renouveau et d’attractivité (Daviet, Leriche, 2008). De nombreux exemples attestent de l’inventivité de l’Europe pour transformer ces ressources latentes en actifs culturels (Greffe, 2006). Dans la plupart des cas, la valorisation d’un lieu repose sur des ressources patrimoniales (naturelles ou historiques) « données », qu’il s’agit pour les producteurs de transformer en ressources « construites » (Kebir, Crevoisier, 2004). Sans doute ces stratégies de développement ne sont-elles pas sans risques (muséification du patrimoine, ou multiplication inefficace des labels), mais à ce jour, elles sont avant tout perçues comme un atout.

2 - Le carreau Wendel en Lorraine et son environnement transfrontalier

12La zone frontalière Sarrebruck-Moselle-Est (fig. 1) qui compte environ un million d’habitants (EPFL, 2003), dont 350 000 en Moselle-Est, est riche d’un patrimoine industriel du charbon et de l’acier, hérité de la première et de la seconde industrialisation (Ripp, 2006).

Fig. 1

Fig. 1

Le carreau Wendel dans la zone frontalière Sarre - Moselle-Est

Cartographie: Patrick Pentsch (2010).

13L’acier concerne la partie sarroise avec l’ancienne usine sidérurgique de Völklingen, fermée en 1986 et classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1994. Du côté français, dans cette partie est de la Moselle, le travail du fer n’a occupé qu’une place éphémère dans l’histoire. La famille de Wendel, qui s’est intéressée à ce territoire au milieu du xixe siècle, a donné son nom à la commune de Stiring-Wendel en 1857 (Marseille, 2004). Charles de Wendel espérait réaliser un complexe réunissant fer et charbon. Mais les forges ont rapidement décliné durant la période d’annexion et ont été fermées en 1897. L’exploitation du charbon est devenue l’activité principale de ce territoire et c’est sur la commune voisine de Petite-Rosselle que le Carreau Wendel est né en 1866, dans le prolongement du gisement allemand.

  • 1  Il regroupe la communauté d’agglomération de Forbach et trois communautés de communes (CC) : la CC (...)

14L’exploitation tardive du charbon a prospéré côté français en deux temps: l’entre-deux-guerres, et l’après Seconde Guerre mondiale. Son développement spatial fut considérable dans tout l’arrondissement de Forbach et même au-delà, générant tous les éléments paysagers, économiques et sociaux caractéristiques d’un pays noir (Haby, 1965). En 1984, le bassin comptait encore 25 000 mineurs et six sièges d’exploitation (Daviet, 1990). En 20 ans, les dispositifs d’industrialisation et de reconversion ont fourni de nouveaux emplois et ont favorisé des mises à la retraite anticipée, jusqu’à la fermeture en 2004 qui a marqué du même coup la fin de l’exploitation charbonnière en France (Daviet, 2004). Cette reconversion a été caractérisée par d’intenses échanges avec l’Allemagne dans une région profondément germanophone (Frecaut, 1983): d’une part, les emplois frontaliers se sont développés depuis les années 1970 (près de 23 000 en 2008), d’autre part, les investissements allemands, présents depuis les années 1960 parfois, ont été essentiels (Continental, Viessmann…); mais ils se sont taris après la réunification des deux Allemagnes (Daviet, 1993). La construction de la SMART à Hambach, à partir de 1997 (date de l’inauguration du site par Jacques Chirac et Helmut Kohl) reste l’opération la plus emblématique avec 1800 salariés. Ce site, porté à bout de bras par Mercedes, n’est devenu rentable qu’en 2007. Le choc de l’après mine est néanmoins sévère (fig. 2): le cœur de l’ancien bassin houiller, appelé désormais Val de Rosselle1 (soit 47 communes et 177 000 habitants), a perdu près de 10 000 habitants en 15 ans, et le chômage y est de deux points supérieur à la moyenne départementale (soit 10,7%, Insee, 2007). En outre, entre 2004, date de la fin de l’exploitation, et 2007, date de la fin de l’entreprise Charbonnages de France, les sites ont été mis « en sécurité » et nombre de friches ont été rasées, ce qui marque de façon spectaculaire, dans le paysage, la fin de la mine, à l’exception du carreau Wendel.

Fig. 2

Fig. 2

Déclin de la population du Val de Rosselle depuis 1990. Évolution de la population, base 100 en 1962, estimation pour 2005

Sources: Insee Lorraine, recensements de la population de 1962 à 1999. Estimations démographiques supra-communales 2005.

15Le siège du carreau Wendel (photo 1), qui a fermé en 1989, a rapidement fait l’objet d’un projet patrimonial.

Photo 1

Photo 1

Vue aérienne du siège Wendel de Petite‑Rosselle. Au premier plan (en bas à droite) le puits Vuillemin et au fond (en haut à gauche) le musée de la mine

Photo Armand Ribic (2008).

16Dès 1984, un centre de culture minière, créé par une dizaine d’associations, intégrait un an plus tard la formule des CCSTI (Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle) promue par le ministère de la Culture et la région. C’est un immense site de 60 ha, dont 23 ha de bâtiments, comportant quatre chevalements, deux lavoirs, des décanteurs, un centre de gestion avec bains-douches, salles des pendus et lampisterie, les ateliers, le parc à matériel et les silos de stockage du charbon. La diversité des architectures industrielles (1866‑1986) en fait un site tout à fait remarquable (photos 2 et 3).

Photo 2

Photo 2

Puits Vuillemin no 2 Petite-Rosselle. Date de fonçage 1881; profondeur 773 m. Sur la gauche on aperçoit les gradins dressés pour le spectacle

Photo S. Daviet (2008)

Photo 3

Photo 3

Lavoir 1 et 2 avec le décanteur du siège Wendel de Petite-Rosselle

Photo S. Daviet (2008).

17Mais sa valorisation a rencontré de nombreuses difficultés: les travaux n’ont commencé qu’en 1998, l’agrément « Musée de France » n’est obtenu qu’en 2001; il s’agit désormais d’une structure publique dépendant d’un syndicat mixte regroupant la Communauté d’Agglomération de Forbach et la Communauté de Communes de Freyming-Merlebach (soit 32 communes). Depuis octobre 2006, « La mine grandeur nature » offre au public la reconstitution d’un chantier de fond. En 2010, le cœur du musée doit être équipé d’une cafétéria, d’une boutique et l’accès à la salle des pendus doit être réhabilité… Mais à ce jour, le nombre d’entrées s’élève à 45 000 contre 150 000 au musée de Lewarde dans le Nord-Pas-de-Calais et 230 000 sur le site sidérurgique de Völklingen classé par l’UNESCO.

18Conformément aux analyses antérieures de J.-M. Holz sur la Ruhr (1987), la « rupture créatrice » tarde à venir et ne peut se produire qu’après le déclin ou la disparition des mines. De fait, d’autres dossiers mis en chantier dans les années 1990 n’ont guère avancé: c’est par exemple le cas de l’Eurozone Sarrebruck-Forbach-Nord dont l’initiative date de 1996. Ce projet transfrontalier vise à accueillir des activités tertiaires orientées vers les nouvelles technologies. Lancé réellement en 2003, il est porté par une maîtrise d’ouvrage commune comportant: la communauté d’agglomération de Forbach, l’Établissement Public Foncier de Lorraine (EPFL) et le Conseil Général de la Moselle, côté français, la ville de Sarrebruck et le Land de Sarre, côté allemand. Mais pour l’instant, le bilan est mince, on ne compte qu’une entreprise implantée sur la zone en 2008 (Gobin, 2008). La situation en demi-teinte de la Moselle-Est contraste avec le renouveau de la métropole sarroise, si l’on suit les analyses de M. Gobin soulignant qu’à travers les différents projets de reconversion, « le centre – de Sarrebruck – apparaît comme porteur de nouvelles valeurs et de nouveaux imaginaires entretenant de nouvelles relations avec les activités productives. La ville subit un changement qualitatif, destiné à fabriquer la « ville créative » ». La désignation de Sarrebruck comme l’un des pôles de la capitale européenne de la culture en 2007 n’a fait que renforcer sa mutation.

19En Moselle-Est, tout semble pourtant en place pour développer des projets transfrontaliers pour deux raisons.

20Premièrement, depuis 1996, les Accords de Karlsruhe ont fourni un cadre juridique au projet d’agglomération transfrontalière Sarrebruck-Moselle-Est, labellisé Eurodistrict par les gouvernements allemands et français (Ripp, 2006); la mise en place du programme « Parc de développement de la Vallée de la Rosselle » devant relier six friches, avec comme points d’attraction majeurs le site de Völklingen et celui du carreau de Wendel. Ce programme s’appuie sur une étude réalisée en 2001 par des organismes sarrois et l’Établissement Public Foncier de Lorraine. Là aussi, le contraste est saisissant entre, d’une part, le site de Völklingen, qui a reçu l’impulsion du classement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et bénéficie d’une prise en charge financière directe par le Land, et d’autre part, le Carreau Wendel, porté par un syndicat mixte bien trop modeste au regard de l’ampleur du site.

21Deuxièmement, comme suite à l’appel à projet lancé par la DIACT (la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires) en 2004 sur la coopération métropolitaine, les structures intercommunales de la métropole Sarrebruck–Moselle-Est ont répondu, en s’appuyant sur l’étude de préfiguration de la métropole transfrontalière Sarrebruck – Moselle-Est, réalisée en 2003 sous la responsabilité des services de l’État (EPFL, 2003).Le projet métropolitain « Sarrebruck - Moselle-Est » a fait partie des dossiers retenus. Il réunit le « Regionalverband », les communautés d’agglomération de Forbach et de Sarreguemines, les communautés de communes du district urbain de Faulquemont, du Pays Naborien (Saint-Avold), du Warndt, de l’Albe et des lacs et de Freyming-Merlebach. Depuis octobre 2006, le projet métropolitain Sarrebruck – Moselle-Est fait l’objet d’une contribution de 45 pages au Contrat de Projets État‑Région 2007-2013. Le développement touristique et culturel figure dans la priorité « Promotion de l’image métropolitaine ». Il comprend notamment la mise en place d’une « Route du tourisme industriel » et le « développement du spectacle vivant ». Ces actions n’ont pas fait l’objet des premiers projets instruits en préfecture en 2007, mais seraient en cours de discussion. À noter que l’action « Développement du spectacle vivant » pourrait fournir un cadre d’appui au spectacle « Les enfants du charbon » qui s’est développé sur le carreau Wendel depuis 2005 (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Affiche du spectacle son et lumière « Les enfants du charbon », saison 2008.

Déclic Communication

3 - « Les enfants du charbon »: d’un événement exceptionnel à une production artistique durable

3.1 - Origine du spectacle

22À la recherche d’une organisation événementielle pour rendre hommage aux derniers mineurs de charbon, le groupe Charbonnages de France a demandé à Sylvie Dervaux, jeune compositeur du spectacle vivant, de préparer la trame d’une vingtaine de tableaux sur le thème de la mine. Nous sommes en décembre 2003, le siège de Merlebach a fermé en septembre 2003. Le dernier, celui de La Houve à Creutzwald, doit fermer en avril 2004.

23Le 23 avril 2004, le spectacle « Les enfants du charbon », retraçant l’aventure minière française et lorraine, est produit pour la première fois devant un parterre d’officiels et en présence d’une foule de mineurs qui retiennent difficilement leur émotion. Les jours suivants, trois nouvelles représentations sous le chapiteau, planté au milieu du carreau, sont données devant les familles et les proches des mineurs. Les figurants sont des mineurs du siège de la Houve auxquels se sont joints des femmes, des enfants, des amis. L’émotion est toujours aussi intense. Confusément, les hommes ont senti que cette fin ritualisée de l’aventure industrielle était aussi la fin de leur culture, d’une certaine façon de vivre et de mourir, un bouleversement préparé, accepté, mais trop important pour que l’on n’en parle plus.

24C’est ainsi que la poursuite de la production de ce spectacle historique a été envisagée. Ceci ne pouvait que satisfaire l’auteur, Sylvie Dervaux, mais permettait également de combler le vide laissé par l’arrêt de l’exploitation. Une association a été créée. Le site du carreau Wendel a été retenu pour devenir cette fois un décor réel, celui du puits Vuillemin 2 à l’entrée du carreau (photo 2).

25L’exploitation de ce puits avait démarré avant 1870 et s’était arrêtée en 1962. Elle avait connu les directions allemandes et françaises; 84 mineurs y étaient morts en mars 1907 d’un coup de grisou, un an après la catastrophe de Courrière. Il ne s’agit plus cette fois de compter sur les ressources des Houillères pour monter ce spectacle, mais sur une équipe de bénévoles qui doit se constituer comme une véritable entreprise, avec un noyau dur d’anciens qui mobilise ses réseaux. Il n’y aurait pas de spectacle aujourd’hui sans cette émotion vécue collectivement à l’arrêt de la mine et cette forte camaraderie qui rassemble les mineurs et leur famille pour ce projet. Quatre ans après, cette camaraderie est un ciment toujours indispensable, même s’il n’est pas suffisant.

3.2 - Contenu du spectacle

26Le contenu du spectacle s’ordonne autour du récit d’un vieux mineur qui raconte ses souvenirs. Il se déroule durant 1h30 à travers 25 tableaux de trois à quatre minutes chacun. Le fil conducteur est l’histoire du charbon et de son exploitation depuis sa formation géologique, les découvertes successive du feu, du charbon de bois, puis du charbon de terre… Les décors et les costumes comme la mise en scène de matériels et accessoires réels montrent les différentes formes d’extraction depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. Le récit est donc très pédagogique, mais jamais ennuyeux, car autour de cette trame viennent se greffer le contexte social (travail des femmes, vie des cités, catastrophes minières, fête de la Sainte-Barbe, carnaval…), les événements historiques (guerres, annexions, exodes, libération), ou politiques (épopée napoléonienne, nationalisation des mines, naissance de l’Europe, conflits sociaux).

27L’ensemble est rehaussé par des moyens techniques lourds: projections géantes, éclairages permettant de mettre en relief le décor minier, effets lasers, effets pyrotechniques (fig. 3). Ces moyens sont nécessaires pour donner à la réalité une dimension fantastique, comme le font également les engins mis en action sur la scène de 70m de long et plus de 10 m de large: locomotive et train du fond de la mine, chevaux et wagonnets, pelleteuses, voitures, etc. Une véritable poésie émane de cet ensemble grâce à l’accompagnement musical (musiques de film, fanfares, airs populaires, chants) et aux chorégraphies déployées par un groupe de danseurs et danseuses (classique, contemporain et Hip Hop). L’effet produit est amplifié par l’engagement des 200 figurants bénévoles qui se produisent à six reprises les deux derniers week-ends du mois d’août après avoir répété environ trois semaines.

28Le spectacle est donc de qualité et exerce sur les spectateurs l’illusion d’un voyage dans le temps. Il fait surgir des souvenirs oubliés chez nombre d’entre eux ou permet à d’autres de comprendre un peu mieux l’âme ou la culture de la mine ainsi que son importance historique dans le développement régional, national et européen. Le récit s’achève sur une histoire qui reste à écrire, celle des hommes et des femmes d’aujourd’hui, celle des enfants du charbon. Même s’il se dégage une certaine nostalgie, le contenu du spectacle est résolument optimiste et replace l’homme au centre du défit à relever: choisir de vivre, transmettre à la jeunesse les valeurs du travail, du courage et de la solidarité, inventer avec elle un nouvel avenir, trouver de nouvelles sources d’énergies.

3.3 - Public et organisation du spectacle

29De 2005, date du début du spectacle, à 2008, 20 représentations ont été données devant 37 500 spectateurs. Avec une tribune de 2500 places, la capacité maximale était de 50 000, soit un taux d’occupation de 75%. L’origine du public est essentiellement locale et régionale. Une action de promotion est engagée depuis deux ans auprès des groupes (comités d’entreprise, clubs et associations) et entreprises de voyage. La communication est fondée sur un partenariat avec les médias régionaux : télévisions locales, journaux régionaux, la station de radio France Bleu, ainsi que sur un « bouche à oreille » assez efficace. Cette promotion atteint maintenant l’Alsace (mine de potasse), l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. Le public est apparemment conquis dès lors qu’il est venu voir et parfois revoir le spectacle.

30Toutefois, une partie de la population locale d’origine minière, plus distante et critique, rejette la mise en spectacle de son histoire, tandis queles bénévoles, qui collectent des informations auprès de leurs amis et de leur famille, expriment beaucoup de fierté tirée de cette mémoire ressuscitée et de la capacité à relever le défi d’une telle aventure. L’environnement politique est dans l’ensemble favorable mais reste à une distance relative d’une entreprise dont il doute de la pérennité. Il craint sans doute qu’elle coûte plus cher à la collectivité qu’elle ne rapportera. Il en est ainsi du Conseil général de la Moselle; le Conseil régional de Lorraine, au contraire, encourage cet événement à devenir un pôle d’attractivité et à se professionnaliser, en liaison avec le musée du carreau Wendel.

31Le coût global du spectacle et de l’organisation annexe (accueil, billetterie, restauration, animation, sécurité, hygiène) est de 350000 € TTC. Nombre de prestations sont assurées par les bénévoles: gardiennage, montage, démontage, costumes, maintenances, techniques, etc. ou par des associations partenaires. Le financement est reparti en trois parts : 50% de recettes propres, billetteries et recettes annexes, 30% de financement public (Région, Département, Communes), 20% de financements privés (sponsors et bienfaiteurs). Le musée prête gratuitement les installations pendant la période du spectacle et bénéficie en retour d’entrées supplémentaires (3000 environ). Presque toutes les prestationspayantes (comme le son et les effets spéciaux) sont sous-traitées en Moselle et en Lorraine, soit environ 300000 €, dont 40000 € de salaires et charges pour les intermittents du spectacle (metteur en scène, costumière et chorégraphe). Le compte d’exploitation, après quatre ans de fonctionnement, est en équilibre. Mais il est fragile et il suffirait d’une mauvaise saison (météo) pour que les pertes d’exploitation viennent à bout de la structure porteuse. Au-delà de ces strictes considérations financières, des informations en provenance des offices de tourisme locaux montrent qu’un impact réel existe sur la fréquentation des gîtes et des hôtels, même s’il est très saisonnier. De nombreuses familles profitent du spectacle pour programmer la venue de parents ou d’amis dans la région. Mais pour le territoire, il existe un impact moral sous forme de fierté et d’estime de soi qui est plus important que l’impact économique.

4 - Du projet culturel au développement local: quelle mise en réseau et synergie entre les acteurs?

4.1 - Les perspectives de pérennisation du spectacle

32Après quatre années d’existence, ce spectacle a-t-il des chances de poursuivre une carrière analogue à celle d’autres entreprises du même genre? Le succès désormais célèbre du Puy du Fou (Matteaccioli, 2004) pourrait-il servir d’exemple? Avant de répondre, il est nécessaire d’analyser les atouts et les handicaps de ce projet.

33Les atouts sont assez nombreux, même s’il faut rester prudent. Le thème du spectacle, la mine et la conquête sans cesse renouvelée de l’énergie par l’homme, est potentiellement riche, au cœur de l’actualité, et susceptible de s’adresser à un large public, y compris européen. Ceci a conduit à la création d’une œuvre originale, artistiquement réussie, sans que cela ait fait l’objet d’un calcul a priori. Cette œuvre renferme, grâce à son origine et à l’engagement des bénévoles, un caractère authentique qui touche le public et le séduit par sa force et son dynamisme. La structure totalement bénévole qui porte le projet, les associations et sponsors partenaires forment un socle d’organisation assez solide, garant d’une certaine pérennité, bien que non professionnel.

34Les faiblesses de ce projet sont pour certaines évidentes et plus cachées pour d’autres. La météo constitue une incertitude majeure pour un spectacle en plein air où plus d’un quart du public se décide à la dernière minute. Les réservations des groupes atténuent ce phénomène. Le spectacle est aussi dépendant pour 50% des financements publics et privés cités précédemment, à moins d’augmenter les prix ou le nombre des représentations, ce qui peut dissuader les figurants déjà très sollicités. L’évolution artistique du spectacle est une préoccupation importante : elle est nécessaire, mais doit être bien maîtrisée et s’opérer par étapes successives; le rôle du metteur en scène est ici déterminant. On ne peut toutefois exclure de possibles tensions entre le metteur en scène et l’association d’une part, les bénévoles et les professionnels d’autre part.

35On peut donc dire que le chemin reste à trouver pour ce spectacle lié au site remarquable du carreau Wendel. Malgré le soutien appréciable de grandes entreprises (Crédit Mutuel, Total Petrochimical), il faudrait enclencher un programme culturel et touristique plus vaste pour atteindre, avec des offres variées et complémentaires, un public plus large et moins saisonnier. Ceci est actuellement hors de portée de la seule association « Les enfants du charbon », une mise en réseau des acteurs est nécessaire, accompagnée d’une forte volonté politique.

4.2 - Environnement touristique et mise en réseau

36L’environnement touristique est assez peu formalisé; il n’en constitue pas moins un ensemble assez conséquent avec notamment le musée du carreau Wendel, le Weltkulturerbe de Völklingen, les sites de Marsall (musée du sel), Bliesbruck (ruines romaines), les villes de Sarrebruck, Sarregueminnes et Metz à 30 minutes maximum, sans oublier les espaces naturels (la forêt du Warndt, le pays des Étangs, le parc naturel des Vosges du Nord). Le public potentiel pour cet ensemble de pratiques culturelles et de loisirs est constitué par les familles et les seniors principalement. Il est significatif dans cette région où réside un million d’habitants dans un rayon d’une heure par la route.

37L’intégration des offices de tourisme locaux dans le circuit de ventes de billets exerce d’ores et déjà un impact non négligeable sur la fréquentation saisonnière. Selon l’office de tourisme de Forbach, 50% de clients supplémentaires sont venus au mois d’août 2008. Et pour certains, c’est l’occasion de redécouvrir l’offre touristique locale et d’en faire la promotion à leurs amis éloignés en y joignant une invitation au spectacle. Cette carte de l’attractivité d’un événement « spectaculaire » et authentiquement local joue en particulier auprès des autocaristes que l’Office de Tourisme de Forbach a décidé d’inviter en 2007. Aujourd’hui le chiffre d’affaires « groupes » de cet office du tourisme est de 150000 euros dont 20% attribués à l’effet des « Enfants du Charbon ». D’autres directeurs d’offices du tourisme en région Lorraine (Commercy, Luneville, Thionville, Verdun, Longwy) sont venus en 2008 voir le spectacle.

38Cette dynamique peut générer la mise en place de nouveaux circuits. On peut par exemple imaginer un circuit comprenant: Verdun (site de la Grande Guerre avec un spectacle), Thionville et Longwy (Vauban et illuminations), Luxembourg (ville et château de Vianden), Forbach‑Sarrebruck (spectacle « Les enfants du charbon », Musée du carreau Wendel, ville de Sarrebruck, site de Völklingen.

4.3 - Les synergies possibles entre acteurs culturels locaux

39Il ne faut pas négliger l’occasion de s’ouvrir sur un public plus large et différent en créant progressivement de nouveaux types d’activités sur l’immense site du musée Wendel qui pourrait accueillir dans une partie de ses bâtiments des artistes, des expositions, des formations musicales et en extérieur des concerts de rock l’été, valorisant la scène et les installations qui ont été aménagées pour « Les enfants du charbon »…

40Il est également intéressant de comparer, dans la région de Forbach, les capacités d’accueil de deux structures culturelles: « Forbach Action Culturelle » qui accueille 4000 à 5000 personnes par an avec des « tourneurs », et « le Carreau Scène Nationale » (4000 personnes par an) avec des productions plus recherchées qui attirent beaucoup d’Allemands (plus de 50% du public). Aujourd’hui, « Les enfants du charbon » avec leurs moyens propres en grande partie, attirent autant voire plus que ces deux structures réunies, sans leur faire de concurrence. Il y aurait sans doute des coopérations à imaginer avec ces professionnels de la culture: actions de promotion, mutualisation de certains équipements…, si les préjugés réciproques parviennent à tomber.

41Les figurants allemands qui participent au spectacle (15 personnes à ce jour) imaginent enfin que lors de l’arrêt définitif des mines en Sarre (2012), « Les enfants du charbon » pourront être joués sur l’un de leurs carreaux. Ceci pourrait être le début, ou l’aboutissement, d’une coopération artistique et financière transfrontalière pour produire une œuvre où le caractère franco-allemand et européen se marierait avec les coutumes et identités locales.

4.4 - L’indispensable soutien des élus locaux et la question transfrontalière

42Le site du carreau Wendel comme le spectacle « Les enfants du charbon » sont par ailleurs très dépendants des élus qui évoluent trop lentement vers une prise en compte globale de ces dynamiques et restent prisonniers de préoccupations liées à leur seule circonscription. A contrario, on peut citer la réussite d’Amneville, près de Metz, où en l’espace de 20 ans sont nés un zoo, un golf, un centre thermal, un casino, une salle de spectacle, grâce à l’engagement et à la persévérance visionnaire d’un élu. Rien de tel dans l’ex bassin houiller où « Les enfants du charbon » peinent toujours à séduire les élus locaux.

43Toutefois, la dynamique créée autour du spectacle rejoint un souhait exprimé dans différentes études concernant l’Est mosellan: améliorer l’image interne et externe, créer un sentiment d’appartenance. Le spectacle présente un épisode de l’histoire locale, de la capacité du territoire à rebondir en restant solidaire, sans oublier le passé. Il est aussi un reflet de ses particularismes: fêtes locales, patois et bilinguisme, proximité de l’Allemagne et identité transfrontalière, intégration des immigrés (Italiens, Polonais, Maghrébins).

44Les élus de l’Eurodistrict Saar-Moselle sont intéressés par de telles idées (l’association Zukunft SaarMoselle Avenir a été créée en 1997). Mais leurs outils de développement transfrontalier rassemblent des structures trop disparates en taille et en fonctionnalités pour être assez efficaces. À travers le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) Rosselle et diverses études sur le Val de Rosselle, des structures ont identifié l’opportunité de créer des événements transfrontaliers sur d’anciens sites miniers. Les actions préconisées sont surtout sensibles au développement endogène afin d’en accroître les capacités. « Les enfants du charbon » en sont un bon exemple car non seulement les figurants sont du crû, mais aussi les prestataires (80% des commandes sont passées en Lorraine ou en Alsace). De plus, démonstration est faite que le secteur du tourisme peut devenir plus productif que passif (ne pas attendre qu’on vienne voir les monuments, mais les animer) avec un atout maître: il n’est pas « délocalisable ». Comme le Mont St-Michel, la Tour Eiffel ou le viaduc de Millau, les mines n’ont pas de sens ailleurs que là où on les a exploitées.

Conclusion

45Produit culturel immobile, imbriqué dans le patrimoine physique d’un lieu, il est préférable de garder aux « enfants du charbon » leur caractère local plutôt que d’en faire une « tournée ». Avec le TGV français et l’ICE allemand passant par Forbach, on peut imaginer déplacer des visiteurs d’Île‑de‑France, de Frankfort ou d’autres régions européennes vers un spectacle intégré dans un circuit culturel diversifié. Autour des « Enfants du Charbon », un potentiel de développement territorial existe, à condition de développer des liens entre acteurs locaux et transfrontaliers à l’échelle de la région Sarre-Lor-Lux, et à condition d’obtenir des élus, à l’instar du célèbre Puy du Fou, une prise de conscience et un engagement politique dans la durée.

46En marge de la métropole sarroise, comme du territoire français et mosellan, le Bassin houiller lorrain s’est aussi retrouvé en marge des dynamiques économiques après avoir été au cœur de l’Europe du charbon et de l’acier. Sa marginalité n’est pas seulement révélatrice d’une situation géographique, elle est aussi « l’expression d’une mutation du système ». (Prost, 2004, p. 176‑180). Dans sa réflexion sur le concept de marge, B. Prost souligne qu’il existe une dynamique des marges, où l’on peut voir des prémices d’innovation et de reconquête, à l’instar des régions frontalières européennes qui deviennent des laboratoires de la coopération transfrontalière; « un territoire marginalisé reprend sens et fonction s’il est porteur d’un élément qui peut jouer avec force dans le fonctionnement d’un nouveau système ». Le fait culturel est potentiellement cet élément, ce vecteur de résilience, dès lors qu’il permet au système territorial de se maintenir tout en étant affecté par une forte perturbation. G. Gallopin (1989) montre que la capacité de réponse d’un système désigne sa faculté à faire face aux perturbations et aux changements par un comportement actif. En ce sens, les initiatives étudiées ici, tout en restant fragiles, s’inscrivent dans cette logique. La culture est mobilisée de façon spontanée, comme une ressource, comme un ultime ressort interne pour faire face au choc irrémédiable d’une page d’histoire qui se tourne et d’un paysage qui s’efface. Elle est là pour témoigner du passé, tout en préparant des lendemains meilleurs; elle remplit ici la fonction d’un passeur de mémoire et de créativité.

Top of page

Bibliography

Aschan-Leygonie C., (2000), « Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux », L’espace géographique, no 1, p. 67-77.

Bernié-Boissard C. (2008), « Développement culturel: genèse et temporalités », communication au colloque Le développement culturel: un avenir pour les territoires?, Ronéo, université de Nîmes, 17-18 avril 2008.

Camagni R., Maillat D., Matteaccioli A. (dir.), (2004), Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, Neûchatel, EDES, 298 p.

Capot Rey R., (1934), La région industrielle sarroise. Territoire de la Sarre et Bassin houiller de la Moselle. Étude géographique, Nancy-Paris-Strasbourg, éds Berger-Levrault, 637 p.

Daviet S., (1990), Le bassin houiller lorrain et son espace frontalier, l’évolution d’une région en voie de reconversion, doctorat de Géographie nouveau régime, Aix-en-Provence, université de Provence, 426 p.

– (1993): » Bassin Houiller Lorrain, une reconversion en question », in l’Information géographique no 57, Paris, A. Colin, p. 194-196.

– (2006): « L’évolution du concept de reconversion en France: de la substitution d’activité au redéveloppement des territoires », in X. Daumalin, S. Daviet, P. Mioche (dir.), Territoires européens du charbon, des origines aux reconversions, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 243-255.

Daviet S., Leriche F., (2008), Nouvelle » économie culturelle: existe-t-il un modèle européen ?, communication au colloque ATUCS, Québec, 6-7 mai 2008. http://chaire_fernand_dumont.ucs.inrs.ca/Mai2008/Daviet.pdf.

Deshaies M., (2008), « Les bassins houillers d’Europe, des paysages entre héritages et renouveau », in Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/transv/paysage/PaysageScient3.htm.

EPFL, (2003), Étude de préfiguration de l’agglomération transfrontalière Sarrebruck–Moselle-Est, rapport 1/6, février 2003, 26 p.

Frecaut R., (1983), Géographie de la Lorraine, éds Serpenoises.

Gallopin G.C., Gutman P., Maletta H., (1989), « Appauvrissement à l’échelle du globe, développement durable et environnement: une perspective théorique », Revue Internationale de Sciences Sociales, XLI, 121, 413-437.

Gravari-Barbas M., Violier Ph. (dir.), (2003), Lieux de Culture – Culture des lieux. Production(s) culturelle(s) locale(s) et émergence des lieux: dynamiques, acteurs, enjeux, Rennes, PUR, 303 p.

Greffe X., (2006), La mobilisation des actifs culturels de la France, Rapport au DEPS, no 1270.

Gobin M., 2008, « Sarrebruck, reconstruire la centralité d’un ancien foyerindustriel », in Géoconfluences,
http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient6.htm#2.

Haby R., (1965), Les Houillères du Bassin de Lorraine et leur région, éds SABRI, 521 p.

Heilbrun J., Gray C.M. (1993), The economics of art and culture, Cambridge, UK, Cambridge University Press.

Holz J.-M., 1987, « Les vieux basins industriels : la dialectique ternaire sclérose-rupture créatrice renouveau », 112e Congrès des Sociétés Savantes, Lyon, Géographie, p. 119-127.

INSEE Lorraine, 2008, Économie de la Moselle-Est: un appareil productif en mutation accélérée, no 131, juin 2008, 4 p.

INSEE Lorraine, 2007, Scott du Val de Rosselle, infrastructures et bassin de vie transfrontalier, deux atouts pour rebondir, no 108, novembre 2007, 8 p.

Kebir L., Crevoisier O. (2004), « Dynamique des ressources et milieux innovateurs », in Camagni R., Maillat D., Matteaccioli A. (dir.) (2004), Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, Neûchatel, EDES, p. 261-290.

Kloosterman R.C. (2004), « Recent employment trends in the cultural industries in Amsterdam, Rotterdam, the Hague and Utrecht », Tijdschrift voor Economische en Sociale Geographie, no 95, p. 243-252.

Lash S., Urry J. (1994), Economies of signs and space, London, Sage, 360 p.

Leriche F., Daviet S., Sibertin M., Zuliani JM., (2008), L’économie culturelle et ses territoires, Presses universitaires du Mirail, 381 p.

Lévy M., Jouyet J-P. (2006), L’économie de l’immatériel, rapport de recherche, Paris, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

Marseille J., (2004), Les Wendel 1904-2004, Paris, Perrin, 350 p.

Matteaccioli A., (2004), « Mise en scène territorialisée d’une ressource historici-socio-culturelle et développement local durable: le Puy du Fou en pays haut-vendéen », in Camagni R., Maillat D., Matteaccioli A. (2004) Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, Neûchatel, EDES, p. 91-120.

Power D. (2002), « Cultural industries in Sweden: an assessment of their place in the Swedish economy », in Economic Geography, no 78, p. 103-127.

Power D., Scott A.J. (dir.), (2004), Cultural industries and the production of culture, London, New York, Routledge.

Pratt A.C., (1997), « The cultural industries production system: a case study of employment change in Britain, 1984-91 », in Environment and Planning A, 29, p. 1953-1974.

Prost B., (2004), « Marges et dynamiquesterritoriales », Géocarrefour, vol. 79/4, p. 175-182.

Ripp J., (2006), « Réhabilitation des héritages industriels et miniers et développement transfrontalier dans le bassin sarre-Moselle-est », in Revue Géographique de l’Est, tome XLVI, 3-4 2006, p 117-130.

Santagata W. (2002), “Cultural districts, property rights and sustainable economic growth”, in International Journal of Urban and Regional Research, no 26/1, p. 9-23.

Scott A.-J., Leriche F. (2005). « Les ressorts géographiques de l’économie culturelle: du local au mondial », in L’espace géographique, no 3, p. 207-222.

Zukin S. (1995), The cultures of cities, Oxford, Blackwell.

Top of page

Notes

1  Il regroupe la communauté d’agglomération de Forbach et trois communautés de communes (CC) : la CC de Freyming-Merlebach, la CC du pays Naborien (St Avold), la CC du Warndt (Creutzwald).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Le carreau Wendel dans la zone frontalière Sarre - Moselle-Est
Credits Cartographie: Patrick Pentsch (2010).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4495/img-1.png
File image/png, 273k
Title Fig. 2
Caption Déclin de la population du Val de Rosselle depuis 1990. Évolution de la population, base 100 en 1962, estimation pour 2005
Credits Sources: Insee Lorraine, recensements de la population de 1962 à 1999. Estimations démographiques supra-communales 2005.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4495/img-2.png
File image/png, 41k
Title Photo 1
Caption Vue aérienne du siège Wendel de Petite‑Rosselle. Au premier plan (en bas à droite) le puits Vuillemin et au fond (en haut à gauche) le musée de la mine
Credits Photo Armand Ribic (2008).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4495/img-3.jpg
File image/jpeg, 592k
Title Photo 2
Caption Puits Vuillemin no 2 Petite-Rosselle. Date de fonçage 1881 ; profondeur 773 m. Sur la gauche on aperçoit les gradins dressés pour le spectacle
Credits Photo S. Daviet (2008)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4495/img-4.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Photo 3
Caption Lavoir 1 et 2 avec le décanteur du siège Wendel de Petite-Rosselle
Credits Photo S. Daviet (2008).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4495/img-5.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Fig. 3
Caption Affiche du spectacle son et lumière « Les enfants du charbon », saison 2008.
Credits Déclic Communication
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4495/img-6.jpg
File image/jpeg, 188k
Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Daviet and Jean-Luc Valin, « En marge des métropoles, le carreau Wendel en Lorraine: de la friche industrielle au projet culturel », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4495 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4495

Top of page

About the authors

Sylvie Daviet

Professeur de Géographie, UMR 6570 Telemme, Université de Provence, Sylvie.Daviet@univ-provence.fr

By this author

Jean-Luc Valin

Président de l’association « Les enfants du charbon », Freyming-Merlebach, France, direction@mail.lesenfantsducharbon.com, lesenfantsducharbon.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page